• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Storytelling digital : une belle histoire, une belle marque
 

Storytelling digital : une belle histoire, une belle marque

on

  • 4,610 views

Conférence Labcom du 6 Juin 2013 sur le Storytelling Digital organisée par Anthony Babkine, Mounira Hamdi et Adrien Rosier. ...

Conférence Labcom du 6 Juin 2013 sur le Storytelling Digital organisée par Anthony Babkine, Mounira Hamdi et Adrien Rosier.

Avec les interventions de qualité de :
- Eric Briones - Darkplanneur sur "Le cahier des tendances"
- Georges Lewi - Mythologue "De l'ancien au nouveau storytelling"
- Stéphane Galienni - Balistikart "Les stratégies digitales de storytelling des belles marques"
- Emmanuel Durand - Warner France "Comment Warner rencontre ses publics à l'ère du digital"

Statistics

Views

Total Views
4,610
Views on SlideShare
3,386
Embed Views
1,224

Actions

Likes
6
Downloads
0
Comments
0

9 Embeds 1,224

http://www.scoop.it 878
https://twitter.com 159
http://conferences-labcom.fr 159
http://veille-digitale.com 18
http://pinterest.com 5
http://www.pinterest.com 2
http://e-storytelling.fr 1
https://www.facebook.com 1
https://www.linkedin.com 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • In this context, keeping close to consumer is key.
  • In this context, keeping close to consumer is key.
  • In this context, keeping close to consumer is key.
  • In this context, keeping close to consumer is key.
  • In this context, keeping close to consumer is key.
  • In this context, keeping close to consumer is key.
  • In this context, keeping close to consumer is key.
  • In this context, keeping close to consumer is key.
  • In this context, keeping close to consumer is key.
  • In this context, keeping close to consumer is key.
  • In this context, keeping close to consumer is key.

Storytelling digital : une belle histoire, une belle marque Storytelling digital : une belle histoire, une belle marque Presentation Transcript

