Your SlideShare is downloading. ×
0
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
RAGONDIN, RAT MUSQUÉ  STOP AU POISON  !
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

RAGONDIN, RAT MUSQUÉ STOP AU POISON !

10,845

Published on

Les alternatives à l’utilisation …

Les alternatives à l’utilisation
des anticoagulants en milieu naturel

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
10,845
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. France NatureEnvironnementRéseau Nature RAGONDIN, RAT MUSQUÉ8 rue Adèle Riton STOP AU POISON !67000 Strasbourgtél. 03 88 32 91 14 Les alternatives à l’utilisationfax 03 88 22 31 74nature@fne.asso.fr des anticoagulants en milieu naturelwww.fne.asso.frPhoto Eric Buchel
  • 2. Ragondin Espèces introduites en Europe, le ragondin et le rat musqué sontPhoto Denis-Richard Blackbourn aujourd’hui présents sur presque tout le territoire. Cela ne va pas toujours sans conflit avec certaines activités humaines. Accusés de provoquer des dégâts sur les cultures ou les berges, ces deux rongeurs font l’objet de campagnes de destruction destinées à en limiter les effectifs. Parmi les méthodes de lutte employées, physiques et chimiques, l’utilisation de produits toxiques n’est pas sans conséquences sur l’environnement. Que reproche-t-on exactement à ces deux espèces ? Quels produits em- ploie-t-on pour les détruire, et avec quels impacts sur la faune sauvage ? Existe-t-il d’autres méthodes et quelle est leur efficacité ? En définitive, peut-on se passer du poison ? Au travers de ce guide destiné à tous les acteurs concernés par la présence de ces rongeurs, France Nature Environnement souhaite apporter des réponses à ces interrogations afin d’avancer vers des solutions concrètes, respectueuses de l’environnement et acceptables par tous.SOMMAIRELa biologie du ragondin et du rat musqué 2Les problèmes imputés au ragondin et au rat musqué 6LE POISON, UNE ARMEDE DESTRUCTION NON SÉLECTIVELe cadre légal de la lutte chimique 10Les risques de l’utilisation du poison 12DES MÉTHODES ALTERNATIVES AU POISONLa prévention des dégâts aux cultures, berges et digues 18Des méthodes de destruction non chimiques 20Les avantages des méthodes de destruction physique 22Le cas du campagnol terrestre 23 Rat musqué Illustration Bruce RonchiVers des solutions concrètes 24 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 1
  • 3. LA BIOLOGIEdu ragondin LE RAGONDIN La femelle allaite facilement grâce à des tétines latérales MYOCASTOR COYPUS Photo Benjamin Mous Le ragondin est un mammifère appartenant à l’ordre des rongeurs. Originaire d’Amérique du Sud, il a été introduit au XIXe siècle pour la pelleterie. Échappé des élevages ou relâché volontairement lorsque sa fourrure est passée de mode, il a rapidement colonisé l’Europe de l’Ouest où il a pu s’acclimater facilement. En Morphologie Reproduction France, il est présent dans la majeure partie des Rongeur, le ragondin en possède les principales caractéris- La femelle peut avoir jusqu’à deux portées par an, s’il y a régions. Il se plaît surtout dans les zones humides tiques : une absence de canines, des incisives recourbées suffisamment de nourriture disponible. Chaque portée compte qui poussent continuellement et qui l’obligent à ronger, des de deux à neuf jeunes, qui sont émancipés à trois mois. Le et les marais où il est parfois abondant. molaires garnies de tubercules et de plis transversaux. ragondin atteint sa maturité sexuelle à sept ou huit mois et peut vivre quatre ou cinq années. Garni d’une fourrure épaisse et imperméable, son corps puissant (il peut peser jusqu’à dix kilos) se termine par une Des prédateurs ? queue écaillée, peu poilue et cylindrique et par des pattes En Amérique du Sud, le ragondin doit faire face à des préda- postérieures larges et palmées. Sa bouche, ornée de longues teurs naturels comme les caïmans et le jaguar. En France, moustaches, possède des lèvres obturables derrière ses du fait de leur taille imposante, les adultes craignent peu incisives. Cette particularité lui permet de manger même d’attaques, excepté peut-être des chiens ou des loutres. dans l’eau. La femelle dispose de deux rangées de tétines Toutefois, le putois, le renard, la loutre, le vison, la fouine sur le côté du corps qui lui permettent d’allaiter ses petits et certains rapaces exercent une prédation significative sur tout en nageant. les jeunes ragondins. Le froid, en particulier lors de périodes Doté de ces particularités physiques étonnantes qui en font de gel prolongé, peut aussi faire diminuer les populations un rongeur amphibie d’excellence, le ragondin est totalement de ragondins. végétarien. Son statut juridique Mode de vie et habitat Le ragondin figure sur la liste des espèces de gibier dont Surtout présent dans les eaux calmes, les rivières et les la chasse est autorisée, ainsi que sur la liste des animaux lagunes bordées d’une végétation dense, le ragondin creuse susceptibles d’être classés “ nuisibles” par décision préfec- des terriers profonds d’à peine quelques mètres et d’un torale. Il est donc susceptible d’être détruit toute l’année. diamètre de trente à quarante centimètres, dont l’entrée est immergée. Rongeur crépusculaire, le ragondin a une activité diurne dans des milieux peu perturbés. Pour com- muniquer entre eux, les ragondins disposent d’un répertoire Illustration Bruce Ronchi large de sons, avec parfois des cris forts.2 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 3
