Communication interne 2.0

9,326 views
9,175 views

Published on

La communication interne à l'heure : des mutations de l'intranet, de la culture web social (2.0) et de l'évolution générale de l'entreprise. Quels sont les constats, les tendances et les règles à retenir.

Published in: Business

Communication interne 2.0

  1. 1. LA COMMUNICATION INTERNE 2.0Une dimension supplémentaire1er juin 2012
  2. 2. PROGRAMMEQuand l’externe s’en mêleL’émergence des RSELe rôle de la com interne5 règles à retenir
  3. 3. De l’entreprise 1.0 à 2.0
  4. 4. ENTREPRISE 1.0 ENTREPRISE 2.0 Hiérarchique Horizontale Centralisée Distribuée, Réticulaire Top Down Bottom-up Silos Frontières floues Fermée Ouverte Informationnel Relationnel
  5. 5. QUAND L’EXTERNES’EN MÊLE ...
  6. 6. 8 sources d’information sont utilisées en moyenne par un collaborateur, pour s’informer sur sa propre entreprise
  7. 7. 8 sources d’information internes, externes, orales, imprimées, électroniques, etc.
  8. 8. 8 sources d’information seul un tiers sont maîtrisées par l’entreprise
  9. 9. L’EMERGENCE DES RSE
  10. 10. “ Pour nous, il s’agissait de s’inscrire dans le projet de l’entreprise qui entend remettre l’humain au cœur de celle-ci. ” Thierry Flury - FRANCE TELECOM-ORANGE PLAZZA, le réseau social d’entreprise visant à favoriser les échanges entre les 100 000 salariés du groupe. En six mois, plus de 10 000 visiteurs, 3 000 membres et 140 communautés d’intérêt liées à des projets, des domaines dexpertise ou des hobbies.
  11. 11. La que s tion n’e s t pas de s avoir s i l’on“ doit lanc e r un ré s e au s oc ial d’e ntre pris e , mais c omme nt le lanc e r e t c omme nt adapte r l’outil à la c ulture de l’e ntre pris e . ” Brigitte Silinski, L’Oréal ePop, un socle complet avec forums, partage de documents, wikis ... “Nous avons déjà atteint les 1 500 utilisateurs pour notre réseau social, uniquement par le biais du bouche à oreille mais visons à terme les 50 000”. 67 000 collaborateurs dans le monde.
  12. 12. On ne fait pas un réseau social pour faire un“ réseau social, mais pour servir une finalité (connecter les salariés, créer du lien social dans l’entreprise…). La mesure de la performance va être liée à l’intention stratégique. ” Nicolas Rolland, Danone 78 000 employés / 178 sites / 90 pays 70 % des échanges sont des bonnes pratiques. Sur une base de 100 bonnes pratiques prises au hasard, 14% ont été réutilisées à l’identique, 18% ont été adaptées individuellement 40% des communautés en ligne sont auto-organisées.
  13. 13. 1_INTRODUCTION Changement de paradigme Pour nom du 13 client
  14. 14. Voici Charlotte
  15. 15. Web 2.0 / Entreprise 1.0
  16. 16. Elle habite ici
  17. 17. et travaille là
  18. 18. @ la maison
  19. 19. …un de seshobbies est la cuisine.
  20. 20. @u bureau
  21. 21. …elle est chercheuse dans unlaboratoi repharmace utique
  22. 22. @ la maison
  23. 23. …elle utilise Google pourtrouver l’information dont elle a besoin.
  24. 24. @u bureau
  25. 25. …elle doit se souvenir où tout est rangé.
  26. 26. @ la maison
  27. 27. ... Elleexploite laconnaissance collectivedInternet grâce à Wikipedia.
  28. 28. @u bureau
  29. 29. …elledemandeà son patron cequ’elle a besoin de savoir.
  30. 30. @ la maison
  31. 31. si elle rateune émission de radio ou detélévision, elle se rattrape en utilisant ...
  32. 32. @u bureau
  33. 33. ... Si elle oublieune réunion, elle imprime les comptes-rendus desynthèse à partir dun référentiel de documents. ... Si les comptes-rendus ont été faits ... Si elle sait où ils sont ! ... Si elle a accès à eux !
  34. 34. @ la maison
  35. 35. ... Elle reste en contact avec la plupart deses amis sur ... Ses amis sont dispersés en France et dans
  36. 36. @u bureau
  37. 37. …elle crée descontacts lors de la conférence
  38. 38. @ la maison
  39. 39. …avec ... Elle sait ce que ses amis font 24 / 7, où quils soient.
  40. 40. @u bureau
  41. 41. Elle ne sait pas vraiment qui sont ces deux
  42. 42. @ la maison
  43. 43. Quand ellen’est pas avecses amis elle utilise son temps libre pour ses hobbies
  44. 44. Elle a son propre blog…www.miam-miam.blog.com où elle propose ses meilleurs trucs et
  45. 45. Pour le moment elle a 1000 lecteurs de son blog partout dans le monde.
  46. 46. Elle lit lesdautres blogs,est un membre active d’un forum.
  47. 47. Dans cette communauté elle … est un …et une leader suiveuse dévouée
  48. 48. Quand elle a commencé sonréseau c’était …
  49. 49. maintenant c’est …
  50. 50. @u bureau
  51. 51. …son réseauc’est toujours…
  52. 52. ... Si vous demandez àCharlotte ce quelle veut changer autravail, elle va nous dire ...
  53. 53. ... Elle veut de se connecter avecnimporte qui ...
  54. 54. ... Elle veut de se connecter à tout cedont elle a besoin ...