  • Laboratoire d’idées et d’échange,LabCom est le lieu de rencontredes professionnels de laCommunication et du Digital,autour de conférences auxthématiques innovantes,tendances et prospectives.
  • Les conférences LabComsont organisées par :@MouniraHamdi@AnthonyBabkine@AdrienRosier@AlexisDoreauQuatre professionnels etpassionnés de lacommunication, du digitalet de l’événementiel.
  • Partenaires
  • Storytelling digital :une belle Histoire,une belle Marque.
  • Eric Briones@darkplanneurwww.darkplanneur.comDirecteur duPlanning StratégiqueCahier tendanciel
  • Georges Lewi@LewiGeorgeswww.mythologicorp.comMythologue &Spécialiste des MarquesDe l’ancien au nouveau storytelling :fondamentaux, invariants et ruptures :d’Homère au brand content
  • Stéphane Galienni@BUZZ2LUXEwww.balistikart.comFondateur & Directeurde lagenceBALISTIK#ARTLes stratégies digitales deStorytelling des Belles Marques
  • Emmanuel Durand@emmanuel_durandwww.warnerbros.frVice-Président deWarner FranceMyWarner,Comment Warner rencontre sespublics à l’ère du digital
  • Comment la marque peut-elleréussir à faire vivre son histoireà l’ère numérique ? « Les gens nachètentpas des produits, maisles histoires quilsvéhiculent »Ashraf RamzySi 70% des marques venaient àdisparaitre, personne ne sen soucieraitréellementEtude Havas Media - Meaningful Brands 2011 Worlwide
  • 1. Besoin de cohérence2. Besoin d’adapter les formats3. Besoin d’innovation et de créativité4. Besoin de preuves convaincantes etde naturel
  • « Les femmes sont les pires juges de leur propre beauté. Seulement4% des femmes sur la planète se considèrent comme très belles. »http://youtu.be/XpaOjMXyJGk
  • DOVE nous raconte une histoire émotionnelle,naturellement digitale & virale
  • « Attention, il y a une différence entre raconter une histoire etraconter des histoires »Jeanne Bordeau, Présidente de l’Institut de la qualité de l’expression
  • "Dans chaque école il y a des jeunes cools et populaires, et dautres qui ne sont pas sicools que ça. Franchement, nous nous adressons aux jeunes branchés qui ont pleindamis. Plein de gens ne rentrent pas dans ce cadre et ne pourront pas y rentrer. Est-ce de lexclusion? Complètement. »Mike Jeffries CEO, Abercrombie & Fitch, en 2006
  • http://youtu.be/O95DBxnXiSo
  • Eric Briones@darkplanneurwww.darkplanneur.comDirecteur duPlanning StratégiqueCahier tendanciel
  • 21Face à un contenu devenuLiquide ...IBM
  • 22DÉTECTION D’UNE DÉMARCHE DESTORYTELLING AU SERVICE DEL’ÉMERGENCE DES MARQUES ...
  • 23TORYTELLING23
  • 24Le DADA Storytelling :Faire table rase des conventionsCasser les codes esthétiquesRenverser les icônesFaire triompher un esprit mutin et caustique ...Une bouffée d’oxygène dans ce magma de contenu.
  • 25
  • 26DADA LUXEQuickTime™ et undécompresseursont requis pour visionner cette image.1http://youtu.be/tRQa33dqyxIhttp://youtu.be/qEHOBCt-JR0
  • 27DADA CRÉATEUR2QuickTime™ et undécompresseursont requis pour visionner cette image.Alber El Baz Lanvin Campagne automne-hiver 2011A.Sauvage It’s not a suithttp://youtu.be/S3N8QZTsZicAmazon Kindle
