• Like
  • Save
Citizen act fiche_pratiques_com_fr
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Citizen act fiche_pratiques_com_fr

on

  • 1,294 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,294
Views on SlideShare
781
Embed Views
513

Actions

Likes
0
Downloads
43
Comments
0

2 Embeds 513

http://www.citizenact.com 500
http://citizenact.octaveoctave.com 13

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Citizen act fiche_pratiques_com_fr Citizen act fiche_pratiques_com_fr Presentation Transcript

    • FICHE THÉMATIQUE – DÉVELOPPEMENT DURABLE ET PRATIQUES COMMERCIALES CITIZEN ACT – saison 2011-2012 Conçue et réalisée par la CCMP (Centrale de Cas et de Médias Pédagogiques) et Olivier DELBARD, Professeur de sciences sociales à ESCP Europe
    • SOMMAIRE
      • INTRODUCTION
      • LA RELATION CLIENT / BANQUE DE DÉTAIL
      • L’OFFRE DE PRODUIT
      • L’OFFRE DE PRODUITS DANS LES ACTIVITÉS DE DÉTAIL
      • LES NOUVELLES PRATIQUES EN MATIÈRES D’INVESTISSEMENT ET DE FINANCEMENT
      • LES ENJEUX D’INNOVATION
      • CONCLUSION
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012
    • INTRODUCTION
      • L’appropriation des enjeux de développement durable par l’entreprise passe par une revue des pratiques commerciales et leur amélioration dans une perspective durable et responsable. Cette approche est un signe de maturité de l’entreprise sur ces questions, qui dépasse les enjeux de communication pour entrer dans la réalité des activités et métiers représentés en son sein.
      • Il est indispensable pour le secteur bancaire de distinguer les deux grands piliers d’activité que sont la banque de détail et les activités de banque d’investissement et de financement . D’autres types d’activités (assurances, gestion d’actifs, etc.) peuvent également être pris en compte dans la réflexion sur la responsabilité sociale de la banque.
      • L’évolution des pratiques commerciales s’articule autour de 3 axes prioritaires :
      • - La relation client
      • - L’offre de produits
      • - Les enjeux d’innovation
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012
      • LA RELATION CLIENT/BANQUE DE DÉTAIL
      • Le client est une partie prenante clé, non seulement du point de vue traditionnel, mais aussi dans une perspective développement durable et RSE. Le client en effet attend de la banque des pratiques commerciales, dans la relation comme dans l’offre de produits, qui reflètent l’engagement réel et efficace de l ’entreprise dans les domaines sociaux, de gouvernance et environnementaux.
      • A ce titre, Société Générale a fait de l’axe Client l’une des priorités de son plan Ambition SG 2015, dans le cadre des activités de banque de détail. L’accent est mis sur la qualité des relations clients qui doivent reposer sur la confiance et le long terme ; l’entreprise doit être sans cesse « agile et efficace ». Ces objectifs reposent sur la qualité et l’engagement des équipes, c’est-à-dire environ 40 000 personnes pour les activités de banque de détail en France.
      • Cette relation responsable avec le client que souhaite déployer la banque , passe également par des mesures concrètes de réduction de l’empreinte environnementale des agences, telles que des pratiques de dématérialisation, notamment du papier (utilisation d’Internet, services en ligne), ainsi que par une réflexion sur l’accessibilité des agences pour les populations handicapées notamment.
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012
      • L’évolution de l’offre de produits est un déterminant fondamental d’une politique de développement durable et de RSE. En effet, en repensant son offre commerciale, l’entreprise engage le cœur de sa responsabilité, ses métiers, et vise à améliorer sa performance sociale et environnementale d’une façon directe. Pour le secteur bancaire, il s’agit d’un enjeu majeur qui peut avoir un impact décisif sur l’évolution des modèles économiques et des choix d’investissement des entreprises productives. Il est donc important que cette offre soit lisible, cohérente et comprise par le public.
      • L’OFFRE DE PRODUITS
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012
      • L’offre principale d’une banque de détail est traditionnellement découpée en trois parties : la banque au quotidien, les crédits, l’épargne.
      • Concernant l’offre de prêts, Société Générale est très fortement positionnée sur l’aide aux créations d’entreprise, avec plus de 10% des parts du marché français. Il s’agit clairement d’un enjeu de responsabilité en matière d’économie durable. Pour les particuliers, l’offre d’éco-prêts à taux zéro est une incitation aux investissements dans le développement durable. Plus généralement, la banque annonce avoir octroyé plus de 8 700 « prêts développement durable » depuis 2007 pour un montant total de 113 millions d’euros. En outre, la banque a développé une offre spécifique de prêts pour les populations de migrants, « Votre banque ici et là-bas ».
      • L’Offre de Produits dans les Activités de Détail
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012
      • Concernant les produits d’épargne, Société Générale propose une gamme de produits d’épargne solidaire, avec notamment Conciliance qui permet de reverser une partie des intérêts perçus à des associations. Cette solidarité avec la société civile a été étendue aux livrets d’épargne.
