Memoire Architecte Bastia Paul et Paola Navari
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Memoire Architecte Bastia Paul et Paola Navari

on

  • 1,837 views

Mémoire de Paola Navari, architecte à Bastia pour l'agence A-Re-A http://www.a-re-a.fr/architecte-bastia.html

Mémoire de Paola Navari, architecte à Bastia pour l'agence A-Re-A http://www.a-re-a.fr/architecte-bastia.html

Statistics

Views

Total Views
1,837
Views on SlideShare
1,837
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
20
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Memoire Architecte Bastia Paul et Paola Navari Memoire Architecte Bastia Paul et Paola Navari Document Transcript

  • Mémoire HMONP – Projet Professionnel Année 2011/2012 Sujet : LE  RÔLE  DE  L’ARCHITECTE  DANS  LE  LOGEMENT  SOCIAL   Postulant : Mlle  Paola  Navari Directeur d’Etudes : Mr  Jean-­‐Baptiste  Hemery Tuteur : Mr  Paul  Navari    -­‐  Architecte  d.p.l.g   Agence :  A.RE.A  –  Atelier  de  Recherches  Architecturales
  • Tout   d’abord   je   souhaite   remercier   mon   tuteur,   Monsieur   Paul   Navari   qui   est   également  mon  père,  pour  l’aide  qu’il  m’a  apporté  durant  cette  année  de  mise  en  situation   professionnelle,   face   aux   contradictions   que   nous   avons   à   résoudre   dans   un   perpétuel   compromis  dans  la  conception,  dans  la  gestion  et  les  rapports  avec  les  maîtres  d’ouvrage.   J’ai   appris   à   utiliser   les   fondamentaux   assimilés   à   l’école   pendant   5   ans   pour   analyser   et   établir   des   synthèses,   pour   convaincre   par   mes   écrits,   mes   dires   et   mes   images,   aux   solutions   que   je   propose.   Je   remercie   également   mon   directeur   d’études,   Monsieur   Jean-­‐ Baptiste   Hemery   pour   cette   année   de   formation   mais   aussi   pour   avoir   fait   de   moi   une   Architecte   grâce   à   son   soutien   et   aux   «  fondamentaux»   de   son   enseignement   lors   de   ma   2nde   année.   Je   tiens   enfin   à   remercier   toutes   les   personnes   que   j’ai   pu   rencontrer   durant   cette  année  et  qui  ont  indirectement  contribués  à  «  m’apprendre  le  métier  »  :  Monsieur  Jean   Baggioni   Maire   de   la   commune   de   Ville   di   Pietrabugno   et   ex   Président   de   l’Exécutif   de   l’Assemblée  de  Corse,  les  Entrepreneurs,  les  artisans,  les  maîtres  d’ouvrages  …  qui  ont  fait   l’effort  de  m’accepter  avec  ma  volonté  de  bien  faire  malgré  mon  «  ignorance  »,  et  qui  m’ont   fait  toucher  du  doigt  la  réalité.     1  
  • C’est   au   travers   de   mon   expérience   sur   le   terrain   durant   cette   formation   HMONP   que   j’ai   vu   mûrir   mon   projet   professionnel.   Bien   sur   j’ai   toujours   su   que   je   voulais   devenir   Architecte  et  faire  un  bout  de  chemin  professionnel  avec  mon  père  mais  j’ai  enfin  compris   dans  quel  sens  je  voulais  m’engager.     Je  suis  entrée  à  l’école  d’Architecture  de  Marseille-­‐Luminy  en  2005.  L’enseignement  général   m’a   permis   d’appréhender   l’architecture   dans   sa   globalité   et   les   choix   de   pôles   d’enseignement  que  j’ai  fait  dès  le  Master  m’ont  permis  de  me  centrer  sur  une  thématique   particulière   à   laquelle   j’ai   toujours   porté   beaucoup   d’attention  :   La   problématique   du   logement.     Mon  projet  professionnel  n’est  autre  que  la  résultante  de  mes  choix  initiaux.  Bien  sur  il  ne   faut   pas   voir   cela   comme   une   conclusion   à   ma   formation   mais   plutôt   comme   un   point   de   départ  …       Ce   projet   professionnel,   je   l’ai   toujours   imaginé   en   Corse,   dans   une   agence   à   ma   mesure   et   il   en   sera   ainsi.   Pourquoi  ?   Parce   que   sur   l’île,   la   composition   urbaine   des   paysages   est   plurielle,  nous  avons  des  paysages  de  montagne,  de  bord  de  mer,  de  plaine,  ainsi  que  des   villages,  des  villes  et  tout  cela  concentré  sur  un  petit  territoire.  La  Corse  est  un  laboratoire   potentiel   pour   les   questions   environnementales.   Il   est   très   important   pour   moi   de   participer     à   la   nécessaire   prise   en   compte   de   ces   paysages   particuliers   de   l’île   dans   la   conception,   d’agir  à  travers  mes  réalisations  au  bénéfice  d’un  bien  être  qui  est  dû  à  toutes  les  couches   sociales  et  plus  particulièrement  aux  plus  défavorisées,  de  donner  la  priorité  aux  dialogues   constructifs   avec   tous   mes   partenaires   (mes   futurs   collaborateurs,   les   maîtres   d’ouvrages,   les   ingénieurs,   les   Entrepreneurs   …),   et   de   m’efforcer   à   parfaire   mes   connaissances   techniques,  tout  en  m’améliorant  humainement  pour  être  appréciée  …   Ma   région   a   conservé   de   grandes   valeurs   culturelles   qui   lui   sont   propres   mais   qui   doivent   être  partagées.  A  moi  de  convaincre  …       2  
  • Sommaire 1°_ Introduction : Définition du logement social Constat Le laboratoire de l’habitat social 2°_ Positionnement des organismes sociaux : Rationalisation Espace/coûts Construire « durable » 3°_ Posture d’une architecte : Aller au-delà des attentes Projet professionnel 4°_ Conclusion : Naissance d’une architecte - Annexes   3  
  • 1°_ Introduction : Définition du logement social C’est un logement destiné, suite à une initiative publique ou privée, à des personnes à revenus modestes qui auraient des difficultés à se loger sur le marché libre … (source internet). C’est  pour  cette  raison  qu’ont  été  créé  :     - Les  OPHLM,   (les   organismes   d'habitations   à   loyer   modéré).   Ils   ont   remplacé,   aux   termes  de  la  Loi  de  1949,  les  anciens  organismes  d'Habitation  à  Bon  Marché  (HBM).   Les  S.A  d’HLM  …   Ces  organismes  ont  pour  objectif  de  construire,  avec  des  coûts  de  réalisation  faibles,  et  de   gérer  des  logements  locatifs  destinés  à  des  personnes  de  condition  modeste.     Constat Dans  les  années  50/70,  il  a  fallu  construire  un  nombre  très  important  de  logements   dans  l’urgence  afin  de  lutter  contre  la  pénurie  d’habitations.   Les   Maîtres   d’ouvrages   se   sont   alors   appuyés   sur   des   architectes   reconnus   pour   trouver   des   réponses   architecturales   aux   contraintes   que   conférait   cette   situation   d’urgence   d’après   guerre.   Elles   ont   été   trouvés   dans   l’organisation   spatiale,   la   répétitivité,   la   simplicité   et   la   rapidité  de  mise  en  œuvre.   La  construction  des  "grands  ensembles"  au  sortir  de  la  Seconde  Guerre  mondiale,  répondait   à   une   nécessité   démographique   et   devait   accompagner   l'essor   économique   des   Trente   Glorieuses.   On   y   trouvait   clarté,   espace   et   confort   ;   ces   nouveaux   immeubles   faisaient   même   l'objet   d'un   consensus   entre   architectes   et   urbanistes,   élus   et   politiques   ;   on   y   voyait   l'application  de  théories  "du  mouvement  moderne"  inscrites  dans  la  Charte  d'Athènes,  dont   l'un  des  exemples  emblématiques  reste  :  La  "Cité  radieuse"  de  Le  Corbusier,  à  Marseille.*   Jean Dubuisson, Ensemble d’habitation La Caravelle, 1959/1967 Plan partiel d’étage courant *Référence aux interviews retrouvées à l’INA consacrées aux premiers habitants des grands ensembles.   4  
