Your SlideShare is downloading. ×
  • Like
Recherche sans frontières: la Text Encoding Initiative et la coopération internationale dans les Digital Humanities
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Now you can save presentations on your phone or tablet

Available for both IPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Recherche sans frontières: la Text Encoding Initiative et la coopération internationale dans les Digital Humanities

  • 2,545 views
Published

 

Published in Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
2,545
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
31

Actions

Shares
Downloads
2
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Recherche sans frontières: la Text Encoding Initiative et lacoopération internationale dans les Digital Humanities Elena Pierazzo King’s College London Department of Digital Humanities
  • 2. PrésentationsQui suis-je, Qui êtes-vousLe séminaire- Travail d’équipe- Présentations- Collaboration- Collaboration en TEI- Le naissance du balisage pour le document- Discussion
  • 3. Un exercice de collaboration• Travail d’équipe: Vous êtes une équipe de la BML et vous devez numériser une collection de manuscrits et préparer un site web avec des fonctionnalités user- friendly pour vos utilisateurs• L’un d’entre vous sera un observateur• Après 30 minutes, l’équipe présentera son projet
  • 4. Présentations• Tout le monde a contribué?• Est-ce que quelquun a émergé come leader?• Les résultats obtenus sont de bonne qualité?• Est-ce qu’il au eu des problèmes entre les membres de l’équipe?• Qu’est-ce qu’on aura pu faire de mieux?
  • 5. Collaboration• Pourquoi est-ce si difficile?• Plus difficile dans les lettres que dans le sciences dures?• Qu’est-ce que la collaboration?
  • 6. It’s a team if you use ‘‘reply all’’• Article par Lynne Siemens, 2010• Equipes multidisciplinaires et multi- hiérarchiques dans le Digital Humanities
  • 7. Problèmes/Questions• Communication (Répondre à tous)• Organisation• Prendre ses responsabilités• Leadership• Respect
  • 8. Problèmes supplémentaires pour les Universitaires• Attribution• Développement de carrière
  • 9. Problèmes supplémentaires pour les collaborations internationales• Langage• Créneau horaires• Paiements internationaux (fluctuation du marché, difficultés avec les banques, les taxes…)
  • 10. Mais, enfin, ça vaut la peine??• Oui.• Les ressources numériques ont besoin de: – Beaucoup de connaissances diversifiées – Beaucoup d’expérience – Beaucoup de ressources – Beaucoup d’argent
  • 11. En plus…• La recherche collaborative permet de traiter des corpus plus grands• Elle va plus loin• Elle explore l’inconnu et le nouveau
  • 12. Collaboration avant l’internet• La chercheuse A fait une recherche – 20 ans plus tard elle écrit un livre avec beaucoup des citations – Le livre est publié• 30 ans plus tard, la chercheuse B lit le livre – Elle recherche la source des citations – Elle reproduit les expériences/les méthodologies – Elle n’est pas d’accord avec les résultats – Elle fait une nouvelle recherche – 20 ans plus tard elle écrit un livre – Elle cite Chercheuse A parmi les citations• Et ça c’est de la collaboration!
  • 13. Méthode Académique/Scientifique• Physique expérimentale – Citer expériences précédentes – Citer les collaborateurs – Documente l’ expériences pour la rendre reproductible• Théorie et critique littéraire – Citer les chercheurs précédents (pour montrer qu’ils sont fous) – Citer tous les chercheurs qui partagent la théorie – Documenter l’argumentation en détail – Centaines de notes
  • 14. Collaboration après l’internet
  • 15. Collaboration éclatée• La communication est encore plus essentielle• Il y a la nécessité de se mettre d’accord d’avance sur la méthode et les principes• Ce sera encore mieux si les principes sont établis par un organisme reconnu et qui fait autorité
  • 16. La Text Encoding Initiative: une entreprise collaborative• Principes de Poughkeepsie: 1987• Première version: 1990 (P1)• Première version usable: 1994 (P3)• Dernière version: 2007 (P5) – Dernière sortie: Décembre 2011 P5 v.2
  • 17. Qu’est-ce que c’est la TEI?• Un standard pour le codage des textes (dans les Humanités)• Un ensemble de 500 ca. balises• Des Guidelines (deux gros volumes) pour l’utilisation de ces balises
