115
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
803
On Slideshare
796
From Embeds
7
Number of Embeds
3

Actions

Shares
Downloads
84
Comments
0
Likes
0

Embeds 7

http://www.linkedin.com 4
https://www.linkedin.com 2
http://www.slideshare.net 1

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. MON COFFRE D’OUTILS PNL
  • 2.  
  • 3.  
  • 4.  
  • 5.  
  • 6.  
  • 7. La Neuro-Sémantique DE L’EXTÉRIEUR VERS L’INTÉRIEUR: QUE FAISONS-NOUS AVEC NOS ÉMOTIONS
  • 8. NEURO-SÉMANTIQUE
    • La Neuro-Sémantique est née des travaux du chercheur américain Michael HALL (docteur en psychologie), qui en 1994, en tant qu'enseignant et chercheur passionné en PNL découvrit la nature autoréflexive de la conscience, c'est à dire comment fonctionnent les plus hauts niveaux de la pensée. C'est ce qui a donné naissance au modèle des méta-états .
  • 9. LES MÉTA-ÉTATS
    • Le modèle des méta-états décrit comment suite des pensées et des ressentis corporels causés par un évènement extérieur, nous réagissons intérieurement à propos de ces pensées et ressentis. C'est à dire comment nous ressentons des émotions à propos de nos émotions. Par exemple, vous pouvez vous sentir en colère suite à un évènement du monde extérieur (état interne), puis ressentir de la colère d'être en colère (méta-état), et ensuite vous sentir coupable à propos de
    • votre colère (méta-état).
  • 10.  
  • 11.  
  • 12.  
  • 13. LES DIFFÉRENTES CARTOGRAPHIES
  • 14. RECADRAGE EN 6 ÉTAPES
  • 15. RECADRAGE EN 6 ÉTAPES
    • Le recadrage en six étapes nécessite la participation de différentes parties de la personne, pour ce faire, nous présentons une sorte d’aide-mémoire qui récapitule les points importants à mettre en évidence lorsqu’on fait appel à une partie ou que l’on en crée une.
  • 16. RECADRAGE EN 6 ÉTAPES
    • On peut considérer que ces “parties” représentent les ressources nécessaires pour résoudre le problème en question. Chacun d'entre nous peut admettre qu'il possède différentes facettes de sa personnalité ce qui constitue une base de départ pour identifier différentes parties. On peut dire par exemple que c'est une partie de la personne qui produit un certain comportement.
  • 17. Voici la marche à suivre:
    • • Créer une partie, c'est créer une ressource - Définir la partie: “ Que voudriez-vous pour vous mêmes ?” On demande à la personne de déterminer quelque chose qu’elle aimerait avoir, un comportement, une attitude ou bien quelque chose qu’elle possède déjà mais voudrait développer. La personne peut choisir quelque chose qu’elle apprécie chez une autre personne. - identifier le contexte et le déclencheur “ Où et quand ? ”. Cette fois, il s’agit de savoir où et quand cette partie a un rôle à jouer et qu’est-ce qui lui permet de savoir qu’elle doit jouer ce rôle. Par exemple, si la personne souhaite acquérir une partie “goût du risque”, il est des circonstances où elle ne doit pas se manifester et d’autres où elle s’avère de la plus grande utilité, la personne doit donc réfléchir et trouver contextes et déclencheurs de cette partie.
  • 18. RECADRAGE
    • Si elle permet à la partie “goût du risque” de se manifester dans le contexte de la conduite automobile pour les promenades en famille le dimanche après-midi, ce n’est certainement pas un choix responsable, en revanche, la partie “goût du risque” peut représenter une ressource considérable lorsque la personne qui l’utilise sait limiter ses contextes: reconnaître à qui s’adresse le risque et ce qu’elle met précisément en jeu?