  • 4. LA BIOLOGIEdu rat musqué LE RAT MUSQUÉ Le rat musqué est un rongeur ONDRATA ZIBETHICUS herbivore aquatique Le rat musqué est un mammifère appartenant à Photo Serge Seguin l’ordre des rongeurs. Originaire d’Amérique du Nord, le rat musqué a été introduit en Europe pour l’exploitation de sa fourrure. Mais l’élevage et la qualité de son pelage se sont révélés peu satisfaisants. Les animaux ont été relâchés et ont rejoint ceux qui s’étaient échappés, pour coloniser Morphologie Reproduction le centre et l’ouest de l’Europe. En France, il Le rat musqué est un rongeur herbivore aquatique et La femelle peut avoir jusqu’à trois portées par an, de cinq est présent partout sauf dans les montagnes, le terrestre qui peut peser jusqu’à un kilo. Il possède une à neuf jeunes chacune. Les nouveau-nés sont aveugles et queue noirâtre, écailleuse et aplatie latéralement. Son dépourvus de poils. Ils sont sevrés à trois semaines et massif forestier des Landes et la Corse. corps est garni d’une fourrure épaisse de poils luisants deviennent indépendants à six semaines. Un rat musqué et donc parfaitement imperméable, recouvrant un duvet vit entre trois et cinq ans. gris très dense. Ses pattes postérieures sont palmées et Des prédateurs bordées d’une rangée de petits poils natatoires. Ses lèvres peuvent fermer sa bouche en arrière des incisives et lui Seuls des prédateurs de grande taille s’attaquent au rat permettent ainsi de ronger et de mordre sous l’eau. Le mâle musqué : le renard, le vison d’Amérique, le putois et parfois possède également des glandes à musc très développées. la loutre ou certains rapaces. En France, seules les prédations Il est le champion de l’apnée puisqu’il peut rester sous l’eau du putois et du vison d’Amérique sont significatives mais vingt minutes au repos. elles ne portent pas pour autant atteinte à la dynamique de population du rat musqué. En Amérique, le vison américain Mode de vie et habitat est un prédateur assez spécialisé du rat musqué. Le rat Le rat musqué s’établit le long d’étangs et de cours d’eau musqué entre en concurrence, pour le territoire, avec le peu profonds à faible débit. Dans les berges, il creuse des ragondin qui est plus imposant que lui, et, pour la nourriture, terriers à plusieurs galeries dont l’entrée est située sous avec le campagnol amphibie (Arvicola sapidus) et le rat l’eau. Les galeries remontent dans la berge et s’ouvrent sur surmulot. plusieurs chambres. Mais le rat musqué peut aussi choisir d’habiter dans des huttes. Il coupe des roseaux pour cons- Son statut juridique truire au milieu du cours d’eau une hutte qui lui sert de Le rat musqué figure sur la liste des espèces de gibier dont refuge et de réserve de nourriture. C’est à la fin de l’hiver la chasse est autorisée, ainsi que sur la liste des animaux que débute la période de reproduction. Les jeunes seront susceptibles d’être classés “ nuisibles ” par décision préfec- très vite autonomes et s’émanciperont dès l’automne. torale. Il est donc susceptible d’être détruit toute l’année. Illustration Bruce Ronchi4 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 5
  • 5. LES PROBLÈMESimputés au ragondinet au rat musquéQUE REPROCHE-T-ON AU RAGONDIN ? PEUT-ON LES ÉRADIQUER ? QU’EST-CE QUE LA LEPTOSPIROSE ? COMMENT LA PRÉVENIR ?Le ragondin est accusé de causer des dégâts aux Le ragondin et le rat musqué ont été introduits C’est une maladie animale transmissible à Il existe un vaccin, mais qui n’est efficace quecultures proches de rivières et de plans d’eau, en Europe et aucune mesure n’a été prise à l’homme, répandue dans le monde entier. Elle contre une seule forme de leptospirose. Lacomme le maïs ou les cultures maraîchères. temps pour endiguer leur installation. Ces espèces est provoquée par un ensemble de bactéries meilleure prévention passe par l’hygiène indivi-Ses axes de déplacement se transforment, à adaptables et prolifiques, dépourvues de réels présentes dans l’urine des rongeurs (surtout le duelle et l’information des personnes exposéesforce de passages, en coulées qui entraînent le prédateurs naturels, ont colonisé quasiment tout rat surmulot), mais aussi dans celle des chiens, aux risques (professionnels, piégeurs, chasseursravinement des berges. Lorsqu’il creuse ses le territoire et il est probablement trop tard pour des animaux d’élevage comme les porcs, les bovins et pêcheurs en eau douce) sur les règles à res-terriers, le ragondin affaiblit digues et autres les éradiquer : il faut accepter leur présence. ou les chevaux. L’eau douce, les zones maréca- pecter : porter des gants et des bottes, éviter deouvrages hydrauliques qui peuvent fuir ou geuses, le sol peuvent ainsi être contaminés par les manipuler l’eau à mains nues, se laver systéma- La destruction est possible, mais coûteuse, etmême se rompre. Mais les études chiffrées et bactéries. tiquement les mains. La lutte contre l’infection ne se justifie que lorsque les fortes densités dequantifiées pour évaluer réellement ces dégâts des animaux domestiques permet également population provoquent localement des dégâts C’est lors d’activités professionnelles (égoutiers,font