Your SlideShare is downloading. ×
Livret voyage d'étude à Marseille juin 2010 classe de 4e
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Livret voyage d'étude à Marseille juin 2010 classe de 4e

675
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
675
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Classe de 4e Année 2009 - 2010
  • 2. Mercredi Arles A l’entrée du delta du Rhône se trouve Arles une ville de deux mille cinq cent ans ! D’un bourg, Arles est devenue résidence impériale puis capitale d’un royaume qui décline ensuite progressivement ! Aujourd’hui elle est sous préfecture des bouches du Rhône
  • 3. Mes notes
  • 4. Les Arenes d’Arles Les arènes d’Arles sont un amphithéâtre romain construit vers quatre vingt après JC à quatre vingt dix après JC ! L’amphithéâtre d’Arles est le monument le plus important de l’ancienne colonie romaine qu’il nous est permis d’admirer ,quelques deux millénaires après son édification!son architecture est entièrement conçue en rapport avec sa vocation de lieu à grands spectacles, accueillant un nombreux public !
  • 5. Mes notes
  • 6. Thermes d’Arles Les thermes étaient les bains publics où on se donnait rendez- vous l'après-midi. Après des séances de gymnastique (jeux de balle, lutte...), on passait dans des salles pour se faire masser, huiler, frotter de sable par des esclaves et on prenait des bains à températures variées (frigidarium : bain froid, tepidarium : bain tiède, caldarium : bain chaud, sidatorium : bain de vapeur). Les thermes étaientaussi un lieu où l'on venait se promener dans les jardins, discuter et lire dans la bibliothèque. Les thermes d'Arles (thermes de Constantin) ont été construits au IVe siècle après J.C.. Ils sont situés au nord de la cité, au bord du Rhône (la ville possédait également des établissements de bains au sud). On peut y visiter la grande salle de bains chauds, des fourneaux souterrains et les vestiges de salles tièdes.
  • 7. Mes notes
  • 8. Alyscamps A l’époque des romains, ce lieu était une nécropole (ce mot veut dire « ville des morts », aujourd’hui on l’appelle un cimetière). Les romains préféraient enterrer les morts à l’extérieur de la ville des vivants parce qu’ils avaient très peur des morts. Ils croyaient aux fantômes ! Cette nécropole a été placée le long d’une route très importante : la VIA AURELIA. Elle n’existe plus aujourd’hui, mais à l’époque c’était le seul chemin pour se rendre en Italie. Mais revenons au nom ALYSCAMPS. Ce mot veut dire « Champs Elysée ». C’était la voie qui menait au paradis pour les Romains.
  • 9. Mes notes
  • 10. Cloitre Un cloître (ou anciennement cloistre, ou clouastre) est une cour entourée de murs et de galeries établies à côté des églises cathédrales. Dès les premiers temps du christianisme, des cloîtres furent élevés dans le voisinage immédiat des églises. La forme des cloîtres en plan est généralement celle d'un carré. Les abbayes possédaient deux cloîtres : l'un près de l'entrée occidentale de l'église, l'autre à l'orient derrière l'abside (L'abside est un volume qui élargit le fond d'un monument, en forme de demi-cylindre surmonté d'une demi-sphère (voûte...). Le premier donnait accès dans les réfectoires, les dortoirs, la salle capitulaire, la sacristie, le chauffoir, les prisons ; c'était le cloître des religieux dans lequel tous pouvaient circuler. Le second était particulièrement réservé à l'abbé, aux dignitaires et aux copistes; plus retiré, plus petit que le premier, il était bâti dans le voisinage de la bibliothèque, de l'infirmerie et du cimetière.
  • 11. Mes notes
  • 12. Santon Fouque Depuis 4 générations, la famille Fouque perpétue à Aix en Provence un savoir faire unique et ancestral dans le respect le plus strict d’une tradition séculaire : l’art du santon. Les santons Fouque, présents dans toutes les crèches, sont également des objets d’art et de décoration collectionnés dans le monde entier.
  • 13. Mes notes
  • 14. Jeudi LA CRIEE Le marché aux poissons du port est un endroit typique, à voir absolument ! Ce n’est pas tout à fait une criée, les pécheurs viennent ici vendre leurs poissons aux promeneurs ! Certains restaurateurs viennent également s’approvisionner ici en marchandises fraiches, mais il n’y a pas véritablement de négociations sur des grosses quantités ! Il faut venir le matin vers 9 heures lorsque les bateaux reviennent.
