Rapport surfrider foundation

425 views
359 views

Published on

« Etude des dé-listages de plages en Europe » réalisé par la Surfrider Fondation Europe qui détaille les dé-listages pays par pays.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
425
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Rapport surfrider foundation

  1. 1.     1  
  2. 2.   Sommaire    PRESENTATION DE SURFRIDER FOUNDATION EUROPE ................................................... 3 Les programmes d’action de Surfrider Foundation Europe .............................................. 4 UNE ETUDE SURFRIDER FOUNDATION EUROPE ............................................. 7 CONTEXTE ............................................................................................... 7 ACTIONS ................................................................................................. 9 Méthodologie .......................................................................................... 11  Présentation de l’étude ................................................................................................................. 11  Récupération des données ............................................................................................................ 12  Traitement des données ............................................................................................................... 12 Synthèse de l’étude ................................................................................. 13  Dé‐listages ..................................................................................................................................... 13  Manque d’échantillonnages .......................................................................................................... 13  Absence d’échantillonnage ........................................................................................................... 14  Les chiffres à retenir ...................................................................................................................... 15 Résultats ............................................................................................... 17  Dé‐listages ..................................................................................................................................... 17  Manque d’échantillonnages .......................................................................................................... 25  Absence d’échantillonnage ........................................................................................................... 32  Carte européenne des plages dé‐listées ....................................................................................... 34  Carte européenne des plages avec manque d’échantillonnages .................................................. 35  Carte européenne des plages sans échantillonnage ..................................................................... 36  Carte européenne de synthèse ..................................................................................................... 37  Conclusion ..................................................................................................................................... 38      2  
  3. 3. PRESENTATION DE SURFRIDER FOUNDATION EUROPE   Une organisation de protection et d’éducation à l’environnementSurfrider Foundation Europe est une association à but non lucratif créée enEurope en 1990 par le triple champion du monde de surf : Tom Curren.Surfrider Foundation Europe est l’une des rares organisations doublementtitulaire d’un agrément national pour ses programmes éducatifs et d’unagrément national de protection de l’environnement.Sa mission : protection et mise en valeur durable de l’océan, des vagues, dulittoral et des usagers qui en jouissent.  La « Communauté Océan » représente plus de 100 millionsd’usagers du littoral dont de nombreux pratiquants d’activitésnautiques : surfeurs, baigneurs, marins, windsurfers, kitesurfeurs,plongeurs, pêcheurs et tant d’autres … Surfrider Foundation Europe,avec ses 15 000 sympathisants et bénévoles constitue l’un desreprésentants majeurs de cette Communauté.Surfrider Foundation Europe est membre de Surfrider International(Surfrider Europe, USA, Japon, Brésil, Australie, Argentin, Canada,Nouvelle Zélande).  Le siège européen de Surfrider Foundation Europe est basé à Biarritz. Lesbureaux de Marseille, Saint Sébastien et de Toulouse coordonnent le travailde l’association sur l’arc atlantique et sur l’espace méditerranéen.  Surfrider Foundation Europe est représentée sur le territoire européen parses 43 antennes bénévoles.Les 3 objectifs principaux de l’association sont :   • La lutte contre la pollution des océans : marées noires, dégazages, pollutions bactériologiques, chimiques et macro-déchets. • Une meilleure information du public en ce qui concerne la qualité des eaux, le droit de l’environnement et de la mer et les risques de pollution… • Un travail de sensibilisation à travers des programmes d’action ciblés à destination du grand public et notamment des enfants. 3   
