Centrale Cooperatique07

1,214 views
1,046 views

Published on

Published in: Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,214
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
11
Actions
Shares
0
Downloads
13
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Centrale Cooperatique07

  1. 1. Web 2.0 et management coopératif Auteur : Jérôme Delacroix Septembre 2007
  2. 2. Web 2.0 et management coopératif Auteur : Jérôme Delacroix Septembre 2007
  3. 3. 1. Le Web 2.0
  4. 4. 1. Le Web 2.0
  5. 5. Les 3 grandes phases du Web grand public • Le Web de l’information • Le Web marchand • Le Web 2.0
  6. 6. Les 3 grandes phases du Web grand public • Le Web de l’information • Le Web marchand • Le Web 2.0
  7. 7. Définition du Web 2.0 • Naissance de l’expression • Un phénomène de masse • Le Web comme plate-forme
  8. 8. Définition du Web 2.0 • Naissance de l’expression • Un phénomène de masse • Le Web comme plate-forme
  9. 9. Web 2.0 meme map (Tim O’Reilly)
  10. 10. Web 2.0 meme map (Tim O’Reilly)
  11. 11. Approche technique, approche Ajax sociale • Le roi Ajax • L’internaute est-il un animal social ? – L’individu hypersocial – L’individu hypervisible • Faut-il avoir peur de Spock ?
  12. 12. Approche technique, approche Ajax sociale • Le roi Ajax • L’internaute est-il un animal social ? – L’individu hypersocial – L’individu hypervisible • Faut-il avoir peur de Spock ?
  13. 13. 2. L’ère des réseaux
  14. 14. 2. L’ère des réseaux
  15. 15. L’ère des réseaux • Les 6 degrés de séparation – L’expérience de Stanley Milgram – Limites – L’expérience de la Columbia University • Les réseaux sociaux – Les réseaux amicaux : Friendster, Dotnode, etc – Les réseaux professionnels : LinkedIn, OpenBC, Viaduc, 6nergies, etc. – Thématique : Lingup, Gencache, etc – Intra-entreprise : Askme
  16. 16. L’ère des réseaux • Les 6 degrés de séparation – L’expérience de Stanley Milgram – Limites – L’expérience de la Columbia University • Les réseaux sociaux – Les réseaux amicaux : Friendster, Dotnode, etc – Les réseaux professionnels : LinkedIn, OpenBC, Viaduc, 6nergies, etc. – Thématique : Lingup, Gencache, etc – Intra-entreprise : Askme
  17. 17. Exemple de profil
  18. 18. Exemple de profil
  19. 19. Demande de mise en relation
  20. 20. Demande de mise en relation
  21. 21. Comment les réseaux informels peuvent servir l’entreprise • Etablir une communication inter sites et inter entités en utilisant les outils coopératifs. • Créer et faire vivre des bases de compétences, pas seulement des bases de connaissances. • Développer une culture du partage fondée sur deux axes : le projet d’entreprise et l’intérêt individuel du salarié.
  22. 22. Comment les réseaux informels peuvent servir l’entreprise • Etablir une communication inter sites et inter entités en utilisant les outils coopératifs. • Créer et faire vivre des bases de compétences, pas seulement des bases de connaissances. • Développer une culture du partage fondée sur deux axes : le projet d’entreprise et l’intérêt individuel du salarié.
  23. 23. De nouveaux modes de production de la connaissance • Britannica • Wikipedia • Citizendium • Le modèle Pro-Am
  24. 24. De nouveaux modes de production de la connaissance • Britannica • Wikipedia • Citizendium • Le modèle Pro-Am
  25. 25. Une nouvelle façon de classer et de partager la connaissance • Some rights reserved • Tags • Folksonomie • Bookmarking social • Moteurs de recherche communautaires
  26. 26. Une nouvelle façon de classer et de partager la connaissance • Some rights reserved • Tags • Folksonomie • Bookmarking social • Moteurs de recherche communautaires
  27. 27. 3. Le phénomène coopératif
  28. 28. 3. Le phénomène coopératif
  29. 29. Pour commencer : qu’est-ce que la coopération ? • Action de participer à une œuvre commune • Idées proches : aide, appui, contribution • Quasi-synonyme : collaborer • Collaboration vient de laborare, « travailler, peiner » alors que coopérer vient de opera « travail, activité », et n’a pas la connotation de pénibilité • laborare a donné « laborieux » alors que opera a donné œuvre…et opéra !
