Certification sociale des entreprises au sein de la filière bois. Quels apports possibles aux stratégies des entreprises du bois ?
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Certification sociale des entreprises au sein de la filière bois. Quels apports possibles aux stratégies des entreprises du bois ?

on

  • 198 views

Les certifications sociales des entreprises du bois présentent les mêmes limites . Quels apports possibles aux stratégies des entreprises du bois ?

Les certifications sociales des entreprises du bois présentent les mêmes limites . Quels apports possibles aux stratégies des entreprises du bois ?

Statistics

Views

Total Views
198
Views on SlideShare
198
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Certification sociale des entreprises au sein de la filière bois. Quels apports possibles aux stratégies des entreprises du bois ? Certification sociale des entreprises au sein de la filière bois. Quels apports possibles aux stratégies des entreprises du bois ? Presentation Transcript

    • CERTIFICATION SOCIALE DES ENTREPRISES AU SEIN DE LA FILIÈRE BOIS L’ANALYSE SOCIALE DU CYCLE DE VIE DES PRODUITS. QUELS APPORTS POSSIBLES AUX STRATÉGIES DES ENTREPRISES DU BOIS ? Vincent LAGARDE - CREOP EA4332 Limoges : vincent.lagarde@unilim.fr Catherine MACOMBE - CIRAD – ELSA Montpellier
    • 1- L’ANALYSE SOCIALE DU CYCLE DE VIE DES PRODUITS (ACV-S) 11- Analyse du Cycle de Vie • Approches ACV ENVIRONNEMENTAUX (écologiques) connaissent un grand succès • Bilan carbone, empreinte écologique…, d’un produit ou service d’après son CYCLE DE VIE, depuis extraction matière première jusqu’à destruction /recyclage. • Labels, certifications, normes • Conséquences financières (primes, pénalités), marchandes (CA)…
    • - DEUX TYPES D'ANALYSE DU CYCLE DE VIE • ACV par ATTRIBUTS Méthodologie dominante Auditer, évaluer, quantifier valeur écologique ou sociale générée par les différentes entreprises aux différentes étapes du produit Permet d’attribuer des scores aux entreprises et au produit. • ACV des CONSÉQUENCES Analyse émergente Calcul Impacts induits par le fonctionnement de plusieurs chaînes de produits, dans leur contexte. Mettre en évidence les transferts d’impacts provoqués par le choix d’une option productive plutôt qu’une autre.
    • 12- ACV Sociale Sous pressions sociétale, entreprises et collectivités cherchent à évaluer également IMPACTS SOCIAUX d’un produit tout au long de son cycle de vie (3eme pilier DD) Ces tentatives sont baptisées ACV Sociale (SLCA) (2008) Le but est d’évaluer effets sociaux du produit : qualité et quantité d’emplois, santé, rémunérations, stress, travail enfants, démocratie, parité, discriminations,TMS…
    • 13- Limites ACV classique (dont Sociale) - N’intègre que 2 dimensions des 4 préconisées en techniques d’analyse du cycle de vie (ISO 14044) 1- Il existe plusieurs manières d’élaborer un même objet ou service, 2- On peut comparer les impacts de ces différentes variantes, afin de choisir entre elles. 3- ACV peut participer au choix d’indicateurs de performances environnementales, y compris techniques de mesure 4- ACV peut participer au marketing (étiquetage écologique, revendication environnementale).
    • - Conséquence sur les stratégies des entreprises Dérives constatées des mentions valorisantes - Perte maitrise stratégique (Filière ou firme centrale contrôle cahier des charges), - Perte plus-value accaparée par aval de la filière (ou firme dominante), - Certification/ norme devient progressivement une condition nécessaire (ticket entrée, surcouts non répercutables, perte différenciation) = perte avantage concurrentiel, voire une contrainte pénalisante.
    • 2- L’APPROCHE PAR L’ACV-S DES CONSÉQUENCES/ IMPACTS Impact = notion dynamique, qui rend compte d’un changement d’état d’une personne ou ensemble de personnes, sous l’influence d’une cause et du fait d’un contexte. Incidence d’une action par rapport au cas où cette intervention n’aurait pas existé. Proposition évaluer et interpréter les impacts sociaux en incorporant le contexte, en modélisant les conséquences. Relation qui décrit le modèle et ces conditions d’application = Pathway (entrées/ voies/passerelles).
    • PERFORMANCE vs IMPACT ACV ATTRIBUTS ne mesure que des PERFORMANCES SOCIALES Entreprise génère un résultat social (score) évalué à un moment donné, en regardant activités passées d’une entreprise, et s’interprète en comparaison valeur de référence (référentiels/normes internationaux) = démarche RSE (Iso 26000), simple audit et collecte données sociales (rémunérations, accidents travail, promotion, discrimination…) Statique
