Blue ocean strategy 03 analyse systemique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Blue ocean strategy 03 analyse systemique

on

  • 284 views

 

Statistics

Views

Total Views
284
Views on SlideShare
284
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
7
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Blue ocean strategy 03 analyse systemique Document Transcript

  • 1. Didier BAUDOIS Blue Ocean, Sweet Blue Ocean Strategy Ingénieur en génie logiciel HES Chemin de l'Ouche-Dessus 54 CH-1616 Attalens Email: d.baudois@sunrise.ch Page 1 / 5 Troisième billet Bonjour, Dans ce troisième billet, nous allons examiner l'analyse systémique qui dérive des travaux sur la cybernétique. Des méthodes d'analyse La compréhension d'un phénomène passe par l'acquisition d'une connaissance appropriée des caractéristiques du phénomène considéré. Une de ces méthodes d'acquisition est l'analyse qui consiste à déduire des principes sous-jacents à travers la réflexion ou l'observation du phénomène. Nous allons examiner dans ce billet l'analyse systémique. Analyse systémique Cette analyse est très récente, elle peut être considérée comme fille des efforts de guerre accomplis aux ÉtatsUnis durant la deuxième guerre mondiale. De ce fait, elle est peu connue et mal comprise et ce qui est souvent présenté comme analyse systémique n'est que l'analyse cartésienne d'un système. Cette confusion a entraîné un certain discrédit de l'analyse systémique, donnant à croire que cette analyse ne sert à rien. Cette conclusion est correcte: si une personne se sert de l'analyse cartésienne, destinée à l'étude séquentielle d'objets statiques, elle ne peut qu'échouer à appréhender la complexité d'un système dynamique composé d'un grand nombre d'objets qui doivent être étudiés simultanément dans le cadre de leur évolution Une image vaut mille mots: si vous avez toujours utilisé un marteau pour planter des clous, vous savez que cet outil est très efficace pour ce travail. Si vous entendez un voyageur venu de loin qui vous parle d'un nouveau moyen d'assembler des pièces de bois: les vis, et qui vous décrit un étrange instrument nommé tourne-vis qui sert à les mettre en place, vous saurez qu'il existe une nouvelle méthode d'assemblage mais, aussi longtemps que vous ne serez pas confronté à ce nouveau moyen, vous serez dans l'impossibilité de comprendre de quoi il s'agit et comment vous en servir. Si ce voyageur vous laisse quelques vis en remerciement de votre accueil et que vous tentiez de les planter à l'aide du marteau, comme vous l'avez toujours fait, comme votre père et le père de votre père et le père du père de votre père l'ont fait avant vous depuis d'innombrables générations, vous échouerez à maîtriser ce nouveau moyen d'assemblage et vous affirmerez avec force que le proverbe "A beau mentir qui vient de loin" est d'une grande sagesse. Imaginez un instant que cet étranger vous ait laissé, non seulement les vis, mais également les tournevis adaptés et qu'il ait pris la peine de vous apprendre à vous en servir correctement, vous auriez certainement adopté sans tarder ce moyen d'assemblage si efficace et réutilisable ! Nous ne vous apprendrons pas à planter, ni des choux, ni des clous, mais nous vous présenterons cette analyse et nous vous apprendrons à en cerner le domaine d'utilisation, ses limites et ses restrictions d'usage. Analyse systémique L'analyse systémique est caractérisée par les préceptes suivants : - La pertinence : seuls les éléments considérés comme significatifs dans le cadre de l'analyse en cours sont pris en compte. - Les relations : l'analyse systémique traite des relations entre les éléments analysés. - La téléologie : la téléologie est l'étude de la finalité du système, c'est-à-dire quel but doit être atteint pour considérer l'action entreprise par le système comme valide. La sélectivité : l'analyse systémique sélectionne les éléments à analyser en fonction de leur signifiance, c'est-à-dire de la nature et de la valeur de l'information apportée dans le système pour lui permettre d'atteindre son but. Les éléments sans influence sur le comportement du système dans sa recherche du but à atteindre sont ignorés car ils ne sont pas signifiants. Grâce à sa capacité à examiner un système ou une situation comme un tout, cette analyse fournit une vision précise incluant tous les éléments pertinents du système ou de la situation examinée. L'analyse systémique examine les relations entre les objets et capture toute la complexité d'une situation dans un même ensemble. Chaque élément examiné est réduit à sa boite noire, c'est-à-dire qu'il est défini comme un concept. Ce qui se passe à l'intérieur de la boite est inconnu mais le comportement est cohérent par rapport aux conditions définies dans le cadre de l'analyse. Ce comportement doit être également cohérent avec celui des autres boites noires. -
