Your SlideShare is downloading. ×
PréSentation Tso
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

PréSentation Tso

388

Published on

Published in: Health & Medicine
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
388
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide
  • Transcript

    • 1. LE TSO BREIZH Dr Eric Camus [email_address]
    • 2. DSM IV : Abus de substance
      • Mode d’utilisation inadéquate d’une substance conduisant à une altération du fonctionnement ou à une souffrance clinique significative au moins 3 ds les 12 derniers mois
      • Pas de dépendance
    • 3. DSM IV : DÉPENDANCE
      • Mode d’utilisation inadapté d’une substance conduisant à une altération du fonctionnement ou à une souffrance.
      • Tolérance (quantité, augmentation Q)
      • Sevrage ( ∑, substitution)
      • Difficultés à s’arr êter, à diminuer, ou à contrôler les doses.
    • 4. SUITE DÉPENDANCE
      • Beaucoup de temps passé
      • Abandon d’activités sociales
      • Utilisation de la substance malgré la connaissance des csq somato psychiques.
      • Avec ou sans dépendance
    • 5. Approche structurelle :
      • Le toxicomane est défini par un trouble du comportement.
      • Pas par une personnalité univoque.
      • un mauvais contrôle des impulsions,
      • un faible degré de planification,
      • une importante labilité affective,
      • une altération des relations interpersonnelles.
    • 6.
      • Plus de 50% des toxicomanies seraient associés à :
      • une personnalité antisociale ou
      • Une personnalité borderline.
    • 7.
      • Impulsivité, intolérance à la frustration.
      • Immaturité affective, passage à l’acte.
      • Tendance à l’excès, confusion entre désir et besoin.
      • Désinvestissement et clivage
      • Évitement du morcellement, existence de traumatismes affectifs désorganisateurs.
    • 8.
      • Svt psychopathe ou anti-social
      • Ou état limite.
      • Pas de personnalité spécifique
      • Mais plut ôt un mode fonctionnement psychique et relationnel
      • Recherche accrue des sensations et des prises de risques,
      • Une difficulté à retarder les gratifications.
    • 9.
      • la réponse à court terme à la souffrance physique et morale, parfois
      • dans l’urgence ;
      • la prise en charge de la dépendance aux opiacés avec trois objectifs à court,
      • moyen et long terme :
        • diminuer et si possible arrêter la consommation des opiacés illicites
        • dans une perspective de réduction des risques en s'accommodant du
        • maintien de la pharmacodépendance,
        • aboutir à une abstinence complète d'opiacés illicites : le traitement est
        • conçu alors comme une étape vers le sevrage de toute substance opiacée ;
        • il peut cependant être nécessaire à long terme, voire à vie,
        • aboutir in fine à l'abstinence complète de toute substance psycho-active
        • illicite et de tout MSO, ce qui demande une évolution personnelle, du temps
        • et un accompagnement.
      Les objectifs des professionnels de santé se distribuent sur plusieurs axes :
    • 10. Le partage de ces objectifs avec les patients dans le cadre de l'élaboration du projet de soins et la question du temps sont déterminants :
      • la prise en charge des dommages induits et des pathologies associées infectieuses, psychiatriques et addictives ;
      • la gestion de situations particulières : grossesse, précarité, détention, situations irrégulières, centre de rétention, etc. ;
      • l'amélioration des liens sociaux, en maintenant l’insertion et en favorisant la réinsertion : accès à un(e) assistant(e) social(e), à des ressources, au logement, à l’emploi, favoriser le maintien des relations familiales et sociales.
    • 11.
        • 3. LES OBJECTIFS GÉNÉRAUX ET DE SOCIÉTÉ
        • Les objectifs généraux et de société se situent dans les registres de la santé publique (réduction des risques, etc.) et du champ social (diminution de la délinquance, etc.) et économique.
    • 12. QUELS SONT LES FINALITÉS ET LES RÉSULTATS ATTENDUS DES TRAITEMENTS DE SUBSTITUTION DES OPIACÉS ?
      • de modifier leur consommation et leurs habitudes de vie pour recouvrer
      • une meilleure santé et une meilleure qualité de vie.
      • LES OBJECTIFS DES PERSONNES DÉPENDANTES DES OPIACÉS
        • - soulager un état de manque douloureux ;
        • - assurer une gestion personnelle de la dépendance ;
        • - diminuer, voire cesser la consommation des opiacés illicites en s'accommodant
        • du maintien de la pharmacodépendance de substitution ;
        • - parvenir à une abstinence complète d'opiacés, y compris de tout MSO ;
        • - parvenir in fine à la résolution complète de toute problématique de mésusage
        • de substances psycho-actives.
        • Ces objectifs et motivations sont susceptibles d'évoluer au cours
        • du traitement.
    • 13. Contexte breton à 17 ans :
      • Tabagisme quotidien 48 % vs 39%
      • Ivresse régulière 15 % vs 6,3
      • Cannabis usage régulier 16% vs 13,1
      • Médicaments psychotropes 10% =
    • 14. Trois produits + expérimentés
      • Les champignons hallucinogènes
      • Les inhalants
      • Le LSD
    • 15. Vente de matériel injectable stérile
      • En 2003 :
      • 9,2 vs 16,2 moyenne nationale
      • Un des taux les plus faibles France
      • La paille et le risque hépatitique…
    • 16. Consommation de psychotropes
      • Anxiolytiques 18% des assurés vs 17,4%
      • Hypnotiques 10,3 vs 8,8
      • Antidépresseurs 9,6 vs 9,7
    • 17. Patients sous TSO
      • Morbihan : environ 919
      • Vannes : 190
      • Lorient : 389
      • Pontivy : 114
      • Auray : 89
    • 18.  
    • 19. Reco 2004
      • obligation pour le médecin de contacter le pharmacien avant prescription
      • et d’indiquer son nom sur l’ordonnance,
      • établissement de contacts fréquents entre le médecin et le pharmacien en début
      • de traitement et jusqu’à obtention de la posologie d’entretien ;
      • - de même en période de déstabilisation, importance du travail en réseau à privilégier,
      • en particulier collaboration entre le médecin de ville et le centre spécialisé,
      • incitation des médecins et des pharmaciens à se former,
      • création d’au moins un CSST dans tous les départements qui n’en disposent
      • pas et mise en application par tous les CSST de leur mission d’accès au TSO,
      • mobilisation des services médicaux de l’assurance maladie pour faciliter la mise en place
      • de protocoles personnalisés de soins et pour repérer les situations faisant suspecter
      • un mésusage et prendre contact avec les médecins et pharmaciens concernés,
      • développement des dispositifs spécifiques en direction des populations précarisées,
      • afin de leur donner accès au TSO,
    • 20. Répartition par produits :
      • BHD : > 10 boites (pdl) / >30 (national)
    • 21.  
    • 22.  
    • 23. CONCLUSION
      • UN PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE
      • COMORBIDITÉ
      • PRISE EN CHARGE DE LA CONDUITE ADDICTIVE
      • MÉDICO-PSYCHO-SOCIALE ET RÉSEAU

    ×