SQLI - Mise en place d'un private cloud avec SharePoint 2010 et les solutions Sandbox

  • 1,288 views
Uploaded on

Conférence SQLI Group au salon Documation 2012 …

Conférence SQLI Group au salon Documation 2012

WebTV : http://www.documation.tv
Blog : http://www.documation.net
Site : http://www.documation.fr
Salon : 20 et 21 mars 2013 au CNIT Paris La Défense

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
1,288
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
101
Comments
0
Likes
2

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. JEUDI 22 MARS 2012© SQLI GROUP – 2012 VILLAGE SHAREPOINT
  • 2. SOMMAIRE + PROLOGUE + PRINCIPES DE CLOUD + SHAREPOINT 2010 + LES SOLUTIONS UTILISATEUR (SANDBOX) + UN CAS D’UTILISATION CONCRET© SQLI GROUP – 2012 2
  • 3. © SQLI GROUP – 2012
  • 4. PROLOGUE QUI SOMMES-NOUS ?© SQLI GROUP – 2012 4
  • 5. PORTRAIT SQLI GROUP LEADER « E-BUSINESS PERFORMANCE » + UNE STRUCTURE AGILE + UN MODÈLE INTÉGRÉ > 1800 collaborateurs CA 164.7 M€ Capacité d’accompagnement à l’international Nos Agences : Paris, Lyon, Dijon, Bordeaux, Nantes, Rouen, Toulouse, Suisse, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Maroc Synergies entre nos 5 métiers De l’idée à l’accompagnement du changement Un institut de formation sur tous les métiers du groupe© SQLI GROUP – 2012 5
  • 6. UNE RÉPONSE GLOBALE À VOS BESOINS MIEUX VENDRE, COMMUNIQUER, COLLABORER ET GÉRER© SQLI GROUP – 2012 6
  • 7. NOTRE PARTENARIAT MICROSOFT •SQLI est Microsoft Managed Gold Partner, et mène un partenariat très actif avec Microsoft •SQLI fait parti du programme Virtual TSP SharePoint 2010 •SQLI est un partenaire unique pour Microsoft avec une agence web intégrée •SQLI est un centre de formation leader sur les technologies Microsoft (CPLS) •SQLI anime des conférences et sessions avec Microsoft (Techdays) •Des équipes SQLI travaillent chez Microsoft sur de multiples projets (Webfactories, MTC) •SQLI travaille à la demande de Microsoft sur des POCs, audits, études •SQLI participe aux évènements réservés aux partenaires principaux (Techdays, SharePoint Conference, Ignite 2010 à Paris, TFS Inner Circle, Azure Circle)© SQLI GROUP – 2012 7
  • 8. PROLOGUE QUI ÊTES-VOUS ? ??? + VOTRE « PROFIL » ? DIRECTION TECHNIQUE ? DIRECTION MÉTIER ? AUTRE RÔLE ? + VOTRE CONNAISSANCE DE SHAREPOINT ? JE NE CONNAIS PAS JE CONNAIS SHAREPOINT 2010© SQLI GROUP – 2012 8
  • 9. SAAS PAASIAAS© SQLI GROUP – 2012
  • 10. CLOUD COMPUTING CLOUD UNE ÉVOLUTION DU SI… + POUR RAPPEL, LE CLOUD COMPUTING, C’EST… •Une évolution logique & rationnelle de votre infrastructure informatique… Dans vos locaux Dans les nuages Datacenter Datacenter Hébergement Hébergement traditionnel virtualisé privé externe Ressources stables Ressources Service contrôlé de Portée mondiale rationnalisées fourniture de ressources Capacité à la demande Agilité et économie Services standards Utilisation < 15% Haute agilité Utilisation > 50% Economie d’échelle© SQLI GROUP – 2012 10