  • 28DADA FASHION3
  • 29DADA ÉGÉRIE4Zachary Quinto vs. Leonard Nimoy: "The Challenge" – Audihttp://youtu.be/WPkByAkAdZs
  • 30DADA DAFTQuickTime™ et undécompresseursont requis pour visionner cette image.5QuickTime™ et undécompresseursont requis pour visionner cette image.QuickTime™ et undécompresseursont requis pour visionner cette image.
  • 31DADA PORNQuickTime™ et undécompresseursont requis pour visionner cette image.631
  • 32DADA BROADCAST7
  • 33DADA E-RETAIL8
  • 34DADA GODQuickTime™ et undécompresseursont requis pour visionner cette image.9Project Godus34
  • 35Renverser les IdolesRenverser les IdolesChanger de décorsChanger de décorsOffrir une overdose d’histoiresOffrir une overdose d’histoiresHumilier les égériesHumilier les égériesDéconstruire toutDéconstruire toutPrendre la place de DieuPrendre la place de DieuFusionner par le contenu lifestyle &Fusionner par le contenu lifestyle &produitproduitLES 7 PRINCIPES DUDADA STORYTELLING
  • Georges Lewi@LewiGeorgeswww.mythologicorp.comMythologue &Spécialiste des MarquesDe l’ancien au nouveau storytelling :fondamentaux, invariants et ruptures :d’Homère au brand content
  • APMbrandingGeorges LewiDu storytelling au digitalDu storytelling au digitalStorytelling.Storytelling.D’Homère au brand content.D’Homère au brand content.Georges LEWI,Georges LEWI,Mythologue.Mythologue.Spécialiste des Marques.Spécialiste des Marques.Lewi.georges@gmail.comLewi.georges@gmail.com06 08 04 08 4606 08 04 08 46BLOG-NOTES :BLOG-NOTES : www.mythologicorp.comwww.mythologicorp.com
  • APMbrandingGeorges Lewi38Les derniers ouvrages de Georges LEWILes derniers ouvrages de Georges LEWIAu 4Au 4eetrimestre 2013: Un roman, « Bovary21 »trimestre 2013: Un roman, « Bovary21 »(approche transmédia) et 2 essais: « Du(approche transmédia) et 2 essais: « DuStorytelling au brand Content » et « e-branding »Storytelling au brand Content » et « e-branding »Georges LEWIGeorges LEWIMythologue, spécialiste des marques et du storyteling.Mythologue, spécialiste des marques et du storyteling.Prof.associé La Sorbonne (CELSA).Prof.associé La Sorbonne (CELSA).
  • APMbrandingGeorges LewiGeorges Lewi.Georges Lewi.Mythologicorp.comMythologicorp.comCe dont on va parler. Notions fondamentalesNotions fondamentales•Le Storytelling oui ! Mais comment?Le Storytelling oui ! Mais comment?•Le brand Content veut trouver sa placeLe brand Content veut trouver sa place•E-storytelling; retour aux sources de la narrationE-storytelling; retour aux sources de la narration•Les erreurs à éviter.Les erreurs à éviter.39
  • APMbrandingGeorges Lewi40La valeur de la marqueLa valeur de la marquepour l’entreprise « Brand Equity »pour l’entreprise « Brand Equity »La marque : « un repère mental sur un marché »(le produit est commercialisation. La marque estnarration)Ne pas se contenter d’être le meilleurEtre le seul, celui dont on se souvient.La base du stot rytellingrepose sur 5 piliers
