• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
D9 cp2 production_dossier crtv_danedjo fouba_dorothée
 

D9 cp2 production_dossier crtv_danedjo fouba_dorothée

on

  • 578 views

 

Statistics

Views

Total Views
578
Views on SlideShare
361
Embed Views
217

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

1 Embed 217

http://doradaf.wordpress.com 217

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    D9 cp2 production_dossier crtv_danedjo fouba_dorothée D9 cp2 production_dossier crtv_danedjo fouba_dorothée Document Transcript

    • 2 INTRODUCTION L’arrivée du troisième millénaire au Cameroun fait souffler le vent de la libéralisation du paysage audiovisuel national. L’on assiste le 03 avril 2000 à la signature d’un décret du président de la République libéralisant l’activité audiovisuelle et organisant les différents supports médiatiques relevant de ce domaine. Associées à cela, les technologies de l’information et de la communication connues sous le vocable NTIC à cette époque, vont permettre de modifier considérablement la cartographie médiatique dans le pays. Peu à peu, de grands groupes de communication vont se créer. Dans le domaine de la presse écrite, des structures comme Free Media Group, South Media Corporation s’imposent alors que les groupes de communications audiovisuels auront du mal à se faire une raison. Le groupe Radio Television Siantou va se rebaptiser en Radio Tiemeni Siantou. Pour cause, se plier aux exigences de la loi qui interdit implicitement l’existence de groupes de communication audiovisuel privés avec expression « Radio et Télévision » dans leur dénominatif. Ceci dans le but de préserver les médias audiovisuels à capitaux publics de la concurrence. C’est ainsi que la Cameroon Radio Television, la CRTV, le groupe de communication audiovisuel à capitaux publics va étendre ses tentacules. Au départ, radio uniquement, puis radio et télévision, l’ensemble audiovisuel va se doter d’une régie publicitaire et enfin d’un organe en ligne : www.crtv.cm . Le présent travail va s’attarder sur l’histoire de ce groupe de communication en se focalisant sur la structure organisationnelle de deux de ses entreprises médiatiques : la radio et le site web. Objectif : déterminer la place qu’occupent ces entreprises sur la scène médiatique camerounaise. En trois chapitres, l’on parlera de l’ensemble du réseau CRTV, de la spécificité des deux entreprises suscités et de leur positionnement stratégique.
    • 3 Chapitre I : PRESENTATION GENERALE DE LA CRTVPRESENTATION GENERALE DE LA CRTVPRESENTATION GENERALE DE LA CRTVPRESENTATION GENERALE DE LA CRTV Dans cette première partie de notre travail, nous présentons la Cameroon Radio Television dans ses différentes mutations et missions. La CRTV est un réseau qui regroupe : une chaîne de télévision nationale ; un ensemble radiophonique constitué d’une chaîne de radio à audience nationale, de stations de radios régionales et des chaînes de radio à caractère commercial, ou urbain, dites « chaînes de proximité » qui ont pour nom de baptême « FM ». Ajoutés à ces deux grosses structures médiatiques, la CRTV a un volet entreprise de publicité dénommée CRTV Marketing and Communication Agency, un centre de formation professionnelle de l’audiovisuel, le CFPA et un site web www.crtv.cm. Voici quelques éléments de l’histoire et de la structure organisationnelle du groupe de communication.
