Cahiers ACP RSE
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Cahiers ACP RSE

on

  • 455 views

 

Statistics

Views

Total Views
455
Views on SlideShare
455
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Cahiers ACP RSE Cahiers ACP RSE Presentation Transcript

  • Investisseurs en capital et communication RSE Risques et assurance Préface d'Olivier Millet les Cahiers d'ACP
  • Préface L a responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est l’application au monde de l’entreprise du concept de développement durable. Elle repose sur l’idée que, désormais, l’adoption par l’entreprise et son management d’une conscience citoyenne, la prise en compte dans ses décisions des critères ESG (Environnement, Social, Gouvernance) améliore la prévisibilité de ses résultats en limitant les risques d’àcoups, et dès lors contribue à la pérennité, et donc à une meilleure valorisation de l’entreprise. Les investisseurs institutionnels réputés, français comme étrangers, affichent aujourd’hui leur attachement à cette démarche dans leurs décisions d’allocation d’actifs dans le capital investissement et le choix des gérants. Les sociétés et fonds de capital investissement font progresser, depuis quelques semestres, la pratique ESG dans leur mode de fonctionnement et dans l’accompagnement des sociétés de leur portefeuille. La rapidité avec laquelle ce nouveau paradigme s’impose à l’ensemble des acteurs économiques fait immanquablement penser à cette phrase de Victor Hugo selon laquelle « Rien ne peut arrêter une idée dont le temps est venu ». Mais, Oscar Wilde aurait pu lui répondre « qu’une idée est par nature dangereuse sinon elle ne serait pas une idée ». L’évocation du danger ne doit pas inhiber l’actionnaire que nous sommes dans son action de promotion de la dimension sociétale de l’entreprise. Si nous sommes convaincus qu’un comportement sociétalement responsable est une source de valeur et le sera plus encore à l’avenir, nous mesurons aussi les conséquences négatives pour l’entreprise, et donc pour ses actionnaires, dirigeants et mandataires sociaux, d’une communication trompeuse, voire manipulatrice, en matière de RSE. C’est l’intérêt de l’analyse menée par Assurance & Capital Partners, le département spécialisé de SIACI SAINT HONORE, que d’identifier, s’appuyant sur sa connaissance pratique des contentieux touchant notre profession, les sources potentielles de litiges susceptibles de naître d’un manque de sincérité dans la communication RSE et d’esquisser quelques mesures de prudence pour en limiter le risque ou en contenir l’impact. Parmi ces mesures, il était bien naturel pour un courtier d’assurance de citer les assurances de responsabilité que souscrivent les entreprises, les investisseurs en capital et leurs dirigeants. Olivier Millet Président d’Eurazeo-PME 2 3
  • Investisseurs en capital et communication RSE Risques et assurance Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 06 1. Les risques juridiques découlant de la communication RSE . . . 07 Les sanctions prévues par la loi Les risques concernant la société de gestion et ses dirigeants Les risques concernant les entreprises et leurs dirigeants 2. L’application des contrats d’assurance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Les contrats d’assurance souscrits par les SGP Les contrats d’assurance souscrits par les participations 3. Quelques mesures de précaution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Participants à cette étude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Récentes publications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Contact . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 4 5
