Your SlideShare is downloading. ×
Fiche de lecture d'un site dédié à la communication sociale
Fiche de lecture d'un site dédié à la communication sociale
Fiche de lecture d'un site dédié à la communication sociale
Fiche de lecture d'un site dédié à la communication sociale
Fiche de lecture d'un site dédié à la communication sociale
Fiche de lecture d'un site dédié à la communication sociale
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Fiche de lecture d'un site dédié à la communication sociale

3,183

Published on

Fiche de lecture d'un site dédié à la communication sociale datant de 2008 établit dans le cadre de la Licence LMFA Spécialité Communication Interculturelle et Langues du Monde à l'INALCO. Cours ICL …

Fiche de lecture d'un site dédié à la communication sociale datant de 2008 établit dans le cadre de la Licence LMFA Spécialité Communication Interculturelle et Langues du Monde à l'INALCO. Cours ICL 2A01c de Peter Stockinger.
Site web : OASIS, portail de la presse sociale en ligne.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
3,183
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
25
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 1 Dossier de recherche Fiche de lecture d’un site Web dédié à la Communication Sociale : OASIS, portail de la presse sociale en ligne Auteurs : COUTEILLER Elsa KELLER LoraineCours ICL 2A 01c « Notions de base en sciences de l’information et de la communication adaptées au contexte interculturel » INALCO – C.I.L.M. 2007 - 2008
  • 2. 2 1) Présentation générale du travail 1) Objectifs :A partir de la présentation d’un site web dédié à la communication sociale, comprendre en quoi elle consiste, quels sont ses missions, sesacteurs, ses moyens d’expression… 2) Contenu :1/ définition de la communication sociale2/ exemples et "best practices" en communication sociale3/ discussion plus avant dun exemple particulièrement intéressant4/ les acteurs de la communication sociale, les missions, les supports, ...5/ des adresses/contacts utiles6/ présentation du propriétaire du site 3) Remarques personnelles7/ regard critique sur le site8/ notre place dans ce domaine
  • 3. 3 2) Principaux résultats du travail1/ définition de la communication socialeL’aspect fondamental de la communication sociale est qu’elle met en jeu une interaction entre les différentes composantes de la société (Etat, citoyens, associations,syndicats…). Elle a pour objectif principal, d’une manière ou d’une autre, de modifier le comportement ou les mentalités, ou représentations, des publics auxquels elless’adresse, ou au moins de leur faire prendre conscience d’une certaine situation (à risque, injuste, etc.). Elle a donc une portée d’intérêt général. C’est un domained’application de la communication très spécialisé et qui nécessite particulièrement l’intervention de professionnels de la communication. Il s’agit essentiellement de lacommunication éducative, de la communication au service du développement durable ou de la communication dite publique et politique.2/ exemples et "best practices" en communication socialeLes principaux secteurs d’intervention de la communication sociale ont pour but : Informer sur des problèmes sociaux, en provoquant une prise de conscience : la réduction des inégalités, la sensibilisation citoyenne, la liberté d’expression et la participation à la vie commune,la sensibilisation militante… Transmettre des valeurs, pour créer de la solidarité : le renforcement des liens sociaux de proximité, la lutte contre le racisme sous toutes se formes, la sensibilisation religieuse, etc. Modifier des idées ou des comportements à risque : la sécurité, la gestion des situations de crise, l’information sur les problèmes de santé publique (lutte contre le tabagisme, prévention contre le SIDA…), etc. Eduquer des populations : alphabétisation, éducation civique ou sociolinguistique, etc. Cet aspect est particulièrement présent dans l’actualité actuellement, car il est indissociable des problèmes liés à l’immigration.Ce type de communication, parce qu’elle implique de toucher concrètement le public et d’obtenir une réaction qui pourra aboutir à une remise en question profonde, estparticulièrement ouverte à des modes de communication plus directe et participative. Cela passe par l’organisation d’évènements de proximité (défilés, réunions, spectaclesde rue, manifestations artistiques mettant en