Académie de Dijon

LETTRES TICE
                                           http://lettres.ac-dijon.fr
                    ...
Enseigner la Shoah
  Séquence pédagogique en français et travail
interdisciplinaire (français-histoire) en classe de
     ...
Le projet pédagogique en français
dans une classe de première littéraire.

 L’enseignement de la Shoah est au programme de...
Le professeur de français n’a donc que l’embarras du choix pour construire
un programme d’enseignement sur la Shoah, ancré...
L’écriture autobiographique et la Shoah
Objets d’étude : L’autobiographie, le roman.
Problématique : Quelle importance les...
Mise en
   oeuvre                 Les travaux d’élèves présentés dans ce diaporama sont en ligne sur
                     ...
•   Contexte politique et historique
                                                                   •   Par ChloeR, lu...
•   Les polémiques concernant le roman de Jonathan Littell
                                                  Les Bienveill...
•   Après la publication du roman de Yannick Haenell, intitulé Jan
                                              Karski, l...
L’histoire et la fiction




Des documents complémentaires
(point de vue de Leopold Unger,
journaliste polonais, et extrai...
•   « Jusqu'où va la liberté du romancier ? Les romanciers sont
                                              les dignes h...
•   "Shoah" de Claude Lanzmann
                                            •   Par CapucineR, jeudi 20 mai 2010 à 10:38 ::...
•   Filmographie de la Shoah.
                                               •   La présentation des principaux films liés...
•   Par CapucineR, jeudi 20 mai 2010 à 10:45 :: Travail de
                                      mémoires :: #296:: rss
  ...
• Où est le vrai ? Dans la partie
Les genres de l’écriture                      romanesque ? Dans la partie
              ...
Les genres de l’écriture



D’autres œuvres de Perec sont venues
compléter la connaissance de cet auteur
majeur du vingtiè...
•   Biographie de PRIMO LEVI.
                                            •   Par ChloeR, lundi 29 mars 2010 à 11:31 :: Té...
•   L'arrestation.
                                          •   Par ChloeR, lundi 29 mars 2010 à 11:29 :: Témoigner aujou...
Aspects de l’écriture                                « Pour la plupart, le corpus est constitué d’écrivains juifs, tous re...
Aspects de l’écriture                Non seulement Perec, comme son héros Gaspard
autobiographique : souvenir,         Win...
Aspects de l’écriture
autobiographique : souvenir,       Capucine lit des extraits de « J’ai pas pleuré »
mémoire, écritur...
Le projet
interdisciplinaire (français-
histoire) : travail de mémoires




  Ce projet s’est appuyé sur les TPE en
  fran...
Le projet interdisciplinaire (français-
histoire) : travail de mémoires



Un autre groupe a travaillé sur la
transcriptio...
•   Rencontre avec un survivant d'Auschwitz
                                            •   Par CharlotteM, jeudi 21 janvi...
•    Témoignage fait le 16 décembre 2010 au Mémorial de la
Le projet                                       Shoah à Paris.
...
•   Voyages organisés avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah
                                                      ...
•   Compte-rendu réalisé par un élève de 1°L :
                                                  •   A notre arrivée au Mé...
Le projet
interdisciplinaire (français-
histoire) : travail de mémoires


   Visite du camp d’Auschwitz-Birkenau
   Les él...
Le projet
interdisciplinaire (français-
histoire) : travail de
mémoires




Monsieur Orenstein, le
témoin rescapé d’Auschw...
Après Auschwitz


Le jour de l’ouverture de l’exposition,
les élèves ont répondu aux questions
de Lydie Lécuelle sur la ra...
Après Auschwitz




   Il est très important pour eux que
   les élèves puissent formuler leur
   ressenti après la visite...
Après Auschwitz
•   BARON, Anne-Marie. La représentation de la
Bibliographie générale       Shoah à l'écran. L' Ecole des Lettres, novembr...
•   Bibliographie sur la Shoah

                         •
Bibliographie générale   •
                             Laurent...
• Des voix sous la cendre, les manuscrits
                                 des Sonderkommandos d'Auschwitz
Bibliographie g...
Bibliographie générale


            •    Parmi les nombreux documents disponibles sur le site du Mémorial de la
         ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Enseigner la Shoah

2,937

Published on

Auteur : Patricia EVRARD, patricia.evrard@ac-dijon.fr

Dossier coordonné par Christelle Membrey-Bézier pour Mme Achard et M. Bussière, IA-IPR Lettres. Groupe de travail ouvert à toute proposition ou suggestion : écrire à christelle.membrey@ac-dijon.fr

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
2,937
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
10
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Enseigner la Shoah