  • Introduction Longtemps attendus, les décrets d’application de la loi du 12 Juillet 2010, dite Grenelle II, sont maintenant parus. Ils viennent compléter la loi NRE de 2001 en élargissant aux sociétés non cotées de plus de 500 personnes (article 225 de la loi) ainsi qu’aux sociétés de gestion de portefeuille et aux fonds qu’elles gèrent (article 224) les obligations de reporting en matière de critères ESG dans la gestion de l’entreprise et dans la politique d’investissement. Ces textes, s’ils se traduisent par des obligations nouvelles auxquelles les entreprises comme les SGP vont devoir répondre, ne créent pas à proprement parler de risques nouveaux. Et pourtant, nous estimons que la communication RSE sera susceptible de générer certains risques juridiques mais qu’ils résulteront moins de la communication légalement imposée par ces nouveaux textes, de son absence ou de son insuffisance, que de la communication qu’entreprises et investisseurs 6 pourront être tentés de faire volontairement ou sous la pression de leurs « parties prenantes » pour se ménager leurs bonnes grâces. En d’autres termes, le risque viendra plus d’un excès de communication que d’une insuffisance. Courtier d’assurances, spécialiste des risques de responsabilité des entreprises et des investisseurs, nous voulons tenter d’identifier les risques de responsabilité que nous voyons poindre et, face à ces risques, réfléchir à l’efficacité des contrats d’assurance souscrits par les entreprises ou les investisseurs en couverture de leur responsabilité civile. Ce commentaire ne constitue pas une analyse juridique mais reflète notre implication à la fois dans la rédaction des textes de garantie et dans la gestion des contentieux auxquels nos clients sont parties. Nous conclurons en suggérant, modestement, quelques mesures de prudence pour prévenir le risque ou en contrôler l’intensité. 1 Les risques juridiques découlant de la communication RSE LES SANCTIONS PRÉVUES PAR LA LOI Pas plus que la loi NRE ne prévoyait de sanctions à l’encontre des sociétés cotées ne se conformant pas à leurs obligations d’informations, la loi Grenelle II n’introduit de pénalités contre les sociétés qui ne respecteraient pas l’obligation de reporting prévue aux articles 224 et 225. Le législateur a privilégié l’incitation plutôt que la coercition, escomptant l’efficacité du dispositif de l’exigence des « parties prenantes » et plaçant l’entreprise dans une logique de « redevabilité » vis-à-vis de ces dernières. S’agissant des SGP, la contrainte sera sans doute un peu plus pesante que pour les entreprises au travers de la vigilance tutélaire de l’AMF soit lors de l’agrément originel soit à l’occasion de contrôles périodiques. En cas de carence, une procédure administrative pourrait être engagée à l’encontre de la société de gestion ou de son dirigeant pouvant donner lieu, le cas échéant, à un avertissement voire à une sanction pécuniaire, infligé à la société de gestion ou à son dirigeant. S’il n’y a pas de sanctions légalement prévues en cas de non-respect de l’obligation de communication extra financière, et si le risque d’image d’une communication insuffisante est lui aussi limité, c’est en tout cas notre avis, il ne faudrait pas en conclure que la communication RSE ne crée pas de risques juridiques. Nous pensons au contraire qu’ils sont bien réels et même potentiellement importants, mais qu’ils trouveront leur origine dans une communication jugée ou prétendue manipulatrice, davantage que dans l’absence ou l’insuffisance de communication. Et, en ce domaine, la tentation de l’exagération sera grande tant la demande pour privilégier l’établissement de liens avec des entreprises supposées vertueuses 7
  • 1 Les risques juridiques découlant de la communication RSE sociétalement, a explosé au cours des 3 dernières années, en dépit même de la crise économique et financière dont on aurait pu penser qu’elle remiserait au second plan des sujets moins immédiatement monétisables. Dans les développements qui suivent, nous projetons des scenarii de contentieux à partir de notre propre pratique, fondées sur les réclamations que nous gérons pour nos clients, et sur la lecture de divers articles et publications récentes. LES RISQUES CONCERNANT LA SOCIÉTÉ DE GESTION ET SES DIRIGEANTS Vis-à-vis des autorités de tutelle Alors même que les Etats-Unis n’ont pas adopté de législation contraignante en matière d’information extra financière, la SEC a engagé une action contre une société de gestion, Pax World Management Corp., fondée sur le non-respect des déclarations faites par la société de gestion à ses investisseurs selon lesquels 1) elle n’investirait pas dans des sociétés tirant leurs revenus de la fabrication d’armes, de la vente de tabac ou d’alcool, ou d’opérations de jeu et 2) elle procéderait à un suivi périodique des sociétés en portefeuille pour vérifier la conformité avec sa politique ISR affichée. Alors même que les investisseurs n’ont pas subi de pertes financières, la SEC a considéré, en engageant son action, que le non-respect des critères d’investissement et de suivi des investissements était une violation de nature à influer sur la décision des investisseurs. 