      • En matière de « banque au quotidien », plus de 50 000 clients de Société Générale détiennent aujourd’hui une carte bancaire de la collection caritative. Sur le marché des entreprises, une coopération avec l’Office National des Forêts permet de proposer une carte affaires contribuant à la protection d’une forêt dans le sud de la France.
      • L’Offre de Produits dans les Activités de Détail
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012
      • Concernant les produits d’investissements, le secteur bancaire développe depuis plusieurs années des produits ISR (investissement socialement responsable) qui permettent aux investisseurs de sélectionner les meilleures pratiques en matière sociale, environnementale et de gouvernance (critères ESG).
      • Société Générale est reconnue par les investisseurs institutionnels pour son expertise en matière d’ISR. Elle dispose d’ailleurs de sa propre équipe d’analystes ISR basés à Paris et à Londres. AMUNDI gère aujourd’hui environ 13 milliards d’actifs au sein de la banque. Enfin, la banque émet des certificats « 100% développement durable », produits cotés en bourse représentant les secteurs verts de l’économie (eau, bois, déchets, changement climatique, etc.).
      • Les Nouvelles Pratiques en Matière d’Investissement et de Financement
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012
      • Société Générale s’est également engagée dans de multiples partenariats. Avec l’entreprise Rhodia, la banque propose des certificats de compensation partielle ou totale du CO2 (filiale Orbéo). Le groupe est également engagé dans des partenariats public-privé (ppp) à forte dimension environnementale.
      • Plus généralement, le Groupe Société Générale affiche plus de 2,8 milliards d’euros en nouveaux financements verts pour 2010. Pour les énergies renouvelables, le montant d’investissement a été multiplié par 140 en 2010.
      • Concernant les grands projets d’investissement, la référence internationale est celle des Principes de l’Equateur qui ont été créés en 2003 et imposent la prise en compte des critères sociaux et environnementaux dans la décision pour tout investissement supérieur à 10 millions de dollars U.S.
      • Société Générale a ratifié les Principes de l’Equateur en 2007. En 2010, 70 projets ont été évalués.
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012
      • Les Nouvelles Pratiques en Matière d’Investissement et de Financement
      • Plus généralement, la démarche d’intégration des enjeux de développement durable dans les pratiques commerciales implique une politique constante et soutenue d’innovation. Le secteur bancaire doit être en mesure de répondre aux attentes des parties prenantes face à la crise économique et financière qui touche la planète tout entière.
      • Il s’agit donc de développer des produits nouveaux qui reflètent l’engagement durable et responsable des banques. La microfinance en est un bon exemple. En développant une offre de microcrédit, le secteur bancaire endosse une responsabilité dans le soutien aux pays les moins avancés, mais aussi aux populations exclues du système bancaire partout dans le monde, y compris en France.
      • LES ENJEUX D’INNOVATION
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012
      • Ainsi, Société Générale soutient une trentaine d’Institutions de Microfinance principalement en Afrique, avec 99 millions d’euros de lignes de financement pour 2010. La banque est également actionnaire direct de 6 IMF.
      • En France, Société générale est partenaire de l’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Economique), avec une ligne de crédit de plus de 1,6 millions d’euros en 2010. Elle est également partenaire de Crésus, première association Française d’aide à la gestion de budget pour les personnes en difficulté.
      • En accordant une grande importance à l’innovation produit, la banque se positionne stratégiquement et affiche son engagement sociétal et environnemental.
      • LES ENJEUX D’INNOVATION
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012
    • CONCLUSION
      • Le lien entre développement durable et pratiques commerciales ne va pas forcément de soi, notamment dans le secteur bancaire où la responsabilité environnementale a pu apparaître comme indirecte, voire secondaire.
      • Néanmoins, les banques ont compris l’importance de développer des pratiques commerciales qui intègrent les enjeux sociaux et environnementaux dans leur offre de produits, ce qui implique une relation renforcée et plus transparente avec les clients, notamment en banque de détail. Les activités d’investissement et de financement ont également fortement évolué, avec d’une part des engagements internationaux tels que les Principes de l’Equateur, et d’autre part l’émergence des produits ISR qui sont aujourd’hui de moins en moins marginalisés.
      • Pour Société Générale, il s’agit là aussi d’afficher une cohérence globale en matière de développement durable et de RSE, incluant les pratiques commerciales, tant en banque de détail qu’en matière d’investissement et de financement.
      CITIZEN ACT – saison 2011-2012