Semaine 13/2008




                                                                                                      ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Soir 20080322 Brux Refe 5

326

Published on

Published in: Business, Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
326
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Soir 20080322 Brux Refe 5

  1. 1. Semaine 13/2008 références 5* Carrières / Le secteur des hautes technologies a besoin de l’expérience des plus âgés Performants à plus de 50 ans des ressources humaines, l’assu- sonnes qualifiées. Il y va de notre FRIANDS D’ÉVOLUTIONS technologiques ou recyclés dans re volontiers : « Nos employés de responsabilité de réemployer les plus de 50 ans bénéficient d’un ca- gens de plus de 50 ans : on ne la gestion de projets, les « vieux » informaticiens ont la cote. pital connaissance que ne peu- peut pas se permettre d’exclure vent forcément pas avoir les jeu- des catégories. » Plus-value, compétence, expé- mpruntons une image à Colard, présentent une valeur Son de cloche on ne peut plus ce et de l’expérience. Croyez-moi : nes. Chez Getronics, la volatilité E rience… et pénurie. Le travail- Jean Willemyns, direc- ajoutée certaine : « Cette valeur similaire chez Getronics, qui oc- les gens compétents peuvent ap- est faible et la loyauté vis-à-vis de leur de plus de 50 ans, dans le sec- teur de la société Trilogy : cupe 900 personnes sur le Belux. ajoutée, c’est la compétence : à sa- porter beaucoup à ceux qui n’ont l’entreprise est grande, surtout teur des hautes technologies, l’informatique, c’est comme un Fabienne Doyen, la responsable voir l’addition de la connaissan- que la connaissance. » chez les plus de 50 ans. Ils con- garde un bel avenir devant lui. chantier de construction. Le pro- naissent nos clients sur le bout Comme le souligne Marijke Van grammateur, spécialiste du tapo- des doigts. C’est inestimable. » tage sur clavier, en serait le ma- Quant à l’éventuelle réticence den Spiegel, responsable du re- çon. Mais sur un chantier, on au changement… « Je ne vois au- crutement et de la mobilité inter- ne chez Dexia : « On ne souhaite croise également des ingénieurs, cun frein à l’adaptation. S’ils ont architectes, contremaîtres, comp- choisi une carrière dans l’IT, c’est pas coller des étiquettes aux gens. tables et on en passe. qu’ils sont ouverts au change- Etablir des programmes spécifi- Le parallèle vient à propos ment. Sans compter les fusions et ques pour les plus de 50 ou 55 ans pour traiter le sujet qui nous autres acquisitions qui se sont nous paraîtrait discriminant. préoccupe ici : quid des plus de succédé depuis 20 ans et qui ren- Tout le monde a besoin de forma- 50 ans dans le domaine des hau- forcent cette capacité d’adapta- tions technologiques, tout le mon- tes technologies ? Domaine qui, tion. Dans le secteur des hautes de doit être évalué selon ses com- par définition, est soumis à d’in- technologies, on manque de per- pétences. » ■ GUY VERSTRAETEN cessantes évolutions et adapta- tions. Chez Trilogy, structure de Quand les anciens moyenne taille spécialisée dans le conseil en informatique, un jeu- ne, c’est quelqu’un de 35 ans, pas sont chouchoutés de 25… « Avec le temps, l’indivi- du perd parfois le goût du “pure- ment technique”. Mais il dévelop- en tant que « freelance » : « Le pe plus de capacités en matière de Pnos dechezdenous ans. »aàActeur as discrimination l’hori- gouvernement nous dit qu’il est gestion. Et dans notre domaine, zon : on besoin la maturité est clairement plus de plus 50 de la responsabilité des em- d’importance dans le domaine un avantage qu’un inconvé- ployeurs de s’occuper des travail- nient », juge Jean Willemyns. des services informatiques, Logi- leurs plus âgés. Mais d’un autre caCMG ne ménage pas ses pei- côté, ce même gouvernement nes pour faciliter la vie de son prend des initiatives pour que ces La compétence = la personnel plus expérimenté. Mot mêmes travailleurs âgés cessent connaissance + l’expérience De la maturité, Jules