    • 4 1. Historique L’histoire de la CRTV remonte à l’arrivée de la radiodiffusion au Cameroun. En effet, la Cameroon Radio Television naît des cendres de Radio-Cameroun. Elle fait initialement partie de la Direction de la Radiodiffusion de l’ex ministère de l’information et de la culture et est uniquement connue dans le secteur radiophonique. Concrètement, le média radio fait en premier son apparition au Cameroun en 1948 avec Radio Douala. Par la suite Yaoundé obtient sa première station en 1954. Ces deux radios régionales auxquelles s’ajoutent celles de Garoua en 1958 et de Buéa en 1962 dépendent essentiellement du Haut-commissariat français au Cameroun. Le 1er juillet 1963, une convention est signée entre le Cameroun et l’office de coopération radiophonique français (OCORA) dans le but de transférer la radiodiffusion à l’Etat camerounais et en Octobre de la même année, un recrutement d’animateurs est organisé. Plusieurs grandes figures de la radio camerounaise font leur entrée dans cet univers. Le complexe abritant les structures opérationnelles du poste national est inauguré le 3 janvier 1980. Les stations de Bertoua, Bafoussam, Bamenda, Maroua, Ngaoundéré et Ebolowa quant à elles, vont voir le jour en 1983. Deux ans plus tard, les balises de la CRTV proprement dite sont posées avec la création de La CTV. Cameroon Television naît en 1985 et émet pour la première fois en mars de la même année lors du premier congrès de l’actuel parti politique au pouvoir à Bamenda , le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC). Plus tard, le 17 décembre 1987, le président de la République, Paul BIYA, signe un décret portant création et organisation de l’office de radiodiffusion et de télévision camerounaise, la CRTV. Ce décret survient à la suite des revendications du personnel de Radio Cameroun qui réclame l’uniformisation du statut des journalistes de l’audiovisuel, après la naissance, en 1985 de la Cameroon Television (CTV). Pour cause, le traitement salarial et les statuts du personnel de la CTV étaient plus avantageux par rapport à ceux du personnel de Radio Cameroun. C’est ainsi qu’est créée la Cameroon Radio Television (CRTV). Ce texte marque la fusion entre la CTV et la Radiodiffusion (jusque-là une direction du Ministère de l’Information et de la Culture). Un an après, le 25 janvier 1988, un autre décret définit l’organisation et le fonctionnement de l’Office de Radiodiffusion Télévision Camerounaise (Décret n° 088/126/PR). On assiste alors au fusionnement des deux organes que sont la radio et la télévision qui crée la CRTV actuelle.
    • 5 Au plan administratif, Florent ETOGA Eily est nommé premier Directeur Général de la CRTV. Par décret présidentiel n° 88/1625 du 26 octobre 1988, Gervais MENDO ZE est nommé Directeur Général de la CRTV en remplacement de Florent ETOGA Eily. Depuis cette date, la CRTV a connu plusieurs mutations d’ordre fonctionnel et organisationnel. En janvier 2005, le chef de l’État nomme Amadou VAMOULKÉ à la tête de la direction générale de la CRTV. Ce décret met fin à dix sept ans de service de Gervais MENDO ZE. 2. Des médias stricts à la régie publicitaire et au site web L’une des plus anciennes entités de la CRTV c’est le CFPA. Le Centre de Formation Professionnelle de l’Audiovisuel est un établissement supérieur technique de formation aux métiers de l’audiovisuel, crée en 1983 par le gouvernement camerounais et la coopération allemande. Quelques années plus tard avec la création de la CRTV, elle est rattachée au groupe de communication. Ses formations rassemblent des ressortissants du Cameroun mais aussi des pays de la sous-région d’Afrique centrale : Gabon, Guinée Equatoriale, Tchad, Congo Brazzaville, Togo et d’autres pays de l’Afrique comme Haïti, Rwanda et Burundi. En 1998, vient s’ajouter la régie publicitaire. La Cameroon Marketing and Communication Agency a pour rôle de coordonner les activités commerciales et publicitaires sur les différents médias du groupe. L’objectif étant de permettre d’avoir des ressources propres autres que celles données par l’Etat Camerounais, au travers d’une redevance audiovisuelle instituée par l'Article 7 de l'ordonnance présidentielle 89/04 du 12 Décembre 1989. A l’heure actuelle, les principales ressources proviennent de la redevance audiovisuelle (90% des recettes de l’entreprise), des dotations et subventions de l’Etat, des recettes issues de la vente des espaces publicitaires par la CMCA. Puis vient s’ajouter avec le nouvel organigramme de la CRTV et l’arrimage aux TIC, le site web www.crtv.cm. Celui-ci fonctionne dans ses premiers jours en 2008 comme une vitrine du groupe sur le web. 2011 marque son entrée effective dans le domaine des entreprises médiatiques du groupe, puisque désormais il fonctionne comme un webjournal orienté podcasts audio et vidéo.
