Livret Eleve

7,224 views

Published on

Livret de l'élève de l'ENSCI-Les Ateliers (École nationale supérieure de création industrielle)

Published in: Education
0 Comments
3 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
7,224
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
11
Actions
Shares
0
Downloads
50
Comments
0
Likes
3
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Livret Eleve

  1. 1. Le livret de l’élève 1
  2. 2. École nationale supérieure de création industrielle (Ensci/les Ateliers) Ministère de la Culture et de la Communication Ministère de l’Industrie Le conseil d’administration de l’Ensci/les Ateliers est présidé par M. Patrick Le Quément, directeur du design industriel Renault. Les informations figurant dans ce document ne sont pas exhaustives et sont données sous réserve des modifications qui pourraient être apportées après son édition. © Ensci/les Ateliers, février 2006. 2
  3. 3. Préface Ce livret « européen » de l’élève est une première pour l’École nationale supérieure de création industrielle (Ensci/les Ateliers). Il est une œuvre collective, élaborée par des groupes de travail réunissant des enseignants, des membres du personnel, des élèves qui ont longuement et précisément discuté son contenu, avec une attention à la hauteur de l’enjeu, avec passion parfois. Tout en introduisant l’architecture des « crédits européeens », des « grades », du « supplément au diplôme », il préserve les fondamentaux de l’école, en particulier le cursus individualisé de l’élève, la polyvalence de l’enseignement, à la fois théorique et pratique, en corrélation avec l’apprentissage du projet dans des ateliers encadrés par des designers professionnels. Ce livret s’inscrit dans la volonté affirmée par les États réunis à Bologne en 1999 de bâtir un espace européen de l’enseignement supérieur où les étudiants et les diplômés pourront circuler avec plus de facilité. Ce bel objectif, l’Ensci le fait évidemment sien, elle qui a été inscrite par ses fondateurs – puis dirigée comme telle par leurs successeurs – comme une école internationale. Mais, au début du XXIe siècle, il ne s’agit pas seulement de vouloir répondre à la globalisation économique, aux évolutions du marché de l’emploi, à la circulation élargie des produits. L’ambition d’une école nationale supérieure, dont la réputation s’est forgée grâce aux élèves qu’elle a formés mais également avec les valeurs qu’elle a défendues, est plus haute. Un monde plus fraternel, où simplismes et anathèmes reculeraient, ne se construira qu’à travers la connaissance, la reconnaissance et le respect de l’autre, donc grâce à l’éducation et l’échange. Interroger les cultures, dialoguer, confronter les expériences, telle est la volonté de l’Ensci, qui incite ses élèves à sortir de l’hexagone pour voir et apprendre ailleurs. Demeurer un lieu d’accueil pour des élèves de tous les continents, de toutes les cultures, telle est également la mission d’une école qui croit, à son échelle, encore plus aujourd’hui, à la nécessité de porter un message de tolérance, de diversité et refuse le repli sur soi. Vous voulez devenir designer ? Page après page, ce livret vous montre comment l’élève, tout au long de son cursus à l’Ensci, à la fois apprend, expérimente et crée. Ces trois verbes, ce triptyque, visent à permettre la maîtrise du design, « dessein » et « dessin », sur tous ses territoires, des contemporains à ceux de demain. En ce sens, ce livret n’est pas figé, l’école a évolué depuis 1982 et doit continuer à le faire pour favoriser l’insertion professionnelle de ses diplômés. Toute école est faite pour enseigner. Mais l’Ensci souhaite aussi que chaque élève s’y investisse avec ferveur et enthousiasme, en dialogue harmonieux avec ses camarades, les enseignants, le personnel et qu’en retour l’école lui donne confiance, qu’elle l’aide à se dépasser, qu’elle lui donne des ailes… Après vingt-quatre années d’existence de l’Ensci, ce livret « européen » écrit une nouvelle page de son histoire, celle d’une école forte de ses convictions et résolument ouverte sur le monde. Emmanuel FESSY Directeur 3
  4. 4. 4
  5. 5. SOMMAIRE PRÉSENTATION DE L’ÉTABLISSEMENT DESIGNER / CRÉATEUR INDUSTRIEL LE PROJET PÉDAGOGIQUE LES CONDITIONS D’ACCÈS LE CURSUS L’articulation du cursus Les phases Les modalités pédagogiques L’harmonisation européenne La répartition des crédits Le programme semestriel et les validations de phases La phase diplôme Le calendrier pédagogique annuel LE PROGRAMME D’ENSEIGNEMENT L’Ensci, une formation Les enseignants Les ateliers de projet Les domaines d’enseignement : - Objets - Images - Territoires - Narrations Les séminaires LES CENTRES DE RESSOURCES Ateliers Matières Matériauthèque Documentation Photo-vidéo-son Ressources informatiques LES RELATIONS INTERNATIONALES LES RELATIONS ENTREPRISES ET LES PARTENARIATS DESIGNER TEXTILE LE PROJET PÉDAGOGIQUE 5
  6. 6. LES CONDITIONS D’ACCÈS LE CURSUS LE PROGRAMME D’ENSEIGNEMENT MASTÈRE SPÉCIALISÉ CRÉATION EN NOUVEAUX MÉDIAS FONCTIONNEMENT L’ÉTABLISSEMENT ET SES INSTANCES INFORMATIONS PRATIQUES DROITS ET DEVOIRS DES ÉLÈVES L’ORGANISATION INTERNE 6
  7. 7. PRÉSENTATION DE L’ÉTABLISSEMENT 7
  8. 8. 8
  9. 9. Créée en 1982, l’École nationale supérieure de création industrielle (Ensci) est la seule école nationale supérieure exclusivement consacrée à la création industrielle et au design. Établissement public à caractère industriel et commercial, sous tutelle des ministères de la Culture et de l’Industrie, elle a élargi son offre d’enseignements en 1985 et 1993 avec deux autres formations : l’Atelier national d’art textile (Anat) et un mastère spécialisé création en nouveaux médias. Aujourd’hui, l’Ensci embrasse non seulement les champs de la création industrielle et du design de produit mais aussi ceux du design dans ses multiples applications contemporaines : design numérique, d’espace, de communication, de services… En plus de vingt ans, elle a formé des designers aux profils très variés qui travaillent en indépendants, en agences, dans des entreprises, et dont certains participent à la renommée de notre pays à l’étranger. En plein cœur de Paris, à proximité de la place de la Bastille, l’Ensci occupe un lieu chargé d’histoire : les anciens ateliers du décorateur Jansen qui, de 1922 à 1979, a employé jusqu’à 500 artisans d’art. Le ministère de la Culture a acquis le bâtiment pour y installer l’Ensci et en a assuré la réhabilitation. L’école a gardé l’esprit de ces ateliers tout en s’ouvrant aux technologies contemporaines. La formation s’appuie tout autant sur le travail dans des ateliers bois, métal, plastique, textile que sur l’apprentissage des techniques du numérique, de l’image et du son. Sous certaines conditions, les ateliers sont ouverts sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour permettre aux élèves d’y mener au mieux leurs projets. Apprendre, expérimenter, créer : l’Ensci a fait le pari d’une formation ambitieuse et pluridisciplinaire, théorique et pratique, en corrélation avec l’apprentissage du projet dans des « ateliers » dirigés par des designers professionnels. Celle-ci est basée sur le principe du cursus individualisé pour l’élève. En plus d’enseignants réguliers, l’établissement fait appel à des personnalités extérieures (designers, artistes, industriels, architectes, scénographes, ingénieurs, philosophes, sociologues, historiens de l’art et des sciences, économistes…) pour des conférences ou des « workshops ». Tous les élèves effectuent un stage professionnel obligatoire d’un semestre, en France ou à l’étranger, et un grand nombre d’entre eux se rendent à l’étranger pour un échange universitaire. L’Ensci noue également des partenariats avec des entreprises et des institutions où l’élève apprend à répondre à un cahier des charges défini avec le partenaire. Dans le cadre de sa mission de formation initiale, l’établissement délivre deux formations diplômantes instituées par arrêtés ministériels : - un diplôme de créateur industriel, - un diplôme de designer textile. Dans le cadre de sa mission de formation continue, il délivre une formation diplômante : - un mastère spécialisé création en nouveaux médias, accrédité par la Conférence des Grandes Écoles. L’établissement forme chaque année 250 étudiants de toutes nationalités et a diplômé, à ce jour, 500 créateurs industriels, formé 150 designers textiles et délivré 120 mastères spécialisés création en nouveaux médias. Depuis septembre 2005, l’Ensci a assorti son offre d’enseignements de crédits européens (European Credit Transfer System [ECTS]) pour participer à l’harmonisation européenne des cursus et des diplômes. Les années à venir verront la mise en place d’un secteur de recherche dans la perspective de créer un doctorat. 9
  10. 10. 10
  11. 11. DESIGNER / CRÉATEUR INDUSTRIEL 11
  12. 12. 12
  13. 13. LE PROJET PÉDAGOGIQUE L’Ensci n’est pas une simple école de « design ». Elle forme certes des designers, mais selon une large définition du métier, afin de répondre aux évolutions de la société dans un monde en pleine mutation, où s’entremêlent la logique du marché, l’expression des besoins et la nécessité de penser l’intérêt collectif. Le travail du designer est de plus en plus prospectif, soumis sans cesse à de nouvelles contraintes qui l’engagent à chercher des réponses sans modèles, des propositions inédites. Son champ est aussi divers que la production elle-même, à l’heure où presque tout est produit dans un processus industriel. Le designer conçoit ainsi des formes extrêmement variées : des objets, des espaces, comme c’est le cas depuis plus d’un siècle, mais également des services, des systèmes, c’est-à-dire les formes de la vie sociale, les contours des gestes du quotidien. Cette diversité s’est accrue avec les technologies numériques, non seulement parce qu’elles bouleversent l’outillage du métier, mais surtout parce qu’elles appellent sans cesse de nouveaux usages, de nouvelles pratiques. L’univers du virtuel a ouvert au design un champ d’application infini. La création industrielle s’inscrit maintenant dans un contexte de grandes incertitudes : économiques, culturelles, écologiques, voire politiques. On ne peut être designer sans en avoir conscience et sans en tenir compte. Que produire aujourd’hui, et comment ? Sans favoriser l’injustice sociale, sans encombrer la vie, sans abîmer la Terre ? De telles questions traversent en permanence la création industrielle et confèrent au design des enjeux empreints de gravité, au designer un statut éthique incontournable. Au-delà des révolutions technologiques, le métier affronte des transformations sociologiques permanentes et d’authentiques problèmes de survie. Il exige ainsi des qualités qui lui sont devenues essentielles : l’esprit critique, le sens de la responsabilité, la capacité d’inventer des stratégies ; la souplesse également, tant les situations diffèrent, d’un bout à l’autre du monde, pour l’exercice professionnel. L’école a donc fait le pari d’une formation marquée par la diversité. Une formation pluridisciplinaire qui s’appuie sur quatre principes : • un recrutement varié des élèves : scientifique, littéraire, artistique ; • un enseignement polyvalent : théorique, pratique ; associé souvent, par des partenariats, au monde des entreprises ; • une pédagogie par projet au sein d’ateliers encadrés par des designers professionnels en activité ; • un cursus individualisé, qui tient compte de la singularité des élèves, qui encourage leur autonomie et leur sens des responsabilités. C’est ainsi que l’Ensci a réussi, depuis sa création, à former des designers aux profils très variés, ce que l’on mesure au moment du diplôme et surtout en voyant la multiplicité des secteurs où interviennent les anciens élèves, en France et à l’étranger, en entreprise ou en agence, dans le public ou dans le privé. 13