Colard d’ordre : la flexibilité. au plus vite leur activité et dispa- (57 ans) en a à revendre. Mana- En promouvant les formules raissent du marché du travail. » ger d’IBM Learning, il s’occupe de crédit-temps d’abord. Horai- Comme bon nombre de ses depuis 13 mois de la formation in- res plus flexibles, projets moins confrères, Sabine Fannes se plaît terne au sein de la fameuse multi- éloignés du domicile, etc. Histoi- à louer les qualités de ses collabo- nationale américaine (pour la re d’équilibrer le plus possible tra- rateurs en fin de carrière : con- Belgique du moins). Chaque an- vail et vie familiale. naissance du métier et des problé- née, les employés – tous les em- matiques, coaching des jeunes… « Nous proposons des solu- ployés – sont évalués. « Com- Mais également, et ce n’est pas tions à la carte pour nos em- ployés plus âgés, explique Sabine négligeable dans ce secteur : ment rester employable dans un Fannes, directrice des ressources proximité avec les clients. domaine où tout change en per- humaines chez LogicaCMG Bel- manence ? Le département com- « Certains sont plus à l’aise gique. Nous avons du mal à en- munication est important pour avec la technique. D’autres que les gens comprennent que l’IT tendre qu’ils ne sont plus utilisa- moins. Mais les postes de busi- évolue. Chez IBM, c’est vrai que bles : c’est vrai que ces employés ness consultant, de guide pour les nous avons des gens qui, arrivés coûtent plus cher, mais ils com- jeunes leur sont ouverts. Ce sont à un certain âge, commencent à pensent largement ce supplément souvent les plus jeunes qui font la développer une certaine résistan- salarial par l’expérience qu’ils dé- transition vers la technologie. ce au changement. Quand on s’est tiennent. » Mais ce n’est pas la technologie Et Sabine Fannes de regretter recyclé 20 fois, on court ce risque. en elle-même qui représente la va- l’attitude quelque peu contradic- Mais il y en a aussi de très moti- leur ajoutée pour nos clients : le toire des autorités au sujet de cet- vés. Les gens qui ont de l’expérien- véritable intérêt, c’est de compren- te catégorie de travailleurs qui, ce peuvent devenir des mentors dre les problématiques des SABINE FANNES LE SOUTIENT : « Le véritable intérêt, pour une société IT, c’est de comprendre les de plus en plus régulièrement, fi- pour les plus jeunes. » clients, les enjeux, les projets », problématiques des clients. » Les anciens ont, dans cette optique, encore leur mot à dire. © D.R. nirait son parcours professionnel Des mentors qui, d’après Jules conclut Sabine Fannes. ■ G.V. Initiative / La deuxième édition de « Jump » ces 25 et 26 avril Télécoms / A la recherche de jeunes spécialistes Les femmes actives en forum Belgacom tente Second Life « La mixité en entreprise est-elle l’« Ile Belgacom ». Ceux-ci pou- E lles étaientorganisatrice du déjà plus de A5vec ses 18.000 employés, te-parole du Groupe Belgacom. vaient tchatter avec un recru- 1.400 l’an dernier et Isabel- aussi une question de performan- Belgacom se situe dans le Ces chiffres n’étonnent pas ce économique ? », « Osez deman- teur, détailler leur profil et leurs la Lenarduzzi, top des pourvoyeurs d’emplois Thierry Desmet, professeur au der ! L’art de la négociation », attentes… Forum « Jump » des femmes ac- du pays. Et l’entreprise tient à re- département de communica- « Des femmes au sommet parta- Lin Strabbe, 24 ans, faisait tives, espère à bon droit que le cruter les meilleurs candidats. tion de l’UCL et coordinateur de gent les secrets de leur succès », partie de ces recruteurs virtuels. nombre de participantes sera en- Des jeunes dynamiques, qui ont l’enquête Mediappro sur l’em- entre autres. Elle est elle-même « young po- core plus élevé cette année. le goût du risque et exècrent la ploi des nouvelles technologies Se voulant espace de rencon- tential ». « Belgacom est une très « Trop de femmes actives routine. Ce groupe que l’on ap- auprès des jeunes Européens tre, d’information et de ré- jeu… pour les femmes. « On ne pelle la