  30. 30. Pour commencer : qu’est-ce que la coopération ? • Action de participer à une œuvre commune • Idées proches : aide, appui, contribution • Quasi-synonyme : collaborer • Collaboration vient de laborare, « travailler, peiner » alors que coopérer vient de opera « travail, activité », et n’a pas la connotation de pénibilité • laborare a donné « laborieux » alors que opera a donné œuvre…et opéra !
  31. 31. Les conditions de la coopération • La confiance • La disponibilité d’un système d’information convenable • L’existence d’un projet collectif • La prise en compte des intérêts individuels
  32. 32. Les conditions de la coopération • La confiance • La disponibilité d’un système d’information convenable • L’existence d’un projet collectif • La prise en compte des intérêts individuels
  33. 33. Le rôle clé de la confiance • Réduction des coûts liés au manque de confiance • La confiance aide à prendre des risques, donc à innover • Comment créer les conditions de la confiance ?
  34. 34. Le rôle clé de la confiance • Réduction des coûts liés au manque de confiance • La confiance aide à prendre des risques, donc à innover • Comment créer les conditions de la confiance ?
  35. 35. Coopération et informatique • Les moyens informatiques dans l’entreprise et dans son environnement permettent à un plus grand nombre d’acteurs de coopérer. • Le management par la coopération, ce sont des technologies mais surtout une démarche. • Le volet technique de cette approche peut être désignée par le vocable « informatique coopérative ».
  36. 36. Coopération et informatique • Les moyens informatiques dans l’entreprise et dans son environnement permettent à un plus grand nombre d’acteurs de coopérer. • Le management par la coopération, ce sont des technologies mais surtout une démarche. • Le volet technique de cette approche peut être désignée par le vocable « informatique coopérative ».
  37. 37. Les 4 stades de l’informatique coopérative
  38. 38. Les 4 stades de l’informatique coopérative
  39. 39. 4. Impact sur l’économie et les entreprises
  40. 40. 4. Impact sur l’économie et les entreprises
  41. 41. De profondes mutations • L’émergence de la coopération de masse • Des ruptures économiques : – la musique – la presse – la télévision • Quand les acteurs traditionnels se transforment. Le cas de la SNCF.
  42. 42. De profondes mutations • L’émergence de la coopération de masse • Des ruptures économiques : – la musique – la presse – la télévision • Quand les acteurs traditionnels se transforment. Le cas de la SNCF.
  43. 43. Première époque : le management pyramidal autoritaire Chef Le chef donne ses instructions à des subordonnés travaillant individuellement.
  44. 44. Première époque : le management pyramidal autoritaire Chef Le chef donne ses instructions à des subordonnés travaillant individuellement.
  45. 45. Deuxième époque : l’avénement du participatif Manager Equipe Le manager donne ses instructions, écoute les remontées d’informations et les suggestions de ses collaborateurs qui travaillent en équipe.
  46. 46. Deuxième époque : l’avénement du participatif Manager Equipe Le manager donne ses instructions, écoute les remontées d’informations et les suggestions de ses collaborateurs qui travaillent en équipe.
  47. 47. Aujourd’hui : le management coopératif Enthousiasmeur Enthousiasmeur Equipe 1 Organisation A Equipe 2 Organisation B L’enthousiasmeur donne des instructions, écoute ses collaborateurs qui travaillent en équipe et coopèrent avec d’autres équipes et/ou avec l’extérieur.