8 Une transaction conclue avec la SEC à hauteur de 500.000 $ a mis un terme à cette action. Vis-à-vis des investisseurs Nous avons eu à connaître des situations où des investisseurs dans les fonds ont forcé la SGP à faire racheter leurs parts puis à verser une indemnité en réparation du préjudice représenté par le non-respect de la stratégie d’investissement initialement présentée aux investisseurs. L’investisseur « dédommagé » estimait qu’un tel non-respect l’avait placé en défaut vis-à-vis de ses propres investisseurs. A l’instar de ce contentieux, un fonds de fonds ISR qui confierait une enveloppe à une société de gestion pour être investie selon des critères socialement responsables n’hésiterait sans doute pas à engager ou à menacer d’engager une action en responsabilité. La tentation d’embellir sa démarche ISR peut être forte dans une période de rareté des investisseurs et de compétition féroce entre équipes de gestion. Dans un autre dossier, l’équipe de gestion s’est vue reprocher son manque de diligence lors de l’acquisition d’une participation dont la valeur s’est par la suite effondrée. De telles actions ne sont pas rares, les investisseurs n’hésitant pas à utiliser la voie judiciaire pour obtenir réparation quand la déperdition de valeur peut être attribuable à un fait qui aurait pu ou aurait dû être détecté lors des diligences (non autorisation d’exploitation, contestation d’un actif immatériel). Dans cette logique, un investissement dans une entreprise socialement responsable qui perdrait de sa valeur à la suite de la découverte de pratiques de corruption entraînerait selon toute vraisemblance une action en responsabilité contre les dirigeants opérationnels d’abord, action qui pourrait être étendue à la SGP si certaines vérifications pouvaient être considérées comme défaillantes (antécédents des dirigeants par exemple). En tant que dirigeant de droit d’une participation Des administrateurs ont vu leur responsabilité engagée par des actionnaires pour avoir contribué, par action ou par abstention, à la diffusion de fausses informations financières. Dès lors que l’information extra financière diffusée par une entreprise contribue désormais à son image, et donc à sa valeur, on ne voit pas pourquoi un actionnaire n’alléguerait pas de fausses informations extra financières pour justifier d’une action en responsabilité. Dans le cas où les administrateurs se retrancheraient derrière leur absence de participation directe à la compilation de l’information, le reproche pourra leur être fait de n’avoir pas veillé, comme il est de leur devoir, à ce que l’entreprise se dote de procédures de contrôle interne permettant de fiabiliser l’information extra financière. En tant que dirigeant de fait d’une participation Quand une société du portefeuille dépose son bilan, la tentation est grande pour les dirigeants opérationnels de la société, ou pour le mandataire liquidateur, de désigner l’investisseur en capital (et même, nous avons eu à gérer un tel litige, les investisseurs dans les fonds) comme responsable de la stratégie aventureuse qui a mené à la déconfiture de la société. L’adoption par une entreprise, sous influence de son actionnaire financier, d’une démarche vertueuse en matière de RSE, ne doit pas conduire à des investissements déraisonnables au regard de la situation financière de l’entreprise. Si un investisseur, en application de sa propre démarche ISR, pèse d’un poids trop visible dans la définition et l’adoption du programme d’investisse- 9