  • 15. Mes notes
  • 16. LA CANNEBIERE La Canebière est ouverte en 1666 lors de l’agrandissement de la ville ordonné par Louis XIV. Son nom vient du provençal «Canebe», chanvre, qui perpétue le souvenir des cordiers installés ici depuis le Moyen-Age. Mais ce n’est qu’avec le départ du Grand Arsenal à la fin du XVIIIe siècle que la Canebière est prolongée jusqu’au port et que de beaux immeubles y sont construits. Le Second Empire et l’expansion coloniale bouleversent la ville : de grandes percées sont ouvertes, de riches bâtiments sont construits, un nouveau port est créé. La Canebière connaîtra ses heures de gloire sous la Troisième République grâce à l’intense activité intellectuelle et commerçante régnant dans les cafés, grands hôtels et grands magasins. La Canebière acquiert une réputation internationale et devient très vite un lieu- symbole de Marseille et de son port. Ce n’est, officellement, qu’en 1928 que la Canebière s’étendra du Vieux-Port jusqu’à l’église des Réformés englobant ainsi la rue Noailles et les allées de Meilhan. Certains immeubles sont classés Monument Historique. La cannebière est une rue du centre de Marseille mesurant mille mètres.
  • 17. Mes notes
  • 18. Savonnerie de la Licorne Depuis plus de cent ans, les machines, les gestes et le savoir-faire sont restés inchangés afin d’offrir au monde entier un savon de haute qualité et de grande renommée. Il est obtenu par un mélange d’huile et de soude. On le broie ensuite avec des rouleaux en granit pour donner finesse et douceur aux produits. Un mélangeur permet d’intégrer les ingrédients entrant dans la composition du savon (miel, essences, parfums, grains de lavande). Le produit obtenu est versé dans une boudineuse afin d’obtenir des « pâtons » de savon. Les savons sont ensuite estampillés manuellement, moulés ou étiquetés.
  • 19. Mes notes
  • 20. NOTRE DAME DE LA GARDE « La bonne mère »figure emblématique veille sur les marins, les pêcheurs et tous les marseillais. La colline de la garde (154m) a toujours été un posted’observation. La basilique a été construite en 1853.
  • 21. Mes notes
  • 22. Le palais du Pharo Le promontoire du Pharo était autrefois appelé la Tête de More. C’était un plateau rocheux sur lequel ne poussaient que des joncs et des herbes marines ; quelques guinguettes y étaient installées. Le nom de Pharo appartenait à l’anse qui fait suite, à l’ouest, à la Tête de More. Le “Faro” était la butte qui séparait cette anse de la pleine mer et sur laquelle se trouvait une vigie, mentionnée au XIVe siècle
  • 23. Mes notes
  • 24. St Victor L’abbaye Saint-Victor de Marseille a été fondée au Ve siècle par Jean Cassien, à proximité des tombes de martyrs de Marseille, parmi lesquels saint Victor de Marseille (en 303 ou 304), qui lui donna son nom. L’abbaye st Victor a un rôle important dans la Provence !
  • 25. Mes notes
  • 26. Stade velodrome Le Stade Vélodrome est une enceinte sportive situé dans le sud de la ville de Marseille. Il est la propriétéde la Ville de Marseille et la résidence de l'Olympique de Marseille depuis son inauguration en 1937 à l'exception de la saison 1965-1966, en raison de différends entre le club et la Mairie, des saisons de la Seconde Guerre mondiale où l'OM ne joue que rarement, et de la saison 1982-1983, pour cause de rénovation en vue de l'Euro 1984. Lors de ces saisons, l'OM retourne dans son ancien stade, le Stade de l'Huveaune. Le Vélodrome est le deuxième stade de France en termes de places disponibles, derrière le Stade de France, avec une capacité de 60 013 spectateurs. Néanmoins, il ne fait pas partie des stades français évalués par l'UEFA au rang de stades quatre ou cinq étoiles.
