Your SlideShare is downloading. ×
0
1                                          0) Page de couverture                                       Dossier de recherch...
2                                                1) Présentation générale du travail     1) Objectifs :         Comprendre...
3                                                   2) Principaux résultats du travail    1 – Présentation de l’organisme ...
4         Gestion responsable des ressources naturelles : assurer la durabilité environnementale, préserver le milieu rura...
5    5 – Acteurs, missions, supports, ressources, projets… en communication pour le développement    Acteurs : A l’origine...
6j’aimerais mettre en place des programmes d’échanges de savoir-faire traditionnels, visant à partager les techniques ance...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Fiche de lecture d'un site web dédié à la communication au service du développement durable

428

Published on

Dossier de recherche datant de 2008 établit dans le cadre de la Licence LMFA Spécialité Communication Interculturelle et Langues du Monde à l'INALCO. Cours ICL 2A01c de Peter Stockinger. Fiche de lecture d'un site web dédié à la communication au service du développement durable : Le programme international pour le développement de la communication de l'UNESCO.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
428
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Fiche de lecture d'un site web dédié à la communication au service du développement durable"

  1. 1. 1 0) Page de couverture Dossier de recherche « Fiche de lecture d’un site Web dédié à la Communication au service du Développement : Le Programme International pour le Développement de la Communication De l’UNESCO » Auteurs : COUTEILLER Elsa KELLER LoraineCours ICL 2A 01c « Notions de base en sciences de l’information et de la communication adaptées au contexte interculturel » INALCO – C.I.L.M. 2007 - 2008
  2. 2. 2 1) Présentation générale du travail 1) Objectifs : Comprendre la définition et les fonctions essentielles de la Communication au service du Développement (durable), àtravers l’étude d’un site Internet institutionnel dédié au développement de la Communication dans les pays défavorisés. Comment un acteur international met en place un projet sur le long terme à l’échelle mondiale afin de soutenir desinitiatives de niveau local à national ayant pour but de favoriser la diffusion et l’accès à une information de qualité, libre etdémocratique. 2) Contenu : 1 – Présentation de l’organisme propriétaire du site 2 – Définition, description de la communication au service du développement 3 – Exemples et « best practices » en communication et développement 4 – Discussion plus avant d’un exemple particulièrement intéressant 5 – Acteurs, missions, supports, ressources, projets… en communication pour le développement 6 – Adresses, contacts utiles 7 – Regard critique sur le site 8 – Notre place dans ce domaine 3) Remarques personnelles : Ce site est le meilleur moyen d’avoir un aperçu global des pratiques utilisées en communication au service dudéveloppement, appliquée au secteur des médias dans les pays en voie de développement. Les projets sponsorisés vont dela création de médias de proximité (radio locale…) permettant l’expression de minorités, à la mise en place de formationsprofessionnelles et d’agences de presse au niveau national.
  3. 3. 3 2) Principaux résultats du travail 1 – Présentation de l’organisme propriétaire du site Le PIDC est un des programmes intergouvernementaux de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et laCulture, et le seul forum multilatéral du programme des Nations Unies. Son objectif est « de mobiliser la communauté internationale pour débattre etassurer le progrès des médias dans les pays en développement », et cela aussi bien par le financement de projets dans ce domaine, qu’enfavorisant par tous les moyens possibles « l’essor de médias libres et pluralistes dans les pays en développement », qui soient accessibles au plusgrand nombre dans les populations locales. Cela implique donc, outre la création de supports de l’information, une mission d’éducation, d’une part,des journalistes qui seront chargés de la produire, d’autre part, des populations destinataires. Cela touche aussi bien la création de médiascommunautaires (radios…), que la modernisation des agences de presses régionales ou nationales. La politique du PIDC est définie par un Conseil intergouvernemental, composé de 39 Etats membres élus par la Conférence Générale del’UNESCO, « en tenant compte de la nécessité dune répartition géographique équitable et de lindispensable rotation ». Il se réunit tous les deuxans. Le Conseil élit un Bureau de 8 spécialistes dans les domaines du PIDC, qui représente son organe exécutif et assume la pleine responsabilitéde la sélection et du financement des projets. Ainsi, en 27 ans d’exercice, le PIDC a-t-il financé plus de 1100 projets dans 139 pays, équivalant àquelques 93 millions de dollars, tout en garantissant l’autonomie et l’indépendance des organismes d’information bénéficiaires. 