AUDENCIA EXECUTIVE MBA
CREATION D’UN RESEAU SOCIAL DE MISE EN
RELATION ENTRE DES PROPRIETAIRES DE BIENS ET
DES LOCATAIRES
...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 2
EXECUTIVE SUMMARY
Il y a 12 ans (en 2000), en France, l’achat de biens d’occ...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 3
internet, le référencement, formation BTS en communication visuelle option m...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 4
SOMMAIRE
EXECUTIVE SUMMARY _________________________________________________...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 5
2.5.2. Cycle de vie du marché_______________________________________________...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 6
3.2.4.2. Variables des objectifs ___________________________________________...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 7
7.8. ANNEXE IX : Hypothèses de calculs _____________________________________...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 8
TABLE DES ILLUSTRATIONS
Figure 1 : évolution CA, CV, CF sur les 3 premières ...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 9
INTRODUCTION
Dans le cadre de mon E-MBA, et suite à certains événements prof...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 10
1. LA CONSOMMATION COLLABORATIVE
1.1.Le courant sociologique de la consomma...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 11
Les préoccupations des consommateurs actuels incluent la responsabilité des...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 12
1.2.Des consommateurs en recherche d’une autre approche de la
consommation
...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 13
1.3.Louer ou acheter
En 2000, dans « L'âge de l'accès : la vérité sur la no...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 14
1.4.Facteurs expliquant ce phénomène
1.4.1. Le web 2.0
En favorisant le par...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 15
1.4.4. L’effet crise
« Les Hommes n’acceptent le changement que dans la néc...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 16
Ces postes de dépenses « non contraintes » sont donc susceptibles de faire ...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 17
changé nos méthodes de consommation : la façon dont on accède aux produits ...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 18
1.5.Analyse de l’environnement (Modèle PESTEL)
L’industrie de la location e...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 19
Figure 3 : Usages de communication et âge (Trémenbert, 2010)
Figure 4 : Uti...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 20
2. LE CONCEPT REZOLOC
2.1.Mission de la société
« Pour les personnes souhai...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 21
2.2.Analyse de la concurrence
2.2.1. Les segments stratégiques
Secteur étud...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 22
location (ex : e-loue), d’autres ont d’autres services en parallèle comme l...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 23
2.2.2. Intensité concurrentielle (critères de Porter)
1. Menaces de nouveau...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 24
Dans un horizon à 5 ans, la puissance de cette force peut être évaluée à : ...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 25
Synthèse des 5 Forces de PORTER :
Figure 5 : Synthèse des forces de Porter
...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 26
2.2.1. Les groupes stratégiques
Segment étudié : La location entre particul...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 27
2.2.2. Forces et faiblesses des concurrents
FORCES FAIBLESSES
Concurrents d...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 28
2.3.Le marché
Selon l’étude de l’agence CLM BBDO, intitulée "L’Émergence d’...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 29
2.4.Les Facteurs Clés de Succès
L’étude de marché a permis de clarifier les...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 30
2.5.2. Cycle de vie du marché
Figure 7 : Cycle de vie du marché de la locat...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 31
2.6.Que propose REZOLOC ?
2.6.1. Proposition de valeur pour les clients
Pas...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 32
2.6.2. Fonctionnement du site internet Rezoloc.com
2.6.2.1. Inscription et ...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 33
Afin de faciliter l’inscription, nous intégrons dès la page d’accueil les f...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 34
2.6.2.3. Du point de vue du locataire
Le locataire pourra rechercher des bi...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 35
Figure 10 : moteur de recherche et listing de résultat
Le locataire pourra ...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 36
2.6.2.4. Location du bien
- La réservation : le locataire et le propriétair...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 37
2.6.3. Forces et faiblesses de l’entreprise REZOLOC
FORCES FAIBLESSES
- Max...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 38
3. BUSINESS PLAN
3.1.Business model
3.1.1. Profils de clients
1) La personn...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 39
Pour lever le frein à mettre en location ses objets, le propriétaire doit ê...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 40
1. Le revenu au clic par publicité (Pub display) est environ de 0,1€ pour 1...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 41
CONCLUSION :
L’offre REZOLOC reposera sur une offre Fremium :
- Possibilité...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 42
3.2.Plan d’actions marketing
3.2.1. Positionnement & Offre
« »
1- Différenc...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 43
3.2.1.2. Bénéfices/Sacrifices
 Evaluation des bénéfices perçus par les cli...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 44
Dans les deux cas, la contrainte de devoir créer son réseau est le principa...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 45
- Locataire exclusif :
o Enjeux :
Cet utilisateur du service n’est pas un c...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 46
3.2.3. Le Marketing Mix (les 4P)
Produit
- Plateforme de mise en relation e...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 47
3.2.4.2. Variables des objectifs
Descriptif de la variable Valeur les 12 pr...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 48
3.2.5. Plan d’action Commercial
 Rassurer les propriétaires pour qu’ils me...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 49
3.2.7. Plan d’action de Référencement
 S’imposer dans les recherches sur i...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 50
3.3. Cash Flow prévisionnel
CONFIDENTIEL
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 51
4. PLANNING ET PRINCIPALES ETAPES
Date
Conditions pour
valider l’action
Act...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 52
5. ANALYSE DES RISQUES
5.1.Risques pour la pérennité de la société
La socié...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 53
Les risques d’échecs envisagés ne combinent pas simultanément haute probabi...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 54
6. BIBLIOGRAPHIE
Muntz-Portal, Alice . 2011. consommation-collaborative-sol...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 55
Sanyas, Nil. 2011. Navigateurs en France : Internet Explorer sous les 40 % ...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 56
7. ANNEXES
7.1.ANNEXE I : Glossaire
 Le locataire : tout membre inscrit su...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 57
7.3.ANNEXE III : Matrice des bénéfices sacrifices
- En tant que propriétair...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 58
7.4.ANNEXE IV : Ecrans du site Internet
7.4.1. Importer des amis
Figure 13 ...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 59
7.4.3. Profil des membres
Figure 15 : écran « Profil d'un membre »
7.4.4. P...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 60
7.5.ANNEXE V : Les facteurs Clés de Succès des principaux acteurs
2011
2013...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 61
7.6.ANNEXE VI : Les concurrents directs
 www.e-louer.com
 Positionnement ...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 62
 Volume : 158 658 biens à louer en France au 12 nov. 2011 (voir annexe I)
...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 63
7.7.ANNEXE VII : Transactions bancaires
Quasiment tous les acheteurs en lig...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 64
7.7.3. Les portefeuilles électroniques (e-wallet)
KWIXO : https://www.kwixo...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 65
Figure 19 : Frais bancaires Paypal
7.7.4. Les sites bancaires officiels
BAN...
7.8.ANNEXE IX : Hypothèses de calculs
Hypothèses de bases pour les calculs de trafic et de revenus
Hypothèse MOYENNE de tr...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 67
7.9.ANNEXE X : Prévisions Financières
CONFIDENTIEL
7.10. ANNEXE XI : CV des associés
Christophe GUYOMAR
Direction
36 ans
Expérience
Directeur informatique
Insudiet - Champto...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 69
 Implantation à l’international des sites E-Business Vaillant Group
 Jusq...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 70
Maël MENGUY
Webmaster e-commerce
28 ans
Expériences
Création du site Insune...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 71
modèle de donnée.
 Action en référencement sur les requêtes "location de v...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 72
 SVN, Tortoise, Query browser
 Flex, Flash, Catalyst, blender, ...
Systèm...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 73
7.11. ANNEXE XII : Etudes de marchés
Un questionnaire a été envoyé en janvi...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 74
 Une très grande majorité de personnes ont déjà loué des biens à d’autres
...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 75
 La notoriété du site est un moyen de lever le frein à la mise en location...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 76
 Le fait que le locataire soit recommandé par un tiers (ami commun) arrive...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 77
 59% des personnes interrogées ne jugent pas important de recevoir le paie...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 78
 La notion d’usage d’un bien est bien perçue par les personnes interrogées...
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 79
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 80
CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 81
7.12. ANNEXE XIII : Statut juridique de la société
CONFIDENTIEL
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

E MBA Christophe Guyomar business plan Rezoloc.com

2,390

Published on

Business plan light du réseau social Rezoloc.com axé sur la consommation collaborative

Published in: Career
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
2,390
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
87
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "E MBA Christophe Guyomar business plan Rezoloc.com"

  1. 1. AUDENCIA EXECUTIVE MBA CREATION D’UN RESEAU SOCIAL DE MISE EN RELATION ENTRE DES PROPRIETAIRES DE BIENS ET DES LOCATAIRES Christophe GUYOMAR Tuteur : Jacques ARLOTTO Septembre 2012
  2. 2. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 2 EXECUTIVE SUMMARY Il y a 12 ans (en 2000), en France, l’achat de biens d’occasions commençait à sortir de l’ombre et de son caractère confidentiel avec l’arrivée d’Ebay.fr. En 2005 les consommateurs ont définitivement revendiqué l’achat malin, l’achat d’occasion avec leboncoin.fr. Une nouvelle transformation du mode de consommation est en train de s’opérer lentement, celle de la location en lieu et place de l’achat de biens : ne payer que pour le temps d’usage ! Le marché de la location entre particuliers est au tout début de son cycle de vie. La principale difficulté pour une entreprise se positionnant sur ce secteur est d’attirer les personnes acceptant de mettre en location leurs biens. Il ressort en effet des enquêtes que les « propriétaires » de biens hésitent à louer leurs biens à des inconnus, ils ont peur que leur bien soit volé ou cassé1 . Le défi est donc d’attirer les propriétaires en apportant de la confiance2 . Rezoloc.com se positionne comme le réseau social permettant de louer en toute confiance au sein de son réseau d’amis et de connaissances. L’inscription est gratuite et permet de tester le site pendant 12 mois en mettant gratuitement en location 2 biens. Pour mettre en location un objet supplémentaire, ou au bout de ses 12 mois de gratuité, le propriétaire devra payer 1 € pour 1 objet proposé à la location pendant une période de 1 mois. Les amis communs entre le propriétaire et l’emprunteur serviront de tiers de confiance. Actuellement, les deux principaux sites de location d’objets entre particuliers (zilok.fr, e- loue.com) n’ont pas encore atteint la taille critique qui en ferait une barrière à l’entrée (160 000 membres cumulés), cependant leur croissance en 2011 est de l’ordre de 30% par mois. Le site internet www.rezoloc.com est en fin de développement, la SARL sera créée en décembre 2012 pour un démarrage officiel du site en janvier 2013. Rezoloc.com a été créé par Christophe Guyomar (12 ans d’expérience professionnelle dans le domaine de l’ebusiness et de l’informatique en général, formation d’ingénieur généraliste) et Maël Menguy (4 ans d’expérience professionnelle dans les technologies 1 Marion Carette, co-fondatrice de Zilok, http://www.netpme.fr/temoignages/75-marion-carette-co- fondatrice-zilok-com.html 2 Etude de marché, voir AnnexeXII
  3. 3. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 3 internet, le référencement, formation BTS en communication visuelle option multimédia). Ces deux fondateurs sont complémentaires techniquement, soudés par des liens d’amitiés et engagés à parts égales dans la société. La société Rezoloc a été créée dans un principe de prototypage, du moins pour sa première année de vie, avec deux leitmotivs : « minimiser les coûts fixes (Hébergement des serveurs) » et « animer le site internet en parallèle de notre travail quotidien en tant que salariés ». Le marché de la location d’objets entre particuliers est encore immature. Les projections en termes de nombre de membres inscrits et nombre d’objets mis en location ne peuvent donc qu’être très approximatives. Le chiffre d’affaires à trois ans sera évidemment différent dans la réalité mais quelle que soit cette réalité, nos coûts fixes sont suffisamment faibles pour continuer à tester ce concept pendant plusieurs années. Telle l’amibe avec ses pseudopodes, Rezoloc.com avancera en apprenant, certaines fonctionnalités deviendront prépondérantes et marqueront le sens du développement. Figure 1 : évolution CA, CV, CF sur les 3 premières années
