Your SlideShare is downloading. ×
Solidarité Haïti : 2 ans après, reconstruire la vie
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Solidarité Haïti : 2 ans après, reconstruire la vie

257
views

Published on

A la suite du séisme ravageur qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, la Fondation de France a collecté 34 millions d’euros grâce à la générosité de ses donateurs. …

A la suite du séisme ravageur qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, la Fondation de France a collecté 34 millions d’euros grâce à la générosité de ses donateurs.

Elle poursuit son action pour permettre aux Haïtiens de retrouver des conditions de vie décentes en soutenant des projets durables, sélectionnés suivant des critères rigoureux définis à partir des lignes prioritaires arrêtées par le comité « Solidarité Haïti ».

A ce jour, les fonds recueillis ont été attribués presque en totalité. Le comité « solidarité Haïti » réuni le 16 février 2012 a décidé de réserver le solde pour compléter des projets et dispositifs déjà soutenus, et pour financer des dossiers en cours d’instruction.

Published in: News & Politics

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
257
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. SOLIDARITE HAÏTI Bilan au 31 décembre 2011 www.fondationdefrance.org
  • 2. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 1/12 Sommaire Le temps de l’urgence 3 Relancer l’économie 4 Les fonds d’initiatives locales 5 Reconstruire et réhabiliter les bâtiments 6 Accéder aux services de base 7 Conclusion 9
  • 3. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 2/12 DEUX ANS APRES LE SEISME : RECONSTRUIRE LA VIE Après le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti, la Fondation de France a collecté plus de 33 millions d’euros. En deux ans, les trois quarts de cette somme a été attribuée par la Fondation de France à 164 projets ayant bénéficié à 700 000 personnes. La Fondation de France avait annoncé d’emblée qu’elle interviendrait, dans la durée, sur une période de 4 années : avec ce bilan à mi-parcours, elle explique sa méthode et rend compte des réalisations déjà menées grâce à la générosité de ses donateurs. Dans les jours qui ont suivi le séisme, la Fondation de France a mis sur pied un comité « Solidarité Haïti », en mobilisant des personnes d’horizons très divers, ayant une expérience dans la gestion de ce type d’opérations et pour la plupart d’entre-elles une connaissance préalable du contexte haïtien. Ce comité a rapidement défini les axes d’interventions. Les trois-quarts des fonds collectés ont été réservés aux projets de reconstruction plutôt qu’aux projets d’urgence, pour éviter de gonfler la « bulle humanitaire » qui créé de l’inflation et engendre de nombreux effets pervers. Reconstruire avec les Haïtiens Si secourir les victimes dans l’urgence est essentiel dans un premier temps, il faut ensuite reconstruire, relancer l’économie, favoriser l’emploi et l’activité. La Fondation de France a rapidement annoncé sa volonté d’inscrire son action dans une durée de 4 années, en privilégiant des projets durables : sachant qu’elle ne fait que « passer », elle a été attentive pour que l’aide apportée ne rende pas les haïtiens dépendants. C’est pourquoi l’accent a été mis, dès la première phase d’urgence, sur le soutien d’organisations déjà implantées en Haïti ; dans un deuxième temps, celui du relèvement, seules les organisations travaillant en partenariat avec des associations haïtiennes ont été soutenues. L’étape suivante a consisté à aller plus loin dans cette approche, en soutenant directement les initiatives proposées et portées par les Haïtiens eux- mêmes, par le biais de fonds d’initiatives locales (FIL) dans 4 domaines : l’accès aux services urbains, le développement du milieu rural, la relance économique, la relance du secteur culturel. Ce programme de proximité permet de soutenir des projets jusqu’à fin 2013. La méthode de la Fondation de France a été transférée en Haïti, sans concession sur la rigueur habituelle des procédures, pour garantir transparence et traçabilité des fonds. Chaque projet fait l’objet d’une sélection rigoureuse, les actions sont régulièrement visitées sur le terrain, des rapports détaillés sont demandés aux associations, tous les projets font l’objet d’un audit financier réalisé par un cabinet indépendant. Enfin, la Fondation de France fait appel à des évaluateurs externes pour mesurer la pertinence de son action. Pour permettre aux donateurs qui nous ont confié plus de 33 millions d’euros ainsi qu’à tous ceux qui souhaitent être informés, la Fondation de France actualise régulièrement son site internet www.fondationdefrance.org pour rendre compte des réalisations à travers des fiches de synthèse des projets, bilans de missions, photos et vidéos, cartographie des projets….