  1. 1. Académie de Dijon LETTRES TICE http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Patricia.Evrard@ac-dijon.fr Dossier coordonné par Christelle Membrey-Bézier pour Mme Achard et M. Bussière, IA-IPR Lettres Groupe de travail ouvert à toute proposition ou suggestion : écrire à christelle.membrey@ac-dijon.fr
  2. 2. Enseigner la Shoah Séquence pédagogique en français et travail interdisciplinaire (français-histoire) en classe de première L. En partenariat avec : •Le Mémorial de la Shoah, Paris. •La Fondation pour la mémoire de la Shoah, Paris. •Le Rectorat de l’Académie de Dijon •Le Conseil Régional de Bourgogne Tous mes remerciements à Monsieur Alban Perrin, coordinateur des voyages d’étude au Mémorial de la Shoah, pour ses précieux conseils. P.E.
  3. 3. Le projet pédagogique en français dans une classe de première littéraire. L’enseignement de la Shoah est au programme des cours d’histoire du lycée, et il peut concerner aussi les professeurs de français. La production littéraire contemporaine porte très largement sur cette période, et n’en finit pas d’explorer toutes les dimensions de cette expérience humaine unique qu’est la Shoah. De Primo Levi à Laurent Binet, tous les genres romanesques et autobiographiques y sont représentés : littérature de témoignage, autobiographie, roman autobiographique, autofiction, roman historique par exemple. A cette production centrale, il faut ajouter bon nombre d’essais, de textes poétiques et des pièces de théâtre. Enfin, et ce n’est pas la moindre partie de la production artistique contemporaine, de nombreux films de fiction ou des documentaires traitent de cette période. La bande dessinée n’est pas en reste : témoin le remarquable Maus d’Art Spiegelmann.
  4. 4. Le professeur de français n’a donc que l’embarras du choix pour construire un programme d’enseignement sur la Shoah, ancré dans les programmes. Sans négliger les objectifs fondamentaux de sa matière, il fera réfléchir ses élèves aux rapports qu’entretiennent l’histoire et la fiction, à la question des genres, et aux différents aspects de l’autobiographie (problème du souvenir, de la mémoire, de l’écriture). Il initiera ses élèves à la lecture de l’image, proposera une analyse critique de la production cinématographique ou les fera réfléchir aux enjeux de la transposition cinématographique d’œuvres littéraires. Voici quelques unes des problématiques qui peuvent être abordées et qui ont fait l’objet de séquences pédagogiques dans une classe de première littéraire, dont la plupart des élèves ont une option arts plastiques.
  5. 5. L’écriture autobiographique et la Shoah Objets d’étude : L’autobiographie, le roman. Problématique : Quelle importance les souvenirs ont-ils dans la démarche autobiographique de Perec ? Corpus : G.PEREC W ou le souvenir d’enfance, coll. L’imaginaire, Gallimard, 1975. Lecture analytique Chapitre II (p.13 du début du chapitre à "la guerre, les camps"). Chapitre IV (p.21/22 du début du chapitre à "pour que je sois encore »). chapitres VIII (p.48/49 "La guerre survint" à "elle mourut sans avoir compris"). Ch. X (p.76/78 "Le départ" à la fin du chapitre). Lecture cursive : P.Levi Si c’est un homme Notions abordées Les rapports que les deux écritures (autobiographiques et romanesques) entretiennent entre elles et à l’histoire personnelle de G.Perec . Le titre, la quatrième de couverture de W , les épigraphes avant chaque partie (citations de Queneau). Confrontation de l'écriture romanesque et autobiographique (chapitres 1 et 2 ). La question du genre: roman ou autobiographie? Genèse et états du texte (versions et évolution). L'intertextualité dans W ou le souvenir d'enfance. Textes et documents complémentaires : Sujet EAF: Antelme, Némirovsky, Littell ( Manuel « Soleils d’encre », Lettres et Langue, 1re, Hachette éducation, 2007, p.378/381). Charlotte DELBO Auschwitz et après ? I Aucun de nous ne reviendra, « Les mannequins », Le convoi du 17 janvier, « La course ». Perec Je me souviens (extraits). J.Littell Les Bienveillantes in Le guide des 100 romans incontournables de P.Vavasseur (Librio). Activités Exposés : Biographie de Perec et de P.Levi. Le contexte historique de la Shoah notamment en Italie. la partie romanesque et la partie autobiographique de W ou le souvenir d’enfance (résumés). Chapitre X : les souvenirs et la métaphore de l’entrelacement, le « X » et l’omoplate cassée (souvenirs). Chapitre XIV : la parodie utopique (thèmes des camps de concentration). Dissertation sur le recours à la fiction dans l’écriture autobiographique. Imitation de texte : présenter Si c’est un homme à la manière de P.Vavasseur (cf supra). Bibliographie classée et analytique des textes littéraires portant sur cette période de l’histoire et exposition au C.D.I. Lecture à haute voix . Voyage d’étude au Mémorial de la Shoah à Paris (16 décembre 2009) et à Auschwitz-Birkenau (5 mai 2010). T.P.E. sur la filmographie et les témoignages réels concernant cette histoire.
  6. 6. Mise en oeuvre Les travaux d’élèves présentés dans ce diaporama sont en ligne sur le blog du lycée à cette adresse : www.lpolouhans.com/weblog Bibliographie Un premier travail de repérage au C.D.I. a permis d’établir un recensement des ouvrages présents au lycée et qui concernent cette période historique.
  7. 7. • Contexte politique et historique • Par ChloeR, lundi 29 mars 2010 à 11:39 :: Travail de mémoires :: #281 ::rss L’histoire et la fiction • Depuis 1922, le Royaume d'Italie est aux mains du parti fasciste, dirigé par Benito Mussolini, qui exprime des revendications sur divers territoires, en Afrique ou en Europe. La guerre contre l'Ethiopie permet à l'Italie de s'emparer d'un riche pays africain, mais elle l'isole en Europe. L'Italie se retire de la Société des Chronologie historique Nations et se rapproche de l'Allemagne nazie. Après la signature des accords de coopération avec l’Allemagne, Mussolini emploie le terme d'axe Rome-Berlin pour qualifier cette nouvelle entente. Dès lors, Mussolini enverra des troupes soutenir Franco lors de la Guerre d’Espagne, adhèrera au pacte Antikommintern l’année suivante et rencontrera Hitler à plusieurs reprises. Pour raffermir davantage la collaboration des deux nations, le pacte d’Acier sera signé le 21 mai 1939 Bien que son armée ne soit pas tout à fait prête à entrer en guerre, le 10 juin 1940, l’Italie profite de la faiblesse de la France pour lui déclarer la guerre. Aux côtés de l’Allemagne nazie, avec laquelle elle a conclu le pacte d’Acier, elle fait de même vis-à-vis du Royaume-Uni. Toutefois, l’Italie