  • 11. CLOUD COMPUTING CLOUD UN PARADIGME RECOUVRANT PLUSIEURS CONCEPTS + POUR RAPPEL, LE CLOUD COMPUTING, C’EST… •Votre infrastructure informatique hébergée « dans les nuages »… •Un paradigme pour désigner les concepts suivants : ABSTRACTION DE LA LOCALISATION ARCHITECTURE MUTUALISÉE « MULTI-TENANTS » SELF-SERVICE AJOUT DE RESSOURCES À LA DEMANDE COÛT SELON LA DEMANDE ET/OU SELON LA CONSOMMATION Cloud Computing = Ressources Coût à la Self service Ajustable mutualisées demande© SQLI GROUP – 2012 11
  • 12. CLOUD COMPUTING CLOUD PLUSIEURS NIVEAUX, PLUSIEURS USAGES… + LE CLOUD COMPUTING SE DÉCLINE À PLUSIEURS USAGES, SELON LA CHARGE DE MAINTENANCE ATTRIBUÉE AU FOURNISSEUR LA PERSONNALISATION ATTENDUE DE L’APPLICATION FINALE SaaS Applications à la demande (outils collaboratifs, messagerie, CRM, …) PaaS Plateformes à la demande (OS, SGBD, Runtimes .Net / Java, …) IaaS Infrastructures à la demande (Hyperviseurs avec capacité de stockage, réseau, …)© SQLI GROUP – 2012 12
  • 13. CLOUD COMPUTING CLOUD LES PROBLÈMES DU NUAGE PUBLIQUE… + UTILISER UN « NUAGE PUBLIQUE » PRÉSENTE QUELQUES INCONVÉNIENTS : PERSONNALISATION RESTREINTE • Les services sont peu « personnalisables » • Les service ne peuvent pas facilement interagir avec le SI de l’entreprise DÉPENDANCE VIS-À-VIS DU RÉSEAU & DU FOURNISSEUR • En cas de perte de connexion Internet, les services sont inaccessibles • En cas de défaillance du prestataire, comment récupérer ses données ? SÉCURITÉ • Les postes de travail sont connectés à l’Internet pour accéder aux services • Les services sont accessibles du « monde extérieur » (seulement besoin d’authentification) QUESTIONS JURIDIQUES • Les données ne sont pas géo-localisées… Quelle législation s’y applique ? • Le prestataire peut-il transmettre les données à une autorité (Patriot Act) ?© SQLI GROUP – 2012 13
  • 14. CLOUD COMPUTING CLOUD LE NUAGE EN MODE « PRIVÉ »… + UTILISER UN « NUAGE PRIVÉ », POUR DISPOSER DU MEILLEUR DES 2 MONDES ? LES AVANTAGES DU CLOUD COMPUTING… » Des risques en moins » De la liberté en plus Lesavantages du Cloud Ressources Coût à laComputing Self service Ajustable mutualisées demande Nuage privé ! Un nuage avec en domestique plus… !!! Contrôle Personnalisation© SQLI GROUP – 2012 14
  • 15. © SQLI GROUP – 2012
  • 16. SHAREPOINT 2010 GRANDES PRIORITÉS Les priorités retenues… Connecter & impliquer les utilisateurs Rationnaliser les coûts d’infrastructure Répondre vite aux besoins métiers© SQLI GROUP – 2012 16
