Your SlideShare is downloading. ×
Joël Valmain
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Saving this for later?

Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime - even offline.

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Joël Valmain

673
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
673
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. La politique de sécurité routière en FranceCongrès international de circulation – Idées qui sauvent des vies Porto Alegre (Rio Grande do Sul - Brésil) 19 juillet 2012 Joël VALMAIN Conseiller Technique « Europe-International » du Délégué interministériel à la sécurité routière 1
  • 2. 2
  • 3. Organisation administrative 1972 : création de la Délégation interministérielle à la Sécurité routière Le Délégué interministériel, nommé sur proposition du Premier Ministre, est principalement sous lautorité du Ministre de lIntérieur, mais aussi du Ministre chargé des transports (sécurité des infrastructures routières + sécurité des véhicules) Des Conseillers Techniques d’autres ministères : Travail, Justice, Education nationale, Santé, ... 3 Un Observatoire national interministériel de sécurité
  • 4. Organismes nationaux Le Comité interministériel de sécurité routière (CISR) est présidé par le Premier Ministre ou le Ministre de lIntérieur : – Il définit la politique française de sécurité routière, – La mise en oeuvre de cette politique est coordonnée par le Délégué interministériel à la sécurité routière Le CISR est réuni une fois par an, en général 4
  • 5. La politique locale Le Préfet Le coordinateur « sécurité routière » Les représentants officiels dans le domaine de la sécurité routière 5
  • 6. La position de l’ONISR • L’ONISR est placé auprès du Délégué interministériel à la sécurité routière). • Comme tel, il assure ses fonctions d’observatoire en liaison et en coopération avec l’ensemble des ministères parties prenantes du domaine de la sécurité routière :  Intérieur :Préfectures/Collectivités locales/Forces de l’ordre (gendarmerie + police)  Transports (MEDDTL) : DGEC / DGITM  Santé o Justice ’ Travail Éducation nationale • Au plan des méthodes et des outils, il bénéficie du soutien du réseau technique et scientifique
  • 7. Le domaine de l’ONISR • Son cœur de métier : accidentalité routière et exposition au risque routier Mais également : mobilité et partage modal, partage de la route et de la rue, comportements du conducteur, addictions (alcool et drogues), prévention et éducation, infractions et sanctions, suivi sanitaire et social des victimes, infrastructures et gestion des trafics, véhicules, etc...
  • 8. Processus actuel Producton et exploitation du Fichier BAAC
  • 9. Les Chiffres définitifs 2011
  • 10. La politique de sécurité routière en France La politique actuelle 11
  • 11. Usagers vulnérables Les jeunes (18-24 ans):  9% de la population  21% des personnes tuées Motocyclistes:  2,5% du parc de véhicules  Près de 25% des tués (980 décès en 2011)Une concertation a été lancée en 2009 avec lensemble des acteurs concernés par la sécurité des conducteurs de 2RM. 12
  • 12. Les axes prioritaires de la politique de sécurité routière  Comportement - Formation et éducation (réforme du permis de conduire) - Contrôle-sanction automatisé : au 01/07/12, 3823 radars : 2209 radars fixes vitesse (dont 83 discriminants), 670 radars fixes feux rouges, 8 radars de passages à niveau, 3 radars de vitesse moyenne, 933 radars mobiles vitesse, - campagnes de communication  Infrastructure - Le “code de la rue” : protection des usagers les plus vulnérables  Véhicules : promotion des équipements de sécurité tels que ABS, ESP, etc... 13
  • 13. L’éducation routière tout au long de la vie Écoles primaires Collèges (avec les ASSR 1 et 2) Lycées (mesure décidée en février 2010) Les stages post-permis (pour conducteurs novices, expérimentés et seniors) Les salariés des entreprises 14
  • 14. Les principaux gisements de sécurité - le contrôle de la vitesse et sa réduction : 1 accident mortel sur 5. - l’amélioration de la détectabilité des 2 roues motorisés et la réduction de leur sur vulnérabilité. - le renforcement de l’éducation et de la formation aux 2 roues motorisés – Insister notamment dans la formation sur l’interaction avec les autres usagers. - la lutte contre lalcool au volant : 1ère cause de mortalité sur les routes - 1 accident mortel sur 3 - 1150 tués – les hommes sont responsables à 92%. - éthylotests dans les discothèques (01/12/2011), dans les voitures à partir du 01/07/2012 + développement de lutilisation des « alcolocks ». 15
  • 15. La communication, outil de la politique de sécurité routière  Fournir des informations sur les règles, le bien-fondé de leur existence, les peines et les risques encourus  En rendant les usagers plus responsables  En fournissant des outils et des solutions  Obtention du Grand Prix au Festival mondial du film de sécurité routière de Marrakech, le 18 février 2010 16
  • 16. Le niveau international (1)- 11 mai 2011 : réunion du CISR le jour du lancement de la décennie mondiale daction pour la sécurité routière (2011-2020)- Mobilisation nécessaire des acteurs locaux et régionaux;- la sécurité routière au niveau européen et mondial :- Implication dans la décennie mondiale daction – la France, pays ami de « la déclaration de Moscou »- Débouché de la coopération franco-québécoise : texte de mobilisation des pays francophones pour la sécurité routière,- Partage dexpériences et échanges de bonnes pratiques : la circulation est internationale. 17
  • 17. Le niveau international (2)- Les Journées francophones de la sécurité routière : Lyon les 22 & 23 novembre 2010,-Coopération continue avec les pays francophones, ainsi quavec les ONG de ces pays actives en sécurité routière- Travaux au sein des groupes de travail de lONU et de lOMS- Organisation les 20 & 21 novembre 2012 à Lyon (France) dune conférence sur le thème des « jeunes et de la sécurité routière ». Programme et inscription : http://www.securite-routiere.gouv.fr/la-securite- routiere/les-actualites/un-colloque-sur-les-jeunes-et-la- securite-routiere. 18
  • 18. Le niveau international (3)- Volontés de coopérations bilatérales.- Déclaration dintention de coopérer en matière de sécurité routière, entre lEtat de Rio Grande do Sul et la France.- Signature par le Délégué interministériel français à la sécurité routière le 12 juillet 2012. 19
  • 19. Pour plus de détails :http://www.securite-routiere.gouv.fr/ Merci pour votre attention 20