cumulera les défaites militaires. L'armistice signée le 22 juin par la France met un terme à la participation de la France au conflit et fait du nord du pays une zone sous occupation allemande. En lançant la guerre contre l'URSS, Mussolini perd de plus en plus l’estime de Hitler et En histoire, les élèves ont travaillé sur le de la population italienne, à cause d'une nouvelle défaite désastreuse. La conférence de Wannsee en 1942 près de Berlin contexte historique de la Shoah. réunit quinze hauts responsables nazis et des officiers SS. La Les travaux d’élèves présentés dans ce diaporama sont en ligne réunion a pour objectif de débattre sur "la solution finale de la sur le blog du lycée à cette adresse : www.lpolouhans.com/weblog question juive". Il est décidé que les Juifs d'Europe en état de travailler seront transférés dans des camps de travaux forcés. Pour ceux incapables de travailler, l'élimination est décrétée. Certains camps seront essentiellement consacrés à cette extermination de masse : Belzec, Sobibor, Treblinka puis Auschwitz. Le génocide du peuple juif commence.
  8. 8. • Les polémiques concernant le roman de Jonathan Littell Les Bienveillantes (paru en 2006) et plus récentes, celles qui ont opposé Claude Lanzmann et Yannick Haenel à L’histoire et la fiction propos de son livre Jan Karski (publié en 2009) permettent de comprendre les enjeux de la littérature de la Shoah. • L’objet d’étude « Convaincre, persuader, délibérer » permet d’étudier des articles critiques comme ceux qui ont opposé Florence Mercier- Leca, Maître de Conférences à l’université de Paris IV-Sorbonne et Georges Bensoussan, historien, rédacteur en chef de la Revue d’histoire de la Shoah, dans le numéro 24 de la Nouvelle Revue Pédagogique de mars 2007. • La première défend « une lecture littéraire » du roman de Littell, fondée principalement sur les relations d’intertextualité que ce livre entretient avec la mythologie (par le titre), ou avec des textes ancrés dans l’histoire de la littérature comme « la ballade des pendus » de Villon, à laquelle l’incipit du roman fait penser par son apostrophe « Frères humains ». La dimension polyphonique de cette œuvre la fait sans hésiter appartenir au corpus de la littérature contemporaine que peut constituer un enseignant aujourd ‘hui. • L’historien, quant à lui, dénonce le « copié-collé » de sources historiques, censées fonder la vérité de cette invention romanesque, et qualifie l’ouvrage de prétentieux, rempli qu’il est de clichés et autres « analyses bétifiantes ». • Le débat est ouvert et fructueux pour des élèves qui découvrent une période avec un regard critique. En français, c’est le rapport de la littérature et du cinéma à l’histoire qui a été l’objet d’une réflexion.
  9. 9. • Après la publication du roman de Yannick Haenell, intitulé Jan Karski, l’opposition entre Lanzmann et Haenel a largement alimenté la production journalistique et médiatique, les deux L’histoire et la fiction auteurs venant s’expliquer sur les plateaux de télévision. • Nous avons travaillé sur un dossier constitué d’articles publiés Quels rapports l’histoire et la fiction sur internet. Celui de Jérôme Dupuis, intitulé « Yannick entretiennent-elles? Haenel : Lanzmann ne peut pas comprendre un roman comme le mien » donne la parole au romancier qui explique pourquoi il a eu recours à la forme romanesque pour faire parler le héros polonais qui avait alerté les alliés sur la solution finale sans être entendu et qui, ensuite, s’était « muré dans un très long silence ». • http://www.lexpress.fr/culture/livre/haenel-lanzmann-ne- peut-pas-comprendre-mon-roman_844271.html)
  10. 10. L’histoire et la fiction Des documents complémentaires (point de vue de Leopold Unger, journaliste polonais, et extrait du film que Lanzmann a présenté à la télévision pour sa défense) ont permis de situer plus précisément les faits et de faire entendre d’autres voix sur la question. http://www.courrierinternational.com/article/2010/02/12/on-ne-touche-pas-a- jan-karski
  11. 11. • « Jusqu'où va la liberté du romancier ? Les romanciers sont les dignes héritiers d'Alexandre Dumas, écrivant dans ses Mémoires : "Il me paraissait permis de violer l'Histoire, pourvu qu'on lui fît de beaux enfants" . L’histoire et la fiction • Les historiens, eux, sont divisés. "Quand le romancier s'attaque à l'Histoire, il a le droit d'en faire ce qu'il veut, mais cela n'a d'intérêt que s'il nous dévoile une vérité qui échappe à l'historien", a déclaré au Monde Annette Wieviorka. Certains de ses collègues refusent "la posture de l'historien défendant son pré carré" : "Du moment que le contrat de lecture – fiction ou document – est respecté, il n'y a aucun problème, affirme un universitaire. C'est le cas pour le roman de Yannick Haenel. Mais nous sommes à une période charnière où les frontières entre la fiction et l'Histoire bougent. » http://www.lexpress.fr/culture/livre/pourquoi-lanzmann-s- en-est-il-pris-au-karski-de-haenel_845729.html • Le roman de Laurent Binet, bizarrement intitulé HHhH (Himmlers Hirn heisst Heydrich= le cerveau de Himmler Pour conclure cette question des s’appelle Heydrich) prend lui aussi un fait historique lié à la Shoah (attentat réussi contre Heydrich, l’un des principaux rapports entre histoire et littérature, artisans de la « solution finale » à Prague en 1942) pour le nous nous sommes demandé si relater sous l’angle de la fiction. l’écrivain a tous les droits . Nous avons appuyé notre réflexion sur un article de L’express intitulé • L’interrogation sur les rapports entre histoire et littérature trouve ainsi ses réponses dans les œuvres multiples qui « Pourquoi Lanzmann s’en est-il pris au paraissent aujourd’hui encore et dont les historiens eux- Karski de Haenel? » et sur la parution mêmes se font l’écho. du roman de Laurent Binet HHhH.
