Your SlideShare is downloading. ×
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Essai personnel sur un phénomène de médias sociaux : LinkedIn

274

Published on

Tel que la nomenclature de la page de présentation le mentionne, ce document se veut un essai personnel sur un phénomène de médias sociaux dans le cadre du cours REP2400 Internet et relations …

Tel que la nomenclature de la page de présentation le mentionne, ce document se veut un essai personnel sur un phénomène de médias sociaux dans le cadre du cours REP2400 Internet et relations publiques. Pour votre gouverne, l'orientation de cet essai est basée sur le réseau social professionnel en ligne, LinkedIn.

Published in: Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
274
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. UNIVERSITÉ DE MONTRÉALESSAI PERSONNEL SUR UN PHÉNOMÈNE DE MÉDIAS SOCIAUX PAR ELODIE FOURNIER BEAULIEU FOUE28519009 CERTIFICAT DE RELATIONS PUBLIQUES FACULTÉ DE L’ÉDUCATION PERMANENTE TRAVAIL PRÉSENTÉ À MONSIEUR PATRICE LEROUX DANS LE CADRE DU COURS REP2400 INTERNET ET RELATIONS PUBLIQUES OCTOBRE 2012
  • 2. TABLE DES MATIÈRESLa mise en bouche 3« LinkedIn, LinkedIn, LinkedIn » 4LinkedIn et son survol 5Le met principalLes perspectives socioculturelles 6Les perspectives économiques 8Qui est Elodie Fournier B. sur LinkedIn? 9Le dessert 13La bibliographie 15 2
  • 3. LA MISE EN BOUCHELe bogue de l’an 2000. Vous souvenez-vous?Ne vous semble-t-il pas que cet « épisode historique » soit arrivé il y a seulementquelques jours? Pour ma part, si. D’ailleurs, en y réfléchissant bien, mon subconscient meforce à croire que depuis que cette mise en garde nous fut communiquée, des fondateursen plus de créateurs lointains et inconnus se sont hâtés de mettre au point le phénomènedes médias sociaux. Vous savez, cette annonce nous alarmant que tout appareilélectronique allait être hors d’utilisation s’il n’était pas préalablement éteint avant le 31décembre 1999, minuit.De la fiction me direz-vous?Le phénomène des médias sociaux est reconnu mondialement et fait maintenant partieintégrante de la vie de tous. Le fait que de jeunes enfants soient aptes à nommer le nomd’un média social tel que Facebook, mais qu’il reste muet lorsque vient le moment denommer celui du président des États-Unis peut, à ces heures, devenir alarmant. Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest, FourSquare, MySpace, Skype, Flickr, SlideShare, YouTube (…)Jusqu’à maintenant, ma propre personne ne jure que par LinkedIn. Et vous? 3
  • 4. « LINKEDIN, LINKEDIN, LINKEDIN »2003La réunion de ces quatre chiffres distincts représente l’année où cinq hommes décidèrentde révolutionner un des outils les plus précieux de tous travailleurs, soit son réseau socialprofessionnel. Évidemment, qui dit révolution dit changement et distinction. C’est doncici où LinkedIn commença à prendre tout son sens.Dans leurs subconscients, Reid Hoffman, Allen Blue, Jean-Luc Vaillant ainsi que deuxautres entrepreneurs avaient une intention bien particulière : mettre de l’avant un serviceen ligne permettant la construction et l’assemblage de son propre réseau socialprofessionnel. Entre vous et moi, ces hommes ont vu juste.À la base, ce petit bijou des médias sociaux fut conçu au mois de décembre 2012 dansl’optique d’être présenté à la « Webosphère » un an et demi plus tard. Dans sonensemble, LinkedIn repose sur l’entremise de la connexion et du réseautage entreprofessionnels de milieux connexes. Facilitant le dialogue entre divers professionnels, cemédia social est connu à la fois comme étant un réseau de connaissances, un outil degestion de réputation en ligne et même de « personal branding », ce qui lui confère uncaractère unique comparativement à ces concurrents directs ou complémentaires. 4