  4. 4. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 4 SOMMAIRE EXECUTIVE SUMMARY _______________________________________________________ 2 SOMMAIRE ________________________________________________________________ 4 TABLE DES ILLUSTRATIONS____________________________________________________ 8 INTRODUCTION_____________________________________________________________ 9 1. LA CONSOMMATION COLLABORATIVE _____________________________________ 10 1.1. Le courant sociologique de la consommation collaborative_______________________ 10 1.1.1. Les phases historiques des changements de modes de consommation __________________ 10 1.2. Des consommateurs en recherche d’une autre approche de la consommation _______ 12 1.3. Louer ou acheter_________________________________________________________ 13 1.4. Facteurs expliquant ce phénomène__________________________________________ 14 1.4.1. Le web 2.0___________________________________________________________________ 14 1.4.2. La préoccupation environnementale______________________________________________ 14 1.4.3. La crise de sens _______________________________________________________________ 14 1.4.4. L’effet crise __________________________________________________________________ 15 1.5. Analyse de l’environnement (Modèle PESTEL) _________________________________ 18 2. LE CONCEPT REZOLOC ___________________________________________________ 20 2.1. Mission de la société _____________________________________________________ 20 2.2. Analyse de la concurrence _________________________________________________ 21 2.2.1. Les segments stratégiques ______________________________________________________ 21 2.2.2. Intensité concurrentielle (critères de Porter) _______________________________________ 23 2.2.1. Les groupes stratégiques _______________________________________________________ 26 2.2.2. Forces et faiblesses des concurrents ______________________________________________ 27 2.3. Le marché______________________________________________________________ 28 2.4. Les Facteurs Clés de Succès ________________________________________________ 29 2.5. Bilan de l’analyse ________________________________________________________ 29 2.5.1. Opportunités & Menaces _______________________________________________________ 29
  5. 5. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 5 2.5.2. Cycle de vie du marché_________________________________________________________ 30 2.6. Que propose REZOLOC ?___________________________________________________ 31 2.6.1. Proposition de valeur pour les clients _____________________________________________ 31 2.6.2. Fonctionnement du site internet Rezoloc.com ______________________________________ 32 2.6.2.1. Inscription et création de son réseau______________________________________________ 32 2.6.2.2. Mettre un objet en location (propriétaire) _________________________________________ 33 2.6.2.3. Du point de vue du locataire ____________________________________________________ 34 2.6.2.4. Location du bien ______________________________________________________________ 36 2.6.3. Forces et faiblesses de l’entreprise REZOLOC _______________________________________ 37 3. BUSINESS PLAN ________________________________________________________ 38 3.1. Business model __________________________________________________________ 38 3.1.1. Profils de clients ______________________________________________________________ 38 3.1.2. Attirer les propriétaires ________________________________________________________ 38 3.1.1. Attirer les locataires ___________________________________________________________ 39 3.1.2. Sources de revenus____________________________________________________________ 39 3.1.2.1. Pub display __________________________________________________________________ 39 3.1.2.2. Google Ads __________________________________________________________________ 40 3.1.2.3. Fremium ____________________________________________________________________ 40 3.1.2.4. Offres dédiées aux professionnels ________________________________________________ 41 3.2. Plan d’actions marketing __________________________________________________ 42 3.2.1. Positionnement & Offre ________________________________________________________ 42 3.2.1.1. Proposition de valeur pour le client. ______________________________________________ 42 3.2.1.2. Bénéfices/Sacrifices ___________________________________________________________ 43 3.2.2. Clients ______________________________________________________________________ 44 3.2.2.1. Segmentation des clients _______________________________________________________ 44 3.2.3. Le Marketing Mix (les 4P) _______________________________________________________ 46 3.2.4. Objectifs ____________________________________________________________________ 46 3.2.4.1. Objectifs quantitatifs __________________________________________________________ 46
  6. 6. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 6 3.2.4.2. Variables des objectifs _________________________________________________________ 47 3.2.5. Plan d’action Commercial_______________________________________________________ 48 3.2.6. Plan d’action Media ___________________________________________________________ 48 3.2.7. Plan d’action de Référencement _________________________________________________ 49 3.2.8. Plan d’action Marketing ________________________________________________________ 49 3.3. Cash Flow prévisionnel____________________________________________________ 50 4. PLANNING ET PRINCIPALES ETAPES ________________________________________ 51 5. ANALYSE DES RISQUES __________________________________________________ 52 5.1. Risques pour la pérennité de la société_______________________________________ 52 5.2. Risque d’échec du concept_________________________________________________ 52 6. BIBLIOGRAPHIE ________________________________________________________ 54 7. ANNEXES _____________________________________________________________ 56 7.1. ANNEXE I : Glossaire______________________________________________________ 56 7.2. ANNEXE II : Comparatif concurrentiel des gains potentiels pour un propriétaire______ 56 7.3. ANNEXE III : Matrice des bénéfices sacrifices __________________________________ 57 7.4. ANNEXE IV : Ecrans du site Internet__________________________________________ 58 7.4.1. Importer des amis_____________________________________________________________ 58 7.4.2. Trouver un objet ______________________________________________________________ 58 7.4.3. Profil des membres____________________________________________________________ 59 7.4.4. Panier de commande __________________________________________________________ 59 7.5. ANNEXE V : Les facteurs Clés de Succès des principaux acteurs____________________ 60 7.6. ANNEXE VI : Les concurrents directs _________________________________________ 61 7.7. ANNEXE VII : Transactions bancaires _________________________________________ 63 7.7.1. Internet+ (fournisseurs téléphoniques)____________________________________________ 63 7.7.2. Les M-PAIEMENT : ____________________________________________________________ 63 7.7.3. Les portefeuilles électroniques (e-wallet) __________________________________________ 64 7.7.4. Les sites bancaires officiels______________________________________________________ 65
  7. 7. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 7 7.8. ANNEXE IX : Hypothèses de calculs __________________________________________ 66 7.9. ANNEXE X : Prévisions Financières___________________________________________ 67 7.10. ANNEXE XI : CV des associés______________________________________________ 68 7.11. ANNEXE XII : Etudes de marchés __________________________________________ 73 7.12. ANNEXE XIII : Statut juridique de la société _________________________________ 81
  8. 8. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 8 TABLE DES ILLUSTRATIONS Figure 1 : évolution CA, CV, CF sur les 3 premières années ___________________________________________ 3 Figure 2 : Les modes de consommation ont évolué au fil des décennies________________________________ 11 Figure 3 : Usages de communication et âge (Trémenbert, 2010) _____________________________________ 19 Figure 4 : Utilisateurs de Smartphones Vs Utilisateurs d'ordinateurs __________________________________ 19 Figure 5 : Synthèse des forces de Porter ________________________________________________________ 25 Figure 6 : groupes stratégiques________________________________________________________________ 26 Figure 7 : Cycle de vie du marché de la location entre particuliers ____________________________________ 30 Figure 8 : page de profil d'un membre __________________________________________________________ 32 Figure 9 : Facebook et Twitter Connect _________________________________________________________ 33 Figure 10 : moteur de recherche _______________________________________________________________ 35 Figure 11 : variables des objectifs ______________________________________________________________ 47 Figure 12 : Comparatifs des gains en fonction des sites concurrents __________________________________ 56 Figure 13 : écran « Importer des amis » _________________________________________________________ 58 Figure 14 : écran « Moteur de recherche »_______________________________________________________ 58 Figure 15 : écran « Profil d'un membre »________________________________________________________ 59 Figure 16 : écran « Tunnel de commande »______________________________________________________ 59 Figure 17 : tarifs bancaires KWIXO _____________________________________________________________ 64 Figure 18 : Tarifs des transactions Paypal _______________________________________________________ 64 Figure 19 : Frais bancaires Paypal______________________________________________________________ 65 Figure 20 : Frais de coûts et de transactions bancaires en fonction des banques_________________________ 65
  9. 9. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 9 INTRODUCTION Dans le cadre de mon E-MBA, et suite à certains événements professionnels, j’ai décidé de mener un projet personnel. Un ami développait un site internet basé sur la location de biens immobiliers, sans s’être vraiment intéressé au marché, j’ai alors décidé de lui faire son Business Plan. J’ai rapidement vu que son offre ne lui permettrait pas de générer beaucoup de chiffres d’affaires et qu’il ne se différenciait pas de ses concurrents. Cependant, à force de me documenter sur le marché de la location, j’ai découvert le concept de la consommation collaborative et plus particulièrement celui de la location entre particuliers. Adepte des réseaux sociaux, j’ai rapidement été convaincu que ces deux univers pouvaient se rejoindre et générer du chiffre d’affaires. Croyant fortement à cette idée, l’objectif de mon projet était tout trouvé : valider concrètement cette intuition d’un point de vue technique et financier pour ensuite poser les bases d’une potentielle reconversion professionnelle. Mon rapport de projet reprendra les principaux composants d’un business plan. Après une description globale des nouvelles tendances de consommation, qui découlera sur la location entre particuliers, je décrirai le concept du réseau social www.rezoloc.com en détaillant particulièrement la concurrence existante et le marché. Nous y verrons notamment les facteurs clés de succès de ce segment et comment Rezoloc y répond. Le modèle financier de Rezoloc sera décrit et les hypothèses de flux financiers seront proposées, associées à un plan d’action marketing.
  10. 10. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 10 1. LA CONSOMMATION COLLABORATIVE 1.1.Le courant sociologique de la consommation collaborative 1.1.1. Les phases historiques des changements de modes de consommation Basée sur les comportements des consommateurs anglais et américains depuis la fin du 19ème siècle, une étude montre quatre vagues principales décrivant l’évolution de nos comportements en tant que consommateurs : 3 Fin 19ème , début du 20ème : période marquée par une forte coopération entre les consommateurs et un désir de changement social. Le capitalisme était perçu comme quelque chose à éviter. Les classes laborieuses ont alors exercé à la fois leur pouvoir en tant que travailleur et en tant que consommateur. Dès 1844 en Angleterre, les premières coopératives de consommateurs furent créées. Les années 30 : deuxième vague essayant de fournir de l’information aux consommateurs, afin que ceux-ci puissent agir plus efficacement au sein du marché. Ce fut la première période durant laquelle l’activisme des consommateurs était vu comme un moyen de tirer le meilleur avantage du marché, plutôt que de tenter de saper le marché à travers des actions de masse ou de l’agitation. Néanmoins cette phase n’offrait aucune alternative à la société de consommation. Les années 60 : troisième vague où le capitalisme et le marché devinrent des concepts acceptables, mais nécessitant quand même beaucoup de travail et d’efforts pour éviter ou contrecarrer leurs excès. Durant cette phase, beaucoup d’organisations de consommateurs américains gagnèrent en force. La fin des années 80 : bien que la consommation “verte” en Europe ait été le facteur crucial d’une nouvelle phase à la fin des années 1980, plusieurs aspects majeurs ont contribué à un nouvel essor des mouvements de consommateurs. Un des aspects a été la prolifération des ordinateurs et de l’accès à Internet au début des années 1990. De plus, les organisations de consommateurs connurent une croissance très forte et très rapide. Les préoccupations des consommateurs occidentaux ont été englobées dans « la consommation éthique », ce qui signifie acheter et consommer en prenant en considération le respect de l’environnement et des animaux, mais elles émanent de la longue histoire des différents mouvements de consommateurs. 3 Source : Caroline Moraes, I. S. (Septembre 2010). Consumption Markets & Culture
  11. 11. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 11 Les préoccupations des consommateurs actuels incluent la responsabilité des entreprises, le commerce équitable, le bien-être des animaux, les pratiques de travail, les politiques de l'OMC et la mondialisation, ainsi que des questions plus directement liées aux risques mondiaux et systémiques telles que les crises alimentaires, la dégradation de l'environnement, et plus largement un questionnement éthique à propos du consumérisme et des pratiques du marché. Même si la consommation des particuliers reste stable, les consommateurs semblent faire de moins en moins confiance au « commerce ». Cela souligne les défis rencontrés par les entreprises pour répondre aux besoins des consommateurs qui adoptent parfois des morales contradictoires. Néanmoins, les préoccupations des consommateurs actuels ont facilité le renouveau des engagements coopératifs (ex : les banques éthiques, l’agriculture communautaire, ...). Ces consommateurs engagés sont parfois vus comme des naïfs, pensant que leurs actes en tant que consommateurs ont plus d’effets sur la société que leurs bulletins de vote lors des élections. Mais quelle que soit l’opinion que l’on peut avoir sur ces comportements, les entreprises doivent sérieusement les prendre en compte pour réussir à capter de nouveaux clients. Figure 2 : Les modes de consommation ont évolué au fil des décennies
  12. 12. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 12 1.2.Des consommateurs en recherche d’une autre approche de la consommation Une étude, menée en 2010 par Lucie K. Ozanne and Paul W. Ballantine a mis en relief quatre groupes de consommateurs4 parmi ceux qui cherchent une autre voie à l’acte d’achat en tant que tel : Les mondains apprécient les avantages sociaux que leur procure leur participation active au sein de leur groupe d’amis ou de connaissances. Leurs actions restent très théoriques, leur implication repose plus sur une reconnaissance sociale au sein de leur groupe. Les contourneurs du marché perçoivent également les avantages sociaux et communautaires, ils sont intéressés par le partage. Ils sont le groupe le moins matérialiste des quatre. Les anti-consommateurs silencieux ressentent un profond sentiment d’appartenance à leur groupe et sont fondamentalement contre la consommation. La frugalité et le partage de valeurs sont des concepts importants pour eux. Les membres passifs ne sont pas impliqués socialement, ils n’ont pas non plus de fortes valeurs anti-consommation. Les auteurs ont mis en évidence que le partage pouvait être une structure alternative du marché, qui pourrait être adopté par ces consommateurs en recherche d’un nouveau rapport au marché de la consommation. 4 Source : K. Ozanne, L., & W. Ballantine, P. (2010). Sharing as a form of anti-consumption? Journal of Consumer Behaviour, 485-498.