  12. 12. • "Shoah" de Claude Lanzmann • Par CapucineR, jeudi 20 mai 2010 à 10:38 :: Travail de mémoires :: #295:: rss • Dix ans de travaux pour neuf heures trente de vidéo... • La réflexion de Claude Lanzmann a abouti à l'émergence de "Shoah" en lieu et place d'"holocauste" pour qualifier l'extermination juive pendant la Seconde Guerre L’histoire et la fiction Mondiale. C’est la réalité mise à nue. La réalité mise face à nous. C'est pire que les histoires que l’on lit car nous voyons les émotions des personnes qui racontent, anciens SS comme anciens déportés. Lanzmann a recueilli des dizaines de témoignages et sans aucun tabou, il a demandé aux témoins, de raconter leur cheminement au travers de cette guerre, des camps de concentration et d’extermination. Les hommes et femmes qui ont témoigné ont répondu, sachant que leurs réponses resteront à jamais gravées dans la mémoire des personnes qui les ont écoutés. Nous n’avons pas tous la possibilité de rencontrer un ancien déporté et Claude Lanzmann nous permet de manière brute de voir la cruauté qui a ravagé ces hommes. Il suffit de quelques minutes du film pour être touché au plus profond de son être et voir tout le travail effectué. Certaines personnes sont mortes métaphoriquement en sortant des camps et cela se voit à l’expression de leur visage. Et c’est la manière de filmer du réalisateur qui rend aussi bien les émotions. Une autre problématique proche de Dix ans de travaux ont été nécessaires pour réussir à créer Shoah, neuf heures trente de vidéo qui retracent la vie de ces personnes écartelées. Dix ans de travaux celle-ci touche les œuvres pour montrer aux générations futures la réalité, la violence et la cruauté de la guerre cinématographiques . et pour montrer jusqu’où les hommes peuvent aller. La question du document doit être Claude Lanzmann a fait preuve d’une objectivité extraordinaire car il a, en plus envisagée avec le très grand Shoah de d’avoir interrogé des Juifs, écouté le témoignage de certains anciens officiers SS. Claude Lanzmann, fondateur d’un Nous voyons la médaille et son revers. Nous pouvons enfin « comprendre » comment ces hommes ont pu arriver à des fins si horribles. Les ordres, les nouveau rapport à la Shoah, et obligations. Le réalisateur ne nous protège pas. Il nous emmène sur les traces des inaugural quant à la question des lieux de tueries, nous fait vivre les premiers retours aux camps de quelques témoignages de rescapés. déportés… La vérité brutale et droit au but : il ne faut plus jamais que cela arrive. Voici les réflexions de deux élèves de • Capucine et Nina 1ère L 1°L sur ce sujet, publiées sur le blog du lycée.
  13. 13. • Filmographie de la Shoah. • La présentation des principaux films liés à la Shoah et la problématique de sa représentation à l’écran sont liées à l’étude de l’image qui fait partie des programmes de français au lycée. • Terminologie : Philippe MESNARD , dans Consciences de la Shoah, L’histoire et la fiction 2000 dénonce une « banalisation » du mal qui s'incarne dans un champ lexical vulgarisateur (holocauste, camp etc.), dans une intertextualité qui fait des images de trains et de charniers des L’étude des films de fiction - et, parmi les métaphores ou des métonymies récurrentes et dans la réduction de plus populaires, il faut citer Spielberg La la réalité à des stéréotypes. liste de Schindler, qui met au premier Pour éviter la « banalisation » du mal, il convient de prêter attention au vocabulaire utilisé. On préférerera « Shoah », sans plan la question des « Justes » (voir à ce connotation religieuse, à « Holocauste », en référence au film de sujet le « Mur des Justes » du Mémorial LANZMANN, considéré comme « un acte fondateur » . de la Shoah), Polanski et Le pianiste, Définition du mot « Shoah » : processus inexorable dont les étapes Bénigni La vie est belle - s’est appuyée sur sont identiques dans toute l'Europe: définition, concentration, une analyse critique d’Anne-Marie Baron expropriation, déportation et extermination des juifs. parue dans le numéro de novembre 2005 • Aspect juridique : définition du génocide (ONU 1948) exclu de la de L’école des Lettres . catégorie de crime politique, ce qui autorise l’extradition des personnes coupables de ce crime. Imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité (ONU 1968). • La question de la représentation : éviter le « spectacle » de l’horreur, montrer sans relativiser la Shoah sont des impératifs qui vont conduire Claude LANZMANN à privilégier l’appel à témoins . (Une polémique à ce sujet a été lancée par Jacques RIVETTE dans Les cahiers du cinéma après le film Kapo de Gillo Pontecorvo en 1960). • Une séance de présentation des films sur la Shoah (de Nuit et brouillard , 1955 à Sobibor, 2001) a donné lieu à une réflexion sur « la représentation de la Shoah à l’écran ». http://www.lpolouhans.com/weblog/ind ex.php?2010/05/09/293-les-justes-de- bresse
  14. 14. • Par CapucineR, jeudi 20 mai 2010 à 10:45 :: Travail de mémoires :: #296:: rss • Films traitant de la Shoah • Documents disponibles au CDI: L’histoire et la fiction • LANZMANN, Claude. Shoah, DVD. Argos Films, 1985, 613 min. • RESNAIS, Alain. Nuit et brouillard, Vidéocassette. L'Eden CINEMA, 1955, 32min. Nuit et brouillard diffère de Shoah car c'est un film à production nationale, et les images sont aussi des images d'archives à contrario des images de Shoah qui sont des images d'aujourd'hui. • Documentaires autres: Filmographie de la Shoah. Travail réalisé par les élèves. • ROTMAN, Patrick. Les survivants Documentaire. 2005, 114min. Ce documentaire est une suite d'interview avec des anciens déportés Juifs qui illustrent des images d'archives. • Quelques autres films sur la Shoah: • SPIELBERG, Steven. La liste de Schindler, film. 1993, 195min. C'est l'histoire d'un Juste, industriel Allemand membre du partit nazi qui réussit à sauver près de 1 200 Juifs. • BENIGNI, Roberto. La vie est belle, film. 1997, 117min. • POLANSKI, Roman. Le pianiste, film. 2002, 150min. Ce dernier film est l'adaptation de l'histoire de Wladyslaw Spzilmann, pianiste Polonais, qui au cours de la Seconde Guerre Mondiale se retrouve coincé lui et sa famille dans le Ghetto de Varsovie. Nous suivons donc l'évolution de ce lieu et celui des ses habitants. • Nina et Capucine . 1Ère L
  15. 15. • Où est le vrai ? Dans la partie Les genres de l’écriture romanesque ? Dans la partie autobiographique ? Dans le Dans une séquence sur le roman et croisement des deux, dit l’autobiographie, le livre de Georges Perec W ou le souvenir d’enfance, éd. l’auteur « comme si aucun Denoël, 1975, confronte les deux écritures romanesques et des deux ne pouvait exister autobiographiques puisque cette œuvre est constituée de deux récits seul, comme si de leur entrecroisés : un récit imaginaire, celui de W, île olympique que va découvrir rencontre seule (…) pouvait un certain Gaspard Winckler (dont le nom commence par la même lettre) au se révéler ce qui n’est jamais terme d’un voyage qu’il entreprend pour retrouver celui dont il a usurpé le tout à fait dit dans l’un, nom, et un récit autobiographique où l’auteur-narrateur-personnage avoue jamais tout à fait dit dans qu’il n’a pas « de souvenirs d’enfance ». l’autre, mais seulement dans leur fragile intersection. »
