Mesdames et Messieurs,


Dans quelques instants, le Commissaire Andor conclura
officiellement   cette     conférence.   Je...
Si vous le permettez, je voudrais, au risque de paraître
arbitraire, retenir quelques points de vos conclusions.
Quelques ...
Cette crise démontre, a contrario, la nécessité pour
l'Union de conserver un fonds social centré sur l'emploi
et l'inclusi...
"Personne ne doit être abandonné sur le bord du
chemin", si vous me permettez de reprendre cette image
évoquée par le Prés...
La Commission est consciente que ce travail doit se
poursuivre et je peux vous garantir que ce sera le cas.
Je prends égal...
compte bien approfondir toutes les mesures qui nous
permettent de faciliter le travail des acteurs de terrain.




J'ai bi...
A nous de démontrer encore mieux comment le FSE
peut contribuer à cette croissance par une mise en
œuvre davantage orienté...
multiplier les contrôles, mais de les rendre plus
efficaces.




L'enjeu sera aussi de réduire les erreurs à la source par...
souhaite se donner le temps de la consultation et de
l'écoute.


Le Comité du Fonds social européen a émis un premier
avis...
Je vous remercie pour votre attention.




                           10
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Closing Speech Mr. Robert Verrue

287 views
244 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
287
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Closing Speech Mr. Robert Verrue

