Your SlideShare is downloading. ×
Fais Danser La PoussièRe Dpbd 1
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Fais Danser La PoussièRe Dpbd 1

2,274
views

Published on

Dossier de presse de la fiction "FAIS DANSER LA POUSSI7RE3", diffusion le 9/02 à 20h35 sur France 2. A ne pas rater...

Dossier de presse de la fiction "FAIS DANSER LA POUSSI7RE3", diffusion le 9/02 à 20h35 sur France 2. A ne pas rater...

Published in: News & Politics, Business, Travel

2 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Un grand téléfilm plein d'émotion.Un coup de poing et un pied de nez face a la vie et aux injustices.Maya etait métisse,née d'un père noir et d'_une maman blanche qui l'aimait mais a eté trop blessée par la vie,le film l'explique plus tard...seule revanche contre le racisme,le rejet : la danse ou Maya ou Marie exprime tout son gout de vivre,sa rage de vivre même en dépit de sa souffrance qui est alors transcendée..comme l'oiseau transpercé d'une épine,Maya deviendra danseuse professionelle et cette épine ne l'empechera pas de voler,de se déployer..
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Un grand téléfilm plein d'émotion.Un coup de poing et un pied de nez face a la vie et aux injustices.Maya etait métisse,née d'un père noir et d'_une maman blanche qui l'aimait mais a eté trop blessée par la vie,le film l'explique plus tard...seule revanche contre le racisme,le rejet : la danse ou Maya ou Marie exprime tout son gout de vivre,sa rage de vivre même en dépit de sa souffrance qui est alors transcendée..comme l'oiseau transpercé d'une épine,Maya deviendra danseuse professionelle et cette épine ne l'empechera pas de voler,de se déployer..
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
2,274
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
27
Comments
2
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. ELEVÉE PAR SA MÈRE BRETONNE, MAYA, PETITE MÉTISSE, PART À LA RECHERCHE DE SON HISTOIRE… A TRAVERS SES RENCONTRES, SES EXPÉRIENCES, ET MALGRÉ CE MONDE SANS INDULGENCE, SANS COMPLAISANCE NI GÉNÉROSITÉ À SON ÉGARD, ELLE PARVIENT À SE HISSER AU SOMMET DE SON ART : LA DANSE. LE PLUS GRAND CHORÉGRAPHE DU MOMENT L’EMMÈNE À NEW YORK… n tio ma lle ram nne rog ptio bat e p ce dé Un ex ’un d ie s uiv
  • 2. Un film de Christian Faure Scénario et dialogues de Bruno Tardon et Marie Dô Adaptation de Bruno Tardon D’après le roman autobiographique de Marie Dô Fais danser la poussière aux Editions Plon Une production Eloa PROD Une production de France Zobda et Jean-Lou Monthieux En coproduction avec Expand Drama, BE-Films, RTBF Avec la participation de France Télévisions, pôle France 2 et du Centre National de la Cinématographie Avec le soutien du Fonds Images de la diversité et de l’ACSE, Région Ile de France Responsables artistiques Marie Dupuy d’Angeac France Camus Directeur de la fiction pôle France 2 Vincent Meslet
  • 3. UN HYMNE À LA VIE, AUX COULEURS DE LA VIE Par France Zobda, productrice Fais danser la poussiere est un hymne à la vie... e En lisant ce roman autobiographique, ce qui m’a sauté aux yeux, c’est l’émotion qui se dégage de cette histoire bouleversante, pleine d’humanité, de générosité, de survie d’une “résiliente”, car Maya, notre héroïne a commencé à se battre dès son enfance pour survivre à sa différence et à ses différences. Qui n’a pas eu à se battre dans son enfance ou son adolescence contre quelque chose ou quelqu’un ? L’avantage d’un personnage tel que Maya, c’est le regard rebelle mais toujours positif que pose cette petite fille sur la vie et les gens qu’elle croise. Elle n’est jamais dans la plainte, ni la complainte