  • 5. D’ailleurs, selon Reid Hoffman : « MySpace, c’est le bar, Facebook, c’est le barbecue aufond du jardin, et LinkedIn, c’est le bureau1. » LINKEDIN ET SON SURVOL Plus de 150 millions de membres issus de 170 secteurs d’activités dans plus de 200 pays et territoires.Année de création | 2003Fondateurs | Reid Hoffman Allen Blue Jean-Luc Vaillant et deux autres entrepreneursSiège social | Situé à Mountain View, dans le comté de Santa Clara, en Californie. À titre informatif, Mountain View fait partie intégrante du cœur de Silicon Valley, endroit mythique accueillant en autre les sièges sociaux de Google, Xbox et de Microsoft pour ne nommer que ceux-ci.Sources de revenus | La publicité (30%), les abonnements (21%) et les services de recrutement (49%)Capitalisation | 9 milliards de dollars soit environ 40% de son chiffre d’affaires21 http://fr.wikipedia.org/wiki/LinkedIn2 L’ensemble des données communiquées sur cette page provient directement de ce site :http://fr.wikipedia.org/wiki/LinkedIn 5
  • 6. LE MET PRINCIPAL LES PERSPECTIVES SOCIOCULTURELLESIl n’y a pas si longtemps, les relations du monde des affaires étaient caractérisées par lefait d’entrenir un lien axé sur l’aspect humain. Pour y parvenir, les individus prônaientdes événements formels tels que l’organisation de dîners, de soupers ou de cocktailsdînatoires favorisant l’échange direct entre les professionnels du milieu. On y glissaitsubtilement notre carte professionnelle dans la main de notre interlocuteur dans l’espoirde recevoir également celle de notre comparse en retour, tout en ventant les mérites denotre compagnie ou de notre club d’affaires. Bref, la société était davantage orientée versles relations et les échanges formels.Ne le cachons-nous guère. Depuis l’avènement des technologies, les contacts humains etd’affaires sont beaucoup moins personnalisés qu’il y a un peu plus d’une décennie.Maintenant, les relations sont entretenues par le biais des ordinateurs, et ce, via le Web.Par exemple, les lettres furent remplacées par les courriels et le réseau d’affaires quiavant, arrivait à se démarquer et à se développer par des contacts physiques, face à face,revêt maintenant un caractère beaucoup plus impersonnel, derrière l’écran de chacun desinternautes.Indirectement dans la même lignée, un article présenté par Josh O’Kane, reporter etéditeur du côté multimédia pour le Globe and Mail, présente une situation favorable auxmédias sociaux tel que LinkedIn. En effet, on y mentionne que maintenant, le 2/3 desindividus canadiens se dévouent hebdomadairement plus de 45 heures/semaine pour son 6
  • 7. employeur. Dans leur ensemble, ces données représentent plus de 50 % des statistiquesdévoilées au grand jour il y a de çà dix ans3.Sans aucun doute, nous faisons tous maintenant partie intégrante d’une société axée sur ledévouement professionnel, la performance et le surrendement. Aujourd’hui, lestravailleurs répartissent la majeure partie de leur temps en fonction du travail, et ce, quece soit sur le chemin du travail le matin, à la salle de bains (oui, oui!), sur l’heure dudîner, lors de réunions, à la maison lors de la préparation du souper et bien sûr, au lit,avant de s’endormir. Les moments sont maintenant devenus infinis et diversifiés.Le fait que les travailleurs soient devenus aussi « workaholic » concède à LinkedIn, uneoption de choix quant au contexte socioprofessionnel. En plus de devoir se consacrercorps et âme à sa carrière, l’employé est également confronté à un environnement detravail hyper compétitif et agressif. Favorisant le pont entre les employeurs et lesemployés, LinkedIn vient en autre offrir l’opportunité à quiconque souhaitant cedémarquer sur un réseau social, de le faire.La raison d’être de ce réseau social professionnel en ligne prend ici tout son sens. Si lesprofessionnels s’investissent davantage à leur travail, il est évident qu’ils doivent établirdes priorités. Bien souvent, ce seront les dîners, les soupers et les cocktails dînatoires quiseront mis de côté. LinkedIn vient donc faciliter les échanges entre les individus dumonde professionnel, et ce, à distance. Il vous tend la main, juste au bout d’un clic.3 http://www.theglobeandmail.com/report-on-business/careers/canadas-work-life-balance-more-off-kilter-than-ever/article4673216/ 7