  • 19. Définir les actions
    • “ Comment précisément va-t-elle jouer son rôle ? ” Cette exploration se compare à celle des équivalences complexes d’un objectif 1, nous demandons à la personne de répondre à une variante de la question “Comment saurez-vous que vous avez atteint votre but ?”, ici l’interrogation pourrait se formuler ainsi: “ Qu’attendez-vous de cette partie, que doit-elle faire pour vous ? ”
    • Ce qui est sous-entendu c’est “pour vous permettre de la reconnaître et de l’apprécier”. Ici, on se réfère encore au schéma de provenance des ressources, pour guider la recherche de la personne, si elle choisit une partie “patiente” on lui demande de fournir des exemples et de préciser à quelles actions cela correspond.
  • 20. Déterminer l’état intérieur associé
    • Jusqu’à maintenant, nous avons mis en évidence le contexte et les équivalences complexes: nous étions au niveau du comportement extérieur; il nous reste à découvrir quelle sensation intérieure accompagne ce comportement.
    • 2 Si nous reprenons le cas de notre sujet qui veut avoir “le goût du risque”, nous allons chercher à savoir quelles émotions soutiennent le comportement que nous avons élucidé à l’étape précédente. Pour mettre en pratique son “goût du risque” en jouant à un jeu dit de hasard, il aura probablement besoin de garder tout son calme, le meilleur moyen pour ce faire est encore de rester calme, on peut donc accepter cet état intérieur défini comme tel en tant que sensation accompagnant le comportement “goût du risque”.
  • 21. Les croyances
    • “ Qu’est-ce qui vous oblige à vouloir cela ?“ Les croyances motivent et maintiennent les comportements, celui-ci n’échappe pas à cette règle et, nous allons donc essayer de mettre en évidence cette croyance. Des questions telles que: - “Comment pouvez-vous qualifier une personne qui fait preuve avec compétence de . . . (le comportement de la partie) ?“ - “En quoi est-ce important d’être . . . (le qualificatif donné)?“
  • 22.
    • Exemple: “ Comment pouvez-vous qualifier une personne qui fait preuve avec compétence du “goût du risque” ” ? - C’est quelqu’un de courageux ! - en quoi est-il important d’être courageux ? - il faut faire preuve de courage pour montrer l’exemple!
    • Deux interrogations suffisent pour parvenir aux valeurs essentielles et critères qui découlent de la croyance, dans l’exemple ci-dessus, notre sujet croit en la valeur de l’exemple, en l’image que l’on donne de soi et, pour être en accord avec lui-même il doit accomplir les exigences inhérentes à l’image qu’il veut montrer aux autres comme exemple.
  • 23. Spécifier l’écologie
    • -“ Que va-t-il se passer lorsque cette nouvelle partie agira ?” - “En quoi l’action de la nouvelle partie va-t-elle affecter l’ensemble? ” Nous devons trouver des réponses à ces questions afin de relever d’éventuelles incompatibilités, en effet, il serait vain de vouloir se doter de comportements qui s’avèrent en contradiction avec l’ensemble des autres. Le rôle de la nouvelle partie doit venir compléter celui des autres déjà existantes.
  • 24. EXERCICE
    • Exercice : créer une partie dans le cadre du "comme si". Deux personnes, un acteur et un sujet, à tour de rôle, 10 minutes par tour. - L’acteur recueille auprès du sujet les informations concernant les 6 points énumérés ci-dessus - L’acteur aide le sujet à construire dans le cadre du “comme si” un scénario qui mette en scène la nouvelle partie. L’acteur doit veiller à la présence d’éléments déclencheurs au début du scénario, et, doit guider le sujet du cadre du “comme si” à la projection dans le futur pour effectuer à la fois une transition vers la réalité et une vérification. - Le sujet fait part de son expérience et remarque s’il a découvert quelque chose d’utile, de différent ou à quoi il ne s’attendait pas au cours de ce travail.
  • 25. SUITE
    • Ce travail a pour but de d’apprendre à cerner rapidement une partie ou une ressource, il permet en effet par une suite de vérifications comparable au questionnement d’objectif de savoir si la demande de la personne est valable ou non dans son cadre spécifique. C’est un moyen de faire le point sur les besoins réels de la personne, l’exercice 8 donne les moyens d’une mise en pratique mentale qui représente une ultime vérification. Cette démarche d’exploration a enfin un autre but qui est de prendre conscience d’une possibilité de communication entre les différentes parties de la personne, et entre son conscient et son inconscient.