  • 4. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 3/12 546 000 personnes ont bénéficié d’une aide d’urgence 21 000 personnes ont reçu des tentes et abris d'urgence 60 000 personnes ont reçu une aide alimentaire d'urgence 114 000 personnes ont reçu des biens de première nécessité 280 000 personnes ont eu accès à l’eau potable et à l'assainissement 31 000 malades du choléra ont été soignés 224 000 personnes ont été sensibilisées aux mesures d'hygiène pour lutter contre le choléra Le temps de l’urgence Le séisme du 12 janvier 2010 a tué plus de 200 000 personnes, en a blessé 300 000 et a laissé un million et demi de sans-abris. Les dégâts importants de ce séisme s’expliquent principalement par le fait qu’il a frappé une grande zone urbaine de 3 millions d’habitants, surpeuplée, aux constructions anarchiques, dans un pays pauvre aux infrastructures limitées… La Fondation de France intervient habituellement en post- urgence, une fois les secours d’urgence assurés. Mais dans ce contexte, elle a décidé de contribuer à hauteur de 25 % des sommes disponibles à des projets d’urgence, et de soutenir en priorité les acteurs internationaux déjà présents en Haïti. 8,3 millions d’euros ont ainsi été attribués à 18 projets : fourniture d’aides matérielles et d’abris temporaires, distribution de nourriture et d’eau potable, accès aux soins, fourniture de moyens financiers (« cash for work »), soutien psychosocial… La Fondation de France a décidé de ne pas attribuer toute l’aide à Port-au-Prince et aux zones directement touchées par le séisme, mais de renforcer également, pour les déplacés, les capacités d’accueil des communautés et familles rurales dans plusieurs départements du pays. Une évaluation menée par un cabinet externe au cours de l’été 20101 confirme que ce positionnement a favorisé des interventions de qualité dans les zones les plus difficiles en termes d’accès ou de sécurité. Choléra : quand l’urgence succède à l’urgence En octobre 2010, une épidémie de choléra éclate en Haïti. Il faut répondre à cette nouvelle urgence, notamment par la mise en place rapide de centres et unités de traitement de la maladie, de centres de réhydratation orale, et par des actions de prévention auprès de la population. La Fondation de France a appuyé rapidement plusieurs organisations déjà présentes sur le terrain et leur a permis de mettre en place ces actions. L’épidémie est aujourd’hui mieux maîtrisée grâce aux efforts du secteur de la santé, mais reste importante et recrudescente en période de pluies. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le choléra a touché plus de 500 000 personnes depuis le début de l’épidémie, et que plus de 6 300 malades en sont morts. 1 Voir http://www.fondationdefrance.org/Nos-Actions/Aider-les-personnes-vulnerables/En-urgence-et-post- urgence/Solidarite-Haiti/Bilans-de-mission/Mission-d-evaluation-Septembre-2010 Une séance de sensibilisation aux mesures d’hygiène pour lutter contre le choléra à Port-au-Prince.