  • 1 Les risques juridiques découlant de la communication RSE ment de l’entreprise, il pourrait voir sa responsabilité recherchée comme dirigeant de fait. La rhétorique déployée par certains avocats en matière de co-emploi, visant à désigner l’investisseur dirigeant de fait et donc co-responsable, pourrait être reproduite dans des litiges touchant aux problématiques RSE. LES RISQUES CONCERNANT LES ENTREPRISES ET LEURS DIRIGEANTS En réponse aux exigences des multiples acteurs de leur environnement économique (clients, fournisseurs, personnel, banques, assureurs, investisseurs) et, désormais, en réponse aux obligations légales et réglementaires, les entreprises seront de plus en plus amenées à communiquer sur leurs pratiques et engagements en matière de RSE et sur les façons dont elles intègrent les critères ESG dans leur gestion quotidienne et leur stratégie de développement. Si le non-respect de la communication légalement requise n’entraîne pas de sanctions, nous entrevoyons par contre d’assez nombreux risques dans la communication extrafinancière volontaire. Elle pourrait être analysée comme autant de déclarations et garanties engageantes pour l’entreprise et ses dirigeants, et leur être opposée parfois de façon fondée, parfois comme un prétexte pour mettre fin à une relation commerciale. Citons quelques exemples : • Demande de remboursement d’un crédit accordé par une banque ayant affiché son intention de réserver ses concours à 10 des sociétés exemplaires en matière de RSE. Cette hypothèse est inspirée de l’interview d’un dirigeant d’une grande banque soulignant « que si les pratiques RSE de nos clients ne sont pas conformes à nos principes ou ne visent pas à s’y conformer, nous ne souhaitons pas travailler avec eux ». • Remise en cause, après sinistre, des conditions d’assurance applicables à la couverture de l’entreprise qui ne se serait pas conformée à la démarche de prévention des risques environnementaux mise en avant lors de la présentation initiale du risque à l’assureur. • Refus d’un investisseur ISR de participer à une augmentation de capital du fait du non-respect allégué de critères RSE. • Recours exercé par un organisme certificateur mis en cause par un tiers (investisseurs, clients ou banquier de l’entreprise) à la suite d’une attestation de conformité indûment accordée sur la foi des informations erronées communiquées par l’entreprise. Il est d’ailleurs probable qu’à l’image d’un banquier d’affaires dans une opération de fusion-acquisition ou d’introduction en bourse, le certificateur demandera à être tenu indemne de toute mise en jeu de sa responsabilité du fait non de ses propres fautes mais de l’inexactitude des informations qui lui auront été remises. Ces prises de position de partenaires de l’entreprise pourraient s’accompagner de demandes de dommages et intérêts fondées sur le non-respect des déclarations faites par l’entreprise en matière de RSE. Didier Poracchia, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille, dans un article paru dans la Gazette du Palais du 18 mai 2011, s’interrogeait sur la responsabilité juridique de l’entreprise portant ses engagements sociétaux à la connaissance du public. Nous reproduisons quelques lignes de cet article : « Les engagements sociétaux pourraient relever de la catégorie des actes unilatéraux ou encore être saisis par les quasicontrats. Ensuite, une telle démarche pourrait-elle être demain conçue comme une composante du produit ou du service qu’elle commercialise avec toutes les conséquences que cela pourrait engendrer ? Déjà, sur les marchés financiers, de tels engagements connus du public sont certainement des informations susceptibles d’avoir une influence sur le cours du titre et sont donc susceptibles de conduire à la mise en cause de la responsabilité administrative, civile et même pénale de la société et de ses dirigeants si elles ne sont pas précises, sincères et exactes ». La réticence dont font preuve, inspirés par leur conseil juridique, certains investisseurs américains à afficher leur adhésion aux PRI (Principles for Responsible Investment) montre que la question du caractère quasicontractuel, donc engageant, d’objectifs publiquement affichés est bien posée. • Refus d’un client de poursuivre sa relation commerciale avec l’entreprise à la suite de la divulgation par un concurrent d’informations relatives à l’emploi d’enfants mineurs par un sous-traitant de l’entreprise. 11