  • 8. LES PERSPECTIVES ÉCONOMIQUESLinkedIn a été lancé en 2003, soit trois ans après l’éclatement de la bulle technologique,également appelée la bulle internet, dans le monde de la finance. Ainsi, le secteur destechnologies, plus spécialement le sous-secteur des sites internet, se retrouvait à l’époquedans une phase d’expansion, suite au creux succédant l’importante crise. La phrase ci-dessous représente l’évolution du secteur d’activité de LinkedIn entre la bulletechnologique de 2000 et le lancement du site en 2003. La phase d’expansion, jumelée àun fort potentiel de demande de la part des professionnels utilisant de plus en plusinternet lors de l’exercice de leurs fonctions, représente les deux principaux facteurséconomiques justifiant le potentiel de rentabilité de la firme californienne.LinkedIn semble avoir atteint un certain niveau de maturité en 2008, alors qu’elleemprunta sur le marché secondaire de gré à gré pour obtenir le capital nécessaire pouraméliorer son service et stimuler sa croissance. En 2011, alors que LinkedIn connaissaitune croissance stable, les dirigeants, conscient du potentiel financier de leur invention,prirent la décision de passer d’une juridiction privée à public. Le titre, côté LNKD au 8
  • 9. New York Stock Exchange, a reçu un accueil favorable de la part des investisseurs,passant de 93,09 $ le 20 mai 2011, soit la date de début de transaction sur le marchésecondaire suite à l’offre publique d’achat décrite brièvement ci-haut, à 104,55 $ en dated’aujourd’hui, soit une croissance de 12,31 %.Mentionnons que désormais que l’entreprise est publique, elle a le mandat de créer de larichesse pour ses actionnaires, c’est-à-dire d’être rentable. À ce niveau, le bénéfice net deLinkedIn pour le dernier exercice financier a été de 15,3 millions4. Les prévisions desanalystes financiers sont positives, alors qu’ils s’attendent majoritairement pour estimerque le titre peut atteindre un prix cible de 133,55 $5. Autrement dit, une croissance desbénéfices nets de l’entreprise est anticipée dans une perspective de moyen à long terme. QUI EST ELODIE FOURNIER B. SUR LINKEDINElodie Fournier B. est une jeune femme qui, au quotidien, combine ses étudesuniversitaires à son travail. Avec cet horaire effréné, LinkedIn est pour elle synonyme depraticité, de facilité et de curiosité. La beauté de cet outil réside dans le fait que tout soitbout d’un seul clic. Vous vous douterez donc que l’économie de temps qui en découle esttrès alléchante pour les utilisateurs de ce média social.4 SEDAR, http://www.sedar.com.5 The Wall Street Journal Market Watch,http://www.marketwatch.com/investing/stock/LNKD/analystestimates 9
  • 10. Sur son profil LinkedIn, Elodie se décrit ainsi : employée à titre de chargée de comptesau sein de l’agence Publicis Montréal et étudiante à l’Université de Montréal en vue del’obtention d’un baccalauréat par cumulatif de certificats.Régulièrement, elle tente d’entretenir et d’alimenter son réseau de contacts professionnelsprovenant du milieu des communications, des affaires et à la fois universitaire. D’ailleurs,à ce jour, Elodie compte près de 200 connexions à son actif. Pour cette jeune femme, ilest impératif que chacune d’entre elles revête une signification particulière. Il est doncinconcevable de proposer ou encore d’accepter des invitations de connexions de réseauxentre étrangers. Cette action irait à l’opposé de ses valeurs et ajouterait un caractèreimpersonnel à un processus qui lui paraît tout le contraire.Mais comment se fait-il qu’Elodie apprécie autant ce réseau social professionnel? C’estsimple. Seul le fait de pouvoir communiquer à tous son expérience professionnelle ainsique son historique d’éducation en constitue une valeur ajoutée. De cette manière, tous et 10
