Le bilinguisme à l’école, chance ou contrainte?

683 views
599 views

Published on

Suite à l'enquête menée dans le Jura Bernois, qui montre un intérêt massif des parents pour des filières bilingues publiques, les communes ont la possibilité de s'inspirer du projet-pilote de Bienne et de lancer leur propre filière bilingue, pour autant que les autorités communales et les commissions scolaires le souhaitent. La possibilité d'obtenir des subsides existe. L'ouverture d'une filière bilingue commence par l'ouverture d'une ou deux classes; elle se poursuit par l'ouverture d'une ou deux classes l'années suivante. Pour des conseils sur la mise sur pied d'une filière bilingue, voir adresse mail en dernière page.

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
683
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Le bilinguisme à l’école, chance ou contrainte?

  1. 1. Le bilinguisme à l’école,chance ou contrainte?Journée syndicale LEBE,07.03.2013, CIP, Tramelan
  2. 2. Cet exposé n’a rien de scientifique! Qui suis-je?  Tramelote de naissance  Economiste & statisticienne, presque 10 ans d’expérience prof. à l’OFCOM, l’OFS, l’OFEV  Maman de 3 ados (14, 16 et 18 ans)  Membre comm. scolaire Bienne, puis présidente coordination Conseils des Parents Bienne  Enseignante Economie & Droit secondaire II
  3. 3. SommaireI Considérations autour du bilinguismeII Sources légales, positions officiellesIII Questions autour du bilinguisme scolaireiV L’opinion des parents
  4. 4. 1. Langue en tant qu’élémentconstitutif de son identité Journée int. de la langue maternelle le 21.02.1x Langue maternelle? Langue PAternelle … pour des raisons politico-administratives
  5. 5. 1ère leçon Pour des raisons éthiques, le bilinguisme ne peut pas être imposé aux parents ou aux élèves qui n’en voudraient pas. «On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.»
  6. 6. 2. Apparition d’une nouvelle identité
  7. 7. Des enfants sont nés! Notre enfant sera alémanique! Notre enfant sera romand!Notre enfant sera bilingue!
  8. 8. 2ème leçon Le bilinguisme résulte d’une volonté de franchir les fossés qui nous séparent. Etonnamment, beaucoup de migrants et d’allophones souhaitent le bilinguisme pour leurs enfants. Ils ont déjà fait le pas une fois vers une autre culture… Le fait d’être bilingue représente une identité en soi, qui mérite une reconnaissance officielle.
  9. 9. 3. Poids des Romands dans Berne
  10. 10. Représentation politique«Le gouvernement bernois soutient unemotion demandant de garantir lareprésentation des minorités linguistiquesdes cantons plurilingues au Conseilnational.»15.02.2012
  11. 11. Bilinguisme vs IsolationnismeLe bilinguisme, c’est le refus de s’enfermerdans une identité, c’est l’opposé d’unnationalisme franco-français…
  12. 12. 3ème leçon Le souhait de bilinguisme résulte de considérations pragmatiques. Il faut connaître la langue de son partenaire pour s’en faire apprécier, respecter ou pouvoir négocier d’égal à égal.
  13. 13. 4. Poids du français dans le monde
  14. 14. 4ème leçon Le français est une langue internationale. Nos ministres des affaires étrangères sont des francophones. Il est aussi dans l’intérêt des alémaniques de maintenir ou d’apprendre le français – même si les Zürichois l’oublient périodiquement.
  15. 15. 5. Facteurs organisationnelsPas de mixité :1) administration2) Formationenseignants : HEPBEJUNE / FHS3) Programmed’étude : PER / ?
  16. 16. 5ème leçon Comment développer une vision commune sans travailler ensemble? Alors qu’on attend flexibilité et mobilité de la part des parents actifs professionnellement?
  17. 17. II Sources légales / Positionsofficielles
  18. 18. Langues dans la Constitutionfédérale : égalité, liberté,territorialité
  19. 19. Tâches qui en découlent pour lescantons«Les cantons ont la tâche d’harmoniser ces deux principes.Et elle n’est pas simple. Quand la liberté des languesl’emporte-t-elle sur la territorialité ? Le Tribunalfédéral (TF) y a répondu à deux reprises et dans lamême direction en matière scolaire.Il a donné le droit à une famille francophone habitantMöringen, une commune bernoise du Seeland, d’inscrireses enfants dans une école publique de languefrançaise. Il a accordé un droit similaire à une famillealémanique de Grange-Pacot dans la banlieue deFribourg. Si le TF a tranché pour le choix de l’école, il n’arien dit en revanche sur la langue admise dans les rapportsde l’administré ou du citoyen avec l’autorité communale.»http://www.domainepublic.ch/articles/8623
