Monique Romon, Professeur de Nutrition

911 views
767 views

Published on

Voici la présentation sur le thème de "la précarité et l'alimentation", de Monique Romon, Professeur de Nutrition à l'Université de Lille 2, participante de l'évènement de la Fondation Louis Bonduelle "Les Rencontres" en 2008.

Published in: Health & Medicine
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
911
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Monique Romon, Professeur de Nutrition

  1. 1. PrécaritéPrécarité et alimentation Monique Romon Professeur de Nutrition Université Lille2
  2. 2. Qu’ Qu’est ce que la précarité? précarité La précarité se définit comme une très forte incertitude quant aux chances de conserver ou récupérer une situation acceptable dans un avenir procheSDF Travailleurs pauvres Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 2
  3. 3. Le constat* Population de 1594 individus âgés de 18 à 70 ans – représentative de la population nationale, – sélectionnée selon la méthode des quotas (critères utilisés: age, sexe, PCS, région)* Programme NUTRIALIS-RARE J P Poulain M Romon Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 3
  4. 4. donné Recueil de donnéesMesures anthropométriques: poids mesuré envêtements légers, taille rapportéeQuestionnaire en face à face– Signalétique– Pratiques alimentaires: reconstruction de la journée précédente– Normes alimentaires: aliments qui pour le sujet doivent constituer chacune des prises alimentaires normées (repas) de la journée Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 4
  5. 5. Indice de positionnement social (PS) calculé àpartir de :– Catégorie socio-professionnelle– Diplôme– Revenus 3 groupes: Faible PS Moyen PS Haut PS Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 5
  6. 6. obésité fréL’obésité n’est pas plus fréquente que dans les classes sociales moyennes 12 11,2 10,6 10 8 6 6 P=0,01 4 2 0 faible moyen haut POSITIONNEMENT SOCIAL Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 6
  7. 7. Mais elle est plus sévère! sé 2,1 21,5 1 0,8 P=0,020,5 0,06 0 faible moyen haut POSITIONNEMENT SOCIAL Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 7
  8. 8. préparé On consomme plus de plats préparés, plus de fromages, mais la consommation de fruits et de légumes dépend plus de l’âge que de lé dé l’ la classe sociale 1,4 1,2 ** 1nb de prises par jour * faible 0,8 moyen ** haut 0,6 0,4 * 0,2 * 0 plats préparés pain fromage allégés poissons Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 8
  9. 9. consommé Parmi les aliments devant être consommés lé cité les légumes et le poisson sont cités moins opposé souvent, à l’opposé des charcuteries faible moyen haut ** 2 **nombre de citations 1,5 *** 1 ** 0,5 0 poissons légumes charcuteries pain Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 9
  10. 10. lé Consommation de légumes et indicateurs de la classe sociale1,2 La consommation de 10,8 légumes est plus faible0,60,40,2 pour les bas revenus. 0 <950 950-1700 1700-2700 >2700 Mais elle est davantage liée au niveau 1,2 d’éducation1,15 1,11,05 10,95 ≤ CAP ou BEP Bac à Bac + 2 Bac + 3 et plus Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 10
  11. 11. Quelque soit le niveau , ils considèrent considè qu’ qu’ils devraient en manger plus! 21, 81, 61, 41, 2 ≤ CA P ou B E P 1 B ac à B ac +2 B ac +3 et pl us0, 80, 60, 40, 2 0 Nombr e de l égumes consommés Nombr e de l égumes ci t és Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 11
  12. 12. Les raisons Le coût ?
  13. 13. Coût de l’énergie dans les aliments (prix/cal) (Darmon, Drewnowski, Briend, Pub Health Nutrition, 2004) 40 huileDensité énergétique (MJ/kg) 30 margarine beurre R2 = 0.49 p. de terre 20 chocolat biscuits sucre biscottes fromage 10 légumineuses pain viande rouge viande maigre yaourt elle log agrumes poisson lait salade éch 0 légumes verts 1 10 100 1000 Coût de lénergie (€cents/MJ) Les aliments conseillés sont des sources chères d’énergie Les aliments riches en énergie sont des sources d’énergie bon marché De plus, ils sont: pauvres en eau, donc faciles à conserver (limite le gaspillage) agréables à consommer (gras/sucre), pauvres en eau, donc légers (facilite le transport) Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 13
  14. 14. lé lié Les achats de légumes frais sont liés au revenu, lé mais non ceux des légumes en conserve* 50 45 Légumes frais 40 35kg/personne/an 30 25 20 Conserves, surgelés 15 10 5 0 1500 3500 5500 7500 9500 F/personne/mois*Secodip 1997 Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 14
  15. 15. n’ coûIl n’ y a pas que le coût
  16. 16. Comme le montrent les achats lacté de desserts lactés* 11 Yaourts aux fruits, aromatisés 10 9 Yaourts naturekg/personne/an 8 7 6 Desserts lactés 5 4 3 1500 3500 5500 7500 9500 F/personne/mois *Secodip 1997 Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 16
  17. 17. La contrainte économiqueIntervient relativement peu sur les achats au quotidienMais exclut de la société de consommationParadoxalement , certains aliments, valorisés par lapublicité apparaissent comme le seul « luxe » Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 17
  18. 18. déAutres déterminants
  19. 19. Place de l ’alimentation dans la vie familiale* Affaiblissement de la pratique culinaire avec la déstructuration de la cellule conjugale L ’alimentation n ’assure plus son rôle structurant mais suit et renforce les contraintes sociales et familiales des individus* Lhuissier A. Pauvreté, monoparentalité et alimentation, une étude de cas dans le Nord de laFrance. Cahiers de nutrition et de diététique. 2006, 41-2, 104-110 Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 19
  20. 20. déAutres déterminantsLes préoccupations de santéà long terme
  21. 21. difficulté Secondaires devant les difficultés de la vie quotidienne ne sont pas moteurs du comportement45 4540 4035 3530 3025 2520 2015 1510 105 50 0 tabagisme sédentarité tabagisme sédentarité femmes hommes James et al BMJ; 1997 314: 1545 Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 21
  22. 22. ConclusionLa prise en charge de ces populations estprioritaireIl est nécessaire de développer des outilsd’éducation adaptés à ces populationsEt d’avoir un discours adapté à leurspréoccupations Rencontres Fondation Louis Bonduelle 2008 22

×