    • 6 3. Fonctionnement du groupe de communication Concrètement, le décret présidentiel n°88/126 du 25 janvier 1988, confère le statut d’établissement public à la CRTV est un établissement public. En tant que groupe de communication de service public, la Cameroon Radio Television contribue à l’éducation, à la sensibilisation et au divertissement. La CRTV , a une audience nationale, et conformément au décret présidentiel portant organisation et fonctionnement sus-cité le groupe de communication a pour principales missions : - « de concevoir, de réaliser seul ou dans le cadre des coproductions, et de diffuser des émissions d'information, des produits audiovisuels ou des émissions à caractère didactique, culturel ou ludique ; - d'acquérir par achats, échanges, dons et legs, les produits audiovisuels ou des émissions conformes à sa politique de programme; - d'assurer la conservation du patrimoine audiovisuel national. » Aussi a-t-elle pour objectifs 1 : - de mener des recherches de création audiovisuelle ; - d’assurer la formation professionnelle de certaines catégories de personnels des métiers de l’audiovisuel ; - d’exploiter et d’entretenir les réseaux et les installations destinés à la diffusion des émissions de radiodiffusion sonore ; - d’assurer la protection de la réception des signaux de radiodiffusion sonore par le public. » Sur le plan organisationnel, la CRTV comporte donc : 1- Un réseau de radio composé de : - Une chaîne de radio à audience nationale (CRTV Poste National) 1 Source : Résolution N° 00001/CRTV/CA du 04/07/2005 portant adoption de l’organigramme de la Cameroon Radio Television.
    • 7 - dix stations de radio régionales implantées dans les chefs-lieux des 10 régions du Cameroun - six chaînes de radio de proximité dont quatre commerciales et urbaines 2- Une chaîne de télévision à audience nationale; 3- Un Centre de Formation Professionnelle de l’Audiovisuel (CFPA) ; 4- Une régie commerciale : Cameroon Marketing and Communication Agency (CMCA) 5- Trente-deux centres de diffusion. 6- Un webjournal sur www.crtv.cm
    • 8 Chapitre II : CRTVCRTVCRTVCRTV : LE MEDIA RADIO ET LE MEDIA ONLINE: LE MEDIA RADIO ET LE MEDIA ONLINE: LE MEDIA RADIO ET LE MEDIA ONLINE: LE MEDIA RADIO ET LE MEDIA ONLINE La seconde partie de ce dossier se focalise sur les deux entreprises de la Cameroon Radio Television que nous avons choisi d’étudier. Il s’agit que réseau de radios et du webjournal sur www.crtv.cm. Comment se structurent-elles, quelles sont leurs missions principales, leur public cible ? Autant de questions qui méritent un éclairage.
    • 9 1. Le média radio de la CRTV Sous l’autorité d’un directeur de l’information, la CRTV radio est chargée de la mise en œuvre de la politique d’information de la CRTV et de l’application de la ligne éditoriale de la radio du service public. À ce titre, elle assure : - la collecte des informations de toutes natures et la présentation de celles-ci sur les antennes sous forme de journaux, bulletins réguliers ou spéciaux, magazines d’enquête, de débats ou de grands reportages réguliers ou spéciaux ; - la couverture radiophonique des évènements nationaux et internationaux d’actualité ; - les reportages et les enquêtes d’information de toutes natures émanant des agences de presse nationales et internationales ; - la collecte, la mise en forme et l’exploitation des documents de toutes natures entrant dans la confection des journaux et autres émissions de nouvelles ; - la supervision et le contrôle des journaux, bulletins, magazines d’information, ainsi que tous les autres programmes d’actualité réguliers ou spéciaux ; - la programmation et l’exécution de toute action dans le domaine de l’information nationale et internationale pour le compte de la CRTV ; - la conception et la production des magazines d’information, débats, émissions d’affaires publiques et magazines d’enquêtes ou de grands reportages. Ces missions sont accomplies par la chaîne à audience nationale en complémentarité avec les stations régionales et les chaînes de radio commerciales et urbaines dites « de proximité ». Voici un descriptif rapide de la chaîne de radio à audience nationale de la CRTV. NOM DE LA STATION : CRTV POSTE NATIONAL (88.8 Mhz -FM) FORMAT : Généraliste PERIODICITE : 24/24 h CIBLE : Tous publics TON POLITIQUE : Favorable au pouvoir en place EFFECTIF - 67 journalistes
