DéPistage Trouble PréCoce Dvpmt
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

DéPistage Trouble PréCoce Dvpmt

on

  • 1,613 views

dépistage précoce autisme risque troubles envahissant du développement

dépistage précoce autisme risque troubles envahissant du développement

Statistics

Views

Total Views
1,613
Views on SlideShare
1,610
Embed Views
3

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

1 Embed 3

http://www.slideshare.net 3

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    DéPistage Trouble PréCoce Dvpmt DéPistage Trouble PréCoce Dvpmt Presentation Transcript

    • Intér êt d’un dépistage précoce des troubles envahissants du développement Docteur Eric Camus 10/03/05
    • Evaluation des interactions précoces dans la consultation
      • Qui doivent alerter :
      • Des troubles des relations affectives
      • - Retard ou anomalie de la communication non verbale et des troubles de l’attention conjointe
    • Suite des signes d’alerte
      • Manque d’exploration visuelle active
      • Tendance à fixer certains objets (lumière)
      • Tendance à être sous réactif (ou sur)
    • Méthode de recueil de données :
      • Interrogatoire des parents
      • Ne pas annuler les inquiétudes des parents, revoir l’enfant, rassurer.
      • Observation directe du bébé
    • Examen de l’interaction Mère-bébé
      • Ce que l’on voit
      • Ce que l’on ressent dans la relation médicale transférentielle
      • Ce que l’on fait raconter
    • Comment le parent tient son bébé ?
      • Le dialogue tonique :
      • comment l’enfant est tenu
      • maintenu
      • soutenu
      • La qualité des ajustements posturaux
    • Observation de l’interaction affective
      • S’intéresser au climat émotionnel en référence à votre contre-transfert
      • S’identifie-t-on en ressentant la maman comme « suffisamment bonne », négligente …?
      • La maman, ou le papa sont-ils en rivalité avec le bébé ?
      • Les parents sont-ils évincés par les grands-parents ou la nourrice ?
    • Percevoir les nuances des interactions affectives pour les différents partenaires
      • Plaisir, déplaisir, joie, tristesse, excitation, pleurs, colère …
    • Approche clinique des interactions fantasmatiques
      • Ce que je fais raconter :
      • L’histoire personnelle
      • L’histoire familiale
      • - Introduit dans l’interaction des interprétations de comportement
      • du bébé
    • Au total (1) :
      • L’étude des sympt ô mes et des conduites du bébé et
      • L’approfondissement de l’étude des relations parent-bébé
    • Au total (2) :
      • Se conduit :
      • En comparant l’enfant dans le discours des parents, sa place dans la famille, et dans l’histoire familiale et
      • Le bébé de l’observation
    • Perturbation de l’interaction
      • 1) excès de stimulation, problématique de l’intrusion.
      • 2) Hypostimulation, problématique de la carence affective, la dépression …
      • 3) Les interactions paradoxales.
      • Donc repérer les aspects quantitatifs et qualitatifs des interactions
    • Grands regroupements nosographiques (1)
      • Soit des difficultés banales dans le cadre des variations de la normale
      • Soit des troubles réactionnels que l’on peut relier à une situation précise
      • Soit des troubles dans l’organisation de la personnalité
    • Grands regroupements nosographiques (2)
      • Les dépressions
      • Les inorganisations sévères
      • Les troubles psychotiques
      • Les états déficitaires
      • Autres : adoption, Five, immigration, famille monoparentale, prématurité, handicap …
    • Dépression du bébé
      • La dépression anaclitique : apathie massive avec refus de contact ou indifférence à l’entourage.
      • Le syndrome dépressif : atonie thymique, inertie motrice, repli interactif, parfois instabilité psychomotrice voire excitation maniaque (carence affective majeure)
    • Les inorganisations sévères du nourrisson
      • Syndrome du comportement vide :
      • grande instabilité psychomotrice,
      • insomnie sévère,
      • retard de croissance,
      • infections à répétition, pelade,
      • pauvreté des affects,
      • Relation d’objet indifférencié
      • Réversibilité possible
    • Les signes précoces d’alerte (1)
      • Une sagesse particulière
      • Des troubles toniques posturaux et psychomoteurs
      • Absence d’attitude anticipatrice à l’approche de la mère
