Your SlideShare is downloading. ×
Chapitres 3 & 4 : Le Club des Ecolos dans la forêt amazonienne
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Chapitres 3 & 4 : Le Club des Ecolos dans la forêt amazonienne

163
views

Published on

Chapitres 3 et 4 de l’histoire du groupe "Ecriture" de la classe 5eChasles (option EDD)

Chapitres 3 et 4 de l’histoire du groupe "Ecriture" de la classe 5eChasles (option EDD)

Published in: Education

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
163
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Une histoire du groupe « Ecriture » de la 5eChasles écrite par : Amélie, Théo, Marin, Charles et Nathan LE CLUB DES ÉCOLOS DANS LA FORÊT AMAZONIENNE Chapitres 3 et 4 Collège Germaine Tillion (Lardy) – Année scolaire 2011-2012
  • 2. Chapitre 3 : le lendemain à l’école- Ça fait longtemps que je n’ai pas aussi bien dormi, dit Amélie.- Tu m’étonnes, on est déjà en retard pour le petit-déjeuner.- J’ai une de ces faims, souffla Charles à Nathan.- Bon, allez, on y va ! cria Marin. Les cinq enfants retraversèrent les lieux qu’ils avaient visités la veille, déjà familiers de leur nouvelenvironnement.- Il fait beaucoup plus beau qu’en France, dit Théo en regardant par la fenêtre.- C’est vrai que sans cette fumée au-dessus des arbres, le paysage serait beau… soupira Marin.- Oui mais avec…- On doit être en cours dans quinze minutes, coupa Nathan.- C’est vrai, sourit Amélie.- On se remet à la table d’hier ?- D’accord. Ils dégustèrent un copieux petit déjeuner composé de jus de fruits frais, du thé, de pain avec du fromageet de la charcuterie. Après ce bon repas, ils partirent avec leurs correspondants en cours de SVT.- Elle est assommante cette leçon… soupira Charles.- En effet, ce n’est vraiment pas passionnant, dit Théo.- Oh non, au contraire, c’est très instructif, répliqua Amélie- Mouais, toi et ta sagesse de moine, tu connais déjà tout ce dont ils parlent, dit Nathan.- Enfin, bon, il se termine bientôt et on sera libre, se réjouit Marin.- On va se reposer et après…- On n’a pas le temps, voilà déjà notre bus qui arrive.Le minibus les amena pour leur expédition en forêt. Page 4
  • 3. Chapitre 4 : l’excursion- Ouh là là, cette expédition me semble mal engagée. Il va nous arriver quelque chose de terrible, je le sens, ditCharles au moment du départ, j’ai un mauvais pressentiment.- Arrête de me faire peur, gémit Amélie. L’expédition commença. Le groupe des écolos s’engagea dans la forêt. Ils espéraient découvrir unefaune et une flore inconnues et surprenantes. Ils virent des arbres tellement gigantesques qu’ils durent lever latête pour essayer d’entrevoir la cime. Amélie leur expliquait qu’il y avait là des carapas, des itatubas. Dans lafamille des plus petits, une trentaine de mètres quand même, on pouvait observer les caricaris ou des cedros(qui, comme vous l’aurez deviné, font partie des cèdres). Des palmiers maximiliana naripa poussaientégalement à profusion dans les zones défrichées. Nos cinq explorateurs partirent goûter les petites baies açaïbleu violet, fruits des palmiers pinots présents uniquement dans les marécages. Si la végétation était très denseet diversifiée, la faune l’était aussi. Ils purent apercevoir des nandous, apparentés aux autruches, des ocelots.Les élèves tombèrent même par hasard sur un antas. C’était un mammifère impressionnantd’approximativement deux mètres de long pour une hauteur au garrot d’un mètre et un poids d’au moins centcinquante kilos. Tous furent unanimes, il ressemblait fort à un tapir, du fait de son corps massif recouvert d’unepeau épaisse et de sa petite trompe qui l’aidait à attraper l’herbe. L’antas, avec son odorat très développé et sonexcellente ouïe, les avait « sentis » et à cause de sa mauvaise vue, se mit à courir dans tous les sens. Tout lemonde aux abris !!!! Une fois parti et le calme revenu, la vie reprit son cours. Parmi les fougères, ils purentdécouvrir des orchidées magnifiques et des fleurs particulièrement bizarres. A un moment, un fou-rire saisit lesgarçons : ils voyaient des lèvres sur une tige !!! Eh oui, la nature est parfois drôle, Amélie dit qu’il s’agissaitd’oréas zorés. Des animaux sautaient dans les arbres. Les ouistitis, les tamarins lions ou encore les singeshurleurs faisaient un réel vacarme. Des oiseaux de couleurs diverses volaient dans tous les sens. Des paresseuxdormaient suspendus aux branches. Ce spectacle était merveilleux avec ces mouvements et ces cris quiformaient une chorale harmonieuse. Un peu plus loin, les garçons aperçurent un drôle d’animal,particulièrement mignon, avec une sorte de carapace jaune. Il était en train de fouiller le sol avec ses pattesgriffues. En regardant de plus près, on pouvait apercevoir son dos et sa queue recouverts de grandes plaquessolides qui ressemblaient à des écailles, et au milieu se dessinaient trois bandes qui ressemblaient à unaccordéon. Amélie s’en approcha toute attendrie mais celui-ci se roula en boule immédiatement comme unballon.- C’est un tatou à trois bandes, leur apprit Amélie qui s’était documentée sur la faune amazonienne.Elle essaya de rassurer l’animal pour pouvoir le caresser. Nathan, quant à lui, eut une idée :- Hé, les garçons, venez, on va faire une farce à Amélie…- Bas les pattes, humaine, dit Charles d’une voix caverneuse alors qu’il était caché derrière un buisson, je suisd’une espèce plus développée que vous et je communique donc par télépathie.- Ahh, cria Amélie.A ce moment-là, les garçons sortirent du buisson en riant.- Ah ah ah !!!Tu verrais ta tête, Amélie.- C’était donc vous. Pourquoi avez-vous fait ça ?- C’était pour rire, dit Théo.- Bon, arrêtez de me faire peur les garçons. Page 5
  • 4. - Calmez-vous, calmez-vous, dit Charles.- Mais au fait, où est le guide ? Avec toutes vos bêtises, on l’a perdu ! Génial, on est tout seuls au milieu de sixmillions d’hectares d’arbres ! On fait quoi maintenant ?- Bah… Il faut le chercher…, répondit Marin. Ils se mirent donc en route, bien décidés à retrouver leur guide car ils commençaient à être un peuinquiets. Ils entendirent du bruit non loin d’eux, s’approchèrent mais ce qu’ils virent les figea sur place. Ilsavaient devant eux des dizaines d’hommes en train de couper des arbres illégalement.- Il faut aller prévenir les autorités ! Page 6