APPROACHES OF LAND USE AND MANAGEMENT FOR CLIMATE RESILIENCE

697 views
585 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
697
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

APPROACHES OF LAND USE AND MANAGEMENT FOR CLIMATE RESILIENCE

  1. 1. UnautreSahelestpossible! Les approches sur l’utilisation des terres et leur gestion pour la résilience au climat APPROCHES OF LAND USE AND MANAGEMENT FOR CLIMAT RESILIENCE Dr Ablassé BILGO, a.bilgo@agrhymet.ne,ablassebilgo@yahoo.fr Dr Maty BA DIAO, m.badiao@agrhymet.ne Centre régional AGRHYMET, www.agrhymet.ne Niamey, Niger Portail Changement climatique et gestion durable des terres : www.agrhymet.ne/portailCC ; e-amil : portailCC@agrhymet.ne
  2. 2. UnautreSahelestpossible! Plan • Introduction • Approches régionales de la gestion durable des terres (cas de l’AGRHYMET/ CILSS) • Approches locales de la gestion durable des terres pour leur résilience au changement climatique • Conclusion
  3. 3. UnautreSahelestpossible! Comité Inter Etats de Lutte contre la Sècheresse au Sahel CILSS Mandat « S’investir dans la recherche de la sécurité alimentaire et la lutte contre la sècheresse et la désertification, pour un nouvel équilibre écologique au Sahel » - Secretariat Executif à Ouagadougou (Burkina Faso www.cilss.bf), - Institut du Sahel à Bamako (Mali, www.insah.org) - Centre Régional AGRHYMET à Niamey (Niger, www.agrhymet.ne) 13 pays mais extension des activités vers les 17 pays CILSS/CEDEAO
  4. 4. UnautreSahelestpossible! Approches régionale pour la Gestion des Durables des terres : cas de l’AGRHYMET/CILSS - Renforcement des capacités de 17 pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest - Financement de projets sur les innovations de GDT et d’adaptation au changement climatique - Production et gestion de l’information - Recherche scientifique
  5. 5. UnautreSahelestpossible! Financement de projets terrain dans des zones du PANA des pays Appuis aux politiques nationales et régionales Renforcement des capacités des services techniques nationaux Approches pour la Gestion des Durables des terres, cas du CILSS/AGRHYMET
  6. 6. UnautreSahelestpossible! • Informations : production de bulletins • Base de données climatiques • Formations continues (contrôle qualité/traitement/analyse + appui matériel) • Formations de bases : cycles de Techniciens supérieurs, ingénieurs et mastères (changement climatique et développement durable, GDT, GIREE, etc) • Formations actions : transfert d’outils et de connaissances en matière de GDT • Séminaires/ateliers : cartographie, interprétation des images, etc. Informations, données climatiques et formations sur la GDT/Changement climatique
  7. 7. UnautreSahelestpossible! Des projets pour appuyer les pays Le projet Intégration de l’adaptation au changement climatique dans les secteurs de l’agriculture et de l’eau en Afrique de l’Ouest FFEM CC Le Projet Régional de Gestion Durable des Terres (15 000 ha à restaurer) Le Projet Alliance Mondiale Contre le Changement Climatique (GCCA) Financement de projets terrain dans des zones du PANA Appuis aux politiques nationales et régionales Projet ACDI/CC: Projet d’appui aux capacités d’adaptation des pays du CILSS au changement climatique
  8. 8. UnautreSahelestpossible! Projet AMESD: African Monitoring of Environment for Sustainable Development (Suivi de l’environnement pour un développement durable en Afrique) Des projets pour appuyer les pays Appui à l’Adaptation au Changement Climatique en Afrique de l’Ouest par l’Amélioration de l’Information Climatique Renforcement des capacités des services techniques Projet ClimDev/ISACIP: Projet Appui Institutionnel aux Institutions Africaines du Climat Projet FERSOL : Fiches techniques et webmapping