  • L’habitat   social   a   nécessité   des   efforts   de   recherche   permanents   dans   les   modes   d’habiter  (grand  collectif,  petit  collectif,  individuel  groupé…),  les  procédés  constructifs,  les   solutions   nouvelles   pour   redéfinir   des   espaces   surtout   dans   les   années   1970   à   1980,   des   montages   financiers   innovants   permettant   aux   sociétés   HLM   de   construire   et   de   financer   des  logements  sociaux  avec  des  recettes  de  plus  en  plus  réduites…   Le   constat   de   la   confrontation   au   réel   conduit   à   une   remise   en   cause   permanente   car   les   modes   de   vie   en   société   évoluent.   L’habitat   en   général   doit   évoluer   dans   une   recherche   permanente  d’une  vérité  sans  cesse  renouvelée.   Toute   la   réflexion   autour   du   logement   social   est   organisée,   pouvons   nous   dire,   dans   le   «  laboratoire  de  l’habitat  social  ».   Le laboratoire de l’habitat social Nous  avons  tous  en  tête  les  grands  ensembles  des  années  50  comme  représentation   du   HLM,   une   répétition   de   «  casiers   de   logements  »   en   très   grande   quantité.   Ces   grands   ensembles  sont  aujourd’hui  voués  à  la  destruction.   On  retourne  alors  au  petit  immeuble,  on  essaie  de  recréer  des  ensembles  à  échelle  humaine.   Le   logement   locatif   social   se   confond   désormais   avec   la   production   banale  :   il   n’est   plus   stigmatisant.     Puis  vient  Némausus  (Nîmes  1989)    de  Jean  Nouvel  dont  le  slogan  «  Un  bon  logement  est  un   grand   logement  »   et   qui   va   aboutir   à   de   nombreuses   expériences  :   création   de   duplex,   cuisines   ouvertes,   pièce   en   plus   …   Il   faut   donner   les   qualités   de   l’individuel   à   l’habitat   collectif   social.   On   porte   ensuite   une   attention   particulière   aux   nouvelles   formes   domestiques   (célibataires,   familles,   familles   recomposées,   familles   monoparentales…),   au   changement   de   rythme   des   pratiques   quotidiennes,   à   l’autonomie   de   chacun   …   Les   maîtres   d’œuvre   contemporains   ont   essayé   de   faire   évoluer   le   logement   social   depuis   les   années   1970  et  il  existe  heureusement  quelques  exemples  représentatifs  de  leur  volonté.*     Cependant,  on  retombe  par  facilité  dans  une  sorte  de  répétitivité  des  modèles  basiques  des   logements   sociaux,   qui   ne   sont   que   le   produit   de   l’obéissance   aux   nouvelles   normes   françaises.   Car   oui,   le   logement   social   est   bien   pris   en   tenaille  :   d’un   côté   les   possibilités   financières   des   locataires   ou   des   propriétaires   sociaux   ne   permettent   pas   de   couvrir   son   coût   de   construction  ;   de   l’autre,   toutes   les   innombrables   règlementations,   normes,   dimensionnements   de   surfaces,   …   Tout   cela   étouffe   la   conception.   L’essentiel   des   projets   de   logements   sociaux   n’est   non   pas   dessiné   librement   par   les   architectes   mais   sont   le   résultat  de  leur  mise  en  forme.  De  plus,  les  bailleurs  et  promoteurs  sociaux  sont  eux  tenus   par   des   impératifs   financiers.   L’ensemble   de   ces   paramètres,   à   moins   d’une   connaissance   très   fine   du   système,   des   normes,   et   des   possibilités   politiques   de   subventions   ne   fait   pas   bon  ménage  avec  l’innovation.  Dans  les  écoles  d’architecture,  nous  apprenons  à  concevoir   mais  tout  ça  ne  nous  est  que  peu  ou  pas  du  tout  enseigné  ce  qui  nous  laisse  relativement   démunis  avec  notre  grande  motivation  comme  seul  outil.     5  
  • Le   logement   social   est   un   des   plus   grands   enjeux   de   notre   société.   S’il   sort   du   commun,  il  coûte  cher  au  contribuable  qui  participe  à  son  financement.  S’il  est  médiocre,  il   entraîne  en  revanche  un  coût  social  dont  on  connaît  l’ampleur.   Comme   toujours   en   architecture,   il   ne   peut   y   avoir   de   bon   résultat   sans   ambition   et   volonté   partagées   des   parties   prenantes   (maîtrise   d’œuvre,   maîtrise   d’ouvrage,   entreprises).   Une   telle  situation  appelle  une  révolution  profonde  des  mentalités.  Tous  les  acteurs  du  bâtiment   doivent   apprendre   à   travailler   ensemble   plutôt   que   dans   la   confrontation   ou   dans   l’opposition.   Le   logement   social   est   un   enjeu   important   en   Corse   car   à   ce   jour,   sur   une   région   de   300   000   habitants,  il  y  a  3000  demandes  en  instances  et  peu  d’opportunité  foncière  ainsi  qu’un  savoir   faire  limité.  Il  faudra  s’atteler  à  cette  tâche  et  être  capable  de  répondre  avec  efficacité  à  de   petits  projets  (environ  10  logements)  et  de  grands  projets  (Plus  de  100  logements)  en  zone   rurale  ou  urbaine.   L’agence   dans   laquelle   j’effectue   mon   année   de   formation   HMONP   est   sans   aucun   doute   une   des   agences   qui   a   construit   et   qui   continue   à   construire   une   grande   partie   des     logements   sociaux   depuis   les   années  80   en   Haute-­‐Corse.   Bien   évidemment,   l’agence     conçoit  tout  types  de  projets,  du  plus  convenu,  aux  logements  considérés  comme  «  un  défi  »   par  la  maîtrise  d’ouvrage.  Je  peux  ainsi  bénéficier  d’une  expérience  forte  dans  ce  domaine  et   apprendre    toutes  les  subtilités  de  la  conception  de  ces  projets  particuliers.   Dans  ce  mémoire,  bien  que  j’ai  travaillé  en  phase  étude  et  mise  au  point  sur  32  logements   en  individuel  groupé  locatif  et  que  je  suive  assidument  un  chantier  de  62  logements  collectif   en  accession  sociale,  mes  propos  seront  illustrés  par  un  projet  de  10  logements  en  accession   sociale,  la  résidence  ALBA.  A  partir  de  ce  projet,  j’ai  pu  appréhender  le  logement  social  de   l’esquisse  au  lancement  de  l’appel  d’offre.   Ce   mémoire   est   l’occasion   pour   moi   d’essayer   de   penser   au   rôle   de   l’architecte   dans   le   logement  social  et  ainsi  concrétiser  mes  rêves  et  ma  créativité  d’étudiante  dans  mon  futur   exercice  professionnel.     6  