  • 2 L’application des contrats d’assurance Face aux litiges susceptibles de découler de la communication faite par les entreprises ou par les sociétés de gestion sur leurs pratiques en matière de RSE, com- ment réagiraient les contrats d’assurance usuellement souscrits en couverture d’actions en responsabilité ? LES CONTRATS D’ASSURANCE SOUSCRITS PAR LES SGP Au bénéfice des personnes physiques Dans l’ensemble, les contrats souscrits par les SGP protègent convenablement les personnes physiques en tant que dirigeant de droit ou de fait de la société de gestion ou des participations, que ces personnes soient mises en cause devant une juridiction civile ou pénale ou par une autorité administrative. Il faut toutefois faire attention à la couverture des éventuelles sanctions pécuniaires prononcées par l’AMF qui font l’objet de débats au sein des assureurs, certains assureurs considérant, opinions juridiques 12 à l’appui, de telles sanctions comme inassurables, d’autres maintenant la garantie en attendant qu’une décision s’impose à eux. Au bénéfice de la société de gestion > En tant que dirigeant de droit ou de fait de ses participations Certains contrats ne couvrent pas les personnes morales en tant que dirigeant de fait d’une participation. Dans une telle hypothèse, les mises en cause de la société de gestion pour immixtion dans la gestion (pour avoir influencé la participation 13
  • 2 L’application des contrats d’assurance et ses dirigeants à mettre en œuvre une démarche RSE) ne seraient pas couvertes ni pour les frais de défense ni pour les éventuels dommages et intérêts. > En tant que prestataire de services d’investissement Si le reproche est adressé à la société de gestion du fait du non-respect du mandat de gestion conclu avec les investisseurs (non-respect de la stratégie ISR), de négli- gence dans l’exécution de ce mandat (diligences insuffisantes lors de la prise de participation) ou de défaut de conseil des participations, le volet RC Professionnelle du contrat d’assurance souscrit par l’investisseur aurait vocation à jouer sous réserve de certaines vérifications touchant notamment les définitions (nature des activités assurées, faute professionnelle, tiers lésés) ou les exclusions. Il faut en particulier proscrire les exclusions, fréquentes, relatives à l’activité ou à la communication des participations. LES CONTRATS D’ASSURANCE SOUSCRITS PAR LES PARTICIPATIONS En couverture du risque RC dirigeants une prime complémentaire, peut être couvert pour autant que la demande en soit spécifiquement faite. > Encouru par les personnes physiques Les contrats usuellement souscrits par les entreprises couvrent de façon satisfaisante les personnes physiques pour les réclamations fondées sur la diffusion d’informations, de quelque nature qu’elles soient, dès lors qu’elles sont recherchées en qualité de dirigeant ou de mandataire social. > Encouru par les investisseurs en capital, personnes morales • En tant que dirigeant de droit de la société de tête, ce risque, moyennant 14 • En tant que dirigeant de fait de la société ou de l’une de ses filiales, ce risque n’est jamais couvert (d’où l’importance pour l’investisseur en capital de s’assurer que ce risque est bien pris en charge par son propre contrat). > Encouru par la participation elle-même • Lorsqu’un dirigeant commet une faute, l’entreprise peut se voir condamner à en réparer les conséquences dans le cas où la faute n’est pas jugée séparable des fonctions du dirigeant. L’entreprise peut être protégée contre ce risque dès lors que le contrat RC Dirigeants prévoit bien une extension spécifique au bénéfice de l’entreprise. Pour préserver la valeur de leur investissement, qui pourrait être obérée par cette obligation de réparation incombant à leur participation, les investisseurs en capital doivent donc vérifier que le contrat RC Dirigeants souscrit par chacune de leurs participations comporte cette disposition. En couverture du risque RC Générale ou RC Professionnelle Quand l’entreprise, et non ses dirigeants, sera recherchée du fait d’informations diffusées ou d’engagements pris en son nom en matière de RSE, nous estimons que les contrats usuellement souscrits par l’entreprise en couverture de sa responsabilité ne répondraient pas ou en tout cas imparfaitement aux réclamations qui seraient présentées. Les assureurs opposeraient un ou plusieurs des arguments suivants : • La diffusion d’informations ne relève pas de l’activité assurée par le contrat, • Une exclusion