Le Baromètre 2013 de l'Attractivité Belge

  • 727 views
Uploaded on

Le Baromètre 2013 de l'Attractivité Belge présente les résultats réels des investissements directs étrangers. Le temps est venue de passer à l'action.

Le Baromètre 2013 de l'Attractivité Belge présente les résultats réels des investissements directs étrangers. Le temps est venue de passer à l'action.

More in: Business
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
727
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Belgique: Le temps est venu depasser à l’actionBaromètre de l‟Attractivité belge 2013Partie 2 – La réalité des investissements directs étrangers
  • 2. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 2Baromètre Ernst & Young de l’attractivité belge:10e édition2004 2005 2006 20072009 2010 2011 20122008
  • 3. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 3Agenda► Introduction et présentation des résultats etrecommandations par Herwig Joosten et Philippe Pire,associés Ernst & Young Belgique► “Evaluation et recommandations pour le gouvernement”Leo Sleuwaegen, Professeur International BusinessStrategy et Partner Vlerick Leuven Gent ManagementSchool► Q&A
  • 4. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 4Sommaire► Objectif du baromètre► Méthodologie► Conclusions les plus pertinentes – Etude de perception► La réalité des investissements directs étrangers► Europe► Belgique► Recommandations principales► Q&A
  • 5. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 5Objectif du baromètre► Fournir une contribution étayée au débat social etéconomique sur le climat d‟investissement en Belgique eten Europe► Proposer des pistes de réflexion pour l‟avenir:► à nos collaborateurs► aux acteurs économiques► aux autorités► aux universités► aux médias► …
  • 6. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 6Méthodologie (1)► Enquête unique: combinaison de données qualitatives etquantitatives► Perception de la Belgique (données qualitatives) : échantillonreprésentatif pour les investissements en 2012 (conférence depresse mars 2013)► Projets d‟investissements actuels (données quantitatives):European Investment Monitor réalisé par les équipes d‟OxfordIntelligence: aperçu des investissements planifiés effectifs
  • 7. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 7Methodologie (2)EIM► L‟European Investment Monitor (EIM) permet d‟assurer unsuivi rigoureux des projets d‟investissements réels enEurope au moyen d‟une base de donnéesunique, alimentée par Oxford Intelligence.► Cette base de données enregistre uniquement lesinvestissements directs étrangers qui sont à l‟origine denouveaux emplois dans le cadre de projets de création oud‟expansion► Elle ne tient en aucun cas compte des fusions etacquisitions sans création de nouveaux emplois► Cet outil, actif depuis 15 ans, est donc un instrumentéconomique utile et pratique.
  • 8. Conclusions les pluspertinentes –Etude de perception(conférence de presse – mars 2013Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h
  • 9. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 9Etude de perceptionConclusions générales► Ce que l‟on peut constater:► un négativisme croissant chez les investisseurs étrangers en ce qui concerneles projets d‟investissements pour les années à venir► une tendance croissante à la délocalisation (surtout secteur de la production)► un recul de l‟optimisme/la confiance chez les investisseurs en ce quiconcerne un futur rétablissement de la Belgique► une chute de l‟attractivité perçue de la Belgique par rapport à la moyenneeuropéenne► Les récentes mesures fiscales sont mieux connues des investisseursprésents en Belgique et suscitent un certain négativisme► Les différences régionales ne sont pas suffisamment connues desinvestisseurs non présents en Belgique► Les intérêts notionnels restent un pôle d‟attraction majeur malgré lesmodifications récentes, la commission de ruling joue un rôle important► Il faut investir davantage dans les agences d‟investissements
  • 10. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 10Etude de perceptionPoints positifs► La Belgique conserve une forte attractivité pour les investisseursétrangers. Les investisseurs fidèles le confirment.► Seuls 17% des entrepreneurs interrogés pensent que la Belgique nerésistera pas à la crise actuelle. Forte confiance des entreprises maisrecul de l‟optimisme par rapport à l‟an dernier (13% de pessimistes) etpourcentage fortement contrasté par rapport à l‟Allemagne (6% depessimistes)► On remarque aussi une nette diminution des investisseurs confiants àl‟égard du rétablissement belge (de 40% l‟an dernier à 23%), ce quiindique clairement une baisse de confiance par rapport à l‟an dernier.► 1 investisseur sur 5 (20%) prévoit d‟investir en Belgique dans l‟annéeà venir. Toutefois, il s‟agira de projets d‟expansion dans plus de lamoitié des cas. La tendance baisse également par rapport à 2010(30%). Cette proportion se situe largement en dessous de lamoyenne européenne (38% des répondants ont des projetsd‟investissements pour l‟année à venir).
