Febelfin conférence de presse 04.03.2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Febelfin conférence de presse 04.03.2013

on

  • 994 views

 

Statistics

Views

Total Views
994
Slideshare-icon Views on SlideShare
806
Embed Views
188

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

6 Embeds 188

http://www.febelfin.be 165
http://febelfin.be 14
http://bela16.swaltsu.com 6
http://bela16.rssing.com 1
https://febelfin.be 1
https://www.febelfin.be 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • Invoetbaltermen: “3 – 3 – 4” opstelling
  • Introspectie“Nietvanuiteenivorentoren” maar samen met stakeholdersUitwerkingStrategische Agenda
  • Traditionele bancaireoctroi de crédit om te bestendigen wat er al isAlternatieve financiering om mogelijkheden te creëren voor verzuchtingen samenleving binnen de nieuwe context en beperkingen (regels & rendabiliteit)
  • Hierbijkangesprokenworden over Mifidalsook Twin Peaks IIOorzakelijkverbandMiFiD II!:Inzake juridische aansprakelijkheid:Oorzakelijk verband tussen eventuele fout en eventuele geleden schade dient niet meer te worden aangetoondVraag kan gesteld worden of dit nog een proportionele maatregel en de verhouding respecteert tussen enerzijds mogelijk geleden schade ten gevolge van een fout en anderzijds de voorziene dwangsommen (“haalt men hier geen onredelijk grote kanonnen naar boven”?)
  • ‘betaalverkeer moet als het wegennet zijn: zo snel, zo veilig en goedkoop mogelijk’Hoe komen we daartoe? Multikanaal = best of bothworlds (brick & click)Innovatief om banksector in de digitale wereld van de toekomst binnen te brengen (vb. recente aankondiging van BC/MC over betalen met smartphone)Veiligheid: investeren in hardware & sensibiliseringStimuleren betaalverkeer om maatschappelijke cost of cash te verlagen
  • !!! Opgelet: dit jaar eerder rond de 4% - beduidend méér, maar te weinig voor gezonde en duurzame financiering economie (verder uit te werken)Duiding rond 4,5%:Hoe duurzaam is deze winst?Vergeet niet dat je oog moet hebben voor verplichtingen inzake versterking van eigen vermogen & winstreserveringen die in deze gebruikt worden (goed voor een 60% van die 4,5% = > 1,8% blijft over)Hierop eveneens nog roerende voorheffing betalen (in zelfde voorbeeld blijft er met roerende voorheffing ad 25% nog 1,35 over)
  • Hier kunnen eventueel ook aangehaald worden:20 miljoen kosten voor roerende voorheffing 21 +4Kostrpijs hervorming spaarboekje= operationele kosten (zie ook slide 15)
  • Rentabilité pour leclient:Unerentabilitéinsuffisantepourraitaboutir àuneréduction des investissements,un étiolement de l’offre.Unerentabilitéinsuffisantepourraitaboutir àuneraréfaction des crédits,un renchérissement du prix des crédits,une contraction au niveau du service,unehausse du prix des produits.Rentabilité pour lepersonnel:Rentabiliténécessaire pour pouvoirrémunérer les travailleursRentabilité pour l’actionnaire:Rentabiliténécessaire pour pouvoirrémunérer les actionnaires
  • Ditvormteen kern-slide omtetonendat de Belgischebanksectorzijnopdrachtinzake de financiering van de Belgischeeconomienietheeftveronachtzaamd.
  • Watbetreftdalinggraadfinanciëleonafhankelijkheid: in heteerstedeciel (dwzvoor de allerkleinsteondernemigen) van de onderzochte KMO-populatiedaalde de graad van financiëleonafhankelijkheid maar liefst met 12,7%-punt over de voorbije 10 jaar!Watbetreftnegatiefvermogen: in 2002 bedroegdit 15,4%
  • Wijhebben nu eerst de traditionele, bancaireoctroi de créditbelicht,Nu kijken we het andereluik: de alternatievevormen van financiering
  • Zie hierover ook de NBB in haar jaarverslag (quote geciteerd op slide 20):“In Belgiëzetten de kredietinstellingen de sedert het uitbreken van de financiële crisis begonnenherstructurering van hunbalansvoort. In 2012 verminderdenze met name hunvorderingen op de periferelanden van het eurogebied. Terzelfdertijdspitstenzezichopnieuw toe op hunintermediatieactiviteiten in België en op hunstrategischemarkten: de bij de retailcliëntenaangretrokkendeposito’snamen toe en de octroi de créditbleef over het geheelgenomengehandhaafd. “
  • Veranderdlandschap: hard gewerktaansolvabiliteit, liquiditeit risicoprofiel is forsverminderdNieuwregelgeving & toezicht arsenaalomrisicoprofieltebeperken is aanwezig