    • 10 - 8 personnels d’appui POSTES DE TRAVAIL - 01 directeur de l’information, - 02 Rédacteurs en Chefs (langue anglaise et langue française), - 01 Sous-directeur des reportages, - 01 Sous-directeur des magazines, - 04 Chefs de tranches d’information Radio, - 01 Chef du secrétariat de Rédaction, - 08 chefs de services spécialisés. Voici un listing des stations de radio régionales du réseau CRTV ainsi que des chaînes de proximité : - CRTV Adamaoua ; FM 102.5 Mhz, - CRTV Centre ; FM 101.9 Mhz, - CRTV Est ; FM 92.9 Mhz, - CRTV Extrême-Nord - CRTV Littoral ; FM 91.3 Mhz, - CRTV Ouest ; FM 93.5 Mhz, - CRTV Nord ; FM 102.3 Mhz, - CRTV Nord-Ouest ; FM 92.5 Mhz, - CRTV Sud ; FM 97.6 Mhz, - CRTV Sud-Ouest ; FM 94.5 Mhz. La chaîne de radio à audience nationale fonctionne en corrélation avec ces stations régionales, comme l’indique le schéma ci-après.
    • 11 • Stations de radio ayant des chaines de proximité • Stations de radio sans chaines de proximité • Chaîne de radio à audience nationale Figure 1 Les radios de la CRTV Voici un listing des chaînes de proximité de la CRTV : - CRTV FM 94, rattaché à CRTV Centre, - CRTV FM 105 (Suellaba), rattaché à CRTV Littoral, - CRTV Poala FM, rattaché à CRTV Ouest, - CRTV Kousséri, rattaché à CRTV Extrême-Nord, - CRTV Kaze FM, rattaché à CRTV Sud, - CRTV Mount Cameroon FM, rattaché à CRTV Sud-Ouest. 2. Le site web de la CRTV
    • 12 Le groupe CRTV lance son site web le 14 janvier 2008. Selon la structure managériale de l’office, ce site web devrait fonctionner comme un journal en ligne. En ce sens, il a pour rôle de : 1- « valoriser et d’apporter une valeur ajoutée à l’image de la CRTV . 2- promouvoir les activités de la CRTV, 3- relever et assurer une meilleure position des avantages concurrentiels, 4- communiquer de manière continue au-delà des frontières nationales, 5- générer des contacts de qualité, 6- améliorer la rentabilité, 7- Provoquer et susciter le désir et l'habitude des internautes de par le monde de se connecter sur le site. » Pour ce faire, la charte du site www.crtv.cm est organisée de telle sorte que l’on retrouve six types d’information : 1- Des rubriques institutionnelles qui présentent le groupe CRTV. 2- Des rubriques éditoriales qui sont en réalité des espaces de diffusion de l’information web. Elles sont structurées en domaines d’information bilingue : • Art et Culture / Art and Culture • Economie / Economy • Environnement / Environment • Institutions • Médias / Medias • Journal national / National news • Politique / Politics • Santé / Health • Sciences et technique / Science & technology • Société / Society • Sport. 3- Un espace publicitaire qui se comporte comme une CMCA bis orientée web. 4- Une rubrique multimédia publiant des informations en podcast audio et vidéo. Les éléments audiovisuels mis en ligne sont à 90% le fruit des productions des entreprises TV et Radio du groupe. Très peu sont des contenus web propre à la plateforme en ligne. 5- Un annuaire électronique de la CRTV permettant aux internautes de pouvoir échanger avec les services et employés du groupe. 6- Une page d’informations sur le Cameroun.
    • 13 Sur le plan organisationnel, www.crtv.cm a à sa tête un coordonnateur qui a rang de sous- directeur à la direction générale du groupe CRTV. Ce dernier est secondé dans ses fonctions par deux responsables de l’information web de langue française et anglaise, de rédacteurs web et d’un webmaster. Ce qui permet d’avoir l’organigramme suivant : Figure 2 : Organigramme de la rédaction web de www.crtv.cm