  4. 4. Les programmes d’action de Surfrider Foundation Europe Protéger le littoral  L’association Surfrider Foundation est titulaire d’un agrément de protection de l’environnement. ‐ Les laboratoires : Surfrider Foundation Europe possède plusieurs laboratoires d’analyses (Marseille, Saint Sébastien et Toulouse) pour procéder à des tests de qualité de l’eau sur des échantillons provenant des zones d’activités nautiques tout au long de l’année. La nécessité d’une surveillance de la qualité des eaux des zones d’activités nautiques est une des revendications de l’association. ‐ Transport maritime : Surfrider Foundation Europe a lancé un ambitieux programme de recherche juridique de 3 ans en partenariat avec une université et les acteurs de terrain concernés. Nous souhaitons mieux identifier les responsables en matière de pollution maritime et poser l’application de principe de pollueur payeur. Ce programme vise à déterminer quels sont les moyens mis en œuvre par les Etats (conventions, mesures,…) pour lutter contre les pollutions en milieu marin. En outre nous utilisons tous les leviers juridiques existant au niveau local, international et européens pour défendre les victimes et faire reconnaitre le dommage environnemental (actions juridiques, lobbying national et européen). ‐ Lobbying : L’association a pour objectif d’influencer les décideurs publics et les institutions dans les processus d’élaboration des lois, des réglementations et l’établissement de normes pour favoriser nos ambitions en terme de protection et de valorisation du milieu marin. Par exemple, Surfrider a lancé une pétition destinée à la reconnaissance des macro-déchets comme pollution (2008-2009). ‐ Simulation eaux de baignade : Cette étude vise à alerter les institutions à toutes les échelles territoriales de pouvoir, de l’impact de la nouvelle réglementation européenne sur la gestion des eaux de baignade. Le travail consiste en la réalisation d’une simulation de ce que serait le classement de la qualité des eaux de baignade dès aujourd’hui au regard de la Directive de 2006. L’objectif, à terme, étant de contribuer à un dialogue territorial constructif sur cette thématique et d’accélérer la mise en place des mesures à prendre afin que les plages soient conformes aux nouvelles normes en 2015. ‐ Gardiens de la Côte : Ce programme d’actions est basé sur les témoignages de volontaires (citoyens, associations, collectifs, etc.) visant à nous informer sur des pollutions, aménagements ou autres problèmes observés et impactant le littoral. Ces renseignements alimentent notre réseau de surveillance. Nous apportons ainsi notre savoir-faire scientifique, médiatique et dans certains cas juridique afin de soutenir, au niveau local, les usagers qui s’engagent pour préserver le patrimoine naturel littoral. 4  
  5. 5.   Eduquer et changer les comportements  L’association Surfrider Foundation est titulaire d’un agrément d’éducation populaire par le Ministère de la Jeunesse et des Sports ainsi que d’un agrément de formation. ‐ Vagues & littoral et les expositions Surfrider Foundation Europe : l’exposition a été créée en 2004 par l’équipe de Surfrider Foundation en collaboration avec de nombreux intervenants et experts pour assurer un contenu pédagogique de qualité. Le but est d’informer le visiteur afin qu’il s’engage, à terme, et change de comportement.‐ ‐ Films pédagogiques : « Des montagnes à l’océan : périple d’une goutte d’eau » et « Ocean cool » sont des films (traduits en 7 langues) destinés à un jeune public âgés de 8 à 16 ans. Le premier explique le cycle de l’eau et le second comprend un contenu pédagogique environnemental sur les thématiques : biodiversité, macro-déchets et changement climatique. Ocean cool est distribué dans toutes les médiathèques en France grâce à une convention du Centre National de Documentation Pédagogique. Agir localement et sensibiliser  ‐ Antennes locales Surfrider : les antennes locales prolongent, poursuivent et diffusent les programmes d’action de l’association en local via des actions d’éducation et de sensibilisation, des rassemblements, … ‐ Initiatives Océanes : Surfrider Foundation Europe entend sensibiliser le grand public et alerter les médias et les décideurs à travers un rendez-vous annuel sur les macro-déchets : les Initiatives Océanes. C’est une opération illustrée par un grand week-end éco-citoyen au début du printemps qui consiste en la réalisation de nettoyages de plage. Programme d’envergure mondiale, il focalise l’attention des acteurs du littoral, des usagers aux institutions, sur la problématique des macro-déchets. Répartition des antennes locales en Europe en 2009   5  
  6. 6. ‐ Campagnes de sensibilisation et de communication : ces campagnes permettent de diffuser et de sensibiliser le plus grand nombre de personnes aux valeurs de Surfrider Foundation Europe.     Réalisation Surfrider Foundation Europe, 2009              Campagne 2009  Campagne 2005   6  
  7. 7. UNE ETUDE SURFRIDER FOUNDATION EUROPE   Nouvelle directive européenne sur la qualité des eaux de baignade :  Impact sur les plages françaises  CONTEXTE La Commission européenne incite les Etats membres à traiter les problèmes depollution à la source au lieu de dé-lister les sites qui ne répondent pas auxnormes imposées par la directive.L’Europe rappelle régulièrement à l’ordre les Etats membres qui rayent de leurs listes lessites sensibles afin d’obtenir de bonnes statistiques plutôt que de mettre en place desprogrammes de réhabilitation du littoral. La Commission craint encore que la radiation decertains sites de baignade ne masque des problèmes de pollution et n’améliorequ’artificiellement les résultats en terme de classement. Malgré tout, le 10 juin 2010, laCommission européenne et l’Agence européenne pour l’environnement ont publié leurrapport annuel sur la qualité des eaux de baignade dans l’Union européenne. Ce rapportmontre qu’au cours de la saison balnéaire 2009, 95,6% des zones de baignade en zonescôtières étaient conformes aux normes communautaires. La nouvelle directiveeuropéenne (2006/7/CE) sur les eaux de baignade, impose des valeurs seuils plusstrictes concernant la pollution bactériologique. Surfrider Foundation Europe reste doncvigilant face à de possibles radiations de plages des listes de sites de baignade. Cespratiques amélioreraient faussement les résultats sans qu’aucune politique de luttecontre la pollution ne soit mise en place par les institutions concernées.Surfrider se bat contre la fermeture des plages.La préservation et la réhabilitation d’un littoral de qualité constituent un axe de travailmajeur de Surfrider Foundation Europe. Il s’agit désormais de s’attaquer aux problèmesde pollution à la source dans un objectif de reconquête et de ne plus se contenter defermer les zones à risque et d’épargner quelques sites pour les laisser accessibles. Ainsi, 7  