scène le message à faire passer, etc.). Pour toucher un public bien ciblé (jeune, catégorie sociale…), il peut-être utile égalementd’utiliser ce que H. Collet nomme les « petits médias » : radios locales ou amateurs, tracts, affiches, etc. A plus large échelle, ces sujets sont particulièrement propices aulobbying social : ils ne peuvent avancer efficacement dans les consciences sans une interaction réelle avec les différents pouvoirs, publics ou économiques.3/ discussion plus avant dun exemple particulièrement intéressantAfin de mieux comprendre l’étendue des moyens d’action utilisés par la communication sociale, prenons un exemple issu du site Internet qui nous intéresse. Le thèmeactuellement en une sur la page d’accueil du site est la pauvreté. A partir de l’engagement pris par l’actuel président de la République de réduire celle-ci d’un tiers en cinqans, le site nous permet d’observer les réactions et la mise en place d’un travail commun par les le acteurs concernés. Devant le refus des associations luttant contrel’exclusion de signer le projet gouvernemental, un « Grenelle de l’insertion » est organisé les 23 et 24 novembre prochains à Grenoble, qui se prolongera jusqu’au printempsprochain. Après le récent succès médiatique (il est difficile de juger du reste pour l’instant) du Grenelle de l’Environnement, il est intelligent de reprendre cette même formule
  • 4. 4afin de mieux faire connaître ces problèmes d’intérêt général auprès de l’opinion publique, tout en élaborant une réflexion sur des solutions concrètes, grâce à lacollaboration des acteurs sur le terrain et des pouvoirs publics, ainsi que des entreprises. C’est un exemple typique de communication interactive, et on voit bien lesavantages qu’elle représente pour ce type de démarches, qui met en jeu l’avenir et la conception de la société de toute une nation. Pour relayer ce travail de réflexion, uncertain nombres d’autres actions de communication sont organisées : une émission sur l’antenne francilienne Radio-Libertaire (89.4) ; fin novembre, une conférence deconsensus sur les sans abri, organisée par la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars) ; parallèlement, pour la seconde annéeconsécutive, l’association Don Quichotte organise à Toulouse son opération pour dénoncer la crise du logement et le problème des sans-abris, qui devrait à nouveau faireparler d’elle et marquer les esprits. C’est donc une conjonction d’actions, s’étendant du niveau local au niveau national, qui sont mis en place cet automne pour à la fois faireconnaître, dénoncer et tenter de résoudre les problèmes liés à la pauvreté grandissante en France.4/ les acteurs de la communication sociale, les missions, les supports, ...La communication sociale implique, d’une manière ou d’une autre, toutes les parties de la société : Du secteur public : Etat, mairies, partis ou personnalités politiques, collectivités territoriales, formations universitaires, etc. Du secteur privé : ONG, associations, syndicats ; églises et communautés confessionnelles ; mouvements alternatifs, altermondialistes, etc. La communication sociale tire son origine précisément de ces milieux de la « contre-culture » qui ont marqué les années ’60-’70, ainsi que de l’Eglise catholique, lors du concile Vatican II en 1958. Mais sa prospérité tient sans doute à l’implication citoyenne qui émergea dans les années ’80. Des professionnels de la communication (associations et sociétés). L’ensemble de la population comme destinataire, idéal ou réel, du processus de communication.Ce site Web est un des meilleurs exemples de l’utilisation particulièrement judicieuse que peut faire la communication sociale des nouveaux médias et des circuits dits« alternatifs », que ce soient par les technologies audiovisuelles (sous forme d’associations ou de groupements indépendants) ou, comme ici, les technologies numériques. Ilcombine en réalité deux moyens d’expression alternatifs : la presse sociale, dont il est le portail, et l’Internet, considéré par les fondateurs du site comme « un lieu de libertés,dindépendances et de solidarités fortes ».5/ adresses/contacts utiles La conférence permanente des organisations professionnelles du social : http://www.cemea.asso.fr/ Ecole de Travail Educatif et Social : http://www.etes.fr/ Rassemblement d’Actions Citoyennes pour une Identité de Naissance Etablie : http://www.asso-racine.com/ Conseil et Formation sur les Relations Interculturelles et les Migrations : http://www.cofrimi.com/ Agence pour le Développement des Relations Interculturelles : http://www.adri.fr/
