• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
La bibliothèque hybride et les services en bibliothèque
 

La bibliothèque hybride et les services en bibliothèque

on

  • 8,210 views

 

Statistics

Views

Total Views
8,210
Views on SlideShare
7,389
Embed Views
821

Actions

Likes
14
Downloads
0
Comments
0

6 Embeds 821

http://www.scoop.it 780
http://www.slideshare.net 23
http://2185266601.nvmodules.netvibes.com 14
http://webcache.googleusercontent.com 2
http://51y6jm.widget.uwa.netvibes.com 1
http://www.pearltrees.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • Utilisateur auraient en moyenne 28 ans En majorité des hommes, politiquement plutôt à gauche, cadres ou étudiants qui ont un usage élevé de l'internet. (étude SocioGeek – 7580 réponses) Facebook 55+ = 13,53% usagers (soit +108% depuis September 2008) => le segment qui augmente le plus. 18-24 = 26.96% 25 to 34 = 23.31% MySpace 55+ = 26% (+6.84 %) Mais déclin de -13% pour 18 à 24 ans et +12%^pour les 25-34 (=22,43% des usagers).
  • Mission fondamentale de la bibliothèque : l’accès à la culture et à l’information Or - moteurs vs bibliographies - Contenus en ligne (wikipédia) - Multiplicité des produits culturels dématérialisés = s’affranchir de la plupart des contraintes de la bibliothèque (horaires d’ouvertures mal adaptés, distance, offre limitée, procédures d’inscription, retour des documents, etc.) Si les pratiques culturelles se superposent plus qu’elles ne s’excluent, la concurrence existe bel et bien en termes de temps et d’accessibilité. Modes d’accès au savoir qui évolue et passe par les Pairs plus que par les institutions (école, bibliothèques) : DESINTERMEDIATION qui rend le prescripteur anonyme, invisible.
  • Nouvelles pratiques : L’enquête du Crédoc a mis en évidence l’augmentation du nombre de non-inscrits et de séjourneurs qui utilisent souvent la bibliothèque comme lieu de travail. Les visites s’espacent mais sont plus longues, cinquante minutes en moyenne, ce qui est certainement dû au développement du nombre de places assises et à la diversification de l’offre et des services qui incitent à rester L’enquête du Crédoc insiste sur la perméabilité entre inscrits et non-inscrits, emprunteurs et non emprunteurs : il est donc important de ne pas hiérarchiser ces différents types d’usages et d’y répondre par une offre de services adaptée. repenser les relations avec les usagers et de leur proposer des services adaptés.
  • Pour une diététique de l’information Aider au tri, au repérage, à la maîtrise de l’information Rôle du bibliothécaire qui pose des balises et valide Vs infobésité, pour une diététique de l’information.
  • 1970’s et 1980’s : hybrid Managers (IT Skills + Human resources) Sutton (1996) : 4 types de modèles de bibliothèques Traditionnelle (lieu avec une collection tangible et finie, restreinte géographiquement) Automatisée ( outils informatisés –OPac- mais qui pointent vers des ressources papiers) Hybride (coexistences de collections numériques et traditionnelles, accès non-restreint au lieu physique : i.e. accès à distance mais aussi accès vers des ressources qui ne sont pas situées dans la bibliothèque) Numérique QUESTION : pourquoi parler de bibliothèque hybride ? Besoin de préciser ? Toutes les bibliothèques proposent une grande variété de supports et de services ? Qu’apporte spécifiquement cette notion d’hybridation et sur quoi porte-t-elle ?
  • Paysage informationnel : la bibliothèque donne accès à un certain nombre de ressources qui ne sont pas restreintes à celles, physiques, offertes sur place. La bibliothèque recré du sens en organisant ces collections « integrated and contextualised access  »
  • renouvellement de l’offre et non dans le service lui-même, qui existe parfois depuis de nombreuses années dans d’autres établissements . On peut prendre pour exemple la relative nouveauté des comptes d’utilisateurs, actuellement en plein développement sur les sites de bibliothèques mais présents depuis de nombreuses années sur la plupart des sites commerciaux comme Amazon ou EBay. Parler du développement de nouveaux services en bibliothèque peut également concerner leur degré d’innovation mais risque alors de porter à confusion. Que dire d’un service effectivement nouveau, mais qui se trouve encore à l’état expérimental dans une poignée d’établissements ? Il s’agit bien là de nouveaux services, mais il faut prendre garde à ne pas présenter leur nouveauté comme un état de fait général. Comme l’analysent très bien Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard au sujet de l’histoire des bibliothèques au XXème siècle 23: « On ne cesse de mettre en avant des expériences pilotes ou de décrire des réalisations ponctuelles remarquables, d’autant plus exemplaires qu’elles sont uniques et sont comme l’arbre qui cache l’absence de la forêt » Enfin, sont présentés comme nouveaux les services dont le mode de production change . Le développement des services en ligne illustre très bien ce dernier cas. L’installation des automates de prêt par exemple ne constitue en rien une nouveauté en termes de service : il s’agit d’un service traditionnel (prêt de document) dont les modalités d’accès sont modifiées (automatisation). Il faut dans ce cas prendre soin de distinguer les modifications du service et de la servuction .
  • La servuction est un concept clé pour analyser les mutations des services. Ainsi, il s’agit de bien distinguer le service (l’offre) de sa servuction (support physique, rôle du personnel en contact et rôle de l’usager). En effet, pour faire évoluer leur offre les bibliothèques peuvent se différencier en innovant sur le service, le support physique, le personnel en contact ou la place de l’usager. Cette analyse des éléments de la servuction permet de s’interroger sur les différentes manières d’innover en matière de service afin d’influer sur la relation entre bibliothèque et usagers. Il est ainsi possible de proposer de nouveaux services mais également de nouvelles servuctions pour les services déjà existants.
