• Like
Catalogue de la saison 2012-2013 de la Fondation Clément
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

Catalogue de la saison 2012-2013 de la Fondation Clément

  • 1,217 views
Published

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,217
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
3
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Fondation Clémentart contemporain nov. 2012 août 2013
  • 2. Robert Charlotte Guyane > Pigments du 9 nov. au 16 décembre 2012 Exposition collective z soirée - rencontre du 29 mars au 12 mai 2013 jeudi 22 novembre 2012 à 19h z soirée - rencontre z dimanche - découverte 27 mars 2013 9 décembre 2012 à 10h z dimanche - découverte 21 avril 2013 Esthétique de la rencontre Karine Taïlamé Exposition collective du 26 avril au 2 juin 2013 du 30 nov. au 6 janvier 2013 z dimanche - découverte z soirée - rencontre 12 mai 2013 à 10h 28 novembre 2012 z soirée - rencontre z dimanche - découverte jeudi 16 mai 2013 à 19h 23 décembre 2012 Global Caribbean IV Exposition collective Antoine Nabajoth du 24 mai au 7 juillet 2013 du 21 déc. au 27 janvier 2013 z dimanche - découverte nov. 2012 z dimanche - découverte 6 janvier 2013 à 10h 2 juin 2013 z soirée - rencontre août 2013 Ismael Mundaray 13 juin 2013 du 18 janvier au 3 mars 2013 z soirée - rencontre Catherine Théodose 16 janvier 2013 du 7 juin au 14 juillet 2013 z dimanche - découverte z dimanche - découverte 20 janvier 2013 23 juin 2013 à 10h Christophe Mert Alain Dumbardon du 1er février au 10 mars 2013 du 19 juillet au 25 août 2013 z dimanche - découverte z dimanche - découverte 17 février 2013 à 10h 21 juillet 2013 à 10h z soirée - rencontre z soirée - rencontreFondation Clément vendredi 1er mars 2013 à 19h jeudi 25 juillet 2013 à 19h Hector Charpentierart contemporain du 15 mars au 21 avril 2013 z soirée - rencontre jeudi 21 mars 2013 à 19h z dimanche - découverte 14 avril 2013 à 10h
  • 3. Robert Charlotte né en 1966 z Robert Charlotte à la Martinique du 9 novembre au 16 décembre 2012 vit et travaille à la Martiniquevéyé lavi’w z soirée - rencontre ...Comme tout Martiniquais, je connaissais l’existence des pitt jeudi 22 novembre 2012 - 19h sans pour autant les avoir réellement fréquentés. Dès ma première séance de pitt, une grande émotion s’est dégagée de cet univers. Point de barbarie ni de violence. Une grande humanité s’est im- z dimanche - découverte posée. Alors que je croyais aborder un monde du passé, je décou- 9 décembre 2012 - 10h vris une multitude de visages, jeunes et vieux, féminin masculin, qui me révélèrent toute la « vivance » du pitt. Frappé par l’ex- z Expositions (sélection) pression des visages, je découvrais les tensions, les inquiétudes, 2012 Maditierra les songes de chacun. Une ambiance de passionnés où s’exprime Biennale Festival del Caribe une diversité sociale. Quelques soient les moyens financiers de exposition collective chacun, c’est l’esprit du jeu qui l’emporte. Précieux, élégants et Santiago (Cuba) modestes, tous se mêlent dans le jeu. Seuls comptent la techni- que et le savoir-faire des « teams ». Si le coq paraît être au cen- 2009 Entre vues tre du pitt, sa vraie valeur vient des hommes qui l’ont fait, éle- Fondation Clément veurs, soigneurs et écuries. Un ensemble de gestes et de signes exposition collective traversent le pitt de manière incompréhensible pour le spectateur Le François (Martinique) novice. Très vite il devient évident qu’ils ont un sens et une va- 2008 Anba fey leur. Les combats ne se passent pas seulement dans l’arène, mais Portraits de quartier aussi dans les gradins. Alors que les affrontements verbaux et les Fort-de-France (Martinique) moqueries fusent entre les joueurs, la confiance et l’honnêteté gèrent les paris. Rien n’est noté, tout est verbal et aucune ré- 2007 Déambulation urbaine clamation ne se fait entendre. Comment rendre hommage à ces exposition collective hommes qui rendent ce lieu magique et qui savent transmettre Saint Domingue et cultiver de telles valeurs humaines ? Comment retranscrire ces (République dominicaine) rencontres à travers une série de portraits photographiques ?< Jean Cheny, éleveur, Fort-de-France, Sainte-Thérèse, 2010 (détail)