  20. 20. Territorialité - 1 agglomération,2 statuts des langues :Bienne bilingue, Nidau monolingue
  21. 21. Les petits francophonespénalisés«La Ville de Bienne a résilié la convention scolaire qui la liait à lacommune de Nidau Naïma Serroukh, citoyenne nidowienne, fait partie des parents qui ont fait recours contre la scolarisation de leur enfant à l’école enfantine des Prés-Walker pour la rentrée 2012/2013. L’Inspection scolaire lui ayant donné raison, la Ville de Bienne a dû inscrire sa fille aux Peupliers (voir notre édition du 23 février). Les autorités biennoises ont donc ensuite dénoncé pour la rentrée scolaire 2013-2014 la convention scolaire qui les liait à la commune de Nidau. De ce fait, une vingtaine de Nidowiens francophones devraient suivre le cursus germanophone dès la rentrée prochaine faute d’accord entre les deux communes. «C’est une punition générale contre les francophones de Nidau qui a été infligée», déplore Naïma Serroukh, formatrice d’adultes et citoyenne engagée dans sa commune, notamment à InterNido.»Journal du Jura, 28.02.2013
  22. 22. Ça coûte à l’état!  Et même beaucoup… mais on arrive moins bien à calculer combien ça rapporte…  Estimation personnelle des coûts : CHF 400’000 pour 30-40 élèves pendant 2 ans avec deux enseignantes de maternelles et un chef de projet chargé du suivi pédagogique et de réunir des fonds privés pour agrandir l’école et améliorer les locaux  A mettre en relation avec les économies engendrées par la fermeture de 2 autres classes pendant 2 ans.
  23. 23. Ça rapporte au secteur privé! Ecole bilingue, Lausanne Ecole bilingue, Pully Eduparc, Bienne Ecole Moser, Genève, Nyon, Berlin 10ème Année linguistiquepour augmenter l’employabilitédes jeunes romands de Bienne
  24. 24. Ça coûte aux parents!
  25. 25. Ça a de la valeur pour l’Etat!Art. 211 La Confédération accorde, dans le cadre des créditsalloués, des aides financières aux cantonsplurilingues pour leur permettre d’exécuterleurs tâches particulières.2 Sont des cantons plurilingues les cantons de Berne,de Fribourg, des Grisons et du Valais.3 Par tâches particulières, on entend notamment:a.la création des conditions et des moyens adéquatspermettant aux autorités politiques, judiciaires etadministratives d’effectuer leur travail plurilingue;b.l’encouragement du plurilinguisme, à tous lesniveaux d’enseignement, des enseignants et desapprenants dans les langues officielles ducanton.Etat le 1er janvier 2010
  26. 26. Subsides Confédération Projekt-Nr. (leer lassen)Titel Gesuchsformular des Projekts Förderung des Bilinguismus in den Bieler SchulenSchwerpunktFörderung derMehrsprachigkeit in a. Übersetzungs- und b. Sprachliche c. Projekte zur Sensibilisierung derden kantonalen Terminologiedienstleis und Fachliche Öffentlichkeit für dieBehörden und tungen für die Aus- und MehrsprachigkeitVerwaltungen innerkantonale und Weiterbildunggemäss Art. 17 Abs. interkantonale der1 SpV Kommunikation Kantonsangestel(Art. 21 SpG) len in Fragen der Mehrsprachigkei t d. Zusatzprojekte auf Grund von Ziffer 8.2 LV X a. Beschaffung von b. Aus- und c. Projekte zur Förderung der Lehrmitteln für den Weiterbildung Landessprachen überFörderung der Sprachunterricht der Lehrkräfte zweisprachigen UnterrichtMehrsprachigkeit imBildungsbereich17 Abs. 2 SpV(Art. 21 SpG) d. Projekte zur e. Förderung des E- Zusatzprojekte Learning auf Grund von Ziffer 8.2 LV
  27. 27. III Questions autour dubilinguisme scolaire
  28. 28. Les questions Quel stade de l’école ? maternelle, primaire, secondaire Quelle proportion ? 50/50 ou autre Quelles finalités ? pragmatique ou culturelle ? Quelles branches concernées ? gymn ou Histoire ? Quels enseignants ? Enseignent-ils dans leur langue maternelle, ou se recyclent-ils ? Quels élèves ? bilingues fr/all à la maison ou pas ? Allophones ou pas ?