  • 2°_ Positionnement des organismes sociaux : Rationalisation Espace/coûts - Construire « durable » Humaine,  politique,  économique,  sociale,  architecturale  …  La  question  du  logement   social  est  majeure  et  complexe.     Par   leur   nombre,   les   Logements   sociaux   participent   largement   à   la   constitution   et   au   devenir   des   paysages   de   nos   cités   au   sens   général.   S’il   est   vrai   que   l’enjeu   urbain   précède   l’enjeu   architectural   lors   de   la   conception   de   ces   ouvrages,   la   question   de   l’habitabilité   à   l’échelle  du  logement  n’en  est  pas  moins  importante.   Les   organismes   sociaux   proposent   aujourd’hui   deux   types   de   «  produits  »  :   le   locatif   social   pour   les   plus   «  démunis  »   et   l’accession   sociale   ce   qui   permet   aux   personnes   sans   beaucoup   de   moyens   de   pouvoir   devenir   propriétaire   de   leur   logement.   Dans   les   deux   cas,   le   pari   «  social  »   est   d’offrir   un   logement     qui   réponde   aux   mêmes   exigences   et   qualités   qu’un   logement  en  accession  libre.  En  théorie,  cela  à  l’air  plutôt  simple.  En  pratique,  et  cela  pour   toutes  les  raisons  évoquées  dans  l’introduction,  cela  devient  beaucoup  plus  complexe  …   Lors   de   cette   1ere   année   d’exercice   de   ma   profession,   j’ai   pu   travailler   sur   des   projets   de   locatif   social,   d’accession   sociale   et   ainsi   côtoyer   certains   maîtres   d’ouvrages   sociaux   comme  «  l’Office  Public  de  l’Habitat  de  la  Haute-­‐Corse  »  pour  le  locatif  social  ou  encore  «  Le   Logis  Corse  –  Groupe  Arcade  »  pour  l’accession  maîtrisée.       Les   propos   qui   vont   suivre   sont   entièrement   basés   sur   un   seul   et   unique   projet  :   La   résidence  Alba  (Accession  Sociale).       Dans  cette  partie  du  mémoire,  je  me  positionnerai  du  côté  de  la  maîtrise  d’ouvrage,  sans   parler   de   mes   impressions   et   de   mon   ressenti   d’architecte.   Dans   cet   «  état   des   lieux  »,   je   m’appuie   sur   mon   apprentissage   réel   du   logement   social,   sur   les   questions   que   j’ai   pu   poser*   aux   organismes   sociaux   que   j’ai   pu   rencontrer.   Il   s’agit   d’avantage   d’un   regard   critique   sur   le   positionnement   des   maîtres   d’ouvrages   sociaux   lors   de   la   conception   de   projets  plutôt  que  d’un  simple  récit  de  mon  expérience…   *Cf questionnaires en annexe.   7  
  • Le   projet   de   la   résidence   «  Alba  »   est   un   projet   en   accession   sociale   dont   il   me   semble   important   et   intéressant   d’exposer   les   particularités.   Il   s’agit   de   10   logements   collectifs   avec   parking   décomposés   comme   suit  :   deux   T4,   six   T3   et   deux   T2.   C’est   un   projet   important  à  mon  sens  car  il  s’agit  d’une  opération  particulière,  une  opération  test.  Le  défi  ici   est   de   réaliser   dans   un   contexte   villageois   10   logements   en   accession   sécurisée   à   la   propriété  avec  le  Logis  Corse,  «  BBC  ».  Ce  projet  a  duré  la  majeure  partie  de  mon  année  de   mise  en  situation  professionnelle.  J’ai  pu  commencer  le  projet  au  stade  de  l’esquisse  au  mois   de   novembre   et   finir   le   DCE   fin   juillet.   C’est   réellement   ce   projet   qui   m’a   sensibilisé   à   la   cause  du  logement  social  car  j’ai  travaillé  à  toutes  les  étapes,  assisté  à  toutes  les  réunions  et   j’ai  pu  voir  combien  il  était  difficile  de  concevoir  ce  type  d’habitat.   Ce   projet   est   à   la   base   un   concours   lancé   par   la   Mairie   de   Ville-­‐di-­‐Pietrabugno   sur   un   terrain   à   proximité   de   la   mairie,   dans   un   contexte   purement   villageois.   Il   s’agissait   alors   de   seulement   6   petits   logements   collectifs   à   bas   prix   pour   que   les   jeunes   de   la   commune   de   Ville-­‐di-­‐Pietrabugno,  vue  les  prix  pratiqués  aujourd’hui  au  m2,  puissent  continuer  à  habiter   là  où  ils  sont  nés.   Dans  une  ambiance  villageoise  à  quelques  minutes  du  centre  ville  de  Bastia,  le  projet  en  R+1   se   veut   à   l’échelle   des   nombreuses   maisons   villageoises   qui   l’entourent.   Il   s’agit   d’optimiser   l’insertion   urbaine   par   une   composition   travaillée   et   recherchée.   Les   volumes   et   l’architecture   du   projet   ainsi   que   la   grande   place   publique   créés   rappellent   eux   aussi   le   thème   du   village.   L’idée   est   de   réinterpréter   le   contexte   dans   un   projet   de   logements   contemporains.     Le   projet   se   décompose   en   2   volumes   principaux   traversés   par   une   grande   percée.   Un   jeu   de   toiture   est   mis   en   place   par   l’alternance   entre   les   toits   en   pentes   traditionnels  et  les  toits  terrasses  contemporains.  Les  décalages  des  volumes  et  les  jeux  de   toits  permettent  une  composition  en  masse  qui  rappelle  le  tissu  existant.  Nous  avons  réalisé   une  greffe  urbaine.      Le  Maire  décide    de  céder  à  titre  gratuit  le  terrain  au  Logis  Corse,  maître  d’ouvrage  social.     Le   programme   passe   alors   de   6   à   10   logements   pour   des   raisons   évidentes   de   rentabilité   économiques.  Nous  avons  tout  de  même  conservé  la  volonté  majeure  de  la  Mairie,  qui  est   d’avoir  une  intégration  urbaine  parfaite  dans  un  tissu  villageois  ainsi  qu’une  réinterprétation   contemporaine  de  l’architecture  traditionnelle  Corse,  tout  en  rajoutant  4  logements.     