défaut. d’éviter la contamination de l’homme. La baignade importants. agriculteurs, pisciculteurs) ou de loisirs (canotage, en eau douce doit se pratiquer dans des lieuxOn lui reproche également d’être le pourvoyeur baignade, pêche, chasse) que les risques de À l’inverse, lorsque les densités sont fai- de baignade reconnus où l’eau est fréquemmentde maladies parasitaires transmissibles aux ani- contamination sont les plus élevés. La contami- bles, ces deux espèces jouent un rôle positif contrôlée.maux domestiques ou aux hommes, comme la nation humaine se fait par un contact avec de dans l’entretien de la végétation des maraisleptospirose et la douve du foie. l’eau souillée au niveau d’une muqueuse ou (roseaux, lentilles d’eau) et leurs dégâts peuvent d’une plaie, voire par la peau si l’immersion est être rendus supportables en adoptant des mesuresQUE REPROCHE-T-ON AU RAT MUSQUÉ ? prolongée. Les symptômes surviennent de une préventives.C’est le creusement des terriers par le rat musqué à deux semaines après l’exposition et se tradui-qui peut en faire l’ennemi du réseau hydrogra- sent par un syndrome grippal : de la fièvre, desphique, surtout en terrain meuble. Lorsque les Le ragondin est accusé de fragiliser les berges frissons, des douleurs musculaires et des céphalées. par ses terriersvoûtes de ses galeries s’effondrent, le rat musqué Photo Christian Hosy Dans les cas les plus graves, les premiers signesévacue la terre vers le cours d’eau. Cela entraîne évoluent vers des atteintes viscérale, hépatiquel’effondrement des parties minées et l’envasement et rénale, voire des méningites hémorragiques.des ruisseaux.Le rat musqué peut se nourrir dans les cultureslorsqu’elles jouxtent les cours d’eau.6 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 7
  • 6. Jeune renardvictime de la bromadiolonePhoto Jean Malevez LE POISON, UNE ARME DE DESTRUCTION NON SÉLECTIVE8 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 9
  • 7. LE CADRE LÉGALde la lutte chimique Des prédateurs naturels Milan royal, fouine, loutre, putois, renard sont tout autant des prédateurs que des victimes potentielles de la lutte chimique. Photos Romain Riols, Gérard Lacoumette, Charles Metz, Denis-Richard Blackbourn, Bruno OertelL’arrêté interministériel du 8 juillet 2003 établit Le port de gants étanches est obligatoire durantle cadre de la lutte contre le ragondin et le rat toutes les manipulations. Les concentrats, les appâtsmusqué [1]. Il énonce que les mesures doivent non utilisés, les emballages et les eaux de rinçagese fonder sur : ayant servi à la préparation sont considérés comme des déchets dangereux qui doivent être éliminés_ une surveillance en conséquence. de l’état des populations ;_ des méthodes préventives visant Les campagnes d’empoisonnement sont dirigées à gêner l’installation des rongeurs ; par les Groupements départementaux de défense contre les ennemis des cultures, sous le contrôle_ le tir, le piégeage, le déterrage ; des Services régionaux de protection des végétaux,_ à titre exceptionnel, eux-mêmes rattachés aux Directions régionales l’emploi de la lutte chimique. de l’agriculture et de la forêt, services déconcen-La lutte chimique ne peut se faire que dans le trés du ministère de l’Agriculture et de la Pêchecadre d’un programme incluant les autres (Direction générale de l’alimentation).moyens de lutte. L’arrêté préfectoral doit Il est important de préciser que l’emploi de cesnotamment préciser les zones et les périodes Des carottes imbibées de bromadiolone sur un radeau substances est exclu dans les zones urbanisées,d’emploi de la lutte chimique, et « organiser la en marais de Brouage (Charente-Maritime) les réserves naturelles et les parcs nationaux. Iltransition vers l’abandon de l’empoisonnement ». Photo Christian Bavoux est également déconseillé d’utiliser ces produits Le poison est déposé sur des appâts colorés enLes produits autorisés sont trois rodenticides : la dans les sites Natura 2000 et dans les zones de rouge ou en bleu, généralement de la carotte,bromadiolone et la scilliroside pour le ragondin, présence d’espèces protégées, comme le castor, placés sur des radeaux fixes éloignés des berges,la chlorophacinone pour le rat musqué. Broma- la loutre et le vison d’Europe, qui deviennent ou bien, lorsque la force du courant ou la largeurdiolone et chlorophacinone appartiennent à la des victimes non ciblées de ces campagnes du cours d’eau ne le permettent pas, directe-famille des anticoagulants, des substances qui d’empoisonnement. ment en profondeur dans les terriers.empêchent la coagulation du sang et font mourirpar hémorragie interne l’organisme qui en absorbe Du fait de la dangerosité de ces produits et deune dose létale. La scilliroside est un glucoside la méthode employée, un contrôle régulier descardiaque qui agit directement sur le cœur en appâts doit être effectué. Les appâts non consom-ralentissant puis stoppant les contractions. més dans un délai de huit à dix jours doivent être récupérés et éliminés. Les cadavres des animaux empoisonnés doivent être recherchés et détruits.10 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 11