  29. 29. Bilinguisme en milieu scolaire : Un projet de filière bilingue ouvert Une pétition qui demande son extension au tiers des élèves Des éléments de réponse grâce à l’enquête menée dans le Jura Bernois
  30. 30. Enquête bilinguisme dans le JuraBernois Enquête non exhaustive, diffusion laissée à la libre appréciation des écoles et des commissions scolaires Les parents de 1’103 enfants sur les 1’315 dont les parents ont répondu à l’enquête souhaitent une filière bilingue. 4 communes concernées en priorité : Tramelan, Saint-Imier, Moutier, La Neuveville Beaucoup de parents d’autres communes envisageraient des trajets vers l’un de ces centres régionaux.
  31. 31. Résultat Tramelan 81% des enfants dont les parents souhaitent une filière bilingue ne pratiquent pas du tout l’allemand à la maison.
  32. 32. Pourquoi cet engouement dans unvillage francophone? Ils sont convaincus à 91% que la maîtrise de l’allemand est importante et qu’elle augmente les chances professionnelles de leurs enfants. Ils n’ont pas tort… Les critères de sélection entre le primaire et le secondaire reposent sur la maîtrise du français, de l’allemand et des maths  les bilingues ont un avantage sélectif naturel pour entrer dans les «meilleures» filières. Hors ils ne parlent pas l’allemand  l’école doit venir combler leurs «lacunes». N’est pas justement la mission de l’école pour une égalité des chances?
  33. 33. Entre nous : Bilinguisme et aptitudes De nombreuses études mettent en avant la stimulation intellectuelle que représente la maîtrise d’une langue supplémentaire (…tout comme la pratique d’un instrument de musique est recommandée pour optimiser le développement d’un enfant et tenir compte de son potentiel)
  34. 34. Autres enseignements de l’enquête Les réponses sont les plus positives pour les degrés primaires et secondaires (84% de réponses favorables), mais moins favorables au niveau du jardin d’enfant (66%). Plus les déplacements seraient conséquents, plus l’enthousiasme diminue (mais reste à 54% pour le secondaire en cas de déplacement vers le chef-lieu, 38% vers Bienne).
  35. 35. Bilinguisme en milieu scolaire :nos réponses (1) Quel stade de l’école ?  Maternelle  Primaire, puis décision si poursuite dans la voie bilingue en secondaire ou non, introduction du patois dans les filières M et G Quelle proportion ? 50/50 Quelles finalités ? Pragmatique – la culture suivra au contact de l’autre communauté Quelles localités ? Tramelan, Moutier , La Neuveville, Saint-Imier, avec des bus scolaires financés par les communes avoisinantes
  36. 36. Bilinguisme en milieu scolaire :nos réponses (2) Quelles branches concernées ? A étudier plus précisément Quels enseignants ? Des natifs  envisager une bourse aux heures entre écoles bilingues du Jura Bernois et écoles bilingues de Bienne pour les transferts et échanges d’enseignants, plutôt que pour des transferts d’élèves Quels élèves ? Ceux qui en veulent!
  37. 37. Perspectives pour le corpsenseignant Des classes plus homogènes Des classes de plus petite taille si de nouvelles classes sont ouvertes Potentiellement, des élèves en provenance de milieux socio-culturels plus élevés, une région revitalisée Plus de mobilité, transmission de «Best Practices» d’un établissement à l’autre, d’une communauté linguistique à l’autre.
  38. 38. Le bilinguisme à l’école,chance ou contrainte? encouragé par la Confédération, par le canton de Berne au secondaire II Décision communale aux degrés de l’école obligatoire Moins de contrainte au niveau du plan d’étude que dans une ville bilingue dans laquelle chaque communauté défend «SON» plan d’étude
  39. 39. Le bilinguisme à l’école,chance ou contrainte? Avant tout une attente ou une exigence de la société, du monde du travail À laquelle l’école prépare trop mal Dont les parents et les jeunes font les frais… N’est-il pas temps d’agir et de surmonter les divisions pour le bien de la région?
  40. 40. Ensemble, nous sommes plus forts! EnseignantsDirections d’école Parents Autorités Commissions communales scolaires
  41. 41. Rapport enquête Jura BernoisDOC Consulting :chantal_donze@bluewin.ch

×