  • 26. La technique du recadrage
    • Comme nous l’avons souligné plus haut, ce dernier point est indispensable à mettre en place avant d’effectuer un recadrage en 6 étapes. Au cours du recadrage, nous n’avons généralement pas recours à toutes ces étapes car nous faisons appel à des parties que la personne reconnaît posséder en elle, à l’exception des cas où elle n’a pas conscience de disposer de telle ou telle partie. Quand nous suggérons à la personne qu’il existe en elle une partie créative, elle refuse parfois cette suggestion et dans ce cas, nous devons créer cette partie manquante en suivant les étapes définies ci-dessus.
  • 27. Le recadrage en 6 étapes
    • Deux personnes, un acteur et un sujet, à tour de rôle, de 20 à 40 minutes par tour. On peut aussi pratiquer cet exercice seul, avec son dialogue intérieur et en suivant les étapes décrites ici.
    • L’acteur a expliqué auparavant au sujet l’existence de différentes parties en lui même, leur possibilité de communiquer et d’établir des signes, la notion de choix inconscients.
  • 28. Première étape
    • 1) L’acteur aide le sujet à identifier le comportement qu’il vit comme un problème ou qui représente une difficulté. Le sujet donne un nom à ce comportement.
  • 29. Deuxième étape
    • L’acteur amène le sujet à demander à la partie de lui-même responsable de la difficulté si elle est d’accord pour communiquer. L’acteur fait établir par le sujet un signal oui/non avec cette partie. Pour cela, il demande au sujet de prendre conscience de ce qui se passe en lui au moment où il pose la question ( image, son, sensation). Si la partie responsable de la difficulté est d’accord, le sujet lui demande de le signifier en augmentant le signal, si elle n’est pas d’accord pour communiquer le sujet lui demande de diminuer ce signal.
  • 30.
    • Si la réponse est oui, l’acteur demande au sujet de remercier cette partie de lui-même pour sa coopération. Si la réponse est non, il explique au sujet que cette partie de lui-même a parfaitement le droit de ne pas faire confiance à son conscient, que peut-être estime-t-elle que ce n’est pas le bon moment pour travailler ou qu’elle a besoin d’être rassurée quant aux intentions positives à son égard.
  • 31.
    • Si l’acteur travaille en ayant mis le sujet en état d’hypnose il peut également tenter d’établir un signal entre lui-même et cette partie en passant au-delà du conscient du sujet. Dans le contexte du développement personnel, l’exercice peut s’arrêter là, en effet, le problème soulevé est trop important, ou bien encore une approche différente ou différée s’impose. Une autre possibilité pour continuer l’exercice consiste à apporter des informations de manière à rassurer la partie responsable de la difficulté en lui prouvant que le sujet n’a aucun intention négative à son égard, reposer la question puis continuer ou arrêter l’exercice en fonction de la réponse.
  • 32. Troisième étape
    • L’acteur suggère ensuite au sujet de demander à la partie de lui responsable de sa difficulté de lui faire part de son intention lorsqu’elle produit ce comportement non désiré. Il s’agit de bien séparer le comportement de l’intention et d’amener le sujet à reconnaître cette partie de lui comme une alliée, une amie et non quelque chose de négatif dont il voudrait se débarrasser. Le travail de l’acteur consiste à faire accepter au sujet l’intention positive qui lui est révélée.
  • 33.
    • Cette information doit souvent être traduite à partir d’une sensation, d’une image, d’une perception que le sujet commente et interprète; l’acteur peut également faire réfléchir le sujet dans le cadre du “comme si” ( si vous étiez à la place de cette partie, que voudriez vous obtenir en agissant de la sorte, compte tenu de l’aspect positif de l’intention ?).
    • L’acteur suggère au sujet de remercier la partie responsable de la difficulté pour sa collaboration.