ou la victimisation, mais se pose en observatrice ou en gagnante... Cette petite fille devenue adolescente aborde tout de même chaque virage de sa trajectoire avec sa franchise, son instinct animal et plus tard, son intuition, pour obtenir ce qu’elle désire. Elle se construit sa propre identité à travers la danse..e... Par ailleurs, cet univers de danse classique, e, moderne, contemporaine m’a séduite, car j ai été ar j’ai été té moi-même danseuse classique, contemporaine, m oraine i modern’jazz, de danses traditionnelles créoles et éo et de salon…Mettre donc en scène quelques beaux u s bea ballets d’Alvin Ailey, qui représente pour moi une r o troupe emblématique, était un challenge ge. Faire le parallèle entre Paris et le New Yor d ork de rk l’époque ( avec la Black Connection) pour montrer o r montre e les différences de niveaux de vie, de rythmes et de t mes me cultures, faisait partie des atouts qui m’ont poussée o t o s e à aller vers un tel sujet... Dans ce roman, j’ai aimé le passage de la douceur a douce o de vivre à la campagne à la brutalité des mégapoles, gap e a issue moi-même des Antilles et ayant dû venir vivre à venir v e r Paris. De mon cocon des îles à la brutalité de Paris, je é de ari r me suis sentie concernée… Le tempérament des gens semble dépendre de leurs dre de eu s lieux de résidence, engendrant une violence des c des s mots et des maux... .../...
  • 4. .../... La transmission de sa génitrice se fait malgré elle, avec ses névroses, sa force, ses handicaps de départ, mais celle de son géniteur, même inconnu, se fait aussi malgré elle : l’Afrique résonne inconsciemment en elle et ce métissage donne une belle plante “hybride” que le public ne sera pas près d’oublier...C’est une “ Reine de Saba”, comme l’appelait son grand-oncle, mais quand une Reine porte une couronne de diamants, les épines ne sont jamais loin ! La collaboration de Bruno Tardon avec Marie Dô (quoique contractuelle), auteure du roman nous a semblée judicieuse et utile, car d’un côté il a su restructurer l’histoire et ellipser les passages du roman qui auraient pu paraître essentiels (il fallait faire des choix et des grands écarts de temps) et de l’autre, elle a pu nous emmener au plus près des vrais personnages. Nous ne sommes donc ni complaisants ni juges, nous décrivons des personnages avec leurs ambiguïtés, leur complexité et posons les situations qui se comprennent par rapport à une époque donnée. Par ailleurs, l’accompagnement de France Camus, conseillère de programme à la Fiction du pôle France 2, tout au long de ce travail d’écriture a été très bénéfique. La participation de Marie Dô en tant que chorégraphe, (quoique contractuelle), était essentielle : de son exigence dans le choix des danseurs à la sensualité de ses chorégraphies, son professionnalisme est indéniable. Il me paraissait évident de choisir un réalisateur à la hauteur du sujet, et là, Christian Faure était pour moi incontournable. S’il avait refusé, j’avoue que j’aurais été déstabilisée. Le résultat le prouve, car largement à la hauteur de ce que nous avions espéré… Ma rencontre avec Marie Dô - personnalité forte à l’énergie positive et à fleur de peau - a été déterminante dans mon choix de faire ce projet car elle est à l’image de son récit et de ses propos : Fais danser la poussière est un hymne à la vie aux couleurs …de la vie ! Nous croyons fort en ce beau sujet, qui se révèle être, à nos yeux, universel, tous publics et si actuel ! France Zobda Productrice
  • 5. “Si j’étais blonde, tu m’aimerais plus ?” Maya à Rose “Quand c’est dur, on ne lâche pas, on recommence !” Ludo à Maya