  • 2. Blue Ocean, Sweet Blue Ocean Strategy Page 2 / 5 Une méthode prospective L'action de l'analyse systémique est par essence prospective, elle est orientée vers le but à atteindre. L'analyse systémique est dynamique, elle favorise la modélisation des comportements possibles et elle intègre tous les éléments nécessaires à l'atteinte du but préalablement fixé. Elle ne cherche pas à connaître la genèse d'une situation donnée mais elle s'appuie sur la situation existante pour atteindre sa cible. Une vision dynamique Contrairement à l'analyse cartésienne qui définit les caractéristiques de l'objet analysé: une voiture est définie par sa puissance, ses performances, ses dimensions; l'analyse systémique se focalise sur le comportement de l'objet dont les caractéristiques sont, par définition, considérées comme inconnues, c'est-à-dire qu'il n'y a nul besoin de connaître les caractéristiques de l'objet pour en modéliser le comportement. Seule la transformation subie par l'input qui y est injecté pour devenir l'output aux caractéristiques conformes à la définition du concept est importante. Par exemple, une boite à vitesse sera modélisée comme un concept, une boite noire qui reçoit un input de 1 et qui le transforme en plusieurs outputs de ratios déterminés. Mais il n'y a nul besoin de savoir comment la boite à vitesse s'y prend pour modifier l'input dans ces différents ratios pour être en mesure d'utiliser à son profit cette capacité de la boite à vitesse. L'analyse travaille uniquement sur le comportement, modélisé par les relations liant la boite noire aux autres éléments inclus dans l'analyse. Son champ d'étude est dynamique; avec un point de départ, la situation actuelle jugée comme insatisfaisante; un point d'arrivée, la situation idéale à atteindre; et des modifications à apporter au comportement de la boite noire pour que le but soit atteint. Pour reprendre l'exemple de la boite à vitesse, elle est liée au moteur par une relation qui lui fournit un input possédant certaines caractéristiques de puissance et de régime et elle transforme cet input en un output qui peut présenter d'autres valeurs de puissance et de régime, élargissant à volonté les caractéristiques de ce qui sera l'input reçu par le train de roulement. Une méthode de la durée L'analyse systémique ne prend pas en compte les caractéristiques de l'objet de la même manière que l'analyse cartésienne. Comme expliqué plus haut, l'analyse cartésienne va définir un moteur de voiture comme présentant diverses caractéristiques liées à une localisation spatio-temporelle précise, par exemple, la puissance maximale est mesurée à un point précis de la plage de régime que ce moteur est susceptible de produire, le couple maximal est défini à un autre point de cette même plage. Ces données seront soigneusement relevées et mises en rapport. Aux yeux d'un systémicien, un moteur de voiture est une boite noire qui est définie par ses relations avec son environnement. La mise en relation de la boite noire "moteur" avec la boite noire "train de roulement" permet de définir cette relation comme présentant, entre autres caractéristiques, celle de pouvoir faire varier la puissance disponible entre un minimum et un maximum, le régime variera également entre un ralenti et une zone rouge. Mais la connaissance des couples de puissance délivrée à tel ou tel régime ne sont d'aucune utilité en systémique car ces informations sont ponctuelles. Par contre, le fait que l'analyse systémique mette en évidence des valeurs haute et basse pour définir la relation entre le moteur et le train de roulement permet de prévoir le comportement de l'ensemble durant le laps de temps nécessaire pour passer du minimum au maximum et analyser les variations