Febelfin conférence de presse 04.03.2013 Febelfin conférence de presse 04.03.2013 Presentation Transcript

  • Défis pour un secteur financier belge auservice de l’homme et de l’économieFilip Dierckx, Président FebelfinMichel Vermaerke, Administrateur délégué FebelfinFebelfin 4 mars 2013
  • AGENDADéfis pour le secteur financier belge au servicede l’homme et de l’économieI. 3 missions de baseII. 3 facteurs de réussiteIII. 4 engagementsIV.Conclusion Febelfin 4 mars 2013 2
  • I. 3 missions de base Febelfin 4 mars 2013 3
  • Missions de base fixées par exercices externe et interne Rapport CSR Agenda stratégique Notre souhait est maintenant que dans le cadre d’une étroite concertation, un Modèle financier durable et vital puisse être instauré. Cette concertation doit permettre de développer une vision à long terme pour le secteur. Une vision tenant compte de la capacité du secteur et basée sur les principes d’égalité des conditions de concurrence et de proportionnalité. Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons mettre en place un cadre stable qui permettra au secteur de contribuer à la création de prospérité pour la communauté. Filip Dierckx, Febelfin Luncheon Febelfin 4 mars 2013 4
  • 3 missions de base du secteur financier pour la société QUELLES MISSIONS DE BASE ? Financer l’économie Tendre vers un équilibre dans le traitement de l’épargne et des investissements Oeuvrer à une infrastructure financière moderne et efficace Dans le cadre d’une réglementation équilibrée, d’un contrôle efficace et d’un fonctionnement de marché concurrentiel Febelfin 4 mars 2013 5
  • Missions de base du secteur financier Financer l’économie Octroi de crédit Formes alternatives bancaire traditionnel de financement • Octroi de crédit aux • Fonds PME à LT -entreprises -ménages • Obligations de projets / -pouvoirs publics prêt citoyen • Taux concurrentiels • Capital à risque • Gestion des risques • … responsable Febelfin 4 mars 2013 6
  • Missions de base du secteur financier Tendre vers un équilibre dans le traitement de l’épargne et des investissements Febelfin 4 mars 2013 7
  • Missions de base du secteur financier Oeuvrer à une infrastructure financière moderne et efficace Febelfin 4 mars 2013 8
  • II. 3 facteurs de réussiteMots clés : réalisme, collaboration, rentabilité Febelfin 4 mars 2013 9
  • Que faut-il pour continuer à remplir lesmissions de base ? Réalisme Collaboration L’exécution et dialogue des missions avec les de base va de pouvoirs pair avec publics Rentabilité suffisante Febelfin 4 mars 2013 10
  • Le réalisme est indispensableEviter les dichotomies insurmontables Les banques ne peuvent prendre aucun risque Les banques doivent Les banques octroyer des crédits doivent attirer bon marché davantage de Le funding à LT funding à LT deviendra plus cher et plus risqué du fait de Bâle III et du bail-in Les banques doivent réduire leurs bilans et Les banques doivent leurs leviers octroyer davantage de Les banques ne crédit peuvent pas être complexes Les banques opèrent sur des marchés globalisés complexes Les banques doivent mieux rémunérer le Les banques doivent carnet d’épargne octroyer des crédits bon marché 11
  • Collaboration et dialogue avec les pouvoirs publics Quelques exemples Bâle III (financement des exportations, LCR) Moratoire produits complexes Covered Bonds Trajet d’accompagnement Ford Genk & ArcelorMittal Plan bancaire / Table ronde financement des PME Febelfin 4 mars 2013 12
  • Une rentabilité suffisante est essentielle … ROE 2000 20,4 2001 13,7 2002 11,8 2003 13,6 2004 15,8 2005 18,5 2006 22,4 2007 13,2 -36,5 2008 -2,6 2009 2010 10,5 2011 0,7 Jan-Sept 2012 4,5 -40 -30 -20 -10 0 10 20 30 Source : Présentation Febelfin sur la base de données BNB. Données consolidées, et, à partir de 2006, sur la base des schémas de reporting IAS / IFRS. ROE: return on (average) equity. Febelfin 4 mars 2013 13 (Uniquement pour les banques de droit belge).