  • 18. Pourquoi la TEI nous intéresse?• Utilisée dans le monde entier pour le codage et l’échange des textes et de données• Elle offre un riche vocabulaire partagé pour nommer des phénomènes textuels« a new data description language thatsubstantially improves our ability todescribe textual features » (Renear 2004)
  • 19. Pourquoi la TEI nous intéresse?• Combinée avec les possibilités offertes par l’internet, elle a rendu possible la communication et l’échange international• Elle est à la base de nombreuses collaborations internationales
  • 20. Collaboration en TEI• Création et rédaction de la TEI (les Guidelines, les balises): membres du TEI Council élus tous les deux ans• Inspiration de la TEI: la communauté (TEI- L), le SIGs (Special Interest Groups), les utilisateurs
  • 21. Temps et argent• Travailler pour le Council ou contribuer à un SIG prend du temps, beaucoup de temps• Qui paye pour ce temps?• Et pour voyager?• Et pour le développement des logiciels associés?
  • 22. Partenaires• La TEI a une trentaine de partenaires institutionnels (Universités, Archives, Bibliothèques, Projets) qui paient une contribution volontaire• Les institutions contribuent à la TEI avec le travail/temps des personnes qui sont élues dans le Council (ou le Board) ou travaillent dans les SIGs
  • 23. Le travail fait pour la TEI… n’est pas crédité, au niveau institutionnel,ni au niveau individuel: toute contributiondevient la TEI
  • 24. Pourquoi on le fait, doncVos idées?
  • 25. Un cas d’étude: La TEI pour les éditions génétiques• L’idée est née en 2003 pendant la première réunion du SIG Manuscrits• Le SIG a été revitalisé en 2007 et l’idée a été renouvelé• Une équipe de travail a été formée en 2008 avec Fotis Jannidis comme président• Première réunion de l’équipe en 2009
  • 26. L’équipe de travail• Fotis Jannidis - Germany• Elena Pierazzo - UK• Malte Rehbein – Ireland/Germany• Lou Burnard – UK/France• (Paolo D’Iorio) – France / UK• Gregor Middell – Germany / USA• Moritz Wissenbach - Gemany
  • 27. Le problème• La TEI n’offrait que la possibilité de considérer les mots écrits comme un flux sémantique cohérent et les manuscrits comme codes linguistiques• Le concept de page et de ligne était secondaire• Les séquences temporelles n’étaient que marginalement supportées
  • 28. Where is the text?
  • 29. Are Modern Manuscript the same of Medieval Manuscript?• Not really…
  • 30. Méthodologie• Communauté TEI (SIG meeting, Mailing List)• Premier brouillon: pseudo-code• Atelier avec des experts internationaux (Paris)• Second brouillon: Correspondance avec la TEI• Circulation internationale: email, ateliers (Oxford, Zadar)• Troisième brouillon: présentation au TEI Council• Approbation et réélaboration par le Council: comment introduire cette révolution dans la TEI sans la casser?• Nouvelle version de la TEI (décembre 2011), nouvelle phase de corrections
  • 31. Atelier à l’ITEM (Paris)• Financé par ALLC, ACH, TEI, Moore Institute• Présents: Anne Bohnenkamp (DE), John Bryant (US), Aurèle Crasson (FR), Jean- Daniel Fekete (FR), Daniel Ferrer (FR), Hans Walter Gabler (DE), Axel Gellhaus (DE), Almuth Grésillon (FR), Claus Huitfeldt (NO), Dirk van Hulle (BE), Jean-Louis Lebrave (FR), Wolfgang Lukas (DE), Kenneth M. Price (US), Kathryn Sutherland (UK)
  • 32. Distribution Thématique• Anne Bohnenkamp (DE): Goethe• John Bryant (US): Melville• Aurèle Crasson (FR): chercheuse informaticienne - ITEM• Jean-Daniel Fekete (FR): chercheur informaticien - ITEM• Daniel Ferrer (FR): Joyce• Hans Walter Gabler (DE): Joyce• Axel Gellhaus (DE), théorie de la genèse• Almuth Grésillon (FR): Flaubert, critique génétique• Claus Huitfeldt (NO): Wittgenstein, théorie du codage• Dirk van Hulle (BE), Beckett• Jean-Louis Lebrave (FR), Heine, éditions génétiques électroniques• Wolfgang Lukas (DE), Correspondance du XXe siècle• Kenneth M. Price (US), Whitman• Kathryn Sutherland (UK): Austen
  • 33. Plus grand est le groupe, meilleur est le résultat• Pour être acceptable par la communauté la proposition doit se présenter comme le résultat d’un processus académique
  • 34. Pourquoi on le fait, donc• La TEI comme communauté savante• La TEI comme un produit académique• La TEI comme force agrégativeC’est parfait, donc?Presque…
  • 35. Problèmes ouverts• Gouvernance: la TEI a grandi en termes d’utilisateurs, mais s’est réduite en termes de contributeurs institutionnels• Représentation des, et support aux individus (formation, logiciels)• Problème d’attitude
  • 36. Mercielena.pierazzo@kcl.ac.uk
  • 37. Poi• a
  • 38. Poi• a