Tribune Denis berthault 01 net mars 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Tribune Denis berthault 01 net mars 2012

on

  • 321 views

 

Statistics

Views

Total Views
321
Views on SlideShare
321
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Tribune Denis berthault 01 net mars 2012 Tribune Denis berthault 01 net mars 2012 Document Transcript

    • OPINIONS CARTE BLANCHE À… Comment exploiter la mine d’or des données publiques de les convertir, à moindre coût, dans DENIS BERTHAULT, coanimateur du groupe « donnéespubliques »auGroupementfran- des formats correspondant aux besoins çaisdesindustriesdel’information,s’interroge des réutilisateurs. Cette usine de conver- surlesmoyensd’améliorer,aumoindrecoût, sion de données serait interministérielle, la qualité des données sans attendre que permettant à la fois aux administrations, l’Administration ait les outils nécessaires. qu’elles soient centrales ou décentrali- sées, riches ou pauvres, de développer de nouvelles applications répondant à leurs Avec la création d’Etalab, la tarification besoins propres, tout en favorisant la des données publiques devient un sujet réutilisation de leurs informations. tabou. Certes, les textes encadrant la Pour traiter et élever le niveau de service réutilisation des informations publiques, sur les données – qu’elles soient ou non qu’ils soient actuels (directive de 2003, déjà diffusées –, cette structure devrait loi de 1978, décret de mai 2011) ou à venir en priorité s’interfacer avec les sites (projet de révision de la Commission publics existants à l’échelon national européenne), autorisent explicitement (dont Data.gouv.fr), voire à l’échelon cette tarification. Toutefois, nombreux local. La « data factory » proposerait des DR sont ceux qui pensent que, l’impôt ayant fonctionnalités « à la demande » de déjà payé la production des données, il transformation de format, d’ajout de est anormal que la réutilisation des in- « Nous proposons une usine métadonnées, voire d’anonymisation ou formations publiques soit tarifée. interministérielle d’extraction de nettoyage d’informations. Elle serait Hélas, si l’impôt a bien financé la produc- et de conversion des données » aussi en mesure de proposer des services tion, il n’a que très rarement subventionné de stockage, d’intégration et d’accès aux la diffusion et encore moins les moyens données (API, services web…). de rendre réutilisables ces données. Pour administrations dans le monde, mais comprendre le problème, il suffit de re- peut-être plus encore à cause d’une orga- garder les sites publics (ministères, établis- nisation hiérarchique et d’un fort souci Le financement par la taxe ? sements publics, autorités administra- de confidentialité, l’Administration fran- Ainsi, cette « data factory » permettrait tives...): les informations textuelles sont çaise n’est ni préparée, ni organisée, ni, à la sphère publique de disposer d’une restituées en PDF, un format propriétaire a fortiori, équipée pour diffuser et/ou structure habilitée à stocker, améliorer qui interdit toute réutilisation, les don- rendre réutilisables ses informations. et diffuser les données publiques ou- nées tabulaires, en format propriétaire Cela n’entre pas dans la mission pour vertes françaises. Comment financer (Excel). Cette tendance se retrouve, bien laquelle elle a été créée. Il y a donc un une telle structure ? Très simplement ! sûr, sur Data.gouv.fr où moins de 1 % des abîme entre la réalité et les désirs des En prélevant une taxe (25 % ?) sur le données est en format ouvert. acteurs politiques européens ou français, chiffre d’affaires perçu par les adminis- relayés par de nombreuses associations trations qui vendent leurs informations. en France, de disposer de données dans Il est en effet paradoxal que seules les Une structure centralisée pour un « format lisible par la machine et administrations disposant de données01BUSINESS & TECHNO I 8/03/2012 I 01net-entreprises.fr résoudre le problème du format accompagnées de métadonnées ». vendables retirent 100 % des revenus Ce constat souffre, évidemment, d’ex- Comment, alors, permettre aux admi- alors qu’une vraie politique d’open data ceptions : des administrations dont la nistrations de diffuser – rapidement, consiste justement à mettre à disposition diffusion a toujours fait partie intégrante dans un format réutilisable et au plus un maximum d’informations, en lais- de la mission (Dila, IGN, Inpi, Insee, juste coût – leurs informations ? Pour sant au marché (entreprises, associa- Météo France…) se sont depuis une résorber ce goulet d’étranglement consti- tions, développeurs…) le soin de déve- vingtaine d’années organisées pour re- tué par la question du format, nous lopper des services autour. diffuser leurs données. Quelques proposons la création d’une structure La France aurait alors l’opportunité de se administrations traditionnelles s’y sont technique centralisée, sorte de « data doter de modalités d’accès communes à récemment essayées (Finances, Intérieur, factory mutualisée », chargée de collecter toutes les données libérées dans l’Hexa- Justice…), avec des bonheurs divers et les données en l’état, c’est-à-dire sans gone, gage d’efficacité et d’économies après des investissements trop impor- imposer à l’Administration un quelcon- d’échelle pour tous les réutilisateurs. M tants. Comme l’immense majorité des que changement ou investissement, puis DENIS BERTHAULT38