  • … mais la rentabilité est mise sous forte pression … Environnement économique Mesures structurelles Initiatives prudentielles RENTABILITE DU SECTEUR Mesures Exigences enopérationnelles FINANCIER BELGE capitaux Contributions Protection des 14 sectorielles Coût du capital consommateurs
  • … pour des raisons fiscales … Contribution bancaire brute : 961 mio EUR (paiement Fonds de protection “ordinaire” non comptabilisé) 2012 2013* (en mio EUR) (en mio EUR)Taxe d’abonnement 175 ~210Contribution annuelle DGS 258 258“ordinaire”Contribution temporaire 580 161DGS spéciale / supplémentaireContribution annuelle au Fonds de 251 251Résolution (FSC)Nouvelle taxe annuelle sur les 81 81établissements de créditCharge de contributions brutes 1.345totale pour le secteur ~961Paiement par le Fonds de 580protection “ordinaire” ~161Charge de contributions nettes 765totale pour le secteur ~800 * Estimation 2013. Montant dépendant de l’évolution exacte des dépôts d’épargne en 2012. Febelfin 4 mars 2013 15
  • … pour des raisons opérationnelles … Evolution du cost – income ratio (en %) Les charges 2000 72.2 opérationnelles 2001 74.1 croissantes sont 2002 74.7 sources d’importantes 2003 73.9 préoccupations, e.a. : 2004 72.0 2005 72.6 • Plus de 2006 réglementation, de 55.7 contrôle et de 2007 61.1 compliance 2008 85.0 • Dossiers spécifiques 2009 77.5 de réforme (21% + 2010 65.9 4%, réforme carnet 2011 67.3 d’épargne, …) Jan-sept 2012 71.4 • Evolution coûts 50 55 60 65 70 75 80 85 90 salariauxSource : Données sur une base consolidée et, à partir de 2006, conformémentaux normes IFRS. Febelfin 4 mars 2013 16
  • … et un manque de rentabilité durable peutavoir un impact dans différents domaines Une réduction des fonds propres nuit à la liquidité et à la solvabilité Système financier moins solide Febelfin 4 mars 2013 17
  • L’évolution vers un secteur financier durable et vital au service de l’homme et de l’économie passe par : 3 MISSIONS DE BASE 3 FACTEURS DE REUSSITE 4 ENGAGEMENTS Febelfin 4 mars 2013 18
  • III. 4 engagements Febelfin 4 mars 2013 19
  • Engagements du secteur financier pour la société Le secteur financier s’engage Febelfin 4 mars 2013 20
  • Febelfin 4 mars 2013 21
  • “Pour chaque EUR d’épargne supplémentaire,un EUR de crédit a été octroyé”(fin 2007 – fin 2012) Evolution volume comptes d’épargne réglementés et crédits depuis 2007 (Source : Banque Nationale de Belgique) Fin 2007 Fin 2010 Fin 2011 Fin décembre Hausse entre fin 2012 2007 et fin décembre 2012Dépôts EUR 148,8 EUR 214,8 EUR 218,7 EUR 235,8 + EUR 87,0d’épargne milliards milliards milliards milliards milliardsréglementés (+ 58,5 %)Crédits aux EUR 97,1 EUR 112,6 EUR 115,8 EUR 116,7 + EUR 19,6entreprises milliards milliards milliards milliards milliards (+ 20,2 %) + 87,5Crédit EUR 139,3 EUR 165,5 EUR 175,6 EUR 183,2 + EUR 43,9 milliardshypothécaire milliards milliards milliards milliards milliards EUR (+ 31,5 %) DE PLUSCrédits aux EUR 68,8 EUR 82,2 EUR 91,7 EUR 92,8 + EUR 24,0 (depuispouvoirs publics milliards milliards milliards milliards milliards 2007)belges (+ 34,8%) Febelfin 4 mars 2013 22
  • Evolution de l’octroi de crédit aux entreprisesExtrait du Rapport annuel 2012 de la Banque Nationale de Belgique :En Belgique, les établissements de crédit ont poursuivi la restructuration de leur bilan qu’ils avaient entamée dèsl’éclatement de la crise financière. En 2012, ils ont notamment procédé à une réduction de leurs expositions enversles pays périphériques de la zone euro. Dans le même temps, ils se sont recentrés sur leur activité d’intermédiation enBelgique et sur leurs marchés stratégiques : les dépôts collectés auprès de la clientèle de détail se sont accrus, et l’octroide crédits a globalement été maintenu. Données Febelfin = BNB + crédits d’engagement + indépendants / professions libérales 128 mia EUR (Décembre) 117 mia EUR (Décembre) Données BNB = volume de crédits utilisés par les sociétés non financières belges Febelfin 4 mars 2013 23