  • 6. “C’est à travers la danse que tu te construis une identité, pas celle qu’on t’a donnée” Ludo à Maya “Il faut t’imposer sinon on va t’écraser” Tim à Maya
  • 7. MARIE DÔ MAYA C’EST ELLE : MARIE DÔ, ÉCRIVAIN, DANSEUSE ET CHORÉGRAPHE, A PARTICIPÉ À L’ADAPTATION TÉLÉVISÉE DE SON ROMAN AUTOBIOGRAPHIQUE, FAIS DANSER LA POUSSIÈRE. L’HISTOIRE D’UNE VIE À TRAVERS LES RÊVES ET LES (DÉS)ESPOIRS D’UNE JEUNE FEMME DÉTERMINÉE À VIVRE DE SA PASSION, LA DANSE. Le téléfilm peut se prêter Fais danser la poussière à diverses interprétations. évoque la danse, un Quelle est la vôtre ? univers peu familier au France Zobda, la productrice, téléspectateur ? y a perçu, en premier lieu, le La danse est un art merveilleux, thème de la diversité, ce qui un peu élitiste parce qu’il faut se n’est pas mon propos essentiel. déplacer à l’opéra, au théâtre et Je suis métisse, certes que les places coûtent cher. Et “JE REFUSE - j’ai du sang russe, africain si, par le biais de la télévision, on peut amener les gens à voir de et breton - mais je ne veux TOUT CE QUI pas de communautarisme. Le la belle danse avec de beaux véritable propos de Fais danser interprètes, ce sera formidable. M’ENFERME” la poussière n’est pas la place Au-delà de l’histoire de Maya, qu’on vous donne mais celle c’est aussi l’histoire de la danse, que vous choisissez d’avoir. La véritable colonne vertébrale du pratique d’un art, d’une passion film. Du classique au moderne, est un facteur merveilleux de Fais danser la poussière montre résilience. Et Maya personnifie la danse dans ce qu’elle a de la résilience. Elle aurait dû plus beau : le travail, l’authenticité mourir avec ce qui lui est arrivé et la reconnaissance. Un mais son histoire a fait d’elle danseur ne peut pas prétendre quelqu’un de très fort et de être bon s’il ne l’est pas. Les joyeux. danseurs sont des personnes très fortes mais aussi très Maya trouve son identité à fragiles ! Un danseur fait six travers un art… pirouettes, il est sublime ; il se C’est pour cette raison que le tord la cheville, il n’est plus rien. film peut aussi être considéré comme un divertissement et pas Comment avez-vous vécu ce seulement comme un film “prise tournage qui n’était pas anodin de tête” sur le racisme. D’ailleurs, pour vous ? il ne rendra pas les gens moins Imaginez qu’on filme votre racistes, loin de là ! Quand j’étais histoire ! Je ne soupçonnais petite, je me disais : “Pourquoi on pas un instant la violence que ne m’aime pas comme je suis ?”. ça allait provoquer. Sans arrêt, Maintenant, je pose sans cesse j’étais obligée de signaler qu’il la même question : “Pourquoi s’agissait de ma vie parce que je ne peux pas être comme j’ai chacun voulait se l’approprier envie d’être ?”. Je refuse tout ce d’une façon ou d’une autre. qui m’enferme. Parfois, c’était difficile de devoir
  • 8. revivre des moments intimes, puissent s’identifier, il ne faut Tous les danseurs étaient des ma mère et d’autres membres surtout pas résumer l’histoire au grosses pointures, issus de de ma famille ne sont plus là. destin d’une petite métisse. Je compagnies prestigieuses Après le tournage, j’ai eu un n’ai pas besoin de mettre mon comme le Conservatoire gros coup de mou, je pleurais, métissage en étendard pour national ou le Royal Ballet de j’étais épuisée et on a dû me briller. Londres, certains venaient “récupérer”. vraiment de la compagnie d’Alvin Avez-vous participé au Ailey ! – la même compagnie que N’était-ce pas vertigineux de tournage ? Maya intègre à New York. Quand vous voir démultipliée ! Je n’ai cédé mes droits je n’étais pas sur le plateau, je Répéter avec les Maya m’a qu’à deux conditions : être