• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Philippe Ledent - La crise et après...
 

Philippe Ledent - La crise et après...

on

  • 620 views

 

Statistics

Views

Total Views
620
Views on SlideShare
620
Embed Views
0

Actions

Likes
1
Downloads
4
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Philippe Ledent - La crise et après... Philippe Ledent - La crise et après... Presentation Transcript

    • La crise et après… Philippe Ledent Senior Economist ING Février 2013
    • SommaireI. Que penser de la conjoncture actuellement?II. Un scénario de sortie de crise pour la zone €?III. Risques et espoirIV. Conclusions et réflexions 2
    • SommaireI. Que penser de la conjoncture actuellement?II. Un scénario de sortie de crise pour la zone €?III. Risques et espoirIV. Conclusions et réflexions 3
    • L’économie mondiale adopte un rythme moins soutenu……mais montre de nouveaux signes d’amélioration Indicateur avancé de l’OCDE104103 Chine Zone Euro102 USA101100 99 98 Brésil 97 96 95 94 07 08 09 10 11 12 4
    • La falaise fiscale est partiellement évitée • Sans accord, l’impact sur l’économie aurait été de plus de 600 milliards USD • Ceci aurait provoqué une nouvelle récession aux Etats- Unis • Un accord partiel sur le volet fiscal évite l’augmentation brutale des impôts… • …mais ne l’efface pas entièrementUn compromis devra encore être trouvé sur le voletdépenses du budget. Il faudra aussi relever le plafondde la dette. 5
    • La croissance américaine est positive …mais reste inférieure au potentiel L’emploi et le marché immobilier sont les deux variables clés de l’économie américaine 600 10% Emploi (MoM - ,000) 400 5% 200 0% 0 -5% -200 -10% -400 Prix immo (% YoY) -15% -600 -800 -20%-1000 -25% 07 08 09 10 11 12 6
    • Les USA bénéficient d’un choc sur les prix de l’énergie350 Prix du gaz naturel en euro (Janvier 2004 = 100) 350300 300250 250200 Zeebrugge 200150 150 London100 100 50 50 Henry Hub 0 0 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 7
    • L’économie chinoise se stabilise62 5060 40 PMI nouvelles commandes58 3056 Cargo yoy %54 2052 1050 048 Production électricité yoy % -104644 -20 2009 2010 2011 2012 8
    • La zone euro est en récession, une (faible) reprise est possible en 201316 3.0014 UEM: croissance du PIB (%) 2.5012 2.0010 1.50 8 1.00 6 Croissance de M1 (% - avancé d’un an) 0.50 4 2 0 Recession 0 -0.50 2010 2011 2012 2013 9
    • Belgique • Seules les exportations nettes contribuent actuellement à la croissance • La faiblesse du marché du travail et du TUC affecte la demande intérieure • L’inflation devrait rester supérieure à la moyenne des pays voisins • Les finances publiques tiennent plus ou moins la route…relativement aux autres pays européens Contribution à la croissance Le marché du travail souffre de la faiblesse de l’activité 1,0% 1,0% 30 4700 0,8% 0,8% 25 4650 0,6% 0,6% 20 0,4% 0,4% 15 4600 0,2% 0,2% 10 4550 0,0% 0,0% 5-0,2% -0,2% 4500 0-0,4% -0,4% 4450 -5-0,6% -0,6% -10 4400-0,8% -0,8%-1,0% -1,0% -15 4350 -20 12 12 11 11 12 -25 4300 20 20 20 20 20 3 3 07 08 09 10 11 12 Q4 Q1 Q2 Q Q Inventories Net exports Private Sector (QoQ, .000) Public Sector (QoQ, .000) DD (excl. Inventories) GDP growth total employment (rhs, .000) 10
    • SommaireI. Que penser de la conjoncture actuellement?II. Un scénario de sortie de crise pour la zone €?III. Risques et espoirIV. Conclusions et réflexions 11
    • Fragmentation de la zone Euro Divergence économique dans une union monétaire sans mécanisme de compensationCertains pays sont exclus Fragmentation financière des marchés financiers Crise de la dette Crise bancaire 12