  • 5. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 4/12 Relancer l’économie Avant le séisme, plus de 72% de la population haïtienne vivait avec moins de 2 dollars par jour, 90% des emplois étaient dans le secteur informel. Le séisme est venu accentuer ces difficultés détruisant l’appareil productif ou les murs et laissant beaucoup d’entrepreneurs, d’auto- entrepreneurs et d’employés sans activité. Malgré la précarité du milieu urbain, la ville représente depuis longtemps en Haïti une force d’attraction pour une jeunesse rurale en manque de perspectives et souhaitant rompre avec le labeur de la terre. La présence d’une aide humanitaire massive a accentué ce phénomène et de nombreuses personnes déplacées retournent vers la capitale, ce qui contribue au déséquilibre capitale- province. Il est donc important de ne pas négliger les zones rurales dans la stratégie de relance. 4,6 millions d’euros ont été attribués à 8 projets de relance économique dont les trois quarts en zones rurales. Par exemple, le réseau national de mini-laiteries « Let Agogo », fragilisé par le séisme, a ainsi pu être soutenu et la filière laitière nationale renforcée. Dans le plateau central, le Nord-Ouest et d’autres zones d’accueil de l’après-séisme, la Fondation de France a financé des projets d’intégration socio-économique des familles déplacées, et appuyé des actions de développement rural intégré comprenant à la fois soutien de la production agricole, appui psychologique et activités socioculturelles, éducation à la santé sexuelle, formation…. Certaines zones rurales ont particulièrement souffert du séisme, notamment dans le Sud-Est, où un programme global de dynamisation de l'activité économique dans les sections rurales de Jacmel et Cayes Jacmel a été soutenu. La relance de l’agriculture et de l’élevage permet la création de revenus et d'emplois et l’accroissement des échanges de produits agricoles sur les marchés locaux et régionaux. Micro-crédit et entrepreneuriat Grâce au soutien de la Fondation de France, une organisation spécialisée dans les petits prêts aux personnes vulnérables, travaillant dans les zones difficiles de la capitale, a baissé les taux d’intérêt et a mis en œuvre un accompagnement psycho-social pour ses emprunteurs. Une autre organisation a donné des kits professionnels à 250 micro-entrepreneurs et les a accompagné dans leur projet de création ou de reprise d’activité. Cela a permis de répondre à cette nécessité d’équipement et de formation des petites entités économiques dans les zones affectées par le séisme. Les fonds d’initiatives locales : favoriser les initiatives des haïtiens La Fondation de France a décidé de favoriser la proposition de projets par les haïtiens eux-mêmes, en soutenant les associations : groupements de paysans, comités de gestion de l’eau dans les quartiers, associations culturelles, petites entreprises… 100 000 personnes ont bénéficié de projets de relance économique Plus de 2 000 personnes ont bénéficié d'un accès au micro-crédit 900 personnes ont bénéficié d'une formation professionnelle (artisanat, entrepreneuriat etc.) 1 000 kits d'outils ont été distribués et ont permis à autant de personnes de reprendre une activité 18 000 personnes ont reçu une rémunération contre travaux 26 000 paysans ont bénéficié de matériel, d’intrants et d’infrastructures agricoles réparées 47 000 personnes bénéficient d’une centaine de projets soutenus dans le cadre des fonds d’initiatives locales (FIL).
