Séance 4 - théorie de la demande

3,804 views
3,488 views

Published on

On poursuit avec cette fois la théorie de la Demande. On applique les principes appris dans les séances précédentes sur les consommateurs afin de s'intéresser aux mécanismes de la demande comme un ensemble cohérent

Published in: Education
0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
3,804
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
110
Actions
Shares
0
Downloads
80
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Séance 4 - théorie de la demande

  1. 1. Microéconomie Séance 4 – Théorie de la Demande Licence 1 Partenariat entre l’UPJV et BGF-KKFK 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 1
  2. 2. Introduction • Le cours sur le consommateur nous permet d’aborder la Demande • On considère la demande pour des biens et services normaux et la demande pour des biens et services spécifiques 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 2
  3. 3. Introduction • La demande d’un bien normal est : – Décroissante de son prix – Croissante du revenu 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 3
  4. 4. Introduction • Les lois évoquées indiquent : • Le sens de la relation entre la demande, les prix et le revenu. • Mais il manque l’intensité de cette relation 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 4
  5. 5. Introduction • Cette intensité est mesurée par : – Les élasticités • Prix • Revenus • croisées 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 5
  6. 6. Introduction • Cela nous permet de distinguer des biens : – Normaux – Inférieurs – Supérieurs – Substituables – complémentaires 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 6
  7. 7. Introduction • Critique de la théorie microéconomique de la demande : – Son incapacité à prendre en compte la transformation des goûts et des préférences du consommateurs. – C'est un problème résolu par Gary Baker dans la nouvelle théorie du consommateur. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 7
  8. 8. 1. La demande et les prix • La demande est fonction décroissante du prix, toutes choses étant égales par ailleurs. • Les variations du prix d'un bien X entraînent : – Une modification du pouvoir d'achat du consommateur • On observe donc un effet prix et un effet revenu. • L'effet prix est aussi appelé un effet de substitution. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 8
  9. 9. 1. La demande et les prix • L'effet de substitution mesure la variation de la consommation d'un bien consécutive au changement de son prix relatif pour un revenu réel constant. • Cet effet est toujours négatif. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 9
  10. 10. 1. La demande et les prix • Par rapport à un autre bien substituable • Si le prix d'un bien X augmente • Le consommateur diminue sa consommation de biens X au profit de biens Y 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 10
  11. 11. 1. La demande et les prix • Si le revenu nominal n'est pas modifié • Le pouvoir d'achat ou le revenu réel – Augmente lorsque le prix de X diminue – Diminue lorsque le prix de X augmente – Cette variation du revenu réel impacte la consommation 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 11
  12. 12. 1. La demande et les prix • L'évolution de la consommation – Reflète : • Un effet « pur » du prix (l'effet de substitution) • Un effet du à la variation du revenu réel • On considère une courbe de demande « pure » comme qu'une courbe qui ne prend pas en compte les variations de consommation imputable à l'évolution du pouvoir d'achat. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 12
  13. 13. 1. La demande et les prix • Comment représenter l'effet de substitution sur la courbe d'indifférence ? – On déplace tout simplement notre point sur la courbe • Comment représenter l'effet revenu sur la courbe d'indifférence ? – On dessine une nouvelle courbe 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 13
  14. 14. 1. La demande et les prix • Le paradoxe de Giffen – De manière générale • Une baisse du revenu réel induit une baisse de la consommation – Mais, pour certains biens, la baisse du pouvoir d'achat pourrait avoir l'effet paradoxal d'augmenter la consommation au lieu de la réduire. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 14
  15. 15. 1. La demande et les prix • Il s'agit des biens – De première nécessité – Jugés « inférieurs » par les consommateurs – On dit qu'un bien est inférieur lorsqu'un consommateur ne peut pas consommer un bien de meilleure qualité • Pate à tartiner plutôt que Nutella 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 15
  16. 16. 1. La demande et les prix • Donc : – La demande est toujours une fonction décroissante du prix – À la seule condition de ne retenir que l'effet pur du changement des prix relatifs – L'effet Giffen est un cas précis concernant les biens inférieurs 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 16
  17. 17. 1. La demande et les prix • Comment passer de la demande individuelle à la demande totale ? – On considère simplement la demande totale comme la somme des demandes individuelles 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 17
  18. 18. 2. Les élasticités • Existe-t-il une relation de cause à effet entre la fluctuation du prix de la pomme de terre et la fluctuation de sa demande ? • Existe-t-il une relation de cause à effet entre la fluctuation du revenu du consommateur et sa demande de pommes de terre ? 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 18