  13. 13. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 13 1.3.Louer ou acheter En 2000, dans « L'âge de l'accès : la vérité sur la nouvelle économie », Jérémie Rifkin, essayiste américain et spécialiste de prospective économique et scientifique, prédisait déjà une nouvelle civilisation basée sur l'empathie. Visionnaire de la notion de consommation collaborative, il avait un discours précurseur concernant notre changement de mentalité : « Le rôle de la propriété est en train de subir une transformation radicale. Les conséquences de cette révolution sont d’une conséquence et d’une portée fondamentale pour notre société. […] D’ici à 25 ans, l’idée même de propriété paraîtra singulièrement limitée, voire complètement démodée. […] C’est de l’accès plus que de la propriété que dépendra désormais notre statut social. » 5 Alvin Toofler6 suggéra même que cette évolution comportementale serait accentuée par l’augmentation de la durée de vie et un environnement de plus en plus changeant. Cela nous impose en effet une capacité rapide d’adaptation et une nécessité de « vivre léger », c’est-à- dire sans posséder. Au Royaume-Uni, il est estimé qu’en 2020, un cinquième des dépenses des foyers (environ 180 milliards de £) sera passé de l’achat à la location.7 Le WRAP (Waste & Resources Action Programme initié par le gouvernement anglais) estime que d’ici 2050, 90% du marché de l’outillage sera un marché de location. Cependant location et possession ne s’opposent pas. La location n’est pas uniquement une évolution naturelle de la possession. Il est vrai que celle-ci est aujourd’hui favorisée par le climat de récession qui règne dans un grand nombre de pays développés. Ainsi, 10% des personnes interrogées dans ces pays utilisent Internet pour louer des produits de luxe8 . Par contre, les clients du luxe dans les pays émergents manifestent beaucoup moins d’intérêt pour la location. En réalité, si on loue certains produits (robe de mariée, smoking, accessoires…), c’est en général pour pouvoir s’offrir d’autres biens. Ainsi 92% de ceux qui louent des produits de luxe en possèdent déjà. La location est au service de la possession : ainsi, en économisant sur certains biens (en les louant), on se donne plus de moyens pour obtenir d’autres biens. 5 Source : http://www.greenzer.fr/consommation-collaborative-solution-anti-crise-3924?page=0,1 6 Source : Toffler, A. (1970). Future Shock. New York: Random House 7 Source : Butler, S. (2011, 12 11). Either a borrower or a lender be. The Times. 8 Source : IPSOS, 2012
  14. 14. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 14 1.4.Facteurs expliquant ce phénomène 1.4.1. Le web 2.0 En favorisant le partage de contenus online et l’usage des communautés (notamment des réseaux sociaux), le web 2.0 a banalisé ces usages en habituant les mentalités à cette culture de partage et d’échange peer-to-peer dans la vie réelle. Il a aussi généralisé ces pratiques à des activités quotidiennes (et plus seulement à des conjonctures particulières) et à des inconnus (et non plus limitées au cercle de proches). Tout cela grâce à l’émergence d’espaces collaboratifs (places de marché, communautés peer-to-peer où se font la redistribution, le partage ou l’échange) et à des systèmes de réputation (permettant de « construire la confiance des acheteurs et d’entretenir la loyauté des vendeurs ») nécessaires à l’instauration de cette consommation collaborative. 1.4.2. La préoccupation environnementale La préoccupation environnementale grandissante fait prendre conscience de la nécessité d’une consommation plus durable, passant notamment par l’optimisation des ressources. Néanmoins, les « partageurs » ne font pas de l’argument écolo un facteur décisif de leur démarche, même s’ils ne sont pas mécontents de préserver leur environnement. 1.4.3. La crise de sens La crise de sens, qui découle entre autres des deux facteurs précédents, amène les individus à repenser leur façon de vivre et de consommer. Cette quête de sens se traduit, d’une part, par la redécouverte du lien social (le collectif, la solidarité, la coopération). C’est le « moi-nous » de la « ré-alliance » (Françoise Bonnal). D’autre part, elle débouche sur une remise en question de notre façon de consommer (volonté de rupture avec le « toujours plus ») afin qu’elle soit moins nuisible pour l’environnement mais aussi moins superficielle pour soi. Nous entrons dans l’ère du « bien avoir » (Rémy Oudghiri, Directeur des Etudes Prospectives à Ipsos).
  15. 15. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 15 1.4.4. L’effet crise « Les Hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité, et ils ne voient la nécessité que dans la crise », Jean Monnet. Selon une étude du Credoc9 , la crise économique actuelle impacte le comportement des consommateurs : « Un tiers des Français déclarent consommer moins pour faire des économies ……C'est le modèle même d'hyperconsommation qui pourrait finalement être remis en cause », estime le Crédoc. L’acte de consommation devra avoir plus de sens et de valeurs. Il s'agira sans doute d'acheter plus utile, parfois moins mais surtout mieux, en privilégiant par exemple les produits locaux et écologiques et en développant de nouveaux modes de consommation comme l'achat d'occasion ou la location, davantage centrés sur les services rendus par le produit et moins sur la possession de l'objet lui-même. Les prévisions de Xerfi10 font état d’une baisse du pouvoir d’achat par ménage sur l’ensemble de la période 2010-2012. Les consommateurs doivent arbitrer sur les dépenses dites « non contraintes » répertoriées en trois groupes :  Les « condamnés », ou les postes de consommation les plus exposés aux arbitrages des ménages : l’automobile, la restauration, les vêtements.  Les « épargnés », c'est-à-dire les postes dont la consommation va continuer de progresser plus rapidement que la moyenne : l’entretien de la maison (bricolage, jardinage), la culture, les loisirs, le tourisme de proximité et le bien-être (produits et soins de beauté).  Les postes en « sursis », autrement dit ceux qui ont une position intermédiaire et qui peuvent faire l’objet d’arbitrages aussi bien positifs que négatifs : l’équipement du foyer (décoration, meubles et appareils ménagers), l’équipement de la personne (maroquinerie, bijouterie, horlogerie et chaussures), et le tourisme (séjours touristiques, hôtellerie, …). 9 Source : http://www.france24.com/fr/20111123-tiers-francais-consomment-moins-faire-economies-selon-le- credoc 10 XERFI. (2011). L’e-commerce face aux nouveaux modes de consommation. XERFI.
  16. 16. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 16 Ces postes de dépenses « non contraintes » sont donc susceptibles de faire l’objet d’un autre arbitrage : louer ou acheter ? Le développement du marché de la vente d'occasion connaît une croissance importante :11 Année Taux de Croissance 2008  + 6 % 2009  + 8 % 2010  + 5 % 41% des français ont déjà goûté à l’occasion en 2011, ils étaient 27% en 2007 (L.T., 2012). Certains sites internet ont converti les Français au marché de l’occasion : - Leboncoin.fr compte 4 millions d’adeptes et devance le géant eBay.fr ; - Covoiturage.fr a franchi la barre du million de fans, tandis que le nombre de trajets a augmenté de 100% entre juin 2011 et septembre 2011 par rapport à l’été 2010. On peut s’interroger sur l'effet de la crise économique, mais le développement de ces pratiques touche également les couches favorisées de la population. Cela peut être interprété comme un signe d'évolution du consommateur, passant d'un comportement de "propriétaire de bien" à celui d'usager d'un service. La crise économique favorise (et valorise) le développement d’une culture de l’achat malin et de la bonne affaire, ainsi que la mise en place de système d’entraide, de solidarité. Ces pratiques sont également l’occasion de générer un revenu supplémentaire, en transformant une possession ou une compétence en argent comptant. « Depuis plusieurs années les consommateurs élaborent des stratégies personnelles pour mieux gérer leur budget » (Danielle Rapoport, psychologue et directrice du cabinet d’études et de conseil DRC). Ces consommateurs cherchent aussi à être plus autonomes, maîtres de leurs choix. Ces nouveaux comportements, associés à un pouvoir d’achat en berne, ont 11 ARAVIS - Innovation sociale en Rhône-Alpes. (2010). Variable 6 “Les modèles de consommation”. ARAVIS.
  17. 17. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 17 changé nos méthodes de consommation : la façon dont on accède aux produits est aujourd’hui aussi importante, voire plus, que le fait même de les posséder. En conclusion, selon le blogueur Antonin Léonard, « nous avons aujourd’hui à notre disposition des milliers de produits, mais, dans le fond, ce qui nous intéresse, ce n’est pas d’en être propriétaire, c’est de les utiliser ».
  18. 18. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 18 1.5.Analyse de l’environnement (Modèle PESTEL) L’industrie de la location est portée par des forces et des tendances qui influencent et structureront fortement ce marché. Ci-dessous, nous avons listé les dimensions qui convaincront le plus le grand public, à adopter les sites de location en ligne comme des outils de consommation normaux. (1 : impact faible à 5 : impact très important) DIMENSION COMPOSANTE IMPACT SUR LA STRATEGIE 1 2 3 4 5 Politique RAS Economique Augmentation du chômage : la possibilité de gagner facilement de l’argent sans perdre ses droits au chômage sera un élément incitateur Baisse du pouvoir d’achat : la possibilité de compléter son revenu mensuel sans investissement en temps sera un élément incitateur Sociétale Style de vie (anti-consumérisme, usage d’un bien) : la notion d’usage d’un bien au lieu d’en être propriétaire est une tendance croissante Accès à internet : l’accès à internet est devenu aussi répandu que l’accès à la télévision. L’accès à internet via son téléphone mobile va même surpasser dès 2014 l’accès classique via un ordinateur (cf figure 3) Usage des réseaux sociaux par tranche d’âge : 49% des internautes de moins de 30 ans sont actifs dans un réseau social. Cette proportion chute à 16% pour la tranche des 30-44 ans Technologique Augmentation des mobinautes (cf Figure 2) : dès 2014, le nombre d’utilisateurs d’internet via leurs Smartphones dépassera ceux qui y accèdent depuis un ordinateur. Les Smartphones deviennent un classique, ainsi que les offres internet illimité Versioning des navigateurs internet : le nombre de navigateurs ainsi que leur grand nombre de versions rendent plus difficile la compatibilité des sites internet et un usage total des fonctionnalités d’un site pour 100% des internautes. Microsoft Internet Explorer ne cesse de perdre de l’importance, au contraire de Google Chrome. Néanmoins, la croissance forte de la norme HTLM5 simplifiera les compatibilités. Augmentation des investissements et des compétences nécessaires pour développer un site : s’il y a 10 ans, il suffisait de s’y connaitre en HTML ou PHP pour faire un site internet, il est désormais indispensable de maîtriser les toutes dernières technologies : Graphique, CSS, PHP, référencement internet, Google Analytics, SQL, … Bande passante internet : depuis un téléphone ou depuis un ordinateur, l’internaute ne se soucie plus de la taille des pages internet qu’il visite. Il est donc dorénavant possible de mettre à disposition de l’information volumineuse pour les internautes. Environnemen tale Augmentation de la conscience écologique : les mouvements écologiques font modifier la perception d’un acte d’achat par un consommateur. Le besoin d’acheter se transforme en besoin d’utiliser. Légale Loi sur la protection des données des internautes : risque de ne plus pouvoir faire de la publicité ciblée. Taxation de revenus dissimulés : si le développement de l’économie souterraine se développe, il est envisageable que le gouvernement cherche à récupérer des taxes sur les sources de revenus complémentaires des internautes. Etant donné que REZOLOC ne prend aucune commission sur les locations, nous ne serions pas à même de pouvoir communiquer une liste de noms. Nos utilisateurs seraient même plus facilement invisibles pour l’Etat.