est très généralement prévue visant les réclamations trouvant leur origine dans la gestion de l’entreprise (administrative, financière, juridique, sociale ou commerciale), • Les déclarations faites en matière de RSE s’apparentent à des engagements contractuels et les contrats d’assurance RC n’ont pas pour objet d’exécuter l’obligation à laquelle s’est astreinte l’entreprise, • La communication relève d’un acte délibéré des dirigeants de l’entreprise. Nous avons engagé des discussions avec quelques grands assureurs pour élargir le champ des contrats d’assurance de responsabilité à la prise en charge des conséquences pécuniaires d’actions en responsabilité fondées sur la communication diffusée par l’entreprise et ses dirigeants, notamment en matière de RSE. Dans l’immédiat, ces limitations dans les garanties doivent conduire les entreprises à un surcroît de vigilance dans leur communication et les investisseurs financiers à alerter leurs participations sur les risques qu’une communication hyperbolique fait courir à l’entreprise quand bien même elle est conçue dans l’intérêt de l’entreprise, de son développement ou de son financement. 15
  • 3 Quelques mesures de précaution Les entreprises comme les sociétés de gestion de portefeuille doivent aujourd’hui tenir compte des critères ESG dans leur mode de fonctionnement et dans leur processus décisionnel. Par conviction, par obligation mais aussi par intérêt, elles doivent également les intégrer dans leur communication. Nous avons souligné que des risques s’attachent à cette communication et que la diffusion volontaire d’informations, voire d’engagements, présente des risques juridiques non négligeables qui peuvent provenir de sources multiples. Les risques sont d’autant plus nombreux que la RSE couvre un très large spectre de l’activité des entreprises. La RSE ne se résume pas, loin s’en faut, à la responsabilité environnementale. Si une évolution est en cours, c’est bien la reconnaissance que la notion de développement durable, c'està-dire de création de valeur pérenne et prévisible, recouvre bien d’autres composantes de l’activité, de l’organisation et des pratiques de l’entreprise. 16 Les contrats d’assurance, notamment ceux souscrits par les entreprises, doivent être ajustés pour répondre aux conséquences financières d’éventuelles mises en cause de leur responsabilité. Mais, a minima, les entreprises ainsi que les sociétés de gestion de portefeuille, ces dernières pour leur compte propre mais aussi dans leur rôle d’assistance à leurs participations, doivent être attentives à ne pas s’exposer inutilement et, en cas de mise en cause, être en mesure d’organiser leur défense. Nous recommandons donc de : • Documenter (au moins pour ses propres dossiers) toute information, affirmation ou engagement et, à l’image du processus de validation des déclarations et garanties dans un document de référence ou dans un contrat de garantie de passif, de procéder à la vérification de chaque information ; 17
  • • Alerter ses équipes sur les risques d’une communication intempestive, et notamment les équipes commerciales et marketing qui ne mesurent pas forcément l’implication quasi-contractuelle de leur communication ; • Enfin, relire ou faire relire les contrats d’assurance souscrits par les sociétés de gestion ou leurs participations en couverture de leurs risques de responsabilité et ceux de leurs dirigeants. Participants à cette étude > Olivier Millet • Ne pas prendre d’engagements de résultat surtout quand leur exécution relève de tierces parties (une société de gestion s’exprimant au nom de ses participations) ; Eric Rémus Directeur Département Risques Financiers SIACI SAINT HONORE > Eric Remus Olivier Millet est président du directoire d’Eurazeo PME (anciennement OFI Private Equity qu'il a fondé en 2005 et coté en 2007 sur NyseEuronext), filiale d’Eurazeo dédiée aux investissements majoritaires dans les PME dont la valeur d’entreprise est inférieure à 200 millions d’euros. Eric Remus dirige Assurance & Capital Partners, le département Risques Financiers du Groupe SIACI SAINT HONORE, l’un des principaux courtiers français des investisseurs en capital. Il a joué un rôle important depuis 15 ans pour développer l’assurance des risques de responsabilité