2 – Définition, description de la communication au service du développement La communication au service du développement est très proche, dans ses missions comme dans ses pratiques, de la communication sociale.La différence majeure est dans le public visé : la communication pour le développement s’adresse avant tout aux pays, aux populations défavorisésdu Tiers monde – Amérique latine, Afrique, Asie Centrale et Du Sud/Sud-Est essentiellement. Selon la définition de la Banque Mondiale, sa raisond’être réside dans son objectif principal : la modification des comportements. Cela passe nécessairement par la compréhension desmécanismes des comportements que l’on cherche à éradiquer, ainsi que des barrières empêchant le changement, qui peuvent être plus fortes quela perception des bénéfices attendus par celui-ci. La solution est d’arriver à un consensus, qui sera à la base d’un « dialogue bien informé ». 3 – Exemples et « best practices » en communication et développement Les domaines d’action et objectifs prioritaires poursuivis par la communication au service du développement ont été définis par deux textesinternationaux : les 8 « Millenium Development Goals » pour 2015, adoptés à l’ONU en 2000 lors du Millenium Summit par 189 pays, et desrecommandations de la déclaration « Agenda 21 » énoncées au Sommet de la Terre à Rio en 1992. En substance, les principaux domaines définissont : La politique sociale : lutte contre la pauvreté et la faim, santé et hygiène (mortalité infantile, HIV, malaria, etc.), alimentation…
  4. 4. 4 Gestion responsable des ressources naturelles : assurer la durabilité environnementale, préserver le milieu rural et agricole… Renforcement de certains acteurs sociaux et de leurs patrimoines : promouvoir l’égalité des sexes, protection de l’enfance et des minorités, défendre les intérêts de groupes professionnels ; ONG, collectivités territoriales… Les moyens de mise en œuvre de ces actions : atteindre l’éducation primaire universelle (alphabétisation), gestion et transfert des connaissances, éducation civique ; science, éducation et communication au service du développement ; développer un Partenariat Global pour le Développement ; système financier (« micro-crédit », secteur privé) ; tourisme responsable, etc. Sous bien des aspects, le domaine fondamental de ce type de communication, sans lequel aucune action efficace n’est envisageable, est ledéveloppement des compétences nécessaires à les mettre en œuvre. Cela est manifeste lorsqu’on analyse le site Internet qui nous intéresse :une bonne partie des projets subventionnés à pour but de former les populations visées par le programme, aussi bien à recueillir, traiter et diffuserl’information, qu’à la recevoir (alphabétisation, modification des habitudes face à l’information…). En particulier, le PIDC œuvre pour ledéveloppement des ressources humaines nécessaires aux médias : fondation d’un Institut de Communication au Cambodge (1994) ; formation dejeunes Mongols à la radiodiffusion à l’Institut national de Presse d’Ulaanbaatar ; organisation d’un séminaire de formation international pour lesavocats des médias et les journalistes, sur les thèmes de la diffamation, du respect des valeurs culturelles et la liberté d’expression ; le 5ème Sommetmondial des médias pour les enfants a eu lieu en mars 2007 à Johannesburg ; participation à la création d’un organe de régulation au Rwanda, etc. 4 – Discussion plus avant d’un exemple particulièrement intéressant Un autre des objectifs privilégiés de la communication au service du développement – qui nous touche tout particulièrement – est la réductiondes inégalités entre les sexes, et au-delà, de permettre aux femmes d’accéder au pouvoir au sein de la société. Plusieurs des initiatives mises enavant par le PIDC visent à promouvoir leur liberté d’expression, afin de les faire accéder à une plus grande visibilité sociale, indispensable pour leurrendre une dignité souvent malmenée aujourd’hui. Les projets allant dans ce sens sont rassemblées dans la rubrique « Genres et TIC », qui insistesur le fait que l’accès aux Technologies de l’Information et de la Communication fait partie des exclusions qui pèsent sur les femmes. Or, laparticipation des femmes dans la prise de décisions liées à l’ensemble des aspects de la vie sociale est nécessaire pour combattre la pauvreté, etsurtout créer une société pleinement démocratique. Pour cela, l’une des priorités est la prise de conscience des barrières liées au genre dansl’accès aux TIC. Ainsi, l’UNESCO a lancé en 2005 l’initiative mondiale « les femmes font l’info » lors de la Journée internationale de la Femme (8mars). En Afrique du Sud et au Mozambique, des communautés d’apprentissage pour favoriser l’équité entre les sexes ont pour objectif lafamiliarisation aux TIC afin de former des réseaux d’échange, et de promouvoir une participation active aux nouvelles sociétés de l’information, etnon un consumérisme passif. Comme, bien souvent, l’un des obstacles majeurs, mais encore trop ignoré, dont souffrent ces femmes est l’isolement, certains projets visentexplicitement à les amener à collaborer et partager leurs expériences en tant que professionnelles des médias : le programme d’ateliers etd’échanges des productrices de télévision du Pacifique, par exemple.
