éThique publique et participation citoyenne
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

éThique publique et participation citoyenne

on

  • 818 views

 

Statistics

Views

Total Views
818
Views on SlideShare
818
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
29
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    éThique publique et participation citoyenne éThique publique et participation citoyenne Presentation Transcript

    • Éthique publique et participation citoyenne
    • Participation et éthiqueLa participation des citoyens aux affaires publiques est une question fondamentale d’éthique publique: Elle nourrit la citoyenneté, qui concerne l’exercice des droits et libertés par chaque citoyen et le développement individuel et collectif des compétences démocratiques (prendre la parole, faire entendre sa voix, argumenter sans violence, etc.) : la responsabilité partagée de faire ensemble les lois de notre Cité Elle améliorer la qualité de notre vie démocratique, des débats publics qui s’y déroulent et de sa capacité d’inclure de manière égale une diversité de points de vue (contre la technocratie) Elle améliore la qualité des décisions publiques (la gouvernance): une décision sera meilleure si elle est informée par une diversité de points de vue, de valeurs et de savoirs, par l’intelligence collective
    • La participation citoyenne Au moment des élections et sous diverses formes institutionnalisées: la participation publique, organisée par l’État et son administration  Les scrutins, pour choisir le gouvernement  Les consultations publiques, pour orienter les décisions du gouvernement  Les conseils d’administration et tables de concertation  Les conseils de quartier de Québec (qui doivent être demandés dans les quartiers par les citoyens) À tout moment de la vie publique, quand la situation l’exige ou quand l’indignation est à son comble:  Dictature, pouvoir autoritaire ou totalitaire  Indignation face à la corruption  Pouvoir abusif et mépris des institutions  Inaction et passivité de l’État face à certains problèmes  Désengagement volontaire de l’État(éducation, services sociaux, culture, etc.) Dès que les citoyens s’organisent pour agir dans l’espace public, ils construisent et animent la « société civile », à la différence de l’action isolée.
    • La société civile Qui participe? Ce qu’on appelle la société civile La société civile n’est ni l’État ni le marché (secteur privé à but lucratif plus ou moins régulé par l’État selon les pays et les époques) Le singulier est trompeur: elle est tout sauf homogène et du même avis (elle n’est pas la gauche, par exemple). Elle rassemble: associations, regroupements, syndicats, partis politiques, organismes communautaires, mais aussi des mouvements collectifs spontanés qui se forment dans des moments d’indignation = le peuple qui s’organise dans sa diversité pour s’opposer au pouvoir abusif, injuste, dictatorial Comment elle agit? De multiples façons:  La résistance au nazisme  OccupyWall street  Occupons Québec  Québec 2001  Défense de la radio CHOI-FM
    • Étienne de la Boétie (1530-1563)  1549 : Etienne de La Boétie na pas encore 18 ans lorsquil écrit le Discours de la servitude volontaire ou Le ContrUn, en réaction au saccage de Bordeaux, consécutif à la révolte de sa population contre létablissement dune nouvelle taxe. Futur conseiller au parlement de Bordeaux, puis à la Cour, le jeune Etienne y voit lun des stigmates dun absolutisme quil entreprend de dénoncer et dont il accuse le peuple den être non seulement le complice, mais encore le véritable responsable.
    •  Celui qui vous maîtrise tant, na que deux yeux, na que deux mains, na quun corps, et na autre chose que ce qua le moindre homme du grand nombre infini de nos villes : sinon quil a plus que vous tous, cest lavantage que vous lui faites pour vous détruire. Doù a-t-il pris tant dyeux ? Doù vous épie- t-il, si vous ne les lui donnez ? Comment a-t-il tant de mains pour vous frapper, sil ne les prend de vous ? Les pieds dont il foule vos cités, doù les a-t-il, sils ne sont les vôtres ? Comment a-t-il aucun pouvoir sur vous que par vous autres mêmes ? Comment vous oserait-il courir sus, sil navait intelligence avec vous ! Que vous pourrait-il faire, si vous nétiez receleurs du larron qui vous pille, complices du meurtrier qui vous tue, et traîtres de vous-mêmes ? Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres. Je ne veux pas que vous le poussiez ou l’ébranliez, mais seulement ne le soutenez plus, et vous le