  48. 48. Aujourd’hui : le management coopératif Enthousiasmeur Enthousiasmeur Equipe 1 Organisation A Equipe 2 Organisation B L’enthousiasmeur donne des instructions, écoute ses collaborateurs qui travaillent en équipe et coopèrent avec d’autres équipes et/ou avec l’extérieur.
  49. 49. 5. Qu’est-ce que le management coopératif ?
  50. 50. 5. Qu’est-ce que le management coopératif ?
  51. 51. Le management coopératif • Manager par la coopération signifie : – être conscient des réseaux informels et pôles de compétences cachés au sein de l’entreprise et réussir à les mobiliser – favoriser la circulation libre de l’information, – établir, favoriser et récompenser les comportements basés sur la confiance et l’entraide des collaborateurs, – faire que l’intérêt de l’entreprise soit dans l’intérêt de chacun de ses salariés pour l’inciter à participer, – mettre en œuvre les moyens humains, organisationnels et technologiques pour atteindre ces objectifs.
  52. 52. Le management coopératif • Manager par la coopération signifie : – être conscient des réseaux informels et pôles de compétences cachés au sein de l’entreprise et réussir à les mobiliser – favoriser la circulation libre de l’information, – établir, favoriser et récompenser les comportements basés sur la confiance et l’entraide des collaborateurs, – faire que l’intérêt de l’entreprise soit dans l’intérêt de chacun de ses salariés pour l’inciter à participer, – mettre en œuvre les moyens humains, organisationnels et technologiques pour atteindre ces objectifs.
  53. 53. Qu’est-ce que le management coopératif ? • Manager par la coopération signifie : – favoriser la circulation libre de l’information, – établir, favoriser et récompenser les comportements basés sur la confiance et l’entraide des collaborateurs, – faire que l’intérêt de l’entreprise soit dans l’intérêt de chacun de ses salariés pour l’inciter à participer, – mettre en œuvre les moyens humains, organisationnels et technologiques pour atteindre ces objectifs.
  54. 54. Qu’est-ce que le management coopératif ? • Manager par la coopération signifie : – favoriser la circulation libre de l’information, – établir, favoriser et récompenser les comportements basés sur la confiance et l’entraide des collaborateurs, – faire que l’intérêt de l’entreprise soit dans l’intérêt de chacun de ses salariés pour l’inciter à participer, – mettre en œuvre les moyens humains, organisationnels et technologiques pour atteindre ces objectifs.
  55. 55. Environnements favorables • Entreprises en réseau • Bon niveau de confiance avec les clients • Individus impliqués • Bon usage des technologies : – outils coopératifs () – VoIP – agendas partagés
  56. 56. Environnements favorables • Entreprises en réseau • Bon niveau de confiance avec les clients • Individus impliqués • Bon usage des technologies : – outils coopératifs () – VoIP – agendas partagés
  57. 57. Les champs d’application de la coopération en entreprise (1) • Brainstorming, • Suivi de projet / suivi d’équipe, • Communication interne, • Réseaux de compétences trans-organisation,
  58. 58. Les champs d’application de la coopération en entreprise (1) • Brainstorming, • Suivi de projet / suivi d’équipe, • Communication interne, • Réseaux de compétences trans-organisation,
  59. 59. Les champs d’application de la coopération en entreprise (2) • Rédaction collaborative (documentation, procédures, traduction…), • Gestion des connaissances et des compétences, • Gestion des ressources humaines.
  60. 60. Les champs d’application de la coopération en entreprise (2) • Rédaction collaborative (documentation, procédures, traduction…), • Gestion des connaissances et des compétences, • Gestion des ressources humaines.
  61. 61. 6. Coopérer avec qui ?
  62. 62. 6. Coopérer avec qui ?