      • Défaut d’ajustement postural
      • Hypotonie
    • Les signes précoces d’alerte (2)
      • Stéréotypies motrices (suçotement)
      • Anomalies du regard :
      • - absence de poursuite oculaire
      • - évitement du regard d’autrui
      • - regard périphérique, par coup d’œil, strabisme
    • Les signes précoces d’alerte (3)
      • Absence ou retard du sourire au visage humain
      • Parfois anomalie de l’audition …
      • Des phobies massives (surtout vers 2 ans, phobies des bruits)
    • Les signes précoces d’alerte (4)
      • Des troubles somatiques fonctionnels :
      • * oro-alimentaire et sphintérien (constipation précoce)
      • * du sommeil -soit insomnie agitée avec réveils en hurlant et manifestations auto-agressives
      • -soit insomnie calme
    • Intér êt de l’observation selon Brazelton
      • Trois groupes d’observation semblent importants :
      • 1 Le groupe dit « moteur »
      • 2 Celui de la capacité à réguler les états de conscience.
      • 3 Et celui regroupant les capacités d’orientation du regard en état d’alerte
    • Le groupe « Moteur »
      • Il mesure les performances motrices
      • La qualité des mouvements (maturité et coordination).
      • Le tonus postural
    • Les états de consciences et leur régulation.
      • Une régulation faible montre une capacité d’autocontrôle insuffisante
      • Irritabilité
      • Labilité dans les changements d’états
      • Consolabilité faible
      • Incapacité à s’ajuster aux stimuli de l’environnement
    • Au groupe orientation est associé :
      • La capacité à maintenir un état d’alerte
      • Une attention à l’environnement
      • Une capacité à répondre aux items
      • - visuels et auditifs,
      • - animés et inanimés
      • Réponses affectées par les systèmes moteur, SNA.
    • Des bébés qui auraient :
      • Des performances motrices pauvres
      • Une régulation des états faible
      • Et de pauvres interactions
      • Seraient à risque de troubles du développement apparaissant dans leur enfance
    • L’irritabilité (1)
      • En état d’éveil, mesure le nombre de fois que le bébé crie ou pleure plus de trois secondes quand :
      • Découvert
      • Placé sur le ventre
      • Stimulation du pied
      • Déshabillé
    • L’irritabilité (2)
      • Tonus passif des bras ou des jambes
      • Tiré-assis
      • Mouvements défensifs
      • TNR
      • Moro
    • Irritabilité Générale
      • Reflète :
      • Le type de réponse de l’enfant à une stimulation modérée pendant l’examen.
      • Si une stimulation non aversive produit un changement d’état 5 ou 6 pendant 3 secondes,
      • L’enfant est alors irritable (17% à 50% )
    • Le bébé
      • possède :
      • - des compétences et
      • - une organisation complexe.
      • - des capacités à interagir
      • - des aptitudes à traiter de façon sélective les stimuli de l’environnement.
    • Le bébé
      • est :
      • un être social
      • prédisposé à l’interaction avec la mère, le père, les substituts maternels, les soignants...
    • Un travail d’intégration psychosomatique selon une hiérarchie :
      • dans l’ordre :
      • 1) La régulation du S.N.A.
      • 2) L’organisation motrice
      • 3) La régulation des états d’éveil
      • 4) La capacité d’orientation-interaction.
    • Un travail d’intégration psychosomatique (2)
      • La stabilité du S.N.A. se manifeste par la présence ou l’absence de trémulations et de sursauts ou par la labilité de la couleur de la peau.
      • L’organisation motrice se révèle dans la qualité du tonus du bébé, sa maturité motrice et son niveau d’activité (main-bouche).
    • Le niveau organisation des états d’éveil s’exprime par :
      • - la labilité des états d’éveil
      • - le niveau d’irritabilité,
      • - le pic d’excitation,
      • - la capacité de se protéger contre les stimuli dérangeants pendant le sommeil,
      • - la montée de l’agitation,
      • - la consolabilité,
      • - la capacité à se calmer tout seul.
    • La qualité des capacités d’orientation-interaction du bébé s’observe :
      • - à travers le degré de vigilance auquel il parvient.
      • - dans sa réponse aux stimuli visuels et auditifs animés et inanimés.
    • Conclusion :
      • Ne pas dénier les interrogations des parents
      • Revoir les enfants
      • S’étonner de ce qu’on trouve
      • Demander un avis si besoin
    • A bient ôt à Hennebont