  16. 16. Les genres de l’écriture D’autres œuvres de Perec sont venues compléter la connaissance de cet auteur majeur du vingtième siècle et du mouvement de l’OuLiPo qu’il a représenté si brillamment : ses Je me souviens ont été pastichés, et le roman La disparition (dont il faut lire la première page pour comprendre la réussite de cette acrobatie qu’est un roman lipogrammatique) permet de comprendre que le jeu sur les formes est une profonde réflexion sur le sens et n’est pas si éloigné du contenu qu’on peut le croire à première vue. Les travaux d’élèves présentés dans ce diaporama sont en ligne sur le blog du lycée à cette adresse : www.lpolouhans.com/weblog
  17. 17. • Biographie de PRIMO LEVI. • Par ChloeR, lundi 29 mars 2010 à 11:31 :: Témoigner aujourd'hui-2010 ::#277 :: rss • A présent, nous allons présenter la réécriture de la biographie de Primo LEVI, écrite à la première personne et dont les informations sont tirées en partie du livre "Si c'est un homme". Ce livre est un témoignage, un récit et une réflexion sur le pire camp de concentration existant,Auschwitz, où il a été interné. Tout au long de ce récit, il montre les horreurs de la déshumanisation des camps. Les genres de l’écriture Primo Lévi a écrit ce livre en commençant par le dernier chapitre, le souvenir le plus frais dans sa mémoire. Au départ, ce récit n'était pas destiné à devenir une oeuvre littéraire, mais c'est avec son besoin de se libérer, et de témoigner qu'il s'est rendu compte que ses souvenirs mis bout à bout devenaient un récit... Il a comme particularité de ne pas présenter les événements trop chronologiquement, mais par thème : le travail, la sélection, la nuit etc. Comme il le dit lui-même, P.Levi ne juge pas, il constate. Son point de vue est on ne peut plus objectif et jamais il ne laisse la haine dépasser sa raison. Il écrit pour lui et essaie de comprendre, en même temps qu'il cherche à le faire avec nous ... Je suis né le 31 juillet 1919 à Turin, dans une famille bourgeoise juive. Apès l'obtention de mon doctorat de chimie en 1941, j'ai travaillé dans une mine d'amiante puis à Milan dans une entreprise de médicaments. Je fus arrêté le 13 décembre 1943, et déporté à Auschwitz le 20 février 1944 avec 650 autres Juifs italiens. Dans le camp, je travaillais au laboratoire de chimie de l'usine de caoutchouc de Monowitz, d'où je sortis le 27 janvier 1945, lors de la libération des camps par l'Armée rouge soviétique. Mais atteint Le témoignage de Primo Levi dans Si c’est de scarlatine, je restai à l'infirmerie du camp et ne retournai en Italie qu'enoctobre 1945. En un homme est indispensable pour la revenant à Corso Re Umberto, j'étais méconnaissable, vêtu d'un vieil uniforme de l'Armée rouge, la malnutrition avait bouffi mon visage. compréhension de cette expérience Les mois qui suivirent m'ont permis de me reconstruire physiquement, de prendre contact avec unique de la Shoah qui sert de filigrane des survivants et de chercher du travail à Milan. J'étais traumatisé par cette expérience au récit de Perec. concentrationnaire, au cours de laquelle j'ai perdu des personnes chères à mon coeur. C’est pourquoi il a été lu en lecture En 1946, je rencontrai Lucia Morpurgo de qui très vite je tombai amoureux. cursive, faisant l’objet de références Je devins directeur d'une petite entreprise de peinture après y avoir travaillé et j'y restai jusqu'à ma retraite. Dès mon retour, j'ai très vite ressenti le besoin d'écrire mes souvenirs... multiples au cours de la séquence. En 1947, je publie mon premier livre Si c'est un homme, qui sera par la suite traduit dans une trentaine de langues. A ma retraite, je me consacrai pleinement à l'écriture et à mes mémoires. Je publiai plusieurs Ici, une réécriture par les élèves. récits, La trêve (1963), le système périodique(1975),La clé à molette (1978), Maintenant ou jamais (1982) ou encore les naufragés et les rescapés (1986). J'écrivis aussi des nouvelles, et des Les travaux d’élèves présentés dans ce recueils de poémes et d'essais (Le métier des autres, 1985). Mon fils Renzo naquit en 1957, et fut nommé ainsi en hommage à mon ami Lorenzo Perrone, diaporama sont en ligne sur le blog du décédé en 1952. lycée à cette adresse : En 1963, je connais une grave dépression liée à mon passé... www.lpolouhans.com/weblog Et en 1986 je publie Les naufragés et les rescapés écrit quarante ans après Auschwitz. Je reviens sur mon expérience concentrationnaire en m'interrogeant sur la fidélité de la mémoire... • Suite à de nombreuses dépressions, Primo Lévi se donna la mort le 11 avril 1987, sans laisser de lettres ni d'explications.
  18. 18. • L'arrestation. • Par ChloeR, lundi 29 mars 2010 à 11:29 :: Témoigner aujourd'hui- 2010 ::#276 :: rss • Nous avons été arrêtés le 13 mars 44, toute la famille avait quitté Paris, était passée en zone libre, suite à une dénonciation, non pas Les genres de l’écriture comme Juifs, mais en tant que communistes. Certaines personnes ont dénoncé, mais d'autres, au contraire, comme ce monsieur, sont venues nous prévenir. Il travaillait à la préfecture, et avait vu notre nom sur ce dossier. Par ailleurs, le livre de Primo Levi Si Le 13 mars 1944, lorsque je suis rentrée du travail pour déjeuner, la c’est un homme a aussi servi de point Gestapo était à la maison. Ils étaient assez reconnaissables avec d’appui pour l’étude du témoignage leurs tenues : manteaux de cuir et chapeaux. Mon père avait 61 ans et était devant avec mon petit frère (11ans) d’une rescapée d’Auschwitz, Madame et mon neveu (14 ans). Quand j'ai vu ces gens là, je leur demande Kolinka, en T.P.E. ce qu'ils faisaient ici, et ils m'ont dit : « On vient arrêter les Juifs ». Je leur ai répondu que nous n'étions pas Juifs mais Orthodoxes puisque mon père avait un certificat qui l'attestait. Il se l'était Un découpage du témoignage procuré en monnayant. Naturellement, ils ne se sont pas occupés de ce que je disais, et ont enregistré de Ginette Kolinka, emmené les garçons dans la cuisine. Vous savez que chez les Juifs, confronté au texte de Primo Levi, fait même quand on n'est pas pratiquant, la tradition est de faire apparaître quelques unes des étapes circonscrire les garçons, les trois l'étaient. Pour la Gestapo, c'était la preuve que les dénonciateurs avaient raison. de ce que les Nazis ont appelé « la Mme KOLINKA. solution finale .» • J'avais été fait prisonnier par la Milice fasciste le 13 décembre 1943. J'avais vingt-quatre ans, peu de jugement, aucune expérience et une propension marquée, encouragée par le régime de ségrégation Les travaux d’élèves présentés dans ce qui m'avaient imposé quatre ans de loi raciales, à vivre dans un diaporama sont en ligne sur le blog du monde quasiment irréel, peuplé d'honnêtes figures cartésiennes, d'amitiés masculines sincères et d'amitiés féminines inconsistantes. lycée à cette adresse : Je cultivais à part moi un sentiment de révolte abstrait et modéré. www.lpolouhans.com/weblog • Primo LEVI.