  63. 63. Coopérer avec son environnement • Coopérer avec les consommateurs • Coopérer avec l’environnement économique et les médias • Coopérer avec ses partenaires (clients, fournisseurs)
  64. 64. Coopérer avec son environnement • Coopérer avec les consommateurs • Coopérer avec l’environnement économique et les médias • Coopérer avec ses partenaires (clients, fournisseurs)
  65. 65. Coopérer avec les clients : le marketing 2.0 • Le consomm ’acteur • Un marketing… – plus transparent – plus modeste – participatif : viral, communautés d’utilisateurs – auto-produit – coopératif : le consommateur donne son avis sur le design de nouveaux produits – personnalisé
  66. 66. Coopérer avec les clients : le marketing 2.0 • Le consomm ’acteur • Un marketing… – plus transparent – plus modeste – participatif : viral, communautés d’utilisateurs – auto-produit – coopératif : le consommateur donne son avis sur le design de nouveaux produits – personnalisé
  67. 67. Coopération, compétition, coopétition • Coopétition = le fait pour deux concurrents de coopérer sur des sujets très précis. • Par exemple, dans l’informatique, les télécoms, l’électronique de loisir • La définition de standards • Pourquoi : – pour partager l’effort de R&D – pour installer une norme sur le marché • Les conditions pour y arriver : – définir avec précision le périmètre de la coopération – jouer le jeu de la transparence
  68. 68. Coopération, compétition, coopétition • Coopétition = le fait pour deux concurrents de coopérer sur des sujets très précis. • Par exemple, dans l’informatique, les télécoms, l’électronique de loisir • La définition de standards • Pourquoi : – pour partager l’effort de R&D – pour installer une norme sur le marché • Les conditions pour y arriver : – définir avec précision le périmètre de la coopération – jouer le jeu de la transparence
  69. 69. 7. Coopérer avec quels outils ?
  70. 70. 7. Coopérer avec quels outils ?
  71. 71. Les nouveaux outils collaboratifs • Suites bureautiques • Forums • Espaces de travail collaboratif • CMS • Chat / messagerie instantanée • Blogs • Wikis
  72. 72. Les nouveaux outils collaboratifs • Suites bureautiques • Forums • Espaces de travail collaboratif • CMS • Chat / messagerie instantanée • Blogs • Wikis
  73. 73. Les suites bureautiques • Avantages pour la • Limites coopération – une seule personne à la – largement répandues et fois peut modifier maîtrisées – le stockage dans des – révision et suivi de répertoires, même versions partagé, n’est pas idéal
  74. 74. Les suites bureautiques • Avantages pour la • Limites coopération – une seule personne à la – largement répandues et fois peut modifier maîtrisées – le stockage dans des – révision et suivi de répertoires, même versions partagé, n’est pas idéal
  75. 75. Les forums • Avantages pour la • Limites coopération – peu lisibles – faciles à comprendre – peu structurés – largement répandus et maîtrisés
  76. 76. Les forums • Avantages pour la • Limites coopération – peu lisibles – faciles à comprendre – peu structurés – largement répandus et maîtrisés
  77. 77. Les espaces de travail collaboratifs • Avantages pour la • Limites coopération – grande complexité – conçus pour ça – prix des licences – permettent de couvrir l’ensemble des besoins
  78. 78. Les espaces de travail collaboratifs • Avantages pour la • Limites coopération – grande complexité – conçus pour ça – prix des licences – permettent de couvrir l’ensemble des besoins
  79. 79. Les systèmes de gestion de contenu (CMS) • Avantages pour la • Limites coopération – logique éditoriale – une définition fine des – peu adaptés à la prise rôles et des droits de décision – l’intégration dans un – pas adaptés à la gestion processus structuré de projet (workflow)