  19. 19. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 19 Figure 3 : Usages de communication et âge (Trémenbert, 2010) Figure 4 : Utilisateurs de Smartphones Vs Utilisateurs d'ordinateurs Conclusion : les changements sociétaux (usage d’un bien) et économiques (baisse du pouvoir d’achat) sont les principales dynamiques qui influenceront l’industrie de la location de biens entre particuliers. Christophe GUYOMAR, AUDENCIA EXECUTIVE MBA 2012 19 / 81
  20. 20. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 20 2. LE CONCEPT REZOLOC 2.1.Mission de la société « Pour les personnes souhaitant mettre en location ou louer un bien, REZOLOC est un site internet de type réseau social mettant en relation le locataire avec le propriétaire, en optimisant la proximité du bien pour le locataire, et en apportant une relation de confiance au propriétaire ». Le propriétaire et le locataire font partie du même réseau d’amis, leurs amis communs servent de tiers de confiance dans l’acte de location. REZOLOC ne propose pas de service de location. Le site n’est qu’un support en ligne et se contente de mettre en relation des personnes désirant louer ou mettre en location un bien. REZOLOC n’intervient pas dans la transaction financière entre le propriétaire et le locataire et ne prend aucune commission sur le prix de la location.
  21. 21. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 21 2.2.Analyse de la concurrence 2.2.1. Les segments stratégiques Secteur étudié : les sites e-commerce du « consommer à moindre coût » 1. Les sites d’occasion. Acteurs phares : Créé par les groupes de presse Spir Communication et Schibsted, le site d’annonces gratuites « Leboncoin » profite pleinement des effets de réseaux. A tel point que le modèle de la gratuité pourrait à terme s’imposer sur le marché en ligne de l’occasion. Les places de marché, eBay et PriceMinister en tête, ont fait d’ailleurs évoluer leurs gammes de services et grilles tarifaires au profit des vendeurs professionnels. Une stratégie qui favorise un glissement progressif des business models du CtoC vers le BtoC. 2. Les sites de vente privée. Acteurs phares : Pionner de la vente événementielle sur Internet, Vente Privée confirme son leadership d’année en année et oblige ses concurrents à revoir leur positionnement. Leur redéploiement passe notamment par la diversification des sources de revenus (offre de collections permanentes, monétisation de l’audience, …) et des stratégies de niche (segmentation de l’offre par niveau de gamme, …). Le secteur reste encore attractif pour les investisseurs privés. Le fond Accel Partners est entré en août 2010 dans le capital de Showroomprivé, numéro deux du secteur. 3. Les sites de location. Acteurs phares : Le récent lancement de Lokéo, spécialisé dans la location en ligne d’appareils électroménager et multimédia, par le groupe HTM (enseignes Boulanger et Electro Dépôt) pourrait inciter de nombreuses enseignes d’équipement de la maison ou de la personne à s’engouffrer dans la brèche. L’arrivée de retailers ne doit toutefois pas être considérée comme une entrave au développement de plateformes de mise en relation généralistes (Zilok, Jelouetout, e-loue…) sur un marché de la location encore largement sous-exploité. Certains sites font exclusivement de la
  22. 22. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 22 location (ex : e-loue), d’autres ont d’autres services en parallèle comme la vente d’occasion ou le troc (ex : Consoglobe). 4. Les sites de troc. Le segment est dominé par des sites de mise en relation entre internautes, sites rémunérés grâce à la publicité. Acteurs phares : Des opérateurs (tels que Trocminute.com) s’y sont positionnés avec un modèle alternatif : celui de « plateforme communautaire d’échanges » qui, bien que payant, séduit les internautes grâce à un système de catalogue électronique multipliant les opportunités d’échange. 5. Les sites d’achats groupés. Le team buying avait fait son apparition sur internet en 1999-2000 avant de disparaître avec l’éclatement de la bulle internet. Il revient en force. Acteurs phares : L’année 2010 a été marquée par la création de nombreux sites (Clubdeal, Groupon, Dealisissime….) relevant du modèle de « ventes en ligne de coupons ». Ces sites, qui font jouer la notion de communauté (recrutement sur Facebook et Twitter, système de parrainage…), sont en passe de s’imposer face aux plateformes qui ont pour seule fonction de mettre en relation des groupes d’acheteurs et de vendeurs sans réelle négociation entre les parties. 6. Les sites de cashback. Malgré son ancienneté (début des années 2000), le phénomène cashback prend seulement aujourd’hui sa pleine mesure. Les spécialistes de la « rétro-commission » dotent leurs sites de fonctions supplémentaires (codes promo, comparateur de prix) pour séduire un consommateur à la recherche de bonnes affaires. Ils pourraient rapidement être imités par les cybermarchands. Acteurs phares : Fnac.com propose un service cashback depuis 2010, en partenariat avec le leader français du secteur eBuyClub. REZOLOC se positionne sur le secteur de : «La location entre particuliers de biens et de services ».
  23. 23. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 23 2.2.2. Intensité concurrentielle (critères de Porter) 1. Menaces de nouveaux entrants : - Aucun acteur majeur du segment actuel (zilok ou e-loue) n’a atteint une taille critique en termes de nombre de membres (cf annexe VI) qui en ferait une barrière à l’entrée. Si l’un de ces sites devenait un référent du type leboncoin.fr, il serait alors difficile de créer une offre similaire. Ce marché est en effet proche du type « Winner take all » c’est-à-dire un marché où le gagnant prend tout, au sens où seul le plus performant subsiste. Il deviendrait alors indispensable de se différencier fortement afin que les utilisateurs (locataire ou propriétaire) voient l’offre comme une opportunité complémentaire et non comme une proposition redondante. - D’autres acteurs phares de l’internet entre particuliers peuvent rapidement arriver sur ce segment. Le plus dangereux reste leboncoin.fr qui peut rapidement offrir sur son site une offre de mise en relation entre des propriétaires et des particuliers. Par contre, il n’est pas dans son ADN de jouer le rôle d’intermédiaire de confiance ni de se transformer en réseau. Actuellement, la puissance de cette force peut être évaluée à : 7 / 10 Dans un horizon à 5 ans, la puissance de cette force peut être évaluée à : 3 / 10 2. Concurrence : - Seulement deux acteurs se sont fait connaître : zilok.fr et e-loue.com. Leur business model est identique et ils sont en concurrence directe. Zilok a une légitimité plus forte ainsi qu’un nombre de membres plus importants, mais e-loue est plus actif en terme de communication. Leurs coûts fixes sont élevés au vu de leurs pertes en résultat net mais le secteur en croissance forte attisera la concurrence. Actuellement, la puissance de cette force peut être évaluée à : 6 / 10 Dans un horizon à 5 ans, la puissance de cette force peut être évaluée à : 9 / 10 3. Pouvoir des acheteurs : Les clients de Rezoloc sont ceux qui cherchent à louer en confiance et qui n’ont pas encore franchi l’étape de louer à des inconnus sur un site concurrent. La différenciation de Rezoloc basée sur la confiance permet de capter ces clients. Une fois leur réseau et leur catalogue d’objets créés sur rezoloc, quitter rezoloc pour un concurrent leur demandera plus de sacrifices. Actuellement, la puissance de cette force peut être évaluée à : 5 / 10
  24. 24. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 24 Dans un horizon à 5 ans, la puissance de cette force peut être évaluée à : 5 / 10 4. Menaces de produits de substitution : Les professionnels de la location (ex : Kiloutou) peuvent attirer certains locataires en recherche de normes, de contrats standards, de réassurance. Actuellement, la puissance de cette force peut être évaluée à : 2 / 10 Dans un horizon à 5 ans, la puissance de cette force peut être évaluée à : 2 / 10 5. Pression réglementaire : - Même si le site internet ne fait que mettre en relation des personnes, même si celui-ci se dédouane sur ses mentions légales de toute responsabilité en cas de litige entre le propriétaire et le locataire, la réglementation risque de s’intensifier, amenant le site internet à devoir endosser plus de responsabilités dans la transaction entre le locataire et le propriétaire. Actuellement, la puissance de cette force peut être évaluée à : 3 / 10 Dans un horizon à 5 ans, la puissance de cette force peut être évaluée à : 4 / 10 6. Pouvoir des fournisseurs : - A moins de considérer les clients Rezoloc comme des fournisseurs d’annonces, il n’existe pas de fournisseurs au sens propre Actuellement, la puissance de cette force peut être évaluée à : 0 / 10 Dans un horizon à 5 ans, la puissance de cette force peut être évaluée à : 0 / 10
  25. 25. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 25 Synthèse des 5 Forces de PORTER : Figure 5 : Synthèse des forces de Porter En conclusion, la menace de nouveaux entrants et la concurrence sont les éléments à maîtriser afin de construire un avantage concurrentiel décisif et durable. La meilleure façon de contrer ces forces est de créer une barrière à l’entrée ; la principale barrière à l’entrée est le volume de membres actifs. De la même façon que Google+ a du mal à faire venir les internautes sur son réseau social (car il n’offre rien de plus que Facebook) une fois les propriétaires inscrits sur Rezoloc et après qu’ils y ont construit leurs réseaux, il sera alors difficile pour un concurrent de les convaincre de refaire ce même travail sur leur site. 0 5 10 Menace de nouveaux entrants Concurrence Pouvoir des acheteurs Menace de produits de substitution Pression réglementaire Pouvoir des fournisseurs MAINTENANT DANS 5 ANS
  26. 26. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 26 2.2.1. Les groupes stratégiques Segment étudié : La location entre particuliers Figure 6 : groupes stratégiques Dans quel groupe sommes-nous ? REZOLOC est exclusif de la location (point de parité avec ses concurrents directs) et repose sur des membres reliés entre eux via un réseau d’amis (point de différence)
  27. 27. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 27 2.2.2. Forces et faiblesses des concurrents FORCES FAIBLESSES Concurrents directs e-loue - Très bien référencé - Capacité à faire du « rating » sur les membres - Seulement 35 000 membres - 15% de commission - Impossible de se transformer en un réseau social - Il est difficile de prêter à ses « amis » sans payer une commission au site (sauf en connaissant son email ou tél perso et donc en passant par un autre media de contact) Zilok - Précurseur donc légitime - 125 000 membres - Capacité à faire du « rating » sur les membres - International, présent aux USA - Se rémunère sur chaque transaction (ZILOK a été 100% gratuit pendant 1 an) - Seulement 100 000 membres - 25% de commission - Impossible de se transformer en un réseau social - Il est difficile de prêter à « ses amis » sans payer une commission au site (sauf en connaissant son email ou tél perso et donc en passant par un autre media de contact) Concurrents indirects Leboncoin.fr - Site internet français le plus visité - Facilité à proposer une offre « location » - L’ADN du site est de rester simple et de ne pas évoluer - Impossible de se transformer en un réseau social Chiffres d’affaires des concurrents directs ZILOK et E-LOUE : Sites CA en 2008 CA en 2009 CA en 2010 CA 2011 E-LOUE N/A N/A 150 000 € 500 000 € ZILOK 17 411€ (Pertes de 567 000 euros) CA non communiqué (Pertes de 734 000 euros) 480 000 € CA non communiqué Ces chiffres sont incomplets car ces deux sociétés ne publient pas leurs comptes mais ils montrent deux aspects intéressants : - Une croissance rapide des deux sites (30% par mois en membres et chiffres d’affaires pour e-loue) - Des pertes importantes qui ne peuvent s’expliquer que par des budgets de communication conséquents et une masse salariale excessive.