  55. 55. … à tout moment …
  56. 56. …depuisn’importe où !
  57. 57. … et facilement
  58. 58. Les collaborateurs 2.0Les 9 niveaux
  59. 59. LES PASSIFS70% des collaborateurs
  60. 60. 1 la masse Ils ne savent pas que vous existez ni même ce que vous publiez. 2 les inactifsLES PASSIFS Ils sont venu une fois voir ce que vous aviez publié mais reviendront70% des collaborateurs très rarement. 3 les lecteurs passifs Ils vous lisent régulièrement mais n’interviennent jamais.
  61. 61. LESSUIVEURS20% des collaborateurs
  62. 62. 4 les cliqueurs Ils apprécient vos contenus et le font savoir (bookmark, ...).LES 5 les partageursSUIVEURS Ils vont relayer et partager vos publications auprès de leur(s)20% des collaborateurs communauté(s) et par la même, vous procurer de la visibilité. 6 les commentateurs Ils commentent et donnent leur(s) opinions(s) sur vos publications.
  63. 63. LES ACTIFS10% des collaborateurs
  64. 64. 7 les contributeurs Ils publient leurs contenus ou viennent partager avec vous leurs publications. 8 les animateursLES ACTIFS Ce sont des contributeurs qui en plus, participent aux échanges et10% des collaborateurs peuvent les modérer. 9 les ambassadeurs Ils vous défendent et vous recommandent dans leurs propres communautés.
  65. 65. JOURNALIS ME S OC IALD’ENTREPRIS E
  66. 66. DÉFINITION De plus en plus en concurrence avec lexterne et avec l’avènement des Réseaux Sociaux dEntreprise, la communication interne doit mettre en place un nouveau mode de gouvernance de linformation. Ce changement de modèle a un impact sur toute la chaîne de la communication interne : du mode de traitement de l’information aux métiers, avec notamment l’avènement du journaliste “social” d’entreprise [sourcing + production de contenus + promotion + animation]
  67. 67. DÉFINITIONPRODUCTION DE CONTENUSProduction de contenus centrés sur l’utilisateur, ses besoins et sesusages. Sélection de contenus parmi ceux produits dans les autresentités ou par les collaborateurs eux-mêmes, centrés sur l’utilisateur,ses besoins et ses usagesSOURCINGDétection et sélection d’auteurs, d’experts, d’animateursDétection et sélection de communautés utiles, actives et pertinentesRecommandation et contextualisation de contenus, d’auteurs oud’experts, de communauté
  68. 68. DÉFINITIONCOMMUNITY MANAGEMENTAnimation communautaire, community managementAnimation de réseaux d’auteurs (dans la fonction Communicationou ailleurs)PROMOTIONIncitation à la participation des collaborateurs
  69. 69. A qui parle mon contenu ?
  70. 70. Imaginons leurs :•État d’esprit•Habitudes•Besoins informationnels•Le type de contenu qu’ils adoreraient lire•Le type de contenu qu’ils ne veulentabsolument pas lire
  71. 71. Quelques règles :•On lit 25% moins vite•80% de lecture en diagonale•De l’essentiel vers les détails : phrase de 12 à15 mots, 1 idée par paragraphe, titre incitatif•Des liens internes, reprise de mots clés, à lireaussi, ressources externes complémentaires,multimédias/documents, demander desréactions,
  72. 72. CHOISIR SESMOTS CLÉS
  73. 73. MOTS CLÉS• PARTIR DES BESOINS Groupe Entités Activités et métiers Individus• TRADUIRE CES BESOINS EN MOTS CLÉS• DANS ONE, LES COLLABORATEURS NOUS LAISSENT DES INDICES : crowdsourcing
  74. 74. IDENTIFIER LES MOTS CLÉSLES MOTS CLÉS DU GROUPE ET DE L’ENTITÉExprimer les besoins informationnels du GroupeLES MOTS CLÉS RELATIF AU CONTENULa pertinence reste l’élément déterminant. Elle passe par la mise en avantdes éléments les plus signifiants d’un contenu.RENCONTRER LES BESOINS DES COLLABORATEURSNous devons donc explorer les profils pour avoir une meilleurecompréhension des besoins informationnels, tant individuels quecollectifs : c’est une partie du travail de “crowdsourcing”
  75. 75. LES 5 POINTSCLÉS À RETENIR
  76. 76. 1 LA PERTINENCE •Le pouvoir c’est être capable de commander l’attention •C’est aussi une manière de faire circuler l’information •La pertinence est le premier facteur de réussite
  77. 77. 2 LA TEMPORALITÉ •Timeline : émerger du flux de publications •Quick read : provoquer une lecture diagonale •Read article : faciliter une lecture complète •Read it later : donner envie d’y revenir •Pensez et affinez la typologie de contenu
  78. 78. 3 GÉNÉROSITÉ •Le contenu est un point de départ généreux … d’une conversation, d’un partage, d’une communauté, etc. •Un nouveau ton : plus de parler vrai et d’empathie •« Les conversations humaines sonnent d’un ton humain » (Cluetrain Manifesto)
  79. 79. 4 PARCOURS •Arborescence vs Parcours, •Chaque contenu est un élément autonome d’un parcours libre •Pensez vos mots clés
  80. 80. EFFICACITÉ5 •Chaque retour est mesurable (volume de lecture, de partage, …). •Pensez à relever les indices avant de démarrer votre rédaction.
  81. 81. MERCI !!! f.arsicot@gmail.com

×