éThique et morale avec narration
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

éThique et morale avec narration

on

  • 939 views

 

Statistics

Views

Total Views
939
Views on SlideShare
939
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
32
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

éThique et morale avec narration éThique et morale avec narration Presentation Transcript

  • Éthique et jugement moral Un survol des questions
  • Quatre formes de réflexionmorale Déontologique: fais ce que dois, obéis aux codes moraux, respecte les normativités en place. Une action est bonne parce qu’elle obéit à des règles bonnes et qu’elle est animée par une bonne intention. Téléologique – utilitariste: fais en sorte que le maximum de gens soient heureux à la suite de ta décision. Une action est bonne si ses conséquences sont bonnes, créent du bonheur. Éthique de la responsabilité: quoique tu fasses, aies le souci des conséquences de tes choix sur autrui et sur le monde avant d’obéir, même à un code d’éthique. Éthique de la sollicitude : élan vers l’Autre qui souffre, qui a besoin d’aide.
  • Société postmoderne, pluralité desvaleurs Absence de références absolues et immuables, qui engendre une solitude morale parfois insoutenable : « que dois-je faire? » Valeurs collectives rivales et opposées qui multiplient les situations de dissonance cognitive pour les individus (exemples: performance et solidarité, individualisme et solidarité) Pression vers le conformisme reste très forte
  • Les valeurs: au carrefour de l’individu etde la société (la culture) Représentent un idéal, ce qu’il est « bien » de faire ou de vouloir (dimension cognitive-normative) N’ont de sens que dans une communauté, avec autrui (dimension sociale) Permettent de désigner ce qui compte pour le sujet (la personne humaine) et qui lui permet de trancher entre des options (dimension pratique) Horizon toujours inaccessible, mais auquel on croit (dimension spirituelle)
  • La liberté, au coeur de l’éthique 4 aspects ou dimensions de la liberté:  Le libre-arbitre (« ça me tente »)  L’autonomie de la volonté (sujet rationnel)  La liberté pratique (réflexivité, décision, action)  Les libertés civiles fondamentales Pas d’enjeu éthique s’il n’y a pas de liberté d’action et de pensée Liberté est liée à l’identité par le biais de la responsabilité de soi, de ses actes à travers le temps
  • Éthique ou morale? Variations selon lesauteursMorale: • ensemble des normes et règles, prescriptions et proscriptions • mais aussi mode de vie (mœurs): renvoie à la communauté, à la société en général par le biais des comportements des individus et des institutions qui la constituent • Nécessaire rempart contre le mal?Éthique: • réflexion de second degré sur la morale et les normes (méta- morale) • au pluriel, des « morales sectorielles », liées à des pratiques professionnelles • Visée éthique: avoir une vie bonne. Cela renvoie à la personne, à l’individu, mais qui est toujours inséré dans une communauté, comme le montre Ricoeur.La philosophie morale selon RicoeurPodcast sur le pardon
  • Paul Ricoeur, (Soi-même comme unautre, 1990: 200) « Cest donc par convention que je réserverai le terme déthique pour la visée dune vie accomplie et celui de morale pour larticulation de cette visée dans des normes caractérisées à la fois par la prétention à luniversalité et par un effet de contrainte » Visée éthique: « une vie bonne pour et avec autrui dans des institutions justes ». Morale donne des guides. Quand ils sont insuffisants, l’éthique (la visée de la vie bonne, pour et avec autrui dans des institutions justes) doit prendre le relais sous la forme du « jugement moral en situation ». « légitimité dun recours de la norme à la visée, lorsque la norme conduit à des impasses pratiques » (P. 201)
  • Enjeux de l’éthiquecontemporaine La Shoah et le procès Eichmann: quand la loyauté et l’obéissance aux règles édictées par l’État sont immorales et destructrices de notre humanité… « Comment répondre de nos actes lorsqu’on ne peut plus se contenter d’obéir à une instance supérieure qui saurait à notre place ce qu’il faut faire? » (Russ et Leguil) Idéal situé dans une tradition culturelle et politique: celle des Lumières, du sujet libre et rationnel Kant : Sapere Aude! Ose penser par toi- même! Pensée critique et réflexion éthique: inséparables
  • Éthique de la responsabilité Environnement: Hans Jonas et le principe responsabilité: « L’humanité doit agir de telle sorte que les conséquences de son action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur la Terre » Sciences: le principe de précaution l’emporte sur la productivité scientifique Exemple de David Suzuki et la génétique Le projet de loi 112 sur la pauvreté : souci public des conséquences incarné dans une loi
  • Le jugement moral Pas seulement le jugement rationnel de celui ou celle qui domine ses passions Nourri par les intuitions morales (héritées de la socialisation), mais aussi par les émotions Analyse, synthèse, capacité de juger et d’évaluer les options, « culture morale » (références à des jugements antérieurs), imagination morale: imaginer les conséquences des différentes options. Prudence et humilité (Aristote)
  • Les conflits moraux Expérience éthique du manque (vie insatisfaisante) ou du conflit (impossibilité de faire un choix acceptable ou complètement justifiable) Un dilemme moral consiste en un conflit impliquant des raisons/intuitions morales qui donnent lieu à des obligations apparemment incompatibles : dissonance cognitive
  • Éthique et langage• L’éthique ne se joue pas seulement dans une mystérieuse « conscience »: elle se dit, se nomme, s’argumente, se débat dans le langage.• Habermas: Ce qui est moral doit pouvoir être argumenté et débattu publiquement; la justification rationnelle.• L’éthique narrative, ouverte à toutes les dimensions du jugement moral, du conflit de normes à la sagesse pratique (les contes et fables!)• Les débats publics: de l’éthique collective
  • Une démarche de réflexion éthique dansun contexte social pluraliste Narration de l’expérience éthique et formulation du conflit ou du dilemme Délibération (examen des faits, des valeurs et des raisons d’agir) et son terme: la décision Justification de la décision par de bonnes raisons: l’argumentation publique La poursuite du dialogue malgré les désaccords (accord de base, écoute, compromis), dans le respect et l’égalité – sans violence Ne pas ignorer les enjeux de pouvoir
  • Bilan: posture morale de l’éthique deresponsabilité Inquiétude, doute Reconnaissance de la faillibilité et de la fragilité humaines, mais aussi de la possibilité de l’intégrité/fidélité à un horizon moral Solitude et absence de repères, mais capacité de dialoguer, de raconter, de nommer