  80. 80. Les systèmes de gestion de contenu (CMS) • Avantages pour la • Limites coopération – logique éditoriale – une définition fine des – peu adaptés à la prise rôles et des droits de décision – l’intégration dans un – pas adaptés à la gestion processus structuré de projet (workflow)
  81. 81. Chat / messagerie instantanée • Avantages pour la • Limites coopération – plutôt de la – fonctionnent très bien « communication » que en complément de la coopération – permettent des sessions – source de distraction de travail multimédia possible – échanges synchrones
  82. 82. Chat / messagerie instantanée • Avantages pour la • Limites coopération – plutôt de la – fonctionnent très bien « communication » que en complément de la coopération – permettent des sessions – source de distraction de travail multimédia possible – échanges synchrones
  83. 83. Blogs • Avantages pour la • Limites coopération – média : outil de communication plus que de – possibilité de commenter coopération – possibilité d ’inter-relier – reste fondamentalement différents blogs et de individuel partager du contenu – manque de synergie sur les (syndication) blogs multi-auteurs – certains blogs sont multi- – classement chronologique peu auteurs propice au travail de long terme
  84. 84. Blogs • Avantages pour la • Limites coopération – média : outil de communication plus que de – possibilité de commenter coopération – possibilité d ’inter-relier – reste fondamentalement différents blogs et de individuel partager du contenu – manque de synergie sur les (syndication) blogs multi-auteurs – certains blogs sont multi- – classement chronologique peu auteurs propice au travail de long terme
  85. 85. Wikis • Avantages pour la coopération • Limites – conçus pour ça – un certain manque de – rapidité lisibilité – historique, suivi des versions – la présence de pages vides – client léger (un navigateur ou à créer Web suffit) – une croissance chaotique – léger côté serveur – un manque – de multiples applications à la coopération d’interopérabilité
  86. 86. Wikis • Avantages pour la coopération • Limites – conçus pour ça – un certain manque de – rapidité lisibilité – historique, suivi des versions – la présence de pages vides – client léger (un navigateur ou à créer Web suffit) – une croissance chaotique – léger côté serveur – un manque – de multiples applications à la coopération d’interopérabilité
  87. 87. Bilan : comparaison des outils coopératifs (1/2) Source : « Les wikis, espaces de l ’intelligence collective », M21 Editions, 2005
  88. 88. Bilan : comparaison des outils coopératifs (1/2) Source : « Les wikis, espaces de l ’intelligence collective », M21 Editions, 2005
  89. 89. Bilan : comparaison des outils coopératifs (2/2) Source : « Les wikis, espaces de l ’intelligence collective », M21 Editions, 2005
  90. 90. Bilan : comparaison des outils coopératifs (2/2) Source : « Les wikis, espaces de l ’intelligence collective », M21 Editions, 2005
  91. 91. Ressources utiles • Livres – Foules intelligentes (Howard Rheingold, M21 Editions) - – In good company (Don Cohen, Lawrence Prusak, Harvard Business School Press) – Les wikis (Jérôme Delacroix, M21 Editions) – Le nouveau pouvoir des internautes (François-Xavier et Cécile Hussherr, Marie-Estelle Carrasco, Timée Editions) – Génération P (Thierry Maillet, M21 Editions) – The Cultural Creatives : How 50 Million People Are Changing the World (Paul H. Phd Ray, Sherry Ruth Anderson, Three Rivers Press) • Etudes – Des réseaux et des hommes, Yann Gourvennec (http://visionarymarketing.com/articles/desreseauxetdeshommes0.html) – Collaboration Software Clients: Email, IM, Presence, RSS & Collaborative Workspaces Should Be Integrated for Business Communication … (http://www.shared-spaces.com/blog/2004/08/collaboration_s.html) • Articles et notes de lecture – What is Web 2.0 par Tim O’Reilly (http://www.oreillynet.com/pub/a/oreilly/tim/news/2005/09/30/what-is-web-20.html) – Résumé et commentaire du livre The evolution of cooperation de Robert Axelrod (http://www.cnam.fr/lipsor/dso/articles/fiche/axelrod.html) • Vidéos – 7 minutes to compare Wikipedia, Citizendium and Britannica (http://ygourven2.online.fr/webcom/mbaesg/mbaesg-videos/cbs- wikipedia-feb2007-altschul.avi) – EPIC 2015 (http://www.youtube.com/watch?v=0fUHtc37MC8&mode=related&search=)