  • 6. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 5/12 Cette entreprise de reprographie, dévastée par le séisme, a pu racheter du matériel (photocopieurs, ordinateurs…) et bénéficier d’un prêt bancaire pour assurer le fonds de roulement. Aujourd’hui, elle emploie 7 personnes. Quatre fonds d’initiatives locales (FIL) ont été créés pour couvrir les principaux besoins de la société haïtienne : les initiatives urbaines, les initiatives rurales, la micro-entreprise, la culture. Ils ont été dotés de 3 millions d’euros en 2011 et ont permis de soutenir 99 projets. Le FIL Relance économique a été mis en place avec l’objectif de soutenir la création ou le développement de très petites entreprises haïtiennes. Un processus d’accompagnement et de formation, ainsi qu’un mécanisme de subvention et/ou de prêt, permettent aux entrepreneurs de développer des activités productives et génératrices d'emplois. 10 entreprises ont ainsi vu le jour en un an : elles emploient désormais 46 salariés. Le FIL Urbain soutient à la fois des réalisations comme l'aménagement d'infrastructures et d’espaces publics, l'organisation d'événements communautaires, d'actions de sensibilisation ou de formation. Il a pour objectif de renforcer les capacités des acteurs locaux du développement urbain et de redynamiser les quartiers à travers le renforcement des liens sociaux. Le FIL urbain a déjà permis de financer 25 projets bénéficiant à 5 300 personnes. Vues avant/après d’un projet d’aménagement de l’espace qui a permis la réhabilitation d’un quartier de bord de mer insalubre, une route menant à un vaste espace de loisir et à un terrain multisports (basket ball, et football). Cette action permet aux jeunes d’avoir un espace de loisirs et aux personnes habitants à proximité de voir les conditions environnementales largement améliorées. Ce projet a duré 5 mois et coûté 21 800 euros. Acary, adjoint du chef de projet, raconte: « C’est un événement miraculeux, cet endroit, qui s’appelle normalement Cité Drag, était surnommé Cité « Diable » à cause des conditions de vie inhumaines dans la zone. Grâce au projet, on n’appellera plus cette zone Cité « Diable », elle pourra redevenir Cité Drag ». Le FIL Rural répond directement aux initiatives du monde rural haïtien. Il permet un accès aux financements par des opérateurs de développement souvent à la marge de l’aide internationale. On voit ainsi émerger des projets de construction et de réhabilitation de petites infrastructures, d'appui à la transformation et la valorisation des produits agricoles, de développement de l'élevage et d'amélioration des services aux éleveurs, ainsi que des actions d'aménagement et de gestion des bassins-versants et de lutte contre l'érosion des sols. Le FIL Rural finance 33 projets qui profitent à plus de trente mille personnes. La mise en place de l’atelier de transformation de fruits de Labordette a permis à un groupe de femmes issues de la paysannerie, de disposer d’un espace et de matériels adéquats pour produire confiture, beurre de cacahouètes, et autres liqueurs dans des conditions répondant aux normes d’hygiène. Cette action a duré 5 mois et permet aux femmes de cette zone rurale reculée très affectée par le séisme (Petit Goave, département Ouest), de créer leurs propres revenus dans leur localité.
  • 7. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 6/12 Le FIL Culture a vocation à redynamiser la culture haïtienne, non seulement pour renforcer le lien social et surmonter le traumatisme du séisme, mais aussi pour créer des emplois et des débouchés pour ce secteur-clé en Haïti. C’est la raison pour laquelle la Fondation de France a fait le pari de soutenir de nombreuses initiatives culturelles portées par des organisations haïtiennes à travers le FIL Culture. Après un an d’activité, le FIL Culture a financé 31 projets et concerné ainsi plus de 10 000 bénéficiaires. Reconstruire et réhabiliter les bâtiments Début 2011, la commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH) estimait qu’il faudrait au moins 3 ans et plus de 300 millions d’euros pour déblayer les décombres des quartiers de la zone métropolitaine. Le déblaiement est une première étape bien avancée, et les premiers résultats sont là. Reconstruire comporte cependant bien d’autres obstacles, dans un pays où le cadastre est mal défini ou inexistant, où les titres de propriété sont souvent non conformes, les terrains disponibles assez rares et les professionnels peu formés aux normes parasismiques et anticycloniques…. Reconstruire demande par ailleurs une réflexion globale urbanistique et la concertation de nombreux acteurs : secteurs privé et professionnel, société civile, leaders communautaires, élus.... Ce processus participatif, actuellement en cours, est mené par le ministère de la Planification et de la coopération externe, et laisse espérer une rupture avec l’urbanisation non maîtrisée du passé. Il a cependant pris du retard en raison d’une période de campagne, d’élections et de négociations politiques qui a presque duré un an. 3,7 millions d’euros ont été attribués à 13 projets de reconstruction. Réhabilitation et reconstruction d’écoles La Fondation de France a depuis 2 ans financé la reconstruction ou la réhabilitation de nombreux bâtiments scolaires et universitaires : reconstruction d’écoles primaires et secondaires en province et dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, notamment dans des quartiers défavorisés comme ceux de Cité Soleil ou de Martissant, mais aussi reconstruction de l’Ecole Nationale d’Infirmières. 15 000 personnes ont bénéficié des projets de reconstruction 30 000 m 3 de gravats ont été déblayés 14 bâtiments scolaires et universitaires ont été reconstruits ou réhabilités 2 000 personnes ont retrouvé un toit 475 maçons ont été formés 9 000 personnes ont bénéficié d'infrastructures routières et urbaines réhabilitées L’initiative de l’Organisation des paysans de Floquette vise la formation des jeunes en danse et théâtre et la valorisation de groupes de musique traditionnelle, par la fourniture d’équipements et l’appui aux événements culturels locaux. Ces actions ont permis de redonner vie à un patrimoine musical en déclin, et d’offrir un loisir pour tous.