  • 34. Quatrième étape
    • L’acteur suggère au sujet d’entrer en contact avec la partie créative qui existe en lui (si le sujet nie l’existence de cette partie, en créer une dans ce but), et de lui demander de proposer à la partie responsable de la difficulté au moins trois alternatives au comportement non désiré. Ces alternatives doivent répondre à la même intention que le comportement non désiré pour que la partie responsable de ce dernier puisse accepter de les essayer.
  • 35.
    • Ces nouveaux choix peuvent s’effectuer à l’insu du conscient du sujet, si c’est le cas, l’acteur le rassure en lui disant par exemple que ces parties de lui travaillent ainsi pour être plus efficaces, et lui suggère simplement de vérifier que le contact est bien établi puis que la partie responsable de la difficulté a bien reçu le message de la partie créative.
    • Lorsque ce travail est effectué, l’acteur demande au sujet de remercier sa partie créative.
  • 36. Cinquième étape
    • L’acteur suggère ensuite au sujet d’entrer en contact avec la partie responsable de la difficulté puis de lui demander de contrôler les alternatives que la partie créative lui a proposées et d’en retenir de une à trois qui satisfassent ses intentions aussi bien que le comportement non désiré. Le sujet lui demande ensuite de lui faire savoir avec le signal oui/non si elle est d’accord pour essayer ces nouveaux comportements, si oui, remercie la partie de sa collaboration, si non, négocier un nombre d’essais ou une limite dans le temps.
  • 37. Sixième étape
    • étape de vérification. L’acteur demande au sujet de prendre tout le temps nécessaire pour vérifier que ces alternatives sont acceptées non seulement par la partie responsable du comportement non désiré, mais aussi par les autres parties de lui-même. Le sujet doit vérifier s’il existe en lui quelque chose qui s’oppose à la mise en place de ces nouveaux comportements. Si une objection apparaît, l’acteur fait revenir le sujet à l’étape 3 et parcourt à nouveau le processus. Si plusieurs objections apparaissent, l’acteur amène le sujet à faire une négociation entre toutes ces objections Si aucun objection n’apparaît, l’acteur suggère au sujet de remercier toutes ces parties de lui qui ont accepté de collaborer avec lui.
  • 38. L’acteur félicite le sujet d’avoir réussi à établir une communication avec son inconscient et l’encourage à mettre en pratique ce qu’il a appris de l’exercice. Cette technique de recadrage en 6 étapes est la plus connue et la plus souvent enseignée dans les stages de PNL de niveau praticien
  • 39. Ligne du temps
  • 40. Ligne du temps
    • Ce concept développé par Tad James , Wyatt Woodsmall et R.Bandler, est la représentation spatiale du temps , une métaphore de la manière dont chacun de nous se représente le temps qui passe... Ne dit-on pas:" laisse ça derrière toi" ou "tourne la page", avoir un brillant avenir devant soi, être "englué, prisonnier" de son passé, le chemin de vie, le fil du temps, penser à un futur ou un passé lointain, etc... Ces expressions témoignent d'une différence de perception que chacun de nous de fait
    • du temps qui passe.
  • 41. LIGNE DU TEMPS
    • Exemple: Le sujet se "passe le film" d'échecs ou de mauvais souvenirs du passé, ce qui a pour conséquences de provoquer des tendances dépressives, et montre avec ses gestes orientés vers l'avant lorsqu'il parle, que ces souvenirs sont là , devant lui. Le praticien va, pour commencer, l'aider à " tourner la page" avec ces souvenirs en les déplaçant , sur la gauche ou derrière lui, à donner une forme "apaisante", facile, à ce passé... Par la suite il pourra l'aider à imaginer se déplacer au dessus de ce passé pour trouver des ressources, des moments signifiants,une compréhension. Diverses techniques permettront d'évoluer, progresser, effacer les émotions indésirables.