  • 4. Exposition collective z Esthétique de la Dominique Berthet, commissaire rencontre du 30 novembre au 6 janvier 2013 à la Cuverie Cette exposition intitulée « Esthétique de la rencontre », ras- semble une sélection d’artistes dont le travail est présenté par z soirée - rencontre Dominique Berthet dans son nouvel ouvrage : Pratiques artistiques mercredi 28 novembre 2012 - 19h contemporaines en Martinique. Appartenant à des générations dif- férentes, utilisant des médiums diversifiés, défendant des concep- tions artistiques parfois éloignées les unes des autres, qu’ont-ils z dimanche - découverte en commun ? Ils ont joué un rôle essentiel dans la construction 23 décembre 2012 - 10h d’une histoire de l’art à la Martinique ainsi que dans la réflexion sur l’élaboration d’un art nouveau et spécifique. Ils développent aujourd’hui un travail qui parle d’un lieu et d’une histoire tout en s’ouvrant au reste du monde. Cette esthétique de la rencontre dans laquelle ils s’inscrivent est aussi une rencontre des imaginaires. Au-delà de leur diversité, ils se rejoignent sur un certain nombre de questionnements comme les notions de mémoire, d’héritage, de trace, d’identité, d’appropriation, de fragment auxquelles ils donnent des formes et des traitements à chaque fois singuliers.< Christian Bertin, La Blesse, workshoop à Grand Rivière, juillet 2002. Photo : C. Bertin
  • 5. Antoine Nabajoth né en 1964 z Antoine Nabajoth à la Guadeloupe du 21 décembre au 27 janvier 2013 vit et travaille à la Guadeloupema vie dans le quartier « Ma vie dans le quartier » Tout d’abord, de quel quartier s’agit-il ? Celui de la « Rue du cimetière », petit quartier des Abymes où la frénésie de la vie tra- z dimanche - découverte ditionnelle, dynamique, symbolique, tourné vers les petits mé- 6 janvier 2013 - 10h tiers (ti lolo, marchandes, pécheurs, ouvriers) qui maintenaient intact un mode de vie typique basé sur la nature que la moder- z Expositions (sélection) nité ne cesse d’éprouver. 2010 Kaz, mas é moun an kannaval Médiathèque du Lamentin C’est de ce lieu, conservatoire d’us et de coutumes qu’est le Le Lamentin (Guadeloupe) « Lakou » (traduit – les cours de quartiers), lieu de passage de transition et de rencontre que se cristallise l’essence de la vie de 2009 Art Bémao, ces quartiers qui tendent à s’étioler avec le temps. manifestation d’art moderne et contemporain Baie-Mahault (Guadeloupe) La question de la survivance de ces lieux est posée. A travers cet intérêt pour ce lieu de résistance, l’artiste porte son regard ana- 2007 16 septembre 2009 chronique sur sa société en pleine reconfiguration à travers trente Londres (Angleterre) toiles. Les toiles traitent différents thèmes afférents au lieu dit : ani- maux de basse-cours, petits métiers, carnaval, les cases, la cour, et autres traditions de veillée mortuaire. C’est un regard critique des effets de la modernité sur la tradi- tion et le mode de vie, certes plus confortable, mais avec ses effets secondaires que Nabajoth porte sur l’art et la société gua- deloupéenne.< Marchande de cerises, acrylique sur toile, 2012< Marchande de mangues, acrylique sur toile, 2012 - Photos : Jean-Pierre Volet
  • 6. Ismael Mundaray né en 1952 z Ismael Mundaray au Vénézuela du 18 janvier au 3 mars 2013 vit et travaille à Paris à la Cuverietrace d’existence z soirée - rencontre L’horizon, avec sa chromatique évanescente, sépare la terre du mercredi 16 janvier 2013 - 19h ciel et nous transporte sur le terrain du mythe, vers des ruptures avec le temps où les forces célestes et telluriques, humaines et divines fusionnent entre elles, où la dualité jour/nuit, actif/pas- z dimanche - découverte sif donne l’impression de disparaître. 