    • 14 Chapitre III : LE POSITIONNEMENT DE LA CRTV DANS LELE POSITIONNEMENT DE LA CRTV DANS LELE POSITIONNEMENT DE LA CRTV DANS LELE POSITIONNEMENT DE LA CRTV DANS LE CONTEXTE MEDIATIQUE ACTUELCONTEXTE MEDIATIQUE ACTUELCONTEXTE MEDIATIQUE ACTUELCONTEXTE MEDIATIQUE ACTUEL L’analyse du groupe CRTV constitue l’essentiel de ce troisième et dernier chapitre. En ce sens, il s’agit pour nous d’observer ce groupe de communication face à son contexte.
    • 15 1. De la nature du groupe de communication En se basant sur tout ce qui précède, des comportements socio-économiques se dégagent de l’étude de deux entreprises du groupe de communication CRTV (radio et web). 1- L’on se retrouve dans une concentration horizontale. L’ensemble du réseau couplé au média web www.crtv.cm sont des produits quasiment similaires : tous les deux ont pour mission de rendre le service public en informant les populations camerounaises. Le bien produit conjointement est l’information. 2- Ces deux entreprises de presse du groupe CRTV sont associés dans le but de faire de la Cameroon Radio Television une entreprise à économie d’envergure. Pour ses managers, il s’agit de les mettre ensemble en vue de permettre au groupe de réaliser d’importantes économies. En réalité, les produits radio qui sont mis en ligne sur le site web donnent de pouvoir faire moins de dépenses en matière de nouvelles collectes d’information pour la version en ligne. En plus de cela, le fait que l’on ne retrouve pas uniquement les produits propres du média radio en ligne, joue en faveur du groupe. Le public se retrouve en face d’une offre diversifiée de contenus et peut souscricre aux produits publicitaires en ligne. Ce qui permet d’affirmer que l’on est dans un cas d’économies d’échelle où le coût unitaire de production de l’information diminue en même temps que le nombre de contenus éditoriaux produits par le truchement des radios régionales du groupe. 3- En produisant plus de l’information de flux que celle de stock, le groupe CRTV avec ses entreprises radio et web s’inscrit dans le modèle socio-économique de flot. Pour cause, la Cameroon Radio Television « vend » une denrée périssable : l’information. Le groupe fonctionne en grande partie par financement indirect grâce aux redevances audiovisuelles instaurées par l’Etat en sa faveur, à l’appui financier du gouvernement et par les publicités générées par sa régie commerciale. Ce sont des annonceurs et les pouvoirs publics qui soutiennent l’action du groupe de communication, ce qui dépeint sur la qualité informationnelle des contenus diffusés en longueur de journée par les différentes entreprises de presse de la CRTV.
    • 16 2. La CRTV face à la rude concurrence Les chiffres disponibles au ministère de la communication du Cameroun en matière d’entreprises audiovisuelles recensées font état de la présence dans le pays de : 21 chaînes de télévision, une centaine de chaînes de radio et de près de 500 réseaux de distribution d’images par câble. L’élément déclencheur de la multiplication des organes de presse audiovisuelle, deux textes essentiels : la loi 90/052 du 19 décembre 1990 relative à la liberté de la communication sociale et le décret présidentiel 2000/158 du 03 avril 2000 portant sur la libéralisation du secteur audiovisuel. Mais de nombreuses années après ces libéralisations dans le secteur du quatrième pouvoir camerounais, seuls 4 licences d’exploitation ont été attribuées à certains organes de la presse privée : Canal 2 international, Spectrum television, Equinoxe TV et la radio Sweet FM. Des statistiques qui contrastent pourtant avec le nombre de médias existant réellement. Une situation qui a abouti à beaucoup d’anarchie dans le domaine des médias, du fait de la tolérance administrative du ministère en charge de la communication. Au-delà des dérives de presse enregistrées quotidiennement dans le secteur de