  • From Jérôme POUCHOL Les attentes des usagers : Vont dicter notre action Le confort : fluidité , circulation, stationnement, n° de bien être ; confort de consultation (signalétique, ergonomie des interfaces) Le conseil : prescriptif (coup de cœur, top 5) adapté (si vous avez aimé, vous aimerez aussi) partagé (recommendation pair à pair, les livres les plus empruntés pédagogique (à visée formative) L’accès : proche (physiquement, navette, flux) large (PC) ouvert (web, mail, chat) individualisé (réservation, ENT) synchrone (rapidité) partagé (UGC, tags)
  • « L’offre en ligne doit-elle être conçue comme une offre secondaire et parallèle, la bibliothèque restant avant tout un espace physique, ou bien constitue-t-elle une offre à part entière, susceptible de remettre en question le modèle de la bibliothèque ? » « Il faut trouver un nouveau modèle de bibliothèque en ligne, qui fonctionne de manière complémentaire avec la bibliothèque physique, ce qui implique non pas de transposer les services traditionnels et de s’adapter, mais de repenser le modèle et d’innover en matière de services . Les services de question/réponse vont en ce sens. » « La bibliothèque en ligne, service à distance, renonce-t-elle à sa mission de proximité ou propose-t-elle paradoxalement une nouvelle forme de proximité ? Les services en ligne, bien que services « à distance », proposent donc une nouvelle forme de service de proximité : alors que la bibliothèque physique propose une proximité territoriale et humaine, la bibliothèque en ligne propose une proximité temporelle, et en termes de médiation, en se plaçant là où les internautes cherchent l’information, au moment où ils la cherchent. » « la bibliothèque « territoriale » s’adresse-t-elle uniquement à la population locale ou à un public plus large ? Internet conduit en effet à repenser la notion de communauté. » « Les services en ligne proposent aujourd’hui de nouveaux modes d’appropriation de la bibliothèque et permettent à la bibliothèque de trouver sa place dans la société de la connaissance. Ils ne peuvent donc pas être réduits à une offre parallèle, secondaire de la bibliothèque . Cependant, il ne faut pas oublier que la bibliothèque municipale est avant tout un espace physique , ancré dans un territoire particulier et destiné à une population définie. Elle n’existe d’ailleurs que dans la mesure où elle répond aux besoins de ce territoire. Les services numériques doivent donc s’adresser en priorité à cette population. Sans oublier toutefois que la population locale est une population d’internautes qui appartiennent à différentes communautés, territoriales ou numériques. »
  • Révolution vs conception marketing Aujourd’hui on dit que la notion de web 2.0 est morte. On parle de linked data. Emergence du web social. La définition de Tim O’Reilly Je définis le web 2.0 comme étant la conception de systèmes qui mettent à profit les effets des réseaux sociaux pour tirer le meilleur de ceux qui les utilisent, ou pour parler plus simplement, mettre à profit “ l’intelligence collective ”. (définition de 2008, traduction Bertrand Duperrin )
  • Mickaël Casey sur son blog déplace la problématique vers le bibliothécaire 2.0 en cherchant à démontrer que la bibliothèque 2.0 a plus de chance à s’incarner en faisant d’abord évoluer les professionnels des Sciences de l’information For me, Library 2.0 is not about technology .  Library 2.0 seeks to harvest good ideas from outside and use them to deliver improved and new services, often times in an effort to reach a new target population.  Library 2.0 is, at its core, a way of thinking, a way of operating.  It’s a framework for integrating change into all levels of library operations .  It's in our effort to reach this new level of service that we will utilize these new, often times Web 2.0, technologies. Multiforme = il s’agit plus d’un Etat d’Esprit (Tim O’Reilly) Transformation des composantes de la biblitohèque : contenu, professionnels, mais aussi usagers (rôle plus important même si déjà théoriquement placé au cœur du système documentaire)
  • http://tametheweb.com/the-hyperlinked-library/ The Hyperlinked Library is an open, participatory institution that welcomes user input and creativity his presentation provides a roadmap toward becoming the Hyperlinked Library: transparent, participatory, playful, user-centered and human, while still grounded in our foundations and values.
  • Biblitohèque comme ensemble de services à disposition de l’usager qui permet d’élargir la médiation et attirer de nouveaux publics via le numérique.
  • Cf. 2 des attentes de l’usagers : confort (ergonomie, fluidité) accès (proximité, ouverture, large)
  • première réalisation marquante en Grande-Bretagne en 1996 à l’Université de Sheffield Hallam « Zone de la bibliothèque dédiée aux objectifs d’apprentissage des connaissances. Elle intègre le plus souvent la bibliothèque et les services liés aux nouvelles technologies, avec dans la plupart des cas, un réseau sans fil, des équipements multimédia et des services d’aide aux utilisateurs par des bibliothécaires ou des spécialistes des technologies. Un Learning centre peut être, selon les cas, un équipement distinct, à l’intérieur ou à l’extérieur de la bibliothèque, ou une partie intégrante de la bibliothèque. ». Qualitative conditions and basic statistics for library buildings : space, function and design » ISO Technical report 11 219, (en preparation). réduit les frontières entre enseignement et documentation et permet des modes de travail dynamiques et partagés (travail de groupe et production de documents, souvent multimédia, étant vivement encouragés) « Carrefour de l’information et de l’apprentissage au Canada » Les missions des centres sont multiples et intégrées : documentaires, (y compris l’offre technologique – apprentissage des technologies, formation), Pédagogiques (supports pédagogiques) Sociales (accompagnement de l’étudiant, carrières, conseil financier, compétences scolaires) un peu moins fréquemment culturelles (ex : une vitrine interactive de la science » avec des expositions, des débats, de la vulgarisation scientifique à Lausanne) des services sociaux, des services aux étudiants, un soutien aux études, le prêt de livres et d’ordinateurs portables, l’accès aux technologies de l’information, différents types d’environnement de travail (dont des espaces pour le travail de groupe), des salles pour des présentations; ainsi qu’une part d’enseignements avec l’environnement adapté.