  • Octroi de crédit aux entreprises à des tauxconcurrentiels Taux d’intérêt moyen pondéré des nouveaux crédits 2,92% Septembre Septembre Septembre Septembre Décembre 2008 2010 2011 2012 2012 5,54% 3,05% 3,43% 2,98% 2,92% (plancher historique) Febelfin 4 mars 2013 24
  • Octroi de crédit traditionnel sous pression … Conjoncture Baisse de la production Baisse de la demande de crédit de crédit Impact possible sur la solvabilité et dégradation de Contexte économique difficile l’indépendance financière des PME Réglementation Octroi de crédit à LT/MT Bâle III plus difficile Febelfin 4 mars 2013 25
  • La conjoncture pèse sur la demande etla production de crédit Demande de crédit Production de crédit Source: Données Febelfin. Baromètre trimestriel du crédit aux entreprises. Febelfin 4 mars 2013 26
  • Conjoncture : fonds propres des PME sous pression Le degré d’ndépendance financière est le rapport entre les capitaux propres et le total du passif. Quand le ratio est élevé, l’entreprise est indépendante des fonds de tiers, ce qui a deux conséquences positives : d’une part, les charges financières sont faibles et pèsent donc peu sur les résultats ; d’autre part, de nouvelles dettes peuvent, si nécessaire, être contractées facilement et dans de bonnes conditions. Le degré d’indépendance financière peut également être interprété comme une mesure du risque financier encouru par l’entreprise, la rémunération des tiers étant fixe, contrairement aux résultats de l’entreprise, qui fluctuent dans le temps. • Ces 2 dernières années (après une progression continue entre 2003 et 2009), le degré d’indépendance financière (rapport entre les fonds propres et les engagements) des PME a diminué • Ces 10 dernières années, le degré d’indépendance financière a baissé de 12,7 points de pour cent pour les toutes petites entreprises • En 2011, 17,3% des entreprises avaient des fonds propres négatifs • Enquête de la BNB auprès d’un échantillon de 242.000 sociétés non financières (226.000 PME et 16.000 grandes entreprises; pour l’année 2011) Source: BNB – Résultats et situation financière des entreprises en 2011 27
  • Conjoncture : les dossiers des PME présentent un niveau de risque croissant Nombre de demandes de crédits de PMECatégorie de PME dont moyennes entreprises dont petites entreprisesrisques(1) Part dans le total des Part dans le total des Part dans le total des Evolution Evolution Evolution demandes de crédit demandes de crédit demandes de crédit (en %) (en %) (en %) (en %) (en %) (en %) 2011 2012 2012 / 2011 2011 2012 2012 / 2011 2011 2012 2012 / 2011Risque faible 55,5 50,6 -15,2 56,0 50,6 -14,5 55,3 50,6 -15,6Risque 27,9 30,7 2,7 31,3 35,4 7,3 25,9 27,9 -0,7moyenRisque élevé 7,9 10,1 18,6 6,7 8,0 13,2 8,6 11,4 21,0Risque très 1,4 1,5 0,5 1,1 1,2 -0,9 1,5 1,7 1,0élevéPas de 7,3 7,1 -9,7 4,9 4,8 -7,0 8,7 8,5 -10,6résultat Source : enquête interne Febelfin (1) Les catégories de risques sont réparties sur la base de la Probability of Default (PD) - Faible (de 0% à environ 0,8%) - Moyen (d’environ 0,8% à environ 4%) - Elevé (d’environ 4% à environ 21%) - Très élevé (d’environ 21% à 100%) Febelfin 4 mars 2013 28
  • Besoins de financement de l’économie Octroi de crédit bancaire Formes alternatives traditionnel de financement Octroi de crédit à Octroi de crédit à Financement àLT par les banques CT par les banques Capital à risque LT de la dette Crédits d’investissement Crédits documentaires Straight loans Fonds PME Crédits à l’exportation Obligations de projets Win-win à LT Crédits à l’exportation Crowd funding à CT Prêt citoyen TRANSFORMATION INTERMEDIATION Febelfin 4 mars 2013 29
  • Dialogue du secteur avec les pouvoirs publics sur lefinancement alternatif Fonds PME Capital à risque Prêt citoyen ~ Obligations de projets Febelfin 4 mars 2013 30
  • Autres points d’attention Conditions et Funding loss recommandations de crédit Financement à CT Crowd funding Febelfin 4 mars 2013 31
  • • Maintien octroi de crédit (BNB)• Conjoncture et donc dossiers plus difficiles• Initiatives financement alternatif• Points d’attention particuliers Febelfin 4 mars 2013 32