  • 8. LES RISQUESde l’utilisation du poisonContrairement au tir ou au piégeage, la lutte DES DOMMAGES DES DÉRIVES INÉVITABLESchimique ne sélectionne pas ses victimes. Les SUR LA FAUNE SAUVAGE NON CIBLÉE Les précautions drastiques d’emploi du poisonanticoagulants, comme la bromadiolone et la Les ragondins et les rats musqués partagent leur ne sont pas toujours respectées : des appâts sontchlorophacinone, touchent sans distinction tous milieu de vie avec d’autres animaux amphibies, parfois déposés sur des radeaux placés contre oules mammifères : la faune sauvage, protégée ou comme le castor ou le campagnol amphibie, qui sur la berge. Ces appâts deviennent alors acces-non, les animaux domestiques, et même parfois accèdent eux aussi aux appâts empoisonnés et sibles non plus aux seuls animaux amphibies,l’homme. sont intoxiqués directement. mais aussi aux animaux terrestres, sauvages ou domestiques, voire à des enfants attirés par la L’intoxication peut aussi se faire de façon couleur rouge bonbon inhabituelle des tronçons indirecte. Réduit à l’état de proie agonisante ou de carottes. On a déjà pu déplorer l’intoxication de cadavre, le ragondin ou le rat musqué est directe de chevreuils et de lièvres. consommé par des animaux prédateurs ou nécrophages, qui s’intoxiquent à leur tour. Une De même, la recommandation de ne pas utiliser fois ingéré, le poison est stocké dans le foie et ces produits dans la zone de présence du cas- ne s’élimine qu’après plusieurs jours. Ainsi, la tor, de la loutre et du vison d’Europe n’est pas consommation répétée de proies intoxiquées toujours suivie. Une étude menée en 2003 dans conduit à l’intoxication mortelle de certains le Sud-Ouest a confirmé l’existence d’intoxica- Cadavres de buses et de renards “ récoltés ” en une matinée prédateurs par accumulation dans les tissus. tions secondaires chez ces espèces. Cette étude dans le secteur de la Favière (Jura) traité à la bromadiolone Photo Dominique Michelat Les sangliers, les rapaces, les renards, les chats portait sur la collecte de tous les cadavres de domestiques font ainsi les frais des campagnes visons, de putois et de loutres dans le milieu d’empoisonnement, de telle sorte que l’on crée naturel. La recherche d’anticoagulants a montré un cercle vicieux : plus on emploie ces produits la présence de bromadiolone dans 9 % des cas et plus on détruit les prédateurs naturels qui et de chlorophacinone dans 4 % des cas [2]. contribuent à contenir l’expansion des rongeurs.12 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 13
  • 9. DES RISQUES SANITAIRES La fédération de pêche de Charente-Maritime a La bromadiolone La chlorophacinone La bromadiolone n’est pas soluble dans l’eau. Elle possède La chlorophacinone n’est pratiquement pas soluble dansPOUR L’HOMME été interpellée en 2001 par des pêcheurs d’écre- une très longue rémanence, en particulier en milieu aqua- l’eau. Sa persistance est plus faible dans l’eau que laMalgré l’obligation de ramassage des cadavres visses tombés malades après avoir mangé les tique (la moitié de la dose n’est éliminée qu’après 392 bromadiolone, mais deux fois supérieure dans les sols.empoisonnés, tous les animaux morts ne peuvent produits de leur pêche. Les prises avaient été jours). Son écotoxicité a été démontrée chez les oiseaux et lespas être retrouvés. Il y a donc un risque pour la effectuées sur la Trézence, où les radeaux de Son écotoxicité a été prouvée chez les oiseaux, les poissons.santé humaine, notamment lorsque le cadavre de carottes empoisonnées à la bromadiolone pour poissons et les invertébrés aquatiques vivants dans l’eau Chez l’animal, la chlorophacinone présente une toxicité détruire les ragondins étaient nombreux. L’un ou le sédiment. Cette écotoxicité, démontrée en labora-ragondin ou de rat musqué se décompose près aiguë par voie orale, par voie dermique et par inhalation, toire, a été depuis observée en milieu ouvert. des malades a été admis en urgence à l’hôpital et possède comme la bromadiolone un effet cancérigène.d’un captage d’eau potable, diffusant à tout va Chez l’animal, la bromadiolone présente une toxicitédes milliards de bactéries pas toujours inoffensives. où l’on décela un œdème hépatique dû, selon Les signes cliniques d’intoxication chez l’homme et les aiguë par voie orale et par inhalation, une toxicité sur la indications thérapeutiques sont voisins de ceux de la l’interne qui ausculta le pêcheur, à un empoi- reproduction et le développement, et possède un effetConcernant l’utilisation de la bromadiolone, le bromadiolone. sonnement. Cependant, l’absence d’étude sur cancérigène. Cet effet cancérigène ne doit pas êtrelaboratoire de toxicologie de l’École nationale La chlorophacinone présente donc une toxicité identique la possibilité d’intoxication au niveau supérieur négligé à l’heure où les épidémiologistes considèrentvétérinaire de Lyon a attiré l’attention des qu’une majorité de cancers chez l’homme est due à des à celle de la bromadiolone, avec une persistance plus (par le biais d’écrevisses qui se seraient nourries grande dans les sols.consommateurs de gibier sur les problèmes posés causes environnementales. d’un cadavre empoisonné à la bromadiolone)par cette molécule en termes de résidus dans la Des cas d’intoxication humaine par ingestion ont été n’a pas permis d’établir avec certitude la causeviande et les abats. Dans les zones faisant l’objet rapportés sur deux enfants de deux et trois ans, ainsi de l’empoisonnement [3]. que sur une femme âgée de vingt-sept ans. Les signesde lutte chimique collective, il est recommandé cliniques consistent en des troubles digestifs qui apparais-par prudence d’éliminer systématiquement de sent rapidement en cas d’ingestion massive. Deux à sept La scillirosidela consommation les abats (foie, tube digestif, jours après l’ingestion, des accidents hémorragiques Autorisé pour la lutte chimique contre le ragondin,reins). Le développement de pratiques abusives, surviennent sans localisation préférentielle, extériorisés ce glucoside cause des effets similaires à ceux de la ou internes, secondaires à l’action anticoagulante. Ces bromadiolone. Concerné également par l’échéance dunotamment la dispersion de grains de blé traités effets sont accompagnés d’un abattement, de prostration 30 septembre 2006, il est peu utilisé dans les faits.avec de la bromadiolone, se traduit par la présence La consommation régulière de gibier ou de poisson prélevés et d’anorexie. en zone de traitement présente des risques potentielsde résidus en concentration importante dans le Photo Bernard Rousseau En cas de projection cutanée ou oculaire, il est recom-foie et quelquefois dans la viande (muscle). La mandé de laver la zone touchée à l’eau et au savon, durantviande devient alors impropre à la consommation quinze minutes. En cas d’intoxication aiguë massive par ingestion, l’hospitalisation d’urgence est nécessaire.humaine. Une menace pèse donc sur les consom-mateurs réguliers de gibier. La toxicité de cette molécule, démontrée chez l’homme comme dans l’environnement, est difficilement compatible avec son usage en milieu ouvert.14 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 15
  • 10. Rat musqué piégé DES MÉTHODESPhoto Jacques Coatmeur ALTERNATIVES AU POISON16 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 17
  • 11. LA PRÉVENTION DES DÉGÂTSaux cultures, berges et digues 1LES CULTURES LES BERGES 2Le ragondin et le rat musqué sont inféodés aux La meilleure protection des berges contre lealentours immédiats des bords de rive. Leursbesoins nutritionnels sont satisfaits par la végé- creusement des terriers est la végétation ligneu- se, car le système racinaire des arbres stabilise et 3tation naturelle, et c’est seulement lorsque les fixe la terre. S’il n’y a pas de végétation naturelle,effectifs sont au maximum des capacités d’accueil on peut faire des plantations en protégeant lesdu milieu que l’on constate des dégâts aux troncs au démarrage. À défaut, on peut limitercultures. Ceux-ci sont généralement de faible les dégradations en fixant un grillage au sol desuperficie et localisés sur une bande excédant part et d’autre du niveau d’eau habituel, ce qui Illustration Bruce Ronchirarement vingt mètres de large, aux extrémités empêche le creusement des terriers, tout endes champs longeant les voies d’eau. Ce phéno- permettant à la végétation de s’installer. Pour 3. À ne surtout pas faire Dans cet exemple, non seulementmène est d’autant plus accentué que la culture une restauration, il est possible de disposer la digue est d’un côté au bord du cours d’eau, mais elle aussiest en bordure immédiate de la voie d’eau. des pieux de bois plantés dans les sédiments et bordée d’un fossé de l’autre côté, 2. À ne pas faire ce qui favorise l’installation des atteignant au maximum la hauteur de la berge. 1. À faireLes cultures peuvent être protégées simplement Le ragondin, qui construit habi- ragondins des deux côtés. Il faut Le pied de la digue est éloigné tuellement l’entrée de son terrier donc veiller à ne pas prélever laen évitant de les implanter trop près des cours de plusieurs mètres du cours à proximité du cours d’eau, voire terre en pied de digue pour en d’eau, aussi loin que la profon- directement sous l’eau, va creuser recharger le sommet, car celad’eau et en privilégiant au bord de l’eau une frange deur des terriers. Ainsi, lorsque directement la digue. Celle-ci se va créer des fossés qui pourront l’animal creusera son terrier, il trouvera alors affaiblie en cas être en eau et favoriser ainside végétation naturelle à dominance ligneuse. n’atteindra pas la digue. d’inondations. l’installation des rongeurs.Cette méthode présente en outre un bénéfice LES DIGUESpour le cours d’eau, en limitant les transferts de Le ragondin creusant ses terriers avec une entrée sommet, car cela crée des fossés qui sont propicespesticides depuis les cultures. On peut également Digue dont la base a été éloignée du cours d’eau. Le fossé en eau subsistant va être comblé sous l’eau ou à proximité immédiate de l’eau, à l’installation du rongeur, s’ils sont en eau. Auinstaller des clôtures électriques et des manchons pour empêcher l’installation des ragondins Photo Philippe Barbedienne un bon moyen de préserver les digues est d’en niveau des digues, les plantations sont à exclureen plastique autour des troncs des jeunes arbres. éloigner la base à une distance de deux mètres car le système racinaire risque d’endommager de l’eau, voire davantage si les terriers sont plus l’infrastructure et de provoquer des fuites. profonds. Une digue avec une âme en argile Quand la digue ne peut être éloignée de l’eau, la compacte est beaucoup plus résistante en cas fixation d’un grillage sur la berge est tout à fait de passage de l’eau par un terrier qu’une digue adéquate. S’il s’agit de restauration, on optera toute en sable. Lors des travaux d’entretien, il cette fois pour l’enrochement, mais cette méthode faut veiller notamment à ne pas prélever en pied est très coûteuse et ne peut être appliquée qu’en de digue la terre utilisée pour en recharger le situation dégagée [4].18 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 19