  • 27. Mes notes
  • 28. Quartier du panier Plus qu’aucune autre ville en France peut-être, Marseille est précédée par sa réputation et par un cortège de clichés forcément inexacts. Il y a d’abord l’image traditionnelle du Marseillais qui, comme dans les films de Pagnol, parle avec l’accent du sud, travaille le moins possible et passe son temps à jouer aux cartes en buvant du pastis sur le Vieux-Port (en caricaturant à peine). Il y a ensuite celle d’une ville dangereuse, à l’insécurité importante,avec ses cités-ghettos. La réalité, c’est que Marseille est une ville extrêmement diverse, cosmopolite, inattendue, méconnaissable d’un quartier à l’autre. Si le tourisme était virtuellement inexistant il y a encore quelques années, on commence à reconnaître aujourd’hui l’intérêt de cette métropole qui a beaucoup à offrir à celui qui sait prendre le temps de l’apprivoiser.
  • 29. Mes notes
  • 30. Vendredi Les calissons Les Aixois sont très attachés à cette confiserie et la consacrent religieusement chaque année, le premier dimanche de septembre, lors de la bénédiction des calissons. Elle est aussi incontournable des 13 desserts provençaux de Noël et elle est devenue, depuis des siècles, l'emblème gastronomique de la ville d'Aix-en- Provence. La devise des calissonniers d'Aix: « le calisson : d’Aix-en-Provence et de nulle part ailleurs » Le calisson fit son apparition à Aix-en-Provence en 1473. La légende veut qu’ils apparaissent au repas de noces du bon Roy René (René d'Anjou, Comte de Provence, Roi de Naples et de Jérusalem), avec Jeanne de Laval. C'est le pâtissier de la cour qui créa cette confiserie, par amour pour sa nouvelle reine, lui rendant ainsi le sourire. Un courtisan surpris demanda à son voisin: "Que déguste notre Reine avec tant de plaisir ?" "Di Calin soum" (ce sont des calins). Le calisson venait de naître. Plus tard, aux heures sombres de la « Grande Peste » de 1630 qui ravagea la contrée et dépeupla les villes, le calisson avait la réputation de protéger contre ce mal terrible. Depuis, chaque 1er dimanche du mois de septembre, l'Eglise Saint Jean de Malte, à côté du musée Granet commémore ce souvenir, lors de la bénédiction des calissons. Cette paroisse est l'un des joyaux de l'art gothique provençal souvent surnommée la "sainte chapelle du midi"
  • 31. Mes notes
  • 32. Calanques de Cassis Une calanque (calanco en provençal, calanca en Corse) est une formation géologique particulière se présentant sous forme d'un vallon étroit et profond à bords escarpés, en partie submergé par la . Creusées dans un calcaire résistant ou dans la roche granitique, les calanques composent de nombreux paysages des côtes méditerranéennes.
  • 33. Mes notes
  • 34. Ile du Frioul Silhouette de calcaire au large de Marseille, l’archipel du Frioul pointe vers la côte les reliefs aigus de ses quatre îles: sur une ligne nord-sud, Pomègues et Ratonneau, If et Tiboulen. Le caractère affirmé des îles et leur relief tourmenté : calanques, plages et criques sablonneuses, à-pics impressionnants, qualité de la lumière, transparence de l’eau, en font un site d’une grande séduction, un lieu encore préservé, une rencontre authentique en Méditerranée. Le microclimat du site engendre des espèces florales originales adaptées aux conditions d’aridité qui le caractérisent. Par ailleurs, le mistral est le grand acteur des îles, il sculpte, il ronge, il ordonne.
  • 35. Mes notes
  • 36. Eleves ANCETTE Maxence BERERD Charlotte BLACHON Adrien BREGAND Thomas BOUREILLE Camille CHAVEROT Sylvain DA COSTA Chloé DEPALLE Damien GUILLEMINOT Sébastien KERKOUB Myriam LORTON Mathieu MAIGRE Anthony MANCEAUX Anthony MAZILLE John PHARABET Paul PLASSE Elodie POTHONNIER Lucas TILLIER Julie Accompagnateurs FAYOT Bernard FONTVIEILLE Jo-Ah MARQUIS Romuald Conception et realisation du carnet de voyage FAYOT Bernard FONTVIEILLE Jo-Ah GUILLEMINOT Sébastien KERKOUB Myriam Que ce voyage vous permette de découvrir de nouveaux horizons , de vous découvrir vous même et qu’il se passe dans la joie et la bonne humeur. BON VOYAGE
  • 37. « Le véritablevoyagede découvertene consiste pas à chercherde nouveaux paysages,mais à avoir de nouveaux yeux. » Marcel PROUST