  • Services : 1°) soutien à l’acquisition de connaissances garanti par une liaison beaucoup plus étroite avec les enseignants dès la conception du projet Modes de travail multiple. Enseignement lié à la documentation. On prend, on produit ensemble (notion de production documentaire) Triangle Etudiant – Enseignant – Professionnel de l’information (vs bibcre) Offre de services pédagogiques, de supports et d’enseignements Nous sommes relais d’une documentation qu’on ne maîtrise plus (vs notion de stock, vs notion de politique doc, pour politique d’accès) 2°) des espaces conviviaux , ouverts et flexibles Espaces conviviaux, design, vs restrictions Fort équipement informatique en terme de postes et de prises Mise à disposition de nombreux logiciels, spécifique (que X sur le PC) 3°) une accessibilité maximale en termes d’horaires et de ressources Espaces ouverts 24h/24, 7j/7 (affiché même si moins réellement) Notion de lieu de vie (cafés internet, restaurant, lieu de rencontres, travail en groupe) 4°) des facilités d’usage à distance En terme d’offre de ressources (accès bases de données + e-learning) En terme de services (blogs, services de références, formulaires etc) 5°) un personnel polyvalent et un regroupement des services Tâches de circulation automatisée le plus possible, ni même de banque de renseignement ou alors dans un endroit spécifique Notion du guichet unique pour tous types de services, de renseignement, de problème Personnels tous azimut : professionnels de la documentation, personnels d’assistance, informaticiens, pédagogues, techniciens audiovisuels (Glasgow, 250 agents dont 25 bib) 6°) des ressources documentaires et des équipements nombreux et renouvelés Cf plus haut + innovation pédagogique
  • Toulouse : Le public visé, dans des disciplines scientifiques (12500 étudiants en sciences, et 1500 en STAPS) est celui des étudiants en licence et master. La bibliothèque a été définie comme une « plate-forme d’accès » à un ensemble de services, avec une offre interactive et évolutive, dont une salle informatique de 70 postes. Les deux axes forts sont le soutien à la pédagogie et l’aide à la réussite. Un fonds documentaire de pédagogie a été créé pour les enseignants. Dix salles de travail en groupe et deux salles de cours ou formation sont mises à la disposition des enseignants, pour un suivi individualisé des étudiants et pour les travaux encadrés de recherche documentaire. Cette formation a été conçue avec les enseignants et étendue à tous les étudiants de licence (12h sur tout le cursus). La bibliothèque gère un service de référence sur place et à distance. Un espace de langues a été conçu avec l’UFR concernée : il comprend un fonds documentaire et 14 ordinateurs réservés à l’utilisation d’outils d’auto-apprentissage. Un espace emploi- entreprises a été mis en oeuvre en collaboration avec le SCUIO. La logique de partenariats entre services de l’université a donc prévalu dans le projet. Enfin une dimension culturelle a été introduite avec une salle d’actualité et une salle de culture générale, ainsi qu’une politique d’animation culturelle, en lien avec le service culture de l’université et la Médiathèque José Cabanis. NPDC : En région Nord-Pas-de-Calais la notion de learning centre a conduit à une réévaluation de la notion de bibliothèque : avec maîtrise d’ouvrage universitaire , dans le cadre du Plan Campus, respectivement pour les universités de Lille 1 et Lille 3 : Innovation et pôles de compétitivité, Archéologie avec maîtrise d’ouvrage régionale , en adoptant une logique de centres thématiques : Fait religieux à l’abbaye de Vaucelles ; développement durable et urbain à la Halle aux sucres de Dunkerque. Lille1 Le learning centre sera composé de trois parties : une bibliothèque universitaire ; un espace de valorisation de la recherche et de l’innovation ; des espaces communs dont une Rue des savoirs et des services mutualisés. Le centre est conçu comme un lieu de visibilité des recherches innovantes et d’échanges entre les acteurs : chercheurs, industriels, enseignants chercheurs, étudiants. Un public plus large est également visé, avec un objectif de diffusion de la culture scientifique et technique. Selon le scénario de construction, le centre intègrera une bibliothèque universitaire de 1000 places environ (contre moins de 700 aujourd’hui), avec plusieurs salles de travail en groupes de jauges diverses, un fort développement des documents en libre accès, e t un espace isolable de 100 places pour une ouverture indépendante ; et un ensemble d’espaces mutualisés au service des pôles de compétitivité : lieu de présentation, de vulgarisation, de ressources. Des moyens et équipements mutualisés, dont une salle informatique, des lieux d’expositions, une cafétéria ainsi qu’un auditorium de 350 places seront créés. Une Rue des savoirs sera un élément structurant du programme, avec notamment des salons équipés en vidéo projection, wifi et un espace presse
  • Notion de 3e lieu (Ray Oldenburg au début des années 1980) Le 1er lieu : le foyer Le 2ème lieu : le lieu de travail Le 3ème lieu : un endroit où les gens peuvent se réunir, entrer en interaction, à l’image du café. Bibliothèques : Espaces de rencontres Neutre (mixité sociale) Convivialité, attractivité « Infotainement » (bib comme lieu de plaisir, de diverstissement) => Rôle social !
  • Un article du Education Guardian 39 fait notamment l’éloge de ce bâtiment au centre du campus, avec ses cinq étages coiffés d’une coupole vitrée, ses passerelles aériennes, le jeu de la couleur pour distinguer les différentes zones, le design de son mobilier…
  • Passerelles ouvertes, couleurs chaudes et boisées
  • Par exemple sur un même plateau : travail individuel, travail à plusieurs sur places banalisées, travail à plusieurs dans un espace partiellement cloisonné ; travail à plusieurs sur grand écran partagé
  • UCLan study Pod Study area Culture zone University of Central Lancashire : http://www.uclan.ac.uk/ http://www.designinglibraries.org.uk/gallery/main.php?g2_itemId=3859&g2_page=3
  • Angers : Le bruit c’est l’affaire de tous http://bu.univ-angers.fr/blog/?p=1114#comments Nancy également où zone silence absolu.
  • UNIVERSITE DE SHEFFIELD – espace d’étude silencieuse
  • Saltire Center : Sur le même niveau que la cafétéria, un grand espace de convivialité pour manger, discuter, surfer, et même travailler. On remarquera les « igloos » qui servent notamment aux bibliothécaires pour recevoir des usagers, individuellement ou en groupe, pour une aide individualisée ou des mini-formations. Photo prise le matin : affluence encore faible . Reconfiguration possible
  • http://tametheweb.com/2009/02/08/fitting-their-workflows-university-of-queensland-library/ Donner l’impression d’être le bienvenu, y compris en terme d’amplitude d’ouvertues.
  • La Fusée. SKEMA
  • En bas. Bleu, aéré lumineux. “zone de travail personnel” couloir : On est dans un couloir, un lieu de circulation, un lieu de flux, permettant de s’arrêter quelques instants avec son PC portable pour partager une idée ou chercher/partager une info, “sur le pouce” . lieux de “coopérations fluides” nouveaux types de mobiliers que les québecois appellent très justement des “ilôts de remue-méninges” + loin : meubles sur roulettes .
  • Ergonomie de l’interface Le must : un portail entièrement paramètrable (ex-BDIC)
  • Tout sur une même page d’accueil Raccourcis directs vers services. Aide à la recherche et à la navigation
  • Université Rennes 2
  • Université Paul Sabatier Toulouse 3
  • Information ciblée par disciplines.
  • Parcours documentaires par disciplines Avec les infos qui concernent directement les étudiants À Lyon 2 il y a un 3 portails : un extranet, un étudiant, un interne Présentation de chaque BU
  • Accès et portail handicap : s’adresser à tous types de publics => cf. attente « accès individualisé », notion de proximité aussi
  • SCD Université Lyon2
  • Un widget est une petite boite dédiée à une activité limitée, positionnée dans une page web qui réunit plusieurs widgets. Ca peut concerner tout et n'importe quoi : un module : météo, astrologie, sudoku, Velo Toulouse, suivre des flux RSS... On obtient ainsi une Mosaïque de "Widgets". Un plug-in est un petit bout de code qui va venir s'ajouter à un programme existant. Ici, on se propose d'ajouter un "plug-in" à votre Navigateur (Internet Explorer Ou Firefox).