des paramètres observées sur la durée de l'analyse, etc. L'observation des modifications qui se produisent au sein de la relation, les actions et les rétroactions résultant de ces modifications sont donc consubstantielles à la mise en œuvre de l'analyse systémique. Les éléments de l'analyse systémique Les éléments autorisées à faire partie d'une analyse systémique sont : - Une boite est un concept qui ne correspond pas forcément à un élément distinct de la réalité. - Une boite blanche ne peut contenir qu'une (des) boite(s) noire(s). Il ne peut exister qu'une seule boite blanche dans le cadre de l'analyse considérée. Cette boite blanche représente le contexte dans lequel l'analyse est contenue. Elle est souvent implicitement décrite et sa représentation graphique est la plupart du temps omise. - Le contenu ainsi que les caractéristiques intrinsèques d'une boite noire sont inconnus. Par contre, le comportement, la manière dont la boite noire transforme l'input en output est connue. - Une relation ne peut exister qu'entre des boites noires. - Les variables définies dans une boite blanche sont partagées avec toutes les boites noires incluses dans cette boite, même si ces variables ne sont pas explicitement décrites.
  • 3. Blue Ocean, Sweet Blue Ocean Strategy Page 3 / 5 - L'analyse doit également intégrer les notions de but (téléologie) et de rétroaction (feedback). - Un ou plusieurs environnements peuvent être intégrés dans le cadre de l'analyse. Représentation des éléments de l'analyse systémique La boite noire L'élément premier de l'analyse systémique est la boite noire. La boite noire est un concept qui représente un élément pertinent de l'analyse. Cet élément peut être un objet physique, par exemple une voiture; un groupe d'éléments, par exemple, une équipe de travail; ou encore n'avoir qu'une existence virtuelle telle qu'une campagne publicitaire ou une stratégie à mettre en œuvre. La boite blanche L'analyse débute en ouvrant la boite noire initiale. Cette ouverture transforme la boite noire, dont le contenu est inconnu, en boite blanche dont le contenu est manifeste. L'analyse sera entièrement contenue dans la boite blanche. La principale conséquence de ce paradigme est qu'il est impossible d'intégrer une deuxième boite blanche à l'intérieur de la boite blanche, ni de faire coexister une autre boite blanche en parallèle à celle préalablement établie. Les relations Les relations mettent en évidence un lien comportemental entre deux ou plusieurs boites noires. Les relations ne sont pas orientées, dans le sens où il n'existe pas de point d'origine ni de point d'arrivée. Cette réalité est conforme aux paradigmes de la systémique, en particulier avec le concept de feedback qui affirme que toute action d'un élément agit en retour sur ce même élément, directement ou par l'intermédiaire d'un autre élément. Les relations ne sont donc pas orientées afin de marquer la nature bidirectionnelle de leur influence. La relation est parcourue dans un sens par l'action d'une boite noire sur une autre et par le feedback qui circule simultanément en sens inverse. Dans certains cas, il est possible de dessiner une relation qui se replie sur elle-même pour mettre en évidence le fait que le comportement de la boite noire agit principalement sur elle-même. Quelques exemples La centrale nucléaire, son environnement, ses constituants Nous nous servons d'une boite noire pour représenter une centrale nucléaire dans son environnement. La boite blanche qui contient cette analyse est omise. Nous prenons la boite noire initiale représentant la centrale nucléaire et nous l'ouvrons pour en découvrir les éléments constitutifs. Ce faisant, nous démarrons une nouvelle analyse qui se tiendra à l'intérieur de cette boite blanche. En observant la disposition des éléments ci-contre, nous percevons les 4 éléments principaux d'une centrale nucléaire et la manière dont ils interagissent. Les 3 éléments associés par les relations bleues définissent la production électrique au moyen d'un réacteur qui produit de l'énergie sous forme de chaleur. Ce réacteur est couplé au générateur qui transforme l'énergie sous forme de chaleur en énergie électrique. Le circuit de production est bouclé en passant par le radiateur (ou système de refroidissement) qui évacue l'excédent