  9. 9. UnautreSahelestpossible! Financement de projets terrain pour les pays du CILSS : FFEM, UE, CRDI • FFEM, 1 122 770 euros : Benin, Burkina Faso, Cap Vert, Guinée, Mauritanie, Niger, Sénégal, Togo • PGRDT (Union Européenne, 4 891 329 euros) : Projets pays et multi-pays (bassin Volta et Tchad) • FFEM, 150 000 euros : Bénin, Niger, Sénégal
  10. 10. UnautreSahelestpossible! Intégration du changement climatique/GDT dans les politiques et stratégies des pays • Intégration – dans le processus de budgétisation – intégrer CC dans système de suivi – évaluation – dans politiques et stratégies nationales sectorielles • Outils de sélection et de priorisation des options d’adaptation/atténuation
  11. 11. UnautreSahelestpossible! Plateforme de partage des connaissances sur la GDT/CC www.agrhymet.ne/portailCC
  12. 12. UnautreSahelestpossible! Approches locales et gestion de la GDT : les aménagements, la formation, l’organisation et l’équipement des acteurs
  13. 13. UnautreSahelestpossible! Les diguettes anti-érosives : cordons pierreux et digues filtrantes Réduction de l’ érosion et du ruissèlement Aménagement de cordons pierreux dans la zone sahélienne du Burkina Faso Ecartement entre cordons, 33 m (ZOUGMORE et ai. 2000) Les cordons pierreux entraîne une diminution des pertes en terre de 21% avec un écartement entre cordons pierreux de 50 m, 46% avec un écartement de 33 m, et 61% avec un écartement de 25 m. Robert Zougmoré, Zacharie Zida, 2005 Assemblages de pierres sur une courbe de niveau réalisés sur les bas et moyens glacis dont la pente ne dépasse pas 3%
  14. 14. UnautreSahelestpossible! Zaï (Burkina Faso) ou tassa (Niger)En manuel En mécanisé Technique traditionnelle : trous de 15 à 20 cm de diamètre et de profondeur + poignée (500g) de matière organique ZONES D’APPLICATION Nord soudanienne et sahélienne, pluviométrie de 600 à 900 mm dépend aussi du type de sol – densité environ 10 000 trous/ha
  15. 15. UnautreSahelestpossible! Avantages de la mécanisation (cas du Niger) : • Rapidité d’exécution: 50 h/ha au lieu de 300 h/ha en manuel • Permet de casser des sols encroutés • La parcelle produit des rendements au moins de 1000 à 1200 kg/ha contre environ 800 kg/ha avec le zai manuel • Hausse également du rendement paille de 4 T à 5 T / ha • Taux de retour annuel sur investissement : • Bénéfice: surplus de 1000 kg*100 F si sol nu avant • Coûts: – 10 jours homme de main d’œuvre à 1500 F pour la fertilisation soit 15 000 F – location charrue asine à dent à 10 000 F/ha – 4 t de matière organique à 5000 F/t soit 20000 F • Soit un taux de retour annuel de 220 % Intérêt de la mécanisation du tassa
  16. 16. UnautreSahelestpossible! Demi-lunes en zone sahélienne Demi-lune de grand diamètre pour lutter con le ruissellement au Sénégal (Thiès) Demi-lunes agricoles au Burkina Faso Demi-lunes agroforestières au NigerDensité : 313 DL/ha Diamètre : 4 m Écartement : 4 m sur ligne et 6 m entre courbes de niveau Profondeur 0,15 -0,30 m Hauteur bourrelet 0,25 -0,40 m Rendement : Niger 600 kg/ha
  17. 17. UnautreSahelestpossible! Les jachères améliorées : cas du tapis herbacé Impact du tapis herbacé en Reconstitution de la biodiversité des herbacées pendant le temps de jachère (300 à 400%) climat sahélien (Nord Burkina Faso, Sangaré, 2001) sur les rendements agricoles en sorgho (remise en culture après 2 ans) : rendements en grains : 1860 kg/ha, rendements en pailles : 5246 kg/ha Le tapis herbacé est une pratique de récupération des terres dégradées par ensemencement d’espèces herbacées locales après un travail préalable du sol (sous-solage ou scarifiage).  Rôle : - limite l’érosion et infiltre l’eau - Re-installation de la végétation - restauration du sol NB : L’ensemence ment avec Andropogon gayanus, graminée pérenne double la fertilité du sol Cf. Technique d’autodissémination
  18. 18. UnautreSahelestpossible! L’usage des charrues motorisées : delfino et treno • La charrue couplée à un tracteur permet de creuser rapidement des demi-lunes : 7000 demi- lunes/jour • On peut l’utiliser sur des sols argilo sableux à argileux, dans des zones à moins de 300 mm • On obtient environ 300 demi lunes à l’ha, de 4 m de diamètre et 50 cm de profondeur • Il est possible de traiter 10 ha par jour (2 ha / h si sol meuble, 1 ha / h si sol gravillonnaire) • Il faut ensuite procéder au semis direct d’espèces forestières • Reconstitution de la diversité biologique. Cas de Djibo (Burkina Faso) : 8 espèces de ligneux et 25 d’herbacées) • Possibilité de cultures de céréales Conditions : sols profonds (80 cm)
  19. 19. UnautreSahelestpossible! Approche d’assainissement écologique pour la valorisation des excréta humains (urine et fèces en pays Agriculture : un approvisionnement certains de fertilisants : cette approche est promue par le CREPA dans 17 pays Principe de l’hygiénisation :  urine : fermeture hermétique du contenant pendant 1 mois  fèces : fermeture de la fosse pleine pendant 6 mois (CREPA, 2006) Récoltes (céréales et cultures maraîchères) saines Stockage de l’urine au Burkina Faso (CREPA, 2010) Latrine ECOSAN au Mali (Guegneka, 2010) Stockage d’urine au Togo, 2010)
  20. 20. UnautreSahelestpossible! Amélioration des techniques et des sources organiques de compostage Compostage mise en œuvre de formules efficientes de compostage des déchets urbains Sources potentielles de matières organiques :  déchets urbains, 40 000 tonnes à Ouagadougou par exemple  coques d’arachides  tiges de cotonniers  bois et rameaux fragmentés (BRF) Meilleures formules : Déchets 50% verts + déchets d’abattoir + phosphates naturels +/- du déchets papier
  21. 21. UnautreSahelestpossible! Introduction des légumineuses et des plantes de couverture dans les systèmes de culture Améliorer la fertilité des sols par l’utilisation du pois d’angole en association culturale et de Mucuna cochinchinensis au Burkina Faso • Réduction très significative de la pression des adventices si Mucuna cochinchinensis est utilisé comme précédent cultural • Les rendements des cultures après les précédents de légumineuses sont significativement plus élevés par rapport aux témoins (SEGDA et al., 2005).
  22. 22. UnautreSahelestpossible! Système de culture Sorgho-Jatropha curcas Production de J. curcas en couloir à Orodara (Burkina Faso) Cas du Burkina Faso : 70 000 ha de J. curcas, soit 0,8% de terres cultivables ou 1,9 % de terres cultivées (MMCE, 2009) Résultats d’enquête au Burkina Faso (SANOU, 2010) la plantation a-t-elle un impact sur le rendement des cultures associées? Jatropha c. a- t-il un impact sur le sol ? oui non ne sait pas oui Provinces Yatenga 20,0% 40,0% 40,0% 80,0% Zandoma 80,0% 20,0% 100,0% Passoré 40,0% 60,0% 100,0% Ganzourgou 50,0% 50,0% 100,0% Kourwéogo 25,0% 50,0% 25,0% 100,0% Oubritenga 40,0% 60,0% 100,0% Kompienga 20,0% 80,0% 100,0% Gourma 20,0% 80,0% 100,0% Tapoa 25,0% 25,0% 50,0% 100,0% Jatropha curca planté en monoculture pour les besoins uniquement énergétiques est fortement déconseillé
  23. 23. UnautreSahelestpossible! Le système de riziculture intensive (SRI) Il s’agit de produire le riz avec très peu de semences, d’eau, d’engrais, sur un sol riche en matière organique et bien aéré toutes choses qui favorisent l’accroissement voire le doublement du rendement.