20 janvier 2013 - 10h De cette optique, Ismaël Mundaray imagine et peint la diversité dont les traces de l’existence sont imprégnées. Une vision minimaliste qui dématérialise l’accessoire : murs, por- z Expositions (sélection) tes, toits… afin de nous faire pénétrer dans notre véritable foyer : 2011 Le jour et la Nuit, Madiana Palais des Congrès, le cosmos. Schœlcher (Martinique) L’artiste crée des espaces et des temps de poésie visuelle. Ces révélations se heurtent à des sentiments qui vont du sublime à El Dia y la Noche, Allegro Galeria l’apparemment insignifiant. Panama (Republica del Panama) (…) Nous sommes face à des horizons poétisés ; entre traces d’exis- tence et d’absence qui nous mènent à recréer les instants éternels 2010 Il est mort le soleil, Atelier Z de nos vies, où le temps et l’espace se brisent, laissant le passage Centre Culturel Christiane Peugeot à notre propre globalité du quotidien. Paris (France) Eduardo Planchart Licea 2009 Presencia y ausencia Heart Galerie Paris (France) Hot art fair, Art in Basel, Miami (USA) Clair de lune, Galerie T&T Basse-Terre (Guadeloupe)< Basket en claro de luna, 200x200 cm, acrylique sur toile, année 2010
  • 7. Christophe Mert né en 1974 z Christophe Mert à la Martinique du 1 février au 10 mars 2013 er vit et travaille à la Martinique Atoumo = à tous maux = atout mots. Atoumo du nom d’un arbre appartenant au jardin créole et faisant partie de la pharmacopée traditionnelle. z dimanche - découverte Atoumo = à tous maux = atout mots. 17 février 2013 - 10h La vie est une longue route sur laquelle il y a des messages qu’il faut prendre le temps de lire afin d’éviter certains accidents. z soirée - rencontre vendredi 1er mars 2013 - 19h Il faut mettre des mots sur les maux afin de trouver la guérison. Les panneaux de signalisation qui accompagnent notre quotidien pour nous orienter ou nous conseiller sont réutilisés et deviennent z Expositions (sélection) des mots qui construisent des phases annonçant ou dénonçant nos 2011 Guérisseurs d’âmes maux. Atrium Fort-de-France (Martinique) Pour illustrer la phrase : « Atout : mots à tous maux ». La lumière accentue certains mots et révèle d’autres maux 2007 Saje Brooklyn comme pour les souligner ou encore insister pour retenir notre New York (USA) attention. 2007 DUTA (Duala Urban Touch of Art) Notre identité composite favorise la rencontre. Douala (Cameroun) Les matériaux, les techniques se rencontrent sur des supportsatoumo différents pour créer un tout, en interdépendance tout comme 2006 Carifesta devrait vivre consciemment le monde. Port of Spain (Trinidad and Tobago) < Lunaire, technique mixte, 2012 < Ich bwa, technique mixte, 2012
  • 8. Hector Charpentier né en 1950 z Hector Charpentier à la Martinique du 15 mars au 21 avril 2013 vit et travaille à laart, beauté et sens Martinique « Si tu penses comme moi, tu es mon frère. Si tu ne penses pas comme moi, tu es deux fois mon frère parce que tu m’ouvres à autre chose ». z soirée - rencontre jeudi 21 mars 2013 - 19h Cette pensée d’un sage malien cristallise ma propre conviction, la différence de pensée enrichit les relations, enrichit le monde. z dimanche - découverte 14 avril 2013 - 10h Elle permet d’entrer en résistance contre la mondialisation uni- formisante. z Expositions (sélection) Le manifeste de la Figurabstraction (1992) met en exergue que les 2011 Biennale peuples doivent s’exprimer dans leurs spécificités, avec le langage Florence (Italie) vrai de leur culture régionale. Comme je le dis souvent, on ne peut parler valablement que de ce 2010 Exposition universelle Shanghai (Chine) que l’on connaît – sa région – sa culture – son environnement. Pour ce faire, j’utilise le figuratif qui vient épouser l’abstrait pour se mélanger dans une nuance de tons caribéens. Un va et vient entre le réel et l’irréel qui loin de créer un vertige veut engager vers des champs inexplorés. Les thèmes de prédilection sont essentiels : la vie – le temps – les éléments – le patrimoine. Un grand respect de l’homme en général et de la femme martini- quaise en particulier confrère à la Figurabstraction un humanisme qui se veut international puisque le rendez-vous souhaité est la rencontre d’autres sensibilités sur la scène internationale.< La pause après la pose (détail)