  • " Proxima Mobile " . Cette initiative " unique en Europe " selon les services du secrétariat d'Etat, " est le premier portail de services innovants gratuits et accessibles depuis les téléphones mobiles consacrés à internet ".  Mon université numérique mobile - UNR Paris IDF (accès aux informations sur la vie étudiante, la vie scolaire, accès aux contenus pédagogiques et culturels, fonctions de géolocalisation des différents campus et des points d’intérêt sur les sites universitaires) http://www.vagabondages.org/post/2009/10/05/Mobile-MIT annuaire des étudiants inscrits, personnels et enseignants-chercheurs de l'établissement, avec en plus une fonction qui permet de localiser le bureau, le cas échéant.  carte interactive : recherche que ce soit par mots-clés (tennis, le nom d'un labo), nom de bâtiment, ou encore des "landmarks", des lieux mis en mémoire. Un zoom ou une rotation est disponible à partir de l'iphone et des derniers mobiles qui concurrencent la marque. horaires des navettes et des bus sont ainsi accessibles également, a agenda des principaux événements qui se déroulent sur le campus. La recherche peut s'effectuer par mots-clefs, période donnée ou en feuilletant des catégories. Un clic sur l'événement permet ensuite de le situer sur la carte interactive. infos pédagogiques liées aux cursus Stellar sauvegardés en ligne par les étudiants, avec des liens vers l'annuaire pour les personnels et enseignants, informations d'urgences telles que numéros de téléphones des services de polices, médicaux du campus par exemple. Une option TechCASH permet enfin aux utilisateurs de l'iPhone de vérifier leurs comptes en ligne, après authentification (je suppose leur compte rechargeables comme de photocopies ou d'impression par exemple).   Si vous n'avez pas de téléphone 3G ou de forfait internet, il vous est tout de même possible d'obtenir des informations sur l'annuaire, les horaires des navettes et bus ou les cursus Stellar en utilisant un système de questions-réponses par SMS .Le service est gratuit (hors coûts d'un SMS) et il suffit d'envoyer "help" au 648338 ("MITEDU"). Dans les développements prévus figure des conseils d'orientations pour le moment mais le site précise que de nombreux autres modules sont en cours.  Bon, et dans tout ça, et la bibliothèque ? Interroger le catalogue en ligne sous version mobile, c'est possible . Qu'il s'agisse de liens vers les ressources électroniques, du catalogue, d'informations pratiques ou de l'envoi de SMS pour signaler les réservations et les retards . Avec le développement des smartphones, on peut lire des vidéos de tutoriels ou de présentation des ressources en direct. Je pense vraiment qu'il y a là un créneau à prendre.
  • Les bibliothécaires ont tendance à considérer l’offre en ligne comme une offre secondaire parallèle, en marge de l’offre de services de la bibliothèque
  • Force le trait car pas que transposition. En fait irait aussi plus loin et logique de parcours Néanmoins, quand même : cf travaux d’étudiants ou BBF
  • Le livre est auto-suffisant mais son entrée dans une bibliothèque requiert des métadonnées le document numérique est toujours dans une bibliothèque numérique Un web de métadonnées : projet du Web sémantique Identification, numérotation des objets numériques métadonnées évolutives (élaboration collaborative) et mobiles (associées au document)
  • + la page d’accueil. Flux RSS, critiques, mise en valeur.
  • La médiation documentaire « Le constat n’est plus à faire, les bibliothèques étant de moins en moins un passage obligé pour accéder à la formation, elles doivent développer leurs activités de médiation dans l’accès à l’information et élaborer de nouvelles offres de services si elles veulent continuer à être utiles à leurs usagers ». J.-C. Brochard, In Bibliothèque publique , 2008, [blog en ligne],adresseURL : http://bibliothequepublic.blogspot.com/search/label/formation Le professionnel assure un rôle de médiation entre une information, parfois difficile à appréhender et à maîtriser, et l ’ utilisateur potentiel de cette information.
  • Accompagner l’usager dans sa pratique et répondre le plus possible à ses interrogations A mettre en relation avec le lieu physique : « bureau de renseignement consommateur de temps et trop attentiste, même si l’accueil de niveau 1 et 2 demeure nécessaire. A nous de faire évoluer ce dispositif versun lieu de proposition et d’expérimentation des outils 2.0 par exemple. Mais là nous sommes au coeur de la double contrainte. Les collègues trouvent le temps long au BR mais ne se sentent pas prêts à animer une autre forme d’animation et d’interaction avec les publics. A nous de creuser tout cela. » O.Tacheau http://tacheau.wordpress.com/2010/01/22/sauter-dans-le-vide/#comments « Un service documentaire identifié ; un cadre de médiation humaine ; un nouveau média ; un rôle d’ expertise  ; un fonctionnement collaboratif  ; un contexte concurrentiel  ». Catherine Jackson
  • Pour l’institution : Défi politique : dans quelle politique institutionnelle, le service virtuel rentre-t-il ? S’accorde-t-il avec celle en place ? Défi organisationnel : nouveau service ? ou intégration avec le service sur place ? avec quelles équipes ? quelles formations ? Défi technologique : quel choix opérer ? Synchrone, asynchrone, forum, réseau partagé, logiciel de référence ? Défi par rapport à l’utilisateur : valeur ajoutée réelle ? Les enjeux politiques Rassembler des ressources d’information hétérogènes sur un territoire, avec l’objectif de les proposer aux utilisateurs grâce à une interface unique. Répartir plus efficacement le travail entre bibliothèques et services d’information. Participer à la promotion des bibliothèques en faisant connaître leurs ressources. Profiter d’une offre documentaire élargie. Promouvoir l’idée de réseau documentaire. Les enjeux économiques Optimiser les ressources documentaires. Les questions posées permettent d’orienter les institutions en matière de demande et de besoins des usagers : meilleur équilibre des collections ; meilleure gestion des budgets. Les enjeux bibliothéconomiques Il participe à la formation continue des professionnels de référence. Il permet de comparer les services de référence des bibliothèques et services d’information (méthode du benchmarking ) et de créer ainsi une émulation entre eux.
  • 2006 : Ré seau de Universités de l’Ouest Atlantique (RUOA) : 7 SCD Ubib.fr fonctionne sous deux modes : synchrone, par messagerie instantanée du lundi au vendredi de 9h à 18h, ou asynchrone, par courriel, proposant une réponse sous 48h ouvrées maximum. Les bibliothécaires travaillent donc en réseau, soit dans le cadre des permanences de messagerie instantanée, soit dans le cadre de 6 pôles disciplinaires pour les réponses approfondies. Avec 45 heures hebdomadaires de permanence en ligne et l'engagement de répondre sous 48 h, Ubib.fr est à ce jour le service d'information le plus ouvert et le plus rapide en France.