d'énergie thermique avant de renvoyer le fluide caloriporteur vers le réacteur. Ces 3 éléments sont contrôlés dans leur activité par un système de gestion qui assure leur maintien à l'intérieur des conditions de fonctionnement stables et sûres. Ces relations de contrôle sont indiquées en orange. Après avoir refermé la boite blanche de la centrale, nous analyserons le comportement de cette centrale nucléaire. Pour ce faire, nous lui adjoignons divers éléments qui forment le contexte de l'analyse. Nous ajoutons des consommateurs et un réseau de distribution ainsi que les relations nécessaires à la modélisation des comportements respectifs. La centrale est en relation avec le réseau de distribution qui est en relation avec les consommateurs finaux.
  • 4. Blue Ocean, Sweet Blue Ocean Strategy Page 4 / 5 Cette nouvelle analyse est une extension de la précédente, nous avons différencié les types de producteurs et de consommateurs en fonction de leurs caractéristiques communes et nous les avons regroupé au sein de boites noires distinctes. Nous avons séparé les consommateurs en quatre groupes qui représentent quatre catégories d'utilisateurs dont les comportements sont trop différents pour être unifiés dans un même concept: - Les ménages consomment selon trois pointes centrées sur le matin, le midi et principalement le soir en fonction des loisirs. - Les administrations et les industries légères qui consomment principalement selon un plateau débutant dès la matinée jusqu'en fin d'après-midi du lundi au vendredi. - Les industries lourdes qui consomment en permanence. - Les transports qui débutent par une forte pointe en début de journée, un plateau qui se prolonge jusqu'au milieu de la nuit et un creux en deuxième partie de nuit. Nous avons également séparé les producteurs en quatre groupes: - Les centrales nucléaires qui débitent un courant en ruban, toujours constant et dont la variation de puissance est très lente. - Les centrales hydrauliques qui débitent un courant de régulation. Elles sont capables de monter en puissance très rapidement et de réguler très finement la puissance fournie. - Les centrales éoliennes qui sont caractérisées par un débit imprévisible et inconstant. - Les centrales solaires qui produisent un courant aussi inconstant que les centrales éoliennes mais qui est plus prévisible dans sa fourniture: la production solaire a lieu uniquement en journée. Toujours selon les paradigmes de la systémique, aucun objet n'a été nommé ni même étiqueté. Il est à relever que ce ne sont pas les objets qui sont définis comme susceptibles de fournir telle ou telle sorte de production mais ce sont les relations entre les objets qui présentent de telles caractéristiques. Par exemple, ce n'est pas la centrale nucléaire qui est définie comme produisant en ruban mais c'est la relation entre cette centrale et le réseau de distribution qui est caractérisé de la sorte. Cette vue est logique, une centrale isolée ne produit rien aussi longtemps qu'elle n'est pas reliée à un consommateur au moyen d'un réseau. Il est donc correct de définir la relation comme présentant telle ou telle caractéristique. L'analyse systémique n'étudie pas les objets mais se focalise sur les relations entre les objets. A ce titre, elle permet de mettre en évidence les interactions qui se produisent entre les objets analysés. Dans le cas de figure ci-contre, l'analyse a permis de répartir les producteurs et les consommateurs en groupes distincts dont les caractéristiques de consommation sont similaires; que ce soit par une production ou une consommation constante (en ruban) ou présentant des pics et des creux plus ou moins planifiables. A partir de ce constat, il est facile de démontrer que: - Le réseau de distribution est un acteur primordial de la répartition de l'énergie pour fournir au consommateur la bonne quantité d'énergie au moment où celui-ci en a besoin. - Les énergies renouvelables sont majoritairement des acteurs marqués par une capacité de production dont la disponibilité et le volume de production sont imprévisibles et fortement fluctuants. - L'importance du réseau de distribution en tant qu'acteur crucial se renforcera parallèlement avec la montée en puissance des énergies renouvelables, exigeant du réseau des capacités d'adaptation toujours accrues.