  • APMbrandingGeorges LewiLes 5 piliers du SoryTellingLes 5 piliers du SoryTelling Raconter une histoire à quelqu’un: « Il était unefois… Les éléments de vraisemblance: « dans un trèsvieux château…dans une famille du Lot et Garonne Un héros et des personnages: Une aimable jeunefille, amie des fées et une sorcière haineuse… Unemission pour « notre » héros Des péripéties. Une fin…une morale.41
  • APMbrandingGeorges Lewi4242Raconter une histoire, OuiRaconter une histoire, OuiMais comment? Le travail des mythologues.Mais comment? Le travail des mythologues.Destinateur Destinataire(Emetteur - le narrateur) (Récepteur- le consommateur)Sujet Objet(Héros - la marque) (Action - positionnement dela marque: sa mission)Adjuvant OpposantReason why concrète(le fléau contre lequellutte la marque pour le conso)
  • APMbrandingGeorges LewiDu Storytelling à l’e-Storytelling.
  • APMbrandingGeorges LewiDans le jeu de la narration. IlDans le jeu de la narration. Ilfaut être deux.faut être deux. Souvenez-vous…Vous interrompiez régulièrementles histoires, vous alliez jouer au milieu de l’histoire…ce qui n’était pas possible dans un film de publicité. Transmédia et brand Content nous font cadeau denotre spontanéité d’enfant. Le-storytelling est l’aboutissement du storytelling.44
  • APMbrandingGeorges Lewi4545Raconter une histoire, OuiRaconter une histoire, OuiMais comment? Le travail des mythologues.Mais comment? Le travail des mythologues.Destinateur Destinataire(Emetteur - le narrateur) (Récepteur- le consommateur)Sujet Objet(Héros - la marque) (Action - positionnement dela marque: sa mission)Adjuvant OpposantReason why concrète(le fléau contre lequellutte la marque pour le conso)
  • APMbrandingGeorges LewiQuelle histoire?Quelle histoire?3 marques du e-branding.3 marques du e-branding. Vraie: Facebook. Le mythe du vrai génie trèsantipathique. Réécrite(et bien arrangée) : HP et le garage. Lemythe de l’inventeur à « petits moyens » Inventée: Venteprivée.com. Le mythe du secret biengardé et de l’élite dont on fait partie. Chut! Ne ledites à personne…46
  • APMbrandingGeorges LewiQuel type de Storytelling digital vaQuel type de Storytelling digital vaprolonger le Storytelling initial?prolonger le Storytelling initial? D’abord un Storytelling initial fort (fondé sur un des 36mythèmes: oppositions binaires fondamentales « invariables ») Teasing sur le net « Mes enfants, ce soir, je vais vous raconterune chouette histoire d’une très affreuse sorcière… » « Engagez » la cible, créer un retour, Facebook, Twitts, Sms…  « Dites moi ce que vous  pensez de cette sorcière croqueuse de petits enfants! ». Ce sont les autres qui parlent le mieux devous. Laissez la cible s’amuser comme pour oublier « le but du jeu »   « Allez, on fait une pause » Reprenez le jeu et l’histoire. « Vous voulez connaître la suite… » N’oubliez pas de conclure.(la coda). Le commerce.  « Qu’est ce que vous retirez de cette histoire? »47