S’en   suit   alors   un   dialogue   très   étroit   entre   la   maîtrise   d’ouvrage,   qui   n’est   pas   toujours   prête   à   entendre   notre   discours,   et   la   maîtrise   d’œuvre   afin   de   réussir   au   mieux   la   conception  de  ce  projet.  En  effet,  la  maîtrise  d’ouvrage  a  accepté  de  réaliser  cette  opération   dans  le  but  de  réaliser  un  petit  projet  de  qualité  BBC  en  accession  sociale.  Sauf  que,  comme   souvent,   elle   aurait   préféré   un   projet   plus   standard,   plus   commun,   certaine   que   tout   «  passerai   plus   facilement  ».   En   accession   sociale,   les   prix   de   ventes   sont   règlementés   et   l’objectif  du  Logis  Corse  sur  cette  opération  est  d’être  20%  en  dessous  du  prix  du  marché.     Nous  pouvons  imaginer  le  meilleur  projet  qui  soit,  le  travail  de  fond  de  l’architecte  ne  peut   se   faire   qu’avec   la   maîtrise   d’ouvrage   qui   accepte   «  le   jeu  »   avec   ses   enjeux.   Mais   avant   tout   concept   architectural,   le   vrai   problème   des   organismes   sociaux   est     de   pouvoir   loger   les   personnes   qui   ont   besoin   d’un   toit   sain,   parfois   en   urgence   et   pour   cela,   le   coût   de   construction  du  projet  doit  être  le  plus  bas  possible.       8  
  • Le  coût  de  construction  résulte  du  bon  équilibre  entre  le  linéaire  de  façade  et  les  surfaces   des   appartements   (obligatoires),   des   circulations   communes…   C’est   là   que   le   travail   de   l’architecte   intervient,   mais   nous   reviendrons   sur   cette   notion   plus   tard.   Le   choix   des   matériaux   est   lui   aussi   primordial,   le   bâtiment   doit   être   durable   dans   le   sens   ou   les   frais   d’entretien  doivent  être  minimisés  …     A   cela   s’ajoute   les   réglementations   qui   tendent   à   imposer   une   qualité   normative   de   logement   toujours   plus   grande.   Ces   contraintes   se   superposent   les   unes   aux   autres  :   accessibilité,  sécurité  incendie,  réglementation  thermique,  normes  environnementales…  et   augmentent   d'autant   le   coût   de   la   construction.   Certes,   de   l'ensemble   de   ces   contraintes   résulte   une   plus   grande   qualité   architecturale   et   constructive,   mais   aussi   une   augmentation   des   charges   et   des   coûts   de   construction,  qui   amène   les   bailleurs   sociaux  à   favoriser   les   candidats  locataires  «solvables»...    Le  cercle  est  vicieux.    Cela  nous  oblige  à  nous  poser  les   questions   fondamentales   de   la   justification   de   chaque   espace  ;   nous   sommes   conduit   à   la   suppression   de   l’ornementation   gratuite.   Nous   touchons   de   près     à   l’essence   de   notre   métier.   Les   organismes   sociaux   ont   de   plus   en   plus   de   mal   à   réaliser   des   logements   sociaux   à   cause   du   manque   de   terrain,   du   prix   du   foncier   de   plus   en   plus   élevé,   et   cela   malgré   une   demande   de  logement  de  plus  en  plus  importante.  Les  projets  se  font  parfois  «  dans  l’urgence  »,  en  ne   prenant  en  compte  bien  souvent  que  les  impératifs  financiers  et  normatifs  sans  réellement   faire   évoluer   les   plans   types   par   une   conception   d’Architecte   qui   travaillerait   avec   des   concepts  plus  larges  :  Mixité  des  opérations,  travail  sur  les  espaces  communs  ainsi  que  sur  le   prolongement   des   espaces   extérieurs   des   appartements   …                                                             Ceci  nous  amène  à  nous  poser  quelques  questions  :                                   -­‐   En   demandant   aux   logements   sociaux   de   répondre   aux   exigences   normatives   et   fonctionnelles  de  la  «  classe  moyenne  »  en  terme  de  qualité  de  vie,  ne  participons  nous  pas  à   en   exclure   les   classes   les   plus   défavorisées   dont   l’urgence   est   avant   tout   de   disposer   d’un   toit  ?    -­‐   La   vraie   demande   des   locataires   ou   acquéreurs   n’est-­‐elle   pas   un   confort   de   vie   et   d’usage   avant  tout  «  objet  »  architectural  ?   Mais  surtout,  quel  est  le  rôle  de  l’Architecte  dans  le  logement  social  ?   Ci-contre : le panneau du concours lancé par la Mairie. Ci-dessous : le plan de masse élargit de la résidence Alba qui montre son insertion urbaine après un rajout de 4 logements. N AEP +108.50 +107.00 Parcelle N° 393 (Communale) Non concernée par le PC 15% Parking Communal +105.50 voirie à reprofiler Olivier 15% +103.40 ±102.89 Tuf stabilisé ±103.35 +101.80 !5% +100.50 ±103.90 Bâtiment communal Mairie Olivier Olivier Olivier Olivier Olivier Olivier 5% e alent Polyv s Salle P.S Accè Panneaux solaires Parcelle communale Olivier Tuf Tuf Olivier Olivier Olivier +101.10 P.S Panneaux solaires ±101.36 Olivier Olivier ±101.10 571 +101.20 13 12 Olivier 11 10 9 8 7 Olivier 6 3 2 1 4 5 Olivier Bar Restaurant : Pietrabugno Bar Parcelle N° 2230 Olivier Olivier Olivier Olivier Parcelle N° 385   9   Maître d'ouvrage : Permis de Construire Plan masse élargit Opération : SCI Ville di Pietrabugno - 10 logements en accession sociale Résidence Alba DATE : Décembre 2011 ÉCHELLE : 1/1000 ° N° du plan : -
  • 3°_ Posture d’une Architecte Aller au-delà des attentes   Lorsque  l’on  pose  la  question  «  Pour  vous,  quel  est  le  rôle  de  l’Architecte  dans   le  logement  social  ?  »  à  des  maîtres  d’ouvrage  sociaux,    la  réponse  est  : Il doit répondre aux exigences du maître d’ouvrage en mettant en œuvre ses savoirs faires (faire le lien entre : exigences programmatiques, urbaines, juridiques, économiques, sociales, normatives …). Il   serait   donc   si   simple   de   concevoir   l’habitat   social  ?   Je   ne   pense   pas   que   le   rôle   de   l’Architecte  se  résume  simplement  à  cela.  Concevoir  un  bâtiment,  c’est  projeter  une  partie   de   soi.   Mais   l’acte   de   bâtir   n’est   pas   un   acte   égoïste   pour   autant,   surtout   dans   l’habitat   (social   ou   pas   d’ailleurs).     L’Architecture   n’est   ni   une   évidence   ni   une   science   exacte.   Pourtant,   notre   profession   nous   impose   une   rigueur   absolue   dans   tous   les   domaines   qu’englobe  «  cet  art  ».  Aujourd’hui,  notre  société  est  entrée  dans  une  demande  d’efficacité   et  de  rentabilité  permanente.  