  14. 14. LES CONDITIONS D’ACCÈS L'admission à l'école se fait par la voie d'un concours ouvert à tout candidat ayant une très bonne connaissance de la langue française et répondant aux critères suivants : créativité, motivation, sens de l’observation et de l’analyse, capacité de réflexion et de synthèse, et aptitudes relationnelles. La session de concours a lieu en mai/juin. Le guide du candidat et le dossier d’inscription sont téléchargeables sur le site internet de l’école (www.ensci.com) à partir de février. Ces documents sont également disponibles sur place. La rentrée a lieu en septembre. Le concours se déroule en deux temps : - L'admissibilité Elle se fait à partir de l’analyse du dossier des candidats. - L'admission Elle est décidée après une journée d’épreuves individuelles et collectives comportant une réflexion écrite, un exercice d’observation collectif, l’analyse d’un produit industriel, la réalisation d’un objet à partir d’un thème tiré au sort, et des entretiens avec le jury. Durée de la scolarité La durée des études est variable en fonction de la catégorie d’entrée : Catégorie I (Bac toutes séries) : 5 ans d’études, Catégorie II (Bac+2 : DEUG, DUT, BTS) : 4 ans d’études, Catégorie III (Bac+4 et plus) : 3 ans d’études, Catégorie IV ((expérience professionnelle d’au moins 4 ans) : 3 ans d’études minimum. Selon la formation initiale du candidat retenu, le jury du concours peut être amené à prolonger la durée des études, notamment pour la Catégorie III. Contact : Valérie Druet, druet@ensci.com 14
  15. 15. LE CURSUS 1. Articulation du cursus Le cursus est géré par semestre et se décompose en trois phases : une phase 1 de découverte, une phase 2 d’approfondissement, dont la durée est variable selon la catégorie d’entrée, et une phase diplôme qui se déroule, dans tous les cas, sur deux semestres. Phase 1 Phase 2 Phase diplôme Total Nb semestres Nb semestres Nb semestres Nb semestres Catégorie 4 4 2 10 I Catégorie 3 3 2 8 II Catégories 2 2 2 6 III et IV 2. Les phases La phase 1 Objectifs : découvrir, expérimenter, acquérir Cette phase permet à l’élève de développer des capacités d’analyse, de synthèse, de conceptualisation et d’acquérir un ensemble de connaissances, de pratiques et de techniques sur lesquelles il s’appuiera pour développer une démarche personnelle en phase 2. Au cours de cette phase, les différentes ressources pédagogiques de l’école permettent à l’élève de : - s’approprier le processus de conduite du projet ; - développer une approche créative à la fois sensible, artistique et technique ; - établir les fondations d’une culture de l’objet avec des références dans tous les champs du design et de la création industrielle (artistique, scientifique, technique, socio- économique…) ; - acquérir des techniques de représentation : dessin, photo, vidéo, volume ; - prendre en compte la faisabilité technologique et économique du projet ; - acquérir de réelles compétences linguistiques, en particulier en anglais. La phase 2 Objectifs : développer, approfondir, maîtriser L’objectif principal de cette phase est de développer et de maîtriser une démarche personnelle , tout en poursuivant et en approfondissant les acquis de la phase 1. Cette deuxième phase du cursus permet de : 15
  16. 16. - développer une pensée théorique et critique ; - acquérir une connaissance des conditions socio-professionnelles de l’exercice du métier de designer ; - approfondir la connaissance du milieu économique et du monde des entreprises privées et publiques ; - maîtriser la communication et la présentation de ses propositions (construction du discours, qualité de l’expression orale et écrite, pertinence et qualité des supports de présentation) ; - maîtriser la pratique de l’anglais dans un contexte professionnel (validation test Toeic). La phase diplôme Objectifs : se révéler, se positionner, s’affirmer L’objectif principal de cette dernière phase du cursus est de permettre à l’élève, à travers son mémoire et son projet de fin d’études, d’affirmer un positionnement dans le champ du design et de la création industrielle et de démontrer sa capacité à : - développer un regard critique sur son travail ; - identifier une problématique et y apporter une réponse pertinente et innovante ; - maîtriser la qualité de la communication de son travail. 3. Les modalités pédagogiques L’enseignement du design proposé par l’école s’appuie sur trois modes : - les cours théoriques et pratiques ; - une formation au métier par la pratique du projet encadrée par un designer ; - un stage professionnel. Les enseignements théoriques et pratiques Les cours théoriques et pratiques permettent à l’élève de renforcer sa culture générale, d’élargir ses références, de développer son esprit critique, d’acquérir la maîtrise des outils professionnels. Ils convoquent des disciplines variées, des sciences humaines aux connaissances les plus techniques, de l’histoire de l’art aux savoir-faire de l’artiste et du designer : dessin, modelage, maquettage, photographie, vidéo, technologies numériques… Les cours donnent aux élèves des connaissances fondamentales, à charge pour eux de poursuivre, par leurs propres moyens, l’exploration des champs auxquels elles appartiennent. Pour certains domaines, l’école propose des « studios de création », qui permettent une aide à l’approfondissement, à la recherche : graphisme, son, image, arts plastiques. Les ateliers de projets C’est dans l’atelier de projet que l’élève apprend – sous la conduite d’un directeur de projet, designer professionnel en activité – dans un premier temps à maîtriser les différentes phases de l’élaboration du projet, puis dans un second temps à développer et affiner une démarche autonome de concepteur. Chaque atelier propose un positionnement et une démarche spécifique mais complémentaire dans les différents champs du design et de la création industrielle allant du produit au service, des matériaux au numérique, de l’espace public à l’espace domestique. 16
  17. 17. Le directeur de projet propose un programme chaque semestre. Selon les ateliers, la nature, la durée et le degré de finalisation des projets sont variables. Les projets d’envergure sont souvent menés en équipe. Certains projets sont conduits en partenariat avec des entreprises ou des institutions. L’atelier de projet est un espace collectif où se développe une dynamique de groupe qui stimule la créativité de chacun par l’échange et la confrontation. Les élèves sont regroupés en fonction de leurs objectifs et non par année d’entrée, les nouveaux côtoyant les plus anciens. Les moyens techniques mis à disposition par l’école permettent à l’élève de concrétiser et de communiquer ses propositions. Les stages - Le stage professionnel Il est obligatoire et équivaut à un semestre. Il s’effectue généralement en phase 2. L’équipe pédagogique conseille et oriente les élèves vers des entreprises ou des agences, en France ou à l’étranger. Le stage est une expérience essentielle. Il permet de découvrir le monde du travail et de se familiariser à ses contraintes. À son retour à l’école, l’élève est tenu de rédiger un rapport de stage qui rend compte de la nature du travail effectué et de l’apport de cette expérience. - Le stage universitaire L’école participe à un réseau important d’écoles et d’universités dans le monde qui offre la possibilité aux élèves d’effectuer un semestre à l’étranger. Ce stage universitaire, plutôt destiné aux élèves en phase 1, leur offre la possibilité de se confronter à une autre culture, à d’autres expériences et à la pratique d’une langue étrangère. Contact : Caroline Stupienko, stup@ensci.com 17
  18. 18. 4. L’harmonisation européenne Le cursus de l’école s’inscrit dans le cadre de l’espace européen de l’enseignement supérieur. Il applique le dispositif d’ECTS (European Credit Transfer System). Celui-ci permet de rendre lisible, au niveau européen, la spécificité de l’enseignement et le contenu du diplôme. Il vise ainsi à renforcer la mobilité des élèves et des diplômés dans l’Union Européenne. Principes des crédits européens (ECTS) : - des crédits sont attribués à chaque enseignement et activité pédagogique qui font l’objet d’une évaluation par l’encadrement ; - la valeur d’un crédit représente 25 heures de travail ; - le nombre de crédits attribué à un enseignement est basé sur la charge de travail à réaliser ; - la validation d’un semestre dépend de l’obtention de 30 crédits, le nombre des crédits à acquérir définit le nombre d’années d’études ; - l’attribution d’un grade allant de A à FX rend compte de la qualité du travail ; - ces grades figurent dans le « Supplément au diplôme » délivré en fin de parcours, qui facilite la reconnaissance académique et professionnelle des qualifications. 5. La répartition des crédits Les crédits sont comptabilisés par semestre et par phase et répartis de la manière suivante : Phase 1 Phase 2 Phase diplôme Total Nb Nb crédits Nb Nb crédits Nb Nb crédits Nb Nb crédits semestres semestres semestres semestres Catégorie 4 120 4 120 2 60 10 300 I Catégorie 3 90 3 90 2 60 8 240 II Catégorie 2 60 2 60 2 60 6 180 s III et IV Répartition des crédits en phase 1 La moitié des 30 crédits nécessaires pour valider le semestre est attribuée au travail effectué dans un atelier de projet. L’autre moitié (15 crédits) est réservée aux enseignements théoriques et pratiques. Dans le cas d’un stage universitaire à l’étranger, l’attribution des 30 crédits se fait selon les modalités en vigueur dans l’établissement d’accueil. Répartition des crédits en phase 2 L’approfondissement d’une démarche personnelle réclame un travail plus important dans les ateliers de projets. Cet investissement se traduit par une répartition différente des 30 crédits du semestre, soit l’attribution de 18 crédits pour le projet et de 12 crédits pour les cours théoriques et pratiques. 18