  • 23 SCD et bibliothèques parisiens Par question et par chat. Lettres, des sciences humaines, du droit, des sciences économiques et de gestion, de la médecine, de l'odontologie et de la pharmacologie, ainsi que dans les domaines des langues orientales. 3 jours
  • Bibliothécaire en ligne à Lyon2 : BeL à Lyon 2, SCD Metz, SCD Toulouse 2 et 3, SCD antilles, Grenoble 2 et 3, SCD Strasbourg
  • Recréer un parcours documentaires. Multiplier les interactions avec le public Médias sociaux : La définition de Frédéric CAVAZZA “ Les médias sociaux désignent un ensemble de services permettant de développer des conversations et des interactions sociales sur internet ou en situation de mobilité “. (Définition de 2009)
  • Partage de bibliographie : D’organiser les références par thèmes («categories »), De les qualifier par des mots-clés, D’y associer des fichiers, des liens, D’effectuer une recherche multicritères D’importer / exporter des références BibTeX, EndNote , PubMed, Zotero … De les diffuser via un fil RSS De les afficher par nuages de mots-clés, auteurs… D’annoter les références : gestion des citations et paraphrases (champs Citations et Paraphrases) De commenter les articles (champ fil d’ «Idées ») De créer des listes de bibliographies dans divers formats et styles EndNote (RIS, XML), BibTeX, RTF, HTML / Havard, IEEE… De rédiger des articles , de gérer dynamiquement les citations dans un document en cours de rédaction et d’éditer sa liste bibliographique à la norme choisie
  • Attentes usagers : conseils partagé par les pairs (cf. KOHA qui permet créer nuages tags usagers), accès rapide
  • Portails thématiques du SCD Lyon 1 : Médecine / Pharmacie / ISTR / Physique / Chimie / Maths / SVT-biologie / STAPS
  • Rôle d’information, d’aide à la décision et de dialogue avec les usagers, personnels et tutelles. Comment mesurer l’évolution d’une relation ? Comment distinguer les effets propres des services de l’ensemble de la bibliothèque (accueil, lieux, services, personnel) ? Comment prendre en compte les représentations individuelles liées par exemple aux obstacles socioculturels ? Comment enfin, rendre compte de l’impact de ces services sur l’ensemble d’une communauté ? Comprendre aussi qu’il faut mettre en place ces services en fonction d’une vision globale des publics (individuels, groupes, communauté)
  • l’enjeu est d’inscrire les services numériques dans une stratégie globale pour présenter une offre cohérente, mais aussi d’offrir des services répondant réellement aux besoins des usagers et non pas seulement des services servant de vitrine à une bibliothèque 2.0 modernisée.
  • Construire son identité numérique est essentiel pour une bibliothèque qui propose des services en ligne. Cela suppose de construire un projet de service global afin que les services numériques ne soient pas considérés comme une offre parallèle accessoire. Cela nécessite également de réfléchir à l’usage des nouveaux outils et proposer différentes formes de présence en ligne, afin de ne pas se contenter d’utiliser Internet comme un simple moyen de communication. Il semble au contraire intéressant de s’approprier les possibilités offertes par le web pour créer une véritable stratégie de médiation Numérique.
  • penser ces services en fonction des missions de la bibliothèque, mais également de créer des liens entre les services physiques et les services numériques. Multiplier les liens entre animations, expositions, ressources physiques et numériques.
  • Guichet Point d’actu Catalogue
  • Démarche attentionnelle (aux besoins, à la veille) permanente adaptée (à la population) « agir local, penser global » partagée (tutelles, publics, partenaires) évolutive stratégiques (pro-active) Qui ne va pas tant à la rencontre des usages que des usagers Le bibliothécaire set un veilleur, un producteur de contenu, un facilitateur ; centré utilisateur
  • Savoir repérer (contenu, flux d’info) Savoir choisir (se limiter, sélectionner) Maîtriser les outils (veille, recherche, édition) Savoir diffuser (communication, stratégie) Savoir combiner (agréger, structurer -> notion d’architecte de l’information) Savoir accompagner (pédagogie)
  • Définition sur le bibliolab - http://bibliolab.fr/cms/content/la-biblioth%C3%A8que-hybride-petite-synth%C3%A8se-dun-concept « Le bibliothécaire hybride n'est plus un préposé derrière une banque de prêt, il est un agent qui se déplace dans les locaux, à la rencontre des usagers. Ce n'est plus le public qui vient au bibliothécaire mais le bibliothécaire qui vient au public. Pour cela, il est déchargé de certaines tâches internes (le catalogage ayant échu à des agences bibliographiques, il se contente la plupart du temps de localiser les ressources qui lui sont propres, ne créant plus que les quelques notices qui n'existent pas encore). Le travail collaboratif avec ses collègues des réseaux des bibliothèques avoisinantes n'a plus de secret pour lui, il ne pense pas "Je" mais "Nous". Il veille, trie et met en avant des informations en direction d'une communauté entière. Enfin, le bibliothécaire hybride est un metteur en scène : il se déplace fréquemment dans les collections pour les mettre en espaces au gré des animations qui ont lieu dans son établissement. Il déplace même parfois les collections pour laisser place aux usagers qui viennent profiter de ces ressources pérennes et pourtant changeantes. Le bibliothécaire hybride est, finalement, l'hôte de tous ces gens qui viennent échanger. Il s'attache à ce qu'ils se trouvent bien, à devancer leurs besoins mais aussi à les surprendre. Il est hybride dans le sens où il s'intéresse à tous les supports de documents, du vélin au pixel et où il n'a de cesse que de créer des accès vers ces différentes ressources pour ses usagers ; il est encore hybride quand il pense aux publics et non plus au public. Il est hybride, enfin, dans sa permanence à défendre une constance dans le service au public tout en essayant d'anticiper les tendances qui seront celles de ses usagers de demain. Il est autant vigie que mousse sur le navire, à la fois en train de veiller et d'accomplir des besognes contingentes.

La bibliothèque hybride et les services en bibliothèque La bibliothèque hybride et les services en bibliothèque Presentation Transcript

  • La bibliothèque hybride et les services aux publics Thomas CHAIMBAULT Responsable de la Bibliothèque numérique Service Diffusion des Savoirs [email_address] – tel : 4375
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre des services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
      • Contexte
      • Une bibliothèque hybride
      • Vers une bibliothèque 2.0 ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre des services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Contexte
    • Evolution du contexte
    • Quelques chiffres : 66% Fçs ont un poste informatique 66% Fçs sont connectés à internet [séniors]
    • Les « Digitals Natives » [Prensky]
      • Rapport CREDOC de Sylvie Octobre
      • Le Mythe de la génération Y « Ce n’est pas parce que les jeunes se servent de la technologie qu’ils en conçoivent le sens. »
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Contexte
    • Je vais lire cette année :
    • 8 livres
    • 2300 pages web
    • 1281 profils Facebook
    • Je vais écrire 42 pages dans le cadre de mes études
    • Et 500 pages d’email
    • Je passe 3h30/jour sur internet
    • et 2h00 sur mon téléphone mobile
    • Source : Pew Internet
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Contexte
    • Pratiques informationnelles :
    • Enquête Credoc sur la fréquentation des bibliothèques
      • recherche d'informations pratiques : 26% utilisent Internet et 7% une bibliothèque
      • pour l'aide aux devoirs, ils sont 49% à se tourner vers Internet et 19% vers une bibliothèque.