A  nous,  Architectes,  d’aller  au  delà  de  cela,  d’apporter  un  plus.     Echelle XL-L : Problème urbain. « L’architecture, c’est l’art difficile d’écouter et de comprendre. Pas d’obéir ! Il faut écouter et laisser venir. C’est pour cela que je considère l’architecture comme un métier corsaire, l’architecte prend pour restituer. Et pour prendre, il faut écouter. Ecouter non seulement les gens, mais aussi les lieux. Quand je dois faire un projet, je m’interdis de dessiner avant d’aller sur place, car je sais que le lieux va parler, il va dire des choses que je vais écouter. » Renzo Piano, Prix Pritzker 1998 Le   1er   rôle   de   l’Architecte   est   de   construire   dans   la   ville   et   donc   de   participer   à   la   construction  de  la  ville.  L’enjeu  urbain  précède  donc  l’enjeu  architectural,  c’est  un  fait.  Alors   pourquoi   continuons   nous   à   concevoir   des   projet   en   ne   regardant   que   notre   «  parcelle   concernée  »   sans   ouvrir   les   yeux   sur   l’environnement   proche  ?   L’implantation   d’un   projet   se   fait   donc   simplement   par   rapport   aux   prospects   imposés   par   les   limites   cadastrales  et   au   règlement   d’urbanisme  ?   J’ai   cru   apprendre   durant   mes   études   que   l’architecte   devait   rechercher  le  plaisir  du  lieu,  à  savoir  son  ambiance,  sa  singularité  afin  de  mieux  le  mettre  en   valeur.  Lors  de  la  conception  de  logements,  nous  devons  travailler  sur  la  mise  en  scène  du   quotidien  des  futurs  habitants.  Malgré  une  demande  importante  de  logements  sains,  il  ne   faut  pas  non  plus  sacrifier  la  qualité  et  le  confort  pour  la  quantité  de  logements  construits.   Non   pas   que   qualité   et   quantité   ne   fonctionnent   pas   ensembles,   au   contraire,   c’est   à   l’Architecte   de   répondre   aujourd’hui   à   cette   problématique   en   fonction   de   nos   modes   de   vie.     Autre   «  défi  »   urbain  :   le   respect   de   la   norme   handicapé   en   Corse.   En   effet,   toute   personne   handicapée   doit   pouvoir   aller   partout   ou   va   la   personne   valide   pour   éviter   toute   discrimination.  Le  problème  est  que  en  Corse,  nous  avons  très  rarement  des  terrains  plats.   La   plupart   des   projets   se   font   sur   des   terrains   dont   les   pentes   avoisinent   au   minimum   les   15%   de   pente   et   vont   même   jusqu’à   36%.   Comment   rendre   le   terrain   entièrement   accessible  (pente  à  5%  max)  sans  le  défigurer  ni  augmenter  les  coûts  de  construction  et  de   VRD  ?  C’est  justement  là  un  des  défis  de  l’architecte,  avoir  une  réflexion  architecturale  qui   permette  de  faire  sur  le  projet  des  choix  qui  se  traduisent  obligatoirement  par  des  espaces   différents  que  ceux  répétés,  par  facilité,  de  projet  en  projet.  L’Architecte  doit  être  capable     10  
  • de  dépasser  les  contraintes  d’urbanisme  et  normatives  dès  l’implantation  d’un  projet  dans   un  site.  Il  doit  convaincre  et  rassurer  le  maître  d’ouvrage.  Cette  démarche  est  difficile  mais   inévitable   pour   l’Architecte   afin   de   pouvoir   continuer   à   répondre   «  en   Architecte  »   à   des   contraintes   urbaines,   financières,   normatives   et   des   programmes   de   plus   en   plus   complexes.   Echelle M-S : La qualité du logement. La  demande  1ere  des  bénéficiaires  de  l’habitat  social  est  :  de  l’espace  habitable.  En  théorie,   la   surface   est   bien   présente   dans   les   programme   des   maîtres   d’ouvrage   (ex  :   T3   allant   de   65   à   75m2   selon   si   locatif   ou   accession).   Aujourd’hui,   le   bénéficiaire   d’un   logement   social   vit   dans   un   appartement   non   pas   adapté   à   son   mode   de   vie   mais   dans   un   appartement   adapté   aux   handicapés.   Cette   norme   est   une   grande   avancée   pour   l’intégration   dans   la   société   des   handicapés.   Mais   peut-­‐on   réellement   accepter   que   beaucoup   d’espace   habitable   soit   «  mangé  »   par   le   «  cercle  »   du   fauteuil   roulant  ?   Comment   accepter   un   WC   indépendant   immense  que  l’on  ne  peut  pas  optimiser  grâce  à  un  rangement  pour  le  cas  ou  l’usager  serait   handicapé   quand   le   séjour/cuisine   ne   permettent   même   plus   de   mettre   une   table   à   manger  ?   Comment   accepter   que   les   dégagements   fassent   au   minimum   120cm   de   large   de   plinthe  à  plinthe  (donc  123cm  au  moins  !)  quand  certains  séjours  ne  font  que  3m  de  large  ?   Le   logement   social   est   la   1ere   victime   de   ces   normes.   Il   est   victime   d’une   énorme   perte   d’âme,   d’habitabilité.   Les   logements   sont   tous   identiques,   comme   figés.   Encore   une   fois,   c’est   un   discours   très   étroit   entre   la   maîtrise   d’ouvrage   et   la   maîtrise   d’œuvre   qui   peut   faire   évoluer   les   choses.   Car   ce   qui   est   bloquant   avec   l’adaptation   de   ces   normes   à   nos   modes   de   vie,   c’est   de   vouloir   continuer   à   faire   des   intérieurs   très   «  conventionnels  »   alors   que   ces   contraintes  devraient  nous  conduire  à  réfléchir  sur  le  fond,  en  ne  prenant  pas  seulement  la   «  forme  »  en  compte.  L’espace  habitable  et  la  qualité  de  vie  est  primordiale  pour  tout  être   humain.   Les   personnes   les   plus   démunies   ont   elles   aussi   le   droit   à   l’habitabilité   de   leur   logement,   en   plus   d’avoir   droit   à   un   toit   sain.   Je   pense   que   c’est   dans   la   conception   de   logements  sociaux  que  notre  rôle  prend  tout  son  sens.  En  effet,  l’Architecte  doit  répondre   aux  exigences  du  maître  d’ouvrage  en  mettant  en  œuvre  ses  savoirs  faires.  Il  doit  faire  le  lien   entre   les   exigences   programmatiques,   juridiques,   économiques,   sociales,   normatives,   tout   en  réfléchissant  à  l’évolution  permanente  des  modes  de  vie  et  donc  d’habiter…  Le  rôle  de   l’architecte   est   de   se   remettre   en   cause   en   permanence   pour   pouvoir   répondre   aux   évolutions   sociales.   Enfin,   il   doit   rationnaliser   l’espace   habitable   des   appartements   par   rapport  au  coût  de  construction,  aucun  m2  ne  doit  être  perdu.     La  seconde  demande  des  bénéficiaires  est  une  réduction  de  leur  facture  en  énergie.  