• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Le TasP chez les usagers de drogue
 

Le TasP chez les usagers de drogue

on

  • 995 views

Allocution de Gilles Pialoux (chef de service des maladies infectieuses, Hôpital Tenon) lors de la 86e rencontre du Crips Ile-de-France.

Allocution de Gilles Pialoux (chef de service des maladies infectieuses, Hôpital Tenon) lors de la 86e rencontre du Crips Ile-de-France.

Statistics

Views

Total Views
995
Views on SlideShare
260
Embed Views
735

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

2 Embeds 735

http://lecrips-idf.net 625
http://www.lecrips-idf.net 110

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • CI, confidence interval.
  • This 2009 meta-analysis on 11 cohorts and 5021 heterosexual couples concluded that there was zero risk of sexual transmission while on ART with HIV-1 RNA below 400 copies with an upper confidence limit of 1.27 per 100 years.
  • 17 subjects experience >1 clinical event - 8 immediate arm (5 had 2 events, 1 had 3 events, and 2 had 4 events) of which 2 had a clinical event followed by death - 9 delayed arm (7 had 2 events, 2 had 3 events) of which 4 had a clinical event followed by death
  • Étude de J.S. Montaner sur une population de Colombie-Britannique avec une majorité d’usagers de drogues qui montre la corrélation entre le niveau de la couverture antirétrovirale, celui de la charge virale communautaire et du nombre de nouveaux diagnostics de VIH.
  • Nouveaux diagnostics VIH par an en Colombie-Britannique durant les 3 périodes d’étude (1996-2009), en comparant le nombre de nouveaux diagnostics reportés et le nombre de nouveaux diagnostics attendus.
  • Charge virale de tous les patients testés par période d’étude (par strates de charge virale).
  • Bien sûr, prises ensemble, les données disponibles suggèrent fortement que la charge virale communautaire est un élément clé qui influe sur les nouveaux cas d’infection à VIH et peut être utilisé avec succès par des recommandations médicales visant à accroître la couverture antirétrovirale. Nos résultats fournissent un rationnel fort pour la refonte de la dichotomie entre prévention et traitement. Par ailleurs, nos résultats devraient favoriser la réactivation de l’accès universel aux ARV au sein du G8 dans le but de diminuer les effets du sida et le cours de la pandémie à VIH.
  • Outre les outils de réduction des risques sexuels (RDRs), concept à confirmer, le principe du Test and Treat consiste à augmenter l’accès au dépistage et à la prévention positive pour les personnes nouvellement dépistées (avec une approche combinée de la RDRs), à augmenter l’accès aux soins, avec plus de mises sous traitement ARV comme c’est le cas dans le rapport Yéni 2010, et enfin à augmenter le niveau d’observance et le niveau de maintien en population d’un contrôle de virémie VIH dans le but global de diminuer l’incidence du VIH.

Le TasP chez les usagers de drogue Le TasP chez les usagers de drogue Presentation Transcript