  19. 19. Dans le cas d’un stage professionnel l’attribution des 30 crédits est conditionnée par l’appréciation favorable du tuteur de l’élève au sein de la structure d’accueil et de la remise d’un rapport de stage. Répartition des crédits en phase diplôme Les 60 crédits de la phase de diplôme sont répartis comme suit : 25 crédits pour le mémoire de fin d’études, 25 crédits pour le projet, et 10 crédits pour la soutenance. L’ensemble des crédits est attribué par le jury. 6. Le programme semestriel et la validation des phases 1 et 2 Le programme individuel En application du principe de cursus individualisé, il n’y a pas de programme type établi à l’avance pour l’ensemble des élèves. Pour chaque nouvel élève, dès son arrivée dans l’école, une liste d’enseignements à caractère « fondamental » est établie à la suite d’un entretien d’orientation. Celle-ci pourra être modifiée suivant le déroulement de son parcours. Chaque semestre, l’élève propose, à partir du programme pédagogique, une liste d’enseignements (cours, atelier de projet ou stage) qu’il souhaite suivre. Cette proposition est ensuite validée ou ajustée par une commission d’orientation. Elle fait l’objet d’un « contrat d’études » signé par l’élève et le responsable pédagogique concerné. Ce contrat engage la responsabilité de l’élève. Lorsque l’élève n’a pas atteint le quota de crédits de fin de semestre la commission d’orientation étudie la possibilité de rattraper ce retard (2 ou 3 crédits au maximum) au semestre suivant. Si le nombre de crédits manquants est plus important, la phase est prolongée d’un semestre. La prolongation potentielle de chaque phase est limitée à un semestre. L’inscription aux cours et aux ateliers de projets se fait au service pédagogique, à l’issue des commissions d’orientation. Afin d’assurer une répartition équilibrée des élèves dans les différents ateliers de projets, l’élève doit formuler deux choix. Les commissions d’orientation Elles établissent avec l’élève son programme semestriel d’enseignements. Composition de la commission d’orientation : - le responsable pédagogique de la phase, - le directeur de projet du semestre, ou son assistant, ou un designer externe dans le cas d’un retour de stage, - un enseignant, - l’assistante administrative et pédagogique de projet, - un élève invité. Validation des phases Le passage d’une phase à l’autre est sanctionné par un jury de fin de phase, composé de membres internes et externes à l’école. L’élève doit s’assurer qu’il a acquis le nombre de 19
  20. 20. crédits suffisants en fonction de sa catégorie au moment du passage d’une phase. L’obtention du nombre de crédits nécessaires donne l’« accès » au jury de fin de phase. Le jury vérifie que les objectifs de la phase sont atteints au vu des appréciations des enseignants, regroupées dans le dossier pédagogique de l’élève. Le jury apprécie la qualité de la présentation (supports et discours) avec l’attribution de 2 crédits permettant de valider le passage dans la phase suivante. À la suite de la validation de la phase, le jury porte une appréciation sur la qualité globale du travail et du parcours (aide aux diplômes, participation à la vie collective de l’école…) avec l’attribution d’un grade, et établit avec l’élève son contrat d’études pour le semestre à venir. En cas de non-validation, le jury fixe avec l’élève une nouvelle échéance qui ne doit pas excéder deux mois. Le jury de fin de phase 1 est l’instance qui valide le passage en phase 2. Composition : - le responsable pédagogique de la phase 1, - un designer externe, - le directeur de projet du semestre, - un enseignant, - un élève invité. Le jury de fin de phase 2 est l’instance qui valide les acquis de la scolarité et déclare l'élève « diplômable ». À la suite de cette validation, l'élève présente le thème et l'axe de recherche de son mémoire de fin d'études, formalisés par écrit et signés par le directeur de mémoire choisi. Composition : - le responsable pédagogique de la phase 2, - le responsable de la phase diplôme, - un designer externe, - le directeur de projet du semestre, - le directeur de mémoire. 7. La phase diplôme Déroulement et échéances Après la validation des acquis de la scolarité par le jury de fin de phase 2, l'élève entre en phase diplôme. Cette phase dure 12 mois, toutes catégories confondues. - 1 mois pour établir le contrat d’études entre le responsable de la phase diplôme et l’élève. Ce contrat définit le déroulement et le calendrier des échéances et fixe les sujets de mémoire et de projet. - 5 mois sont consacrés aux recherches, à la rédaction et à la mise en forme du mémoire, - 5 mois sont consacrés à la réalisation complète d’un projet de création industrielle, - le dernier mois est réservé à la préparation de la soutenance. Les trois composantes du diplôme - Le parcours 20
  21. 21. La présentation par l’élève de son parcours doit être révélatrice de la personnalité, des aptitudes, de la distance critique et des prises de position du futur designer. Elle s’accompagne d’un argumentaire reflétant la personnalité de l’élève. - Le mémoire Le mémoire est la réalisation d’un travail de réflexion dans un domaine choisi par l'élève, validé par son directeur de mémoire. L’élève doit démontrer sa capacité à traiter un sujet selon un positionnement personnel et à maîtriser la communication écrite. L’approche et la problématique doivent être celles d’un futur créateur industriel. Le directeur de mémoire est un enseignant, un chercheur ou un expert. Il est choisi par l’élève soit à l’intérieur de l’école soit à l’extérieur. Ce choix est présenté au jury de fin de phase 2 et validé par le responsable de la phase diplôme. - Le projet Le projet de diplôme est la réalisation complète d’une étude de création industrielle à caractère innovant, voire prospectif. L’élève doit démontrer sa capacité à poser une problématique et à y apporter une réponse appropriée et cohérente. Il doit pousser son étude à un niveau de concrétisation qui en démontre la faisabilité. L’encadrement est assuré par un directeur de projet qui est obligatoirement un professionnel : un designer enseignant dans l’école ou une personnalité extérieure reconnue. Le choix de l’élève est validé par le responsable de la phase diplôme. La soutenance La soutenance, d’une durée de 2 h 30, est une communication publique par l’élève de son parcours, de son mémoire et de son projet de diplôme. L’élève, à travers sa soutenance, doit démontrer au jury non seulement ses aptitudes et sa capacité à maîtriser, développer et gérer des projets, seul ou en groupe, mais aussi et surtout à se situer dans les différents domaines et secteurs de la vie professionnelle (publics, privés, recherche) : produits, services, espaces ou médias dédiés aux usagers et aux consommateurs. Le jury de diplôme Critères d’appréciation • D’une façon générale, le jury vérifie et apprécie : - la qualité et la cohérence de la communication, - l’autonomie et le sens de la synthèse du candidat. • Sur le parcours : - la qualité de relecture critique du parcours de formation, - la formalisation du récit qui en est fait. • Sur le mémoire : - la pertinence de la question avancée comme démonstration d’un positionnement, - la méthode et la rigueur avec lesquelles est traitée cette question, - la formalisation et la lisibilité du travail, - l’exposé qui en est fait par le candidat lors de la soutenance. 21
  22. 22. • Sur le projet : - la pertinence, la validité et la formalisation de la proposition, - le niveau d’aboutissement. Composition du jury - le président de session, - le directeur de l’Ensci ou le directeur des études, - le responsable de la phase diplôme, - un créateur industriel, - un rapporteur de mémoire. Ces cinq membres constituent le jury permanent d’une session ; ils décernent en fin de celle- ci d’éventuelles mentions ou félicitations. Pour représenter l’élève, le jury est complété par : - son directeur de mémoire, - son directeur de projet, - un invité de son choix, appelé pour sa compétence sur le projet traité. 8. Le calendrier pédagogique annuel Premier semestre : début septembre, mi-février. Deuxième semestre : fin février, mi-juillet. Il n’y a pas de cours programmés pendant la période des fêtes de fin d’année (Noël et Nouvel an), ni pendant les périodes de validation et d’orientation au mois de juillet. Des habilitations Matières sont programmées pendant les trois semaines de validation et d’orientation de février. Les élèves ont la possibilité de prendre une semaine de vacances pendant cette période en fonction de leur planning personnel. 22
  23. 23. LE PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS L’Ensci, une formation Les enseignants Les ateliers de projet . atelier Formes et matières . atelier Local Tools . atelier Expérimentation domestiquée . atelier de Design numérique . atelier Transversal . unité d’Initiatives personnelles Le domaine Objets . h/t : ABCDesign . h/t : Sémiotique du design . h/t : Problématiques du design . h/t : Culture contemporaine . o/p : Modelage (en cours d’élaboration) . o/p : La maquette comme outil de conception . o/p : Bois et procédés . o/p : Les matériaux métalliques . o/p : L’univers des plastiques . o/p : Lumière et couleurs . o/p : Formes et structures . o/p : Analyse de produits . o/p : Matériaux et conception . o/p : Expérimentation matériaux : bois, métal . o/p : Imagerie technique . o/p : Modélisation 3D volumique . o/p : Représentation perspective . o/p : Modélisation 3D surfacique . o/p : Habilitation FAO 23
  24. 24. Le domaine Images dessin . o/p : Croquis de nu . o/p : Dessiner, c’est fabriquer . o/p : Rough et Illustrator graphisme . h/t : Graphisme et typographie . o/p : Sensibilisation à la typographie . o/p : Typographie et édition . o/p : Communiquer par l’image . o/p : Mise en page papier . o/p : Mise en page écran . o/p : Studio de création Graphisme photographie . h/t : Qu’entre-t-il dans la photographie ? . o/p : Prise de vue, niveaux 1 et 2 . o/p : Photo/Photoshop vidéo . h/t : Cinéma/vidéo : histoire des images en mouvement . o/p : Habilitation vidéo : capter/monter . o/p : Studio de création Image/mouvement Le domaine Territoires politique . h/t : Modernité, postmodernité . h/t : Problèmes politiques et socioculturels économique . h/t : Comprendre les débats économiques actuels . o/p : Initiation au marketing (en cours d’élaboration) . o/p : Créer son entreprise technologique . h/t : Technologies : enjeux et usages urbanistique . h/t : Formes urbaines et paysagères (en cours d’élaboration) artistique . h/t : Le bureau du doute . o/p : Studio de création Arts plastiques juridique . o/p : Droit d’auteur,dessins et modèles,contrats . o/p : La pratique professionnelle du design 24