    • Ressources documentaires utilisées très souvent ou régulièrement
      • Moteurs de recherche : 96 %
      • Catalogue de votre bibliothèque : 65 % (Enquête sur les besoins de formation des doctorants à l’IST – Bretagne. 2008 )
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Contexte
    • Partage du temps pendant une recherche :
    • 70% Chercher l’information
    • 25% l’isoler
    • 4% la consulter
    • 1% la comprendre
    • (U. de Californie)
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
      • Contexte
      • Une bibliothèque hybride
      • Vers une bibliothèque 2.0 ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre des services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Une bibliothèque hybride
    • Notion de bibliothèque hybride (Sutton, 1996)
    • «  a managed environnement providing integrated and contextualised access to an extensible range of information services independant of location, format, media and curatorial domain within a business framework  » (Murray, 1998)
    • => dématérialisation progressive des collections et désintermédiation physique des services proposés aux usagers
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Une bibliothèque hybride
    • Hybride ?
    • - Ressources multiples (dans et hors de la bib) : notion de paysage informationnel
    • Supports variés (ressources papiers, en ligne, numériques)
    • Ressources diverses (périodiques, litt.grise, supports de cours, doc.numérique)
    • Accès privilégié vers le texte intégral
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Une bibliothèque hybride
    • Services ?
    • Services en ligne, à distance,
    • Reproduction d’un service traditionnel ou inédit
    • Nouveaux services :
      • Renouvelé
      • Innovants
      • Mode de production change
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Une bibliothèque hybride Gilbert Raphaëlle. Services innovants en bibliothèque : construire de nouvelles relations avec les usagers
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Une bibliothèque hybride Les attentes des Usagers Le Confort Le conseil L’accès J. Pouchol
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.1. Une bibliothèque hybride
    • Enjeux ?
    • articulation entre bibliothèque physique et numérique
    • Distance et de la proximité
    • la territorialité
      • R. Gilbert. Idem
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
      • Contexte
      • Une bibliothèque hybride
      • Vers une bibliothèque 2.0 ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre des services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.3. Vers une bibliothèque 2.0
    • Le web 2 c’est un ensemble de technologies
      • RSS, Ajax, API, Mash-Up…
    • Le web 2.0 c’est surtout un ensemble de concepts :
      • Accès rapide à l’information (convergence)
      • Gérer de l’information (les usagers génèrent leurs propres données – cf blogs)
      • Créer du contenu (valeur ajoutée par les usages sous forme des commentaires, de la recommendation par ex.)
      • Participer (mise en œuvre de réseaux sociaux)
      • Importance de l’ergonomie (interfaces riches, interactives et orientées-usager)
    • La révolution du web 2.0 est qu’il place l’usager au cœur du web et des services.
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.3. Vers une bibliothèque 2.0
    • Septembre 2005 – Michael Casey ( Library Crunch ) invente le terme de Bibliothèque 2.0 = application des concepts du web 2.0 au contexte des bibliothèques (mais il n’y a pas d’accord sur la définition)
    • Bibliothèque 2.0 = bibliothèque + web 2.0
    • La bibliothèque 2.0 n’est pas fondée sur des changement technologiques mais sur des attitudes d’ouverture sur l’usager
    • « Pourrait se définir comme la mise en œuvre de services en ligne qui visent à mieux faire se rencontrer une offre et une demande de contenus dans le cadre d’une politique documentaire » Bibliobsession .
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.3. Vers une bibliothèque 2.0
    • La bibliothèque 2.0 en 5 leçons :
    • (Source : Bibliopedia )
    • Se promouvoir (le marketing pour aller (re)conquérir son/le public)
    • S'ouvrir à l’usager (qu’il devienne « contributeur »)
    • Améliorer les outils existants (Il s’agit d’un approfondissement des missions traditionnelles)
    • Délivrer de nouveaux services (Il s’agit d’une diversification des missions traditionnelles)
    • Se poser en forum social (se positionner comme lieu central pour la communauté)
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.3. Vers une bibliothèque 2.0 Pascal Krajewski – Des bibliothèques 2.0
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.3. Vers une bibliothèque 2.0
  • 1. De quoi parle-t-on ? 1.3. Vers une bibliothèque 2.0
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
      • Les « Learning centres »
      • Des espaces conviviaux
      • Présences sur le web
    • Mettre en œuvre des services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
  • 2. Redéfinir les espaces 2.1. Les « Learning centres »
    • Rapport IGB – S. Jouguelet
    • « centre de ressources pour l’information et la recherche  »
    • « un lieu d’apprentissage, d’information et de vie »
    • lieu architectural, souvent emblématique,
    • ensemble de ressources et de services, également accessibles à distance.
    • ensemble de services pédagogiques et technologiques, avec un accent mis sur l’assistance à l’usager.
    • Notion d’évaluation régulière des services (Fréquentation et satisfaction ; Usage des locaux)
  • 2. Redéfinir les espaces 2.1. Les « Learning centres »
    • Critères :
    • liaison étroite avec les enseignants
    • espaces conviviaux ,
    • accessibilité maximale
    • facilités d’usage à distance
    • personnel polyvalent et un regroupement des services
    • ressources documentaires et des équipements nombreux et renouvelés
  • 2. Redéfinir les espaces 2.1. Les « Learning centres »
    • Quelques exemples :
    • Glasgow Caledonian University: Saltire Centre:
    • http://www.gcal.ac.uk/thesaltirecentre/services/support.html
    • Kingston University London: www.kingston.ac.uk
    • Lausanne: EPFL: Rolex learning centre: http://learningcenter.epfl.ch
    • Université de Barcelone: Centre de ressources (CRAI) : www.bib.ub.edu/
    • En France ?