  • APMbrandingGeorges LewiLa tentation d’inverser lesLa tentation d’inverser lesrôles ou de trop en faire.rôles ou de trop en faire. Le consommateur peut-t-il devenir le héros? Latentation est grande dans cette interactivité.(cf. lesprénoms Coca). D’où l’impression de confusion. Mais alors quel est le rôle de la marque? Lerécepteur des avis des consommateurs, un simpleadjuvant (est-ce toujours une marque ou un…produit ?)… Mais pour autant, la marque n’est pas ni uneculture » ni une « une fin en soi ». Sinon elle serarejetée.48
  • APMbrandingGeorges LewiBranding, storytelling, e-Branding, storytelling, e-storytelling, brand content…storytelling, brand content…Heureusement, l’histoire se poursuit avec les mêmesrègles et avec d’autres moyens.Le livre n’a pas fait disparaître les conteurs, le cinéman’as pas remplacé le livre, la télévision n’a pas faitmourir le cinéma, internet n’a pas détruit les« rencontres » physiques,Le brand content ne va pas exempter la marque dedevoir posséder un positionnement marketing fort etune histoire « mythique » et crédible.49
  • Stéphane Galienni@BUZZ2LUXEwww.balistikart.comFondateur & Directeurde lagenceBALISTIK#ARTLes stratégies digitales deStorytelling des Belles Marques
  • STORYTELLING DIGITALUNE BELLE MARQUE, UNE BELLE HISTOIREAgence Balistik#art@balistikartStéphane Galienni@buzz2luxe
  • C’EST QUOI LE STORYTELLING ?UNE TECHNIQUE DE COM’ INSPIRÉE DU MARKETING POLITIQUEC’EST QUOI LE STORYTELLING ?UNE TECHNIQUE DE COM’ INSPIRÉE DU MARKETING POLITIQUE
  • CONDUITE DUCHANGEMENTTWITTERDEMOCRACYCONDUITE DUCHANGEMENTTWITTERDEMOCRACYSUCCESS STORYON-GOINGSTORYTELLINGSUCCESS STORYON-GOINGSTORYTELLINGICONIC BRANDTRENDSETTERSCREDIBILITYICONIC BRANDTRENDSETTERSCREDIBILITYTHEORIE DU“NEVER DONEBEFORE”PREMIERPRÉSIDENT NOIRAMÉRICAINTHEORIE DU“NEVER DONEBEFORE”PREMIERPRÉSIDENT NOIRAMÉRICAININCARNATIONSTORYTELLINGBARACK OBAMAINCARNATIONSTORYTELLINGBARACK OBAMADYNAMISMECHALLENGEYES WE CAN.DYNAMISMECHALLENGEYES WE CAN.DYNAMIQUE DU STORYTELLINGUNE BELLE HISTOIRE, UNE BELLE MARQUE.DYNAMIQUE DU STORYTELLINGUNE BELLE HISTOIRE, UNE BELLE MARQUE.
  • RACONTER DE BELLES HISTOIRESFONDAMENTAUX DU STORYTELLING DE LUXERACONTER DE BELLES HISTOIRESFONDAMENTAUX DU STORYTELLING DE LUXEUN TERRITOIRED’EXPRESSIONUN TERRITOIRED’EXPRESSIONARCHETYPESIDENTIFIABLESARCHETYPESIDENTIFIABLESPRODUITSEMBLÉMATIQUESPRODUITSEMBLÉMATIQUESVALEURS ÀDÉFENDREVALEURS ÀDÉFENDRESITUATIONGÉOGRAPHIQUESITUATIONGÉOGRAPHIQUEUNE HISTOIRELÉGENDAIREUNE HISTOIRELÉGENDAIREUN MYTHEFONDATEURUN MYTHEFONDATEUR
  • « De qui portez vous le deuil mademoiselle ? Demande Paul Poiretà Chanel. « Mais de vous, monsieur » lui répond-elle.CLASSIQUE VS MODERNITÉA QUI APPARTIENT “LA PETITE ROBE NOIRE” ?CLASSIQUE VS MODERNITÉA QUI APPARTIENT “LA PETITE ROBE NOIRE” ?
  • GOOGLE “STORYTELLING” SEARCHLA PETITE ROBE NOIREGOOGLE “STORYTELLING” SEARCHLA PETITE ROBE NOIRE
  • LE VISIONNAIRELE PRÉCURSEUR« NEVER DONEBEFORE » NÉCESSITÉD’ÊTRE TOUJOURSPIONNIERLE VISIONNAIRELE PRÉCURSEUR« NEVER DONEBEFORE » NÉCESSITÉD’ÊTRE TOUJOURSPIONNIERDIGITAL=TEMPS RÉELDIGITAL=TEMPS RÉELINTEMPORALITÉDE MARQUEHISTOIRES ET MYTHESQUI CONSOLIDENT LAMARQUEINTEMPORALITÉDE MARQUEHISTOIRES ET MYTHESQUI CONSOLIDENT LAMARQUEL’ÉPOQUE,L’AIR DU TEMPSLUXE DIFFUSEUR DENOUVEAUX MYTHESCONTEMPORAINL’ÉPOQUE,L’AIR DU TEMPSLUXE DIFFUSEUR DENOUVEAUX MYTHESCONTEMPORAINLES 3 TEMPS DU STORYTELLING LUXECONFONDUS DANS LE NOUVEL ÂGE DIGITALLES 3 TEMPS DU STORYTELLING LUXECONFONDUS DANS LE NOUVEL ÂGE DIGITAL