Il  est  en   effet  assez  facile  de  comprendre  que  des  personnes  à  faibles  revenus  aient  du  mal  à  payer   une  facture  de  gaz  très  élevé  parce  que  leur  immeuble  d’habitation  est  mal  isolé.  A  partir  du   1er   janvier   2013,   une   nouvelle   réglementation   thermique   prendra   effet.   La   RT2012   tend   à   aller   vers   des   bâtiments   passifs   et   permettra   de   grandes   économies   d’énergie   à   leurs   occupants.   Aujourd’hui,   le   coût   de   la   RT2012   reste   assez   important   car   cela   est   nouveau   (environ   15%).   Nous   sommes   dans   une   période   charnière   pour   le   logement   social   où,   pendant  quelques  temps,  nous  aurons  quelques  difficultés  de  conception  et  de  budget  mais   c’est   une   grande   avancée   qui   permettra   aux   Architectes   de   réfléchir   sur   le   fond   de   cette   norme   et   de   faire   évoluer   le   logement.   Notre   rôle   n’est   pas   de   prendre   un   plan   type   et   de   le     11  
  • redessiner  avec  les  normes  d’aujourd’hui,  mais  de  réellement  aller  au-­‐delà  des  attentes  du   maître   d’ouvrage   et   des   futurs   occupants   des   logements.     L’opération   de   10   logements   énoncé   plus   haut,   la   résidence   Alba,   a   été   pensée   dès   le   départ   avec   pour   objectif   de   passer   en   BBC   -­‐20%.   Une   bonne   implantation   par   rapport   au   soleil,   aux   vents   dominants   nous   a   déjà  permis,  sans  coût  supplémentaire  pour  le  projet,  de  s’approcher  de  l’objectif,  puis  nous   avons   su   garder   un   bâtiment   «  éclaté  »   et   distribué   par   des   coursives   en   repensant   les   systèmes  de  chauffage  et  d’isolation.     La   conception   architecturale   doit   maîtriser   l’art   du   compromis  :   Compromis   entre   les   besoins   et   les   moyens,   entre   le   rêve   et   la   réalité,   entre   l’environnement   naturel   et   l’environnement  humain,  entre  aujourd’hui  et  demain.   La   résidence   Alba   est   un   projet   que   j’ai   suivi   de   la   phase   de   conception   jusqu’à   l’appel   d’offre.   J’ai   vécu   cette   opération   comme   un   combat   dans   le   dialogue   avec   le   maître   d’ouvrage.   En   effet,   il   attendait   de   la   maîtrise   d’œuvre   que   nous   rendions   le   projet   plus   conventionnel.   Mais   ce   dialogue   étroit   a   été   essentiel   car   il   a   permis   à   la   fois   de   répondre   aux   exigences   de   départ   de   la   maîtrise   d’ouvrage   en   terme   de   programme,   d’enveloppe   financière,   d’exigences   thermiques,   et   à   la   fois   d’aller   au-­‐delà   de   ces   attentes   dans   les   volumes  et  la  forme  urbaine  du  projet.     Aller   au-­‐delà   des   attentes,   c’est   un   peu   surprendre,   mais   surtout   crédibiliser   notre   profession  en  affirmant  nos  compétences.   N ±103.35 +101.80 "5% ±103.90 5,00 % +101.10 SL LL LL SL Bât A EDF LL Eau SG FT Bât B 150 T3 64.5m! 150 T3 66m! T4 87m! T3 77.50m! T2 50 m! GAZ SL ±101.50 Maître d'ouvrage : Permis de Construire Annexe 1 RDC Ci-dessus : Plan du rez-de-chaussée au stade Permis de Construire de la résidence Alba.   12   Opération : SCI Ville di Pietrabugno - 10 logements en accession sociale Résidence Alba DATE : Décembre 2011 ÉCHELLE : 1/200 ° N° du plan : -
  • Projet professionnel On   m’a   toujours   poser   la   question  :   «  Pourquoi   tu   as   voulu   être   architecte  ?   Pour  faire  comme  ton  père  ?  ».     Je  ne  saurai  réellement  expliquer  ce  choix  d’études  et  de  vie  mais  une  chose  est  certaine,  on   ne   fait   pas   ce   métier   pour   «  faire   comme   quelqu’un   d’autre  ».   Il   est   vrai   que   j’ai   toujours   été,   depuis   mon   enfance,   dans   une   ambiance   particulière,   entre   les   tables   à   dessin   et   les   rouleaux  de  calques  d’étude…  Alors  inconsciemment  peut-­‐être,  lorsque  je  dessinais  ce  qui   serait   «  mon   1er   immeuble  »,   c’était   par   mimétisme.   Mais   je   n’ai   pas   vraiment   eu   la   vocation   de  ce  métier.  J’ai  toujours  été  attirée  par  l’univers  de  la  recherche,  du  dessin,  de  l’esthétique   des   choses,   du   bâtiment,   mais   cet   univers   «  d’homme  »   me   faisait   peur.   J’ai   longtemps   refoulé   cette   envie   profonde   de   devenir   architecte.   Je   ne   sais   pas   ce   qui   m’a   réellement   conduit   à   cette   profession,   mais   lorsque   j’ai   du   faire   un   choix   d’orientation,   je   me   suis   dit   «  essayons  !  »  et  je  ne  regrette  rien  ;  c’est  en  moi.   Je   suis   une   personne   timide,   assez   introvertie,   mais   curieuse   et   ouverte   sur   le   monde   et   sur   les   autres.   Ce   métier   est   pour   moi   une   manière   de   projeter   une   partie   de   ma   personne,   mes   envies,  mes  peurs  parfois  …  Ce  qui  fait  que  j’aime  ce  métier,  c’est  cette  remise  en  question   permanente,  cette  recherche  de  vérité  sans  cesse  renouvelée,  ainsi  que  les  aspects  bien  plus   stricts  comme  le  cadre  juridique  et  administratif  dans  lequel    évolue  la  réalité  constructive   de  nos  pensées.   Mes   choix   d’avenir   m’ont   porté   naturellement   vers   un   retour   que   beaucoup   pensent   «  prématuré  »   en   Corse.   Ce   choix,   je   l’assume   et   en   fait   une   force.   Il   n’y   a   rien   de   péjoratif   à   vouloir   travailler   sur   l’île   de   beauté   au   contraire  :   l’île   à   tout   à   craindre   dans   son   rapport   à   la   globalisation,  à  la  mondialisation  ;  elle  a  tout  à  gagner  dans  la  valorisation  de  l’humain.   L’agence   dans   laquelle   je   pratique   mon   année   de   mise   en   situation   professionnelle   est   l’agence   A-­‐RE-­‐A   (Atelier   de   Recherches   Architecturale)   créée   par   Paul   Navari   Architecte   dplg   en   1977.   Il   s’agit   d’une   agence   à   taille   humaine,   constituée   de   deux   architectes   dplg,   mon  tuteur  et  Myriam  Monneraye,  d’un  dessinateur  projeteur  Christian  Rodriguez  et  d’une   secrétaire   de   direction   Simonetta   Valdrighi.   Sur   le   même   palier   se   trouve   un   économiste   du   bâtiment,   Bruno   Tomi,   avec   qui   nous   sommes   en   lien   permanent.   