  8. 8. l’enjeu est bien là : éviter un littoral par défaut interdit à la baignade à l’exception dequelques zones spécifiquement dédiées à cet usage.Les surfeurs sont des témoins privilégiés de la pollution du littoral.Surfrider Foundation Europe, association de protection du littoral, regroupe parmi sesmembres, de nombreux pratiquants d’activités nautiques (surf, kite surf, voile, planche àvoile, ...) et des passionnés de l’océan et du littoral en général. Un grand nombre de nosadhérents pratiquent une activité nautique tout au long de l’année. Ils sont ainsi destémoins privilégiés de la qualité des eaux littorales et les victimes potentielles des risquessanitaires qui y sont liés. La présence dans les eaux, de polluants et en particulier demicro-organismes (bactéries, virus), constitue un risque sanitaire lors de la baignade.Le besoin d’un contrôle de la qualité des eaux des zones d’activités nautiques est une desrevendications de l’associationLa réglementation de la qualité des eaux de baignade.A l’heure actuelle et selon la Commission Européenne, les Etats membres arrêtent lesvaleurs qu’ils appliquent aux eaux de baignade dans le cadre des orientations de ladirective de 1976 (76/160/CEE). Cette Directive sera abrogée par la Directive de 2006(2006/7/CE) à compter du 31 décembre 2014 et a été transcrite début 2008 parl’ensemble des Etats membres. Dès qu’un Etat a pris toutes les mesures juridiques,administratives et pratiques nécessaires pour se conformer à la directive, celle-cis’applique, remplaçant la directive 76/160/CEE.Les eaux concernées par la directive, et de fait par notre étude, sont les eaux de surfacedéclarées par les Etats membres comme des lieux de baignade. L’étude porteuniquement sur les eaux côtières européennes.Surfrider a fait pression pour une réglementation plus adaptée en accord avecles usages d’aujourd’hui : Surfrider Foundation Europe a milité auprès de laCommission européenne afin que cette nouvelle directive prenne en compte sesrevendications, soit : • Une meilleure information du public sur la qualité de l’eau de baignade • Des prélèvements sur les zones d’activités nautiques • Un suivi de la qualité des eaux tout au long de l’année, hors saison balnéaire • Une prise en compte par les institutions de toutes les pollutions (pollutions chimiques, macro-déchets,…) et pas uniquement des pollutions bactériologiques. 8  
  9. 9. Une pétition de 10 000 signatures recueillies auprès de nos militants a été déposée à laCommission européenne le jour du vote de la nouvelle directive. Malgré le lobbyingréalisé par Surfrider auprès de la Commission, cette nouvelle réglementation ne prendtoujours pas en compte les pratiquants d’activités nautiques et impose uniquement unesurveillance de la qualité des eaux de certains sites de baignade seulement pendant lasaison estivale. ACTIONS  Surfrider lance une étude des dé-listages de plages en Europe.Sur les zones de baignade, la nouvelle directive impose une meilleure information dupublic et un durcissement des seuils des normes sanitaires. Surfrider Foundation Europe,tout en restant mobilisé sur la problématique des zones d’activités nautiques, a décidéd’évaluer ces pratiques de dé-listages des plages en Europe. En effet, le risque estqu’avec une réglementation plus contraignante, ces pratiques se multiplient dans lesannées à venir. Les Etats membres concernés par cette étude sont l’Allemagne, laBelgique, le Danemark, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, les Pays Bas, lePortugal, le Royaume-Uni et la Suède.Nous disposons de 5 ans pour anticiper la réglementation et éviter d’éventuellesfermetures et dé-listages de plages.Alors que d’une façon générale le nombre de zones de baignade augmente depuis 1997,de nombreuses plages ont été radiées des listes durant la même période. Notre étude adonc pour objectif de mettre en évidence l’ampleur de ces radiations qui n’apparaissentpas statistiquement du fait de l’augmentation continue du nombre de plages dans lesdifférents pays concernés par ce travail.L’objectif est donc bien de mobiliser l’attention des autorités locales pourqu’elles évaluent les mesures à prendre pour conserver leurs plages ouvertes etaccessibles à tous. De plus, nous souhaitons interpeller les gouvernements,grâce à cette étude, afin qu’ils donnent les moyens aux communes de réaliserces mesures. 9  
  10. 10. CONCLUSIONSurfrider souhaite fédérer les acteurs du littoral autour de la thématique « eauxde baignade »Cette étude, qui a pour ambition d’être un outil de gestion intégrée, est mise àdisposition des décideurs. Elle est susceptible de contribuer aux différents travauxinstitutionnels réalisés sur cette thématique avec pour objectif d’anticiper au plus tôtl’application des nouvelles réglementations et ainsi conserver nos plages ouvertes en2015.Surfrider Foundation Europe se tient donc disponible pour contribuer aux démarcheslancées par les collectivités et participer ainsi à un travail commun visant à une gestionconcertée du littoral. 10  