  • 8. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 7/12 Réhabilitation et reconstruction de maisons et lieux de vie communautaires Plus de 150 maisons familiales ont été reconstruites ou réhabilitées dans le Sud-Est et dans le plateau central. Ces projets de reconstruction s’inscrivent dans des programmes plus larges intégrant soit une création de revenus et d’emplois, soit le renforcement de la sécurité alimentaire des familles. Formation aux techniques de construction parasismique La formation des « boss maçons », les artisans maçon, a été soutenue par un programme de formation et d’équipement. Ce sont eux qui reconstruisent, individuellement ou sous contrat avec des ingénieurs : la transmission des bonnes pratiques est donc essentielle. Accéder aux services de base Le séisme a bouleversé la vie des gens qui l’ont vécu. Décès de proches ou de collègues, destruction de son logement, de son environnement habituel… La perte des espaces de vie, des écoles, lieux de culture, bâtiments publics ou historiques, de tous les éléments quotidiens et habituels ont traumatisé l’ensemble du peuple haïtien. Aider les Haïtiens à retrouver des repères et accéder aux services de base a été une des priorités de la Fondation de France. La Fondation de France a par ailleurs veillé à favoriser l’accès à certains services dans des zones de province reculées afin de limiter l’exode rural et le retour prématuré des personnes déplacées vers Port-au-Prince. La reconstruction est certes matérielle, mais elle est aussi psychologique et sociale : certains ont besoin d’un accompagnement pour rebondir et surmonter le traumatisme. Beaucoup d’organisations locales et internationales ont rapidement intégré cette dimension psychosociale dans leurs actions humanitaires. 5,3 millions d’euros ont été attribués à 26 projets permettant aux haïtiens de retrouver un accès aux services de base. 52 000 personnes ont pu retrouver un accès aux services de base 6 000 personnes ont bénéficié de soins de santé primaire 14 000 personnes ont bénéficié d'un appui psychosocial pour surmonter le traumatisme lié au séisme et 6 955 kits scolaires ont été distribués 24 600 professionnels du corps médical, paramédical, scolaire, et associatif ont été formés 26 000 personnes ont pu bénéficier d'animations socioculturelles et d'accès à la lecture Une famille relogée dans la région de Jacmel.