  28. 28. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 28 2.3.Le marché Selon l’étude de l’agence CLM BBDO, intitulée "L’Émergence d’une nouvelle consommation, une nouvelle donne pour les marques", réalisée en 2009, 45% des Français sont prêts à louer un produit plutôt que l’acheter. Pourtant, si l’on additionne les membres inscrits en 2012 sur les deux sites internet leaders de la location entre particuliers, nous atteignons seulement 160 000 membres. Certaines personnes louent à des professionnels mais il subsiste des freins à la location entre particuliers. Une étude de marché a été menée en janvier 2011 auprès de 120 personnes interrogées, cette étude a obtenu 90 réponses. Le détail des réponses est disponible en annexe VII , nous pouvons en sortir la synthèse suivante : • Même si 77% des personnes n’ont jamais loué un de leurs biens, une proportion identique pourrait l’envisager. • La peur que l’objet soit cassé et la crainte de laisser son bien à un inconnu sont les principaux freins pour mettre un bien en location. • 57% des personnes interrogées voient le fait de ne pas connaître le locataire comme un frein à la location. Nous retrouvons cette cohérence avec 59% des gens trouvant important voire décisif le fait de connaître la personne qui partira avec son bien. En conclusion, le lien de confiance entre le propriétaire et le locataire est un facteur décisionnel pour adhérer au concept.
  29. 29. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 29 2.4.Les Facteurs Clés de Succès L’étude de marché a permis de clarifier les facteurs influençant le succès de la location entre particuliers :  Etre capable de proposer un important volume de biens à louer  Etre capable de proposer au locataire le bien recherché à proximité de chez lui  Etre capable de convaincre les propriétaires de mettre leurs biens en location en ayant confiance dans le locataire  Etre capable d’être connu du grand public En annexe V est positionné Rezoloc face à ses concurrents directs en fonction des facteurs clés de succès. Il en ressort que Rezoloc possède une plus grande capacité à convaincre les propriétaires de mettre leurs objets en location en leur apportant de la confiance. Cependant, Rezoloc est un nouvel acteur du marché avec aucun membre inscrit. La croissance en nombre de membres inscrits devra être très rapide si Rezoloc souhaite s’imposer comme l’acteur de la location de confiance. 2.5.Bilan de l’analyse 2.5.1. Opportunités & Menaces OPPORTUNITES MENACES • Aucune barrière technique à l’entrée : un site internet de location de biens entre particuliers ne requiert aucune contrainte technique spécifique nécessitant des compétences rares et/ou coûteuses • Aucun leader reconnu du grand public : même si Zilok et e-loue sont très présents sur les médias, ils sont peu connus du fait même que la location entre particuliers est un phénomène nouveau (cf Annexe XII : Etudes de marchés) • Un site connu qui se positionnerait sur la location : si un concurrent indirect fort d’une grande notoriété comme leboncoin.fr prenait le virage de la location, il aurait de grandes chances de capter tous les clients • Se faire connaître nécessite des investissements importants en communication : google adwords, presse, emailing
  30. 30. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 30 2.5.2. Cycle de vie du marché Figure 7 : Cycle de vie du marché de la location entre particuliers Zilok a créé le marché en 2007 et est très actif sur le plan média. Zilok et e-loue participent à démocratiser ce mode de consommation, mais nous sommes au tout début d’un cycle. En conclusion, il n’existe encore aucune barrière à l’entrée pour s’introduire sur le secteur, mais une incertitude persiste sur l’existence réelle d’un marché. Néanmoins, l’immaturité de ce marché donne la possibilité de capter des clients en manque de confiance avant que le concept de la location entre particuliers se soit démocratisé et donc libéré des craintes de casse ou de vol. ?
  31. 31. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 31 2.6.Que propose REZOLOC ? 2.6.1. Proposition de valeur pour les clients Pas de commission sur les transactions de location  Coût fixe pour le propriétaire quel que soit le nombre de fois qu’il loue son bien 2 annonces gratuites pendant 12 mois dès l’inscription  Possibilité de tester gratuitement le site en mettant en location 2 objets Coût pour le propriétaire moins cher que la concurrence  1 € pour 1 objet mis en location pendant une période de 1 mois Location en toute confiance  Location uniquement dans le cadre de mon réseau d’amis Rezoloc n’est pas la version low-cost de la location entre particuliers. Seulement, en fonction des objets loués et de leur fréquence de location, Rezoloc devient alors particulièrement avantageux pour le propriétaire (cf annexe II ).
  32. 32. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 32 2.6.2. Fonctionnement du site internet Rezoloc.com 2.6.2.1. Inscription et création de son réseau Pour déposer un produit en location, le propriétaire doit créer un compte en saisissant au minimum les informations suivantes : - Nom - Prénom - Email : pour recevoir les demandes de réservations ou les emails décrivant les biens recherchés dans sa zone géographique - Adresse complète « Rue, ville, code postal, pays » : pour géolocaliser l’offre sur une carte - Un mot de passe En option, il pourra saisir en plus : - Son numéro de téléphone - Une photo Exemple : Figure 8 : page de profil d'un membre
  33. 33. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 33 Afin de faciliter l’inscription, nous intégrons dès la page d’accueil les fonctionnalités « Facebook connect » et « Twitter Connect » qui permettent à l’utilisateur de lier son compte Facebook ou Twitter au site Rezoloc, ce qui accélère l’inscription et permet de récupérer automatiquement ses « amis » des réseaux sociaux existants. Figure 9 : Facebook et Twitter Connect 2.6.2.2. Mettre un objet en location (propriétaire) Le propriétaire pourra mettre en location un bien en saisissant au minimum les informations suivantes : - Un titre - Une catégorie sélectionnable dans une liste préétablie En option, il pourra saisir en plus : - Une photo (le cas échéant, une image type sera affichée) - Une description : c’est un espace de saisie libre permettant de décrire plus en détail les caractéristiques du bien mis en location - Un tarif de location à l’heure : par défaut à 0 € - Un tarif de location à la journée : par défaut à 0 € - Un tarif de location au week-end : par défaut à 0 € - Un tarif de location à la semaine : par défaut à 0 € - S’il accepte des demandes de devis personnalisé : par défaut coché à « OUI »
  34. 34. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 34 2.6.2.3. Du point de vue du locataire Le locataire pourra rechercher des biens à louer sans avoir au préalable créé de compte mais il sera limité à un visionnage anonyme des offres mises en location proche de chez lui. La création du compte du locataire sera identique à celle du propriétaire d’autant plus que ces 2 rôles peuvent être endossés en même temps par la même personne. Pour rechercher un bien ou service à louer, le locataire devra saisir au minimum les informations suivantes : - Un descriptif de l’objet recherché - Un code postal : lieu autour duquel il souhaite trouver l’objet. Par défaut, ce sera le code postal de son lieu d’habitation saisi à la création de son compte En option, il pourra saisir en plus : - Une catégorie sélectionnable dans une liste préétablie Une fois ces informations validées par le locataire, le site internet recherchera en base de données les biens répondant à ses critères. La page de résultat des recherches se présentera en listing de cette façon : - Une photo : si le propriétaire n’a pas mis de photo, une image type sera affichée - Un titre : celui saisi par le propriétaire lors de la création de l’annonce - La photo du propriétaire - Le prénom du propriétaire - La première lettre du nom du propriétaire - La distance à laquelle se trouve le bien par rapport à son lieu d’habitation - Le prix de location à la journée
  35. 35. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 35 Figure 10 : moteur de recherche et listing de résultat Le locataire pourra cliquer pour voir le détail de l’annonce, le site internet lui montrera alors les informations suivantes : - Une photo : si le propriétaire n’a pas mis de photo, une image type sera affichée - Un titre : celui saisi par le propriétaire lors de la création de l’annonce - La photo du propriétaire (si celui-ci en a mis une) - Le prénom du propriétaire - La possibilité d’écrire au propriétaire - Le numéro de téléphone du propriétaire (si rendu visible) - La première lettre du nom du propriétaire - La distance à laquelle se trouve le bien par rapport à son lieu d’habitation sur une carte type Google maps - Un tarif de location à l’heure - Un tarif de location à la journée - Un tarif de location au week-end - Un tarif de location à la semaine - S’il accepte des demandes de devis personnalisés
  36. 36. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 36 2.6.2.4. Location du bien - La réservation : le locataire et le propriétaire s’accordent eux-mêmes sur les possibilités de réserver le bien (email, téléphone) - Le paiement : le locataire paie directement en face à face au propriétaire. Il est de la responsabilité du propriétaire de demander un chèque de caution ou de signer un contrat de location (un formulaire type sera téléchargeable sur le site)
  37. 37. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 37 2.6.3. Forces et faiblesses de l’entreprise REZOLOC FORCES FAIBLESSES - Maximise le revenu pour le propriétaire car REZOLOC ne prend aucune commission - Par rapport aux concurrents, nous réduisons l’offre potentielle de locataires, ceux-ci devant faire partie du réseau du propriétaire : avec une hypothèse où chaque membre arrive à inviter 5 personnes, cela génère un vivier potentiel de 24 locataires pour ce membre - Le chiffre d’affaire des propriétaires est confidentiel (dans le cadre de l’imposition des revenus) - Par rapport aux concurrents, nous réduisons l’offre potentielle d’annonces de la part des propriétaires, ceux-ci devant faire partie du réseau du propriétaire : avec une hypothèse où chaque membre arrive à inviter 5 personnes et que chaque membre a mis 2 objets en location, cela génère un catalogue d’annonces de 48 objets pour ce membre - REZOLOC permet aux individus de tester le site gratuitement - La chaîne d’amis du réseau du propriétaire apporte de la confiance - Animation des clients potentiels des propriétaires (leur réseau est automatiquement alerté des nouveaux objets mis en location)
  38. 38. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 38 3. BUSINESS PLAN 3.1.Business model 3.1.1. Profils de clients 1) La personne cherchant à gagner de l’argent en louant ses biens 2) La personne en recherche de biens à emprunter Ces deux profils peuvent être endossés indépendamment par chaque membre du réseau social. 3.1.2. Attirer les propriétaires Même si nous mettons un objet en location, nous avons un lien affectif (même minime) avec celui-ci. Le propriétaire doit être assuré qu’il reverra l’objet qu’il a loué et qu’il sera dans le même état qu’avant la location. La confiance peut être établie de différentes manières12 . Tout d'abord, les parties peuvent faire appel à un intermédiaire pour sécuriser la transaction. Ce dernier collecte l'argent du côté du locataire. Une fois qu'il a reçu l'argent, il procède au dénouement de la transaction avec le propriétaire. Toutefois, cette solution est coûteuse pour les deux parties. L'intermédiaire va en effet réclamer une commission, réduisant d'autant le surplus que les deux parties pouvaient retirer de la transaction. Une autre solution pour les deux parties peut consister à construire elles-mêmes la confiance nécessaire au bon déroulement des échanges. Cette confiance peut venir de la perspective de transactions répétées : louer plusieurs fois le même objet, ou louer des objets différents (faible probabilité). Une autre solution consiste à insérer un tiers de confiance entre le propriétaire et le locataire, mais un tiers de confiance ne prenant pas de commission sur la transaction. Ce tiers de confiance peut être un ami commun entre le propriétaire et le locataire. Ces derniers ne seront pas tentés d'adopter un comportement opportuniste (casse du produit, vol..) s'ils savent qu'ils peuvent perdre la confiance de leur ami direct. Zilok et e-loue jouent ce rôle de tiers de confiance avec une garantie contre la casse par un assureur privé rémunéré avec un pourcentage de la commission payée par le locataire. Mais aucun de ces sites n’assure contre le vol. 12 DANG NGUYEN, G., & PENARD, T. (2004). LA GRATUITE A LA CROISEE DES NOUVEAUX MODELES D'AFFAIRES SUR INTERNET.
