Your SlideShare is downloading. ×
L'invention de la philosophie 1
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

L'invention de la philosophie 1

1,183
views

Published on

Published in: Education

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,183
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. La Gr èce antique Fan Long et Peng Shiyu
  • 2. Sommaire
    • L’invention de la philosophie
    • Le problème du savoir
    • Division de la philosophie d’Aristote
    • Les divisions de la science
    • Morale et politique
  • 3. Trois grands philosophes
  • 4. L’invention de la philosophie
    • D’où vient la philosophie ?
      • Les mythes
      • Les présocratiques
      • La démocratie athénienne
  • 5. Les Mythes
    • Le discours rationnel est n é en Gr èce .
    • Entre les VII et VI siècles av.J.-C,les premiers philosophes proposent des récits de formation du monde qui entrent en concurrence avec les Mythes alors en vigueur.
  • 6. Le problème du savoir
    • Le problème du savoir c’est le problème de la vérité. Comment connaître la vérité ? La vérité existe-t-elle ?
      • Protagoras
      • Platon
      • Aristote
  • 7. Deux types de solutions
    • -la solution phénoméniste représentée par Protagoras d ’Abdère et reprise par l’ école sceptique;
    • - la solution platonicienne ou théorie des Idées.Platon dénonce dans le Théétète le relativisme de Protagoras.
  • 8.  
  • 9. Division de la philosophie d’Aristote
    • Aristote a été l’un des premiers à procéder à des classifications hiérarchiques systématiques des connaissances et des concepts .
    • Platon (à gauche) et Aristote (à droite). Aristote
    • pointe le sol par le plat de sa main droite, ce qui
    • symbolise sa croyance dans la connaissance par
    • le biais de l'observation empirique et de l'expérience
    • tout en tenant, dans l'autre main, une copie de son
    • Éthique à Nicomaque . Platon pointe le doigt vers
    • le ciel symbolisant sa croyance dans les idées
    • (détail de la fresque L'École d'Athènes du
    • peintre italien Raphaël ).
  • 10. Division de la philosophie d’Aristote
    • Sa philosophie se divise en trois parties
    • la philosophie théorétique
    • physique, mathématique et théologie ;
    • la philosophie pratique
    • économique, éthique, politique et rhétorique;
    • la philosophie poïétique .
    • comprend toutes les activités qui produisent une œuvre
  • 11. Les divisions de la science Science Science pratique Science théorique Science poïétique Mathématique Physique Métaphysique
  • 12. Les divisions de la science
    • Science pratique
    • La phronesis , est tourné vers l'action ( praxis ). L'action, par opposition à la production ( poïesis ), est selon Aristote l'activité dont la fin est immanente au sujet de l'activité (l'agent), par opposition à la production, activité dont la fin (l'objet produit) est extérieure au sujet de l'activité.
    • La phronesis est un mode de connaissance qui porte à la fois sur l'universel et sur le particulier : c'est donc une connaissance des moyens de réalisation de l'universel.
  • 13. Les divisions de la science
    • Science théorique
    • La philosophie ou science théorique s'occupe de la connaissance des causes.
    • La science théorique est désintéressée:
    • elle constitue la fin en soi de l'âme humaine et l'achèvement de la pensée. En ce sens, l'homme réalisé est celui qui, profitant du temps libre par sa position sociale qui le dégage des préoccupations matérielles, peut se consacrer à la contemplation désintéressée du vrai.
  • 14. Les divisions de la science
    • Science théorique
    • Métaphysique
    • La science des premiers principes et des premières causes qui vient après la physique dans l’ordre du corpus.
    • La science qui s’occupe des réalités au-dessus de la physique.
    • Cette science est supérieure à toute autre.
  • 15. Les divisions de la science
    • Science poïétique
    • Il s'agit du savoir-faire ou de la technique, qui consistent en une disposition acquise par l'usage, qui a pour but la production d'un objet qui n'a pas son principe en lui-même, mais dans l'agent qui le produit (par opposition à une production naturelle).
  • 16. Morale et politique
    • La sagesse
    • Savoir
    • Ordre pratique
  • 17. Morale et politique
    • La philosophie politique de Platon
    • Il souhaitait que les philosophes deviennent rois de la cité
    • Il est un adversaire de la démocratie athénienne. Les délibérations sont collectives et non de la vérité, mais d’un vote majoritaire.
    • Il s’efforce de dresser le tableau d’une cité idéale, est hostile à la démocratie. C’est une conception républicaine: l’intérêt général est une chose trop sérieuse pour être confié au peuple.
  • 18. Morale et politique
    • La philosophie politique d’Aristote
    • La cité est définie comme la communauté politique, et celle-ci nettement distinguée des communautés familiales et villageoises dont la fin est la reproduction (biologique et économique) de la vie, condition nécessaire mais non suffisante de son humanité. Ce qui distingue précisément l'homme, qui est défini dans sa spécificité comme un « animal politique ».
    • Cela ne signifie évidemment pas que tous les hommes sont également compétents pour exercer le pouvoir politique, mais que tous les citoyens libres doivent être consultés à propos des décision qui les concernent.
  • 19. Morale et politique
    • Le stoïcisme et l’épicurisme
  • 20. Morale et politique
    • Le stoïcisme et L’épicurisme
    • Le stoïcisme et l’épicurisme ont eu tendance à refuser la dimension politique de l’action humaine.
    • Elles partagent avec Platon l’idée que seule la connaissance peut déterminer l’action.
    • Une morale fondée pour les épicuriens que pour les stoïciens, sur la maîtrise des passions et la recherche
    • du bonheur.
  • 21. Morale et politique
    • La vie heureuse
    • Le but de toutes les philosophies morales de l’Antiquité.
    • La différence sur ce point entre les sagesses épicuriennes et stoïciennes est que celles-ci ne voient pas dans la politique la condition du bonheur, lequel implique plutôt un repli sur soi.
  • 22.
    • MERCI
    • ~.~

×