Your SlideShare is downloading. ×
Visite de Kyoto par Laura
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Visite de Kyoto par Laura

567
views

Published on

Diaporama réalisé par Laura (5e Thalès) dans le cadre de l'accompagnement éducatif "Découverte des pays du monde"

Diaporama réalisé par Laura (5e Thalès) dans le cadre de l'accompagnement éducatif "Découverte des pays du monde"


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
567
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Visite à Kyoto
  • 2. > Histoire de Kyoto < Bien que des preuves archéologiques permettent d'affirmer que les premiers hommes foulèrent les terres des îles du Japon dès 10 000 ans avant J.-C. la région de Kyoto ne fut peuplée qu'à partir du VIIème siècle par le clan Hata venu de Corée. Au cours du VIIème siècle, voulant s'éloigner de l'influence du clergé bouddhiste au sein du gouvernement impérial, l'empereur prit la décision de déplacer la capitale depuis l'actuelle Nara vers une région éloignée de cette influence à Edo (Tokyo).
  • 3. ♥ Le pavillon d'or ♥ Le Pavillon d'or ou Kinkaku-ji est l’un des temples les plus connus du Japon et le plus connu de Kyoto. C’est un pavillon de trois étages, dont deux sont recouverts de feuilles d’or, et surmonté d’un phénix doré. Il est placé au milieu d’un lac, le lac Miroir ainsi appelé parce qu’on y voit clairement le reflet du pavillon. Il date de 1397, construit par le Shogun Askikaga Yoshimitsu, il devient à sa mort un temple Zen, il est défendu d’entrer à l’intérieur car il contient des reliques bouddhiques précieuses. Incendié en 1950 par un prêtre, il a été reconstruit à l’identique en 1955.
  • 4. Le Kiyomizu-dera Vaste complexe particulièrement apprécié des touristes asiatiques, Kiyomizu-dera est un temple magnifique qui surplombe la ville. Deux rues mènent à l'entrée du temple, qui sont pleines de boutiques de souvenirs principalement dédiées aux touristes. Le temple se divise en de nombreux bâtiments. La véranda principale, soutenue par des dizaines de piliers en bois, offre une vue spectaculaire sur la ville. Plusieurs points de vue ont été aménagés pour permettre aux visiteurs de s'extasier devant le paysage. La plupart des bâtiments sont richement colorés de rouge et de vert. A l'intérieur, des statues rares sont visibles, et il est possible d'en prendre la plupart en photo.
  • 5. La tradition des jardins à Kyoto L'absence de fleurs dans les jardins Japonais est caractéristique. La beauté doit en effet être indépendante de l'éclosion ou du fanage de fleurs, bien trop temporaires. Au contraire, le jardin doit symboliser le respect de la nature sans son état brut. Le jardin à étang est le plus aristocratique. C'est celui des villas impériales. C'est un monde à part avec ses collines, ses ponts et ses ruisseaux. Le plus célèbre se trouve au temple Saihôji à Kyoto Le jardin de pierres se trouve dans les nombreux temples Zen dont il est le symbole. Dépouillé, il cherche à privilégier l'abstraction et la méditation. Son aspect simple cache au contraire une recherche poussée dans la disposition du sable et des pierres. le plus célèbre jardin est celui du temple Ryôanji à Kyoto.
  • 6. Cérémonie du thé A l'origine moyen de relaxation et de méditation, la cérémonie du thé ( Chanoyu ) est devenu un rituel extrêmement précis exigeant des heures d'apprentissage et de pratique. Pratiquée le plus souvent dans une salle réservée ( Chashistu ), la cérémonie réunit un nombre limité d'invités. Le partage d'un ésthétisme très poussé et d'une recherche de la simplicité pure ont été à la base des trois principales écoles de Chanoyu : Urasenke, Omotesenke, Mushakôji. La cérémonie du thé, loin d'avoir disparue, est aujourd'hui couramment pratiquée au Japon. Même les principes du plus célèbres maître de thé, Sen No Rikyûu sont toujours enseignés dans des écoles à travers l'archipel.