  • 12. DES MÉTHODES DE DESTRUCTIONnon chimiquesLE TIR et les gardes particuliers sont autorisés à détruire à tir LE PIÉGEAGE exemplaires. Le piégeur peut être soit le titulaire du droit les ragondins et les rats musqués, toute l’année, de jour de régulation, soit son délégué (employé municipal parCette méthode se pratique dans le cadre de C’est sans conteste, avec le tir, la meilleure seulement et sous réserve de l’assentiment du détenteur exemple). Les pièges peuvent être mis à disposition parl’exercice de la chasse ordinaire, des chasses et du droit de destruction. alternative au poison. Il faut bien préciser que la mairie. Le maire doit contrôler l’exactitude des mentionsbattues administratives ou lors de la destruction seul le piège cage est recommandé, car il ne ris- portées sur la déclaration et signe chaque exemplaire, dont Les battues et campagnes de tir municipales un est remis au déclarant qui devra le présenter à toutepar les particuliers. que pas d’occasionner la destruction accidentelle Le maire, sous le contrôle des agents de l’État et après avis demande des agents chargés de la police de la chasse. de son conseil municipal, peut ordonner des battues portant d’espèces non visées [6].Lors de la chasse sur les espèces classées “ nuisibles ”. Il ne peut procéder L’élimination des animaux capturésLa chasse à tir (par arme à feu ou à l’arc) se pratique Les précautions à respecter à ces battues qu’en cas de carence des propriétaires et Une fois le ragondin ou le rat musqué piégé, l’élimination delors de la période d’ouverture générale de la chasse fixée Dans les zones de présence possible du vison d’Europe, après les avoir mis en demeure. Le maire doit préciser dans l’animal doit intervenir immédiatement et sans souffrance.chaque année par arrêté préfectoral. Toutefois, certaines il est très fortement recommandé de ménager un trou son arrêté les conditions de la battue, tout comme dans Le piège doit être visité chaque matin. Laisser l’animalarmes sont prohibées ainsi que certains accessoires ou de cinq centimètres de diamètre à mi-hauteur ou en haut le cas d’une battue administrative. La battue est organisée plusieurs jours dans la cage constitue une infraction puniemunitions. Les conditions d’intervention des rabatteurs et d’une paroi de la cage afin de permettre, en cas de capture sous le contrôle des lieutenants de louveterie. par la loi et la notion de cruauté envers un animal détenu enles modalités d’emploi des chiens, furets, appelants et des accidentelle, l’évasion de ces animaux protégés, très mena- captivité peut être établie.objets permettant d’approcher ou de rabattre le gibier, de Les maires peuvent également faire organiser des campagnes cés et très sensibles au stress.le contenir, de l’attirer ou de le fasciner sont précisées dans de tir de nuit par les agents de l’Office national de la chasse L’arme à utiliser pour abattre l’animal dans sa cage à bout et de la faune sauvage (ONCFS). Le piège cage doit être disposé soit sur les berges, soit portant à la tête est une arme à feu de faible puissancel’arrêté du 1er août 1986 [5]. sur des radeaux attachés à la berge (plus efficace), soit (carabine dite de jardin de calibre 9 millimètres ou carabineLors des chasses et battues administratives Le déterrage encore en coulée (sentier tracé dans la végétation par le tirant des balles 22 bosquettes, là où ce calibre est autoriséCes chasses sont fixées par arrêté préfectoral qui doit La chasse sous terre du ragondin est autorisée toute l’année passage répété des animaux), mais il ne doit jamais être par la réglementation départementale). L’arme doit êtrepréciser le territoire concerné, la date ou la période de dans les départements où il est classé “nuisible”. Cependant, totalement immergé. Il reste à appâter avec des carottes, démontée ou placée sous étui durant le transport en véhicule,chasse ou de battues, le nombre de battues, le nombre elle est peu efficace en nombre de prélèvements et entraîne des pommes, du maïs, posés à l’intérieur du piège (non ainsi que du véhicule au piège.de participants et leur qualité, les procédés utilisés, les une fragilisation supplémentaire des berges, ce qui est empoisonnés évidemment). Aucun appât n’est nécessaire À partir d’un certain nombre, les carcasses peuvent êtreespèces concernées et la destination des animaux tués. contraire au but recherché. dans la pose de pièges en coulée. collectées gratuitement par les entreprises d’équarrissage.Elles sont diligentées sous la direction d’un lieutenant de Le piégeur n’a pas besoin d’agrément dans le cas de En cas de capture accidentelle d’animaux autres que lelouveterie ou d’un agent forestier qui doit en adresser un l’utilisation du piège cage. Toutefois, la pose d’un piège, Le piégeage ragondin ou le rat musqué, ceux-ci doivent être immédiate-compte rendu au préfet. quelle que soit sa catégorie, doit faire l’objet de la part du Ici