  25. 25. Le domaine Narrations texte . o/p : L’atelier des mots . o/p : Atelier d’écriture créative, cours de français pour étranger . o/p : Studio de création Théorie (en cours d’élaboration) espace . o/p : Lectures/performances d’artistes son . o/p : Habilitation son . o/p : Studio de création Art et design sonore langue . o/p : Cours d’anglais (en cours d’élaboration) . o/p : Communicating in English Les séminaires . Séminaire de rentrée . Séminaire de diplôme . Séminaires internationaux –––––––––––––––––––––– * o/p : Outils et pratiques ** h/t : Histoire et théories 25
  26. 26. L’Ensci, une formation Le cours, l’atelier Le design, comme l’art et l’architecture, exige un enseignement de deux types : apprendre, expérimenter. Ce sont deux voies aussi nécessaires l’une que l’autre pour atteindre une maîtrise et une capacité créative. L’Ensci offre ainsi, à part égale, une formation en atelier et des apprentissages en cours, théoriques ou pratiques. En atelier, il s’agit, dès le début des études, de « faire projet », ce qui est la base même du métier. Pendant quatre ans, l’élève expérimente, sur les sujets les plus variés, la situation de travail qui va être la sienne lors de la vie professionnelle, selon un schéma constant : s’informer, se documenter, réfléchir, laisser venir des intuitions, les vérifier, choisir un parti, esquisser, évaluer des contraintes de tout ordre, maquetter, prototyper, proposer, présenter. Chaque semestre d’atelier de projet convoque de nombreux savoirs dans les champs les plus divers. Une certaine culture du design s’acquiert ainsi par touches successives, par conscience progressive de la transversalité qui en est la marque. Mais cette approche ne suffit pas, trop évanescente, trop vite oubliée si elle reste la seule façon de s’approprier le champ de la création industrielle. Les connaissances fondamentales d’un designer, connaissances intellectuelles et matérielles, ne se gagnent vraiment que par la constance d’un effort étalé dans le temps et par la répétition d’actes élémentaires qui font la base d’une vie de créateur : lire, écrire, dessiner, discuter, théoriser, modeler, façonner, représenter… Ce sont les cours, selon des modalités pédagogiques diverses, qui assurent cette acquisition en profondeur d’une culture du design, laquelle, étant une traversée de tout ce qui a trait aux arts de la forme, apparaît comme un ensemble complexe que l’on découpe en domaines. L’objet, l’image, le territoire, la narration Quatre domaines d’enseignement, de natures différentes. Les deux premiers sont au cœur de la création industrielle, les deux autres en sont la toile de fond. On peut considérer, à l’heure actuelle, que si l’objet, au sens matériel du mot, reste la figure centrale du design depuis plus d’un siècle, son statut et sa place ont fortement changé. L’accumulation des marchandises, le devenir marchand de toute chose, la révolution numérique ont étendu le concept d’objet à des productions autrefois étrangères à la création industrielle. Objets virtuels, espaces, services, interfaces, par exemple, font désormais partie intégrante des finalités du design et appellent de nouveaux contenus de formation, ainsi que des pédagogies inédites. Or ce renouvellement du champ d’application du design ne peut être accessible sans faire le voyage de son histoire, c’est-à-dire revisiter les problématiques et les savoir-faire successifs qui l’ont placé au sein du processus industriel. Penser et former des volumes ; sculpter, construire ; travailler la matière, agencer des matériaux – tels sont encore les passages nécessaires de l’apprentissage du métier, inscrits dans l’offre de cours du domaine « Objets » à côté des techniques les plus contemporaines. L’image constitue un domaine à double titre. D’abord en tant que mode de représentation dominant de notre époque et par conséquent élément clef des moyens d’expression du designer. Ensuite en tant que champ du design depuis que la production d’images est devenue un secteur de création industrielle. Le numérique et les nouvelles technologies de communication ont apporté au designer un élargissement considérable de la profession et l’occasion d’une réflexion renouvelée sur le métier. Il n’existe pas d’objet qui ne soit pas en même temps une image ni d’image qui ne soit un objet industriel. Même l’art, depuis Andy 26
  27. 27. Warhol, est questionné par la reproductibilité et par des processus de conception qui rapprochent l’atelier de l’artiste et celui du designer. L’image est donc un domaine incontournable et, là encore, son accessibilité passe par la découverte et l’acquisition d’une culture de l’image, des fresques de Lascaux jusqu’aux écrans du virtuel, en passant par la peinture, la photographie, le cinéma, le graphisme et la vidéo. Une culture et un savoir technique, une maîtrise des outils : le crayon, le pinceau, les ciseaux, la colle, l’appareil photo, la caméra, le logiciel. Tout cela constitue l’offre de cours du domaine « Images ». Le territoire – le territoire d’intervention du designer – est une configuration qui se dessine de manière différente à chaque projet. C’est un entrelacs de questions culturelles, technologiques, sociologiques, économiques, juridiques, politiques, voire philosophiques, qui s’organisent en fonction de la production envisagée : objet ou espace, destination publique ou privée, réalité marchande ou sociétale, innovation ou continuité, usage ou message… Cet entrelacs est d’autant plus difficile à saisir que le design n’est plus seulement le lieu d’une création mais surtout celui d’une négociation entre de multiples instances et partenaires, un art que l’on peut qualifier « art de l’interactivité », au moment même où celle-ci devient non seulement le moteur des nouvelles technologies de communications mais également l’horizon du grand marché planétaire et des formes à venir de la démocratie. L’Ensci a échafaudé un programme de cours qui permet la lecture de la complexité du monde actuel et donne aux élèves des moyens d’affronter une société en pleine mutation. Ce programme est cependant un chantier, et se doit de le rester car, si certaines questions peuvent être abordées avec des savoirs constitués et des méthodes traditionnelles, nombre d’entre elles ne font qu’émerger. Ce sont des interrogations prospectives et les moyens de s’en emparer évoluent d’une discipline à l’autre ; l’intelligence de ce qui affleure est une navigation en quête d’éclaircies qui peuvent venir tout autant des aventures intuitives de l’art que des explorations méthodiques de la science, des sciences humaines comme des sciences dites « dures », de la recherche fondamentale comme de la recherche appliquée. Le programme des cours du domaine « Territoires » évolue donc, pouvant, selon l’actualité de la connaissance disponible et pertinente, s’augmenter des apports de nouvelles disciplines. Pourquoi la narration ? Parce que le design aujourd’hui est toujours le fruit d’un scénario. C’est le contexte méthodologique de la création industrielle. Scénario d’usage qui permet l’intention de projet et scénario de conception qui permet le processus du projet jusqu’à la fabrication. Il est vital, pour un futur designer, d’apprendre à scénariser, et donc de s’emparer pour cela des arts du temps, puisque tout scénario est le développé d’une forme dans la durée. Ces « techniques » du temps sont celles de l’écriture, du son et d’une part essentielle de l’art contemporain, depuis qu’on intègre le spectateur à l’œuvre et que les formes sont de plus en plus des dispositifs à parcourir, des propositions d’itinéraires de sensations et d’idées. L’Ensci offre la possibilité de se doter d’une capacité d’affronter la page blanche, la bande magnétique ou le lieu d’une installation, pour se familiariser avec les notions de récit, de rythme et d’espace qui articulent les éléments d’un scénario. C’est aussi par cette voie que l’on se forme à la communication des projets, qui est également une construction scénarisée, tant dans le discours que dans l’exposition graphique, parfois audiovisuelle. La théorie, la pratique Le design est un métier intellectuel. Il suffit de lire les écrits de ceux qui l’ont fondé ou enrichi pour s’en convaincre aisément. Avancer des concepts, faire des projets en dessinant les contours de l’idée autant que de la matière, tel est l’ordinaire du design. Il faut fortement 27
  28. 28. penser pour être designer, d’où de nombreux cours d’histoire et de théorie qui apportent à l’élève les moyens d’apprendre à penser – car ce n’est pas inné, cela s’apprend –, en suivant les chemins explorés, dans tous les domaines enseignés et tout au long de près d’un siècle et demi de création industrielle, pour prendre de la distance et comprendre les conditions de l’apparition des formes, pour saisir la vie de l’esprit qui est au cœur de toute pratique. Histoires et théories du design, donc, mais aussi de l’art, de la photographie, du graphisme et du cinéma, enseignées en parallèle à la pratique de ces champs d’expression. Théorie et pratique sont ainsi indissolublement liées, à l’Ensci, pour assurer une formation qui ne saurait être réelle, profonde, en se passant de l’une ou de l’autre. Présentation, représentation Présenter au client, à l’usager, à la collectivité un travail, un projet, une proposition de design est un moment essentiel du métier. De nombreuses techniques de représentation peuvent se mettre au service de cette étape décisive. Elles sont toutes enseignées à l’Ensci, mais les cours délivrés ne seraient rien sans une pratique personnelle constante, installée définitivement dans la vie du futur designer. Seule cette constance est capable d’apporter une maîtrise de la représentation. Une maîtrise et autre chose : la possibilité même de la créativité. Comme l’écriture quotidienne pour un écrivain, le dessin, tous les jours, avec un crayon ou des outils plus sophistiqués, est une nécessité vitale pour l’artiste et le designer. Il est la matrice de son imaginaire et la voie des idées comme des formes. On enseigne à l’Ensci les bases des techniques jusqu’au niveau où chacun est en mesure de poursuivre seul la lente acquisition d’une virtuosité suffisante pour libérer sa créativité. Cela exige la continuité, ainsi qu’un juste équilibre entre les pratiques : dessins de nu, de volume, d’espace ; esquisse rapide et imagerie technique ; rough et modélisation 3D. Le projet, la recherche Tout atelier de projet est un atelier de recherche. Une recherche d’un genre particulier, rapide, intuitive autant que raisonnée, fort différente de celle qu’on pratique à l’université. L’harmonisation européenne offre une chance d’ouvrir l’école à un niveau supérieur de recherche, pouvant aboutir au doctorat, à condition d’inventer des liens avec les secteurs de la recherche traditionnelle et d’inscrire la culture du projet dans les méthodes établies par les sciences. Il s’agit d’un chantier pour les années à venir, mais rien ne se fera si l’Ensci ne démontre pas, dès à présent, qu’elle est capable de préparer à la recherche dans le cadre des cinq ans d’études pour le grade de master. C’est la raison pour laquelle ont été mis en place des « studios de création » où l’on peut explorer un champ du possible sans les contraintes imposées par le cadre d’un atelier de projet. Il en existe actuellement quatre – pour le son, l’image, le graphisme et les arts plastiques –, en attendant la mise au point d’un studio de création pour les matériaux, ainsi qu’un autre pour la théorie. Ces deux studios sont en phase de préfiguration : le premier avec deux enseignements à base d’expérimentations ; le second avec un séminaire qui prépare les élèves à l’entrée dans la phase diplôme, aux choix des sujets de mémoire et de projet, lesquels sont souvent d’authentiques sujets de recherche. Les studios de création permettent l’approfondissement d’une démarche et une investigation plus grande, plus exploratoire du design, soit en faisant un détour par une discipline connexe qui vient enrichir la réflexion, soit en se concentrant sur un aspect particulier de la création industrielle. Ce sont des outils d’innovation pour la recherche, dans la mesure où l’on y esquisse peu à peu de nouvelles perspectives, de nouvelles méthodes, unissant études et projets, analyses et expérimentations. 28
