L’hypnose éricksonienne comme outil thérapeutique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

L’hypnose éricksonienne comme outil thérapeutique

on

  • 3,022 views

 

Statistics

Views

Total Views
3,022
Views on SlideShare
2,342
Embed Views
680

Actions

Likes
0
Downloads
72
Comments
0

2 Embeds 680

http://www.depage.be 678
http://translate.googleusercontent.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

L’hypnose éricksonienne comme outil thérapeutique Presentation Transcript

  • 1. L’hypnose éricksonienne comme outil thérapeutique
  • 2. « Ce qui tourmente les hommes, ce n’est pas la réalité mais les opinions qu’ils s’en font » Epictète
  • 3. Que cache le terme d’hypnothérapie?
    • « hypnos », Dieu du sommeil dans la mythologie grecque et frère de Thanatos,Dieu de la mort suggère à tort que l’hypnose est une forme de sommeil.
    • … Il n’en est rien!
  • 4. Pourquoi Ericksonienne ?
    • Milton H. Erickson :
    • - principal représentant de l’hypnose thérapeutique
    • - un des initiateurs de la thérapie brève
    • - fondateur de la société américaine d’hypnose
    • - professeur de psychiatrie à l’université du Massachusetts
    • - lié à l’école de Palo Alto et à Gregory Bateson
  • 5. L’hypnose, une communication avec l’inconscient
    • Milton H. Erickson le définit comme contenant toute notre mémoire, comme gérant nos fonctions physiologiques, comme étant un immense réservoir de ressources et d’expériences
  • 6. Principes de l’hypnose éricksonienne ou nouvelle hypnose
    • 1) L’HE prend nettement distance par rapport à l’ancienne hypnose qui s’appuyait sur l’autorité directive
    • 2) L’HE induit un état de conscience intermédiaire entre veille et sommeil: c’est un état de conscience modifié. Le patient garde le contrôle de ses actes et l’intégrité de son libre arbitre
  • 7.
    • 3) L’hypnothérapeute fera un usage important de la métaphore thérapeutique (histoires, contes, paraboles, images symboliques…) en partant de la représentation du patient.
  • 8. Hypnose et sciences
    • Programme des recherches au sein du département d’anesthésie-réanimation de l’université de Liège
    • Si on compare :1) en état de sommeil
    • 2) en imagerie mentale
    • 3) en hallucinations
    • 4) en hypnose
  • 9. Résultats:
    • A l’EEG: l’hypnose n’est pas un sommeil
    • A l’EOG: mouvements oculaires lents et horizontaux en hypnose
    • A l’EMG: muscles plus détendus en hypnose
  • 10.
    • Le développement de l’electrophysiologie et l’avènement du PETscan ont mis en évidence une base neurobiologique de l’hypnose à savoir une activation de certaines parties spécifiques du cerveau lors de l’état hypnotique
  • 11.
    • Il s’agit d’un processus psychologique particulier, une aptitude naturelle, une potentialité innée
  • 12. Autres critères relevés dans la recherche:
    • augmentation de la focalisation de l’attention
    • facilité d’accès à la mémoire
    • augmentation de la suggestibilité
    • diminution du raisonnement
    • diminution du jugement
    • modification de la perception de soi, de l’environnement et du temps
  • 13. Critères souvent énoncés par les patients :
    • sensations corporelles diverses
    • impression d’être ici et ailleurs
    • indifférence aux bruits extérieurs
    • souvent grand confort
    • relâchement des traits du visage
    • démangeaisons
    • réactions musculaires au niveau des paupières
    • ralentissement psychomoteur
    • respiration plus lente et plus profonde
    • immobilité du corps
  • 14. Problématiques pouvant être traitées par hypnose
    • L’hypnose est un outil dont le champ d’action est presque infini comme le sont les types d’interaction particuliers qui s’établissent entre l’hypnothérapeute et l’hypnotisé.
  • 15.
    • « le développement personnel, l’apprentissage, la santé, la préparation mentale, l’évolution spirituelle, la gestion du stress, le bien-être en général »
  • 16. A . Le champ de la psychologie
    • « Ils ont vaincus parce qu’ils se sont vus vaincre » Virgile
    • pour développer des ressources dont on a besoin (calme, confiance, energie,…)
    • se programmer des futurs plus positifs
    • réguler une fonction de notre corps
    • modifier certains comportements
    • améliorer ses performances
    • travailler sur le sommeil
  • 17.