    • La divergence de croissance Indices du PIB (Q1 2008 = 100) Allemagne102 Belgique100 France 98 Portugal Espagne 96 Italie 94 92 Irlande 90 Grèce 88Q1 2008 Q1 2009 Q1 2010 Q1 2011 Q1 2012 13
    • Fragmentation de la zone Euro Divergence économique dans une union monétaire sans mécanisme de compensationCertains pays sont exclus Fragmentation financière des marchés financiers Crise de la dette Crise bancaire 14
    • Certains pays sont exclus des marchés financiers Ecart de taux par rapport à l’obligation allemande1600 16001400 1400 Portugal1200 12001000 1000 800 800 Irlande 600 600 Espagne 400 400 Italie 200 Belgique 200 0 0 01/10 07/10 01/11 07/11 01/12 07/12 01/13 15
    • L’obligation allemande est anormalement demandée5.505.00 upper bound model4.504.003.50 lower bound model3.002.50 Bund allemand 10 ans2.001.501.00 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Source: DATASTREAM 16
    • Fragmentation de la zone Euro Divergence économique dans une union monétaire sans mécanisme de compensationCertains pays sont exclus Fragmentation financière des marchés financiers Crise de la dette Crise bancaire 17
    • La crise est aussi bancaireDépôts bancaires115110 Pays-Bas105 Italie100 95 Irlande 90 Espagne 85 80 75 Jun-2010 = 100% Grèce 70 Jun-10 Dec-10 Jun-11 Dec-11 Jun-12 18
    • Dépendances des banques aux liquidités de la BCE as % of banking sector assets3025201510 5 0 GR IE* ES PT CY IT BE FR** AT*** NL**** DE ECB ELA 19
    • Ce qui se traduit par des problèmes de financement Taux d’intérêt sur les prêts aux entreprises*7 (%)654321 07 08 09 10 11 12 Greece Portugal Spain Italy NL * Loans over € 1m at floating rate and up to 1 year initial rate fixation Source: ECB 20
    • Quelles solutions? • Une stratégie de défense est enfin en place • Crise de la dette: dette • Première ligne de défense: FESF/MES  condition: plan d’ajustement (réformes) • Deuxième ligne de défense: OMT par la BCE (théoriquement illimité) condition: faire appel à la première ligne • Crise bancaire: bancaire • Mise en place d’une union bancaire • + Politique monétaire très accommodante  environnement de taux très bas. 21
    • L’union bancaire devrait voir le jour en 2014• Elle débutera par une supervision européenne du secteur bancaire…• …et la possibilité pour le EFSF/MES d’intervenir pour recapitaliser directement les banques en difficulté• Ceci devrait mettre fin à la fuite des capitaux,• …et donc abaisser le coût de financement dans les pays de la périphérie. 22
    • Politiques monétaires accommodantes• Faible croissance + restrictions budgétaires = taux faibles, du moins si risque faible d’inflation• La Fed va maintenir son taux directeur autour de 0% au moins jusque mi-2015. Elle va par ailleurs poursuivre son assouplissement quantitatif• La BCE peut encore abaisser son taux à 0,50% si nécessaire. De plus, les taux resteront bas au cours des trois prochaines années (depuis 1995, les taux courts japonais sont inférieurs à 1%) 23
    • En euro, le prix du Brent reste élevé160140 Dollar/ bbl1201008060 Euro/bbl4020 0 01/06 07/06 01/07 07/07 01/08 07/08 01/09 07/09 01/10 07/10 01/11 07/11 01/12 07/12 01/13 24
    • Mais l’inflation sous-jacente devrait se réduire -10 2.20 0 2.00 10 1.80 20 UEM: inflation 1.60 sous-jacente 30 1.40 40 1.20 50 1.00 60 0.80 UEM: peur du chômage (conf. cons.) Avancé d’un an (échelle inversée) 70 0.60 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 25
    • Croissance de la masse monétaire en zone euro260 Base monétaire240220200180160140 M3120100 80 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 26
    • SommaireI. Que penser de la conjoncture actuellement?II. Un scénario de sortie de crise pour la zone €?III. Risques et espoirIV. Conclusions et réflexions 27
    • Les politiques budgétaires restent restrictives Réduction du déficit (% du PIB)6543210-1 SP PT GR IT IR FR NL EA17 UK US DE 2012 2013 28
    • Le multiplicateur fiscal est plus élevé que prévuFMI: le multiplicateur fiscal pourrait être très importantdans les circonstances actuelles (0.9 – 1.7) Change in real GDP 2008-2012F 5 SK AS DE FR 0 NL BE LU EST FI IR SP Excluding Greece -5 IT PT y = -1.0339x - 0.269 R² = 0.4795 SO -10 -15 y = -1.4069x + 0.0672 R² = 0.714 GR -20 -4 -2 0 2 4 6 8 10 12 Change in underlying primary fiscal balance 2008-2012F*Source: OECD, IMF, ING * of potential GDP 29
    • Les tensions sociales sont un risqueTaux de chômage (%)26 Espagne24 (%)22 Grèce2018 Portugal1614 Irlande12 Italie10 France 8 6 Allemagne 4 Pays-Bas 2 0 08 09 10 11 12 30
    • La zone euro a peut-être touché son point bas...120 Indicateur de sentiment économique115110105100 Allemagne 95 Belgique 90 85 Espagne 80 Grèce 75 70 J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D J 31
    • Restauration de la compétitivité… Evolution du coût salarial unitaire (%)3020 10 0-10-20-30 Allemagne Grèce Espagne Irlande Italie Portugal 99-07 08-11 32
    • Mais l’ajustement prendra du temps Coût salarial unitaire relatif (intra-Eurozone, 1999=100)130120 IT110 PT100 SP90 GR IR80 94 96 98 00 02 04 06 08 10 12 14 16 18 DE IR PT GR SP IT 33
    • La méfiance vis-à-vis de l’euro a disparu Net EUR contracts EUR/USD & speculative positioning 120000 Long 70000 EUR/USD 20000 -30000 -80000-130000-180000 Short-230000 EUR/USD Net EUR contracts-280000 07 08 09 10 11 12 13 34
    • Perspectives de croissance (PIB, % YoY) 2010 2011 2012 2013USA 2.4 1.8 2.3 1.6Eurozone 1.8 1.5 -0.5 0.0Belgique 2.4 1.8 -0.2 0.2Japon 4.6 -0.7 2.1 1.3Chine 10.3 9.2 7.7 9.0 35 35
    • Prévisions d’inflation (%) 2010 2011 2012 2013USA 1.6 3.1 2.1 1.6Eurozone 1.6 2.7 2.5 1.8Belgique 2.2 3.5 2.8 1.9Japon -0.7 -0.3 0.0 -0.5Chine 3.3 5.4 2.6 3.0 36 36
    • Conclusions et réflexions• Reprise lente, risques élevés en 2013• Les difficultés de la zone euro ne sont pas encore réglées, mais on peut observer quelques avancées. C’est crucial pour la dynamique future de croissance• Le risque d’inflation est à ce stade encore limité• Les taux resteront encore un temps à des niveaux historiquement faibles• La zone euro en retard…ou en avance? 37
    • Certain of the statements contained in this release are statements offuture expectations and other forward-looking statements. Theseexpectations are based on management’s current views and assumptionsand involve known and unknown risks and uncertainties. Actual results,performance or events may differ materially from those in such statementsdue to, among other things, (i) general economic conditions, in particulareconomic conditions in ING’s core markets, (ii) changes in the availabilityof, and costs associated with, sources of liquidity such as interbankfunding, as well as conditions in the credit markets generally, includingchanges in borrower and counterparty creditworthiness, (iii) the frequencyand severity of insured loss events, (iv) mortality and morbidity levels andtrends, (v) persistency levels, (vi) interest rate levels, (vii) currencyexchange rates, (viii) general competitive factors, (ix) changes in laws andregulations, and (x) changes in the policies of governments and/orregulatory authorities. ING assumes no obligation to update any forward-looking information contained in this document.www.ing.com 38