  1. 1. Mesdames et Messieurs, Dans quelques instants, le Commissaire Andor conclura officiellement cette conférence. Je souhaiterais auparavant vous dire quelques mots au nom de la Direction générale Emploi, affaires sociales et égalité des chances. Je n'ai malheureusement pu être présent tout au long de ces deux journées, mais les échanges auxquels j'ai assisté et les échos que j'ai reçus me laissent penser que cette conférence a pleinement contribué au débat sur l'avenir du Fonds social européen. Vous êtes plus de 450 à avoir participé à ces deux jours de séminaire, représentants des institutions communautaires, des Etats membres ou des pays candidats, des milieux universitaires, des milieux socio- économiques ou encore d'organisations non gouvernementales. 1
  2. 2. Si vous le permettez, je voudrais, au risque de paraître arbitraire, retenir quelques points de vos conclusions. Quelques points seulement, faute de temps pour les développer tous. Mais je vous rassure: l'ensemble de vos interventions a été noté et servira à notre réflexion sur l'avenir du Fonds social européen. Premier point, fondamental. Il apparaît clairement que l'Europe aura encore besoin d'un Fonds social européen. Il y a quelques mois, le Fonds fêtait ses cinquante ans. Quel est son rôle aujourd'hui? Est-il encore d'actualité? Ce sont des questions qu'on pouvait légitimement se poser dans un contexte de croissance économique et de baisse continue du chômage. Entre-temps, la crise économique et financière a balayé dix ans de progrès, de croissance et de création d'emplois. 2
  3. 3. Cette crise démontre, a contrario, la nécessité pour l'Union de conserver un fonds social centré sur l'emploi et l'inclusion sociale. Mais, même si cette crise n'avait pas eu lieu, je pense que l'Union ne pourrait pas se passer du Fonds Social. Il est l'instrument principal dont nous disposons pour investir dans les hommes et les femmes et notre croissance et notre prospérité dépendent, en définitive, de notre capacité à investir dans notre capital humain. Ces 50 dernières années, le Fonds social européen a accompagné et, parfois, provoqué des réformes structurelles importantes qui ont amélioré les marchés du travail, les systèmes d'éducation et de formation. Mais le FSE, c'est aussi une multitude de micro-projets qui ont très concrètement amélioré la situation de millions d'individus. Plus que jamais aujourd'hui, nous avons besoin de solidarité européenne et le FSE est l'outil le plus puissant de l'Union pour porter cette solidarité au niveau de chaque citoyen. 3
  4. 4. "Personne ne doit être abandonné sur le bord du chemin", si vous me permettez de reprendre cette image évoquée par le Président Barroso. De ce point de vue, limiter l'intervention géographique du Fonds aux Etats membres les moins avancés serait dommageable, car la pauvreté, l'exclusion sociale, le chômage des jeunes ne connaissent pas de frontières. Bien sûr, le Fonds social est critiqué, notamment pour sa complexité. J'ai pris bonne note de votre demande de simplification: de réelles simplifications qui allègent la charge administrative des bénéficiaires et des autorités responsables de la gestion des programmes. Un important travail a déjà été fait en ce sens ces deux dernières années, et a abouti - c'est une première - à la modification du règlement du Fonds social et du règlement général applicable aux fonds structurels. 4
  5. 5. La Commission est consciente que ce travail doit se poursuivre et je peux vous garantir que ce sera le cas. Je prends également acte que des règles communes de mise en œuvre ne signifient pas forcément une simplification de la mise en œuvre des projets : la spécificité des opérations du FSE et même des différents types d'opérations au sein du FSE doit pouvoir être prise en compte la façon la plus flexible possible. Beaucoup d'entre vous l'ont souligné, il faut appliquer plus largement le principe de proportionnalité, ou plutôt une "différenciation raisonnée". Le "one size fits all" n'est pas applicable dans une Union aussi diverse où les programmes FSE financent des projets toujours plus variés. Je suis convaincu que beaucoup reste à faire pour simplifier la gestion des projets, en particulier les plus petits et ceux portés par des bénéficiaires fragiles. La proposition de révision du règlement financier a montré la voie et, avec votre soutien et vos idées, je 5
  6. 6. compte bien approfondir toutes les mesures qui nous permettent de faciliter le travail des acteurs de terrain. J'ai bien entendu vos espoirs, mais également vos attentes concernant un système de gestion plus orienté vers les résultats. Espoirs de diminuer le formalisme des audits pour les orienter vers ce qui a été effectivement réalisé; craintes devant d'éventuels risques financiers si les résultats ne sont pas atteints mais aussi proposition de favoriser des incitations positives, des bonus quand les résultats sont atteints. Dans cette période de crise et de fortes pressions sur les finances publiques, ne nous leurrons pas: nous avons tous un devoir de résultat, celui d'utiliser les fonds publics là où ils auront une valeur ajoutée maximale en termes de croissance, de création d'emplois et d'inclusion sociale. 6
  7. 7. A nous de démontrer encore mieux comment le FSE peut contribuer à cette croissance par une mise en œuvre davantage orientée vers ce qui a été réalisé, mais qui conserve suffisamment de souplesse pour s'adapter aux spécificités des projets et des situations. J'ai également écouté attentivement vos critiques sur la multiplication des audits et le rôle de gendarme de la Commission. Malheureusement, il est encore un peu tôt pour juger de l'efficacité du système sur la période 2007-2013 mais les premières tendances sont encourageantes avec une baisse du taux d'erreur. Je vais probablement en décevoir certains en n'annonçant pas la fin des audits, mais il est clair que la Commission ne peut pas rester sans agir sur ce point. Vous savez probablement que la Commission a déjà proposé de différencier le taux d'erreur acceptable selon les différentes politiques. Le principe d'audit unique doit également se concrétiser: à l'avenir, il ne s'agira pas de 7
  8. 8. multiplier les contrôles, mais de les rendre plus efficaces. L'enjeu sera aussi de réduire les erreurs à la source par des règles plus simples, définies le plus tôt possible, appliquées de façon homogène voire, comme certains d'entre vous l'ont suggéré, de renforcer le rôle pro-actif des services de la Commission pour travailler à vos côtés comme un partenaire. Et maintenant, que va-t-il se passer? Les conclusions de ce séminaire constituent le premier pas vers un Fonds social européen rénové et adapté aux défis qui nous attendent dans les prochaines années. Avant de présenter sa proposition pour le Fonds social dans le courant de l'année 2011, la Commission 8
  9. 9. souhaite se donner le temps de la consultation et de l'écoute. Le Comité du Fonds social européen a émis un premier avis sur l'avenir du FSE au début du mois de juin. Cette conférence constitue la deuxième étape. Elle sera pour la Commission une source d'inspiration pour définir le futur du Fonds. Nous envisageons aussi de lancer une grande consultation publique avant la fin de l'année sur le modèle de ce qui a été fait pour la Politique agricole commune, ainsi qu'une conférence plus axée sur la société civile. Pour conclure, je tiens à saluer le travail des équipes qui ont rendu cette conférence possible. Je voudrais aussi remercier les participants. Votre expérience, votre enthousiasme mais aussi vos doutes et vos critiques sont autant de points de réflexion, autant de points d'accroche sur lesquels nous voulons construire l'avenir du Fonds. 9
  10. 10. Je vous remercie pour votre attention. 10

×