  • 9. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 8/12 Attentive à la reconstruction psychologique des Haïtiens, la Fondation de France a soutenu plusieurs projets intégrant des activités pour les mères et leurs enfants dans des quartiers difficiles et pour les enfants, les jeunes et les personnes déplacées dans les camps. Éducation et formation professionnelle Certains projets donnent accès aux enseignants et aux élèves haïtiens à des supports numériques adaptés pour répondre aux contraintes de l’enseignement tel qu’il est pratiqué en Haiti : classes bondées, professeurs peu formés et matériel pédagogique limité. Le tableau numérique et les programmes participatifs favorisent ainsi l’apprentissage et la participation des élèves. D’autres programmes favorisent la formation à distance des professeurs et étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti ou d’universités privées. Plusieurs programmes de formation professionnelle ont été financés, en province comme à Port au Prince pour valoriser aussi bien les métiers techniques (mécanique, maçonnerie etc.), que les professions de cadres du développement local. Enfin, plusieurs projets ont été soutenus pour favoriser l’accès à la lecture et au savoir par la mise en place de nombreuses activités dans les camps, les bibliothèques de quartiers et dans les bibliothèques universitaires. Santé et soutien psychosocial Dans ce domaine, la Fondation de France a soutenu des projets divers, qui vont de la reconstruction chirurgicale pour réparer les conséquences directes du séisme à des services de santé plus traditionnels mais tout aussi nécessaires compte tenu des conditions de précarité accrues des populations depuis le séisme : soins dentaires pour les habitants des camps, soins de santé périnatals dans les montagnes isolées, prévention et traitement du choléra… Information, coordination, médias, droits humains La société civile haïtienne et la diaspora haïtienne en France s’impliquant en Haïti ont bénéficié d’un soutien de la Fondation de France. Une plateforme d’associations franco-haïtiennes a ainsi pu contribuer au renforcement des associations en France et en Haiti à travers un programme de formation et d’accompagnement, un autre collectif Haïti de France a renforcé son réseau d’organisations françaises travaillant avec Haïti, a diffusé de l’information et œuvré pour la diffusion de bonnes pratiques, un Centre de Ressources et d’Information d’un réseau d’ONG en Haïti a également été soutenu. Du coté des médias, un Centre Opérationnel des Médias a rapidement été mis en place, offrant un accès libre aux journalistes haïtiens et étrangers à un espace de travail connecté à internet ; des formations aux média en ligne ont été organisées pour les journalistes. Trois organisations haïtiennes de défense des droits de l’Homme ont été soutenues, pour leur permettre de remplir leur rôle de veille et de défense des plus vulnérables. La Fondation de France a consacré plus de 3 millions d’euros à une dizaine de programmes d’éducation et de formation.
  • 10. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 9/12 URGENCE : 8 315 000 € 546 000 bénéficiaires RELANCE ECONOMIQUE: 6 999 000 € 104 000 bénéficiaires RECONS- TRUCTION: 3 667 500 € 7000 bénéficiaires ACCES AUX SERVICES: 6 026 275 € 52 000 bénéficiaires Répartitiondes fondsaffectés au 31 décembre 2011 Les grands chiffres Au 31 décembre 2011, plus de 25 millions d’euros ont été attribués pour mener 164 projets. Les deux tiers de cette somme ont déjà été dépensés par les ONG sur le terrain. Conclusion Beaucoup de projets soutenus vont se poursuivre dans les mois qui viennent ; certains vont bénéficier d’un nouveau soutien pour consolider et pérenniser les actions déjà mises en œuvre; de nouveaux projets vont pouvoir être soutenus au cours des deux ans qui viennent, notamment par les quatre fonds d’initiatives locales. La formation de divers acteurs locaux va se poursuivre. Le temps de l’évaluation des divers projets soutenus nécessite également un accompagnement des porteurs de projets locaux pour prendre du recul, de la hauteur, et être en mesure de partager leur bilan. Il s’agit désormais d’assurer la transition du pays d’une phase de reconstruction vers celle d’un développement durable. Tout ce travail n’aurait pu être réalisé sans la contribution des quelque 400 000 donateurs, qu’ils soient des particuliers, des entreprises ou des fondations sous l’égide de la Fondation de France. Nous tenons également à remercier les divers médias qui ont permis cette collecte. Enfin, le travail de terrain des associations sélectionnées et financées a permis de transformer ces dons en réalisations concrètes : nous saluons la qualité de leur travail et leur engagement auprès des Haïtiens.