me trouvais en studio pour les permis de leur transmettre coscénariste et chorégraphe. répétitions avec les danseurs et qui j’étais, j’ai eu beaucoup Je me suis rendu compte à lorsque j’étais sur le tournage, de contacts avec elles et quel point il était important que je gérais les chorégraphies. chacune porte un peu de mon je le sois : on parle d’une vie Il n’était pas question que histoire. Ambre (Maya 6 ans) mais surtout du milieu de la j’intervienne sur le travail de me ressemble peut-être un danse qu’on ne connaît pas. Je Christian, il avait besoin d’être peu plus, nous avons le même suis une danseuse, j’ai travaillé libre et il n’était pas question que caractère. Nastasia (Maya dans des grandes compagnies Christian intervienne dans mon 9-12 ans) partage la même et j’étais très ambitieuse sur boulot ! J’ai créé une quinzaine détermination que moi quand je ce projet. de ballets, c’était un travail dansais en classique. Tatiana énorme pour un film qui retrace (Maya 15-25 ans) se rapproche Quelles étaient vos relations le parcours d’une danseuse des plus de ce que je suis, au fond, avec le réalisateur ? années 70 aux années 90 ! Mais physiquement. Elle a un aspect Christian Faure est arrivé je me suis régalée ! guerrier mais elle est très douce assez vite dans l’écriture et on et très disciplinée à l’intérieur, s’est très bien entendus. Il a Pourquoi un roman tout l’inverse de moi. beaucoup axé l’histoire sur la autobiographique ? danse - c’était un choix intelligent Ma mère voulait écrire un livre Pourquoi avoir accepté que - et on a obtenu un résultat retraçant sa vie et je lui avais votre roman soit adapté que l’on ne voit pas souvent en promis de le faire avant qu’elle à la télévision ? France. Christian n’est pas un ne meure. La rédaction a pris Je voulais que cette histoire faiseur : il est passionné, aussi sept ans car j’ai commencé par touche tout le monde : des exigeant et caractériel que moi ! une biographie de ma mère, petits ados aux jeunes et moins Les étincelles ont été artistiques pour passer ensuite à celle de jeunes qui se sentent mal dans entre lui et moi mais de là est ma grand-mère - que je n’ai leur peau ou qui sont en mal née une superbe harmonie. pas connue - pour finalement d’identité. La télévision était le Christian, qui ne connaissait arriver à la mienne. C’était vecteur le plus approprié pour rien à la danse, en est tombé une promesse familiale faite y parvenir. J’aime à imaginer amoureux. à ces femmes qui n’ont pas le soir de la diffusion de cette eu la parole et je l’ai tenue. A histoire qui n’est pas seulement La partie danse est l’occasion de la diffusion du la mienne et qui doit aussi servir phénoménale, comment vous film, Plon, ma maison d’édition, à d’autres. Et pour que les gens êtes-vous préparée ? ressort le roman et j’en suis ravie.
  • 9. TATIANA SEGUIN COMÉDIENNE POUR LA PREMIÈRE FOIS REPÉRÉE DANS LE SPECTACLE CLÉOPÂTRE, TATIANA SEGUIN DÉCROCHE LE RÔLE DE MAYA À L’ÂGE ADULTE. LA JEUNE DANSEUSE ÉVOQUE UN PERSONNAGE QUI L’A BOULEVERSÉE. Vous êtes-vous reconnue dans le Pensez-vous que le milieu de la danse personnage de Maya ? puisse être le reflet de la société ? J’étais émue par son histoire car, contrairement à Le travail d’Alvin Ailey a été énorme parce que, elle, j’ai eu la chance, dans ma petite vie, de ne pas à l’époque, il n’y avait pas de compagnie noire, souffrir de mon métissage. Dans ma vie, je n’ai ou avec des gens de couleur de peau différente. jamais eu à lutter contre quoi que ce soit. Bien sûr, Aujourd’hui, la compagnie s’est diversifiée et s’est j’ai conscience des problèmes que le métissage adaptée. En