PréSentation Tso

  • 372 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
372
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. LE TSO BREIZH Dr Eric Camus [email_address]
  • 2. DSM IV : Abus de substance
    • Mode d’utilisation inadéquate d’une substance conduisant à une altération du fonctionnement ou à une souffrance clinique significative au moins 3 ds les 12 derniers mois
    • Pas de dépendance
  • 3. DSM IV : DÉPENDANCE
    • Mode d’utilisation inadapté d’une substance conduisant à une altération du fonctionnement ou à une souffrance.
    • Tolérance (quantité, augmentation Q)
    • Sevrage ( ∑, substitution)
    • Difficultés à s’arr êter, à diminuer, ou à contrôler les doses.
  • 4. SUITE DÉPENDANCE
    • Beaucoup de temps passé
    • Abandon d’activités sociales
    • Utilisation de la substance malgré la connaissance des csq somato psychiques.
    • Avec ou sans dépendance
  • 5. Approche structurelle :
    • Le toxicomane est défini par un trouble du comportement.
    • Pas par une personnalité univoque.
    • un mauvais contrôle des impulsions,
    • un faible degré de planification,
    • une importante labilité affective,
    • une altération des relations interpersonnelles.
  • 6.
    • Plus de 50% des toxicomanies seraient associés à :
    • une personnalité antisociale ou
    • Une personnalité borderline.
  • 7.
    • Impulsivité, intolérance à la frustration.
    • Immaturité affective, passage à l’acte.
    • Tendance à l’excès, confusion entre désir et besoin.
    • Désinvestissement et clivage
    • Évitement du morcellement, existence de traumatismes affectifs désorganisateurs.
  • 8.
    • Svt psychopathe ou anti-social
    • Ou état limite.
    • Pas de personnalité spécifique
    • Mais plut ôt un mode fonctionnement psychique et relationnel
    • Recherche accrue des sensations et des prises de risques,
    • Une difficulté à retarder les gratifications.
  • 9.
    • la réponse à court terme à la souffrance physique et morale, parfois
    • dans l’urgence ;
    • la prise en charge de la dépendance aux opiacés avec trois objectifs à court,
    • moyen et long terme :
      • diminuer et si possible arrêter la consommation des opiacés illicites
      • dans une perspective de réduction des risques en s'accommodant du
      • maintien de la pharmacodépendance,
      • aboutir à une abstinence complète d'opiacés illicites : le traitement est
      • conçu alors comme une étape vers le sevrage de toute substance opiacée ;
      • il peut cependant être nécessaire à long terme, voire à vie,
      • aboutir in fine à l'abstinence complète de toute substance psycho-active
      • illicite et de tout MSO, ce qui demande une évolution personnelle, du temps
      • et un accompagnement.
    Les objectifs des professionnels de santé se distribuent sur plusieurs axes :
  • 10. Le partage de ces objectifs avec les patients dans le cadre de l'élaboration du projet de soins et la question du temps sont déterminants :
    • la prise en charge des dommages induits et des pathologies associées infectieuses, psychiatriques et addictives ;
    • la gestion de situations particulières : grossesse, précarité, détention, situations irrégulières, centre de rétention, etc. ;
    • l'amélioration des liens sociaux, en maintenant l’insertion et en favorisant la réinsertion : accès à un(e) assistant(e) social(e), à des ressources, au logement, à l’emploi, favoriser le maintien des relations familiales et sociales.
  • 11.
      • 3. LES OBJECTIFS GÉNÉRAUX ET DE SOCIÉTÉ
      • Les objectifs généraux et de société se situent dans les registres de la santé publique (réduction des risques, etc.) et du champ social (diminution de la délinquance, etc.) et économique.
  • 12. QUELS SONT LES FINALITÉS ET LES RÉSULTATS ATTENDUS DES TRAITEMENTS DE SUBSTITUTION DES OPIACÉS ?
    • de modifier leur consommation et leurs habitudes de vie pour recouvrer
    • une meilleure santé et une meilleure qualité de vie.
    • LES OBJECTIFS DES PERSONNES DÉPENDANTES DES OPIACÉS
      • - soulager un état de manque douloureux ;
      • - assurer une gestion personnelle de la dépendance ;
      • - diminuer, voire cesser la consommation des opiacés illicites en s'accommodant
      • du maintien de la pharmacodépendance de substitution ;
      • - parvenir à une abstinence complète d'opiacés, y compris de tout MSO ;
      • - parvenir in fine à la résolution complète de toute problématique de mésusage
      • de substances psycho-actives.
      • Ces objectifs et motivations sont susceptibles d'évoluer au cours
      • du traitement.
  • 13. Contexte breton à 17 ans :
    • Tabagisme quotidien 48 % vs 39%
    • Ivresse régulière 15 % vs 6,3
    • Cannabis usage régulier 16% vs 13,1
    • Médicaments psychotropes 10% =
  • 14. Trois produits + expérimentés
    • Les champignons hallucinogènes
    • Les inhalants
    • Le LSD
  • 15. Vente de matériel injectable stérile
    • En 2003 :
    • 9,2 vs 16,2 moyenne nationale
    • Un des taux les plus faibles France
    • La paille et le risque hépatitique…
  • 16. Consommation de psychotropes
    • Anxiolytiques 18% des assurés vs 17,4%
    • Hypnotiques 10,3 vs 8,8
    • Antidépresseurs 9,6 vs 9,7
  • 17. Patients sous TSO
    • Morbihan : environ 919
    • Vannes : 190
    • Lorient : 389
    • Pontivy : 114
    • Auray : 89
  • 18.  
  • 19. Reco 2004
    • obligation pour le médecin de contacter le pharmacien avant prescription
    • et d’indiquer son nom sur l’ordonnance,
    • établissement de contacts fréquents entre le médecin et le pharmacien en début
    • de traitement et jusqu’à obtention de la posologie d’entretien ;
    • - de même en période de déstabilisation, importance du travail en réseau à privilégier,
    • en particulier collaboration entre le médecin de ville et le centre spécialisé,
    • incitation des médecins et des pharmaciens à se former,
    • création d’au moins un CSST dans tous les départements qui n’en disposent
    • pas et mise en application par tous les CSST de leur mission d’accès au TSO,
    • mobilisation des services médicaux de l’assurance maladie pour faciliter la mise en place
    • de protocoles personnalisés de soins et pour repérer les situations faisant suspecter
    • un mésusage et prendre contact avec les médecins et pharmaciens concernés,
    • développement des dispositifs spécifiques en direction des populations précarisées,
    • afin de leur donner accès au TSO,
  • 20. Répartition par produits :
    • BHD : > 10 boites (pdl) / >30 (national)
  • 21.  
  • 22.  
  • 23. CONCLUSION
    • UN PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE
    • COMORBIDITÉ
    • PRISE EN CHARGE DE LA CONDUITE ADDICTIVE
    • MÉDICO-PSYCHO-SOCIALE ET RÉSEAU