  19. 19. Aspects de l’écriture « Pour la plupart, le corpus est constitué d’écrivains juifs, tous remarquables par leur relation originale au judaïsme. On remarquera toutefois une autobiographique : souvenir, étude consacrée à un romancier non juif, manière de démontrer l’importance mémoire, écriture des répercussions d’un tel événement sur le paysage littéraire en général, mais aussi de pointer l’éventuel danger d’une modélisation, cas particulier d’un auteur pour qui la Shoah s’érige en une sorte de paradigme de la souffrance. Deux grands principes nous ont guidé dans les choix toujours difficiles : Dans un article de la revue d’histoire de la shoah , disponible sur le site du Mémorial tout d’abord, la présence de tous les genres littéraires (il nous faut malheureusement Myriam Ruznievski-Dahan pose les déplorer l’absence d’un article consacré au théâtre pour des problématiques de l’écriture de raisons indépendantes de notre volonté) avec une prédominance manifeste l’autobiographie liée à la littérature de la du domaine romanesque. Cette prédilection pour la fiction n’est cependant Shoah . Il faut se demander, suggère-t-elle, si pas due au hasard : on comprendra à la lecture combien les frontières de l’auteur est juif ou non-juif, s’il est témoin direct ou indirect, ou encore « héritier », s’il a genre ne s’appliquent désormais que rarement à un support plus que jamais été déporté ou non. Et elle donne quelques protéïforme : quand le roman se fait autobiographie, quand la fiction vient exemples parmi les auteurs : au secours du témoignage car les mots sont pâles, quand la prose devient Benjamin Fondane, Paul Celan, Elie Wiesel poétique, quand certains concepts philosophiques nous aident à repenser ont été déportés (ce dernier est à la fois un espace littéraire dont les structures ont toutes volé en éclat. En second rescapé et témoin). lieu, la représentation de deux générations d’auteurs : les contemporains de André Schwartz-Bart n’a pas été déporté. l’événement (qu’ils en soient les témoins directs ou indirects) et les Romain Gary est un résistant. « héritiers d’un désastre sans mots ». Georges Perec (dont la mère disparut à Extrait de l’article à télécharger à cette adresse: Auschwitz) a été un « enfant caché » et il témoigne de la rupture, du « vide », de http://www.memorialdelashoah.org/upload/medias/fr/A1_seltextes_176_ruszniewski « l’absence ». .pdf Le texte, il faut l’interroger aussi, ajoute-t- elle, quant à son genre : est-il fictionnel ou non ? S’agit-il d’un roman ? D’un document ? D’un témoignage ? De poésie ? D’une biographie ? D’une autobiographie ?
  20. 20. Aspects de l’écriture Non seulement Perec, comme son héros Gaspard autobiographique : souvenir, Winckler, part à la recherche de lui-même, à la mémoire, écriture recherche de ses souvenirs occultés de l’enfance brisée, mais il nous donne à comprendre par le processus de l’écriture comment fonctionne la mémoire, la signification de l’amnésie, et tout le processus de Le livre de Perec W ou le souvenir récupération de son enfance perdue. Nous d’enfance , abordé sous l’angle comprenons intimement, émotionnellement, générique, est aussi une anthropologie. affectivement et intellectuellement que la mémoire fonctionne par symboles, un peu comme le rêve décrypté par Freud. Ainsi, le premier souvenir de Perec, ce chevalet en « X » sur lequel un homme coupait du bois devient-il, par un jeu complexe et subtil, le symbole de toute sa vie : deux « v » réunis par la base (double V : W) qui peuvent se transformer en étoile juive ou en symbole SS (voir la page 106 de l’édition de 1975)… Après ce premier souvenir, les autres vont ressurgir du passé enfoui et l’autobiographe achèvera son œuvre.
  21. 21. Aspects de l’écriture autobiographique : souvenir, Capucine lit des extraits de « J’ai pas pleuré » mémoire, écriture d’Ida Grinspan. Cliquez sur les icônes : 2 3 4 1 « Résonance de la Shoah » : des textes lus par les élèves Maxime lit des extraits de Charlotte Delbo "Auschwitz et après, II. Une connaissance inutile" Aurore lit des extraits de Primo Levi "Si c'est un homme" Noémie lit un extrait de Charlotte Delbo "Aucun de nous ne reviendra", I.
  22. 22. Le projet interdisciplinaire (français- histoire) : travail de mémoires Ce projet s’est appuyé sur les TPE en français-histoire. Un groupe d’élèves a travaillé sur « L’image » en étudiant le film de Chaplin Le dictateur.
  23. 23. Le projet interdisciplinaire (français- histoire) : travail de mémoires Un autre groupe a travaillé sur la transcription écrite de témoignages oraux, en l’occurrence celui de Madame Kolinka, qui avait accompagné les élèves à Auschwitz en 2006 et dont le témoignage avait été enregistré.
  24. 24. • Rencontre avec un survivant d'Auschwitz • Par CharlotteM, jeudi 21 janvier 2010 à 14:03 :: Travail de mémoires ::#250 :: rss • Le 16 décembre 2009, au Mémorial de la Shoah à Paris,nous avons rencontré Mr Lazare Lombroso, ancien déporté d’Auschwitz, qui nous a relaté sa déportation. Le projet • Monsieur Lombroso interdisciplinaire (français- • Issu de famille juive, mon père fut arrêté lors d’une rafle en 1941. Moi en revanche je venais de terminer l’école, j’avais treize ans. Mon père était le seul soutien de famille histoire) : travail de mémoires donc il fallut que ma mère, ma sœur et moi nous nous mettions à travailler. J’ai porté l’étoile de David et ai subi les nombreuses restrictions des lois antisémites de cette époque comme l’interdiction des lieux publics et le couvre-feu à vingt heures pour tous les Juifs. En 1943, j’avais alors quinze ans, je retirai mon étoile pour pouvoir me rendre au cinéma mais malheureusement un contrôle de police s’effectua et on me menaça puis on me dit de « foutre le camp ». Je ne me fis pas prier. Le 12 juillet 1944, la police française m’arrêta avec ma mère suite à une dénonciation. Un autre groupe a travaillé sur la Nous étions cachés à Villepinte chez des amis. Ma sœur, en revanche, était cachée ailleurs. La police voulut me mettre les menottes mais ma mère dit que, étant donné transcription écrite de témoignages oraux qu’elle était là, je n’allais pas