  • 5. 56/ présentation du propriétaire du siteOASIS, qui signifie Organisation d’Acteurs Sociaux Indépendants et Solidaires (le portail du social), est une sorte de magazine sur Internet qui propose un regard sur l’essentiel de la presse du Travail Social. L’accueil sur le site est fait par la réalisation partenariale d’une page conviviale rassemblant plusieurs organes de presse . Ainsi, cesite permet de trouver des informations sur la majorité des acteurs et des points de vue émanant de l’ensemble des acteurs sociaux, de l’Etat aux plus petites desassociations au niveau local.C’ est une association loi 1901 dont les statuts ont été déposés à la sous-préfecture de Saint Nazaire (Loire Atlantique - France) le 29 mai 2000, qui a pour but « ledéveloppement dactivités de communication concernant le travail social et en particulier lanimation et la gestion dun site Internet ». Cette initiative a pour ambition derassembler les professionnels du Travail Social en leur offrant de se retrouver et déchanger au sein un site web accessible à tous, leur permettant ainsi d’accéder à unevisibilité difficilement atteignable individuellement, et à une mise en commun des capacités et des initiatives. C’ est un site associatif à but non lucratif basé sur la motivationet l’engagement de ses partenaires. Un forum est en place pour accueillir tout commentaire, question, débat ; c’ est donc un réel exemple de communication socialeinteractive.7/ regard critique sur le siteCe site me paraît particulièrement précieux pour la mine d’information qu’il représente. Quel que soit le sujet social qui nous intéresse, on pourra y trouver non seulement deséclaircissements introuvables dans la presse « grand public », ainsi que des points de vue contrastés émanant d’acteurs publics autant que de la contre-culture, mais aussiune multitude d’informations pratiques permettant de s’informer, par des séminaires, des réunions, etc., ou d’agir en trouvant les actions mises en place et les associationsauxquelles adhérer. Le seul aspect qui nous a paru un peu rebutant est la conséquence de ce aspect : on est vite noyé par la profusion d’articles, d’autant que tous les sujetsméritent réflexion… Il est aussi facile à trouver (1ère réponse sous Google) qu’il est facile d’y naviguer. Il est mis à jour très régulièrement, ce qui permet de coller au plus prèsà l’actualité. Enfin, les textes émanent de professionnels du travail social et de la communication, puisqu’il s’agit d’articles de presse pour la plupart.8/ notre place dans ce domaineDans le contexte de la communication interculturelle, et mettant à profit des compétences sociolinguistiques, c’est essentiellement la dimension éducative de lacommunication sociale qui est intéressante. Elle permet de mettre en place des campagnes visant, d’une part, à aider les populations immigrantes à l’intégration, àl’acculturation, par l’apprentissage de la langue, de la culture, des usages et de la mentalité du pays d’accueil, d’autre part, à sensibiliser l’opinion publique de ce dernier auxcultures particulières des populations arrivantes, aux difficultés d’intégrations qu’elles peuvent rencontrer, dues aux trop grands écarts culturels, et ainsi réduire lesincompréhensions, facteurs de tensions sociales. Etudiant toutes deux le japonais, nous sommes particulièrement sensibles à ce type de démarche, précieuse pour luttercontre les stéréotypes répandus dans l’opinion populaire, et ainsi amener à un rapprochement entre les peuples. Etant amoureuses de ces deux cultures, nous souhaitonsfavoriser le dialogue interculturel pour amener chacun à cultiver les bons aspects des modes de vie et de pensée de l’autre.
  • 6. 6 3) RéférencesNuméro ?Nom du site 0ASIS, le portail du Travail socialAdresse du site http://www.travail-social.com/Description/synthèse Ce site fédère l’ensemble des acteurs du travail social et assure la communication du secteur en regroupant les différents organes de presse sociale. Il nous montre l’étendue des moyens d’expression utilisés par la communication sociale pour toucher efficacement toutes les couches de la population. Une large part des sujets qui y sont abordés touchent à l’interculturalité, à travers les problèmes liés à l’immigration.

×