  • Febelfin 4 mars 2013 33
  • 2013 n’est pas 2008Le secteur a travaillé durement à améliorer la solvabilité etla liquidité et à réduire ses bilans Bilans et leviers réduits, augmentation des fonds propres Total des passifs Total du capital Levier du secteur et des réserves bancaire belge du secteur bancaire belge (en milliards (en milliards (en unités) EUR) EUR) Fin 1.567,9 50,7 29,9 Septembre 2007 Fin 1.143,0 59,1 18,3 Septembre 2012 Evolution en % -27,1% +16,6% -38,7% Source: Calculs Febelfin sur la base de données BNB (base consolidée) Febelfin 4 mars 2013 34
  • 2013 n’est pas 2008Le secteur a travaillé durement à améliorer sa liquidité Les banques belges recourrent davantage aux dépôts qu’au financement via les marchés financiers 800 120 102 700 100 600 83 78 454 80 500 362 68 308 249 400 60 300 40 200 283 300 304 318 20 100 0 0 2009 2010 2011 Sep-12 Dépôts retail Total financement wholesale CT Ratio de liquidité réglementaire (en %) * Source : BNB (en mia EUR) * Ratio de liquidité réglementaire : ce ratio traduit le rapport entre d’une part les sorties nettes de moyens dans un scénario de stress (avec un horizon d’un mois) et d’autre part le tampon d’actifs liquides disponibles pour pouvoir faire face aux sorties. Le ratio doit être de 100 % ou moins (c.-à-d. que plus le chiffre est faible, plus la position de liquidité sera solide). Source BNB Febelfin 4 mars 2013 35
  • 2013 n’est pas 2008Le secteur a travaillé durement à améliorersa solvabilité Les banques prennent moins de risques Evolution des actifs pondérés en fonction des risques (Source : BNB, en milliards EUR) 2007 2008 2009 2010 2011 Sept Différence 2012 (%) 583,5 491,7 407,5 372,5 373,8 368,5 - 36,8% Febelfin 4 mars 2013 36
  • 2013 n’est pas 2008Les activités bancaires belges sont devenues plusbelges National (mia EUR)* International (mia EUR) Actifs Passifs Réduction : • Des activités internationales et de -27,1% -27,1% 1.567,9 1.567,9 l’exposition sur l’étranger • Du financement via les marchés financiers 1.143,0 1.143,0 -46,0% -49,9% 1.110,1 999,6 599,6 500,9 Croissance : • Du funding via le marché national (dépôts d’épargne) +18,7% +13,0% • De l’octroi de crédit au marché 568,3 642,1 national (crédit hypothécaire et 457,8 543,4 crédit aux entreprises) 09/2007… 09/2012 Sep-12 09/2007… 09/2012 Sep-12 * Chiffres consolidés, banques de droit belge. Febelfin 4 mars 2013 37
  • 2013 n’est pas 2008Réglementation plus stricte et contrôle renforcé :niveaux belge, européen et international Bâle III Loi bancaire 2010/ (e.a. exigences en Twin Peaks I capital et de liquidités (e.a. modèle BNB / plus FSMA, blocage strictes, gouvernance) décisions stratégiques) Twin Peaks II G20/UE (e.a. diversification plus (SEBC, ABE, ESMA, Uni poussée possibilités de on bancaire) contrôle et de sanction) Febelfin 4 mars 2013 38
  • Bruxelles n’est pas Wall StreetLa banque d’affaires en Belgique est essentielle pour uneéconomie de PME ouverte et orientée vers l’exportation Qu’est-ce que la banque d’affaires en Belgique? Financement des entreprises Financement spécialisé : Commerce extérieur vital pour l’économie belge Couverture contre les risques de taux de change, risques de taux, etc. Les activités pour compte propre ont fortement diminué et ont une importance limitée Febelfin 4 mars 2013 39
  • • Paysage radicalement différent• Réglementation plus stricte et durcissement du contrôle à différents niveaux• Banques d’affaires en Belgique importantes pour une économie ouverte et pour les PME Febelfin 4 mars 2013 40
  • Febelfin 4 mars 2013 41
  • La prestation de services des banques belges estmulticanaux et innovante Réseau d’agences et d’agents Selfbanks Phone banking indépendants Internet banking Mobile banking Febelfin 4 mars 2013 42