  • 9. Exposition collective z Guyane > Pigments du 29 mars au 12 mai 2013 Colette Foissey, à la Cuverie commissaire David Redon, La poésie fracassante de Léon Gontran Damas tisse les fils ondu- commissaire-adjoint leux, fleuves d’Amazonie et épiphytes, de cette exposition dédiée à la Guyane et à ses artistes. L’homme a marqué la Guyane d’une empreinte indélébile, présence tacite, tactile, illicite, éclatante ou en sourdine. Les artistes ont leur sang mêlé de toute la fureur de ne pas mourir. z soirée - rencontre Le parti pris est de suivre les linéaments aléatoires des tendan- mercredi 27 mars 2013 - 19h ces actuelles en Guyane et de plonger dans leurs racines qui vont chercher, loin et profond, oxygène et nutriments. La mangrove est là et les artistes ont, pour avancer, l’obligation de se hisser. z dimanche - découverte Rhizomes profonds, africains, amérindiens, bushinengé, améri- 21 avril 2013 - 10h cains et aussi européens et asiatiques, qui trament des palimp- sestes imprévus. Dans le « Tout-monde » en suspension, ouverte à la confrontation, l’exposition ne claquemure pas dans une « guyanité » obsédante ; elle met en évidence les sources, les apparentements, les disso- nances et les dissidences sur le Plateau des Guyanes. Trois séquences déroulent  Guyane>Pigments, échos volés au poète dont on célèbre le centième anniversaire de la naissance : « en gros caractères », « la frénésie/des yeux/la frénésie des mains/ la frénésie/des pieds de statues », «... très do/très ré/très mi/ très fa/très sol/très la très si/très do/ré-mi-fa/sol-la-si/do ». Elles affichent  les pluriels de la création sur le mode rythmé et syncopé de la danse et donnent cris et voix aux multiples visages de l’art contemporain de ce fragment de France en Amérique qui scande énergies et lumières. Qui est Pigments dans la chair, la peau et< Le cri du Maroni, 1986, toile sur contre-plaqué, tout l’œuvre.122x184 cm (détail). Collection particulière.Photo : © Philippe Roger
  • 10. Karine Taïlamé née en 1983 z Karine Taïlamé à la Martinique du 26 avril au 2 juin 2013 vit et travaille à la Martinique Madinina Beauty est une « installation-jardin » composée de fragments de dessins et de peintures organisés. z dimanche - découverte 12 mai 2013 - 10h L’espace d’exposition se transforme en un terrain de jeu clos où l’artiste cultive des fleurs et des arbres fruitiers au gré de son inspiration. z soirée - rencontre jeudi 16 mai 2013 - 19h Karine Taïlamé propose un espace aménagé, dans un souci es- thétique s’inspirant des jardins martiniquais, miroir de la société z Expositions (sélection) qui les crée. Jardin d’intuition et de vécu, porteur d’une culture 2011 Caraïbe en expansion originale en opposition au jardin savant occidental. Les œuvres Centre Culturel de Rencontre s’organisent les unes par rapports aux autres, dans un ensemble Fonds Saint-Jacques de différents assemblages. Sainte-Marie (Martinique) Le visiteur se retrouve plongé dans un paysage d’expérimenta- 2011 Ma ville fantaisie Ministère des finances de Bercy tion créé par l’artiste, où se posent la question et la direction du Paris (France) regard du public. 2010 Primera trienal del caribe Le spectateur devient acteur de l’œuvre en découvrant le par- Musée d’art moderne cours. Par un chatoiement de formes et de couleurs, « l’installa-madinina beauty Saint Domingue tion-jardin » est un clin d’œil à la Martinique d’aujourd’hui. (République dominicaine) 2009 Fragments de paysages Galerie André Arsenec - Atrium Fort-de-France (Martinique) < Madinina Beauty, (détail d’installation), techniques mixtes, 2012