encourus par les dirigeants et administrateurs de sociétés ainsi que les assurances transactionnelles adossées aux opérations de cession ou d’acquisition ou de cession des investisseurs. Après avoir créé en 1986 Capital Finance, première revue des professionnels du capital-investissement, puis travaillé à partir de 1990 et pendant 4 ans dans le fonds britannique 3i, Olivier Millet a codirigé pendant 11 ans Barclays Private Equity en France. Passionné par les enjeux de développement durable, il est le fondateur de « Capitalisme Durable », société de promotion d’une économie durable, sponsor des « Greendating » - les rendez-vous mensuels des acteurs du développement durable - et actionnaire de Citizen Capital. Il préside le Club DD de l’AFIC, chargé de promouvoir la démarche ESG (Environnement, Social, Gouvernance) au sein de la profession. Avec un chiffre d’affaires de € 204,5 millions et un effectif de 1100 personnes, SIACI SAINT HONORE compte parmi les plus importants groupes de courtage en France au service des entreprises. Le groupe intervient sur toute la gamme des opérations d’assurance avec quelques pôles d’excellence dans les domaines de la santé-prévoyance-retraite, le transport, la construction, les risques politiques et l’assurance crédit. SEPTEMBRE 2012 18 19
  • Récentes publications Votre partenaire SIACI SAINT HONORE _ Groupe leader du courtage et du conseil en assurances. _ Nous apportons conseil et solutions sur-mesure en matière de protection des risques industriels (IARDT) et des personnes (Prévoyance, Santé, Retraite) en France et à l’international. _ Nous intervenons sur toute la chaîne de vos risques : analyse, conseil, conception, gestion et financement. _ Avec 1 100 collaborateurs et un chiffre d’affaires de près de 200 millions d’euros, nous connaissons une croissance régulière et développons notre présence dans le monde (implantations en Europe, Asie, Moyen-Orient). _ SIACI SAINT HONORE par son accès direct aux Qu’en est-il aujourd’hui de la responsabilité personnelle du Dirigeant d’entreprise ? Par Michel Zuin Cabinet BZL Avocats marchés de l’assurance et de la réassurance en France et à l’international propose aux entreprises un accompagnement quotidien avec pour objectifs : optimisation des coûts, réponse personnalisée et qualité de service. JANVIER 2012 ASSURANCES DE PERSONNES Prévoyance et Santé des salariés en France, expatriés, impatriés, locaux • Assistance, Rapatriement • Audit International • Épargne Retraite Entreprise • Ingénierie sociale • Formations et Accompagnement RH • Santé au travail Dirigeants d’entreprise DIRIGEANTS Responsabilité Civile des Mandataires Sociaux • Assurance Homme Clé • Assurance Perte d’Emploi • Bilan Retraite Vos risques, nos solutions d’assurances RISQUES D’ENTREPRISE Dommages • Responsabilité Civile • Transport • Crédit / Risques Politiques • Construction • Automobile • Risques Financiers FICHE SINISTRE Les risques de responsabilité des dirigeants et des investisseurs en capital L’ACTION POUR INSUFFISANCE D’ACTIFS RESTE LE RISQUE MAJEUR AUQUEL LES ADMINISTRATEURS SONT EXPOSÉS les Cahiers d'ACP Alors que certains avaient défendu la thèse que, depuis l’entrée en vigueur de la loi NRE (15 mai 2001), l’administrateur de société anonyme n’avait plus la qualité de dirigeant de droit – le conseil d’administration ne disposant plus que de pouvoirs limités ne relevant pas de la direction de la société – un arrêt rendu le 31 mai 2011 par la chambre commerciale de la Cour de Cassation, en confirmant un arrêt de la Cour d’appel de Montpellier du 3 mars 2009, est venu rappeler que l’administrateur est bien un dirigeant de droit et qu’un risque élevé est attaché à l’exercice d’un mandat d’administrateur, obligeant le titulaire à faire preuve de rigueur et de vigilance. FÉVRIER 2012 Contact Eric Rémus 18 rue de Courcelles - 75008 Paris Tél. : 01 44 20 94 53 eric.remus@s2hgroup.com www.s2hgroup.com SIACI SAINT HONORE - 18, rue de Courcelles - 75384 Paris Cedex 08 - Tel. : +33 (0)1 4420 9999 Fax : +33 (0)1 4420 9500 - Courtage d’assurances - N° d’immatriculation ORIAS 07 000 771 S.A. à Directoire et Conseil de Surveillance - Capital de 14 143 816 Euros - 572 059 939 RCS Paris APE 6622 Z - N° de TVA Intracommunautaire : FR 54 572 059 939