m’enfuir. Je fus remis à la Gestapo avant d’aller en prison. Je subis le « coup de la baignoire » pour me faire avouer où était ma sœur. Je fus celui de Monsieur Lombroso qui a témoigné ensuite emmené au dépôt puis à Drancy où je restai jusqu’au 31 juillet 1944. devant les élèves au Mémorial de la Shoah Nous fûmes ensuite mis dans des wagons à bestiaux qui partirent pour une durée de trois jours et trois nuits pour finalement arriver à Auschwitz, le 3 août 1944. Ma mère lors de la visite préparatoire à Paris avait de la peine à descendre du wagon et du coup elle se fit « tabasser » par les SS et moi aussi car j’avais voulu l’aider. Le tri se fit, « gauche : le camp, droite : les fours crématoires ». Je fus mis en quarantaine, puis tatoué, et enfin affecté dans un bloc et dans un kommando de terrassement. Il y avait tous les « métiers » au sein du camp, certains avaient la chance de travailler à l’abri. A cinq heures, se faisait le lever avec de « l’ersatz* » puis l’appel qui durait des heures. L’hiver, nous ne travaillions pas avant le lever du jour et du coup l’appel durait encore plus longtemps. Le travail se faisait en dehors du camp. Les kommandos étaient organisés avec un kapo (ancien détenu qui avait « droit de vie et de mort sur nous »). L’hiver, la terre était tellement gelée qu’il était difficile de creuser. Le midi, nous avions « une soupe » et j’espérais que le kapo allait remuer la soupe sinon ce n’était que de l’eau. Si personne ne passait pour avoir sa ration, les coups tombaient. Chaque déporté devait avoir sa gamelle et sa cuillère et il fallait faire attention à ne pas se la faire voler. Au dîner, nous avions un quart de pain avec de la margarine ou du saucisson. Le soir dans « les dortoirs », nous ne parlions tous que de nourriture, des souvenirs de plats cuisinés par nos femmes ou nos mères. Le soir, parfois il y avait des mises en rang où les SS retiraient cinquante personnes au hasard et les tuaient. • Voir le reste sur le blog du lycée : www.lpolouhans.com/weblog
  25. 25. • Témoignage fait le 16 décembre 2010 au Mémorial de la Le projet Shoah à Paris. interdisciplinaire (français- 1. L’arrestation : 12 juillet 1944 histoire) : travail de 2. Les lois antisémites mémoires 3. L’interrogatoire 4. Drancy 5. Les wagons à bestiaux Le témoignage est un moment capital du parcours 6. L’ arrivée à Auschwitz 3 août 1944 de connaissances accompli par les élèves. 7. La sélection Les quelques extraits audios 8. Le tatouage du témoignage de Monsieur 9. L’affectation (block, commando) Lombroso permettent de repérer les étapes du 10. L’appel processus de l’extermination. 11. Le kapo 12. La sélection dans les blocks 13. L’évacuation du camp d’Auschwitz 18 janvier 1945 14. La marche (Auschwitz-Wroclav : 120 kilomètres) http://www.lpolouhans.com/weblog/index.php?2010/01/21/250-rencontre-avec-un-survivant-d-auschwitz
  26. 26. • Voyages organisés avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah Dates : entre janvier et mars 2010 Le projet Ces voyages sont destinés aux élèves de Première et de Terminale de l’enseignement public et privé sous contrat. Ils s’adressent interdisciplinaire (français- uniquement à des classes entières, accompagnées de deux enseignants, sur le principe du volontariat. Neuf vols sont proposés histoire) : travail de mémoires au départ des régions Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bourgogne, Franche-Comté, Alsace, Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées (liste sous réserve). Il appartient à chaque équipe enseignante de réaliser un projet pédagogique dans lequel s’inscrit le voyage d’étude (exposition, atelier d’écriture, CD- Rom, site Internet, pièce de théâtre…). Le Mémorial de la Shoah à Paris propose des voyages d’étude à Auschwitz, en partenariat Le Mémorial de la Shoah accompagne les classes retenues dans la avec la Fondation pour la Mémoire de la mise en oeuvre de ce projet. Shoah. Les établissements sont sélectionnés sur leur projet pédagogique et les Frais de participation : 50 euros par personne enseignants bénéficient d’un (hors acheminement à l’aéroport et repas de midi). accompagnement ad hoc. C’est cette Les vols sont opérés au départ des métropoles régionales. collaboration que je voudrais exposer ici à partir de notre expérience qui fut la deuxième Le formulaire d’inscription est téléchargeable sur le site Internet (un premier voyage d’étude a eu lieu en 2006 des voyages d'études pour notre lycée). Les inscriptions sont prises en compte en fonction de la qualité et Il n’est pas facile pour un enseignant de la pertinence du projet pédagogique présenté. d’aborder cette période de l’histoire, non seulement sur le plan émotionnel (qui n’est • pas à négliger, pour les enseignants et pour Renseignements : Charlotte Le Provost les élèves) mais aussi au niveau pédagogique. tél. 01 53 01 17 83 Aussi l’encadrement des acteurs divers du faire une demande par mail Mémorial de la Shoah est-il très important. Il • http://www.memorialdelashoah.org/b_content/getContentFromNu est à la fois un garant pour l’enseignant, un mLinkAction.do?itemId=354&type=1 accompagnement dans sa mission d’éducation et une référence pour cet objet d’étude si particulier.
  27. 27. • Compte-rendu réalisé par un élève de 1°L : • A notre arrivée au Mémorial, nous avons été pris en charge par Monsieur Thierry FLAVIAN qui a balisé notre parcours en neuf parties : 1.Le vocabulaire Le projet 2.Le mur des noms 3.La crypte et le tombeau interdisciplinaire (français- 4.La maquette du ghetto de Varsovie 5.Les Juifs en France histoire) : travail de mémoires 6.La salle des fichiers 7.L'exposition permanente 8.La déportation des Juifs 9.Le témoignage d’un déporté • Nous avons donc commencé notre visite par quelques notions de vocabulaire. Tout Visite du Mémorial de la Shoah à Paris d'abord, Monsieur FLAVIAN nous a demandé combien de génocides avaient eu lieu au XXème siècle et en quoi ils consistaient : un génocide est le meurtre planifié d'un groupe Le premier accompagnement a lieu lors d'êtres humains sans autre motif que son appartenance à ce groupe. de la visite préalable imposée (et Il en existe quatre au XXème siècle : néanmoins indispensable) du Mémorial de • le génocide des Juifs par les Nazis, la Shoah à Paris. C’est le premier contact avec les acteurs • celui des Arméniens par les Turcs, de cette structure, et avec l’histoire de la Shoah. • celui des Ukrainiens par l'URSS Un guide accompagne le groupe dans les • le génocide des Hutu par les Tutsi. différents aspects de la découverte de