  39. 39. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 39 Pour lever le frein à mettre en location ses objets, le propriétaire doit être complètement mis en confiance. Sur REZOLOC, ce tiers de confiance sera un ami direct du propriétaire ou un de ses contacts proches. 3.1.1. Attirer les locataires Lorsque nous recherchons un bien à louer, nous souhaitons le trouver au plus proche de chez nous. La majorité de mes amis sont proches de chez moi, et leurs amis sont proches d’eux. La probabilité de trouver un objet proche de chez moi est maximisée en recherchant cet objet parmi le réseau de mes amis et des leurs. Les locataires potentiels sont connus du propriétaire, Rezoloc permet de prévenir (par emails) les clients potentiels des biens qu’ils sont susceptibles de louer et des nouveaux objets mis en location à proximité de chez eux. Sur Rezoloc, le propriétaire et le locataire se créent mutuellement leur marché potentiel en invitant leurs amis. 3.1.2. Sources de revenus 3.1.2.1. Pub display L'idée de base est de générer le maximum de trafic sur un site afin de pouvoir vendre de l'espace publicitaire. Le site se rapproche ainsi des médias traditionnels tels que radio et télévision. Mais ce modèle est très difficile à mettre en place, le problème majeur consiste à délivrer des informations et des services, gratuits et sans cesse renouvelés, à ses visiteurs dans l’objectif de drainer de plus en plus de monde. L'augmentation du trafic impliquant d'ailleurs une augmentation des ressources techniques nécessaires et donc une hausse des frais. Principe : liens sponsorisés utilisant essentiellement des annonces texte. Remarque : durant la première année, étant donné le faible potentiel de gains générés, le site n’affichera aucune publicité. Deux explications à cela :
  40. 40. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 40 1. Le revenu au clic par publicité (Pub display) est environ de 0,1€ pour 1000 affichages. Au vu de nos estimations de pages visitées, nous générerions la première année seulement 1 k€ 2. L’affichage de publicités peut être vécu comme intrusive par les utilisateurs, et ce sentiment est exacerbé sur les réseaux sociaux (Facebook a dû justifier l’usage de publicité) 3.1.2.2. Google Ads Ce sont des liens commerciaux, se confondant au maximum visuellement avec le site internet. Ces liens sont automatiquement intégrés dans la page en fonction du contenu de cette page. Remarque : durant la première année, le site n’affichera aucune publicité et ceci pour les mêmes raisons que celles évoqués ci-dessus pour le Pub Display. Les gains estimés sur la première année en Google Ads ont été estimés à 50€. 3.1.2.3. Fremium Modèle économique associant une offre gratuite, en libre accès, et une offre « Premium », haut de gamme, en accès payant. Avantages et inconvénient 13 : Avantages :  Certains besoins n’apparaissent qu’avec l’utilisation d’un produit / service  Nos utilisateurs « gratuits » peuvent devenir nos meilleurs commerciaux  Une masse d’utilisateurs donne de la valeur à notre service  Le Fremium me différencie de mes concurrents Inconvénients :  L’offre Fremium reste difficile à calibrer et s’avère complexe à faire évoluer dans le temps  Le Fremium peut brouiller la proposition de valeur 13 Source : http://fr.techcrunch.com/2011/03/03/le-freemium-5-raisons-d%E2%80%99essayer-3- risques-a-prendre-en-compte/
  41. 41. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 41 CONCLUSION : L’offre REZOLOC reposera sur une offre Fremium : - Possibilité de mettre gratuitement en location 2 objets pendant les 12 premiers mois consécutifs à l’inscription - Dans un deuxième temps, paiement de 1 € pour un 1 objet mis en location pendant une période de 1 mois 3.1.2.4. Offres dédiées aux professionnels Afin de gonfler le volume des offres en location ou pour offrir un service complémentaire au locataire, il est possible de construire une offre commerciale spécifique pour les professionnels de la location (ex : Kiloutou). Cette offre ne pourra se faire que dans un second temps, une fois que le site aura drainé suffisamment de clients actifs et proposants suffisamment d’objets. Les professionnels de la location (ex : Kiloutou) mettraient en ligne leur catalogue de location, par agence locale. Pour chaque recherche d’un bien par un particulier, nous mettrions en avant le bien louable chez le professionnel près de chez lui. Cette offre existe déjà chez nos concurrents Zilok et E-loue. Zilok propose notamment un abonnement de base à l’année de 365€ HT. L’intégration des professionnels sur le site REZOLOC est pour l’instant contradictoire avec son ADN communautaire.
  42. 42. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 42 3.2.Plan d’actions marketing 3.2.1. Positionnement & Offre « » 1- Différenciation : Réseau : lien personnel entre le propriétaire et le locataire 2- Attentes : Confiance : réseau d’amis donc rassurant, Flexibilité : pas de fermeture des magasins à 19h 3- Crédibilité : Cercle vertueux : cooptation des membres entre eux Fidélisation des membres : dès qu’un propriétaire dépose un objet en location, un email est envoyé à son réseau 3.2.1.1. Proposition de valeur pour le client. - S’inscrire sur REZOLOC permet de réduire ses coûts de location par rapport à un acteur standard du marché (KILOUTOU, etc..) - Mettre ses biens en location sur REZOLOC permet d’augmenter ses revenus annexes. - Mettre ses biens en location sur REZOLOC permet d’augmenter le revenu net de la location par rapport aux concurrents direct comme Zilok ou E-loue (pas de commission). - S’inscrire sur REZOLOC en tant que propriétaire ou locataire permet de créer du lien social en rencontrant les amis de ses amis.
  43. 43. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 43 3.2.1.2. Bénéfices/Sacrifices  Evaluation des bénéfices perçus par les clients : - En tant que propriétaire : o Maximise le revenu net de ses locations o Loue son bien avec plus de confiance qu’en le louant à un inconnu o Retrouve facilement le locataire en cas de non-retour car celui-ci est connu personnellement par son réseau d’amis  Conclusion : BENEFICES FORTS - En tant que locataire : o Il lui est facile de négocier un retard dans le retour du bien avec une personne proche de son réseau d’amis o Il lui est plus facile de trouver un bien proche de chez lui o Peut obtenir des prix plus intéressants en jouant sur l’amitié  Conclusion : BENEFICES FORTS  Evaluation des sacrifices perçus par les clients : - En tant que propriétaire : o Le site internet ne le rembourse pas en cas de casse du matériel o Il doit construire son réseau sur le site internet  Conclusion : SACRIFICES FAIBLES - En tant que locataire : o Au lancement du site, le locataire aura moins d’offres que sur un site concurrent o Il doit construire son réseau sur le site internet  Conclusion : SACRIFICES MOYENS Le détail des matrices bénéfices/sacrifices est disponible en annexe III
  44. 44. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 44 Dans les deux cas, la contrainte de devoir créer son réseau est le principal frein à l’adoption. Il sera nécessaire d’optimiser cette construction :  En facilitant l’import de ses contacts emails (et indiquer ceux déjà inscrits)  En facilitant l’import de ses contacts Facebook et Twitter (et indiquer ceux déjà inscrits)  En l’incitant à parrainer des amis via des offres incitatives (possibilité de mettre une deuxième annonce gratuitement en location pendant X mois, etc..). 3.2.2. Clients 3.2.2.1. Segmentation des clients - Propriétaire exclusif : o Enjeux Ce client ne souhaite pas louer de biens pour lui-même mais veut proposer certains biens à la location. Son objectif est la plupart du temps de gagner de l’argent et/ou de rentabiliser l’achat d’un bien onéreux. Il accordera de l’importance à pouvoir se séparer de son bien en toute confiance avec le locataire. Le fait de gérer le paiement de la location en direct avec le locataire sera vu pour certains comme une réassurance voire comme un moyen de gérer cette activité de façon discrète. o Offre - Rendre visibles leurs annonces auprès de leur réseau - Les aider à augmenter la taille de leur réseau - Les convaincre du gain financier qu’ils vont générer - Les rassurer sur la personne qui louera leur bien - Les rassurer sur le paiement bancaire
  45. 45. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 45 - Locataire exclusif : o Enjeux : Cet utilisateur du service n’est pas un client, au sens où il ne paye pas pour accéder aux offres de location. Il accorde moins d’importance au fait d’être en confiance avec le propriétaire, mais la proximité de celui-ci avec son lieu d’habitation est importante. o Offre : - L’aider à trouver rapidement le bien recherché - Mettre en avant le coût réduit de la location - Le convaincre des avantages pour lui de créer un réseau au lieu de louer à un pur inconnu - Locataire/propriétaire : o Enjeux : Utilisateur à deux profils, il paye pour utiliser le service et en même temps il alimente le site internet avec ses offres de location. o Offre : - Lui proposer un site fiable et facile à utiliser - Le récompenser quand il permet l’inscription de nouveaux membres (parrainage)
  46. 46. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 46 3.2.3. Le Marketing Mix (les 4P) Produit - Plateforme de mise en relation entre un propriétaire et un locataire Prix - 2 annonces gratuites pendant 12 mois - Offre Premium : annonce supplémentaire payante (1€ pour 1 objet pour 1 mois) Distribution - Site internet Communication - Partenariat avec des réseaux locaux spécialisés dans l’événementiel - Partenariat avec des blogueurs influents - Emailing de masse - Dossiers de presse 3.2.4. Objectifs 3.2.4.1. Objectifs quantitatifs Le détail de ces calculs est détaillé en annexe IX OBJECTIFS 1 ère année OBJECTIFS 2 ème année OBJECTIFS 3 ème année Nombre de membres inscrits 21 000 130 000 290 000 Nombre d’annonces gratuites 35 000 223 000 488 000 Nombre d’annonces payantes 9 000 230 000 634 000 Revenus 26 000 € 700 000 € 1 900 000 € CONFIDENTIEL
  47. 47. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 47 3.2.4.2. Variables des objectifs Descriptif de la variable Valeur les 12 premiers mois Création de nouveaux comptes de façon autonome Croissance par mois : 15 % Création de nouveaux comptes via l’affiliation Pour 1 membre qui créé son compte, 5 de ses amis vont créer un compte Suppression de comptes 10% des membres supprimeront leur compte par an TOTAL DE MEMBRES A LA FIN DES 12 PREMIERS MOIS 21 000 Nombre d’annonces gratuites par membre inscrit En moyenne, nous aurons 1,5 annonces gratuites par membre inscrit TOTAL D’ANNONCES GRATUITES A LA FIN DES 12 PREMIERS MOIS 35 000 Annonces payantes 30% des membres souscrivent à une offre premium pour 3 mois Renouvellement des annonces payantes 50% des membres souscrivent à nouveau leurs annonces pour 3 mois TOTAL D’ANNONCES PAYEES A LA FIN DES 12 PREMIERS MOIS 9 000 Figure 11 : variables des objectifs CONFIDENTIEL
  48. 48. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 48 3.2.5. Plan d’action Commercial  Rassurer les propriétaires pour qu’ils mettent leurs objets en location Support Format Ciblage Budget HT Planning Rezoloc.com Témoignages des personnes ayant déjà mis leurs biens en location Membres et non membres 0 € janvier. 2013 blog.rezoloc.com Blog interne au site rezoloc.com Membres et non membres 0 € janvier. 2013 3.2.6. Plan d’action Media  Imposer le nouveau site comme le troisième site de référence en France Support Format Ciblage Budget HT Planning Nantes After Work Réseau social nantais : - Co-animation d’une soirée avec présentation du site - email d’invitation pour créer un compte à 1500 personnes Région nantaise 20-40 ans Adeptes des réseaux sociaux 100 € novembre 2012 Olybop Blog Followers avertis qui retweetent 0 € Octobre 2012 Emailing de masse 120 000 emails 80% femme Entre 30 et 50 ans 1000 € Janvier 2013 Youtube Vidéo buzz Membres et non membres 0 € Mars 2013 Presse-citron Dossier presse pour les blogueurs influents - présentation de REZOLOC avec un lien hypertexte pour y accéder facilement Adeptes des réseaux sociaux 0 € Janvier 2013
  49. 49. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 49 3.2.7. Plan d’action de Référencement  S’imposer dans les recherches sur internet - Réflexion autour d’un ensemble de mots clés viables afin de trouver un public concerné Outils de recherche : o Google Keywords : Générateur de mots clés et concurrence o Google Insight : Tendance des recherches o Google Trends : Tendances des recherches également - Définition des catégories du site en fonction des mots clés définis dans l’étape précédente. - Création de contenus optimisés - Optimisation du moteur « social engine » pour le référencement : o h1, les titres des pages, urls, … o sitemap, google analytics, … o ancres des liens, … - Contact de sites pour échanger de liens afin d’améliorer la visibilité (netlinking) et le positionnement sur les mots clés importants du site - Travail de la « long traine » avec identification des expressions génératrices de trafic. (20% des mots clés génèrent 80% du trafic). Cette étape se fait au cours de la vie du projet via les stats Google Analytics 3.2.8. Plan d’action Marketing  Déclencher et faire croître les abonnements Premium Support Format Ciblage Budget HT Planning Rezoloc.com Animation du site : une annonce offerte pour le 500 ième objet mis en location, puis le 1000 ième , etc… Les membres 0 € Sept. 2012 Rezoloc.com Parrainage : une annonce gratuite pour le parrain pour chaque filleul qui crée un compte Les membres 0 € Sept. 2012
  50. 50. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 50 3.3. Cash Flow prévisionnel CONFIDENTIEL
  51. 51. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 51 4. PLANNING ET PRINCIPALES ETAPES Date Conditions pour valider l’action Actions Fin Septembre 2012 Fin des développements 1 er mailing de lancement du site Objectif : faire tester le site à des volontaires afin de répertorier tous les bugs et les souhaits d’évolutions Cible : nos amis soit environ 200 personnes  Début Janvier 2013 Correction des bugs Au moins 500 comptes créés Lancement officiel du site Envoi des dossiers de presse Objectif : se faire connaitre dans la presse papier et internet Cible : journaux locaux et nationaux, blogs, soit environ 100 contacts  Mars 2013 Serveur stable et supportant des montées de charge Au moins 5 000 comptes créés Communication de masse Mailing de promotion du site Objectif : Obtenir 1% de taux de transformation (1 compte créé pour 100 emails envoyés) Cible : 120 000 emails , 80% femmes, moyenne d’âge : 40 ans
  52. 52. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 52 5. ANALYSE DES RISQUES 5.1.Risques pour la pérennité de la société La société Rezoloc a été conçue afin que ses coûts fixes puissent largement être absorbés par les revenus annexes de ses deux associés. Le risque de faillite financière est donc hautement improbable. 5.2.Risque d’échec du concept A la vue de ce que nous avons décrit précédemment, les risques liés à un marché qui se révèlerait trop immature sont plus importants. Les différents risques anticipés sont décrits ci- dessous : R1 Marché de la location entre particuliers qui ne décolle pas R2 Peu de viralité entre les membres R3 Peu de propriétaires mettent leurs biens en location R4 Peu de propriétaires souscrivent à l'offre payante R5 Pas assez de fond de roulement (risque financier) R6 Perte de motivation des associés R7 Difficulté à gérer une trop forte croissance du site R8 Retard pris dans les développements Probabilité Hautement probable (95 % ou plus) Très probable (75% - 94%) Probable (50% - 74%) R3 R4 Improbable (25% - 49%) R2 R6 R7 Très improbable (1% - 24%) R1 R8 R5 Impact Négligeable Peu important Important Très important / Sérieux Catastrophique / Critique
  53. 53. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 53 Les risques d’échecs envisagés ne combinent pas simultanément haute probabilité et criticité pour mettre en danger le site Rezoloc.com.