    • Les enjeux de la démocratie dans lemonde Dans de nombreux pays: se débarrasser de dictateurs et enfin pouvoir choisir un gouvernement démocratiquement Les inégalités sociales et économiques sont le plus grand obstacle à la démocratie Au Québec: utiliser la publicité sociale et les techniques de marketing pour amener les gens à voter… Avez-vous voté ou allez-vous voter? Pourquoi?Les indignés 2011 La démocratie n’est jamais acquise ni définitive. Toute brèche laisse s’engouffrer la dictature de la pensée ou de l’action. La liberté peut se perdre. Mais la démocratie s’adapte aussi à toutes sortes de contexte:  Budgets participatifs  Tribunaux Gacaca au Rwanda
    • Le modèle grec (451-411)• 50 ans de démocratie directe, appuyée par une prospérité due à l’impérialisme• Gouvernement en rotation, sans parti ni programme: une délibération constante dans l’agora• Un principe de représentativité unique: tirage au sort dans 10 tribus de 500 gouvernants qui se relaient; des assemblées du peuple tous les 9 jours, avec quorum de 6000 personnes! La stochocratie plutôt que le vote.• Le misthos: compensation pour le manque à gagner en raison de la participation: Vers le milieu du Ve siècle av. J.-C. en 451 av. J.-C. Périclès mit en place une indemnité journalière de présence au sein de lHéliée et de la Boulê, ainsi quaux spectacles des Panathénées : c’est le misthos (« salaire ») destiné à faire participer les citoyens les plus pauvres et les plus distants de la ville. Elle leur permettait de chômer un jour pour assurer leurs fonctions civiques et politiques. Le montant du misthos passa de deux à trois oboles par jour sous Cléon, soit léquivalent du faible salaire dun ouvrier.• Valorisation du logos, de la parole argumentée, intelligente, non violente
    • Analyse de la participation citoyenneou publique au Québec Différentes interprétations et façons de lire l’actualité:  Faible participation au vote et aux consultations: ignorance, incompréhension des enjeux, frivolité, indifférence, cynisme, rejet des politiciens, sentiment d’impuissance, lucidité sur la faiblesse du pouvoir national, tournant vers la participation non institutionnelle?  Nouvelles formes de participation, société civile internationale: un piège car loin de la prise de décision politique nationale ou lucidité sur la délocalisation des lieux de pouvoir? Argument de l’incompétence des citoyens : position technocratique qui confond « expertise pointue » et « intelligence collective » dans laquelle les savoirs se complètent et s’interrogent selon le principe de la « tête bien faite ». Rapports de pouvoir-savoir à
    • Les communicateurs publics et laparticipation citoyenne Le journalisme: INFORMER les citoyens sur ce qui se passe et notamment sur les actions du pouvoir – ouvrir des espaces de discussion – valoriser la diversité des sources et des points de vue – préserver la liberté de parole de la société civile  Exposé sur le journalisme public, citoyen Les relations publiques et la publicité: ANIMER et APPUYER la participation en faisant connaître la société civile dans l’espace public et en aidant la société civile ou l’État à organiser correctement des événements ou des consultations qui permettent la prise de parole, l’expression respectueuse de points de vue diversifiés:
    • Conclusion: Défis éthiques descommunicateurs dans le cas de laparticipation citoyenne Donner la parole à toutes les voix de manière juste et équitable, sans se laisser impressionner par le pouvoir ou par l’argent; rester intègre, ne pas se faire acheter ou manipuler Représenter adéquatement la parole recueillie dans différents milieux (État, marché, société civile) sans privilégier de manière non justifiée une voix par rapport aux autres Informer, encourager les gens à s’informer et à exercer leur esprit critique Appuyer le maintien d’une société civile active, qui remplit bien son rôle politique