    • ACV CONSEQUENCES (pathways) mesure des IMPACTS Incidences des actions d’un projet ou d’un processus dans le temps, ainsi que par rapport au cas où cette intervention n’aurait pas existé. Exemple pour choix d’un fournisseurs de bois : Il faudra ôter à l’entreprise retenue, la valeur sociale détruite dans l’entreprise non retenue (et sa filière) : perte de CA, conséquence sur emploi (stress, accidents, licenciements…). Autres exemples : -Modèle prévision augmentation accidents du travail dans usine suite à réduction investissements de sécurité (équipement, formation) -Effets changement fournisseur européen au profit pays bas cout, sur qualité emploi français et chômage. -Effets privation de liberté sur stress au travail et productivité. -Lien entre travail enfants dans pays fournisseurs et perte de salaire ultérieure du manque scolarisation
    • 22- Apports distinctifs ACV-S-P Prise en compte de la dynamique (mouvements/ actions stratégiques) des entreprises et leurs conséquences sur leur environnement interne et externe COMPARAISON des 2 approches : « Qu’est-ce qui cause le travail des enfants dans les pays en développement fournisseurs de bois ? » - RSE : c’est la chaîne, voire le processus unitaire (entreprise) qui produit l’existence du travail des enfants. Privilégier les entreprises qui bannissent le travail des enfants (meilleur score social, certification/labellisation sociale…) -S-LCAP : Les entreprises qui proscrivent travail enfants ne le détruisent pas pour autant : Les parents qui envoient leurs enfants au travail y sont contraints. L’interdiction les obligera à prendre un autre travail, éventuellement pire. Le travail des enfants n’est pas causé par telle chaîne de produits ou telle entreprise. Il est le résultat de n’importe quelle activité dans ce contexte social donné. Exp : Dérives Commerce Equitable Produits équitables au détriment de l’agriculture vivrière Importation produits équitables au détriment de producteurs locaux non labélisés
    • 24- Pourquoi proposer ACV-S au secteur du bois ? 1-Arène stratégiques comparables à agroalimentaire où ACVS est déjà testée (organisation filière, marchés internationaux/locaux, TGE/TPE, labels et certifications…), 2-Bois semble également porter une forte dimension sociale/sociétale (voir les communications dans ce colloque : géographes, juristes, sémioticiens, sociologues…) 3-Démarche certification sociale en émergence dans la filière bois, avec caractéristiques comparables à l’agroalimentaire, et les mêmes limites a priori (FSC, PEFC, WWWF…)
    • 3- APPORTS ACV-S-P À LA STRATÉGIE DES ENTREPRISES Au-delà apport pour décideurs publics = aides à la décision pour les entreprises Une approche par la Gestion et la Stratégie au niveau de l’entreprise Intérêt de l’entreprise à LT Exp de recherche au CREOP : PATWAY CONCURRENCE Déterminer le périmètre de l’environnement concurrentiel de l’entreprise à prendre en compte pour mesurer les conséquences sociales de ses actions 2013- LAGARDE V., MACOMBE C., Designing the social life cycle of products from the systematic competitive model, The International Journal of Life Cycle Assessment: Volume 18, Issue 1, P:172-184. DOI:10.1007/s11367-012-0448-1
    • 31- Une appréhension plus large des ACTEURS de l’ENVIRONNEMENT de l’entreprise Combiner Analyse ascendante type chaine des produits (Comodity Chain) et chaine globale de produits (Global Value Chain) + analyse descendante en Filière + Prise en compte du mouvement (conséquences des actions, comparaison des scénarios) : - Intégration des autres acteurs dans analyse impacts (extension de filière à l’Arène stratégique : concurrents + substituts + complémenteurs) - Identification d’une firme centrale (ou niveau de firmes) qui pilote(nt) la chaine (orientation des politiques, récupération plus-value financière)
    • Competitive perimeter of SLCA (Lagarde – Macombe , 2013) Main Filière Filière Competitor Other Filière End users Customers Value Net Substitut Company Suppliers Industry Strategic Arena width Complementor depth
    • 32-Une appréhension plus large des CONSEQUENCES des actions des entreprises Ne pas simplement choisir l’entreprise au meilleur score social, mais comparer conséquences du choix sur l’environnement (concurrents, clients, fournisseurs, salariés…) Exp : Choisir entreprise étrangère certifiée social (importation PEFC) au détriment entreprise locale (PME française non certifiée), peut détruire de la valeur sociale chez l’entreprise française (emploi, CA, VA) et dans son environnement local Exp : Subventions régionales pour usage bois certifié dans bâtiments agricoles Les entreprises demandeuses peuvent s’engager dans un vrai processus d’analyse sociale (dont firme centrale, qui améliore ainsi situation des autres entreprises de la chaine) -Les entreprises lésées peuvent argumenter face aux clients, financeurs, décideurs publics
    • 33- Réhabilitation de l’outil CHAINE DE VALEUR - Revenir aux fondamentaux de gestion : optimiser la gestion de l’ensemble des fonctions -Relativiser lien investissements / performance (durable) : - Effet reine rouge - Récupérer la VA produite : Quel intérêt d’investir / d’innover (dont socialement), si ce sont d’autres entreprises de la filière qui l’accaparent ? - Ne pas limiter innovation au process et produit, - Ne pas limiter l’innovation à la technologie ( innovation sociale)