France, l’arrivée de nouvelles engendre ou peut engendrer. Mais si je réponds en tendances musicales a également apporté de la fonction de mon vécu - il n’y a que ça dont je suis mixité qui n’existait pas forcément dans la culture sûre - je n’ai que de belles choses à raconter ! de la danse. Cependant, dans le milieu artistique, Du coup, je dois paraître moins intéressante (rires) ! le talent prime avant tout. La danse n’est pas un milieu facile parce qu’il y a beaucoup de monde Et dans son parcours de danseuse ? et peu de place. Cela impose à tout danseur Là, effectivement, c’est différent puisque mon ambitieux de lutter pour imposer sa créativité. parcours professionnel présente certaines similitudes avec le sien malgré la vingtaine Aviez-vous joué auparavant ? d’années d’écart. J’ai, par exemple, intégré Je n’avais jamais joué de ma vie ! l’école d’Alvin Ailey et j’y suis restée six mois. La comédie était une expérience toute nouvelle L’acharnement, le travail, le monde de la danse et c’est devenu une passion. sont des côtés de Maya que je connais. J’ai eu la chance de me trouver dans ce film qui a mêlé deux univers que l’on voit rarement à la télévision : la comédie et la danse. Avec la danse, le corps s’exprime mais là, il s’agissait de mettre les mots et d’être dans la peau d’un personnage, c’était extraordinaire pour moi.
  • 10. FICHE TECHNIQUE Un film de Christian Faure Scénario et dialogues de Bruno Tardon et Marie Dô Adaptation de Bruno Tardon D’après le roman autobiographique de Marie Dô Fais danser la poussière aux Editions Plon Musiques originales Charles Court Thèmes musicaux originaux composés par Thierry Bazin Chorégraphies de Marie-Dô Directeur de la photographie Jean-Pierre Hervé Chef monteur Jean-Daniel Fernandez Qundez Chef décorateur Sébastian Birchler Créatrice de costumes Christine Jacquin Costumière Sylvie Gluck Ingénieur du son Jean-Pierre Fenié Scripte Nathalie Alquier Une production Eloa PROD Une production de France Zobda et Jean-Lou Monthieux En coproduction avec Expand Drama, BE-Films, RTBF Avec la participation de France Télévisions, pôle France 2 et du Centre National de la Cinématographie Avec le soutien du Fonds Images de la diversité et de l’ACSE, Région Ile-de-France
  • 11. FICHE ARTISTIQUE Tatiana Seguin (Maya 15-25 ans) Nastasia Caruge (Maya 9-12 ans) Ambre N’Doumbé (Maya 6 ans) Marie Denarnaud (Rose) Xavier De Guillebon (François-Xavier) Benoît Marechal (Tim) Anne-Elisabeth Blateau (Marceline) Cédric Brenner (Ludovic) Avec les participations amicales de Michèle Bernier (Alice, grand-tante de Rose) Michel Jonasz (Camille, grand-oncle de Rose) Eriq Ebouaney (Suleyman)
  • 12. Attachées de presse : France Télévisions / pôle France 2 Isabelle Delecluse > 01 56 22 46 93 isabelle.delecluse@francetv.fr Assistée de Djeneba Sangaré > 01 56 22 41 60 djeneba.sangare@francetv.fr Eloa Prod-Communication Régine Larcher > 01 58 17 50 14 rl@eloaprod.com Edité par la Direction de la Communication de France 2 7, Esplanade Henri de France - 75907 Paris CEDEX 15 Photo France 2 / Christophe Russeil Prod / Gil Zobda Eloa Prod 09 Directeur artistique des Éditions : Philippe Baussant Conception et réalisation : Louisa Lahcen Rédaction : Mona Guerre Chef du service des Éditions : Marie-Jo Fouillaud Chef du service Photo : Violaine Petite Directeur de la Communication : Stéphane Bondoux Chef du service de Presse : Anne-Laure Mosser Directeur de la publication : Patrick de Carolis Impression Expagina - N° ISSN 1764 1608 Janvier 2010 Retrouvez l’intégralité des photos sur notre serveur Extranet : https://pro.france2.fr Rubrique Photopress france2.fr

×