  • 5. Blue Ocean, Sweet Blue Ocean Strategy Page 5 / 5 Les Matrioshka Les boites noires de l'analyse systémique sont à l'image des poupées russes, on peut les emboiter à l'infini: - Chaque boite blanche peut être fermée et devenir une des boites noires d'une super-analyse qui l'englobera dans un ensemble plus vaste. Le cas échéant, elle sera mise en relation avec les autres boites noires de l'analyse. - Chaque boite noire peut être ouverte et devenir la boite blanche de l'analyse d'un constituant de l'analyse de base. L'analyse systémique est un outil qui se révèle particulièrement performant pour la réalisation d'une étude globale. Parmi les domaines de prédilection de cette méthode, nous citons en particulier la réalisation de travaux impliquant la modélisation du comportement humain ainsi que le développement de logiciels. Une version de notre méthode adaptée au traitement par ordinateur se révèle particulièrement puissante car elle gère avec beaucoup de facilité les imbrications des boites et permet une modélisation simple de systèmes très complexes à l'instar des logiciels modernes. A titre d'exemple, nous citons les menus d'affichage des derniers appels des smartphones de génération 10 du constructeur en difficulté BlackBerry. L'équipe de développement a construit deux masques différents pour afficher les informations des derniers appels. Dans la version originelle, suivant si ces informations étaient appelées depuis le menu des communications ou depuis la plateforme centrale "Hub", les informations annexes étaient différentes. Dieu merci, la liste des numéros appelés était identique dans chaque cas. Cette précision est loin d'être aussi ironique qu'elle peut sembler de prime abord. Il a fallu attendre près d'une année pour voir une unification de la présentation des informations annexes lors de la publication de la release 10.2.0.424. Dans leur travail de révision des deux interfaces, les architectes informatiques de BlackBerry ont certes unifié les listes mais les fonctions disponibles sur ces deux interfaces sont restées en l'état. Ce qui fait qu'il est possible d'effectuer certaines actions dans un menu mais pas dans l'autre et réciproquement. En conséquence, quel que soit l'écran sélectionné par l'utilisateur, celui-ci sera toujours frustré de ne pouvoir consulter et manipuler toutes les informations à partir d'une interface unique accessible des deux menus de base Communication et Hub. Si ce système d'exploitation avait effectivement mis en œuvre une analyse systémique lors de la modélisation de ses différentes parties constitutives, les ingénieurs et architectes informatiques de BlackBerry n'auraient pas manqué de voir la similitude d'information entre ces deux modules et, suivant la philosophie de modularité des logiciels, n'auraient bâti qu'un seul module commun aux deux menus. Cet exemple montre que si BlackBerry avait développé son système d'exploitation en suivant les règles systémiques, BlackBerry aurait économisé du temps et de l'argent en ne développant qu'un seul écran appelable depuis chacun des deux menus et les utilisateurs auraient pu bénéficier d'une ergonomie bien supérieure, n'ayant à mémoriser que les caractéristiques d'une seule interface. Nous approfondirons cet exemple ainsi que d'autres démonstrations provenant de différents domaines dans des billets traitant spécifiquement de ces questions. Dans le prochain billet, nous examinerons le changement de perspective entre analyse cartésienne et analyse systémique et les conséquences de ce changement. Au plaisir de vous retrouver ici ! Ce texte est soumis aux conditions Creative Commons CC-BY-NC-SA.