  • 11. chacun sont assurés d’être renseignés pertinemment quant à son parcours professionnel etéducationnel. Par exemple, un employeur potentiel intéressé par le profil d’Elodiepourrait facilement entrer en contact avec cette dernière, et ce, afin de lui faire part d’uneoffre d’emploi. Les opportunités sont infinies! 11
  • 12. Pour Elodie, le bout du comble réside dans le fait de pouvoir recevoir et rédiger à la foisdes recommandations pour des connaissances. Ainsi, une relation professionnelle,respectueuse et empreinte de productivité aura bien de la chance de se solder par le biaisd’une recommandation et ce, peu importe que ce soit un ancien patron, un collègue àl’université, un professeur, un confrère de travail ou encore un partenaire d’affaires, etc.En résumé, Elodie est d’avis que LinkedIn est l’un des outils les plus pratiques en matièrede développement d’un réseau social professionnel en ligne. En ne faisant qu’une simplerecherche, il est à la fois facile et évident d’établir un contact de qualité avec un nouvelindividu dont nous avons eu la chance de faire la connaissance dernièrement.Imaginez. Avant, tout individu en venait à posséder une collection de cartesprofessionnelles, et ce, sans même pouvoir se souvenir du visage et de l’allure de sonprésumé contact. Grâce à LinkedIn, nous pouvons enfin nous référer à l’ensemble des 12
  • 13. profils de nos contacts, tout naturellement et à l’aide d’une seule adresse. Ainsi,l’ensemble des utilisateurs est en mesure de mettre un nom sur un visage sans avoir à sesoucier de faire un oubli qui pourrait engendrer des répercussions importantes sur lafuture relation.Bref, de par ses fonctionnalités, LinkedIn arrive à éviter bien des maux de tête à la sociétésurproductive et compulsive d’aujourd’hui! LE DESSERT« LinkedIn, LinkedIn, LinkedIn ».Au final, comment ne pas lui être fidèle?De par ses caractéristiques uniques, nous avons fait le constat que ce média social a touten sa possession afin de simplifier le quotidien des jeunes et moins jeunes travailleursaspirant à un développement sain de leur réseau social professionnel en ligne.À l’aide d’une analyse et d’un résumé concis des perspectives socioculturelles etéconomiques, il est maintenant plus évident de décortiquer l’univers LinkedIn sous tousces angles. Ainsi, on s’assure de mieux connaître le phénomène avec lequel l’on décidede partager pratiquement une vie commune.Parfois, ne ressentez-vous pas une sorte de pressentiment face au phénomène des réseauxsociaux? Souvent, nous, internautes aguerris de ce monde, avons l’impression de toutconnaître et que les moyens pour parvenir à nos fins sont sans limites. Pour ma part, je 13
  • 14. prends présentement plaisir à élaborer et à entretenir mon réseau de contactsprofessionnels sur le Web. Or, peut-être que mon plaisir prendra fin le jour où je verraima photo en tête d’affiche sur un profil qui ne soit pas le mien. Qui sait. À ce moment-là,il y a fort à parier que j’en ressentirai un léger goût amer (…) 14
  • 15. LA BIBLIOGRAPHIE- L’encyclopédie libre Wikipédia, LinkedIn (http://fr.wikipedia.org/wiki/LinkedIn), site consulté le 20 octobre 2012- O’KANE, Josh. « Canada’s work-life balance more off-kilter than ever », The Globe and Mail, Publié le 25 octobre (http://www.theglobeandmail.com/report-on business/careers/canadas-work-life-balance-more-off-kilter-than- ever/article4673216/), site consulté le 26 octobre 2012- Système de dépôt SEDAR, (http://www.sedar.com), site consulté le 26 octobre 2012- The Wall Street Journal Market Watch, (http://www.marketwatch.com/investing/stock/LNKD/analystestimates), site consulté le 26 octobre 2012 15

×