Nous   travaillons   sur   plusieurs   catégories   de   projets  :   projets   d’urbanisme,   ERP,   écoles,   cliniques   vétérinaires,   parkings,   logements   de   standing,   logements   sociaux   …   Ce   qui   fait   la   particularité   de   mon   tuteur,  c’est  sa  perception  politique  et  philosophique  du  rôle  de  l’architecte.  Il  a  été  membre   du   Conseil   de   l’Ordre   des   Architectes,   un   des   fondateurs   et   Président   du   Syndicat   Départemental  des  Architectes  de  Corse  ;  il  a  été  aussi  un  des  «  moteurs  »  du  Riacquistu  :  Il   s’agit  de  la  réappropriation  de  leur  environnement  et  de  leur  bâti  par  les  architectes  locaux.   Cela  peut-­‐être  perçu  comme  une  facilité  mais  quels  seraient  les  bénéfices  d’une  année  de   mise   en   situation   professionnelle,   et   donc   de   préparation   à   l’Habilitation   en   son   Nom   Propre,   dans   une   agence   autre   que   celle   qui   deviendra   la   mienne  ?   De   plus,   où   est   la   facilité   de   reprendre   seule   une   agence   qui   existe   depuis   longtemps,   avec   une   réputation   et   une   image,  et  de  me  l’approprier  en  conservant  le  sérieux  et  la  rigueur  qui  la  caractérise,  tout  en     13  
  • y  apportant  «  mon  »  image  et  «  mes  »  valeurs  ?  A  moi  aujourd’hui  d’emmener  cette  agence   dans  une  autre  direction,  la  mienne,  non  pas  brutalement  mais  en  douceur…     Lors  de  mon  parcours  scolaire,  j’ai  toujours  effectué  mes  stages  dans  d’autres  agences  afin   de  pouvoir  comparer  ce  que  je  connaissais  et  me  forger  ma  propre  opinion  de  la  conception   du   projet   et   de   la   gestion   d’une   agence.   Entre   Marseille,   Bastia   et   Paris,   j’ai   eu   la   possibilité   de   m’ouvrir   sur   de   nouvelles   perspectives   et   ainsi   prendre   en   compte   toutes   les   dimensions   de  ce  métier.  De  plus,  lors  de  cette  année  de  mise  en  situation  professionnelle,  je  n’aurai  pu   avoir   meilleur   tuteur.   En   effet,   cette   proximité   familiale   a   fait   que   mon   tuteur   m’a   réellement  montré  et  expliqué  les  enjeux  du  métier,  tout  ce  qu’un  autre  tuteur  n’aurait  peut-­‐ être  pas  pris  le  temps  de  faire.    Cette  année  de  mise  en  situation  professionnelle  m’a  permis   de   me   confronter   entre   autres   à   la   commande   publique   (concours   de   7000   m2   de   bureaux   à   Bastia  avec  Reichen  et  Robert  et  associé),  au  logement  de  standing  (21  logements  à  Bastia   en  bord  de  mer),  au  logement  social  ainsi  qu’à  la  gestion  d’un  chantier.     Le   métier   d’architecte   est   un   métier   à   part.   L’école   nous   apprend   les   fondements   de   ce   métier  qui  sont  la  culture  et  apprendre  à  raisonner  avec  un  site,  un  programme.  Elle  nous   apprend  aussi  à  développer  une  posture  personnelle.  C’est  un  métier  qui  à  une  temporalité   particulière,   qui   permet   de   varier   les   phases   de   conception   et   de   réalisation,   mais   où   le   raisonnement   que   l’on   met   en   place   permet   toujours   d’atteindre   nos   objectifs.     L’architecte   ne   fini   jamais   d’évoluer   et   de   se   former,   c’est   là   toute   la   beauté   de   ce   métier   en   contact   permanent  avec  de  nombreux  interlocuteurs.   Voilà  plus  d’un  an  maintenant  que  j’évolue  en  tant  qu’Architecte  DE  dans  cette  agence  où  je   me  prépare  à  devenir  associée.  L’Habilitation  à  la  Maîtrise  d’œuvre  en  mon  Nom  Propre  me   permettra  d’être  à  niveau  égal  avec  mes  confrères  de  l’agence  en  terme  de  responsabilités   et   de   pouvoir   travailler   sur   mes   propres   projets.   J’ai   fait   le   choix   d'un   parcours   professionnel   qui  semble  peut  être  évident  mais  que  je  vois  comme  un  défi  à  relever.  Maintenant,  je  sais   que   je   veux   assumer   le   projet   en   tant   qu'auteur,   répondre   de   mes   choix   sur   les   plans   économique   juridique   et   esthétique,   faire   face   à   une   responsabilité   multiple   et   évolutive.   Cette  prise  de  responsabilité  implique  une  mutation  à  laquelle  la  formation  m’a  préparée.       Aujourd’hui,  mon  père  est  âgé  de  63ans.  Sans  être  HMONP,  je  laisse  l’agence  dans  une  sorte   de  fragilité.  En  effet,  je  dois  être  capable  de  prendre  au  pied  levé  toutes  les  responsabilités   et   me   substituer   à   lui   en   cas   d’urgence.   L’agence   travaille   actuellement   sur   beaucoup   de   gros   projets   avec   des   Maîtres   d’Ouvrages   publics.   Grâce   à   l’Habilitation   à   la   Maîtrise   d’œuvre,  je  serai  juridiquement  prête  à  assurer  le  bon  déroulement  des  projets  et  éviterais   une  fermeture  inévitable  de  l’agence,  laissant  3  personnes  au  chômage.  La  transmission  se   ferai  si  nécessaire  le  plus  tranquillement  possible…   Il   ne   faut   pas   voir   la   reprise   de   l’agence   comme   un   héritage   qui   n’évoluera   jamais.   Paul   Navari   et   moi-­‐même   sommes   deux   personnalités   différentes.   Je   ne   veux   pas   être   la   «  fille   de  »,   je   suis   prête   à   être   Paola   Navari   Architecte   DE   HMONP.   Reprendre   l’agence   est   une   chose,  pratiquer  mon  métier  en  est  une  autre.  Je  le  pratiquerai  avec  ma  propre  personnalité.     Aujourd’hui,   je   peux   affirmer   mon   désir   de   pratiquer   mon   métier   malgré   l’incertitude   du   contexte   dans   lequel   toute   une   génération   de   jeunes   architectes   exercera.   Nous   sommes   dans  un  monde  en  perpétuelle  évolution,  à  moi  d’en  être  un  acteur  à  part  entière.  Je  pense   que   les   bases   que   j’ai   acquis   durant   cette   année   de   formation   ainsi   que   celles,   peut-­‐être     14  
  • encore  plus  importantes,  que  j’ai  appris  à  l’école  sont  solides.  Je  ne  peux  prétendre  qu’à  cela   pour  le  moment,  l’architecture  est  un  métier  qui  s’apprend  en  continu.     Cette   mise   en   situation   professionnelle   m’a   permis   de   prendre   du   recul   avec   la   pratique   architecturale   «  étudiante  »   pour   me   guider   vers   le   chemin   de   la   gestion   d’une   agence   et   sa   réalité.  J’ai  pu  faire  face,  grâce  à  l’aide  de  mon  tuteur  et  de  ses  collaborateurs,  aux  difficultés   rencontrées  et  cela  m’a  permis  d’approfondir  mes  connaissances  et  d’élargir  ma  réflexion,   tout  en  m’endurcissant.   Je  crois  pouvoir  aujourd’hui  affronter  la  complexité  et  les  multiples  facettes  de  mon  métier,   car   je   connais   les   outils.   A   moi   de   dégrossir   la   pierre   brute.   Humblement,   je   pense   que   même  si  je  ne  connais  pas  le  but,  je  sais  comment  et  sur  quel  chemin  je  dois  cheminer…     15  