  11. 11. Méthodologie  Présentation de l’étude Le dé-listage consiste à retirer une zone de baignade des listes officielles sans pourautant justifier ce retrait. Le gestionnaire d’une eau de baignade est contraintjuridiquement à mettre en œuvre les travaux nécessaires permettant de garantir unequalité d’eau de baignade compatible avec les usages. Cependant, un certain nombre degestionnaires préfèrent fermer définitivement la baignade plutôt que de traiter lespollutions à leurs sources. L’eau de baignade n’apparait plus dans les listes, elle n’estalors plus contrôlée et interdite à la baignade.L’application de la nouvelle Directive de 2006 (Directive 2006/7/CE) pourrait avoir pourconséquence une augmentation du nombre de dé-listages de plages en Europe. En effet,les nouveaux critères de qualité des eaux de baignade ont été divisés par 4 par rapport àla Directive (76/160/CEE) datant de 1975 et qui est aujourd’hui en vigueur. Par ailleurs,ce durcissement des normes de qualité pourrait entraîner une augmentation du nombrede plages classées en qualité « insuffisante », entrainant ainsi leur fermeture. Les dé-listages ajoutés à ces fermetures de plages pourraient donc, dans une échéance assezcourte, être la cause d’une perte importante de sites de baignade en Europe.Surfrider Foundation Europe a donc décidé de réaliser une étude concernant le dé-listageen Europe sur une période de dix années consécutives (1997-2007). L’objectif estd’évaluer l’ampleur de ce type de pratiques en Europe dont le but est souvent demasquer artificiellement un certain nombre de problèmes relatifs à la qualité des eauxlittorales. Ce travail est une première étape, en effet, dans un second temps desinvestigations de terrain seront menées ainsi qu’une enquête auprès de la CommissionEuropéenne et des différents Etats membres afin de bien identifier toutes les raisonsayant motivé ces dé-listages. Les pays concernés par cette étude sont la Suède, lePortugal, la Belgique, l’Italie, le Danemark, les Pays-Bas, la France, l’Espagne, la Grèce,l’Irlande, le Royaume-Uni et l’Allemagne.De plus, outre ce phénomène de dé-listage, nous constatons que de nombreuses eaux debaignade ne sont pas suffisamment voire pas du tout échantillonnées. Cela signifieconcrètement qu’il n’y a pas de suivi de la qualité des eaux comme cela l’est imposé parla réglementation européenne. Les usagers souhaitant connaitre la qualité de l’eau n’ontalors aucun accès à l’information avant de se baigner. De plus, les classements édités enfin de saison balnéaire, du fait de ce manque de données ne peuvent être alors réalisés. 11  
  12. 12. Récupération des données Surfrider Foundation Europe a réalisé une évaluation de l’ampleur des dé-listages et desmanques/absences d’échantillonnages à l’aide de données et d’informations provenant dusite Internet Européen WISE (Water Information System for Europe). De plus, la liste desplages dé-listées de 1997 à 2007, ainsi que d’autres informations ont été récupéréesauprès de la Direction Générale de l’Environnement de la Commission européenne.Enfin, pour l’année 2007, il n’y a aucune donnée concernant l’absence ou le manqued’échantillonnages de plages dans les différents rapports récupérés depuis le site InternetWISE. Traitement des données Suite au traitement et à l’interprétation de ces données, Surfrider dispose de la liste etdu nombre de plages dé-listées dans les pays européens étudiés (Belgique, France,Espagne, Portugal, Pays Bas, Suède, Italie, Irlande, Allemagne Royaume-Uni, Danemarket Grèce). Grâce aux données récoltées, nous avons ainsi pu réaliser une étude par pays,pour les dix années concernées. 12  
  13. 13. Synthèse de l’étude Surfrider dispose de la liste des plages littorales (et non en eaux douces) qui ont été dé-listées de 1997 à 2007 pour l’ensemble des pays européens concernés par notre étude.De plus, le nombre de plages ayant fait l’objet d’un manque d’échantillonnages et aussid’une absence totale de contrôle a été étudié. Dé‐listages  D’une manière générale, le nombre total de plages augmente pour les différents paysétudiés sauf pour l’Allemagne et le Danemark où le nombre de plages entre 1997 et 2007a diminué.Cette augmentation du nombre total de plages ne reflète pas l’exacte réalité parce que lenombre de plages dé-listées est pourtant significatif dans la grande majorité des Etatseuropéens pour la période étudiée.Dans certains pays des dé-listages importants ont été constatés. Notamment en Italie,en 1999, où 127 plages ont été dé-listées, ou encore en France où nous en avonsdénombré 49 cette même année.À part en Irlande et en Belgique, tout les Etats européens pour lesquels nous avons faitcette étude ont dé-listé de nombreuses plages ces 10 dernières années. Manque d’échantillonnages Le manque d’échantillonnages de certaines plages est une pratique assez courante alorsque les deux directives imposent un nombre de prélèvements minimum à respecter(Fréquence bimensuelle tout au long de la période estivale pour la directive encore envigueur).Les échantillonnages sont répartis selon un calendrier précis établi avant le début de lasaison balnéaire. Ces analyses permettent un contrôle régulier de la qualité de l’eau de 13  
  14. 14. baignade et donc de garantir la sécurité sanitaire des baigneurs. Les résultats sontégalement utilisés pour classer l’eau de baignade en fin de saison balnéaire.Ce manque d’échantillonnage a donc deux conséquences importantes. La première estque ce manque de suivis signifie que les usagers n’ont pas de moyen de connaître laqualité de l’eau dans laquelle ils se baignent et ils sont donc exposés aux éventuellespollutions bactériologiques pouvant affecter la qualité de l’eau de baignade. La secondeest qu’il est impossible de classer l’eau de baignade à l’issue de la saison balnéaire. Celapermet donc de masquer artificiellement les mauvais résultats de qualité de l’eau et depréserver ainsi l’accès à la baignade sans la mise en place d’une réelle politique de luttecontre les pollutions.Seules la Belgique et le Royaume-Uni, depuis ces 10 dernières années, ont effectué lenombre de prélèvements minimums imposés par la directive baignade pour l’ensembledes plages déclarées sur leur territoire.En France, de nombreuses plages n’ont pas été suffisamment contrôlées, notammentjusqu’à 212 plages pour l’année 2001, ce qui représente environ 11% du nombre totaldes plages françaises pour cette même année. Absence d’échantillonnage Au problème du manque d’échantillonnages s’ajoute celui de l’absence totaled’échantillonnage. En effet, un certain nombre de plages semble faire l’objet d’aucuncontrôle de la qualité de l’eau de baignade. Les mauvaises qualités d’eaux de baignaden’apparaissent pas dans les résultats statistiques alors que parallèlement la baignade estsans doute autorisée.Seuls trois pays comptent des plages sans échantillonnage, l’Espagne, l’Italie et lePortugal. 14  