  • Sécurité et approche préventive sont des prioritéspour le secteur Succès national & international de la vidéo YouTube sur le médium • Visionnée plus de 8 millions de fois • A un moment la plus partagée au monde • Obtenu différents prix Communication sur une base régulière de conseils de sécurité à propos de la banque par internet Prochaine campagne en préparation Febelfin 4 mars 2013 43
  • Deux raisons de poursuivre les investissementsdans les paiements électroniques Coût sociétal du cash Toujours une marge de croissance Nombre moyen de paiements sur une base annuelle par carte de débit dans différents pays européens (2011) 200 183 180 168 160 148 140 115 120 95 100 88 80 65 60 40 48 39 40 23 26 20 0 Source : Calculs Febelfin sur la base des données de la Banque centrale européenne (2011) Les paiements électroniques sont un atout pour la société Febelfin 4 mars 2013 44
  • Que peut faire le secteur ? Développement de Implication pouvoirs Promotion des nouveaux instruments publics paiements Campagne “Par Plusieurs formules Fonction d’exemple des carte, évidemment” avec smartphone / banque mobile pouvoirs publics Comeos Introduction de paiements Miser sur le Incitants fiscaux sans code e-commerce Interdire les paiements en … … cash au-dessus d’un certain seuil Febelfin 4 mars 2013 45
  • • Paysage multicanaux• Elargissement de l’offre de paiement par l’innovation• Sécurité prioritaire, e.a. via des campagnes de prévention Febelfin 4 mars 2013 46
  • Febelfin 4 mars 2013 47
  • Les banques assument leur rôle sociétalCode de conduite pour les banques - entreprises Code de conduite signé en mai 2010 Table ronde plan bancaire : toutes les parties confirment l’exécution complète et correcte du code par les banques Febelfin 4 mars 2013 48
  • Les banques assument leur rôle sociétalNouveau Code de conduite relation grand public Un esprit d’ouverture et clarté de l’information une bonne relation bancaire Le dialogue honnête et ouvert 7 principes de base pour La discrétion, la confidentialité et protection des données personnelles La compétence et le savoir-faire La sécurité et la fiabilité L’intégrité du système bancaire Le respect de l’équilibre des intérêts Febelfin 4 mars 2013 49
  • Les banques assument leur rôle sociétalAssister les clients en difficulté • Ford Genk • ArcelorMittal • En cas d’aléas de la vie, parlez-en avec votre banquier • Recherchez ensemble des solutions Febelfin 4 mars 2013 50
  • Les banques assument leur rôle sociétalCadre pour une épargne, des investissements etdes crédits durables Recommandation produits Parties prenantes durables Politique ISR Secteur Transparence Experts Febelfin 4 mars 2013 51
  • Les banques assument un rôle sociétalMiser sur la formation des collaborateurs Formation de base des collaborateurs en contact avec le client réglementée Formation intermédiation en par la loi – Intermédiation bancaire : assurances réglementée par la loi : depuis 2007 plus de 13.000 depuis 2007 plus de 6.000 collaborateurs et presque 50.000 intermédiaires / collaborateurs et examens presque 40.000 examens Formation auto-régulée : -private banking : Nouvelles initiatives : plus de 750 banquiers -intermédiation en crédit -risk managers : -compliance officer plus de 150 risk officers Febelfin 4 mars 2013 52
  • Les banques assument leur rôle sociétalContribuer à soutenir l’éducation financière Le paiement L’emprunt L’épargne L’investissement Relancement site internet éducatif actualisé en mars 2013 La banque Febelfin 4 mars 2013 53
  • En 2012, Febelfin a également été active dansd’autres domaines Child & Youth Bank of the future (KPMG & hazel Finance heartwood) (conjointement avec la FSMA) Union bancaire francophone Women in financial (financement PME - services conférence Marrakech) Febelfin 4 mars 2013 54
  • Aperçu initiatives web de Febelfin Febelfin 4 maart 2013 55
  • • Actualisation Codes de conduite• Trajets d’accompagnement spécifiques• Créer un cadre pour l’investissement, l’épargne et l’octroi de crédit responsables• Miser sur la formation• Implication dans des initiatives sociétales Febelfin 4 mars 2013 56
  • V. CONCLUSION Febelfin 4 mars 2013 57
  • www.febelfin.be