  • 17. SHAREPOINT 2010 GRANDES FONCTIONNALITÉS ESPACES COLLABORATIFS Gestion par le "Ruban" Création de sites SharePoint Workspace SharePoint Mobile Office Client et Office WebAPPLICATION D’ENTREPRISE RESEAUX SOCIAUXBusiness Connectivity Services Tagging, Nuage de Tag, RatingsInfoPath Form Services Sites Bookmarking SocialExternal Lists Blogs et WikisWorkflow My SitesSharePoint Designer Activity FeedsVisual Studio Composites Communities Profils et ExpertiseREST/ATOM/RSS OrganigrammesBUSINESS INTELLIGENCE GESTION DE CONTENUSPerformancePoint Services Insights Content Content Types EntrepriseExcel Services Taxonomie et métadata étendueTableaux de bord Document SetsVisio Services Search Multi-stage DispositionWeb Analytics Audio et VideoSQL Server Integration/Powerpivot Stockage en Remote Blob RECHERCHE Extension des Listes Phonétique Raffinement Intégration FAST© SQLI GROUP – 2012 17
  • 18. SHAREPOINT 2010 PLATEFORME CANDIDATE DE LA « NON-RUPTURE »© SQLI GROUP – 2012
  • 19. © SQLI GROUP – 2012
  • 20. LES SOLUTIONS « SANDBOX » OU COMMENT PROPOSER DU CLOUD COMPUTING À SES UTILISATEURS + SHAREPOINT 2010 FOURNIT DE NOMBREUSES FONCTIONNALITÉS NATIVES + CEPENDANT, LES UTILISATEURS VEULENT PLUS DE « POUVOIR » ET « D’AGILITÉ » Déployez nos solutions (développées ou achetées à Il faut ajouter un module Laissez nous«relooker le site par nous même) ! l’application ABC123 » Utilisateurs intranet Vous allez tout casser !!! Admin IT (On ne peut pas tout vérifier) Pas le temps de répondre à Développeur tous vos besoins !!!© Direction « métier SQLI GROUP – 2012 » DSI 20
  • 21. LES SOLUTIONS « SANDBOX » OU COMMENT PROPOSER DU CLOUD COMPUTING À SES UTILISATEURS + POUR LAISSER « JOUER » LES UTILISATEURS, SHAREPOINT 2010 PROPOSE : LES SOLUTIONS « SANDBOX » (BAC À SABLE) Développeur Oui ! Utilisateurs Et en self-service, dans ce bac !!! DSI On peut déployer nos solutions métiers sur la plateforme SharePoint ?!? C’est bon, pas de risque pour ma plateforme !!!Direction « métier » Admin IT © SQLI GROUP – 2012 21
  • 22. LES SOLUTIONS « SANDBOX » LES RÔLES DANS LE CYCLE DE VIE DES SOLUTIONS EN MODE « SANDBOX » Administrateur • Surveille les •L’administrateur s’appuie sur les ressources • Alloue des quotas moniteurs de ressources pour évaluer la consommation des sites Développeur •Un système de surveillance • Conçoit, teste et livre des solutions « désactive » automatiquement les personnalisées solutions dépassant leur quota. •Les fonctionnalités accessibles aux Propriétaire du site solutions « sandbox » sont, • Installe les solutions • Intègre et utilise les nativement, (relativement) limitées… personnalisations© SQLI GROUP – 2012 22
  • 23. LES SOLUTIONS EN MODE « SANDBOX » UN MODE D’ÉXÉCUTION SOUS HAUTE SURVEILLANCE© SQLI GROUP – 2012 23
  • 24. LES SOLUTIONS « SANDBOX » UN MODE D’ÉXÉCUTION SOUS HAUTE SURVEILLANCE SERVEUR FRONTAL SERVEUR APPLICATIF Service Service de gestion des SharePoint Solutions Utilisateurs Service d’exécution Service Internet (IIS)© SQLI GROUP – 2012 24
  • 25. LES SOLUTIONS « SANDBOX » POURQUOI SURVEILLER ? + EXEMPLE (CARICATURAL) DE CODE “NON SÛR” : Houps ! (VOUS AVEZ RECONNU : UNE “BOUCLE INFINIE”) + EN SOLUTION “STANDARD” : SERAIT UN (TRÈS) GROS PROBLEME (POUR LES RESSOURCES) ! + EN SOLUTION “SANDBOX” DEVIENT UN PETIT DÉSAGRÉMENT ISOLÉ© SQLI GROUP – 2012 25