  15. 15. Les chiffres à retenir  • 1280 plages ont été dé-listées de 1997 à 2007 sur les 12 pays européens que nous avons étudiés. • 0 plages ont été dé-listées de 1997 à 2007 en Irlande et en Belgique 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Total de plages dé‐listéesBelgique 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0Espagne 6 25 38 5 8 23 28 10 16 3 4 166France 32 12 49 0 2 1 12 21 8 12 2 151Irlande 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0Italie 115 40 127 53 47 9 14 5 59 11 4 484Pays bas 1 34 0 0 0 0 1 0 0 0 0 36Portugal 4 1 3 6 7 5 8 6 1 1 0 42Suède 24 37 30 17 2 4 1 0 0 0 2 117Allemagne 16 4 4 4 3 6 16 8 X X X 61Royaume‐Uni 1 1 2 1 1 3 1 1 0 2 6 19Danemark 13 16 30 29 7 14 26 7 5 3 7 157Grèce 3 6 5 0 8 7 0 0 1 3 14 47 Tableau du total de plages dé‐listées Total de plages avec 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 manque déchantillonnagesBelgique 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0Espagne 8 0 0 0 0 0 13 2 1 0 X 24France 45 0 97 175 212 168 34 0 0 1 X 732Irlande 0 1 0 0 0 0 2 0 0 0 X 3Italie 35 35 19 74 14 15 14 19 17 31 X 273Pays bas 1 0 0 0 0 0 1 0 0 0 X 2Portugal 1 2 0 0 0 0 0 0 0 0 X 3Suède 44 38 38 12 8 1 0 1 0 2 X 144Allemagne 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 2Royaume‐Uni 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0Danemark 6 7 5 5 0 0 1 0 1 0 X 25Grèce 3 6 4 7 0 0 0 0 0 7 X 27 Tableau du total de plages avec manque d’échantillonnages 15   
  16. 16. Total de plages sans  1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 échantillonnage Belgique 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0 Espagne 15 4 3 4 3 9 7 0 0 7 X 52 France 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0 Irlande 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0 Italie 0 0 0 0 3 8 6 7 5 9 X 38 Pays bas 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0 Portugal 0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 X 3 Suède 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0 Allemagne 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0 Royaume‐Uni 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0 Danemark 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0 Grèce 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0 Tableau du total de plages sans échantillonnage Belgique Espagne France Irlande Italie Pays bas Portugal Suède Allemagne Royaume‐Uni Danemark Grèce TotalPlages dé‐listées 0 166 151 0 484 36 42 117 61 19 157 47 1280Manque déchantillonnages 0 24 732 3 273 2 3 144 2 0 25 27 1235Absence déchantillonnage 0 52 0 0 38 0 3 0 0 0 0 0 93Total 0 242 883 3 795 38 48 261 63 19 182 74 2608 Tableau récapitulatif du total de plages    16   
  17. 17. Résultats   Dé‐listages Nous avons évalué le nombre de plages dé-listées entre 1997 et 2007 au Portugal, auxPays-Bas, en Irlande, au Royaume-Uni, en Belgique, en France, en Suède, en Italie, enAllemagne, en Espagne, au Danemark, en Grèce. Contrairement à tous les Etatsmembres pour lesquels nous avons mené ce travail, l’Irlande et la Belgique ne comptentaucune plage dé-listée pour la période étudiée. 1) Portugal   Portugal 9 8 450 8 7 400 7 6 6 350 6 5 300 5 4 250 4 3 200 3 150 2 1 1 1 100 1 0 50 0 0 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nombre de plages dé‐listées Evolution du nombre de plages   Evolution du nombre total de plages et de plages dé‐listées par année (de 1997 à 2007) au PortugalAu Portugal, entre 1997 et 2007, nous constatons qu’il y a eu une augmentation dunombre total de plages. En effet, il passe de 337 en 1997 à 427 plages en 2007.Pourtant, de 1997 à 2006, 42 plages ont été dé-listées, dont un pic de 8 plages en 2003. 17  
  18. 18. 2) Espagne Espagne 40 38 1950 35 1900 28 1850 30 1800 25 25 23 1750 1700 20 16 1650 15 1600 10 10 8 1550 6 5 3 4 1500 5 1450 0 1400 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nombre de plages dé‐listées Evolution du nombre de plages   Evolution du nombre total de plages et de plages dé‐listées par année (de 1997 à 2007) en EspagneEn Espagne, le nombre total de plages, entre 1997 et 2007, passe de 1587 à 1901 en2007. Cependant, de 1997 à 2007, 166 plages ont été dé-listées ; dont 38 plages en1999 et 28 plages en 2003. 3) France 18  
  19. 19. France 60 1920 49 1900 50 1880 40 32 1860 30 21 1840 20 12 12 12 1820 8 10 1800 0 2 1 2 0 1780 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nombre de plages dé‐listées Evolution du nombre de plages   Evolution du nombre total de plages et de plages dé‐listées par année (de 1997 à 2007) en FranceEn France, le nombre de plages a augmenté en 10 ans. En effet, le nombre total deplages passe de 1829 en 1997 à 1897 plages en 2007. Malgré cette augmentation dunombre total de plages, en 1999, 49 plages ont été dé-listées, soit 2.7% du nombre totalde plages. Sur les 10 ans étudiées, il y a eu de nombreuses plages dé-listées chaqueannée à l’exception de l’année 2000. 4) Italie 19  
  20. 20. Italie 140 127 4940 115 4920 120 4900 100 4880 80 4860 59 4840 60 53 47 4820 40 40 4800 14 4780 20 9 11 5 4 4760 0 4740 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nombre de plages dé‐listées Evolution du nombre de plages   Evolution du nombre total de plages et de plages dé‐listées par année (de 1997 à 2007) en ItalieLe nombre total de plages a légèrement augmenté sur la période étudiée passant de4836 plages en 1997 à 4929 plages en 2007. Un grand nombre de plages ont été dé-listées, notamment 127 en 1999 (2.6% du nombre total de plages) et 115 en 1997. Autotal, 484 plages ont été dé-listées sur 10 ans. 5) Pays Bas Pays Bas 40 90 34 35 85 30 25 80 20 15 75 10 70 5 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 65 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nombre de plages dé‐listées Evolution du nombre de plages Evolution du nombre total de plages et de plages dé‐listées par année (de 1997 à 2007) aux Pays Bas 20  