  • 11. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 10/12 Subventions attribuées au 31 décembre 2011 ORGANISATIONS SOUTENUES Nombre de projets Montants attribués (Euros) ACTED 1 500 000 A Contre-Courant 1 36 575 Action contre la Faim 1 1 622 000 Agence Universitaire de la Francophonie 2 354 000 Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières 3 1 290 000 Aide Médicale Internationale 2 450 000 ALIMA 2 605 000 Alliance Française de Jacmel 1 100 000 Association Franco-Haïtienne pour l’Education et la Culture (AFHEC) 1 550 000 Association Fraternité Universelle (AFU) 1 50 000 ATD Quart Monde 2 370 000 Ateliers Sans Frontières 2 233 700 Bibliothèques Sans Frontières 1 200 000 Care France 1 300 000 Centre International d'Etudes pour le Développement Local (CIEDEL) 1 400 000 Cités Unies France (CUF) 1 980 000 Collectif 2004 Images 1 180 000 Collectif des Associations de Développement en Rhônes-Alpes (CADR) 1 485 000 Collectif Haïti de France 1 116 000 Coopération au Développement de l’Artisanat (CODEART) - Ateliers Ecole de Camp Perrin 1 450 000 Electriciens sans Frontières 2 590 000 Entraide Médicale Internationale (EMI) 1 163 000 Entrepreneurs du Monde 2 780 000 Fédération Enfants-Soleil Internationale (ESOL) 1 42 500 Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH) 1 200 000 Fondation Anne-Marie Morisset 1 258 000 Fondation Culture Création (FCC) 1 145 000 Fondation Max Cadet d'Haïti 1 120 000 Foyer Maurice Sixto 1 430 000 Frères des Hommes (avec Mouvement Paysan Papaye, MPP) 1 642 000 Groupe Médialternatif 1 25 000 Groupement de recherches et d'échanges technologiques (GRET) 1 800 000 Haïti Futur 1 370 000 Handicap International / Atlas Logistique 1 2 059 000 HumaniTerra International 1 250 000 Initiative Développement (ID) 2 830 000 Inter Aide 1 1 470 000 La chaîne de l'espoir 1 50 000 Les Rescapés 1 73 000 Philosoph'art 1 95 000 Planète Urgence 1 264 000 Plateforme d'Associations Franco-Haïtiennes (PAFHA) 1 170 000 Première Urgence 3 720 000 Reporters sans Frontières 1 150 000 Secours Catholique 1 250 000 Secours Islamique France 1 104 000 Solidarités International 1 200 000 SOS Enfants 1 176 000 Sports Sans Frontières 1 400 000 Tèt Kole 1 252 000 Unité de Recherche et d'Action Médico Légale (URAMEL) 1 300 000 Vie et Lumière à Nanterre 1 50 000 Zanmi Lasanté Paris 1 245 000 53 ORGANISATIONS INTERNATIONALES SOUTENUES 65 projets 21 945 775 FONDS d'INITIATIVES LOCALES (FIL) : FIL URBAIN: Groupe de recherches et d'échanges technologiques (GRET) 25 projets 500 000 FIL RURAL: Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières 33 projets 1 362 000 FIL ENTREPRISES: Entrepreneurs du Monde 10 projets 500 000 FIL CULTURE: Fondation Culture Création (FCC) 31 projets 700 000 ORGANISATIONS HAÏTIENNES SOUTENUES 99 projets 3 062 000 TOTAL 164 projets 25 007 775
  • 12. Fondation de France – Bilan Haïti au 31 décembre 2011 – Informations actualisées au jour le jour sur www.fondationdefrance.org p. 11/12 Merci... Aux 400 000 donateurs Aux collectivités territoriales Aux entreprises Aux Fondations sous l’égide de la Fondation de France Pour leur générosité et la confiance qu’ils nous témoignent Aux médias et sites Internet sans lesquels l’expression de cette solidarité n’aurait pas été possible Fondation de France 40 avenue Hoche 75008 Paris Tél : 01 44 21 31 00 Fax : 01 44 21 31 01 www.fondationdefrance.org