  92. 92. Ressources utiles • Livres – Foules intelligentes (Howard Rheingold, M21 Editions) - – In good company (Don Cohen, Lawrence Prusak, Harvard Business School Press) – Les wikis (Jérôme Delacroix, M21 Editions) – Le nouveau pouvoir des internautes (François-Xavier et Cécile Hussherr, Marie-Estelle Carrasco, Timée Editions) – Génération P (Thierry Maillet, M21 Editions) – The Cultural Creatives : How 50 Million People Are Changing the World (Paul H. Phd Ray, Sherry Ruth Anderson, Three Rivers Press) • Etudes – Des réseaux et des hommes, Yann Gourvennec (http://visionarymarketing.com/articles/desreseauxetdeshommes0.html) – Collaboration Software Clients: Email, IM, Presence, RSS & Collaborative Workspaces Should Be Integrated for Business Communication … (http://www.shared-spaces.com/blog/2004/08/collaboration_s.html) • Articles et notes de lecture – What is Web 2.0 par Tim O’Reilly (http://www.oreillynet.com/pub/a/oreilly/tim/news/2005/09/30/what-is-web-20.html) – Résumé et commentaire du livre The evolution of cooperation de Robert Axelrod (http://www.cnam.fr/lipsor/dso/articles/fiche/axelrod.html) • Vidéos – 7 minutes to compare Wikipedia, Citizendium and Britannica (http://ygourven2.online.fr/webcom/mbaesg/mbaesg-videos/cbs- wikipedia-feb2007-altschul.avi) – EPIC 2015 (http://www.youtube.com/watch?v=0fUHtc37MC8&mode=related&search=)
  93. 93. Ressources utiles (2) • Sites Web – www.cooperatique.com : tout sur les démarches de la coopération – www.lesblogs.com – http://pointwiki.viabloga.com – www.lesreseauxsociaux.com : réflexions sur les réseaux sociaux – www.lespodcasts.com – www.outilsfroids.net : les outils pour les travailleurs de la connaissance – http://outils-reseaux.org : ressources et informations sur le travail en réseau – www.smartmobs.com : blog collectif prolongeant le livre d’H. Rheingold – www.mashable.com : l’actualité des réseaux sociaux – http://socialsoftware.weblogsinc.com/ : les logiciels sociaux en général – http://p2p.weblogsinc.com : le peer-to-peer – http://ic.fing.org/ : groupe de travail Intelligence Collective de la FING – www.generationp.eu : le blog du livre Génération P – www.techcrunch.com : les start-up, les nouveaux sites, l’actualité du 2.0 – www.wikipedia.org : première wiki-encyclopédie – www.citizendium.org : un autre projet de wiki-encyclopédie
  94. 94. Ressources utiles (2) • Sites Web – www.cooperatique.com : tout sur les démarches de la coopération – www.lesblogs.com – http://pointwiki.viabloga.com – www.lesreseauxsociaux.com : réflexions sur les réseaux sociaux – www.lespodcasts.com – www.outilsfroids.net : les outils pour les travailleurs de la connaissance – http://outils-reseaux.org : ressources et informations sur le travail en réseau – www.smartmobs.com : blog collectif prolongeant le livre d’H. Rheingold – www.mashable.com : l’actualité des réseaux sociaux – http://socialsoftware.weblogsinc.com/ : les logiciels sociaux en général – http://p2p.weblogsinc.com : le peer-to-peer – http://ic.fing.org/ : groupe de travail Intelligence Collective de la FING – www.generationp.eu : le blog du livre Génération P – www.techcrunch.com : les start-up, les nouveaux sites, l’actualité du 2.0 – www.wikipedia.org : première wiki-encyclopédie – www.citizendium.org : un autre projet de wiki-encyclopédie
  95. 95. Contrat de licence pour cette présentation Auteur : Jérôme Delacroix
  96. 96. Contrat de licence pour cette présentation Auteur : Jérôme Delacroix

×