  54. 54. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 54 6. BIBLIOGRAPHIE Muntz-Portal, Alice . 2011. consommation-collaborative-solution-anti-crise-3924. www.greenzer.fr. [En ligne] 26 08 2011. [Citation : 2011 11 29.] http://www.greenzer.fr/consommation-collaborative-solution-anti-crise-3924?page=0,1. A marketing alternative : consumer leasing and renting. OBENBERGER, ROBERT W. et BROWN, STEPHEN W. 2001. 2001. APCE. 2011. Choisir un statut juridique . APCE. [En ligne] 01 2011. [Citation : 30 11 2011.] http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1&tp=1. ARAVIS - Innovation sociale en Rhône-Alpes. 2010. Variable 6 “Les modèles de consommation”. s.l. : ARAVIS, 2010. Butler, Sarah. 2011. Either a borrower or a lender be. The Times. 11 12 2011. Caroline Moraes, Isabelle Szmigin, and Marylyn Carrigan. Septembre 2010. Consumption Markets & Culture. Septembre 2010. pp. 273-298. Cassini, Sandrine . 2009. La Tribune.fr. [En ligne] 25 11 2009. [Citation : 07 02 2012.] DANG NGUYEN, Godefroy et PENARD, Thierry. 2004. LA GRATUITE A LA CROISEE DES NOUVEAUX MODELES D'AFFAIRES SUR INTERNET. 2004. INfluencia. 2012. Quelle(s) valeur(s) pour le luxe ? INfluencia. 02 07 2012. L.T. 2012. Conso on partage ! L'EXPRESS. 11 Avril 2012, 3171, p. 90. Lambert, Nelly . 2009. Marion Carette, co-fondatrice de Zilok.com. http://www.netpme.fr. [En ligne] 10 2009. [Citation : 07 02 2012.] http://www.netpme.fr/temoignages/75-marion-carette- co-fondatrice-zilok-com.html. Le CREDOC. 2011. Un tiers des Français consomment moins pour faire des économies. France 24. [En ligne] 23 11 2011. [Citation : 23 11 2011.] http://www.france24.com/fr/20111123-tiers-francais-consomment-moins-faire-economies- selon-le-credoc. 2009. Les consommateurs face à la crise. laposte.fr. [En ligne] 10 02 2009. [Citation : 10 07 2012.] http://www.laposte.fr/lehub/Les-consommateurs-face-a-la-crise. marketing, visionary. 2011. visionary marketing. [En ligne] 3 10 2011. [Citation : 06 05 2012.] http://visionary.wordpress.com/2011/10/03/e-loue-com-le-priceminister-de-la-location- en-ligne/.
  55. 55. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 55 Sanyas, Nil. 2011. Navigateurs en France : Internet Explorer sous les 40 % de part de visites. www.pcinpact.com/. [En ligne] 4 Novembre 2011. [Citation : 22 Janvier 2012.] http://www.pcinpact.com/news/66805-navigateurs-france-internet-explorer-chrome-firefox- safari.htm. Schreiner, Grégory . 2010. Quelle solution de paiement en ligne choisir ? www.aisne- numerique.fr. [En ligne] 02 04 2010. [Citation : 01 02 2012.] http://www.aisne- numerique.fr/les-fiches-conseil/e-commerce-les-fiches-conseil/solution-paiement-ligne- choisir-1367. Sharing as a form of anti-consumption? K. Ozanne, Lucie et W. Ballantine, Paul. 2010. 2010, Journal of Consumer Behaviour, pp. 485-498. Toffler, Alvin. 1970. Future Shock. New York : Random House, 1970. Trémenbert, Jocelyne . 2010. Point sur les usages d’Internet : Usage des réseaux sociaux et e-participation. www.marsouin.org. [En ligne] 12 Octobre 2010. [Citation : 22 01 2012.] http://www.marsouin.org/spip.php?article385. Varza, Roxanne . 2010. E-loue.com vous propose des chèvres pour tondre votre pelouse. http://fr.techcrunch.com. [En ligne] 24 05 2010. [Citation : 07 02 2012.] http://fr.techcrunch.com/2010/05/24/e-loue-com-vous-propose-des-chevres-pour-tondre- votre-pelouse/. —. 2011. Le Freemium : 5 raisons d’essayer, 3 risques à prendre en compte. techcrunch.com. [En ligne] 01 03 2011. [Citation : 30 11 2011.] http://fr.techcrunch.com/2011/03/03/le-freemium-5-raisons-d%E2%80%99essayer-3-risques- a-prendre-en-compte/. VOUILLON, Clément. 2010. dossier paiement mobile m-paiement. http://clementvouillon.com. [En ligne] 30 10 2010. [Citation : 01 02 2011.] http://clementvouillon.com/2010/08/30/dossier-paiement-mobile-m-paiement/ . XERFI. 2011. L’e-commerce face aux nouveaux modes de consommation. s.l. : XERFI, 2011.
  56. 56. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 56 7. ANNEXES 7.1.ANNEXE I : Glossaire  Le locataire : tout membre inscrit sur le site qui prend en location un bien mis à disposition par un propriétaire  Le propriétaire : tout membre inscrit sur le site qui met en location un bien 7.2.ANNEXE II : Comparatif concurrentiel des gains potentiels pour un propriétaire Figure 12 : Comparatifs des gains en fonction des sites concurrents En comparaison : Objet Prix d'achat Prix moyen d'une location (par jour) Nombre de locations Revenus générés Coût REZOLOC Coût ZILOK (25% de commission sur chaque location) Coût E- loue (15% de commission sur chaque location) Une tronçonneuse 150 € 30 € 2 60 € 3 € 15 € 9 € Une voiture 10 000 € 25 € 5 125 € 3 € 31 € 19 € Une remorque 500 € 30 € 2 60 € 3 € 15 € 9 € Une console de jeu 300 € 20 € 4 80 € 3 € 20 € 12 € Un camescope 140 € 15 € 2 30 € 3 € 8 € 5 €
  57. 57. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 57 7.3.ANNEXE III : Matrice des bénéfices sacrifices - En tant que propriétaire : Sacrifices perçus Forts « No way » Défavorable à l’adoption « Coup de cœur » Indétermination forte Faibles « Pétard mouillé » Indétermination faible « Value max » Favorable à l’adoption Faibles Forts Bénéfices perçus - En tant que locataire : Sacrifices perçus Forts « No way » Défavorable à l’adoption « Coup de cœur » Indétermination forte Faibles « Pétard mouillé » Indétermination faible « Value max » Favorable à l’adoption Faibles Forts Bénéfices perçus Nous sommes dans cette zone limitrophe Nous sommes dans cette zone limitrophe
  58. 58. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 58 7.4.ANNEXE IV : Ecrans du site Internet 7.4.1. Importer des amis Figure 13 : écran « Importer des amis » 7.4.2. Trouver un objet Figure 14 : écran « Moteur de recherche »
  59. 59. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 59 7.4.3. Profil des membres Figure 15 : écran « Profil d'un membre » 7.4.4. Panier de commande Figure 16 : écran « Tunnel de commande »
  60. 60. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 60 7.5.ANNEXE V : Les facteurs Clés de Succès des principaux acteurs 2011 2013 REZOLOC ZILOK E-LOUE FCS 1 Etre capable de proposer un volume de biens important à louer 1 4 3 FCS 2 Etre capable de proposer au loueur le bien recherché à proximité de chez lui 3 3 3 FCS 3 Etre capable de convaincre les propriétaires de mettre leurs biens en location 5 3 3 FCS 4 Etre de capable de générer de la confiance entre les propriétaires et les locataires 5 2 2 REZOLOC ZILOK E-LOUE FCS 1 Etre capable de proposer un volume de biens important à louer 4 5 3 FCS 2 Etre capable de proposer au loueur le bien recherché à proximité de chez lui 5 4 3 FCS 3 Etre capable de convaincre les propriétaires de mettre leurs biens en location 5 3 3 FCS 4 Etre de capable de générer de la confiance entre les propriétaires et les locataires 5 2 2 FCS 5 FCS 6
  61. 61. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 61 7.6.ANNEXE VI : Les concurrents directs  www.e-louer.com  Positionnement :  Âge : 1 an (créé en 2010)  Multilingues : Français uniquement  Géographie : France  Membres : 35 000  Volume : 81 000 biens à louer en France (au 30 nov. 2011)  Options pour le propriétaire  1 photo  Titre de l’annonce  Nombre de produits similaires  Valeur de la caution  1 descriptif  Catégorie (9 catégories et 61 sous-catégories – voir Annexe II)  Prix à l’heure  Prix par jour  Forfait week-end  Forfait semaine  Forfait 15 jours  Forfait mois  Business model  Commission de 15% prise par le site sur le prix de transaction final Actuellement, il y a plus de 30% de croissance mensuelle en terme de trafic, de CA et plusieurs dizaines de milliers d’utilisateurs actifs.  www.zilok.com  Positionnement :  Âge : 4 ans (2007)  Multilingues : 3 langues  Géographie : France métropolitaine (et UK, Belgique, NL et USA)  Membres : 125 000 (en octobre 2011)  Croissance : 25% par an
  62. 62. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 62  Volume : 158 658 biens à louer en France au 12 nov. 2011 (voir annexe I)  Options pour le propriétaire  Titre de l’annonce  Catégorie (9 catégories et 61 sous-catégories – voir annexe III)  Prix par jour  Forfait week-end  Forfait semaine  Forfait mois  1 descriptif  Nombre de produits similaires mis en location  1 photo (< 1mo)  Valeur de la caution exigée  Business model  N° surtaxé en 08 : (1,35 € + 0,34 €/minute)  25% de commission payé par le locataire qui servent aussi à assurer le bien loué contre la casse L'économie : depuis le lancement du site, un particulier utilisateur a touché, en moyenne, 80 euros grâce à ce service. La société : lancée fin 2007 par trois associés, Zilok emploie neuf collaborateurs. (source : http://lentreprise.lexpress.fr/etapes-creation-entreprise/troc-location-partage-des- creneaux-a-exploiter_18669.html)  www.ecomodo.com  Âge : 2 ans (Lancé en Avril 2010)  Membres : 2 200 (en Décembre 2011)  Volume : 1347 biens en locations  Croissance : 100 nouveaux membres par mois  www.rentmyitems.com  Âge : <1 an (Lancé en septembre 2011)  Membres : 516 (en Décembre 2011)  Volume : 1500 biens en locations Perspective : espère avoir 60 000 biens en locations d’ici fin 2013
  63. 63. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 63 7.7.ANNEXE VII : Transactions bancaires Quasiment tous les acheteurs en ligne ont payé en ligne (93%) lors de leurs achats. La confiance est établie et se renforce avec la régularité des achats. Ils payent en majorité avec leur carte bancaire (65%). Deux autres modes de paiement émergent : le virement ou chèque (8%) et le PayPal (3%) et pour la première fois Internet + fait son apparition 7.7.1. Internet+ (fournisseurs téléphoniques) BOKU : www.boku.com (filiale de PayPal) 7.7.2. Les M-PAIEMENT : « Pour les achats inférieurs à 10€, 63.7% des mobinautes interrogés seraient prêts à être débités sur leur facture opérateur. Ce taux chute à 29% et 12% pour des montants respectivement jusqu’à 30€ et 50€. » http://clementvouillon.com/2010/08/30/dossier-paiement-mobile-m-paiement/ « Les achats via les smartphones décollent en France pour atteindre 2,2 milliards d'euros. En 2012, les Français devraient dépenser 2,2 milliards d'euros en utilisant leur mobile. Selon les prévisions d'une étude Kelkoo par le Centre For Retail Research, publiée ce mardi 31 janvier, ils seraient les plus dépensiers en Europe, derrière les Britanniques (5,4 milliards d'euros) et les Allemands (3,2 milliards d'euros). Au chapitre du e-commerce, 2012 s'annonce comme une nouvelle année dynamique pour les achats sur mobile. La France devrait enregistrer la troisième plus forte croissance européenne (+71%), derrière la Suisse (+111%) et l'Espagne (+73%). Malgré un faible taux d'équipement en smartphone, estimé à 35% (contre 46% au Royaume- Uni), la part des achats via mobile devrait représenter 4,6% du marché de l'e-commerce en France en 2012. L'arrivée des tablettes numériques dans les foyers aurait aussi son effet dans l'explosion du M-commerce au sein de l'Hexagone, commente l'étude. En 2011, les Français ont dépensé en moyenne 118€ via leur smartphone, bien loin des Britanniques, les plus grands dépensiers européens (226€). » Source : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-le-m-paiement-decolle-en-france- 47609.html