  • 7. Les jeux à Kyoto LES JEUX : Au cœur de la vie sociale, le jeu est un moyen simple et utile pour les Japonais de se réunir et de discuter. Présent dans toutes les couches sociales du Japon, chez les aristocrates comme chez les simples paysans, le jeu est un mode de communication majeur. Les Cartes : L'un des jeux les plus anciens est le Hyakunin Isshu ( les 100 poètes ). Basé sur la connaissance des 100 poèmes les plus connus du Japon, ce jeu de cartes, appelé aussi Uta Garuta, est joué généralement le jour de l'an Le but est de trouver la carte correspondant à la fin du poème lu par l'arbitre. Un autre jeu de carte est le Hanafuda. Il faut reconstituer des paires de cartes, parmi les 48 du jeu. On associe ainsi les mois de l'année, les saisons ou les animaux. Crée à l'époque Heian, ce jeu est revenu à la mode au début du XIX ème siècle. Les Jeux de Stratégie : Le Shogi, importé de Chine à l'ère Heian, est l'équivalent Japonais des échecs, et en diffère par quelques règles originales. Il n'y a pas de reine, mais surtout, les pièces capturées peuvent être réutilisées à son avantage par celui qui les a prises. Les pièces du jeu utilisées sont toutes semblables, un idéogramme en indiquant la valeur. Le Shogi devint très populaire à l'ère Edo et compte environ 200.000 adeptes au Japon. Le Go est aussi originaire de Chine. Il arriva au Japon en 735. Ses règles sont simples et sa pratique extrêmement complexe. Sur un échiquier en bois épais ( Goban ), chaque joueur essaie d'encercler les pions ( Ishi ) de l'adversaire, tout en posant les siens. Le Go compte plusieurs millions de joueurs au Japon. Il s'agit du seul jeu Japonais qui ait connu un succès en Occident .
  • 8. Les Origami Envelopper des objets a toujours été un art au Japon. Les cadeaux sont toujours présentés dans un papier plié avec beaucoup de soin et n'utilisant en général qu'un seul point de fixation. Mais l'Origami vient de bien plus loin. A l'époque de la cour de Heian, les messages étaient présentés dans une feuille de Washi ( papier Japonais ) habilement plié. La qualité du pliage était parfois aussi importante que le contenu de la lettre. De cette tradition est apparue l'Origami. Passe-temps Japonais, il consiste à créer sans ciseaux et sans colle des représentations d'animaux ou d'objets, les plus fidèles possibles. On retrouve cette technique dans certaines cérémonies Shintô, où la présence des Kamis est symbolisée par des pliages de papiers blancs, tenus parfois par les prêtres. L'Origami est aujourd'hui enseigné dans les écoles du Japon. Les figures les plus connues de l'Origami sont la grue (Tsuru ), symbole de longévité, le casque de Samouraï ( Kabuto ), et de nombreux oiseaux.
  • 9. Le Bonzai Littéralement &quot; Plantation sur un plat&quot;. L'art du Bonsaï consiste à obtenir des arbres ou des arbustes miniatures. On obtient ce résultat en plaçant les arbres dans une terre peu profonde, et en ralentissant encore plus leur croissance par la taille et la ligature de leurs racines et de leurs branches. Ce Bonzai a 500 ans ! Il est très dur de faire survivre un banzai et de les former ainsi, il faut toujours couper les feuilles, lui mettre de l'eau mais pas trop.
  • 10. L'ikebana (arrangement floral) Pratiqué au Japon depuis le 7ème siècle, cette tradition s'est surtout développée, d'abord, sous le règne des Shôgun Ashikaga (1333-1582) mais surtout sous celui des Tokugawa (1615-1868). L'arrangement floral japonais est surtout caractérisé, à l'opposé de l'Occident, par un certain dépouillement d'origine Zen. L'idée fondamentale étant de &quot;laisser le vide circuler entre les fleurs&quot;. Il existe environ 300 écoles d'Ikebana au Japon. L'une des plus populaires est la &quot;Ten-Chi-Jin&quot;. Elle prend comme base ces 3 éléments (Ciel - Terre - Homme) pour illustrer la destinée humaine. Dans chaque habitation Japonaise, une alcôve spécifique (Tokonoma) est réservée pour accueillir l'arrangement floral. On dit qu'on peut parfois lire les sentiments de la maîtresse de maison, simplement contemplant le bouquet qui y est exposé.
  • 11. Au revoir Kyoto :( Très triste de cette nouvelle mais notre visite à Kyoto s'achève maintenant … Mais nous aurons fait une belle visite ^^

×