1 3- premièresphotoscoul-dd

327 views
255 views

Published on

PREMIÈRES PHOTOS

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
327
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

1 3- premièresphotoscoul-dd

  1. 1. LA VIE EN COULEURSLA VIE EN COULEURSCentenaire de l’Autochrome LumièreCentenaire de l’Autochrome Lumière1904 – 20041904 – 2004LYON rend hommagedu 25 juin au 5 novembre 2004àdeux de ses plus illustres enfants,Auguste et Louis LUMIERE,inventeurs du premier procédé modernede photographie en couleurs.un reportage deun reportage deJean-Paul BARRUYERJean-Paul BARRUYER autour des grillesautour des grillesde la Préfecture du Rhônede la Préfecture du Rhônele 1er novembre 2004le 1er novembre 2004
  2. 2. SOUDAIN, A NOS YEUX, LE MONDE SEMBLE PASSER DE L’OMBRE A LA LUMIERE…Des photographies en couleurs avaient été réalisées en France dans les années 1860, mais les procédés restaientimparfaits, notamment avec la nécessité de faire trois prises de vue différentes pour un même cliché. Déjàinventeurs du Cinématographe en 1895, les frères Lumière mettent au point en 1904 la plaque deverre Autochrome sur laquelle sont étalés des millions de grains de fécule de pomme de terre, chacun teinté d’unedes trois couleurs : rouge, vert ou bleu, associés à une surface sensible. Ils obtiennent ainsi des clichés positifstransparents donnant une image beaucoup plus lumineuse et naturelle qu’avec un support de papier opaque.Comme dans la peinture pointilliste, cest la globalité du regard qui forme leffet coloré et plein de charme de cesphotographies. La commercialisation en 1907 met la photographie en couleurs à la portée de tous et lesphotographes de mode s’en emparent dès 1910. LAutochrome restera sans réelle concurrent durant une trentainedannées jusquà lapparition des pellicules couleur remplaçant cette fragile diapositive de verre.Les clichés que vous allez voir sont très loin du rendu originel de ces plaques de verre. Ces dernières, avec letemps, ont certainement perdu la fraîcheur de leurs coloris. De petit format, elles ont été, pour les besoins delexposition, reproduites sur de très grands panneaux opaques à la surface plastifiée et brillante. Enfin, moi-même,dans des conditions déclairage difficiles, jai «rephotographié» à main levée ces derniers dans leurformat intégral ou en partie seulement, avec parfois les inévitables reflets des lumières de la rue.Mais force est de constater que ces images nous subjuguent au premier regard. Personne ne niera le lien picturalque certaines de ces photos établissent avec les tableaux de grands maîtres impressionnistes comme Claude Monetou Auguste Renoir. Jai reçu cette exposition comme un coup de poing dans la figure, en tout cas comme une leçondhumilité : à croire que les perfectionnements de nos appareils actuels sont le plus souvent des argumentscommerciaux plus que de précieux auxiliaires ! A moins que le regard, derrière lobjectif, avec le temps et la banalitéde ce moyen dexpression, ait perdu de son acuité...La couleur, soudain, apporte une touche de modernité et de proximité à cette époque que lon qualifiera plus tard de"Belle". Il est difficile de croire que nous avons ici les derniers témoignages dun autre monde, celui qui allaitdisparaitre sous un déluge de feu et de sang dont la noirceur des images ne cesse encore de nous hanter… Au-delàde mon émotion esthétique, jai voulu accomplir un devoir de mémoire pour cette invention que les médias nont pascélébrée à la hauteur de sa portée, à un moment où lon commémore tout et nimporte quoi, comme si notre société,toujours tournée vers le passé, accepte bien de marcher vers lavenir… mais seulement à reculons !
  3. 3. « Au titre de petits-fils de Louis Lumière, nous sommes heureux de voir cette expositionprésentée à l’Hôtel du Département, lançant ainsi la célébration du centenaire del’Autochrome Lumière.Notre grand-père nous a souvent dit que le procédé était pour lui l’invention de sa vie : « Ilm’a fallu sept ans d’efforts ininterrompus. Je n’ai rien fait d’autre pendant cette période. Jen’ai jamais perdu courage ».En effet, s’il n’a fallu que quelques mois à Louis Lumière pour mettre au point l’inventiondu Cinématographe et la projection d’images animées sur un écran, il en a été toutautrement pour résoudre le difficile problème de la photographie en couleur. Sa réalisationlui demanda beaucoup de temps et d’énergie mais le résultat obtenu fut à la mesure de cetravail : force est de constater qu’aujourd’hui encore, les photographies réalisées par ceprocédé impres- sionnent par leur beauté indicible et leur qualité technique.Après son invention en 1904, la commercialisation de l’Autochrome en 1907 met laphotographie en couleur à la portée de tous.A titre personnel, nous sommes profondément touchés de revoir parmi les images présentéesde nombreuses scènes et portraits familiaux parmi lesquels figurent nos mères et leursproches. Nous espérons qu’à leur tour, les visiteurs de cette exposition ressentiront la beautéd’une technique et le parfum d’une histoire ».Les petits-enfants de Louis Lumière

×