  19. 19. 2. Les élasticités • Pour analyser et comprendre les phénomènes qui agissent sur la demande, on va faire varier à une chacune des variables : – Le revenu du consommateur – Le prix du bien – Le prix des autres biens liés au bien étudié • En supposant constante les autres variables 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 19
  20. 20. 2. Les élasticités • L'élasticité de la demande par rapport au revenu du consommateur – L'élasticité revenu mesure le degré de sensibilité de la demande aux variations de son revenu. • On distingue quatre types principaux de biens – Les biens normaux – Les biens de luxe – Les biens de première nécessité – Les biens inférieurs 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 20
  21. 21. 2. Les élasticités • Les biens normaux : – La consommation de biens varie dans le même sens que le revenu • Une hausse du revenu signifie une hausse de la consommation du bien (l'élasticité est> 0) • Des exemples ? 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 21
  22. 22. 2. Les élasticités • Les biens de luxe – L'augmentation de la consommation des biens de luxe est plus rapide que celle des revenus. Leur part augmente dans le budget des ménages. • Dans ce cas l'élasticité revenu est supérieure à un • Des exemples ? 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 22
  23. 23. 2. Les élasticités • Les biens inférieurs – À partir d'un certain niveau de revenu, quand le revenu augmente la consommation du bien inférieur diminue. Le bien et « inférieur » à d'autres groupes du consommateur qui se tourne vers des biens plus chers qu'il apprécie plus (des biens de meilleure qualité par exemple) – L'élasticité revenu est dans ce cas < zéro – Des exemples ? 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 23
  24. 24. 2. Les élasticités • Les biens de première nécessité – Augmentation de la consommation de ces biens mais moins vite que l'augmentation du revenu. L'élasticité est inférieure à un. Leurs dépenses augmentent mais leur part dans le budget diminue 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 24
  25. 25. 2. Les élasticités • Une application de ces élasticités – La courbe d'Engel 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 25
  26. 26. 2. Les élasticités • À noter : – La nature des biens change selon l'évolution des revenus – Par exemple ? 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 26
  27. 27. 2. Les élasticités • Sur le long terme, l'élasticité revenu des principaux postes des budgets des ménages respecte l'ordre croissant suivant : – L'alimentation a une élasticité inférieure à un – L'habillement a une élasticité autour de un – L'habitation a une élasticité autour de un – Les transports et les télécommunications une élasticité supérieure à un – L'hygiène et la santé ont une élasticité supérieure à un – La culture, les loisirs et le tourisme ont une élasticité supérieure à un 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 27
  28. 28. 2. Les élasticités • Le concept d'élasticité prix mesure le degré de sensibilité de la demande aux variations du prix. • L'élasticité prix de la demande de bien est égale au rapport entre le pourcentage de variation de la quantité demandée le pourcentage de variation du prix 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 28
  29. 29. 2. Les élasticités • Deux exemples de biens atypiques – L'effet Giffen: Concerne les biens inférieurs. Lorsque tous les prix des produits augmentent, les consommateurs se reportent sur les prix les moins élevés et donc ceux des biens inférieurs. Leur consommation augmente donc. Giffen avait remarqué ce phénomène en Angleterre lors d'une grande famine. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 29
  30. 30. 2. Les élasticités • Deux exemples de biens atypiques – L'effet Giffen: Concerne les biens inférieurs. Lorsque tous les prix des produits augmentent, les consommateurs se reportent sur les prix les moins élevés et donc ceux des biens inférieurs. Leur consommation augmente donc. Giffen avait remarqué ce phénomène en Angleterre lors d'une grande famine. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 30
  31. 31. 2. Les élasticités 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 31
  32. 32. 2. Les élasticités • Deux exemples de biens atypiques – L'effet Veblen : concerne les biens de luxe. Certains demandeurs préfèrent des achats à prix élevé signent d'une qualité supérieure ou selon Veblen de leur statut social 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 32
  33. 33. 2. Les élasticités 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 33
  34. 34. 2. Les élasticités • Les élasticités croisées • Elasticité de la demande du bien X par rapport au prix du bien Y • Donc (variation de la Demande d’un bien / variation du prix d’un autre bien) • L'élasticité prix croisés est définie comme le rapport entre le pourcentage de variation de la quantité demandée de bien A et le pourcentage de variation du prix d'un bien B, lorsque les biens A et B sont des biens dits « de substitution » ou des biens dits « complémentaires ». • Une élasticité croisée positive signifie que l'augmentation du prix d'un bien entraîne l'augmentation de la demande d'un autre bien. Les deux biens sont donc substituables. Par exemple, l'augmentation du prix du ticket de cinéma augmente la demande en lecteur DVD. • Une élasticité croisée négative signifie que l'augmentation du prix d'un bien entraîne la diminution de la demande d'un autre bien. Les deux biens sont alors dits complémentaires. Par exemple, l'augmentation du prix du carburant entraîne une diminution de la demande sur les voitures. • Une élasticité croisée nulle signifie que les deux biens sont indépendants. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 34