  • 11. Exposition collective z Global Caribbean IV du 24 mai au 7 juillet 2013 Edouard Duval-Carrié, commissaire à la Cuverie z dimanche - découverte Le projet Global Caribbean sous l’égide du programme « Caraïbes 2 juin 2013 - 10h en création » de l’Institut Français a été mis en place pour pro- mouvoir l’expression artistique contemporaine caribéenne. Cette quatrième exposition, intitulée « Global Caribbean IV : French West z soirée - rencontre Indies & Guiana : Focus on the contemporary expression», présente jeudi 13 juin 2013 - 19h en partenariat avec la Green Family Foundation à Miami, du Little Haiti Cultural Center, de la Haitian Cultural Arts Alliance et de l’Ins- titut Français quatorze artistes des territoires caribéens français. Cette exposition est d’abord présentée au Little Haïti Cultural Cen- ter dans le cadre de la prestigieuse foire internationale Art Basel de Miami du 7 décembre 2012 au 16 février 2013, puis à la Fonda- tion Clément en Martinique du 24 mai 7 juillet 2013.< Mirto (Guyane), Sodium, photographie couleur, 2008
  • 12. Catherine Théodose née en 1946 z Catherine Théodose vit et travaille à la du 7 juin au 14 juillet 2013 Martinique Deux, l’ombre et la lumière z dimanche - découverte Deux, 23 juin 2013 - 10h le secret et l’éclat z Expositions (sélection) Deux, 2009 Entre deux rives l’idée et la façon Maison des consuls Saint-Céré (France) Va et vient d’une existence entre deux mondes 2009 Octobre rose Ombrageuse et tendre, double est ma vie Atrium L’harmonie, dit-on, vient de l’équilibre entre Fort-de-France (Martinique) l’insaisissable et l’évidence Pas de deux, de vous à moi, dans ce travail à venir. Vayrac< Rue mauve, huiles sur toile, 1997 deux
  • 13. Alain Dumbardon né en 1951 z Alain Dumbardon à la Martinique du 19 juillet au 25 août 2013palimpsestes vit et travaille à la Martinique Les palimpsestes sont des manuscrits anciens sur parchemins effa- cés par des copistes au Moyen âge pour être réutilisés ; l’écriture originelle subsistant partiellement sous la seconde. z dimanche - découverte Ma méthode de travail s’apparente en partie à cette manière 21 juillet 2013 - 10h de faire : peindre sur un support, le réutiliser pour un nouveau tableau, recouvrir, transformer, cacher ; faire en sorte que les couches inférieures transparaissent en filigrane. z soirée - rencontre jeudi 25 juillet 2013 - 19h Pour cette exposition mes supports de prédilection sont l’écorce de bois pilé et le papier ; sans contrainte thématique ni référence z Expositions (sélection) à un sujet précis je travaille par étapes, progressivement ; sur 2012 Cos - Césaire un corazòn mon palimpseste une forme se transforme en une autre du fait par Casa del Caribe exemple d’une superposition, d’une transparence ou d’un grattage Santiago (Cuba) ainsi j’ai la surprise de découvrir une forme à laquelle au départ je n’ai pas pensé, des signes peuvent surgir à côté d’éléments peints, 2011 Alliance Française dessinés intentionnellement. Mes palimpsestes sont donc souvent Guayaquil (Equateur) l’objet d’un retravail fait de retouches presque permanentes. Au départ ces supports me servent de palette, j’y étale de la cou- 2009 et 2011 Galerie André Arsenec - Atrium leur, des formes se révèlent, se dévoilent, se meuvent au fil de mes Fort-de-France (Martinique) intentions peindre, effacer, superposer, gratter ; c’est en défini- tive une tentative de faire ressurgir la mémoire enfouie. 2010 Biennale Suba VIIe Biennal de Arte Bogota (Colombie)< Palimpsestes, acrylique sur papier, 2012
  • 14. Fondation d’entreprise de GBH, la Fondation Clément mènedes actions de mécénat en faveur des arts et du patrimoineculturel dans la Caraïbe.Elle soutient la création contemporaine avec l’organisationd’expositions à l’Habitation Clément, la constitution d’unecollection d’œuvres représentatives de la création caribéennedes dernières décennies et la co-édition de monographiessur les artistes martiniquais. Elle gère aussi d’importantescollections documentaires réunissant des archives privées,une bibliothèque sur l’histoire de la Caraïbe et des fondsiconographiques. Enfin, elle contribue à la protection dupatrimoine créole avec la mise en valeur de l’architecturetraditionnelle.
  • 15. Conception graphique : Hexodewww.fondation-clement.orgwww.facebook.com/fondationclementHabitation ClémentLe François - MartiniqueTél. : 05 96 54 75 51