  • 42. LIGNE DU TEMPS
    • Le travail sur les parties de la personnalité: On peut arbitrairement diviser la personnalité en "parties" ou "côtés de soi" (le côté fumeur, timide, coléreux, buveur, boulimique, peureux, etc...), dotés d'un objectif qui leur est particulier. Un travail dit de "recadrage" va consister à communiquer avec ce côté, et lui permettre de trouver d'autres manières d'atteindre son objectif. Ajoutons qu'on peut également utiliser des recadrages de sens ou de contenu.
  • 43. LIGNE DU TEMPS
    • Exemple: Un sujet s'adresse à un praticien PNL pour arrêter de fumer. Le guide va demander de : - Prendre contact avec la partie qui incite à fumer et lui demander d'envoyer un signal pour communiquer (sensation, son, image interne). - Augmentez le signal pour indiquer oui, réduisez le pour indiquer non. - Demandez à cette partie si elle veut vous indiquer quelle est son objectif en vous incitant à fumer. - Adressez vous à votre créativité et demandez lui de trouver 3 autres manières de faire. - Demandez à la partie fumeuse de choisir ... - Demandez lui si elle est d'accord pour adopter cette nouvelle manière à l'essai (?). - Demandez vous intérieurement si toutes les parties de vous sont d'accord.
  • 44. LIGNE DU TEMPS
    • Ce processus génial permet de faire disparaître la plupart de problèmes comportementaux, mais aussi de nombreux symptômes psychosomatiques (eczéma, psoriasis, migraines, stress, boulimie, ...etc) en s'adressant véritablement à l'inconscient et en communiquant ainsi avec lui. (R.Bandler affirme qu'on peut tout régler avec un recadrage ).
    • D'autres formes de travail sur les parties permettent de faire disparaître conflits intérieurs, indécision. Enfin, un processus génial (Core -Transformation) peut s'adresser à toutes les parties qui posent problème et de trouver apaisement et libération.
    • Les stratégies mentales: un comportement, quel qu'il soit, est en fait un ensemble de processus internes ou externes (visuel, auditif, kinesthésique, olfactif, gustatif). Le praticien s'attachera à décortiquer le processus en place pour le modifier en s'inspirant de quelqu'un qui sait faire.(??)
  • 45. LIGNE DU TEMPS
    • Exemple: Le sujet a beaucoup de mal à se lever le matin. La mise en évidence de ce qu'il fait est éloquente: J'entends le réveil => je me dis: zut ! il est l'heure => je me sens bien sous la couette => je pense à ce que je dois faire aujourd'hui => je me sens mal => ... et ça continue: je me dis... je me sens... je me vois... je me dis... etc ... (une stratégie trop longue et inefficace). Le praticien va introduire une (ou plusieurs) étapes pour raccourcir le processus et entraîner l'action, par exemple: j'entends le réveil => je me dis il est l'heure => j'imagine la sensation de l'eau sur mon corps => je me lève... La répétition de ce processus va l'installer définitivement comme une nouvelle habitude.
  • 46. LIGNE DU TEMPS
    • A l'origine, la PNL était la modélisation d'un savoir faire, d'une compétence ou expertise chez quelqu'un pour la transposer chez quelqu'un qui ne savait pas faire. Par exemple, la "stratégie de l'orthographe" est sans doute l'une des plus connues, rapides et généralisables et pourra être apprise rapidement. Le travail sur le passé: (quand même ! ) De nombreux comportements, difficultés, croyances, décisions, sont nés à un moment donné du passé, souvent dans la petite enfance, où quelque chose s'est passé et nous influence aujourd'hui.(la personne a la sensation que ça a toujours été ainsi). A l'aide d'une technique d'ancrage, le praticien pourra aider la personne à retrouver rapidement l'évènement. Ensuite, diverses techniques vont permettre de modifier le souvenir...
  • 47. LIGNE DU TEMPS
    • Exemple: le sujet éprouve aujourd'hui de grandes difficultés dans ses relations avec les autres, rougit facilement, et a du mal à s'exprimer face à plusieurs personnes. Le praticien va lui demander de retrouver un exemple de moment où il est mal à l'aise et fait un ancrage (par exemple lui pose la main sur l'épaule) lorsqu'il ressent cette sensation. Ensuite, peut être après l'avoir aidé à se décontracter, et tout en maintenant le geste, lui demande d'accéder à ses souvenirs, (repartir dans le passé, se laisser aller en arrière, se laisser guider par le fil de cette sensation ...) pour retrouver les différents moments liés à cette émotion, jusqu'à la première fois. (plus ou moins rapidement, le sujet va se souvenir d'une expérience, à l'école, où un camarade lui avait baissé le pantalon, l'exposant devant toute la classe, et s'être senti humilié, blessé, ).
  • 48. LIGNE DU TEMPS
    • Maintenant, le praticien va, avec le sujet, imaginer de quelles ressources, capacités, celui-ci aurait eu besoin à l'époque pour que ça se passe bien pour lui (confiance, énergie, humour...). Le praticien va maintenant lui demander de revivre un moment où il a eu cette capacité et l'ancre là aussi avec un geste ou mot quelconque. Enfin, le changement va consister à revivre l'expérience qui a créé la difficulté (l'école) mais avec cette capacité (ancrée avec le geste) et de la revivre différemment (grâce à la nouvelle ressource) pour modifier le souvenir et son impact au présent (le résultat est "surprenant"). Remonter le temps avec cette capacité et cette nouvelle interprétation des faits, faire de même pour les autre expériences marquantes et enfin, imaginer le futur en étant débarrassé de la timidité sont les étapes suivantes.
  • 49.  
  • 50.  
  • 51.  
  • 52.
    • Veuillez utiliser un crayon et le placer à quinze centimètres de votre visage.
    • Commencez à faire des mouvements circulaires en allant dans le sens des aiguilles. Faites un cercle assez grand pour vous obliger à vraiment regarder dans l’ensemble des canaux de perception.
    • Veuillez faire ces mouvements entre 3 et 5 minutes.
    • Veuillez vous référer au schéma de la prochaine diapositive pour en savoir plus.
    • Veuillez utiliser un rythme lent, mais stable.
  • 53. Veuillez faire un mouvement circulaire dans le sens des aiguilles (à partir de vous-mêmes).
  • 54. DÉPROGRAMATION EN MODE VISUEL
  • 55. PREMIÈRE ÉTAPE TROUVEZ UN ÉVÉNEMENT QUI VOUS A AFFECTÉ GRANDEMENT
  • 56. QUE VOYEZ-VOUS? ALLEZ CHERCHER LE PLUS DE DÉTAILS VISUELS OBJETS, PERSONNES, COULEURS ET ENVIRONNEMENT
  • 57. DÉTERMINEZ CE QUE VOUS VOUS AIMÉ ET CE QUE VOUS N’AVEZ PAS AIMÉ DE DANS CETTE SITUATION!
  • 58. ENLEVEZ LA PARTIE DÉSAGRÉABLE DE CETTE SITUATION ARRÊTEZ LA SÉQUENCE AVANT L’APPARITION DES ÉLÉMENTS NÉGATIFS DE LA SITUATION. FIGER L’IMAGE EN REGARDANT EN HAUT À GAUCHE 15 SECONDES
  • 59. TROUVEZ UNE SÉQUENCE DE REMPLACEMENT FIGER L’IMAGE 15 SECONDES EN REGARDANT EN HAUT À DROITE
  • 60. PLACEZ VOS YEUX EN HAUT À GAUCHE OPTION1) CONTINUER LA SÉQUENCE EN REGARDANT EN HAUT À GAUCHE. OPTION 2) SUPERPOSEZ L’IMAGE CONSTRUITE SUR L’IMAGE REMÉMORÉE ET MODIFIÉE PRÉALABLEMENT.
  • 61. CHANGER UNE SÉQUENCE AUDITIVE REMÉMORÉ POUR MODIFIER LES PHRASES NÉGATIVES PROVENANT DU MONDE EXTÉRIEUR PHRASES PROVENANT D’UN INTERLOCUTEUR
  • 62. PREMIÈRE ÉTAPE TROUVEZ UN ÉVÉNEMENT QUI VOUS A AFFECTÉ GRANDEMENT ET UNE PHRASE NÉGATIVE À DÉPROGRAMMER.