  64. 64. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 64 7.7.3. Les portefeuilles électroniques (e-wallet) KWIXO : https://www.kwixo.com/ Figure 17 : tarifs bancaires KWIXO PAYPAL : https://cms.paypal.com Figure 18 : Tarifs des transactions Paypal
  65. 65. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 65 Figure 19 : Frais bancaires Paypal 7.7.4. Les sites bancaires officiels BANQUE : (Schreiner, 2010) Figure 20 : Frais de coûts et de transactions bancaires en fonction des banques
  66. 66. 7.8.ANNEXE IX : Hypothèses de calculs Hypothèses de bases pour les calculs de trafic et de revenus Hypothèse MOYENNE de trafic internet : CONFIDENTIEL CONFIDENTIEL
  67. 67. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 67 7.9.ANNEXE X : Prévisions Financières CONFIDENTIEL
  68. 68. 7.10. ANNEXE XI : CV des associés Christophe GUYOMAR Direction 36 ans Expérience Directeur informatique Insudiet - Champtoceaux, France (CDI - Décembre 2006, En cours) Gestion d’un centre de coûts - Management de 6 personnes  Direction d’un projet de développement de site internet médical  700 médecins utilisateurs  Gestion de la politique de sécurisation des données  Organisation et gestion d’une mission stratégique sur la définition du métier de l'entreprise.  Définition validée et agréée par l'ensemble du Comité de Direction  Déclinaison en axes opérationnels  Développement des analyses décisionnelles des données  Construction d'un infocentre CRM et financier  Analyse comportementale des clients sous SAS  Déploiement d’outils de reporting déportées (autonomie des utilisateurs)  Refonte complète des sites internet  Flexibilité et adaptabilité face aux besoins marketing & commerciaux  Amélioration du référencement  Virtualisation des serveurs  Migration de 14 serveurs sous VMWARE  Haute disponibilité et diminution du temps de reprise d’activité  Rationalisation des coûts téléphoniques  Réduction des coûts de 25%  Réorganisation informatique  Réduction de la masse salariale de 22%  Monétique : Mise en place de la solution CyberPlus de ATOS  Réduction des coûts de 10 000 € par an Chef de Projet E-business Saunier Duval- Vaillant - Nantes, France (CDI – 2001-2006) Management de 2 personnes
  69. 69. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 69  Implantation à l’international des sites E-Business Vaillant Group  Jusqu’à 7 Millions d’euros de chiffre d’affaire généré par mois et par site  Déploiement d’une application mobile pour le Service Après-Vente en Belgique  200 techniciens équipés de Pocket PC et d’imprimantes portables Bluetooth  Chaudières Intelligentes (R&D / Marketing groupe) : conseiller technique pour la France  Portail de maintenance préventive et prédictive avec modem analogique et GPRS embarqué  IT Cost Assessment (Finance groupe) : Identification et analyse des coûts informatiques de 24 entités du groupe Vaillant Group  Réduction des coûts informatiques de 6 Millions d’euros par an Consultant CRM Cap Gemini - Nantes, France (CDI – 1999-2001)  Porteur de l'offre CRM  Participation à la réflexion du Groupe sur le contenu de l'offre CRM  Avant-vente commerciale Formations Executive MBA Audencia – Nantes, France (Mars 2011 – Septembre 2012) Le programme Audencia Executive MBA est centré sur le projet d’entreprise et s'organise autour :  De cours fondamentaux : Finance, Contrôle de gestion, Analyse financière, Stratégie, Marketing, Management et organisation, Management et Ressources Humaines, Environnement juridique  De la conduite d’un projet : Business plan et création d’une entreprise  De l'international : 2 séminaires au Brésil et en Chine sur leurs économie et axes de croissance Ingénieur en Génie Industriel - ENSGI Septembre 1996 - Avril 1999 Ecole Nationale Supérieure de Génie Industriel), école membre de l’INPG. Triple compétence technique, économique et sociale (Marketing, Logistique, Gestion de projet, Sociologie)
  70. 70. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 70 Maël MENGUY Webmaster e-commerce 28 ans Expériences Création du site Insunea.fr Insudiet - Champtoceaux, France - CDI - Septembre 2011, Décembre 2011  Analyse de la problèmatique  Rédaction des specs  Réalisation des maquettes  Configuration de magento  Développement de la boutique Magento  Intégration CSS /html, création de template, block ...  Optimisation du référencement naturel pour Magento  Mise en production Auto-entrepreneur : Création du site www.quelle-allure.fr ?Quelle Allure! - Nantes, France - Freelance - Mai 2011, Mai 2011  Configuration et installation de Wordpress  Intégration d'une solution Wordpress  Installation de plugin  Référencement naturel Webmaster e-commerce Loire-Atlantique (44) Insudiet - Champtoceaux, France - CDI - Septembre 2008, En cours  Responsable technique des sites web de l'entreprise  Réalisation de l'espace Communautaire d'Insudiet http://communautaire.insudiet.fr  Gestions du site www.insudiet.fr  Gestions du site www.donatmg.fr  Gestions du site www.maigrirparlamotivation.com Auto-entrepreneur : Création du site Marewa.fr N/A - Nantes, France - Freelance - Mars 2009, Décembre 2009  De la proposition du devis jusqu'à la mise en PROD en passant par le référencement, la création du
  71. 71. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 71 modèle de donnée.  Action en référencement sur les requêtes "location de villa à Roscoff", Compétences Référencement Naturel  Configuration de google analytics  Création de profils  Création de segments  Reporting  Push de données dans analytics  Mise en place de filtres avec les expressions régulières (regex)  Je suis actuellement en train de passer ma certification google analytics : http://google.starttest.com/ Web  Php 4 / 5  ActionScript 2.0 / 3.0  HTML/CSS  SQL  jQuery, MooTools, Prototype, Javascript natif  AJAX  XML  Notions de JAVA, .NET #C APPLICATION ONLINE  DoList, Edatis, EmailingVision  iAdvize, Lengow  Google Analytics, Googel Adwords, Webmaster Tools CMS  Magento  Wordpress  Social Engine  SPIP  Joomla! Softs  Eclipse, Visual Studio, Dreamwever, ...  Photoshop, Illustrator, Indesign, Fireworks ...
  72. 72. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 72  SVN, Tortoise, Query browser  Flex, Flash, Catalyst, blender, ... Systèmes  Windows  Mac OSx  Linux (Centos, Red Hat Debian)  Android  iOS Formations Google Analytics - Hub_Sales Avril 2010 - Avril 2010  Mise en place d'indicateurs Création de filtres, de segments avancés Magento - Flex - Architecture projet - SQLI Mai 2009 - Mai 2009  3 jours de formation sur les interactions entre flex magento et AMF/php BTS Communication visuelle Option Multimédia - ESCIN Septembre 2004 - Juin 2006  Ecole Supérieure de Création Intéractive et Numérique de Laval.
  73. 73. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 73 7.11. ANNEXE XII : Etudes de marchés Un questionnaire a été envoyé en janvier 2011 à 120 personnes, 90 personnes ont répondu :  Une infime quantité de personnes connaissent les deux sites majeurs en France de la location de biens entre particuliers (ZILOK et E-LOUE). Par contre 93% des personnes interrogées connaissent leboincoin.fr et sont donc familiers avec la notion de « commerce » entre particuliers via des sites internet. Du point de vue du propriétaire :
  74. 74. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 74  Une très grande majorité de personnes ont déjà loué des biens à d’autres particuliers. Nous avons interrogé par la suite les personnes ayant répondu « Oui » à cette question : les biens qui avaient mis en location étaient des résidences secondaires, une personne avait essayé de mettre sa voiture personnelle en location mais n’a jamais réussi à faire coïncider les demandes des clients avec les possibilités de son calendrier.  Même 77% des personnes n’ont jamais loué un de leur bien, la même proportion pourrait l’envisager  La peur que l’objet soit cassé et la crainte de laisser son bien à un inconnu sont les principaux freins pour mettre un bien en location.
  75. 75. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 75  La notoriété du site est un moyen de lever le frein à la mise en location d’un de ses biens.  57% des personnes interrogés voyaient le fait de ne pas connaitre le locataire comme un frein à mettre leur objet en location. Nous retrouvons cette cohérence avec 59% (27%+20%+2%) des gens trouvant important à décisif le fait de connaitre la personne qui partira avec son bien.
  76. 76. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 76  Le fait que le locataire soit recommandé par un tiers (ami commun) arrive au même niveau d’importance (53%) que le fait de connaître directement le locataire.  Pour 52% des personnes interrogés, recevoir l’argent de la location via le site internet leur apporte plus de confiance.
  77. 77. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 77  59% des personnes interrogées ne jugent pas important de recevoir le paiement de la location en main propre par le locataire  68 % (48%+16%+4%) des personnes interrogées trouveraient normal de rétribuer le site internet de 10% de leur profit. Du point de vue du locataire :
  78. 78. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 78  La notion d’usage d’un bien est bien perçue par les personnes interrogées, avec 83% des personnes prêtes à louer au lieu d’acheter.  Par contre très peu de personne ont déjà franchi le pas de la location, seulement 18% des personnes interrogées.
  79. 79. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 79
  80. 80. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 80
  81. 81. CHRISTOPHE GUYOMAR – AUDENCIA EXECUTIVE MBA 81 7.12. ANNEXE XIII : Statut juridique de la société CONFIDENTIEL

×