le piège cage, sur la berge, ment relâchés. Attention également à ne pas utiliser le piège titulaire du droit de destruction ou de son délégué d’uneLa destruction par des particuliers est amorcé avec des pommes. en coulée dans les secteurs de présence de la loutre [7]. Le ragondin capturé est immédiatement déclaration en mairie sur papier libre. Cette dernière estCe droit de destruction appartenant aux propriétaires, abattu dans sa cage et évacué. préalable et doit être au moins annuelle et établie en quatre Photos Jacques Coatmeurpossesseurs ou fermiers, peut être exercé personnelle-ment ou délégué par écrit. La destruction à tir (par armes àfeu ou à l’arc) s’exerce de jour. Le permis de chasser validéest obligatoire. Un arrêté préfectoral annuel, après avis duconseil départemental de la chasse et de la faune sauvage,fixe le temps, les formalités et les lieux de destruction à tir.Les agents assermentés au titre de la police de la chasse20 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 21
  • 13. LES AVANTAGES DES MÉTHODESde destruction physique Précautions La destruction par des méthodes physiques ne présente aucun inconvénient LE CAS DU CAMPAGNOL TERRESTRE Illustration Bruce Ronchi à respecter pour la faune sauvage ou domestique non ciblée, pourvu qu’un certain pour une meilleure Le campagnol terrestre, ou rat taupier (Arvicola terrestris), causalité entre bromadiolone et mortalité est ainsi établi de nombre de précautions soient prises afin de limiter le dérangement. En efficacité est un petit rongeur (entre 80 et 150 grammes) se nourrissant manière indiscutable. Ces méthodes, zones humides, on s’abstiendra de tirs répétés à proximité de colonies essentiellement de racines. Espèce autochtone en France, Cependant, la lutte chimique échoue à enrayer les pullulations pour être efficaces, d’oiseaux en période de reproduction, qui provoqueraient l’échec de la il se rencontre dans les plaines de moyenne montagne du de campagnols. Les surfaces traitées augmentent d’année doivent être menées Nord-Est et du Centre. Cette espèce très prolifique (une nidification. en année, montrant que le contrôle chimique est inefficace sur l’ensemble femelle peut avoir cinq ou six portées de quatre petits chaque en pratique. Dans les régions de production fromagère, il du bassin versant Contrairement à la lutte chimique qui laisse de nombreux cadavres non année) est sujette à des cycles de pullulation naturels, dont fait peser une menace sur les appellations d’origine contrôlée des cours d’eau, la fréquence et l’amplitude dépendent de l’altitude et de la retrouvés, ces méthodes permettent le décompte exact des animaux tués à qui il donne une mauvaise image. Les consommateurs sans quoi les zones surface en labours. Les prédateurs naturels (renards, belettes, et facilitent le suivi des populations, qui est obligatoire dans le cadre de la s’inquiètent du risque de transfert de la bromadiolone dans non traitées serviront hermines, rapaces) adaptent leur régime en consommant les chaînes alimentaires. de réservoir et de point lutte contre ces rongeurs. davantage de ces rongeurs en période de pullulation. de départ pour Quelles alternatives au poison ? Les alternatives au poison, en plus d’être totalement sélectives, permettent Le campagnol terrestre cause des dégâts sur les prairies de nouvelles vagues de moyenne montagne vouées à la culture de l’herbe, en y La mise en place de réseaux d’alerte permet d’intervenir de colonisation. de valoriser les prises pour leur fourrure, leur cuir, leur graisse ou leur viande, creusant ses terriers. Les taupinières provoquent une usure dès le début de la phase de croissance des populations,Elles demandent un suivi sous le nom de myocastor. De plus, alors que les fonds publics investis prématurée du matériel et nécessitent des travaux de remise lorsque les densités sont encore faibles, plutôt qu’en phase régulier et un nombre dans la lutte chimique et l’achat de poison n’apportent rien à l’économie en état des prairies. Dans les vergers, les campagnols rongent d’abondance. À ce stade, le piégeage est efficace pour plus important locale, les campagnes de piégeage permettent de réinvestir localement les racines des jeunes arbres fruitiers. réduire les densités de campagnols, mais il est coûteux en de participants. temps et en main-d’œuvre [9]. l’argent dépensé, dans le salaire des piégeurs et la fabrication des pièges Le nœud du problème, dans le cas du campagnol, réside Du fait du risque dans les modifications du paysage agricole à partir des Le campagnol terrestre est au menu de nombreux prédateurs par les artisans locaux. de contamination années 1970. La conversion des terres en prairies qui généralistes, dont le renard et les rapaces. En période de par des maladies communiquent totalement entre elles, la suppression des pullulation, le campagnol représente plus de 80 % de la comme la leptospirose, haies et l’intensification des pratiques agricoles ont facilité ration du renard. Favoriser les prédateurs naturels du cam- il convient également la colonisation par le campagnol. Depuis une quarantaine pagnol, en déclassant localement le renard, la belette, le d’être vigilant en ce qui d’années, les pullulations augmentent en ampleur, en durée putois et la martre de la liste des nuisibles, ou