  21. 21. Le nombre total de plages passe de 76 à 86 entre 1997 et 2007. En 1998, 34 ont été dé-listées (soit 47% du nombre total de plages) et une seule plage en 1997 et en 2003.Ainsi un grand nombre de plages a été dé-listé en 1998. 6) Suède Suède 40 37 410 35 30 400 30 24 390 25 20 17 380 15 370 10 4 360 5 2 1 2 0 0 0 0 350 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nombre de plages dé‐listées Evolution du nombre de plages   Evolution du nombre total de plages et de plages dé‐listées par année (de 1997 à 2007) en SuèdeD’après les données acquises depuis le site Internet WISE, nous pouvons observer que lenombre total de plages passe de 398 en 1997 à 406 en 2007. De nombreuses plages ontété dé-listées en Suède. Notamment 37 en 1998 et 30 en 1999. 7) Allemagne   21  
  22. 22. Allemagne 18 16 16 440 16 420 14 400 12 10 380 8 8 6 360 6 4 4 4 340 4 3 2 320 X X X 0 300 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nombre de plages dé‐listées Evolution du nombre de plages   Evolution du nombre total de plages et de plages dé‐listées par année (de 1997 à 2007) en AllemagneEn Allemagne, le nombre de plages est en constante diminution depuis 1997. En effet, lenombre total de plages passe de 416 en 1997 à 351 plages en 2007. De plus, entre 1997et 2004, chaque année des plages ont été dé-listées.Les données téléchargées sur le site Internet WISE ne nous ont pas permis de distinguerles eaux de baignade en eaux littorales de celles en eaux douces pour les années 2005 à2007. Nous n’avons donc pas pu extrapoler le nombre de plages dé-listées pour cettepériode. 8) Royaume-Uni   22  
  23. 23. Royaume‐Uni 7 580 6 6 560 5 540 4 520 3 3 500 2 2 2 480 1 1 1 1 1 1 1 460 0 0 440 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nombre de plages dé‐listées Evolution du nombre de plages     Evolution du nombre total de plages et de plages dé‐listées par année (de 1997 à 2007) au Royaume‐UniAu Royaume-Uni, le nombre total de plages augmente, sur les 10 années que porte notreétude, de 492 plages en 1997 à 573 en 2007. Cependant, on dénombre au total 19plages dé-listées de 1997 à 2007, dont 6 en 2007. 9) Danemark Danemark 35 1200 30 29 1190 30 26 1180 25 1170 20 1160 16 1150 13 14 15 1140 10 7 7 7 1130 5 1120 5 3 1110 0 1100 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nombre de plages dé‐listées Evolution du nombre de plages   Evolution du nombre total de plages et de plages dé‐listées par année (de 1997 à 2007) au Danemark 23  
  24. 24. Au Danemark, le nombre de plages a diminué en 10 ans. En effet, le nombre total deplages passe de 1195 en 1997 à 1158 plages en 2007. En corrélation avec cettediminution du nombre de plages, 157 plages ont été dé-listé sur les 10 années que portenotre étude. 10) Grèce Grèce 16 14 2500 14 2000 12 10 8 1500 8 7 6 6 5 1000 4 3 3 500 2 1 0 0 0 0 0 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Nombre de plages dé‐llistées Evolution du nombre de plages Evolution du nombre total de plages et de plages dé‐listées par année (de 1997 à 2007) en GrèceEn Grèce, le nombre total de plages, entre 1997 et 2007, passe de 1701 à 2049.Cependant, de 1997 à 2007, 47 plages ont été dé-listées, notamment 14 en 2007. Globalement, le nombre total de plages a augmenté en Europe, bien qu’il y ait euen parallèle un nombre important de plages dé-listées sur les 10 années étudiées (1997-2007), notamment en Italie.De plus, l’Irlande et la Belgique n’ont dé-listé aucune plage de 1997 à 2007. 24  
  25. 25. Manque d’échantillonnages  Nous avons évalué le nombre de plages qui ont été suivies de façon incomplète en regardde la réglementation. En effet, les directives 76&2006 imposent un certain nombre decontrôles qui doivent impérativement être effectués durant la saison balnéaire. Cescontrôles permettent de garantir la sécurité sanitaire des baigneurs ainsi que laréalisation des classements édités en fin de saison estivale.Contrairement à la plupart des Etats membres pour lesquels nous avons mené ce travail,seuls le Royaume-Uni et la Belgique ont respecté le calendrier d’échantillonnage imposépar la réglementation en vigueur.  1) Portugal Portugal 2,5 2 2 1,5 1 1 Nombre de plages avec  manque déchantillonnages 0,5 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0   Evolution du nombre de plages avec un manque déchantillonnages au Portugal de 1997 à 2007De 1997 à 2007, 3 plages ont fait l’objet d’un manque d’échantillonnages. 2) Espagne 25  
  26. 26. Espagne 14 13 12 10 8 8 6 Nombre de plages avec  manque déchantillonnages 4 2 2 1 0 0 0 0 0 0 X 0   Evolution du nombre de plages avec un manque déchantillonnages en Espagne de 1997 à 2007On peut remarquer qu’il y a 13 plages avec un manque d’échantillonnages en 2003 et 3sur la période 2004 – 2005, ainsi que 8 en 1997. 3) Irlande Irlande 2,5 2 2 1,5 1 1 Nombre de plages avec  manque déchantillonnages 0,5 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0   Evolution du nombre de plages avec un manque déchantillonnages en Irlande de 1997 à 2007 26  
  27. 27. En Irlande, 1 plage en 1998 et 2 en 2003 ont fait l’objet d’un suivi incomplet vis-à-vis dela réglementation en vigueur. 4) France France 250 212 200 175 168 150 97 100 Nombre de plages avec  manque déchantillonnages 45 50 34 0 0 0 1 X 0   Evolution du nombre de plages avec un manque déchantillonnages en France de 1997 à 2007En France, 686 plages entre 1999 et 2003 n’ont pas été suffisamment contrôlées, 1 en2006 et 45 en 1997. On peut noter que ce nombre de plages est conséquent puisque celareprésente : En 1999, 97 plages soit 5.3% du nombre total des plages françaises pour cette année ; En 2000, 175 plages soit 9.5% du nombre total des plages françaises pour cette année ; En 2001, 212 plages soit 11.4% du nombre total des plages françaises pour cette année ; En 2002, 168 plages soit 9% du nombre total des plages françaises pour cette année ; Et en 2003, 34 plages soit environ 2% du nombre total des plages françaises pour cette année. 5) Italie 27  