  • VISIBILITÉ(QUANTI)FORCE DU MESSAGE(QUALI)OPINION LEADERSSCOOP / CONFIDENCESE-INFLUENCERSPROPAGATION STORYTELLINGCOMMENTATORSBUZZ CONVERSATIONSREADERS / FEEDERSSHARE BUZZSOCIAL NETWORKSGOOGLE STORIESSTORYTELLING DIGITALL’HISTOIRE VÉHICULÉE DANS L’OPINION 2.0STORYTELLING DIGITALL’HISTOIRE VÉHICULÉE DANS L’OPINION 2.0
  • TOTAL-TELLINGINFORMER LEPUBLIC-DE A à ZTOTAL-TELLINGINFORMER LEPUBLIC-DE A à ZSHORT-TELLINGSHORT-TELLINGDIFFUSER DESHISTOIRESCOURTES-NOURRIR SONÉCO-SYSTÈMESHORT-TELLINGSHORT-TELLINGDIFFUSER DESHISTOIRESCOURTES-NOURRIR SONÉCO-SYSTÈMEUBER-TELLINGSUBLIMER LEMYTHE DEMARQUE-AUTOUR D’UNPROJETUBER-TELLINGSUBLIMER LEMYTHE DEMARQUE-AUTOUR D’UNPROJETRETRO-TELLINGÉDUQUER LESNOUVEAUXPUBLICS-DÉFENDRE SONTERRITOIRE DEMARQUERETRO-TELLINGÉDUQUER LESNOUVEAUXPUBLICS-DÉFENDRE SONTERRITOIRE DEMARQUECALL-TELLINGSURPRENDRE LEPUBLIC-CRÉER LAPRÉFÉRENCECALL-TELLINGSURPRENDRE LEPUBLIC-CRÉER LAPRÉFÉRENCECROSS-TELLINGRÉUNIR UNMÊME PUBLIC-SUR LESDIFFÉRENTSCANAUXCROSS-TELLINGRÉUNIR UNMÊME PUBLIC-SUR LESDIFFÉRENTSCANAUXTENDANCES 2013PROSPECTIVE DIGITALE POUR LES ANNONCEURS DU LUXETENDANCES 2013PROSPECTIVE DIGITALE POUR LES ANNONCEURS DU LUXELES GRANDESTENDANCES DUSTORYTELLING2013LES GRANDESTENDANCES DUSTORYTELLING2013
  • LE STORYTELLING DIGITAL REDISTRIBUE LES CARTESET INFLUENCE LES CONVERSATIONSLE STORYTELLING DIGITAL REDISTRIBUE LES CARTESET INFLUENCE LES CONVERSATIONS
  • LA GUERRE ANNONCÉE DU “STORYTELLING DE LUXE”L’IMPORTANCE DE DÉFENDRE SON PÉRIMÈTRE DE MARQUELA GUERRE ANNONCÉE DU “STORYTELLING DE LUXE”L’IMPORTANCE DE DÉFENDRE SON PÉRIMÈTRE DE MARQUESTORYTELLING PUBLICITAIRE :RÉCUPÉRATION DU MYTHE MARYLIN MONROE PAR EFFETSDE TRUCAGES POUR LE SPOT TV “DIOR J’ADORE”VOLE LA VEDETTE DU MYTHE MARYLINTRADITIONNELLEMENT ASSOCIÉ À CHANELSE PLACE EN N°1 DES VENTES DEVANT CHANEL N°5STORYTELLING DIGITAL “INSIDE CHANEL” :RÉ-AFFIRMATION DU MYTHE N°5 SUR LE DIGITAL AVECUN FILM QUI JOUE LES CODES DU “WEBDOCUMENTAIRE”TRANSPARENCE DE LA DÉMARCHE ET PREUVE À L’APPUIPOUR CONVAINCRE UNE GÉNÉRATION MOINS ÉDUQUÉEÀ LA MARQUEOBJECTIF : REDEVENIR N°1 RAPIDEMENT
  • #1 RETRO-TELLINGCHANEL N°5 : RECONQUÉRIR LE MYTHE DE MARYLIN#1 RETRO-TELLINGCHANEL N°5 : RECONQUÉRIR LE MYTHE DE MARYLIN
  • #2 CALL-TELLINGSURPRENDE L’AUDIENCE / EFFETS DE REBONDISSEMENT#2 CALL-TELLINGSURPRENDE L’AUDIENCE / EFFETS DE REBONDISSEMENT
  • #3 CROSS-TELLINGMOBILISER L’ATTENTION DU SPECTATEUR « DOUBLE ÉCRAN »#3 CROSS-TELLINGMOBILISER L’ATTENTION DU SPECTATEUR « DOUBLE ÉCRAN »DANS LE CADRE D’UNE CAMPAGNEPOUR LA CLASSE A, LA MARQUE AMIS EN PLACE UN DISPOSITIFMÊLANT TV ET RÉSEAUX SOCIAUX.ANNONCÉE PAR UN TEASER,L’OPÉRATION S’EST DÉROULÉE ENTROIS VOLETS, LES DEUX PREMIERSDIFFUSÉS PENDANT DES COUPURESPUBLICITAIRES INCITAIENT LESTÉLÉSPECTATEURS À INTERAGIR SURTWITTER VIA LE HASHTAG#YOUDRIVE. LA SUITE DE L’HISTOIREDÉPENDANT DE LEURSPROPOSITIONS. LANNONCE FINALEÉTAIT UN FILM DE 90 SECONDESRÉCAPITULANT DES DEUX PREMIERSÉPISODES AVANT LA RÉVÉLATIONFINALE.