en installant concerne le respect et en surface touchée, si bien que les dégâts deviennent des dispositifs tels que des perchoirs pour les rapaces, des règles d’hygiène, insupportables économiquement pour les agriculteurs. peut à moindre coût agir sur la fréquence et la durée des de sécurité et de suivi pullulations. La lutte chimique [8], engagée expérimentalement dans les médical pour les années 1970 avec l’usage de la bromadiolone, s’étend et À long terme, seul le changement de pratiques agricoles personnes participant débouche très rapidement sur des bavures : les prescriptions permettra de réduire sensiblement le danger de pullulations, à ces campagnes. d’emploi ne sont pas respectées et le poison provoque une en diversifiant les grandes étendues herbagères par des importante mortalité d’espèces non cibles. De 1989 à zones labourées et en reconstituant des réseaux de haies, 1999, l’ONCFS récolte 846 dépouilles d’animaux sauvages, des talus et des fossés, en priorité dans les zones identifiées dont 373 sont analysées et 267 se révèlent positives à la comme source de démarrage des pullulations. Ces techniques bromadiolone. Les principales espèces concernées sont sont déjà employées par des agriculteurs biologiques et ont la buse, le renard, le milan royal et le sanglier. Le lien de fait leurs preuves.22 Ragondin, rat musqué Stop au poison ! 23
  • 14. VERS DES SOLUTIONS CONCRÈTES, Remerciements RagondinRESPECTUEUSES DE L’ENVIRONNEMENT France Nature Environnement Photo Denis-Richard BlackbournET ACCEPTABLES PAR TOUS remercie Philippe Barbedienne, François Moutou et Franck Weber pour leurs conseils dans la rédactionRagondin, rat musqué et campagnol terrestre, lorsqu’ils deviennent de cette brochure, ainsi que les photographesabondants, peuvent causer localement des dégâts. Pendant quelques qui ont gracieusement offert leurs clichés.années, le poison a pu sembler une solution, mais les campagnes successives Photosd’empoisonnement ont conduit à l’échec. Non seulement le poison n’a pas Philippe Barbedienne Christian Bavouxréussi à éliminer ces rongeurs, mais il cause des préjudices insupportables Denis-Richard Blackbourn Eric Buchelà la faune sauvage et fait peser une menace sur l’environnement et la Jacques Coatmeur Christian Hosysanté humaine. Gérard Lacoumette Jean MalevezLa réglementation prévoit que l’usage des anticoagulants doit être Charles Metz Dominique Michelatprogressivement abandonné, jusqu’à une interdiction totale en septembre Benjamin Mous Bruno Oertel2006. Plusieurs régions et départements ont déjà franchi le pas, en Romain Riols Références Bernard Rousseauabandonnant les campagnes d’empoisonnement au profit de la régulation Serge Seguin [1] Arrêté du 8 juillet 2003 [3] L’étude inachevée des [6] Arrêté du 23 mai 1984 [8] Contribution à la luttepar le piégeage. Illustrations Bruce Ronchi relatif à la lutte contre le pêcheurs, journal Sud-Ouest modifié fixant les dispositions contre le campagnol terrestre ragondin et le rat musqué du 6 novembre 2002. relatives au piégeage des et à la lutte contre l’utilisationLes efforts menés de concert par les chasseurs, les piégeurs, les agriculteurs et en particulier aux condi- populations animales. Le de la bromadiolone, rapport Conception [4] Les ragondins, dossieret les associations de protection de la nature ont démontré que la prévention France Nature Environnement tions de délivrance et d’em- piège cage, également d’expérimentation sur la du Centre d’études et depermet de réduire les dégâts et que les méthodes alternatives que sont Mise en pages ploi d’appâts empoisonnés. appelé boîte à fauve, est commune de La Planée L’Intranquille recherche appliquée en envi-le piégeage et la chasse suffisent à maintenir les populations à un niveau Impression Paru au Journal officiel du classé dans la catégorie 1 (Doubs), Maison de la réserve ronnement, site des sciences sur papier recyclé sans chlore 25 juillet 2003. Disponible de l’article 2 de cet arrêté. naturelle du lac de Remoray,acceptable, lorsque c’est nécessaire. Poursuivons ensemble ces efforts, Gyss imprimeur, Obernai de la nature de Chizé, www. © janvier 2006 sur www.legifrance.gouv.fr Son homologation n’est pas mars 2004. cera-environnement.comafin que l’usage du poison en milieu naturel ne soit bientôt plus qu’un nécessaire, et de ce fait, il [2] Mise en évidence d’in- [9] Arrêté du 4 janvier 2005mauvais souvenir. [5] Arrêté du 1er août 1986 peut être soit fabriqué de toxications secondaires aux relatif à la lutte contre le modifié relatif à divers façon artisanale, soit acheté anticoagulants chez les campagnol terrestre, en procédés de chasse, de chez des fabricants de piè- mustélidés semi-aquatiques : particulier aux conditions destruction des animaux ges. Il peut être neutralisé implications pour la conser- d’emploi de la bromadiolone. nuisibles et à la reprise du ou activé très facilement. vation du vison d’Europe, Paru au Journal officiel du gibier vivant dans un but de plan national de restauration [7] Le poison, méthode 19 janvier 2005. Disponible repeuplement. Disponible sur du vison d’Europe, rapport contre nature, crime contre sur www.legifrance.gouv.fr www.legifrance.gouv.fr GREGE-ARPEN, janvier 2003. la nature, Sud-Ouest nature, revue trimestrielle de la Sepanso, n° 113-114, 2001.24

×