ce lieu de mémoire et dispense les premières explications sur le lieu lui-même et sur le • Le second mot de vocabulaire est holocauste : c'est un sacrifice que l'on prépare dans le but de plaire à un Dieu. rapport à l’histoire contemporaine. Le dernier mot est Shoah : (catastrophe en Hébreux) c'est le nom que l'on donne au Les élèves sont aussitôt immergés dans la génocide des Juifs par l'Allemagne Nazie pendant la seconde guerre mondiale. problématique historique, avec un • Le mur des noms est donc un monument qui commémore le nom de tous les juifs qui ont été déportés durant cette période. Pour chacun, on retrouve le prénom, le nom, la date vocabulaire précis dont tous les termes de naissance. Ils sont classés par ordre alphabétique mais également par date de particuliers sont explicités (pourquoi déportation. Il y a eu en tout 76500 Juifs déportés. shoah et pas holocauste ? pourquoi le • Voir la suite sur le blog du lycée www.lpolouhans.com/weblog ghetto ? Voir sur le blog) Ils sont confrontés à l’idéologie nazie et à ses conséquences et découvrent la « solution finale ».
  28. 28. Le projet interdisciplinaire (français- histoire) : travail de mémoires Visite du camp d’Auschwitz-Birkenau Les élèves et les accompagnateurs ont retrouvé les responsables du Mémorial de la Shoah (Charlotte Le Provost, Alban Perrin) à l’aéroport de Dijon, ainsi que Monsieur Orenstein, rescapé d’Auschwitz, venu de Lyon pour accompagner les élèves sur le lieu même de sa déportation et pour leur faire entendre son témoignage direct. A l’aéroport de Cracovie où l’avion se pose, des cars nous attendent et nous conduisent à Auschwitz. Pendant le trajet, un guide polonais fait un exposé historique sur la Pologne. La visite du camp d’Auschwitz est encadrée par un historien du Mémorial, Alexandre Doulut, par une guide du camp et par le témoin rescapé qui intervient chaque fois Un diaporama a été réalisé par les élèves à partir que cela lui semble nécessaire. de leurs photos. La bande son est une création N.B. Alexandre Doulut vient de publier avec originale, à partir de sons qui retranscrivent leurs Sandrine Labeau un livre intitulé Les 473 déportés juifs de Lot-et-Garonne (Après émotions. l'oubli/Les Fils et Filles de Déportés Juifs de France, 2010).
  29. 29. Le projet interdisciplinaire (français- histoire) : travail de mémoires Monsieur Orenstein, le témoin rescapé d’Auschwitz
  30. 30. Après Auschwitz Le jour de l’ouverture de l’exposition, les élèves ont répondu aux questions de Lydie Lécuelle sur la radio locale: Radio Bresse (www.radiobresse.com) Voir plus d’images sur le blog: www.lpolouhans.com/weblog
  31. 31. Après Auschwitz Il est très important pour eux que les élèves puissent formuler leur ressenti après la visite du camp d’Auschwitz et de Birkenau. C’est pourquoi ils ont réalisé une exposition, qu’ils ont fait visiter en la commentant aux autres élèves du lycée, à leurs parents et aux autres personnes intéressées . Voir plus d’images sur le blog: www.lpolouhans.com/weblog
  32. 32. Après Auschwitz
  33. 33. • BARON, Anne-Marie. La représentation de la Bibliographie générale Shoah à l'écran. L' Ecole des Lettres, novembre 2005. • MESNARD, Philippe. Consciences de la Shoah, 2000. • BESANCON, Alain L'image interdite, 2000. • ABENSOUR, Corinne : Les Bienveillantes, une lecture littéraire… NRP, mars 2007, N°24, p.7-9 • BENSOUSSAN, Georges : Les Bienveillantes, une entreprise factice. NRP, mars 2007, N°24, p.10. • BENSOUSSAN, Georges : Le devoir de mémoire. In Paroles de la Shoah. Etonnants classiques. Flammarion, 2002. p.119-121. • RUSZNIEWSKI-DAHAN, Myriam : présentation sur le sujet à télécharger sur le site du Mémorial (http://www.memorialdelashoah.org/upload/me dias/fr/A1_seltextes_176_ruszniewski.pdf) • Anny Dayan Rosenman : Les alphabets de la Shoah : Survivre, témoigner, écrire. CNRS, éditions 2007 Articles et œuvres critiques
  34. 34. • Bibliographie sur la Shoah • Bibliographie générale • Laurent Binet, HHhH, Grasset, 2010. Yannick Haenel, Jan Karski, 2009. • Primo Levi, Si c’est un homme, éd. Giulio Einaudi, 1958 et Julliard, 1987 (trad. française). • Jonathan Littell, Les Bienveillantes, 2006. • Irène Némirovsky, Suite française, 2004. • Georges Perec W ou le souvenir d’enfance,Gallimard, 1975 ; Je me souviens, Hachette Littératures, 1978 ; La disparition, éd. Denoel, 1969. • Jorge Semprun, Elie Wiesel , Se taire est impossible, arte éditions, Mille et Une Nuits, 1995. • Art Spiegelman, Maus. Un survivant raconte (1) ; Maus. Et c'est là que nos ennuis ont commencé (2) Flammarion, 1987. • Elie Wiesel, La nuit, 1958. • Paroles de la Shoah, Anthologie, GF Flammarion, 2002. • • Bibliographie complémentaire • Robert Antelme, L’espèce humaine, Gallimard, 1957. • Charlotte Delbo, Auschwitz et après : I. Aucun de nous ne reviendra, éd. de Minuit, 1970. • Germaine Tillion, Une opérette à Ravensbrück, éd. de la Martinière, 2005. • • Filmographie • Roberto Benigni, La vie est belle, 1997. • Charlie Chaplin, Le dictateur,1940. • Claude Lanzmann, Shoah, 1985; Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures, 2001; Jan Karski, 2010. • Roman Polanski, Le pianiste, 2002. • Alain Resnais, Nuit et brouillard, 1955. • Steven Spielberg, La liste de Schindler, 1994. • • Œuvres étudiées
  35. 35. • Des voix sous la cendre, les manuscrits des Sonderkommandos d'Auschwitz Bibliographie générale Birkenau, Le livre de Poche, 2006. • Chil Rajchman, Je suis le dernier juif, Succès du livre édition, 2009. • Zalmen Gradowski, Au cœur de l'enfer, témoignage d'un sonderkommando d'Auschwitz, Tallandier, 2009. Bibliographie sur la Shoah conseillée par Alban Perrin, • Les nombreux récits écrits dans le coordinateur des voyages ghetto de Varsovie comme celui de d’étude à Auschwitz, Mémorial de la Shoah, Paris. Chaim Kaplan : Chronique d'une agonie (Mémorial de la Shoah/Calmann-Lévy, 2009) ou par des Juifs avant leur déportation comme Le Journal d'Hélène Berr et celui d'Anne Franck • Une œuvre en particulier : Dora Bruder de Patrick Modiano.
  36. 36. Bibliographie générale • Parmi les nombreux documents disponibles sur le site du Mémorial de la Shoah (www.memorialdelashoah.org), nous recommandons : • La chronologie comparée de la Shoah. • L’histoire de la Shoah. • La bibliographie sur le camp d’Auschwitz-Birkenau. • L’univers concentrationnaire : carte des camps. On peut les trouver sur notre site à cette adresse : http://www.lpolouhans.com/interne/index.php?option=com_content&task=vi ew&id=258&Itemid=30
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×