  • 26. LES SOLUTIONS « SANDBOX » ALLOCATION DE POINTS / QUOTAS DE RESSOURCES + ADMINISTRATEUR CENTRAL (DE LA BATTERIE DE SERVEURS) ALLOUE DES QUOTAS (QUOTIDIENS) DE RESSOURCES + ADMINISTRATEUR DE LA COLLECTION DE SITE VÉRIFIE SA CONSOMMATION© SQLI GROUP – 2012 26
  • 27. LES SOLUTIONS « SANDBOX » PARAMÈTRES DE CALCUL DE LA CONSOMMATION DE RESSOURCES Resources LimiteMétrique Description Unité par Point absolueAbnormalProcessTerminationCount Processus terminés anormalement Nombre d’arrêt 1 1CPUExecutionTime Temps d’exécution CPU Secondes 3 600 60CriticalExceptionCount Exception Critiques Nombre d’exceptions 10 3InvocationCount Invocations de la solution Nombre d’invocations N/A N/APercentProcessorTime Pourcentage du temps CPU Pourcentage 85 100ProcessCPUCycles Cycles CPU Nombre de cycles 1E+11 1E+11ProcessHandleCount Windows Handles Nombre de processus 10 000 1 000ProcessIOBytes Octets écrits dans des fichierss Nombre d’octets 0 1E+08ProcessThreadCount Threads Threads 10 000 200ProcessVirtualBytes Memoire consommée Nombre d’octets 0 1E+09SharePointDatabaseQueryCount Requètes aux bases SharePoint Nombre de requètes 20 100 Temps d’exécution de requêtes auxSharePointDatabaseQueryTime Secondes 120 60 bases SharepointUnhandledExceptionCount Exceptions non gérées Nombre d’exceptions 50 3UnresponsiveprocessCount Nombre de processus sans réponses Nombre de tués 2 1 © SQLI GROUP – 2012 27
  • 28. LES SOLUTIONS EN MODE « SANDBOX » UN MODE D’ÉXÉCUTION BRIDÉ, MAIS EXTENSIBLE (OUF !)© SQLI GROUP – 2012 28
  • 29. LES SOLUTIONS « SANDBOX » UN MODE D’ÉXÉCUTION BRIDÉ ! + LES FONCTIONNALITÉS SUIVANTES SONT INTERDITES (DANS LES SANDBOX) : REQUÊTES HTTP, WEB SERVICES, ETC CONNEXION SQL (ADO.NET) FONCTIONNALITÉS “SHAREPOINT ENTERPRISE” (RECHERCHE, ETC.) THREADING P-INVOKE ACCESS AU SYSTÈME DE FICHIERS (I/O) ACCÈS AUX AUTRES SITES SHAREPOINT Et comment pouvons-nous accéder à des données « métiers » externes, alors ? Vous avez plusieurs solutions. Nous pouvons vous en fournir… Direction « métier » DSI© SQLI GROUP – 2012 29
  • 30. LES SOLUTIONS « SANDBOX » UN MODE D’ÉXÉCUTION BRIDÉ… MAIS IL EXISTE DES SOLUTIONS + UTILISATION DU MODÈLE OBJET SHAREPOINT SUR LE « POSTE CLIENT » EXÉCUTION DE CODE SUR LE POSTE CLIENT SÉCURITÉ ASSURÉE PAR DROITS AFFECTÉS À L’UTILISATEUR COURANT • Pour appel aux services web SharePoint • Pour appel à d’autres Services Web + TECHNOLOGIES SUPPORTÉES : SCRIPTS ECMA (JAVASCRIPT) CLIENTS RICHES SILVERLIGHT CLIENTS LOURDS .NET Direction « métier »© SQLI GROUP – 2012 30
  • 31. LES SOLUTIONS « SANDBOX » UN MODE D’ÉXÉCUTION BRIDÉ… MAIS IL EXISTE DES SOLUTIONS + UTILISATION DES “OPÉRATIONS DE CONFIANCE” LA DSI MET À DISPOSITION DES “OPÉRATIONS DE CONFIANCE” CES OPÉRATIONS SONT HABILITÉES À EFFECTUÉES TOUTES LES OPÉRATIONS Définition des arguments Opération de confianceDirection « métier » DSI© SQLI GROUP – 2012 31
