Agriculture et changement climatique: contextes scientifiques et politiques

1,000 views

Published on

Le changement climatique pose de sérieux défis pour l'agriculture en Afrique et les perspectives de développement rural. L’adaptation et l’atténuation sont étroitement liées dans les secteurs de l'agriculture, de la foresterie et de l'utilisation des terres, offrant la possibilité de lier la planification nationale de l'atténuation avec les objectifs des pays de développement rural et de sécurité alimentaire
Une collecte des données améliorée et de solides inventaires sur les émissions de GES dans des systèmes de données nationales fiables seront une clé pour accéder aux aides et financements internationaux en vertu des accords sur le climat.

© FAO: http://www.fao.org

Published in: Education
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,000
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
34
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Agriculture et changement climatique: contextes scientifiques et politiques

  1. 1. Agriculture et changement climatique: contextes scientifiques et politiques Francesco N. Tubiello et l’équipe MAGHG Troisième atelier régional de la FAO sur les statistiques pour les émissions de gaz à effet de serre, Casablanca, Maroc, 2 et 3 décembre 2013
  2. 2. Panorama 1. Contexte scientifique : les dimensions du changement climatique 2. Questions essentielles pour l’agriculture dans la décennie à venir 3. Politiques et mécanismes internationaux du climat 4. Conclusions
  3. 3. Changement climatique: Le rôle essentiel de l’agriculture, la foresterie et des autres utilisations des terres Les activités humaines fondamentales (production végétale et animale, foresterie, et changements d'utilisation des terres associées) sont à la fois cause et victime potentielle du changement climatique actuel et futur : 1. Ces activités sont responsables des changements environnementaux mondiaux de grande échelle. 2. Les pratiques de gestion et les changements d'utilisation des terres conduisent à de grandes quantités de GES. 3. Le changement climatique qui en résulte met en danger la sécurité alimentaire et les écosystèmes.
  4. 4. Grande empreinte mondiale: Les cultures occupent ~ 1.5 milliard d’ha, 10% des terres émergées du globe Les pâturages couvrent 3.0 autres milliards d’ha; soit 20% L'utilisation totale des terres couvre ~ 4.0 milliards d'ha, soit 30% de la superficie totale. (Couvert forestier ~ 4Gha)
  5. 5. Les émissions de GES sont un résultat direct de l’utilisation des terres CO • It has been, CO and will continue is CH to be a key driver of global CH CH change and climateCO change CO 2 2 4 4 4 2 2 CO2 N2O CO2
  6. 6. Les implications atmosphériques... Source: NASA GISS, 2012
  7. 7. …et leurs conséquences planétaires Source: IPCC, 2007 – IV Assessment Report Sources: NASA-GISS, 2012
  8. 8. Quel avenir pour les générations futures ? Estimations des émissions moyennes produites par plusieurs models et gammes evaluées de réchauffement de la surface Source: IPCC, 2007 – IV Assessment Report
  9. 9. Agriculture: besoins d’adaptation, opportunités d’atténuation • L’adaptation à des systèmes plus résilients est fondamentale pour améliorer la sécurité alimentaire et favoriser les objectifs de développement rural • Ces pratiques permettent également de réduire les émissions de GES ou d’augmenter les puits de GES • Il existe d'importantes opportunités de développer des actions de riposte au changement climatique, qui portent dans le même temps sur l’adaptation et sur l'atténuation, augmentant l'accès aux opportunités de financement international et faisant la promotion du développement rural.
  10. 10. Action internationale La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques CCNUCC, signée en 1992. L’objectif principal est défini à l'article 2: '' ... la stabilisation des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique. Un tel niveau devrait être atteint dans un délai suffisant pour que les écosystèmes puissent s'adapter naturellement aux changements climatiques, que la production alimentaire ne soit pas menacée et que le développement économique puisse se poursuivre d'une manière durable.''
  11. 11. Responsabilité commune mais différenciée Reconnaissance que les parties visées à l‘Annexe I, les pays développés, portent la responsabilité principale des concentrations actuelles de GES et sont principalement appelés à réduire leurs émissions (actions d'atténuation). Les pays non visés à l’Annexe I devraient néanmoins contribuer aux efforts mondiaux d’atténuation, compte tenu de leur rôle de plus en plus grand. Les parties visées à l’Annexe I devraient aider celles non visées à l‘Annexe I dans l'identification et la mise en œuvre des mesures d'atténuation et des plans d'adaptation dans leur chemin vers le développement durable. Sources: IEA and NASA-GISS 2012
  12. 12. Mécanismes de la CCNUCC • Déclaration des émissions de GES par les pays avec différentes règles pour les parties visées à l’Annexe I et les parties non visées à l’Annexe I. • Rapports des pays non visés à l’Annexe I: Communications nationales, rapport biennal actualisé (BUR) à partir de 2014. • Soutien à la planification nationale de l'adaptation et de l’atténuation: • Renforcement des capacités et transfert de technologie • Mécanismes souples et échange des quotas d’émission • Financement du climat (Fonds pour l'adaptation, Fonds vert pour le climat, REDD+, MAAN)
  13. 13. Mesures d'atténuation appropriées au niveau national (MAAN) • Fournir l’instrument de la CCNUCC pour garantir un soutien international important pour des mesures d’atténuation nationales, à grande échelle, au niveau des parties non visées à l'Annexe I • Champ d’application significatif pour se concentrer sur l'agriculture, la foresterie et les activités de changement d'utilisation des terres, compte tenu du rôle important que joue l'agriculture dans de nombreux pays non visés à l'Annexe I • Opportunité importante pour relier l'atténuation aux objectifs de développement rural avec les objectifs nationaux de développement
  14. 14. Sytèmes solides de données nationales sur les GES une clef pour accéder aux financements / aides Communauté internationale Parties de la CCNUCC COP/MOP Approbation internationale Décide du mécanisme Sollicite des avis $, technologie, transfert des capacités Lignes directrices et directives du GIEC pour la production de rapports sur les GES Elabore les lignes directrices Pays Membres Rapports nationaux sur les GES (Communications nationales, BUR, MAAN) Groupe d'experts intergouvernemental sur les changements climatiques Organe subsidiaire pour le conseil scientifique et technologique Mandate un travail
  15. 15. Conclusions • Le changement climatique pose de sérieux défis pour l'agriculture en Afrique et les perspectives de développement rural • L’adaptation et l’atténuation sont étroitement liées dans les secteurs de l'agriculture, de la foresterie et de l'utilisation des terres, offrant la possibilité de lier la planification nationale de l'atténuation avec les objectifs des pays de développement rural et de sécurité alimentaire • Une collecte des données améliorée et de solides inventaires sur les émissions de GES dans des systèmes de données nationales fiables seront une clé pour accéder aux aides et financements internationaux en vertu des accords sur le climat
  16. 16. Merci ! Contact: MAGHG@fao.org Site MAGHG : http://www.fao.org/climatechange/micca/ghg/en/ Site FAOSTAT : http://faostat.fao.org Financé par:

×