  24. 24. UnautreSahelestpossible! Les digues anti-salinisation au Sénégal La digue anti-sel constitue une technique adaptée en vue d’empêcher la remontée de la langue salée d’une part et d’autre part de protéger et de récupérer les sols salés ou sulfatés acides en amont de l’ouvrage. Les rendements : avant aménagement : 0,5 t/ha après aménagements : 2 à 3,5t /ha.
  25. 25. UnautreSahelestpossible! La récupération des terres de mangroves (cas de la Guinée Bissau) Saison sèche (entrée d’eau de mer) : o Destruction des adventices par le sel o Apports de limons/argile Saison des pluies (admission d’eau douce) : o Culture de riz o Pas d’engrais chimique ni de désherbants o rendements de 3 à 4 tonnes/ha) Technique traditionnelle de culture du riz; le « bolanhas » est utilisée pour maintenir la fertilité des terres : - réaliser une digue en terre dans le bas fond d’un bras mort lagunaire en aval de la surface à cultiver o pour empêcher les remontées superficielle de l’eau de mer o et de permettre à l’eau de pluie d’assurer le lessivage du sel pour réduire la salinité de la partie en amont de culture Coût : 1 250 000 FCFA (pas de prise en compte de la main d’œuvre communautaire et du matériel communautaire)
  26. 26. UnautreSahelestpossible! Zaï et régénération naturelle assistée : le zaï forestier Espèces herbacées Espèces ligneuses Village Traitt Nb d’espèces Nb de familles Nb d’espèces Nb de familles Gourga Aménagé 44 16 54 22 Témoin 16 7 11 5 Somyaga Aménagé NR NR 34 19 Témoin NR NR 9 3
  27. 27. UnautreSahelestpossible! 0 20 40 60 80 100 Zaï Cordons pierreux bandes enherbées Culture attelée 1/2lune Paillage Zaï+ Cordons pierreux Zaï+bandes enherbées+ Compost 1/2lune + Comp+ Engrais Zaï+ cordons pierreux + Engrais Zaï+ Paillage+ Compost % de répon ses Synthèse sur les pratiques d’adaptation des producteurs au climat dans la région nord du Burkina Faso (Titao), résultats d’enquêtes, 2010
  28. 28. UnautreSahelestpossible! Taille ménag e Superfici e (ha) Production nette (kg) Besoin s (kg) Gap (kg) Productio n nette si cordon et zai (kg) Sur- plus Très pauvres 7 1,5 1020 1330 -310 2040 710 Pauvres 10 2 1360 1900 -540 2720 820 Simulation des effets de la mise à l’échelle annuelle de la GDT au Burkina Faso (Centre nord, Kaya) Simulation of scalling up SLM practices in Kaya (Burkina Faso)
  29. 29. UnautreSahelestpossible! Conclusion Les approches de GDT pour la résilience se résument ainsi : les techniques d’adaptation méritent des améliorations progressives par la recherche scientifique pour tenir compte de la dynamique du climat Le renforcement des capacités des Etats par la formation des cadres, la mise à disposition de l’information climatique et des équipements (ex. météorologiques) l’intégration des options d’agriculture intelligente face au changement climatique dans les politiques et stratégies des pays
  30. 30. UnautreSahelestpossible! Pour en savoir plus, visiter le portailCC/GDT : www.agrhymet.ne/portail CC Je vous remercie de votre attention

×