  • Tasp, TisP or TisTdu VIH au VHC ?15 Avril 201386éme Rencontre du CRIPS IdfPr Gilles PIALOUXAPHP, Hôpital TenonVice Président SFLSwww.vih.org
  • En 2013ce que l’on saitdu Tasp VIHCohortes observationnellesMeta-analyses : Attia,BaggaleyModé lisationsExpé riences Test an Treat
  • CONFIDENTIAL – NOT FOR EXTERNAL USE 4Efficacy of HIV Prevention StrategiesFrom Randomized Clinical TrialsAbdool Karim SS, et al. Lancet. 2011Abdool Karim SS, et al. Lancet. 201110010000 2020 4040 6060 8080Efficacy (%)Efficacy (%)StudyStudy Effect Size, % (95% CI)Effect Size, % (95% CI)TasP; HPTN 052, Africa,TasP; HPTN 052, Africa,Asia, AmericasAsia, AmericasPrEP for discordant couples;PrEP for discordant couples;Partners PrEPPartners PrEP, Uganda, Kenya, Uganda, KenyaPrEP for heterosexual men andPrEP for heterosexual men andwomen;women; TDF2TDF2, Botswana, BotswanaMedical male circumcisionMedical male circumcision;;Orange Farm, Rakai, KisumuOrange Farm, Rakai, KisumuPrEP for MSMs;PrEP for MSMs; iPrEXiPrEX, Americas,, Americas,Thailand, South AfricaThailand, South AfricaSexually transmitted diseasesSexually transmitted diseasestreatment; Mwanza, Tanzaniatreatment; Mwanza, TanzaniaMicrobicide;Microbicide;CAPRISA 004CAPRISA 004, South Africa, South AfricaHIV vaccine;HIV vaccine;RV144, ThailandRV144, Thailand96 (73-99)96 (73-99)73 (49-85)73 (49-85)54 (38-66)54 (38-66)44 (15-63)44 (15-63)42 (21-58)42 (21-58)39 (6-60)39 (6-60)31 (1-51)31 (1-51)PreservatifPreservatif(Cochrane)(Cochrane)80 %80 %(…)(…)
  • HIV (hetero)sexual transmissibilitymeta-analysisAttia S, et al.AIDS 2009 Jul 17;23(11):1397-404.Compatible avec une réduction de risques de transmissCompatible avec une réduction de risques de transmissen dessous de 400 copies/ml de 0,16 [ IC 95% : 0,02-1en dessous de 400 copies/ml de 0,16 [ IC 95% : 0,02-1Compatible avec une réduction de risques de transmissCompatible avec une réduction de risques de transmissen dessous de 400 copies/ml de 0,16 [ IC 95% : 0,02-1en dessous de 400 copies/ml de 0,16 [ IC 95% : 0,02-1
  • • 50 publications.50 publications.• Nine allowed comparison betweenNine allowed comparison betweenART and non-ART users withinART and non-ART users withinstudies (ART-stratified studies).studies (ART-stratified studies).• incidence rates were 3.6/100 person-incidence rates were 3.6/100 person-years (95% confidence interval = 2.0-years (95% confidence interval = 2.0-6.5) and 0.2/100 person-years (0.07-6.5) and 0.2/100 person-years (0.07-0.7) for non-ART- and ART-using0.7) for non-ART- and ART-usingcouples, respectively (P < 0.001),couples, respectively (P < 0.001),constituting aconstituting a 91% (79-96%)reduction in per-partner HIV-1
  • Updated from Montaner et al, Lancet 2010Association between HAART Expansion andHIV New DiagnosesBritish Columbia, 1996 - 2011Patients Currently on HAARTNew HIV DiagnosesNew HIV Diagnoses - IDU
  • Moupali D et al. (2010). PLOS One 5 (4): e11068“Success” in San FranciscoCommunity Viral Load, Haart and HIV IncidenceJonathan Mermin -High Impact Prevention in Practice
  • HR = 96.3% reduction intransmissionNo difference whether indexpt was M or FDeferredImmediate%HPTN 052: Immediate vs Delayed ARTin Sero-discordant CouplesCohen MS, et al. IAS 2011. Abst MOAX0102Cohen MS, et al. N Engl J Med. 2011
  • CONFIDENTIAL – NOT FOR EXTERNAL USE 10Immediate DelayedTotal (N=129) 53 76Tuberculosis 17 33Severe bacterial infection 16 11Death 10 13Chronic herpes simplex 3 7Bacterial pneumonia(recurrent)2 2Oesophageal candidiasis 2 2Cervical carcinoma 0 2Kaposi’s sarcoma 1 1Wasting syndrome 0 2* Extrapulmonary crypto, HIV-related encephalopathy, lymphoma, PCP, septicemia (recurrent)17 subjects experienced >1 primary clinical eventAll Primary Clinical Events (N = 129)CONFIDENTIAL – NOT FOR EXTERNAL USE 10Grinsztejn, B et al. 6thIAS Conf. MOAX0105.… et en plusle traitementprécoce diminuela morbidité… et en plusle traitementprécoce diminuela morbidité
  • CONFIDENTIAL – NOT FOR EXTERNAL USE 11