  29. 29. Claude Eveno Directeur des études 29
  30. 30. Les enseignants Nom/Prénom Intitulé e-mail Histoire et théories : l’image Aupol Eric e.aupol@laposte.net et l’histoire de la photographie Responsable de la phase Averland Dominique diplôme silo.averland@free.fr Séminaire diplôme Directeur d'atelier Azambourg François azambourg@wanadoo.fr de projets Studio de création images Barani Christian Formes contemporaines de la christianbarani@noos.fr narration : ciné club, performances, conférences Assistant designer d'atelier Bardet Guillaume guillaume.bardet@free.fr de projets Beautems Dominique Modélisation 3D surfacique beautems@ensci.com Studio de création : arts Béhar Armand abehar@caramail.com plastiques Comprendre les débats économiques Bellivier Muriel mbellivier@armeedusalut.fr Créer et pérenniser son entreprise Histoire et théories : Borg-Pisani Nicola nbp@emu-daz.org problématiques du design Imagerie technique : du Boyer Joël jobo1@libertysurf.fr crayon au logiciel Cahen Roland Studio de création : son roland.cahen@wanadoo.fr Histoire et théories : caraes@wanadoo.fr Caraës Marie-Haude modernité - post modernité Histoire et théories : problèmes politiques et socio-culturels Histoire et théories : Chays Pierre-Yves py.chays@wanadoo.fr sémiotique du design Assistant designer d’atelier de Cornet Olivier olivier@pressecitron.com projet Studio expérimentations matériaux : bois et métal Costard Philippe Formes et structures costard.philippe@wanadoo.fr Maquette comme outil de conception du designer Mise en page papier Mise en page d’un écran courbis@easyconnect.fr Courbis Françoise Photo/photoshop Cuvellier Romain Représentation et perspective rcuvellier@hotmail.com Dayes Céline Assistante designer d’atelier ccdayes@hotmail.com 30
  31. 31. de projet Dingjian Jean-François Directeur d'atelier de projets jf.dingjian@free.fr Communiquer par l'image : images et sens Typographie et édition Draaijer Fokke draai@planet.nl Sensibilisation à la typographie Studio de création Graphisme L’espace de la langue : Ego Renaud renaud.ego@wanadoo.fr l’atelier des mots Elemento Nathalie Dessiner c’est fabriquer elejoynt@club-internet.fr Assistante designer atelier de Evans Helen helen@hehe.org projet Fogarty Jem Communicating in English jemfogarty@aol.com Fréchin Jean-Louis Directeur d'atelier de projets jl@nodesign.net Assistante designer d’atelier Fromentin-Félix Clotilde clotilde.f.f@free.fr de projet Fronty-Gilles Françoise Atelier d’écriture créative f.frontygilles@wanadoo.fr Chef de projet « Unité Gaubert Christophe designer@wanadoo.fr initiatives personnelles » Histoire et théories : cinéma / Gourbeix Julien vidéo : les images en gourbeix@netcourrier.com mouvement Permanences électricité, Grimbert Olivier og@protee.org électronique Studio expérimentations matériaux : métal Gugole Didier Habilitation métal gugole@ensci.com Matériaux métalliques en création industrielle FAO Prototypage rapide Matériaux métalliques en création industrielle Hurter Joël Analyse de produits hurter@ensci.com Matériaux et conception Modélisation 3D volumique (Solidworks) Prise de vue photographique Huyghe Véronique niveau 1 et 2 huyghe@ensci.com Photo/Photoshop Histoire et théories : Jubert Roxane graphisme et typographie, roxane.jubert@wanadoo.fr histoire et singularité Kernin Charline L’univers des plastiques charline.kernin@renault.com Habilitations plastique et Kula Daniel kula@ensci.com maquette 31
  32. 32. Lansonneur Pascal Lumière et couleurs lansonneurpascal@yahoo.fr Studio expérimentations matériaux : bois Laville Denis laville@ensci.com Habilitation bois Bois et procédés Lintz Frédéric Rough & Illustrator flintz@eliumstudio.com Histoire et théories : Marchandise Jacques-François jfm@proposition.fr technologie, enjeux et usages Massaloux Laurent Directeur d'atelier de projets laurent@massaloux.net Histoire et théories : le bureau Matta Ramuntcho rammatta@noos.fr du doute Histoire et théories : Midal Alexandra alexandramidal@noos.fr ABCDesign Droits d’auteur, dessins et modèles, contrats Minvielle Nicolas nicolas@starcknetwork.com Pratiques professionnelle du design Moïse Bernard Directeur d'atelier de projets moiseb@wanadoo.fr Partouche Marc Séminaire diplôme marcpart@aol.com Sauret Sabine Croquis de nu sabine_sauret@hotmail.com Analyse de produits Tainturier Bruno bruno.tainturier@laposte.net Matériaux et conception Tissot Sylvie Représenter l’interactivité sylvie.tissot@anabole.com Valty Pascal Encadrement de projets tave2@wanadoo.fr Histoire et théories : Qu’entre- Veigy Cédric (de) c.d.v@freesbee.fr t-il dans une photographie ? 32
  33. 33. Les ateliers de projet Les ateliers, une cartographie du design Cartographie : « art de dresser les cartes géographiques ». La définition du Littré convient parfaitement à ce qui incombe à l’école : offrir un paysage, une géographie du design. Chaque semestre, il s’agit bien de faire en sorte que l’ensemble des thèmes constitue une carte pour naviguer dans la diversité de la création industrielle. Les ateliers sont positionnés de façon constante par leurs responsables, mais ils ne sont pas spécialisés. À tour de rôle, ils abordent l’un ou l’autre des champs qu’il faut parcourir pour acquérir une formation complète : design d’objet, design d’espace, design de service, design numérique, design global. La carte n’est jamais totalement achevée, c’est un chantier, comme les cartes de France des ingénieurs du e XVIII siècle, toujours à refaire au fur et à mesure des relevés nouveaux du territoire. Travail personnel demandé à l’élève : le travail sur projet représente 50 % du travail des élèves en phase 1 et 60 % en phase 2. Ce temps est réparti entre un travail encadré et un travail personnel. Modalités d’évaluation : les projets sont évalués par le directeur de projet et son assistant designer lors des séances de présentation publiques en fin de semestre. Crédits ECTS : répartition différenciée, 15 crédits en phase 1, 18 crédits en phase 2. Nature de l’enseignement : pédagogie par projet ; des interventions d’experts et des conférences sont programmées sur mesure en fonction de la nature et des besoins du projet. Calendrier : 1er semestre, de septembre à février, 2e semestre, de mars à juillet. Programmation : semestrielle. Public : la répartition est faite en fonction des recommandations des commissions d’orientation et de la capacité d’accueil de chaque atelier. Nombre d’élèves : 18 à 22. 33
  34. 34. Atelier Formes et matières Directeur : François Azambourg Assistante designer : Clotilde Fromentin-Félix Assistante administrative et pédagogique : Véronica Rodriguez Positionnement L’atelier « Formes et matières » propose une réflexion sur les modes de production, ainsi que sur les spécificités relatives aux matières : manipuler, questionner, tester les modes de fabrication de l’objet, prendre conscience et expérimenter les incidences de ces modes sur la forme et l’utilité de l’objet ; questionner les matériaux par une manipulation directe afin d’en apprécier les qualités ; développer les imaginaires formels – aborder la question de la forme par la question de la mise en forme. L’atelier travaille sur le rapport intime entre forme et matière à travers une démarche expérimentale. D’une part, la forme n’est pas indifférente à la matière. La question essentielle posée par le design est : « Quelle forme cette matière veut-elle prendre ? », question ouverte à l’expérience. D’autre part, partir de la matière, voire de la procédure industrielle (de la machine) permet d’explorer tous ses pistes possibles en tant que formes. Ainsi, la forme est le produit d’une fluctuation de l’objet au cours de sa matérialisation jusqu’à la reconnaissance de sa stricte nécessité, plutôt que le résultat d’un choix arbitraire du designer. Dans cette démarche, la forme se conçoit plus qu’elle ne se dessine. Pédagogie La méthode pédagogique se développe selon une approche propre à la recherche. Les différentes étapes du projet sont menées en parallèle avec les ateliers Matières de l’école, appuyées par des visites de sites de production, en collaboration avec des partenaires industriels, et par des rencontres avec de nombreux experts. Dans une première phase, des analyses à partir de documents, d’observations et d’interviews menés sur le terrain permettent le montage de scenarii pour exprimer des positionnements personnels. Dans une seconde phase, les élèves abordent l’expérimentation par la mise en volume, afin de vérifier les hypothèses émises. Une attention particulière est accordée aux finitions, à la représentation et à l’adéquation avec les modes de production inhérents au projet. Une vidéo, des échantillons et des prototypes illustrent à la fois la démarche et la proposition finale. 34