  • 11. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 11Etude de perceptionRégions – Comparaison des perceptions► Pour la première fois, Bruxelles est perçue comme étantla région la plus attractive.► À nouveau, l‟enquête montre que la Flandre et, dans unemoindre mesure, la Wallonie ne sont PAS connues desinvestisseurs non présents en Belgique. Au total, 50% deces entreprises choisissent Bruxelles et 34% n‟exprimentaucune préférence pour 1 des 3 régions.2013 2012Flandre 33% 37%Bruxelles 36% 28%Wallonie 14% 10%
  • 12. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 12Etude de perceptionMenaces► 37% des répondants se sentent soumis à une pression administrative négativeexercée par les instances publiques, soit une augmentation de 7% (30% l‟andernier). 1 sur 10 ressent cette pression particulièrement fort. Cette chargeadministrative pèse le plus aux investisseurs présents en Belgique (quelque44% des répondants).► Les investisseurs ont connaissance des mesures fiscales récentes (51% sontinformés d‟au moins 1 mesure). En général, environ 15% des répondants ontun avis très négatif sur les mesures et envisagent de réduire leursinvestissements.► Par ailleurs, ces modifications fiscales sont surtout connues des entreprisesprésentes en Belgique Ce sont elles qui expriment les avis les plus négatifs.Les modifications relatives aux intérêts notionnels ne sont pas bien connuesdes entreprises non présentes en Belgique. On pourrait donc affirmer que ladéduction des intérêts notionnels est une mesure qui influence surtout lesinvestissements existants. En effet, 64% des répondants établis en Belgiqueont connaissance des modifications relatives aux intérêts notionnels contreseulement 4% des répondants non établis en Belgique .
  • 13. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 13Etude de perceptionDéfis – désavantages► 46% des répondants estiment que la Belgique doit réduireses charges salariales. Priorité n° 1!► Seul 1 répondant sur 4 juge le rapport salaire/coût de la main-d‟œuvre acceptable (les avis négatifs sont surtout exprimés par lesentreprises présentes en Belgique)► > 90% pensent que le handicap salarial est dû aux charges salarialestrop élevées et/ou à l‟indexation► 35% des répondants estiment que la charge fiscale est tropélevée (45% des entreprises avec un CA > 1,5 milliard)► Il faut plus d‟investissements dans le high-tech etl‟innovation, plus de soutien pour les PME, plusd‟investissements dans l‟enseignement et plus de moyenspour les agences d‟investissements
  • 14. La réalité desinvestissementsdirects étrangers enEurope– Analyse 2012Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h
  • 15. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 15Le nombre de projets d’IDE en Europe a enregistré une baisse de2,8 %. Cela représente un ralentissement du rythme de croissancepar rapport à l’an dernier (+ 4 %) et à 2011 (+ 14 %).
  • 16. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 16Le nombre d’emplois créés grâce auxprojets d’IDE a augmenté de 8 %► En 2012, chaque nouveau projet d‟investissement apermis de créer en moyenne 45 emplois.► En 2011, il s‟agissait de 40 emplois et de 47 en 2007.
  • 17. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 17À l’origine de 27,5 % des projets d’IDE en 2012, les entreprises américaines restent laprincipale source des IDE en Europe.La part des projets d’IDE en provenance du Brésil, de l’Inde et de la Chine reste trèsmodeste (5,6 %).
  • 18. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 18Top 3 : le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France sontles destinations européennes les plus attractives pourles IDE / UK, Russie,Pologne: top 3 création d’emplois
  • 19. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 19IDE par pays► Le Royaume-Uni a également atteint saposition de leader historique en 2012 enattirant près d‟un cinquième de tous lesprojets d‟investissement étrangers enEurope.► L‟Allemagne s‟en sort également très bien.(+ 4,5 %)► Les nouvelles sont moins bonnes pour nosvoisins français et néerlandais:► France - 12,8 %► Pays-Bas - 5,3 %.