l’audiovisuel, un groupe de communication se retrouve dos au mur : la CRTV. Il faut convaincre le public acquis d’avance pendant près de vingt ans exercice de monopole, il faut le reconquérir. C’est dans ce contexte que naît www.crtv.cm. Cependant il est difficile pour le groupe de reprendre le dessus sur les autres médias audiovisuel alors que le contenu informationnel n’est pas très alléchant. Le site web, la nouvelle entreprise du groupe est une copie pâle de l’ensemble des chaînes de radio et de la télévision CRTV. Sans chercher à peaufiner davantage l’offre en ligne, le groupe de communication est aujourd’hui dans un processus du « tout numérique », un projet de l’Union International des Télécommunications. Celui-ci soustend qu’à l’horizon 2015, toutes les entreprises audiovisuelles dans le monde devraient se doter d’équipements numériques dans l’ensemble des pratiques audiovisuelles (production et diffusion). Ainsi le groupe s’attèle activement dans la reconquête du public et à la conservation de son titre de meilleure entreprise radiophonique écoutée au Cameroun, selon des études d’audiences respectives organisées par des structures compétentes. Le groupe CRTV annonce déjà au cours de l’année 2013, l’ouverture d’une autre entreprise de presse, une télévision urbaine et d’une autre chaîne de radio de proximité. Tout cela malgré les tensions de trésorerie
    • 17 décriées ça et là par le conseil d’administration du groupe. Une conséquence de la mauvaise gestion de l’entreprise CMCA par ses dirigeants. CONCLUSION Au terme de cet essai de dossier sur le groupe de communication Cameroon Radio Television, notamment en ce qui concerne les entreprises radio et le site web, il ressort que l’office de service public camerounais a créé au fur au mesure de son évolution des entreprises lui permettant de remplir ses missions. Sous contrôle financier de l’Etat en terme de ressources et de dépenses, la CRTV se retrouve à diffuser des informations dans un ton politique favorable au pouvoir politique en place. Compte tenu de ce facteur, à la CMCA notamment, l’entreprise pourvoyeuse d’une partie non négligeable du budget de fonctionnement annuel du groupe, l’on a assisté à une mauvaise réalisation du chiffre d’affaires depuis la création de celle-ci. Une situation qui a considérablement plongé le groupe dans des difficultés financières. Ce qui a pour conséquence, le changement à la tête de cette régie publicitaire et la réflexion pour la création de nouvelles entreprises ayant pour objectif de reconquérir le public et ramener des fonds de roulement au groupe. Sur le plan socio-politique, les populations camerounaises réclament régulièrement dans la presse nationale la suppression des prélèvements de la redevance audiovisuelle au profit de la CRTV. Motif avancé, la non-satisfaction du public et l’appréciation d’autres entreprises de presse et groupes de communication pour le même type de service.
    • 18 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ET WEBOGRAPHIQUES - www.crtv.cm - Loi n° 90 / 052 du 19 décembre 1990 relative à la liberté de la communication sociale. - Loi n° 96 / 04 du 04 janvier, modifiant et complétant la loi n° 90 / 052 du 19 décembre 1990 relative à la liberté de la communication sociale. - Décret n° 2000 / 158 du 03 avril 2000 fixant les conditions et les modalités de création, et d’exploitation des entreprises privées de communication audiovisuelle. - Atenga, Emmanuel, (2007), Le traitement des faits divers au journal de 20h30 à la CRTV-Télé, maîtrise professionnelle, ESSTIC. - Noumsi Kombu, Lutresse Prudence, (2007), La durée des reportages au Poste National de la CRTV : Un obstacle à la bonne écoute, maîtrise professionnelle, ESSTIC. - Résolution N° 00001/CRTV/CA du 04/07/2005 portant adoption de l’organigramme de la Cameroon Radio Television. - Harcel NANA TOMEN (2008), Comportement des menages par rapport au medium CRTV: Cas de la ville de Yaounde, Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée.