Lettre ouverte Corpo Kiné Nancy Étudiant 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Lettre ouverte Corpo Kiné Nancy Étudiant 2012

on

  • 1,289 views

Lettre ouverte de la Corpo Kiné Nancy Étudiante aux candidats 2012 à la présidence de la république. ...

Lettre ouverte de la Corpo Kiné Nancy Étudiante aux candidats 2012 à la présidence de la république.
Cette lettre a été envoyée aux 10 candidats à la présidentielle, elle fait un état des lieux des problématiques et des revendications des étudiants kiné de Nancy.
Nous espérons que certains candidats et leurs équipes prendront au moins le temps de la lire afin d'être au courant de notre situation. Nous vous tiendront au courant si certains nous répondent.

Statistics

Views

Total Views
1,289
Views on SlideShare
1,259
Embed Views
30

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

4 Embeds 30

https://si0.twimg.com 13
https://twimg0-a.akamaihd.net 8
https://twitter.com 7
http://a0.twimg.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Lettre ouverte Corpo Kiné Nancy Étudiant 2012 Document Transcript

  • 1. Corpo Kiné Nancy Étudiante,47 bis, rue de Nabécor,54000 Nancy M. François Bayrou, 133, rue de l’Université, 75007 Paris, À Nancy, le 11 avril 2012Monsieur le candidat à la présidence de la république,Nous sommes les étudiants en Kinésithérapie de Nancy, représentés par laCorpo Kiné Nancy Étudiante, association membre de la FNEK (FédérationNational des Étudiants en Kinésithérapie) et de la FeDEN (Fédération DesÉtudiants Nancéiens), faisant partie du réseau de la FAGE (Fédération desAssociations Générales Étudiantes), et nous souhaitons vous faire part denotre vive inquiétude concernant la situation des étudiants en kinésithérapieen France.Le 28 octobre 2011 le ministère de la santé et celui de lenseignementsupérieur annonçaient la reconnaissance du niveau Master 1 à notre diplômedétat, et ce, malgré le large consensus dans le monde de la kinésithérapie(ordre professionnel, associations étudiantes, sociétés scientifiques, syndicatsprofessionnels …) qui se positionnait pour un master 2 et une année détudesupplémentaire depuis de nombreuses années. Cette revendication répondaità un besoin de santé publique criant et correspondait aux standardsinternationaux de la WCPT (World Confederation of PhysicalTherapy),organisation reconnue et respectée mondialement dans le monde de larééducation. Nous sommes de ce fait lun des rares pays occidentaux à nepas avoir une formation en kinésithérapie à niveau Master 2 ou équivalent.Combien de temps la politique de santé en France devra-t-elle encore fairesupporter à nos patients notre retard dans le domaine de la rééducation parrapport à nos voisins européens? De plus, la formation initiale en kinésithérapie est toujours en marge du restede l’enseignement supérieur en France. Nous demandons depuis denombreuses années l’intégration universitaire de notre filière, revendicationrestée lettre morte, et ce malgré le bien fondé de celle-ci. Cet isolement denotre formation va à l’encontre de la volonté de travail pluridisciplinaire et pluri-professionnel du monde de la santé ainsi que du fondement de l’université quiest de gérer l’enseignement supérieur en France. Cet abandon nous exclut «31
  • 2. également de l’accès à la recherche provoquant un énorme retard scientifiquedans le domaine de la rééducation/réadaptation par rapport aux paysoccidentaux et aux pays émergeants.Plus généralement, les étudiants paramédicaux dont nous faisons partie,perçoivent des indemnités de stage de 30 à 40 euros par semaine contre 110euros par semaine pour les stagiaires non sanitaires et sociaux. Cette injusticeprovient de la circulaire de la DGOS du 27 janvier 2012, nous excluant de laloi Cherpion de juillet 2011. La DGOS a justifié cette mise à l’écart par le faitque selon eux, nous ne méritions pas d’avoir les mêmes gratifications destage que les autres étudiants car les stagiaires paramédicaux étaientencadrés à 100% par leurs tuteurs de stages, et que de plus, nous avions unebonne insertion professionnelle ce qui compenserait le fait d’avoir de moinsbonnes gratifications de stage. Ces arguments prouvent une grandeméconnaissance des réalités du terrain, toute personne ayant déjà visité unhôpital sait que pour beaucoup d’entre eux, les services ne tourneraient passans les étudiants. Nous réclamons donc une égalité de traitement entre lesétudiants paramédicaux et les autres, mais une nouvelle fois nous ne sommespas écoutés.Se surajoute à cela, la gestion des bourses sur critères sociaux attribuées auxétudiants en formation sanitaire et social, dont nous faisons partie, continued’être gérée, depuis la loi de décentralisation de 2004, par les conseilsrégionaux. Ceci entraine une inégalité supplémentaire de condition de vie etd’accès à la formation chez les étudiants. En effet à l’aide de nombreusessimulations, nous en arrivons toujours à la même conclusion : la solution laplus équitable reste la gestion de nos bourses sur critères sociaux par lesCROUS comme c’est le cas pour les autres étudiants. Malgré la gravité decette problématique qui touche les étudiants les plus en difficultés, la situationreste figée, les différents gouvernements successifs n’ont pas tenu compte denotre position. Nous revendiquons de ce fait le transfert de gestion de nosaides sociales des conseils régionaux vers le CROUS.Nous sommes bien conscients du travail colossal que vous impose votrecampagne et du nombre de dossier que vous avez à traiter. Maismalheureusement, lindifférence à notre égard de la majorité de la classepolitique, malgré nos appels à laide répétés, a engendré une situation quiempire année après année. Les inégalités en terme d’aides sociales que noussubissons entrainent une sélection par l’argent au sein de nos instituts deformation, mettant en péril le principe d’égalité des chances. Le désintérêt «32
  • 3. pour la qualité de notre formation initiale conduit à une dégradation de larééducation en France, et ce sont malheureusement nos patients qui lesubissent. Voyez cette lettre comme un avis de détresse émis par desétudiants en perdition, nous vous prions de ne pas être indifférents à nosproblématiques.Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, monsieur,l’expression de notre considération distinguée. Pour les étudiants en kinésithérapie de Nancy : Hugo Compagnie, président de la Corpo Kiné Nancy ÉtudianteContact: Philippe Bloch,Vice président en charge de la Représentation,CorpoKiné Nancy Étudiante,0673144850philippe.bloch.nancy@gmail.com «33