  • 20. La réalité desinvestissementsdirects étrangers enBelgique – Analyse 2012Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h
  • 21. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 21La Belgique au 5e rang des pays les plusattractifs pour les investisseurs étrangers► Cette augmentation permet à laBelgique de figurer juste au-dessusde nos voisins du nord et doccuper lacinquième position dans leclassement des paysdinvestissement les plus attractifs enEurope.► Le nombre d‟IDE en Belgique aconnu une hausse de 10,5 %.► 2012 = notre meilleur classementdepuis 2007.► Les projets greenfield ne sont pastoujours caractérisés par une forteintensité de main-d‟oeuvre► La création d‟emplois au plus bas
  • 22. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 22La Belgique sort du top 15 européen enmatière de création d’emplois► La création d‟emplois a connu un creuxabsolu en 2012. Le nombre de nouveauxemplois créés a diminué de pas moins de18 %. Avec à peine 17 emplois créés parprojet, nous nous situons 40 % endessous de la moyenne belge des 10dernières années. Notre pays sort ainsi dutop 15 en ce qui concerne l‟emploi.► Le fait que notre pays va totalement àcontre-courant de la tendance européenneest encore plus inquiétant. La créationd‟emplois faisant suite à des IDE enEurope affiche en effet une haussemoyenne de 8 % à 170.434 emplois. Lenombre moyen de nouveaux emplois parprojet a également augmenté de 40 en2011 à 45 en 2012.
  • 23. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 23
  • 24. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 24La création d’emplois au plus bas► Ces 10 dernières années, le taux de créationd‟emploi moyen a été de 4.273. En 2013, laBelgique enregistre un retard de 31 % par rapport àcette moyenne.► Ces 10 dernières années, le taux d‟emploi moyenpar projet s‟est élevé à 28 alors que l‟an dernier,avec une moyenne de 17, la Belgique se situait 40% plus bas
  • 25. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 25Greenfield vs expansion► Élément prometteur, 63 % des investissements réalisés en Belgiquesont des projets „greenfield‟. Avec 107 projets greenfield sur un totalde 169 IDE, les nouveaux projets d‟investissement restent plusimportants que l‟expansion de projets existants. Mais les projetsgreenfield ne sont pas toujours caractérisés par une forte intensité demain-d‟oeuvre.
  • 26. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 26Greenfield vs expansion par secteur► La plupart de ces projets greenfield ne sont pas grands créateursd‟emplois.► Les projets de Ventes & Marketing, de bureaux d‟affaires, d‟agencesde représentation (essentiellement dans la région bruxelloise)s‟adjugent 68 % des investissements et sont peu créateurs d‟emploi.
  • 27. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 27Création d’emplois par secteur
  • 28. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 28Solide remontée de la Wallonie ; légère reprise en Flandreaprès le net recul de 2011 et l’année record de 2010► La baisse de la Frandre de l‟an dernier (de 108 à 74) n‟a pu êtrecompensée.► La Wallonie opère quant à elle une belle remontée (croissance de 33 %).► En 2011, nous avions observé le doublement du nombre de nouveauxprojets d‟investissements (de 20 à 40), ce qui avait permis à la Régionde Bruxelles-Capitale d‟enregistrer une prestation record, 2007 mis àpart. Une prestation qui, grâce aux 37 projets d‟investissements en2012, peut pratiquement être consolidée cette année.
  • 29. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 29Nouveaux investissements:répartition par provinces► C‟est surtout la province de Liège qui est parvenue à séduire les investisseursétrangers. Mauvaise nouvelle par contre pour le Brabant wallon► Net Recul nettement dans la province du Brabant flamand .► La province d‟Anvers enregistre une hausse des projets. La progression de la Flandreorientale est encourageante.► Bruxelles reste stable en comparaison à2011. Les investissements étrangers sontencore deux fois plus nombreux qu‟en 2010.
  • 30. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 30Les services aux entreprises et le secteur de la vente etdu marketing occupent le haut du tableau.► Les investissements dans le domaine de la vente et du marketing occupent le haut dutableau et se répartissent principalement entre Bruxelles et la Flandre, plus ou moinsdans la même proportion qu‟en 2011.► La création d‟emploi moyenne pour les investissements dans le secteur de la vente etdu marketing fluctue autour des 5 postes par projet et est particulièrement basse enrégion bruxelloise.► On peut donc dire qu‟il y a une baisse dans les secteurs où l‟intensité de main d‟œuvreest la plus importante, à l‟exception de la production, où les investissementsconcernent toutefois principalement des projets d‟expansion et non des projetsgreenfield.
  • 31. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 31Les États-Unis et nos pays voisins représententensemble 58 % de tous les IDE en Belgique.► Le tableau indique clairement que la Belgique attireprincipalement des investissements intraeuropéens.► Les États-Unis restent le premier investisseur.► L‟Allemagne opère une belle remontée avec le plus grandnombre d‟investissements jamais enregistré depuis ledébut de l‟étude.