  35. 35. Atelier « Local Tools » Directeur : Jean-François Dingjian Assistant designer : Guillaume Bardet Coordinatrice : Myriam Provoost Positionnement L’atelier « Local Tools » est avant tout orienté vers une approche contextuelle du design. Contrairement au mouvement « Global Tools », qui avait comme postulat la tabula rasa, cet atelier propose de prendre en compte la commande et ses multiples contraintes comme point de départ de la conception d’objets. Cette méthode s’applique à tout type de projets, industriel ou non, et a pour but la maîtrise des différentes phases d’un projet de design, la commande devenant un processus de réflexion, une culture du projet. Bien entendu, il ne s’agit pas d’un lieu de simulation d’une agence de design industriel, mais d’un espace de réflexion dans lequel l’élève trouve et affine sa propre méthodologie par la question de la mise en forme. Pédagogie La notion abordée est le design comme mise en forme de la pensée. Par forme, on entend l’interrelation usage/plasticité/ production. Pour cela, sont utilisés tous les outils de conception à disposition, mais avant tout le dessin, interface directe et efficace entre l’idée et sa matérialisation. Les enjeux plastiques seront bien sur abordés comme autant de questionnements sur les formes, leur histoire et leurs motivations. 35
  36. 36. Atelier Expérimentation domestiquée Directeur : Laurent Massaloux Assistant designer : Romain Cuvellier Assistante administrative et pédagogique : Margot Casimir Positionnement L'atelier propose de travailler autour du thème général de l'« expérimentation domestiquée ». Ce thème est développé sous deux aspects : l'expérimentation comme processus de création et comme fil conducteur des sujets pour les projets. L'objet issu de cette thématique devient ainsi le médiateur d'une expérience entre l'utilisateur et son environnement. L'environnement domestique peut être alors compris comme un terrain de jeu, où de nouvelles combinaisons entre différentes typologies d'objets sont envisageables. Les notions de mixage fonctionnel, de transfert technologique, d'« esthétique de l'usage » sont alors utilisées comme des notions dynamiques amenant à de nouvelles hypothèses de vie au quotidien. À travers l'expérimentation, l'usager devient actif, créatif et interroge son quotidien d'une façon plus ludique, réflexive et sensible. Pédagogie Une partie importante de l'étude du projet est dédiée à la manipulation de dispositifs : expérimenter des systèmes pour se « bricoler » une pensée. Le bricolage reste un outil de création déterminant. Il est à la fois dynamique et réflexif. C'est aussi un échange actif qui fait prendre conscience de paramètres sensibles (toucher, effet, luminosité…). Il s'agit ainsi de tisser un lien, à toutes les phases du projet, entre l'aspect narratif, le sens, la fonction et la formalisation. Une attention toute particulière est dédiée à la formalisation, à l'aspect plastique de l'objet, ainsi qu’à l’enjeu de sens que cela constitue. 36
  37. 37. Atelier de Design numérique (ADN) Directeur : Jean-Louis Fréchin Assistants designers : Helen Evans et Olivier Cornet Encadrement et suivi : Pascal Valty Responsable pédagogique : Sylvie Lavaud Positionnement L'objectif de l'ADN est de « réfléchir » à la pratique et aux espaces d'intervention du design dans la société postindustrielle. Le champ du design numérique appréhende la notion de design dans une approche globale, transversale, culturelle et sensible, s’attachant à la valorisation de la question : « Que produire ? » Le design numérique est une force de proposition et d'innovation qui ouvre la voie à la création de nouveaux objets, de nouveaux services, de nouveaux usages, de nouvelles utopies, de nouvelles transgressions, de nouvelles représentations, de nouvelles matérialités… de nouveaux objets pour une nouvelle industrie, un nouveau design pour de nouveaux objets. C’est un enjeu majeur, car la société de l'information interroge les processus de conception, de fabrication, l'usage et la finalité des objets contemporains. Quel rôle le design va-t-il jouer dans cette société envahie par les « objets virtuels » et les services ? Quelles sont les positions et les propositions du designer ? Pédagogie L'enseignement est organisé afin de permettre à l'élève de construire ses propres expériences et son parcours d'apprentissage dans le cadre d'une pédagogie active contextuelle encadrée : le projet. La culture du projet intègre l’apprentissage des approches conceptuelles – théories, contextes, enjeux et usages – et celui des moyens et outils de mise en œuvre. Savoir penser, savoir faire, savoir faire faire, savoir faire en commun, telle est la démarche de l'atelier de design numérique. 37
  38. 38. Atelier Transversal Directeur : Bernard Moïse Assistante designer : Céline Dayes Assistante administrative : Anne-Sabine Henriau Positionnement L’idée de penser le processus industriel en cycle, comme un écosystème, et non plus de façon linéaire, n’est pas, à l’aube du XXIe siècle, une pensée marginale et utopiste. Il n’est plus seulement question d’évoluer vers une approche plus écologique, mais de participer à une industrie responsable, en devenir. Le designer a la possibilité d’aborder la création industrielle avec une « vision stratégique », afin de repenser les processus de production. Cette conception du design permet d’intervenir en profondeur sur l’histoire des produits et de modifier les fondements d’une production fragilisée par la conjoncture actuelle. La refonte des logiques industrielles permet de redéfinir les concepts d’objet et de service au regard des nouveaux usages, des technologies et de leur cycle de vie. Le designer peut intégrer de nouveaux modes d’approche : analyse transversale des usages, évolution des modes de vie, innovation technologique et environnement, mais aussi : rupture des codes et des méthodes d’évaluation. L’expertise du designer réside dans sa capacité à choisir les « outils » les mieux adaptés à une situation, à un produit ou à un service particulier. Pédagogie Les projets sont développés en deux phases distinctes : • 1 - Analyse et culture du thème Avant même de prendre le crayon pour dessiner, l’élève étudie le contexte et aborde toutes les données culturelles, historiques, techniques, sociales… Des rencontres avec des compétences plurielles sont organisées afin de compléter ses connaissances. Fort de ces nouveaux acquis et du recul pris sur le sujet, l’élève développe un regard critique et constructif pour traiter les projets. • 2 - Conception du projet L’élève se positionne et anticipe les nouveaux comportements sociétaux, industriels et culturels autour d’une réflexion prospective sur l’univers du produit et de la marque (existante ou à créer). Il s’interroge sur les enjeux économiques et le développement durable. Les réponses peuvent être très ouvertes, au-delà d’un produit manufacturé : design de services, d’espaces, gamme de produits… L’élève développe une recherche formelle et fonctionnelle sous forme de cahier d’idées (croquis, esquisses). La réalisation de dessins de présentation, d’images 3D et de maquettes lui permet de se confronter à la complexité d’une idée et de sa représentation. 38
  39. 39. Unité d'Initiatives personnelles Responsable de projet : Christophe Gaubert Assistante administrative et pédagogique : Margot Casimir Positionnement La scolarité est faite de moments collectifs autant qu’individuels. Elle est rythmée par l’alternance de l’offre pédagogique et des initiatives personnelles. Ces initiatives sont essentielles dans l’apprentissage de l’autonomie et le développement d’une démarche singulière. L’unité a donc pour mission de proposer un terrain d’expérimentation de l’autonomie, un lieu de l’expression individuelle où chaque projet fonctionne comme une « carte blanche ». Pédagogie L’unité donne un cadre et assure un suivi pédagogique aux initiatives de tout ordre conduisant à développer des projets qui privilégient l'approche personnelle. Les éléments initiateurs de projets sont de plusieurs natures. Il peut s'agir d'une thématique libre, permettant soit d'approfondir ou d'affirmer une démarche personnelle, soit d'aborder de nouvelles problématiques ou domaines d'application du design (recherches conceptuelles, esthétiques, techniques …). Ces travaux devront se confronter à une forme de réalité, soit par la recherche d'interlocuteurs spécialisés dans le domaine abordé (internes et externes à l'école), soit en intégrant un sujet de concours ou le développement d'un partenariat comme terrain d'expérimentation appliquée. Les projets fonctionnent sous forme de contrat individuel, où les objectifs ainsi que les moyens sont mutuellement définis. Public : l’unité accueille des élèves engagés pour la durée complète d’un semestre (élèves en phase 2), mais répond aussi aux sollicitations d’élèves inscrits sur d’autres projets et désireux d’être suivis dans des réalisations personnelles annexes (élèves en phases 1 et 2). 39
  40. 40. Le domaine Objets Histoire et théories : ABCDesign Alexandra Midal Objectif Qu’est-ce que le design ? Dispose-t-il d’une histoire ? d’un corpus critique et argumenté ? Possède-t-il des spécificités et un champ disciplinaire ? Comment définir ses caractéristiques et ses enjeux ? Existe-t-il une parole, une écriture propre à ses acteurs ? À travers une analyse généalogique des thématiques qui constituent la discipline du design, dans une corrélation entre pratique et théorie, entre réflexion contemporaine et histoire, ce cours répondra à ces questions et montrera de quelle manière les questions soulevées par nos aînés et nos pairs entrent en résonance avec la pratique quotidienne du designer. Programme • Première partie (semestre 1) Qu’est-ce que le design ? • Mécanisation et révolution industrielle • Démocratiser l’excellence et l’élévation du quotidien • Une utopie sociale : l’exemple du Bauhaus • Exposer le privé, éduquer • Le standard et l’œuvre • Le décor et l’ornement • Le mouvement • Le confort • L’ergonomie. • Seconde partie (semestre 2) Mécaniques du corps, du robot au cyborg • Psychologie des couleurs et des formes • Bauhaus, le retour ? • Matériaux 1 : le verre et la transparence • Matériaux 2 : les plastiques • Modernité en crise I • Modernité en crise II • L’antidesign • « Ambiente », habitacles et capsules • Art et design • Vers un nouveau design ? Travail personnel demandé à l’élève : travail de recherche documentaire et de réflexion, en vue d’un travail à remettre en fin de session. Modalités d’évaluation : investissement de l’élève en cours, capacité d’analyse et de distance critique sur le travail produit, évaluation des connaissances théoriques acquises. Crédits ECTS : 3 (1er semestre) et 3 (2e semestre). Nature de l’enseignement : cours théorique. Calendrier : 10 séances de 3 heures chaque semestre. Programmation : annuelle (enseignement à suivre sur 2 semestres). Public concerné : enseignement d’initiation, à suivre en début du cursus. Nombre d’élèves : 20. 40
