Appui de l’Etat à la jeunesse pour le financement de l’agriculture :

1,052 views
925 views

Published on

Accessing the state of financing to the youth in Agriculture in Africa.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,052
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
8
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Appui de l’Etat à la jeunesse pour le financement de l’agriculture :

  1. 1. Pr Taladidia THIOMBIANO CEDRES, Université Ouaga 2
  2. 2. introduction  En Afrique, plus de 20% de la population a aujourd’hui entre 15 et 20 ans. Ces tendances sont présentes dans l’UEMOA où, dans 3 pays (Niger 3,89%, Burkina Faso 3,1%, Bénin 3,03%) des huit, les taux de croissance moyens annuels de leur population au cours de la période 2005-2010 sont les plus élevés du monde (Banque Mondiale, 2008)  En 2008, la population agricole en Côte d’Ivoire était de 46,52% de la population totale, tandis qu’en 2012, au Burkina Faso, ce taux atteint 80% et 57,57% au Sénégal (countrystat, 2012)  l’insertion d’une bonne partie de cette jeunesse dans l’agriculture pourrait être une solution à la fois au chômage et au développement agricole.  Il s’agit de savoir ici si la jeunesse, en particulier celles des pays francophones d’Afrique bénéficie du financement agricole de leur l’Etat.
  3. 3. 1- Les obstacles à l’insertion des jeunes dans l’agriculture L’insertion de la jeunesse dans le secteur agricole se heurte à plusieurs difficultés: - La jeunesse est très peu attirée par le métier d'agriculteur - le problème de l'intégration dans les villages d'accueil pour leur installation - l’accès sécurisé au foncier par les jeunes - les revenus agricoles sont nettement inférieurs à ceux des autres activités ce qui décourage une bonne partie de la jeunesse (diplômée surtout) à embrasser un métier agricole.
  4. 4. 2- Politiques de soutien aux jeunes dans l’agriculture en Afrique francophone (1/2)  La plupart des jeunes, surtout des zones rurales demeurent pauvres ; trois sur quatre vivent avec moins de 2 $ par jour et n’ont pas les ressources et les compétences pour entreprendre le métier d’agriculteur (Rapport, 2012).  L'installation des jeunes en agriculture suppose donc un ensemble de mesures structurelles précises et cohérentes à travers une politique agricole soutenue par les pouvoirs publics. Au Burkina Faso, les principaux textes votés au profit des jeunes pour la promotion de l’agriculture sont les suivants: - La reconnaissance juridique de l'Union nationale des jeunes producteurs agricoles du Burkina (UNJPA-B) en 1997 - La création du Secrétariat permanent à l'appui aux jeunes producteurs agricoles (SP/AJPA) en 1999 - une stratégie nationale en matière de fixation des jeunes dans leurs terroirs (SNFJT) a constitué l’outil de coordination et d’harmonisation des interventions en faveur des jeunes ruraux
  5. 5. 2- Politiques de soutien aux jeunes dans l’agriculture en Afrique francophone (2/2) Au Benin, il existe un Programme spécial d’installation des jeunes dans l’agriculture (PSIJA) avec pour objectifs spécifiques :  i) assurer la sécurité des terres en vue de faciliter l’installation des jeunes dans l’agriculture,  ii) fournir un appui technique pour l’élaboration des plans d’affaires,  iii) aider dans la recherche de ressources financières en vue du démarrage des activités,  iv) assurer l’accompagnement pour limiter les échecs de parcours et aider à la gestion des difficultés rencontrées.
  6. 6. 3- Financement à l’insertion de la jeunesse dans l’agriculture (1/3) L’appui financier (direct ou indirect) accordé par les Etats spécifiquement aux jeunes pour le développement du secteur agricole s’est traduit surtout par des formations, et l’accompagnement à leur installation dans le secteur. Ces appuis pour la plupart des pays francophone datent de longtemps sauf dans quelques pays (Côte d’ivoire, Bénin, Cameroun) où certaines actions au profit des jeunes sont récentes.  Au Burkina Faso, un Fonds d'insertion des jeunes (FIJ) dans leur terroir a été créé en 1994 et opérationnel depuis 1997. Plusieurs initiatives ont été développées en la matière, parmi lesquelles : - (i) Les Brigades de production : Quatre sites à travers le territoire ont reçu chacun 250 jeunes soit 1 000 au total. - (ii) L’opération 1 000 jeunes filles : ces filles bénéficiaient d’un appui financier du Ministère de l’action sociale allant de 120 000 à 240 000 FCFA en fonction du domaine de formation. Environ 10 000 filles chaque années étaient formées dans le Sourou. Projet a pris fin en 2010. 
  7. 7. 3- Financement à l’insertion de la jeunesse dans l’agriculture (2/3) En ce qui concerne la formation agricole des jeunes au Burkina Faso  (i) Le système de l'Education rurale dès 1963, destiné aux jeunes ruraux non scolarisés qui, vu leur âge (de 14 à 18 ans), n'ont plus aucune chance de l'être ;  (ii) Le système de Formation des jeunes agriculteurs (FJA) en 1974 en remplacement de celui de l’éducation rurale. ) Les jeunes sortant des Centres de Promotion Rurale (CPR) bénéficient des équipements agricoles pour leur installation  Au Benin, un programme spécial d’insertion des jeunes dans l’agriculture a été lancé en 2008, à travers lequel, la vallée du Niger et de la Sota a accueilli plus de quatorze mille jeunes qui se sont spontanément intégrés.
  8. 8. 3- Financement à l’insertion de la jeunesse dans l’agriculture (3/3)  Au Cameroun, le Programme d’Appui à l’Installation des Jeunes Agriculteurs (PIAJA), logé au Ministère de l’agriculture et du développement rural (MINADER), accompagnent les jeunes dans la mise en œuvre de projets agricoles, sur leur propre domaine foncier ou sur les sites viabilisés par l’Etat. Pour l’année 2012, 900 millions FCFA sont consacrés à la viabilisation des sites. Dans la répartition, 100 millions seront alloués à l’installation de 50 jeunes agriculteurs ayant suivi une formation dans des écoles et centres, tandis que 120 millions seront destinés à 120 groupes de jeunes au chômage qui s’intéressent à l’agriculture. Depuis sa mise en œuvre en 2006, le PIAJA a déjà installé 1800 jeunes (BAHRI-DOMON, Y, 2012).  En Côte d’Ivoire, un fonds d'installation et d'appui aux initiatives des jeunes agriculteurs (entre 21-40 ans) a été créé en 2005 dont les modalités de financement sont : (i) apport personnel 5 % du coût du projet, (ii) 5 millions pour les personnes physiques, (iii) 10 millions pour les personnes morales ou groupement
  9. 9. Conclusion  Le secteur agricole est reconnu comme le moteur de développement des pays d’Afrique Francophone, mais la problématique de son financement reste toujours d’actualité  De même, les pouvoirs publics soutiennent l’idée que la jeunesse constitue une aubaine pour la relance du secteur en termes d’innovations mais dans le même temps, l’appui à son endroit par les Etats est quasi inexistant  Sur la base de l’expérience du Burkina Faso, l’enseignement majeur que l’on peut tirer des initiatives de financement des jeunes agriculteurs est l’insuffisance d’accompagnement des jeunes en matière de financement des activités de production agricole, de soutien à la commercialisation des produits et d’accès à la terre
  10. 10. Merci de votre attention

×