  • 32. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 32Le nombre d’investisseurs émanant des paysBRIC et du Japon diminue en Belgique.► La Belgique éprouve certaines difficultés à se manifester auprès despays BRIC.► Par ailleurs, le nombre d‟investissements indiens, chinois et brésiliensà l‟échelle européenne est très faible. La Belgique ne fait pasexception à cette règle.
  • 33. La réalité des investissementsdirects étrangers enBelgique – analyse Q1 2013
  • 34. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 34Q1 20132012 2013Total 22 9 -59%051015202520122013
  • 35. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 35Secteurs2012 % 2013 %Greenfield 12 55% 7 78%Expansion 10 45% 2 22%Sièges sociaux 1 5%Production 6 27% 1 11%Sales & Mark 10 45% 6 67%R&D 1 5% 1 11%Logistique 4 18% 1 11%Total 22 100% 9 100%
  • 36. Recommandations
  • 37. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 37Recommandations (1/3)Politique1. Donner plus de moyens aux agences d‟investissements pour assurer unpositionnement et un branding plus proactifs de la Belgique et de ses régions.2. Renforcer le positionnement vis-à-vis des pays BRIC.3. Promouvoir le vrai esprit d‟entreprendre, arrêter le négativisme à l‟égard del‟entrepreneur4. Récompenser les initiatives en faveur d‟une économie verte. (Co2)5. Investir dans l‟enseignement et la formation, l‟innovation et le développement d‟uneculture d‟innovation et de créativité.6. Accorder plus de soutien aux PME et à l‟industrie high tech.7. Il est nécessaire de rendre le prix de l‟énergie pour l‟industrie compétitif par rapport ànos pays voisins.8. Désengorger le réseau routier de manière structurelle. Il serait préférable de réaliser unplan intégré à long terme en faveur de la mobilité émanant de tous les pouvoirs publicsréunis.9. Cesser les grèves sauvages, accélérer la simplification administrative, stimuler lamobilité professionnelle entre les régions.
  • 38. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 38Recommandations (2/3)Fiscalité1. Réforme de la fiscalité – stimuler la sécurité juridique(pas de politique « stop and go»)2. Déduction des intérêts notionnels - Rétablir la sécurité juridique et donner le signalclair que cette mesure ne sera pas modifiée ou supprimée.3. Commission de ruling - Cette commission mérite plus de marge de manœuvre, demoyens financiers et de personnel.4. Innovation - La politique fiscale doit être améliorée. Il y a lieu d‟élargir la « patent box» belge, trop restrictive (80 %), suivant l‟exemple de l‟« innovation box » néerlandaise,luxembourgeoise et anglaise.5. Impôt des sociétés – Il faudrait baisser l‟impôt des sociétés sous le niveau despartenaires européens (à savoir une baisse à 20 % ou juste en dessous).6. Régime fiscal des holdings - Pour attirer les holdings et les sièges de sociétés, il fautexonérer complètement la double imposition.7. Rendre le système fiscal belge moins complexe et plus transparent et ne paspostposer les réformes nécessaires.8. Transférer la charge fiscale sur le travail vers une fiscalité sur la consommation etlenvironnement .9. Pas de prise d‟initiative dans la discussion concernant BEPS, suivre l‟exemple duRoyaume-Uni et la Suisse.
  • 39. Sous embargo jusqu‟au 5 juin - 12h Page 39Recommandations (3/3)Travail1. Réaliser des économies structurelles au niveau des dépensespubliques.2. Harmoniser l‟âge de la pension avec la moyenne européenne.3. Suivre les recommandations de la Commission Européenne etl‟OCDE, et arrêter de critiquer l‟UE.4. Réduire les charges sur le travail. Tenir compte de l‟effet dissuasif del‟indexation automatique des salaires. Il faut faire preuve de réalismeen ce qui concerne le statut unique vis-à-vis des pays voisins.Réduire l‟écart entre les salaires brut et net en mettant sur pied unplan d‟économies effectives et en instaurant une fiscalité orientéevers la consommation et l‟environnement.
  • 40. Prof. Leo Sleuwaegen
  • 41. Q&A
  • 42. Belgique: Le temps est venu depasser à l’actionBaromètre de l‟Attractivité belge 2013Partie 2 – La réalité des investissements directs étrangersSOUS EMBARGO JUSQU’AUMERCREDI 5 JUIN – 12h