  • Ce que l’on ne saitpasDoute sur la CV communautaireQuelle acceptabilité PVD ? UD ?Scaling-up du TasP : comment payer ?Quid chez les HSH ?Poids des Pi et des D tardifs VIH &VHCPré vention combiné e et coût-é fficacité
  • Tasp et UD
  • Étude de J.S. Montaner et al.Test and treat et UD (1)Montaner JS et al. Lancet 2010;376:532-9.
  • RésultatsÉtude de J.S. Montaner et al. (2)Montaner JS et al. Lancet 2010;376:532-9.p : nombre total de diagnostics VIH reportés comparé au nombre total des diagnostics VIH attendus à la fin de chaque phase.
  • Étude de J.S. Montaner et al. (3)Charge virale de tous les patients testésRésultats« Censurée » au moment du décès ou du changement« Censurée » au moment du décès ou du changementMontaner JS et al. Lancet 2010;376:532-9.
  • Résultats Pour 1 log10 de décroissance de l’ARN VIH-1,les cas de VIH ont diminuéde 0,86 (IC95 : 0,75-0,98) La corrélation entre le nombre de patientssous HAART et le nombre de nouveauxdiagnostics VIH par an est de – 0,89 (p <0,0001) Pour 100 nouveaux cas de patients mis sousHAART, le nombre de nouveaux diagnosticsbaisse d’un facteur 0,97 (IC95 :0,96-0,98)Montaner JS et al. Lancet 2010;376:532-9.Étude de J.S. Montaner et al.Test and treat et UD
  • TasP &VHC ?
  • Beaucoup de variables à rentrerdans le modèle retenu Données démographiques : taille de lapopulation, disponibilité des drogues… Pratiques de consommation etcomportements à risques… Offre de RDR : TSO, PES… Histoire naturelle : Nbre d’aigus, passageau chronique, taux de réinfection, taux deco-infection, taux de RVS …etc Pourcentage de personnes traitées
  • Beaucoup de questions Quel impact des PES sur la Prévalence (etl’incidence) ? Quel impact des TSO sur la Prévalence (etl’incidence) ? Quel impact de l’augmentation d’offre detraitement anti-vhc sur la Prévalence (etl’incidence) ? Y aura-t-il un effet attractif des nvx tt antiVHC ? Tout cela peut-il être coût-éfficace et si ouiou et pour qui ? (>> YY)
  • SUMSM !?
  • Diminuer la transmission du VIH et duVHC ?(Tasp, CVC)Adapté du rapport Lert-Pialoux, ministère de la Santé et des Sports (2009-2010).Dépister !VIH+Comportementsde RDR et de RDRsVIH et VHCAccroî trel’accè s auxtestsPréventionpositiveAccès aux soinsMise sous ARV +/-PegRibaplus précoceMaintiendu contrôle viralVIH & VHCPlus de HAART>Traiter encoreplus tô tAideà l’observance+ interactions !Accroî trel’accè s auxsoinsLe concept du Test and Treat VIHadapté aux SUMSM ? ** VIH, VHC ?, IST ?* VIH, VHC ?, IST ???VIH Neg : condom,ECIMUD, RDRs,Prep intermittente,Pep,
  • Le concept « test & treat » et leVHC Plus compliqué que pour le VIH : pas de données,manque de modèle animal, transmission sexuelle faiblesauf HSHRHI…, La RDR chez les UD a produit des résultats pour le VIHmais a atteint ses limites (incidence encore forte cfInvs, moindre pour le VHC) >>> développer d’autresmodèles de prévention; RVS = guérison (sauf rec) >>> TasP VHC«facilement » coût-efficace ? Problème de population des UD non «captive» à ladifférence de Vancouver Besoin de modélisations «made in France »… Modèle VHC chez UD/Peg Riba+/-IP à tt plus courts,terrain de recherche propice pour le TasP VHC
  • 2 Changementsde paradigme
  • Historique des pratiques d’injectionPhilippe Batel
  • La Lettre de l’InfectiologueInfection VHC• Résultats35Étude ELECTRON : sofosbuvir + ledipasvir + RBV (3)CROI 2013 – Daprès Gane E. et al., abstract 41LB, actualiséPatients avec ADN-VHC < 15 UI/ml*, n/N (%)SOF + RBV SOF + LDV + RBVNaïfs detraitement(n = 25)Non répondeurs(n = 10)Naïfs detraitement(n = 25)Non répondeurs(n = 9)S1 8/25 (32) 1/10 (10) 11/25 (44) 0/9 (0)S2 17/25 (68) 7/10 (70) 22/25 (88) 4/9 (44)S4 25/25 (100) 10/10 (100) 25/25 (100) 8/9 (89)Fin de traitement 25/25 (100) 10/10 (100) 25/25 (100) 9/9 (100RVS4 22/25 (88) 1/10 (10) 25/25 (100)** 9/9 (100)RVS12 21/25 (84) 1/10 (10) 25/25 (100) 9/9 (100)*limite de détection (LOD) à 15 UI/ml** incluant 1 patient ayant arrêté le traitement en raison d’EI à S8; ce patient a néanmoins présenté une RVS24.LDV : lédipasvir ; RBV : ribavirine ; SOF : sofosbuvir.
  • MERCI !