    • Toulouse
    • En Région Nord-Pas-de-Calais
    • la Fusée (Skema business School)
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
      • Les « Learning centres »
      • Des espaces conviviaux
      • Présences sur le web
    • Mettre en œuvre des services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
    • A. Renouveler les espaces
    • B. Proposer des zones
    • C. Être accueillant
  • 2 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
    • A. Renouveler les espaces
    • B. Proposer des zones
    • C. Être accueillant
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
    • A. Renouveler les espaces
    • B. Proposer des zones
    • C. Être accueillant
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.1 Des espaces conviviaux
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
      • Les « Learning centres »
      • Des espaces conviviaux
      • Présences sur le web
    • Mettre en œuvre des services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
    • Les portails de bibliothèques
    • Des interfaces simples et adaptées
    • Viser une information simple et efficace
    • 3 à 4 clics pour arriver à la l’information / au service recherché
    • Eviter au maximum de trop prendre l’ascenseur
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
    • B. Disséminer la bibliothèque
    • Intégrations du catalogue via des widgets ( BU Angers , BM Toulouse )
    • Proposer le téléchargement d'une barre de recherche ( Université de Pennsylvania , BFM Limoges )
    • Être accessible sur mobile ( BDIC , billet Vagabondages )
    • Proposer des profils sur les sites de réseautages sociaux ou de partage…
    • Laisser des traces (cf. Points d’actu)
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • 2. Espaces physiques/espaces virtuels 2.3 Présences sur le web
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre des services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre des services innovants
      • Enrichir l’existant
      • Services en ligne
      • Une stratégie globale
    • Le rôle du bibliothécaire
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
    • Transposer l’offre de service traditionnelle
    • Services à distances (compte-lecteur, réservations)
    • Prêt/retour dans n’importe quel point du réseau
    • Collections numériques (musique en ligne, livres électroniques, VoD, presse, supports de formation)
    • Productions de contenu (bibliographies, signets, blogs)
    • Expositions virtuelles
    • Modules d’autoformation
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
    • La bibliothèque numérique ?
    • « Système d’information dans lequel toutes les ressources d’information sont disponibles sous une forme traitable par ordinateur et dans lequel toutes les fonctions d’acquisition, de stockage, de conservation, de recherche, d’accès et de visualisation utilisent les technologies numériques »
    • Bibliothèque numérique / électronique / virtuelle ?
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
    • B. Enrichir les catalogues
    • Ajouter des couvertures, des tables des matières : BU Angers
    • Intégrer les recommandations des lecteurs : BM St Herblain
    • Ajouter des permaliens (lien pour chaque notice particulière « une notice = une URL ») : BU Huddersfield
    • Nouveautés sous forme de blog alimenté par les acquéreurs (cf SCD UHP ). L ’usager peut intégrer des commentaires, permet de présenter couverture ; sommaire, extraits, résumés
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
    • C. Faciliter la sérendipité
    • faculté de trouver la bonne information par hasard.
    • Suggérer autre chose que le livre indisponible ( recommandations ) : BU Huddersfield
    • Recherche par domaines : Waterford ( Find it last )
    • Recherche par nuages de mots ( Aquabrowser , ESC Lille)
    • Recherche par relation entre les mots ( Constellations , BM Lille)
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • 3. Mettre en œuvre des services innovants 3.1 Enrichir l’existant
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre des services innovants
      • Enrichir l’existant
      • Services en ligne
      • Une stratégie globale
    • Le rôle du bibliothécaire
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
    • Les services Questions Réponses
    • « Usages de la médiation humaine pour répondre à des questions dans un environnement numérique » David Lanke
    • Service de référence
    • Multi-support (présenciel, téléphone, chat, mail)
    • + ou – spécialisé (
    • Service ajouté : la base de connaissance
    • ( BPI , enssib , Postdam )
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
    • Enjeux :
    • Politiques (réseau doc., promotion des bibliothèques)
    • Économiques (optimiser ressources, orienter acq.),
    • Ressources humaines (FC, émulation enter services)
    • JP Accart. Les services de renseignements virtuels (dec.2009)
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
    • B. De nouveaux modes d’interactions avec le public
    • Les médias sociaux (sites de partages)
    • Les Blogs et wikis
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
    • Quelques outils de partages
    • Partages d’Agenda [Google agenda]
      • Partager des agendas pour organiser des rencontres et diffuser des événements
    • Partage de bibliographie [Wikindx]
      • Partager ses références pour établir des bibliographies collaboratives
    • Partages de liens, de signets [Delicious, Diigo]
      • Conserver, décrire, partager des signets
    • Partages de produits documentaires –documents papiers, vidéo, photos [Scribd, VideoLecture, blipTV, FlickR…]
      • Décrire, partager, diffuser des documents
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
    • WikIndx
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de nouveaux services 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
    • Folksonomie et indexation par les usagers
    • Les folksonomies désignent
      • un processus de classification collaborative
      • par des mots-clés librement choisis
      • Ou le résultat de cette classification
    • Indexation humaine, à la volée, instantanée, cumulative, simple, rapide, gratuite
    • Intérêt d’un filtrage collaboratif
    • gain de temps, gain d’échelle, économie d’expertise (masse critique des indexeurs) …
    • Couverture documentaire totale (documents, livres, photos, courriels, cartes géographiques …)
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
    • Tag ou « étiquette »
      • plus adaptée qu’une classification par catégories en permettant notamment de définir l’ensemble des thèmes dont parle une même page.
      • Importance de l’effet communautaire
      • Emplois multiples : marqueurs de centres d’intérêts, mode de navigation et de découvertes, mémoire thématique, terrain de partage des savoirs.
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
    • Inconvénient des tags :
      • Tous les internautes n'ont pas la même logique de classement.
      • Fort possible de passer à coté de favoris intéressants mais étiquetés selon un mot auquel vous n'auriez jamais pensé.
      • De plus, un même mot peut avoir plusieurs sens ou être employé différemment selon les individus (ex : « mousse »).
      • Delicious a résolu –partiellement- ce problème en offrant la possibilité de décrire ses tags, c'est à dire de les expliquer
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
    • C. Recréer des parcours usagers
    • [ univers Netvibes ]
    • Réorganiser la masse du web
    • Rôle de médiateur
    • Animations de communautés virtuelles
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.2 Services en ligne
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre des services innovants
      • Enrichir l’existant
      • Services en ligne
      • Une stratégie globale
    • Le rôle du bibliothécaire
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.3 Une stratégie globale
    • Le projet
    • Monter un projet
      • quelle mission ?
      • Quelle hierarchie des besoins ?
      • Quel plan –objectifs, calendrier, moyens ?)
    • Nécessité d’une Charte de service
    • Evaluer (usages ? Efficience ? Satisfaction ?)