  41. 41. Histoire et théories : Sémiotique du design Pierre-Yves Chays Objectif Donner les bases d’une réflexion transversale sur l’objet, sur sa signification et sur son interprétation. Acquérir le vocabulaire de base de la sémiotique : sens, signes, signifiant, signifié. Le sémioticien intervient comme un partenaire dans les différents processus de création. À travers des cas concrets et des exercices d’application, il s’agit de comprendre comment se forment les objets d’aujourd’hui (terme pris au sens large, allant de l’objet à l’espace), comment ils deviennent des signes et des langages ; et comment le designer peut exploiter ces réflexions dans son travail quotidien. Programme Cinq cours associent théorie et pratique, permettant d’appréhender les méthodologies de compréhension du sens et des signes. À chaque cours, les élèves produisent des applications directes, qui sont discutées en commun. L’objectif est de s’ouvrir à d’autres approches des formes et des fonctions, et de montrer leur opérabilité. Chaque semestre, une thématique nouvelle est abordée, par exemple « les nouveaux sens », « objets, corps et signes ». Travail personnel demandé à l’élève : préparation et finalisation d’un exercice d’application. Modalités d’évaluation : les exercices d’application font l’objet d’un « cahier de travail » avec des commentaires de l’élève ; ce cahier est noté à la fin de la série de cours. Crédits ECTS : 2,5. Nature de l’enseignement : cours théorique et pratique. Calendrier : 5 séances de 3 h (2 h de théorie + 1 h de TD à la suite). Programmation : semestrielle (thématique nouvelle chaque semestre). Public concerné : tout public. Nombre d’élèves : 25. 41
  42. 42. Histoire et théories : Problématiques du design Nicola Borg-Pisani Objectif Des problématiques différentes sont abordées chaque semestre. C’est l’occasion d’explorer et de définir les relations entre les procédures conceptuelles, les systèmes de représentation et les processus de résolution. Le suivi est à la fois collectif, pour la partie théorique du cours, et individuel, pendant les travaux dirigés. Programme Chaque thème est abordé de la même manière, à travers les approches suivantes : • Information-communication - Réflexion théorique et critique sur les relations et les effets du design dans et avec les médias. - Design comme medium et/ou interface médiatique. • Forme[s] « L’esprit emprunte à la matière les perceptions d’où il tire sa nourriture, et les lui rend sous forme de mouvement, où il a imprimé sa liberté », écrit Henri Bergson dans Matière et mémoire (1939). La forme est une notion complexe. Concernant le design, elle est omniprésente : c’est une question critique et emblématique. Elle peut exprimer un « style », des intentions esthétiques, les potentialités d’un matériau, une démarche conceptuelle. Le cours est l’occasion d’étudier et de dépasser les taxinomies et les typologies. • Des réalités virtuelles aux virtualités réelles La philosophie scolastique médiévale avait défini le virtuel comme étant ce qui existe en puissance et en acte. Le virtuel représente un ensemble de potentialités conceptuelles. Afin de sortir du schéma simpliste, qui établit généralement une opposition réel/virtuel, la notion de virtuel est étudiée sur les plans philosophique, historique et épistémologique, et ses effets dans la création sont observés. • Non-standard Dans la continuité des trois approches précédentes, un travail sur les perspectives théoriques et pratiques posées par la notion de non-standard. Le non-standard est-il le nouveau leitmotiv de la création industrielle ? En effet, le non-standard reste étroitement lié à la production industrielle, tout en bouleversant les enjeux de celle-ci. Il ne s’agit plus de produire le même objet en série, mais de produire des objets uniques dans la série. Le non-standard affirme le passage radical de l’objet dessiné à l’objet calculé. Travail personnel demandé à l’élève : recherche, lecture, visites d’expositions et de musées. Modalités d’évaluation : réalisation de cahiers de travail pour chacune des thématiques. Crédits ECTS : 3. Nature de l’enseignement : cours théorique et pratique. Calendrier : 10 séances de 3 heures, dont 1 h 30 de TD. Programmation : semestrielle (thématique nouvelle chaque semestre). Public concerné : élèves ayant acquis une bonne culture de l’histoire du design. Nombre d’élèves : 25. 42
  43. 43. Histoire et théories : Culture contemporaine Nathalie Elemento Objectif Regarder, prendre connaissance et comprendre doivent être une part essentielle du travail de l’élève : une activité en soi. Développer son sens critique. Apprendre à se situer par rapport au monde dans lequel on vit et comprendre qu'il s'inscrit dans une histoire qu’on ne peut pas ignorer. Développer le réflexe de se documenter. Développer ses connaissances et son goût de la connaissance. Savoir s'exprimer par oral et par écrit à propos d'événements et/ou de rencontres. Programme S’informer et voir : quelles expositions pour quelle vision ? Savoir s'exprimer, le plus tôt possible s'y essayer à l'oral. Savoir s'exprimer par écrit (même brièvement) pour ne pas être totalement au stade de la découverte de l'écrit la veille du diplôme de fin d'études et, par ailleurs, comprendre que cela peut aider à préciser sa pensée. Visites d’expositions, de musées, rencontres de professionnels, conversations, débats d'idées. Travail personnel demandé à l’élève : intégration des notions abordées durant les visites et les séances de réflexion qui s’en suivent. Modalités d’évaluation : contrôle continu, fonction de la participation. Nature de l’enseignement : visites interactives. Crédits ECTS : 3. Calendrier : 10 séances de 3 à 4 h environ. Programmation : semestrielle (thèmes en fonction de l’actualité). Public concerné : tout public. Nombre d’élèves : 15. 43
  44. 44. Outils et pratiques : La maquette comme outil de conception ou La conception assistée par la maquette (CAM) Philippe Costard Objectif La démarche consiste à utiliser la maquette comme un véritable outil de conception et non un faire-valoir lors d’un rendu final. Le but n’est pas d’apprendre à l’élève à faire des maquettes, mais bel et bien d’utiliser différents types de maquettage rapide au cours d’une étude, afin de valider les étapes clefs d’un projet. Une telle étude de créativité avec la maquette permet de réaliser rapidement des formes très complexes à définir géométriquement. L’élève peut se concentrer sur son projet et non sur la définition géométrique à donner pour faire rentrer une modélisation sur un logiciel de conception assistée par ordinateur (CAO). Le rapport à la réalité immédiate (la main, la vue, le toucher, le ressenti, le partage immédiat de ses idées) va devenir primordial. De plus, il devient possible d’imaginer des formes complexes avec beaucoup plus de facilité que dans le dessin : l’intersection de volumes, par exemple, se fait en un coup de cutter dans du carton. Il s’agit d’une pédagogie intuitive et simple pour que l’élève puisse voir en 3D de nombreuses notions de géométrie via son projet. Programme Ce cours s’articule autour de plusieurs aspects d’un projet. 1 - Établir des maquettes d’encombrement techniques. 2 - Savoir réaliser vite et proprement des maquettes d’intention. 3 - La maquette comme outil à tester l’ergonomie. 4 - Maquettes et numérique : une complémentarité harmonieuse. 5 - Maquettes et réalisme. Réalisation à l'échelle 1, afin de tester rapidement le projet. Projet individuel, sujet identique pour tout le groupe afin de mieux comparer et tester les produits entre eux. Travail personnel demandé à l’élève : recherches et expérimentations personnelles. Modalités d’évaluation : réalisation du projet. Crédits ECTS : 3. Nature des enseignements : cours pratique. Calendrier : 10 séances de 3 h. Programmation : annuelle. Public concerné : à suivre de préférence avant la fin de phase 1. Nombre d’élèves : 20. 44
  45. 45. Outils et pratiques : Bois et procédés Denis Laville Objectif Différencier les bois et leurs dérivés, connaître leur structure, leur composition et leur utilisation afin de permettre le choix du matériau adéquat, en tenant compte des modes de transformation et de mise en forme, de l’assemblage jusqu’à la finition. Programme Les thématiques suivantes seront abordées au cours des différentes séances : • La forêt : la forêt dans le monde, production actuelle, lieux de production, surface, exploitation forestière, ONF, plantation, choix des essences, scierie, stockage. • Les bois massifs : constitution, circulation de la sève ; composition chimique et organique, étude des coupes, défauts du bois, matériau anisotrope, propriétés mécaniques, résistance, bois amélioré, bois cintré. • Les dérivés du bois : contre-plaqué latté, contre-plaqué multiplis, panneaux de particules, panneaux de fibres, stratifiés et lamifiés, lamellé-collé ; propriétés, résistance, fabrication, utilisations particulières. • L’assemblage massif, assemblage panneaux, construction d’éléments, montage. • Le collage : recherche technique, adhésifs, thermoplastiques, thermofusible, élastomères ; propriétés, utilisations, coûts. • La protection et la finition. Travail personnel demandé à l’élève : approfondissement du cours. Modalités d’évaluation : assiduité, ponctualité, entretien d’évaluation en fin de session. Crédits ECTS : 2. Nature de l’enseignement : cours théorique. Calendrier : 10 séances de 3 h. Programmation : semestrielle (semestre 1 ou 2). Public concerné : à suivre de préférence pendant la phase 1. Nombre d’élèves : 15 à 20. 45
  46. 46. Outils et pratiques : Les Matériaux métalliques en création industrielle Didier Gugole, Joël Hurter Objectif Découvrir et approfondir la culture de la matière, des caractéristiques des métaux et alliages. Ce voyage technique et culturel permet d’aborder le monde de la métallurgie et des procédés associés. L’objectif est de donner à l’élève les moyens de choix et d’utilisation des matériaux dans le cadre de ses projets : • Reconnaissance des métaux, identification de leurs principales caractéristiques. • Comment utiliser les métaux dans le cadre des projets ; choix des mises en forme et aspect économique. • Amélioration des caractéristiques techniques par les traitements thermiques et les traitements de surface. Programme • Historique de la métallurgie du fer et du faire. • La fonderie. • Les procédés de mise en forme de la matière. • L’usinage : introduction à l’usinage, produits et demi-produits. • Les procédés d’assemblage et les finitions. Pendant le semestre, visite d’une entreprise maîtrisant une ou plusieurs techniques enseignées dans le cours. Travail personnel demandé à l’élève : approfondissement du cours. Modalités d’évaluation : assiduité et entretien d’évaluation en fin de module. Crédits ECTS : 2. Nature de l’enseignement : cours théorique. Calendrier : 6 demi-journées de 4 h. Programmation : annuelle (semestre 2). Public concerné : à suivre de préférence pendant la phase 1. Nombre d’élèves : 15. 46