  • 63. QUE VOUS DITES-VOUS? ALLEZ CHERCHER LE PLUS DE DÉTAILS AUDITIFS SONS, TON DE LA VOIX.
  • 64. DÉTERMINEZ CE QUE VOUS AVEZ AIMÉ ET CE QUE VOUS N’AVEZ PAS AIMÉ DE DANS CETTE PHRASE PAR LA SUITE, REPLACEZ-VOUS DANS LE CONTEXTE DE LA SITUATION
  • 65. ENLEVEZ LA PARTIE DÉSAGRÉABLE DE LA SITUATION
  • 66. ARRÊTEZ LA SÉQUENCE AVANT LE DÉBUT DES ÉLÉMENTS AUDITIFS NÉGATIFS DE LA SITUATION. REGARDEZ EN HAUT À GAUCHE ET FIGEZ L’IMAGE AVANT L’APPARITION DE LA PHRASE NÉGATIVE. PUIS ENSUITE REGARDEZAU MILIEU À GAUCHE ET PRONONCÉ LE MOT STOP ET POUR FINIR EN BAS À GAUCHE MÊME CHOSE. 15 SECONDES POUR CHAQUE FOIS
  • 67. TROUVEZ UNE SÉQUENCE AUDITIVE DE REMPLACEMENT PARLEZ-VOUS INTÉRIEUREMENT EN UTILISANT VOTRE NOUVELLE SÉQUENCE AUDITIVE EN REGARDANT EN AU MILIEU À DROITE 15 SECONDES EN REGARDANT
  • 68. PLACEZ VOS YEUX AU MILIEU À GAUCHE RÉPETEZ INTÉRIEUREMENT LA SÉQUENCE AUDITIVE DE REMPLACEMENT 15 SECONDES
  • 69. PLACEZ VOS YEUX EN BAS À GAUCHE RÉPETEZ INTÉRIEUREMENT LA SÉQUENCE AUDITIVE DE REMPLACEMENT 15 SECONDES IL S’AGIT ICI DE SUPERPOSITION
  • 70. CHANGER UNE SÉQUENCE AUDITIVE POUR MODIFIER LES PHRASES NÉGATIVES DIALOGUE INTÉRIEUR
  • 71. PREMIÈRE ÉTAPE TROUVEZ UN DIALOGUE INTERNE QUI VOUS AFFECTE.
  • 72. QUE VOUS DITES-VOUS? SIGNIFICATION DE LA PHRASE?
  • 73. PLACEZ VOS YEUX AU MILIEU À GAUCHE RÉPETEZ INTÉRIEUREMENT LA SÉQUENCE AUDITIVE EN AJOUTANT DES MOT COMME STOP OU ARRÊT AVANT ET APRÈS LA SÉQUENCES AUDITIVES - 15 SECONDES
  • 74. TROUVEZ UNE SÉQUENCE AUDITIVE DE REMPLACEMENT INCLURE VOTRE MOT AVANT ET APRÈS LA PHRASE DE REMPLACEMENT PARLEZ-VOUS INTÉRIEUREMENT EN UTILISANT VOTRE NOUVELLE SÉQUENCE AUDITIVE EN REGARDANT EN AU MILIEU À DROITE 15 SECONDES EN REGARDANT
  • 75. PLACEZ VOS YEUX EN BAS À GAUCHE RÉPETEZ INTÉRIEUREMENT LA SÉQUENCE AUDITIVE DE REMPLACEMENT 15 SECONDES IL S’AGIT ICI DE SUPERPOSITION
  • 76. Pour en savoir plus sur le sujet de la déprogrammation ainsi que sur la programmation PNL Veuillez assister à notre conférence Voir au début du montage ou encore sur nos sites Internet www. cifrch . ca et www. cdfpmag . ca