La FAO à RIO+20 et au-delà
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

La FAO à RIO+20 et au-delà

on

  • 2,130 views

Pas de développement durable sans l’élimination de la faim Sur la voie de Rio+20, la FAO appelle à un avenir plus sain pour les hommes et pour les écosystèmes

Pas de développement durable sans l’élimination de la faim Sur la voie de Rio+20, la FAO appelle à un avenir plus sain pour les hommes et pour les écosystèmes

Statistics

Views

Total Views
2,130
Views on SlideShare
1,937
Embed Views
193

Actions

Likes
1
Downloads
7
Comments
0

5 Embeds 193

http://www.fao.org 177
http://gaiapresse.ca 8
http://societe-centrale.blogspot.fr 5
http://localhost 2
http://foris.fao.org 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

La FAO à RIO+20 et au-delà Presentation Transcript

  • 1. VISION DE RIO EN 1992 “Les êtres humains sont au centre despréoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature. ” (Premier principe de la Déclaration de Rio, 1992)
  • 2. La vision de la FAO pour Rio+20 et au-delà “En finir avec la faim et faire la transition vers des systèmes agro-alimentaires durables”
  • 3. Les trois principaux messages présentés à Rio+20 1 2 3
  • 4. 1. Lutte contre la faim et amélioration de la nutrition • L’accès équitable aux ressources, à l’emploi et aux revenus est capital pour lutter contre la faim • Près d’un milliards de personnes souffrent de la faim: – les petits producteurs et les paysans sans terre, surtout en Afrique sub-saharienne et en Asie • Les populations souffrant de la faim chronique ne sont pas suffisamment résilientes aux chocs • Des mesures de protection sociales bien ciblées sont indispensables • Combler le fossé hommes-femmes concernant l’accès aux ressources productives -> donnerait à 100–150 millions de personnes les moyens d’échapper à la faim • Les résultats réels dépendent des choix que nous faisons aujourd’hui en matière de production et de consommation
  • 5. 2. Sustainable food consumption and production systems• Il est prévu que la production alimentaire augmente de 60 % d’ici 2050, mais cela doit également être obtenu d’une manière durable pour l’environnement• L’agriculture: • consomme 70 % des ressources en eau douce • génère 30 % des émissions de GES et a, en même temps, la capacité d’étayer les efforts d’atténuation • représente 30 % de l’énergie consommée par les systèmes alimentaires et assure , en même temps, 10-15 % de l’énergie totale produite par les secteurs agricoles• Les pertes et le gaspillage alimentaires au niveau mondial représentent: • 1/3 de la production alimentaire • 10 % de la consommation mondiale d’énergie
  • 6. 2. Systèmes de consommation et de production alimentaires durables (suite)•  Amélioration de l’ensemble de la filière alimentaire en: • instaurant des systèmes de production plus résilients qui utilisent moins de ressources et soient moins polluants • passant à des régimes alimentaires durables, et en réduisant les pertes alimentaires et le gaspillage de nourriture• L’intensification durable dans tous les systèmes de production est indispensable• Apport d’un soutien ferme au développement agricole (agriculture, pêches, sylviculture) qui intègre les multiples objectifs• L’agriculture doit devenir intelligente sur le plan énergétique et climatique - elle doit produire plus avec moins
  • 7. 3. Gouvernance inclusive et efficace• Des mécanismes de gouvernance plus inclusifs, souples et élaborés par le pays, sont essentiels pour que les parties prenantes puissent travailler ensemble d’une manière coordonnée• La mise en place de politiques solides et d’institutions fortes est indispensable• La répartition équitable des coûts de transition et des avantages qui en découlent doit impérativement être assurée
  • 8. Les cinq mesures clés à entreprendre au niveau national1. Définir et protéger les droits aux ressources, en accordant une attention particulière aux populations plus vulnérables2. Incorporer dans les systèmes agro-alimentaires des incitations à la consommation et à la production durables3. Promouvoir l’instauration de marchés agro- alimentaires plus efficaces et équitables4. Réduire les risques et renforcer la résilience des populations plus vulnérables5. Investir les ressources publiques dans des biens collectifs indispensables, dont l’innovation et les infrastructures
  • 9. La FAO appelle Rio +20 à prendre les six engagements suivants:• Accélérer le rythme de réduction du nombre de personnes souffrant de la faim et de la malnutrition• Utiliser les Directives volontaires • Droit à une alimentation adéquate • Gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts• Appuyer les efforts de toutes les parties prenantes pour intégrer les objectifs de sécurité alimentaire et de protection de l’environnement• Assurer la répartition équitable des coûts et des avantages liés à la transition vers la consommation et la production agricole durables; et veiller à ce que les moyens de subsistance des populations et leur accès aux ressources soient protégés.• Adopter des approches intégrées afin de gérer les objectifs multiples et établir des liens avec les sources de financement.• Mettre en oeuvre des réformes de la gouvernance fondées sur la transparence, la participation, et l’imputabilité. Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale pourra servir de modèle pour ces réformes.
  • 10. La FAO à Rio+20• Atelier technique 19 juin• Réunion de haut niveau 21 juin• Réunion secteur forestier 18 juin• Participation à l’établissement de l’ordre du jour, dont également d’autres événements, jours de réunions et débats• Appui aux pays dans leurs interventions• Étroite collaboration entre les organismes ayant leur siège à Rome à savoir le FIDA, le PAM, et Bioversity International• Contributions conjointes en appui au processus de négociation