  47. 47. Outils et pratiques : L’univers des plastiques Charline Kernin Objectif Prendre connaissance avec les différents plastiques d’un point de vue historique, typologique, économique puis technique. L’objectif est de connaître les plastiques avec leurs qualités et leurs défauts, de pouvoir choisir des matériaux lors des projets de design et de concevoir des pièces d’injection. Programme • Présentation historique et économique : de l’ivoire au PET, en passant par la bakélite, le PVC et le nylon. Un matériau omniprésent, omniperformant et économique. • Qu’est ce qu’une matière plastique, comment est-elle constituée ? de la paraffine au caoutchouc, transparent ou opaque, rigide ou souple ? Des avantages et des inconvénients, une mauvaise réputation, mais tellement magique… • Les différentes familles : comment les reconnaître, du polypro au POM, transparent ou opaque, rigide ou souple ? • Les procédés de mise en œuvre : de l’artisanat à la grande série, creux ou avec des trous, lisse ou grainé. • Les plastiques de qualité courante : polypro, polyéthylène, PVC et polystyrène pour les objets quotidiens. • Les plastiques d’aspect : ABS, surlyn, plexiglass et acétate pour les objets que l’on aime. • Les plastiques techniques : nylon, POM, polycarbonate, PET pour les objets qui ont une vie dure. • Les élastomères thermoplastiques : comment apporter des surfaces « soft-touch » et « caoutchouc » aux objets. • L’injection et ses variantes : bi-injection, co-injection, airmold : tout pour faire des pièces des plus simples aux plus complexes. Programme Présentation sous forme de cours illustrés par des diapositives, des transparents et des échantillons, accompagnés d’une visite d’usine ou de salon selon les opportunités. Travail personnel demandé à l’élève : recherche documentaire d’échantillons avec fiche descriptive. Modalités d’évaluation : assiduité, ponctualité, participation ; test oral à base de questions et analyse de pièces, assimilation des connaissances, raisonnement et analyse. Crédits ECTS : 2. Nature de l’enseignement : cours théorique. Calendrier : 5 séances de 4 h. Programmation : semestrielle. Public concerné : à suivre de préférence pendant la phase 1. Nombre d’élèves : 15 à 20. 47
  48. 48. Outils et pratiques : Lumière et couleurs Pascal Lansonneur Objectif La mise en valeur ou la transformation d’espaces ou d’objets par l’utilisation de la lumière et des couleurs est en pleine expansion. C’est un domaine qui fait aujourd’hui partie intégrante des compétences du designer. Ce travail nécessite des qualités créatives et esthétiques. Il demande aussi des connaissances techniques et méthodologiques, ainsi que des pratiques issues de différents domaines. L’objectif est de développer chez les élèves des capacités créatives, esthétiques, techniques, méthodologiques et pratiques dans la perspective de projets utilisant la lumière et les couleurs. Programme • L’histoire et la nature, les domaines d’application de la lumière et des couleurs. • Vision, photométrie, colorimétrie. • Produire de la lumière (énergie et sources lumineuses). • Contrôler la lumière (luminaires, gradateurs, contrôleurs de lumière). • Récepteurs de lumière (personnes, caméras, matières). • Lumière, couleurs et arts plastiques (techniques, méthodes et pratiques). • Lumière, couleurs et spectacle (techniques, méthodes et pratiques). • Lumière, couleurs et audiovisuel (techniques, méthodes et pratiques). • Lumière, couleurs et espaces publics (techniques, méthodes et pratiques). • Lumière, couleurs, espaces intérieurs et design (techniques, méthodes et pratiques). Analyse d’images, rencontres avec des professionnels de la lumière et des couleurs. Travail personnel demandé à l’élève : recherches, réalisations techniques et pratiques. Modalités d’évaluation : travail personnel et/ou collectif. Crédits ECTS : 2,5. Nature de l’enseignement : cours théorique et pratique. Calendrier : 10 séances de 4 h hebdomadaire. Programmation : semestrielle. Public concerné : tout public. Nombre d’élèves : 15 maximum. 48
  49. 49. Outils et pratiques : Formes et structures Philippe Costard Objectif La prise en compte des contraintes structurelles d’un produit lors de sa création doit être considérée comme une démarche créative et non restrictive. Pour jouer avec ces contraintes, il y a des règles que l'on peut combiner à l'infini. Faire des objets résistants oblige à faire des structures légères : ce sont les plus performantes et, de plus, elles donnent naissance à un vocabulaire formel très riche. La forme d'un produit génère une résistance indépendante de la matière qui le constitue. On voit donc l'importance de connaître un minimum de règles pour le futur designer industriel. La bionique structurelle est précieuse. Elle apprend à regarder autour de soi le monde des structures naturelles, qui bénéficient d'un banc d'essai de plusieurs millions d'années. Ce design « naturel » propose un nombre de solutions incroyables, à condition de savoir regarder… Programme Prendre un objet du quotidien qui doit subir des efforts et le réétudier en fonction de ses contraintes structurelles. Une maquette échelle 1 est fabriquée en bristol fin et soumise à des contraintes. Du fait de la fragilité de la matière, l'élève doit réfléchir à bien disposer la matière où celle-ci est réellement nécessaire. Les déformations ou la casse de la maquette sont observées et commentées en temps réel. Ici, la résistance due à la forme dicte sa loi. Très vite, l'étudiant s'aperçoit que l'on peut faire des structures incroyablement résistantes et légères. Un cours théorique, sous forme de diapositives et d'exercices pratiques, donne un vocabulaire de base à l'élève. À la fin du module, celui-ci possède des notions de résistance des matériaux, bases qu’il a expérimentées lui-même avec des maquettes en papier. Travail personnel demandé à l’élève : recherches et expérimentations personnelles. Modalités d’évaluation : validation des maquettes et croquis pendant l’intervention. Crédits ECTS : 3,5. Nature de l’enseignement : cours pratique. Calendrier : 10 séances de 3 h. Programmation : annuelle. Public concerné : à suivre de préférence avant la fin de phase 1. Nombre d’élèves : 20. 49
  50. 50. Outils et pratiques : Analyse de produits Joël Hurter, Bruno Tainturier Objectif Le séminaire « Analyse de produits » propose un voyage en complexité autour de l’analyse in vivo de produits techniques. Il s’agit de briser un tabou : démonter LA machine, en examiner le contenu et les composants, jusqu’à son plus petit corps élémentaire. Le séminaire repose sur une alternance d’interventions et de temps consacrés à l’analyse et à la visite d’un site de fabrication. Les séminaires précédents ont porté sur les machines à laver, les VéloSolex, les machines à coudre, les machines électroportatives… Il s’agit, chaque fois, de : - constater les disparités technologiques : tout n’est pas encore électronique… il faut produire du mouvement… les fonctions que l’on pressentait complexes et obscures sont réalisées par des systèmes simples mais astucieux ; - comprendre les différentes « couches » du produit : structure, peau, composants, électricité, électronique, vitesse, stabilité, équilibrage ; - disséquer (ordre de démontage = ou # de l’ordre de montage), noter (éclatés de principe), classer, faire le point (entendre tel ou tel intervenant développer un point technique) ; - ressentir et comprendre les « temps » du produit : projet, conception, mise au point, fabrication, usage, SAV, destruction/recyclage. Programme Chaque produit analysé est démonté puis remonté entièrement par l’élève. Chaque étape est préparée par des contenus pédagogiques adaptés et commentés par des points techniques réalisés sur le produit lui-même afin d’aider l’élève à : - reconnaître le produit comme une couche de complexités et de savoir-faire ; - apprendre un certain nombre de savoir-faire et de savoir-être face aux produits techniques : analyse, curiosité, mise en perspective… - réviser ou découvrir des processus de fabrication par leur mise en évidence sur pièce finie ; - comparer des productions de type et d’époque différents pour en tirer des conclusions. - accessoirement, remettre le croquis, l’esquisse à l’honneur, comme prise de note ou outil de supposition (imaginer le mécanisme caché avant démontage…). Travail personnel demandé à l’élève : notes, constitution d’un solide carnet de croquis. Modalités d’évaluation : évaluation des notes et du carnet de croquis. Crédits ECTS : 3. Nature de l’enseignement : séminaire. Calendrier : 10 matinées de 2 semaines consécutives. Programmation : annuelle Public concerné : à suivre avant la fin de phase 1. Nombre d’élèves : 12. 50
  51. 51. Outils et pratiques : Matériaux et conception Bruno Tainturier, Carline Kernin, Joël Hurter, Denis Laville, Daniel Kula Objectif Le cours « Matériau et conception » propose une approche globale du projet. Il s’agit ici, non seulement de re-connaître les matériaux pour leurs compétences spécifiques mais également de les arranger, de les combiner – de concevoir et de structurer pour parvenir à « matérialiser » une idée. Programme Trois projets de 4 semaines (1 projet bois, 1 projet métal, 1 projet plastique), indissociables, à l’issue desquels l’élève a suivi une démarche de conception complète, concrétisée par une série de définitions fouillées (plans, nomenclatures, éclatés) et réalisées sur logiciels 2D ou 3D. Les enseignants sont particulièrement attentifs à lever avec les étudiants la totalité des questions de conception pouvant se poser. Il ne s’agit pas de « jouer » au bureau d’étude mais de proposer aux élèves une expérience d’« intimité » avec l’objet technique, mettant en scène les questions de compromis technique, de cohérence conceptuelle à maintenir dans les étapes de concrétisation, et, pourquoi pas, de perte de maîtrise de l’objet, de mise en difficulté par la complexité technique ou géométrique. Dans ce parcours, la notion de « composant » est très présente. L’intégration des composants, leur interfaçage physique, est en effet un mode courant en conception où l’on évite de réinventer ce qui est proposé sur le marché. Une conception collective est expérimentée : le travail complémentaire de différentes équipes d’élèves est regroupé en fin de projet pour donner la concrétisation globale de l’objet. Travail personnel demandé à l’élève : travail individuel conséquent sur 3 projets. Modalités d’évaluation : assiduité, évaluation des 3 projets rendus. Crédits ECTS : 3. Nature de l’enseignement : cours pratique. Calendrier : 12 séances hebdomadaires de 4 h. Programmation : annuelle. Public concerné : élèves ayant suivi le cours d’Imagerie technique (ou niveau équivalent). Nombre d’élèves : 15. 51

×