  • #4 TOTAL-TELLINGRACONTER L’HISTOIRE D’UNE ROBEDE SA CONFECTION JUSQU’ AU RED CARPET#4 TOTAL-TELLINGRACONTER L’HISTOIRE D’UNE ROBEDE SA CONFECTION JUSQU’ AU RED CARPET
  • #5 UBER-TELLINGSUBLIMER LA MARQUE AVEC CRÉATIVITÉ…#5 UBER-TELLINGSUBLIMER LA MARQUE AVEC CRÉATIVITÉ…
  • #5 UBER-TELLING….ET NOURRIR SON ÉCOSYSTÈME DIGITAL#5 UBER-TELLING….ET NOURRIR SON ÉCOSYSTÈME DIGITAL
  • #6 SHORT-TELLING24 SHADES / 24 HOURS / 24 TWEETS#6 SHORT-TELLING24 SHADES / 24 HOURS / 24 TWEETS
  • POUR CONCLURE : STORE-TELLINGOFFRIR UNE EXPÉRIENCE CLIENT « CROSS-CANAL »POUR CONCLURE : STORE-TELLINGOFFRIR UNE EXPÉRIENCE CLIENT « CROSS-CANAL »
  • Emmanuel Durand@emmanuel_durandwww.warnerbros.frVice-Président deWarner FranceMyWarner,Comment Warner rencontre sespublics à l’ère du digital
  • @emmanuel_durandLabCom– 6 juin 2013
  • IntroductionMarché, Audience, Medias, Usages.
  • Ciné, Séries, Jeux :Des marchés très concentrés
  • Nos audiences :Massivement online mais éparpillées & volatiles
  • Nos investissement médias :Une part croissante du digital100 M €d’investissements médias / anPart du digital12% en 200825% en 201240% en 2015
  • La recommandation :Premier vecteur d’influence
  • L’enjeuComment regrouper nos communautés demanière viable et durable ?
  • My Warner :Etre fan n’a jamais autant rapporté« My Warner » est un outil de CRM innovant qui favorise etrécompense l’engagement des fans sur les réseaux sociaux
  • My Warner :Une stratégie en 3 étapesRecruter des membres via une expérienceRecruter des membres via une expérienceAnalyser les données récoltéesAnalyser les données récoltéesOptimiser les actions marketing et le plan médiaOptimiser les actions marketing et le plan média
  • Badges & Points :Une fonction statutaire
  • Des Offres exclusives:Une proposition servicielleVOD, Téléchargements, Goodies, Produits Exclusifs,Avant-Premières, Visite des Studios …
  • My Warner :Une stratégie en 3 étapesOptimiser les actions marketing et le plan médiaOptimiser les actions marketing et le plan médiaRecruter des membres via une expérienceRecruter des membres via une expérienceAnalyser les données récoltéesAnalyser les données récoltées
  • My Warner :Les données accessibles via les réseaux sociauxAffinitésRelationnel PartageQui sont les amis des membresde My Warner ?Qu’aiment-ils ?Que partagent-ilssur Facebook?
  • My Warner :Une stratégie en 3 étapesAnalyser les données récoltéesAnalyser les données récoltéesRecruter des membres via une expérienceRecruter des membres via une expérienceOptimiser les actions marketing et le plan médiaOptimiser les actions marketing et le plan média
  • My Warner :La data au cœur du dispositif mediaPaidEarnedOwnedAudience incrémentaleAmis My WarnerMy Warner200 000 utilisateurs(en 6 mois)21 M impressionsOptimisation
  • « My Warner Day »:L’événement qui récompense les fans
  • Un grand merci à TF1 et son équipe ,aux conférenciers, partenaires etparticipants.RDV le 04/07/2013 pour la prochaineconférence LabCom