génération Y (2005-2006). « Internet répli- grosse entreprise avec d’énormes éprouvent encore aujourd'hui de flexion, ce forum à la dimension (« Why ? », pour signifier la per- possibilités de carrière. Avec ce réelles difficultés à assumer plei- peut limiter le débat à la notion que en général des événements « networking » affirmée cultive- pétuelle remise en question de de la vie ordinaire, explique-t-il. programme, j’ai pu me présenter nement leur ambition de s’épa- d’égalité, même si celle-ci est fon- ra aussi une vocation très prati- damentale, assure-t-elle. Il faut soi et des autres). sans expérience professionnelle. nouir sur le plan professionnel, On se connecte en ce sens à son que en proposant des sessions de assure Isabelle Lenarduzzi. S’il Pour eux, Belgacom a lancé le au contraire le présenter à sa réel- Je vais exercer trois cessions de environnement immédiat : ses coaching individuel ainsi que programme Young Potential. Il six mois, dans trois domaines est bien vu qu’un homme affirme le dimension : un défi majeur amis, son travail… Mais cer- des mises en valeur d’outils desti- cible des jeunes, qui obtien- différents. » son envie de faire carrière, c’est pour nos économies qui, en quête tains sont de véritables « explo- nés à « renforcer le développe- dront en 2008 un diplôme en en- nettement moins vrai pour une de talents, ne pourront plus se rateurs » du Net. Les entreprises ment personnel et profession- gineering, vente, marketing, fi- qui ciblent ces candidats-là ga- femme qui, pour de multiples rai- passer longtemps de ce vivier lar- Gagner du temps nel » des participantes. gement inexploité. » nance ou encore informatique. Les écoles supérieures concer- gnent du temps en recrutant via sons, est assaillie d’un sentiment Au total, quelque 8 conféren- Pour jouer ce rôle de conscien- L’entreprise souhaite engager Second life. » Certains flairent nées avaient été informées de de remords voire de culpabilité. ces et 30 ateliers de formation y tisation, Jump ouvrira ses portes 25 personnes qui obtiendront toutefois le coup de pub… cette campagne de recrutement Je sais qu’il n’est pas de bon ton seront donc organisés, ainsi que à quelques oratrices de renom leur diplôme ICT (Information, Quoi qu’il en soit, Belgacom via Second Life. Mais l’événe- de le dire mais c’est la réalité : le deux séminaires pour les profes- comme Avivah Wittenberg-Cox, Communication, Technologie) envisage de tenter de nouveaux ment n’a pas récolté le succès es- mot « carrière » reste, pour de sionnels de la GRH consacrés la fondatrice de l’« European cette année. Tous trilingues. essais. Pour Haroun Fenaux, compté. Les après-midi, le bu- nombreuses femmes, difficile à respectivement à la valorisation assumer. » Pour dénicher les vrais spécialis- reau virtuel a reçu une petite Professional Women’s « c’était un projet pilote. Mais du leadership au féminin et au re- Pour l’organisatrice de ce fo- Network », Lois Frankel, Har- tes, Belgacom a récemment, quinzaine d’avatars seulement. nous comptons ouvrir ces bu- crutement de femmes dirigean- rum dont il n’est pas impossible riet Rubin ou Paule Salomon. Le comme d’autres avant elle, recru- En soirée, une trentaine ont fran- reaux de recrutement virtuels en tes. Et ce, les 25 et 26 avril pro- qu’il soit honoré de la venue de forum accueillera aussi diverses té via Second Life. Deux après- chi la porte. « Ce qui est impor- permanence. C’est le recrute- chain à Bruxelles (renseigne- Ségolène Royal, parler de la vie conférences au titre évocateur : midi et deux avant-soirées du ment international que nous vi- tant, c’est que 75 % des visiteurs ments pratiques sur www.foru- professionnelle des femmes n’est « Y a-t-il un prix à payer pour mois de février, un bureau vir- sons à travers ce système. » ■ correspondaient au profil recher- mjump.be). ■ d’ailleurs pas seulement un en- une carrière ambitieuse ? », tuel accueillait les candidats sur ché », note Haroun Fenaux, por- ANNE-CÉCILE HUWART BENOÎT JULY www.references.be 1RE

×