    • Et aussi dans le traitement :
    • des dépressions
    • des peurs, anxiété, phobies
    • des troubles sexuels
    • des troubles alimentaires
    • des problèmes de poids
    • des troubles psychosomatiques
    • des dépendances
  • 18.
    • Il s’agira d’apprendre :
    • à trouver la détente
    • à maîtriser ses émotions
    • à prendre distance par rapport aux évènements
    • à prendre conscience de sa valeur personnelle
    • à avoir une image plus positive de soi
    • à chasser les idées noires
  • 19. B . Dans le domaine médical
    • En chirurgie: Utilisation de l’hypnose associée à une sédation intraveineuse légère. Cela permet d’opérer les patients avec un grand confort chirurgical
    • Dans la prise en charge du patient douloureux: l’efficacité antalgique de l’hypnose est de plus en plus reconnue en clinique. Des études expérimentales récentes, utilisant des méthodes d’investigations adéquates, le confirment
  • 20.
    • Dans le traitement d’un patient douloureux, il est
    • primordial:
    • 1) d’accueillir le patient
    • 2) de croire en sa douleur
    • 3) de fixer un objectif concret et facilement atteignable (par la suite, les objectifs peuvent être élargis)
    • 4) d’apprendre au patient l’autohypnose et ce afin de rendre le patient plus actif, plus autonome et de le rendre partenaire
  • 21. C . Champ juridique et/ou psychothérapeutique
    • Hypnose : sérum de vérité ?
    • Des expériences menées en laboratoire tendraient à montrer que l’hypnose , en désinhibant l’esprit critique tend à favoriser l’émergence de faux souvenirs
  • 22. La thérapie
    • « Adjoindre l’hypnose au traitement, c’est gagner en efficacité et écourter la thérapie »
    • Araoz
  • 23.
    • L’espace thérapeutique est un espace
    • d’ accueil:
    • Accueil / écoute de la différence
    • Accueil / respect
    • Espace échange
  • 24.
    • Erickson disait :
    • « L’hypnose se déroule dans le patient; il s’agit d’une expérience dans laquelle les patients modifient leur relation avec l’environnement; ils modifient leur relation avec vous et avec tout ce qui se déroule »
  • 25.
    • La première chose essentielle:
    • Être accueilli dans sa souffrance , dans son manque; se sentir compris
  • 26.
    • L’hypnothérapeute garde en tête certaines préoccupations essentielles:
    • Le souci de l’autre, celui de la communication, de non intrusion, d’accompagnement…
  • 27.
    • La transe est un état naturel que l’on a déjà tous expérimenté…
  • 28.
    • Le secret d’une réussite: un patient qui veut s’en sortir, un thérapeute qui vit son outil, une relation de qualité entre patient et thérapeute
  • 29.
    • MOTIVATION/CONFIANCE/COLLABORATION
  • 30. Causes d’échec :
    • prise en compte insuffisante des bénéfices secondaires du symptôme
    • mauvaise compréhension des besoins du patient
    • attente démesurée vis-à-vis de l’intervention hypnotique
  • 31. Grands axes de la thérapie:
    • orienter le sujet vers le présent et le futur
    • simplifier au maximum ses interventions
    • veiller à la collaboration du patient
    • déterminer et préciser l’objectif de la thérapie
    • amener certains recadrages (de sens, de contexte…)
    • rechercher des exceptions au problème et les possibilités de les amplifier
    • remanier l’imaginaire dans un sens qui aide
  • 32. Conclusion:
    • Nous pourrions donc parler de l’hypnose comme d’un état naturel dans lequel les facultés mentales critiques sont momentanément suspendues et /ou le sujet utilise principalement l’imagerie ou des processus de pensées primaires
  • 33.
    • L’inconscient est un vaste réservoir de ressources susceptible d’être réactualisé et pouvant opérer des changements.
    • « Faire confiance en son inconscient » est sans nul doute le concept fondamental d’Erickson.
  • 34.
    • Erickson préférait les méthodes indirectes, naturelles attirant l’attention sur l’image, un souvenir, une anecdote.
    • Le but est de toute façon d’orienter progressivement le patient dans son monde intérieur
  • 35.
    • Le clinicien n’est rien d’autre qu’un compagnon de route.
    • L’hypnose clinique n’est pas l’hypnose de foire.
    • L’hypnose thérapeutique est autant que possible utilisée naturellement et peut s’intégrer dans un mode de relation habituel sans explication complexe.
  • 36.