  5. 5. 5 5 – Acteurs, missions, supports, ressources, projets… en communication pour le développement Acteurs : A l’origine de ce type de communication, on trouve d’abord des organisations internationales de l’après-guerre (PNUD, UNESCO,FAO, Banque Mondiale…), mais aussi des ONG et associations dans la mouvance altermondialiste ou écologique (Oxfam, GRET, ACIDD, IICD…)et des organismes d’Etat (CRDI…). Missions : La réduction des inégalités de toutes natures La compréhension et l’ouverture vers l’Autre, afin d’instaurer un « dialogue » L’anticipation de défis, voire de menaces pour un population donnée (quelle que soit son étendue) L’objectif étant, dans tous les cas, pas seulement d’informer ou de faire prendre conscience, mais avant tout de réussir à mettre en place unemodification de certains comportements négatifs de la cible. Les supports utilisés sont aussi variés que les projets dans ce domaine. Ils varient aussi bien sûr en fonction du niveau d’intervention visé : lesmoyens ne seront pas nécessairement les mêmes pour une initiative locale et pour une campagne de portée nationale ou même mondiale…L’éventail s’étend de la petite radio locale ou du centre multimédia communautaire, aux campagnes d’information et de publicité internationale,notamment d’information ou de collecte de fonds. 6 – Adresses, contacts utiles Bureaux du PIDC : 1 rue Miollis 75015 PARIS Autres sites d’organisations internationales :Programme des NU pour le Développement : http://www.undp.org/french/ Food and Agriculture Organisation : www.fao.org/index_fr.htm Banque Mondiale : www.banquemondiale.org/ 7 – Regard critique sur le site Ce site foisonne d’informations, mais elles sont très bien organisée, avec chaque fois des éditoriaux concis et clairs qui permettent decomprendre la démarches en peu de temps, ce qui le rend très agréable à parcourir. Les exemples développés sont variés et bien exploités, ce quiest très vivant. Le seul petit inconvénient est peut-être les articles en anglais, qui peut restreindre l’accès à l’ensemble du site pour les personnes nemaîtrisant pas cette langue. Cette page est relativement facile à trouver sur le site de l’UNESCO (Communication et Information, puis PIDC dansProgrammes). 8 – Notre place dans ce domaine Je suis particulièrement touchée par ce domaine d’application de la communication, car le développement durable est une de mespréoccupations grandissantes, notamment pour tout ce qui concerne l’écologie. Par exemple, dans le cadre de mes compétences interculturelles,
  6. 6. 6j’aimerais mettre en place des programmes d’échanges de savoir-faire traditionnels, visant à partager les techniques ancestrales de construction,d’exploitation des ressources, des énergies naturelles, etc., qui soient respectueuses de la nature. Pour ce qui est des problématiques mises enavant par ce site en particulier, elles me sont très proches également : désirant moi-même devenir journaliste, je suis déjà sensibilisée auxproblèmes liés à la diffusion et à la liberté de l’information dans le monde, et avant tout par l’accès des femmes à la liberté d’expression. (Loraine) Tout comme Loraine, je me sens particulièrement concernée par l’évolution de la place, du rôle des femmes dans le monde et tout particulièrement dans les pays où elles sont en difficulté. Depuis un reportage à propos d’un projet mené au Sénégal pour l’arrêt de la coutume de l’excision clitoridienne dans un village, je suis impressionnée par l’étendue de tout projet en lien avec le développement durable. C’est-à-dire la préparation, la mise en place, et le suivi des changements apportés aux comportements. Toutes ces phases du projet sont très importantes et intéressantes. Ce reportage m’a entre autre donnée envie de poursuivre pourquoi pas dans quelques années la voie de la communication pour le développement durable. (Elsa) 3) Références Numéro Nom du site Programme International pour le Développement de la Communication (PIDC) – dépend de l’UNESCO Adresse du site http://portal.unesco.org/ci/fr/ev.php-URL_ID=13270&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html Description/synthèse Ce site permet de découvrir une des applications de la communication au service du développement, celle du développement de la communication dans les pays du Tiers-Monde. C’est donc un des domaines d’exercice privilégiés de la communication interculturelle, puisqu’il s’agit d’adapter l’utilisation des médias à la culture des populations visées.
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×