    • Sarah Houghton-Jan, Challenge Of Assessing Digital Library Services (nov. 2009)
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.3 Une stratégie globale
    • L’identité numérique
    • « la collection des traces (écrits, contenus audio ou vidéo, messages sur des forums, identifiants de connexion …) que nous laissons derrière nous, consciemment ou inconsciemment, au fil de nos navigations sur le réseau. »
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.3 Une stratégie globale
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.3 Une stratégie globale
    • B. Impacter les services nouveaux sur les services physiques
    • Logique de contenu globale, multisupports
    • Proposer de nouveaux services sur des logiques participatives dans les collections papiers.
  •  
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.3 Une stratégie globale
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.3 Une stratégie globale
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.3 Une stratégie globale
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.3 Une stratégie globale
  • 3. Mettre en œuvre de services innovants 3.3 Une stratégie globale
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre de services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
      • Le bibliothécaire médiateur
      • De nouvelles compétences
      • Un bibliothécaire hybride
  • 4. Le rôle du bibliothécaire 4.1. Le bibliothécaire médiateur
    • A. Le bibliothécaire médiateur
    • Répondre à un double mouvement :
      • Réincarner les services de la bib. (rapprocher bib/usager)
      • Accepter le principe de relativisation
    • Repenser l’usager au cœur du système :
      • Services mieux adaptés à la diversité des usages, individualisés et participatifs
      • développer la médiation, le conseil, la réponse à des besoins particuliers.
      • orienter mais aussi susciter le désir, favoriser la découverte
      • Ne pas hésiter à produire (information, contenus, formations)
  • 4. Le rôle du bibliothécaire 4.1. Le bibliothécaire médiateur
    • La médiation numérique ne se résume pas aux fonctions TIC de la bibliothèque mais s’y articule
      • Sensibilisation aux TIC pour les publics
      • Valorisation des ressources documentaires en TIC de la bibliothèque
      • Veille documentaire thématique des acquéreurs
      • Administration du SIGB
      • Activités de l'espace multimédia de la bibliothèque
      • Département marketing/communication de la bibliothèque
      • Département action culturelle de la bibliothèque
  • 4. Le rôle du bibliothécaire 4.1. Le bibliothécaire médiateur
    • B. La médiation numérique comme compétence
    • Formation professionnelle continue
    • Faire reconnaître la gestion de contenus (blog, etc) dans les fiches de postes
    • Avoir le droit d’expérimenter en fonction des conditions de travail.
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre de services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
      • Le bibliothécaire médiateur
      • De nouvelles compétences
      • Un bibliothécaire hybride
  • 4. Le rôle du bibliothécaire 4.2. De nouvelles compétences
    • Nouvelles compétences
    • Savoir repérer (et se repérer)
    • Savoir choisir
    • Maîtriser les outils
    • Savoir diffuser
    • Savoir combiner
    • Savoir accompagner
  • 4. Le rôle du bibliothécaire 4.2. De nouvelles compétences
    • Cf. Joe Murphy (Yales) et Heather Moulaison
    • «  La BU et les compétences informationnelles en réseautage social (CIRS) pour les professionnels de l’information  »
    • 1. Compréhension des SRS et énonciation de leurs rôles
    • 2. Création du contenu
    • 3. Evaluation de l’information sur SRS
    • 4. Maîtrise des considérations légales et éthiques
    • 5. Recherche et navigation dans les SRS
    • 6. Interaction avec utilisateurs dans les SRS
    • 7. Formation des débutants en l’utilisation des SRS
    • 8. Création des services dans les SRS
  • Sommaire
    • De quoi parle-t-on ?
    • Redéfinir les espaces
    • Mettre en œuvre de services innovants
    • Le rôle du bibliothécaire
      • Le bibliothécaire médiateur
      • De nouvelles compétences
      • Un bibliothécaire hybride
  • 4. Le rôle du bibliothécaire 4.3. Un bibliothécaire « hybride » ?
    • Un bibliothécaire « Hybride » ?
    • Définition ( bibliolab ) :
    • A la rencontre des usagers
    • veille, trie et met en avant des informations en direction d'une communauté entière
    • Met en scène et en valeur les collections
    • Donne accès à tout types de ressource
  • 4. Le rôle du bibliothécaire 4.3. Un bibliothécaire « hybride » ?
    • Un « état d’esprit » (Tim O’Reilly)
    • Working to meet changing user needs
    • Trusting our users (radical trust)
    • Getting rid of the culture of perfect
    • Aware of emerging technologies and opportunities
    • Looking outside of the library world for application, opportunities, inspiration
    • Meredith Farkas, Library 2.0 in the real world
  • 4. Le rôle du bibliothécaire 4.3. Un bibliothécaire « hybride » ?
    • Manifeste du bibliothécaire 2.0 (Laura Cohen Library 2.0 : an academic's perspective )
    • Je vais me former à la culture de l'information de mes usagers
    • J'aurai le courage de proposer de nouveaux services et de nouvelles façons de fournir du service , même si certains de mes collègues résistent.
    • J'éviterai de demander aux usagers de voir les choses comme s'ils étaient des bibliothécaires, je tâcherai plutôt d' organiser mes services de façon à ce qu'ils reflètent les attentes et les préférences des usagers .
    • J'accepterai d'aller là où sont les usagers pour exercer ma profession, que ce soit dans les espaces physiques ou dans les espaces virtuels.
    • Je militerai pour un catalogue ouvert qui fournisse les fonctionnalités personnalisées et interactives que les usagers sont en droit d'attendre dans un environnement numérique.
    • Je validerai, par mes actions, le rôle professionnel vital et pertinent des bibliothécaires dans toute culture de l'information qui évolue
    • Citée et traduite par Marlène Delhaye
  • Bibliographie
    • Présentations :
    • DUJOL, Lionel. Réinventer les services en ligne
    • DUJOL, Lionel, Mercier, Silvère. Les sites web des bibliothèques : évolutions et animation
    • HOUGHTON-JAN Sarah, Challenge Of Assessing Digital Library Services - HLA 2009
    • Mémoires :
    • SERVET Mathilde. Les bibliothèques troisième lieu . Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : Enssib, 2009.
    • GILBERT, Raphaëlle. Services innovants en bibliothèque : construire de nouvelles relations avec les usagers. Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : Enssib, 2010.
    • HELLY Perrine. La bibliothèque comme service public de proximité à l’heure de l’internet . Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : Enssib, 2008. 96 p.
  • Bibliographie
    • Ouvrages
    • DONNAT Olivier. Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : enquête 2008 . Paris : la Découverte, 2009, 282 p.
    • MARESCA Bruno, EVANS Christophe, Gaudet Françoise (collab.). Les bibliothèques municipales en France après le tournant Internet : attractivité, fréquentation et devenir . Paris : Bibliothèque publique d’information / Centre Pompidou, 2007, 284 p.
    • Articles
    • LE DEUFF, Olivier. La bibliothèque 2.0 : génèse et évolutions d’un concept . A paraître .
    • Merci de votre attention