  28. 28. Italie 80 74 70 60 50 40 35 35 31 Nombre de plages avec  30 19 19 17 manque déchantillonnages 20 14 15 14 10 X 0   Evolution du nombre de plages avec un manque déchantillonnages en Italie de 1997 à 2007En Italie, de 1997 à 2006, il y a chaque année un certains nombre de plages avec unmanque d’échantillonnages. Avec notamment un pic en 2000, soit 74 plages ce quireprésente 1.5% du nombre total de plages. 6) Pays Bas Pays Bas 1,2 1 1 1 0,8 0,6 Nombre de plages avec  0,4 manque déchantillonnages 0,2 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0   Evolution du nombre de plages avec un manque déchantillonnages aux Pays Bas de 1997 à 2007Au Pays Bas, seule 1 plage, en 1997 et en 2003, n’ont pas été suffisamment contrôlées. 28  
  29. 29. 7) Suède Suède 50 44 45 40 38 38 35 30 25 20 Nombre de plages avec  15 12 manque déchantillonnages 10 8 5 1 1 2 0 0 X 0 Evolution du nombre de plages avec un manque déchantillonnages en Suède de 1997 à 2007En Suède, 44 plages en 1997, 38 plages en 1998 et 38 en 1999 n’ont pas étésuffisamment échantillonnées. Au total, de 1997 à 2007, il y a 144 plages dans ce cas là. 8) Danemark Danemark 8 7 7 6 6 5 5 5 4 Nombre de plages avec  3 manque déchantillonnages 2 1 1 1 0 0 0 0 X 0 Evolution du nombre de plages avec un manque déchantillonnages au Danemark de 1997 à 2007 29  
  30. 30. Au Danemark, 7 plages en 1998 n’ont pas été suffisamment échantillonnées. Au total, de1997 à 2007, il y en a 25 plages dans ce cas là. 9) Grèce Grèce 8 7 7 7 6 6 5 4 4 3 Nombre de plages avec  3 manque déchantillonnages 2 1 0 0 0 0 0 X 0 Evolution du nombre de plages avec un manque déchantillonnages en Grèce de 1997 à 2007En Grèce, 27 plages n’ont pas été suffisamment contrôlée. 10) Allemagne 30  
  31. 31. Allemagne 2,5 2 2 1,5 1 Nombre de plages avec  manque déchantillonnages 0,5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0 Evolution du nombre de plages avec un manque déchantillonnages en Allemagne de 1997 à 2007En Allemagne, de 1997 à 2007, 2 plages n’ont pas été suffisamment contrôlées.    31  
  32. 32. Absence d’échantillonnage Nous avons évalué le nombre de plages qui n’ont fait l’objet d’aucun contrôle sur lapériode étudiée. En effet, les directives 76&2006 imposent un certain nombre decontrôles qui doivent impérativement être effectués durant la saison balnéaire. Cescontrôles permettent de garantir la sécurité sanitaire des baigneurs ainsi que laréalisation des classements édités en fin de saison estivale.Contrairement à certain Etats membres pour lesquels nous avons mené ce travail,l’Irlande, la France, les Pays Bas, la Suède, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique, leDanemark et la Grèce, pour la période étudiée, ont effectués des contrôles qu’ils soientcomplets ou incomplets (échantillonnage insuffisant).  1) Portugal Portugal 3,5 3 3 2,5 2 1,5 Nombre plages sans  échantillonnage 1 0,5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 X 0   Evolution du nombre de plages sans échantillonnage au Portugal de 1997 à 2007Pour le Portugal, seules 3 plages en 1998 n’ont fait l’objet d’aucun contrôle. 2) Espagne 32  
  33. 33. Espagne 16 15 14 12 10 9 8 7 7 6 Nombre plages sans  4 4 échantillonnage 4 3 3 2 0 0 X 0   Evolution du nombre de plages sans échantillonnage en Espagne de 1997 à 2007En Espagne, il y a chaque année (sauf en 2004 et en 2005) des plages sanséchantillonnage. Il y en a notamment 15 en 1997 et 9 plages en 2002. Au total, sur les10 années que porte notre étude, 52 plages n’ont fait l’objet d’aucun contrôle. 3) Italie Italie 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4 Nombre plages sans  3 3 échantillonnage 2 1 0 0 0 0 X 0   Evolution du nombre de plages sans échantillonnage en Italie de 1997 à 2007Nous dénombrons en Italie de nombreuses plages non contrôlées. 33  
  34. 34. Carte européenne des plages dé‐listées  34  
  35. 35. Carte européenne des plages avec manque d’échantillonnages  35  
  36. 36. Carte européenne des plages sans échantillonnage        36  
  37. 37.  Carte européenne de synthèse  37  
  38. 38. Conclusion  Dans une dynamique de préservation du littoral, Surfrider fait pression pour uneréglementation plus adaptée. Nous nous mobilisons pour convaincre tous les acteurs dulittoral de travailler ensemble et se préparer au plus tôt à la nouvelle réglementationeuropéenne sur les « eaux de baignade ».Surfrider se bat pour que des décisions soient prises afin que la qualité des eauxlittorales s’améliore plutôt qu’interdire l’accès aux sites de baignade les plus sensibles. Ilest essentiel de préserver la santé des usagers mais aussi l’accès aux sites de baignadeet de pratiques nautiques. Nous devons éviter cette perte de patrimoine en encourageantdes décisions allant en faveur d’une amélioration de la qualité des eaux côtières.L’objectif est donc bien, dès aujourd’hui, de mobiliser l’attention des autoritéscompétentes sur le risque de fermetures et de dé-listages de nombreuses plages enEurope.Par ailleurs, cette étude révèle une fois de plus le manque de transparence et ladifficulté, voire l’impossibilité, pour le grand public d’accéder aux informations relatives àla qualité des eaux de baignade. Il est très compliqué aujourd’hui pour un usagerd’obtenir une information claire concernant la qualité de l’eau dans laquelle il se baigne.A ce manque de transparence des gestionnaires d’eaux de baignade, s’ajoute aussi celledes Etats membres vis-à-vis de la Commission européenne.Si la nouvelle réglementation devrait favoriser la diffusion de l’information auprès dugrand public, qu’en sera-t-il