  35. 35. 2. Les élasticités • Comment analyser les résultats obtenus ? • Il faut regarder : – Le signe de l’élasticité => indique si la demande varie dans le même sens que la variable étudiée – Élasticité > 0 => augmentation du prix d’un bien entraine l’augmentation de la demande d’un autre bien – Élasticité < 0 => l’inverse 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 35
  36. 36. 2. Les élasticités • La valeur de l’élasticité • Élasticité proche de 0 = pas beaucoup d’élasticité, peu ou pas de variation • Élasticité proche de 1 = faible élasticité • Élasticité supérieure à 1 = élasticité forte • Élasticité positive = variation dans le même sens • Élasticité négative = variation dans le sens inverse 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 36
  37. 37. 2. Les élasticités • L’élasticité d’une demande n’est pas constante en tout point de sa courbe car la considération du consommateur à l’égard du bien peut dépendre du niveau du prix du bien ou du niveau de son revenu personnel. • => les élasticités se calculent donc pour des niveaux de prix et de revenus donnés. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 37
  38. 38. 3. La demande et le revenu • Les lois d’Engel • Les lois d’Engel sont toujours pertinentes pour comprendre l’évolution de la demande en fonction du revenu. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 38
  39. 39. 3. La demande et le revenu • Les lois d’Engel • Les biens INFERIEURS : l’effet revenu est négatif : l’élévation du niveau de vie fait que les consommateurs se détournent des biens inférieurs au profit de biens de meilleure qualité 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 39
  40. 40. 3. La demande et le revenu • Les lois d’Engel • Les biens NORMAUX : l’effet est positif : l’élévation du niveau de vie entraine une augmentation aussi vite ou moins vite de la consommation de ces biens • Par ailleurs comme déjà vu, la part des biens alimentaires diminue dans le budget des ménages quand celui-ci augmente. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 40
  41. 41. 3. La demande et le revenu • Les lois d’Engel • Les biens SUPERIEURS : l’effet revenu est positif et la consommation de ces biens augmente plus vite que le revenu 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 41
  42. 42. 3. La demande et le revenu Quantité Revenu Biens supérieurs Biens normaux Biens inférieurs 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 42
  43. 43. 4. Notions sur la nouvelle théorie du consommateur • Les limites de la théorie traditionnelle • La stabilité des préférences remises en question – Impossibilité d’émettre des hypothèses sur les préférences et leurs évolutions • La non prise en compte de l’évolution des modes de consommation • Les choix non marchands : si l’on ne s’intéresse qu’au revenu et au prix, on ne prend pas en compte les raisons d’un choix qui sortent largement de la sphère économique. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 43
  44. 44. 4. Notions sur la nouvelle théorie du consommateur • Dorénavant, on sépare les biens des besoins • Distinction entre biens et besoins – Exemple : • Besoin : se déplacer • Bien : voiture, vélo, skate, roller… • Cela permet de rendre l’hypothèse de stabilité des préférences compatible avec un changement dans le mode de consommation • Les biens ne sont alors que les moyens pour satisfaire un besoin et non eux-mêmes les besoins. • Il est alors intéressant de se renseigner sur l’économie de fonctionnalité 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 44
  45. 45. 4. Notions sur la nouvelle théorie du consommateur • Dorénavant, on intègre le coût du temps • On considère le temps comme une ressource rare. Ainsi, son utilisation a un coût d’opportunité : l’ensemble des satisfactions que l’on pourrait obtenir en faisant un autre usage de son temps. • C’est grâce à cette explication que l’on peut expliquer des phénomènes comme la baisse de la natalité dans les pays riches : les activités domestiques ont un coût d’opportunité plus important que par le passé. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 45
  46. 46. 4. Notions sur la nouvelle théorie du consommateur • Dorénavant, on intègre le capital humain • On intègre l’ensemble des connaissances et des acquis d’un être humain capables de satisfaire ses besoins et de procurer une certaine satisfaction. • Par exemple un individu qui a appris le piano très jeune aura plus de satisfaction à jouer de cet instrument qu’un individu qui n’a jamais appris à en jouer. 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 46
  47. 47. Les concepts à retenir • La demande • Courbe des prix • Biens inférieurs, normaux et supérieurs • Les élasticités • La nouvelle théorie de la demande 10/10/2014 Esteban Giner - 2014 47

×