  • 32. © SQLI GROUP – 2012
  • 33. ETUDE DE CAS MISE EN PLACE D’UNE INFRASTRUCTURE SHAREPOINT « MULTI-TENANTS » + NOTRE CAS EST CELUI D’UN GROUPEMENT DE BANQUES RÉGIONALES CHAQUE BANQUE RÉGIONALE DISPOSE D’UNE DSI AUTONOME. UNE DSI « TRANSVERSE » FOURNIT DES SERVICES COMMUNS (DOSSIER CLIENT, …) + CHAQUE BANQUE RÉGIONALE VEUT DISPOSER : D’UN PORTAIL INTRANET SPÉCIFIQUE DE SOLUTIONS MÉTIERS SPÉCIFIQUES DES OUTILS COLLABORATIFS SPÉCIFIQUES + POUR CELA, CHAQUE DSI AVAIT MIS EN ŒUVRE SES PROPRES SOLUTIONS + LA DSI COMMUNAUTAIRE A CHOISI DE RATIONNALISER CES OUTILS, AVEC : SHAREPOINT POUR PORTAIL INTRANET & ESPACES COLLABORATIFS LES SOLUTIONS SANDBOX POUR LE DÉVELOPPEMENT DE SOLUTIONS MÉTIERS© SQLI GROUP – 2012 33
  • 34. ETUDE DE CAS FONCTIONNALITÉS INTRANET DE COMMUNICATION Voici votre site Intranet avec sa page d’accueil et ses pages de publications… hébergé dans notre « cloud privé » Nous pouvons, en plus des fonctions de gestion de sites, changer le style et ajouter des WebPart grâce aux solutions Sandbox DSI Groupe DSI « Banque A »© SQLI GROUP – 2012 34
  • 35. ETUDE DE CAS FONCTIONNALITÉS E-FORMULAIRES / WORKFLOWS Pour vos e-formulaires… Vous pouvez développer tous vos besoins métiers à partir de notre « starter-kit » Nos solutions peuvent communiquer avec le reste du SI et le moteur de Workflows grâce à vos opérations « Full Trust » Vos solutions sont sous surveillance, vous ne pouvez pas pénaliser le reste de la DSI « Banque A » plateforme. DSI Groupe© SQLI GROUP – 2012 35
  • 36. ETUDE DE CAS ARCHITECTURE Ferme SharePoint pour les fonctions : Portail Intranet / Collaboratif / Miroir SQL Server Formulaires pour SharePoint Socle FileNet pour gérer les fonctions de GED et Workflow AD LDS pour héberger l’annuaire fédérateur Une centaine de serveurs au total pour les 21 entités autonomes du groupe. DSI Groupe© SQLI GROUP – 2012 36
  • 37. SÉBASTIEN RAVOUX – ARCHITECTE SHAREPOINT / RESPONSABLE DE L’OFFRE MICROSOFT « PÔLE ATLANTIQUE » SRAVOUX@SQLI.COM MOBILE : 06.81.07.60.33 PASCAL LEBOUC I- RESPONSABLE MICROSOFT PARIS PLEBOUC@SQLI.COM T/ : 01 58 69 31 09 - MOBILE : 06 78 08 59 35© SQLI GROUP – 2012 37
  • 38. © SQLI – 2012 Le code de la propriété intellectuelle nautorisant, aux termes des paragraphes 2° et 3° de larticle L.122-5, dune part, que les "copies ou reproduction réservées à lusage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" et dautre part, sous réserve du nom de lauteur et de la source, que les analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique pédagogique, scientifique ou dinformation", toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de lauteur ou de ses ayants droits ou ayants cause, est illicite (article L.122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle.© SQLI GROUP – 2012 # 38