de la qualité de cette information ? Cette étude met enévidence de nombreux dysfonctionnements inhérents au contrôle que doit exercer lesEtats membres et la Commission européenne sur les gestionnaires des zones debaignade. Les premiers échanges que nous avons eus, notamment avec la CommissionEuropéenne, tendent à confirmer que les zones de baignade qui ont fait l’objet d’uneinsuffisance ou d’une absence d’échantillonnages, n’ont pas fait l’objet d’un contrôle de laqualité de l’eau, alors que la baignade était bien ouverte. L’objectif serait-il de masquerde mauvais résultats ?Cette étude invite l’ensemble des acteurs, usagers et gestionnaires, à être vigilants faceaux enjeux et conséquences liées à l’application de la nouvelle directive. L’état des lieuxdressés par nos travaux n’est que la première étape des investigations de terrain queSurfrider mènera sur l’ensemble des littoraux européens. Ces questionnements seront aucœur des échanges que nous aurons avec la Commission Européenne et les différentsEtats membres dans les semaines et mois à venir. Ne laissons pas les plages disparaîtredu fait d’un manque de volonté politique des Etats membres. 38  
  39. 39. Glossaire Abrogation : consiste en la suppression d’une règle (loi, convention internationale…) quicesse ainsi d’être applicable pour l’avenir.Classement des eaux de baignade : À la suite de lévaluation de la qualité des eauxde baignade, les États membres classent les eaux de baignade, conformément auxcritères établis par la directive de 2006, comme étant, selon le cas, de qualité:«insuffisante»; «suffisante»; «bonne», ou «excellente».Concertation et processus participatifs : processus d’entente entre plusieurs groupesd’acteurs aux intérêts a priori divergents pour agir ensemble. La concertation est unmoyen qui permet lanalyse, la réflexion, les choix, les décisions et les interventions lesplus pertinentes par rapport aux attentes de la communauté. Dans notre contexte, ellesimpose comme méthode inéluctable dans le processus de réhabilitation du littoral. Cettenotion est liée au concept de Gestion Intégrée des Zones Côtières.Gestion Intégrée des Zones Côtières : Processus dynamique qui réunitgouvernements et sociétés, sciences et décideurs, intérêts publics et privés en vue de laprotection et du développement des systèmes et ressources côtières. Le processus vise àoptimiser les choix à long terme privilégiant les ressources et leurs usages raisonnés etraisonnables.Dé-listage : Phénomène consistant à retirer une eau de baignade des listes officiellessans justifier ce retrait.Développement Durable : Il sagit, selon la définition proposée en 1987 par laCommission mondiale sur l’environnement et le développement dans le RapportBrundtland, d’un développement qui répond aux besoins des générations du présent sanscompromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Deux conceptssont inhérents à cette notion : le concept de « besoins », et plus particulièrement desbesoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité,et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation socialeimpose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir.Directive Cadre sur l’eau (DCE) : La directive-cadre sur leau (2000/60/CE), souventplus simplement désignée par son sigle DCE, est une directive européenne du Parlementeuropéen et du Conseil prise le 23 octobre 2000.Elle établit un cadre pour une politique globale communautaire dans le domaine de leau.Cest lélément majeur de la réglementation européenne concernant la protection globale 39  
  40. 40. des ressources en eau douces, saumâtres ou salées, superficielles ou souterraines, de« transition » et côtières.Cette Directive vise à prévenir et réduire la pollution des eaux, promouvoir son utilisationdurable, protéger lenvironnement, améliorer létat des écosystèmes aquatiques (zoneshumides) et atténuer les effets des inondations et des sécheresses.Eaux de baignade : toutes eaux de surface dans laquelle l’autorité compétente s’attendà ce qu’un grand nombre de personnes se baignent et dans laquelle elle n’a pas interditou déconseillé la baignade de façon permanente.Paramètres bactériologiques (Escherichia Coli et Entérocoques intestinaux) :Escherichia coli, également appelé colibacille ou E. coli, est une bactérie intestinale desmammifères très commune chez lêtre humain. Les entérocoques sont des bactériesprésentes dans le milieu intestinal. Leur présence est significative d’une pollution fécale.Pollution bactériologique : la présence dune contamination microbiologique oudautres organismes ou déchets affectant la qualité des eaux de baignade et présentantun risque pour la santé des baigneurs.Profil de plage : Le profil des eaux de baignade établi par la Directive 2006, doitcomporter:a) une description des caractéristiques physiques, géographiques et hydrologiques deseaux de baignade et des autres eaux de surface du bassin versant des eaux de baignadeconcernées, qui pourraient être sources de pollution.b) une identification et une évaluation des sources de pollution qui pourraient affecter leseaux de baignade et altérer la santé des baigneurs.Saison balnéaire : La Directive européenne 2006/7/CE détermine la saison balnéairecomme la période pendant laquelle la présence d’un grand nombre de baigneurs estprévisible compte tenu des tendances passées ou es infrastructures et des services mis àdisposition pour encourager la baignade. Cette période est fixée par les responsables deseaux de baignade, collectivités ou gestionnaires privés.Valeur seuil : valeur au delà de laquelle la qualité d’une eau de baignade basculera d’undegré de qualité à un autre. 40  
  41. 41. Adresses Utiles Agence européenne pour l’Environnement : www.eea.europa.eu/frEurope : http://ec.europa.eu/environnement/water/ Surfrider Foundation Europe: www.surfrider.eu Water information System for Europa: http://water.europa.eu  41  
  42. 42. 42  

×