  • 3°_ Conclusion Naissance d’une Architecte   Lors   de   cette   année   de   mise   en   situation   professionnelle,   j’ai   eu   la   chance   de   pratiquer   toutes   les   phases   de   conception   et   de   réalisation.   Mon   travail   a   porté   sur   des   projets  de  différentes  natures  :   - - Concours  Conception/Réalisation,    1000  m2  de  bureaux  pour  le  CHU  de  Bastia  avec   l’entreprise  CARI   Etude  et  PC  pour  la  réalisation  d’une  mielerie  de  700  m2  à  Angiolasca   Suivi  d’un  chantier  de  13  logements  de  standing  en  bord  de  mer  à  Bastia   Conception  et  suivi  de  chantier  de  la  réhabilitation  de  la  salle  polyvalente  de  Ville-­‐di-­‐ Pietrabugno   Suivi  d’un  chantier  de  62  logements  en  accession  sociale  à  Bastia  et  gestion  des  TMA   Etude  et  PC  pour  la  réalisation  de  32  logements  en  locatif  social  BBC  à  Lucciana   Etude  et  PC  pour  la  réalisation  de  21  logements  de  standing  en  bord  de  mer  à  Bastia   Concours   en   association   avec   Reichen   et   Robert   et   associé   (Paris)   pour   la   réalisation   de   7000m2   de   bureaux   pour   le   département   de   la   Haute-­‐Corse   à   Bastia.   Je   suis   restée   3   semaines   à   Paris   dans   leur   agence   afin   de   travailler   sur   la   conception   du   projet   Etude  et  PC  pour  la  réalisation  d’une  clinique  vétérinaire  de  450  m2  à  Bastia   Etude  et  PC  pour  la  réalisation  d’une  école  maternelle  et  primaire  à  Centuri  250  m2   Etude,   PC   et   DCE   pour   la   réalisation   de   10   logements   en   accession   sociale   à   Ville-­‐di-­‐ Pietrabugno   Ce  mémoire  a  pour  but,  en  plus  de  réfléchir  au  rôle  de  l’architecte  dans  le  logement  social,   d’expliquer   et   de   démontrer   la   validité   de   mon   choix   professionnel   à   travers   un   projet   de   logement  social  sur  lequel  je  me  suis  engagée  et  dont  j’ai  pu  assumer  la  conception,  le  PC  et   le  PRO/DCE.   Sur  le  projet  Alba,  dont  j’ai  déjà  exposé  les  particularités  dans  les  parties  précédentes,  je  me   suis   battue   avec   l’aide   du   Maire   pour  conserver   le   parti   urbain   du   concours   ainsi   que   les   volumes  et  travailler  sur  les  espaces  extérieurs.  Afin  de  convaincre  la  maîtrise  d’ouvrage,  j’ai   travaillé  avec  un  économiste,  Bruno  Tomi,  à  toutes  les  phases  du  projet,  mais  surtout  lors  du   PRO/DCE  afin  de  faire  baisser  les  coûts  de  construction  au  maximum,  et  corrélativement  les   prix   de   vente,   tout   en   conservant   l’architecture   et   les   espaces   du   projet.   Pour   cela,   nous   avons   travaillé   l’optimisation   des   matériaux   employé   et   la   mise   en   œuvre   des   détails   constructif  afin  de  garder  l’esprit  du  projet,  ainsi  que  les  proportions  de  certains  éléments   comme  les  dalles  des  terrasses,  les  chéneaux  …  En  parallèle,  j’ai  également  travaillé  avec  un   ingénieur   béton   pour   me   rassurer   sur   certains   choix   constructifs   afin,   encore   une   fois,   de   rester   au   plus   près   du   projet   de   base   et   optimiser   la   structure.   Le   fait   que   ce   projet   doive   répondre   à   la   RT2012   (exigence   du   maître   d’ouvrage),   cela   m’a   permis   de   m’enrichir   auprès   d’un   ingénieur   thermicien.   Avec   lui,   j’ai   pu   parfaire   mes   connaissances   en   comparant   plusieurs   types   de   chauffage   (solaire,   thermodynamique)   ainsi   que   sur   la   meilleure   manière   d’isoler  mon  bâtiment.     16  
  • C’est   au   travers   du   projet   Alba   que   je   me   suis   intéressée   à   la   spécificité   du   logement   social.   Lorsque  je  me  réfère  aux  efforts  fournis  par  les  architectes  des  années  70,80  ou  encore  90   sur   le   fond   du   logement   social,   je   me   dis   qu’il   ne   faut   pas   baisser   les   bras   maintenant.   Nous   sommes  une  génération  de  jeunes  architectes  avec  comme  1er  outil,  une  détermination  et   une   volonté   de   faire   évoluer   la   société   dans   le   bon   sens   pendant   cette   période   charnière   ou   l’avenir  est  incertain.     Avoir   réfléchi   sur   le   rôle   de   l’architecte   dans   le   logement   social   ne   signifie   pas   pour   moi     vouloir   pratiquer   uniquement   ce   type   de   projet.   Bien   sur,   c’est   un   thème   qui   me   touche   particulièrement   mais   la   curiosité   qui   m’a   mené   à   cette   réflexion   me   donne   envie   de   réfléchir   à   d’autres   thèmes.   Pour   cela,   j’espère   pouvoir   mener   mon   activité   de   manière   pluridisciplinaire  et  ainsi  nourrir  mes  projets  de  mes  réflexions  qui,  elles  même,  assouvissent   ma  curiosité  permanente.   La   vie   est   faite   d’opportunité   qu’il   faut   savoir   saisir.   Si   l’opportunité   de   travailler   sur   la   commande  publique  continue  de  s’offrir  à  moi,  cela  ne  m’empêchera  pas  de  me  tourner,  à   également   vers   l’habitat   individuel   et   sa   relation   au   paysage,   à   la   territorialité   et   à   la   satisfaction  des  familles…   « La plupart des architectes n’atteignent pas leur vitesse de croisière professionnelle avant l’âge de cinquante ans ! Un architecte doit être compétant en histoire, en art, en sociologie, en physique, en psychologie, en science des matériaux, en symbolisme, en processus politique, et dans quantité d’autres domaines. Il doit également réaliser des bâtiments qui respectent les réglementations, résistent aux intempéries et aux tremblements de terre, soient pourvus d’ascenseurs et de systèmes techniques en état de marche, et répondent aux besoins fonctionnels et affectifs complexes de leurs usagers. Il n’y a peut-être aucune autre profession qui exige d’intégrer un si vaste champ de connaissances. Apprendre à intégrer cette multiplicité d’aspects en un tout cohérent demande du temps, et suppose beaucoup d’essais et d’erreurs. » Zaha Hadid, extrait de « 101 petits secrets d’architecture qui font les grands projets » de Matthew Frederick   17  
  • Annexes   18